Socio-économie du « substrat » du réseau

Le projet ADAM fait sa rentrée, avec quelques suggestions de lecture. Car cet été a vu la parution, sur des journaux à comité de lecture en libre accès, online-only et en langue anglaise, de deux articles susceptibles d’intéresser les lecteurs de ce site et plus en général, les spécialistes des médias en réseau qui s’intéressent à l’économie, à l’architecture et à l’organisation du « réseau des réseaux » et des services qu’il héberge.

La première contribution, “This Is Not a Bit-Pipe: A Political Economy of the Substrate Network”, par les chercheuses du Trinity College de Dublin Rachel O’Dwyer et Linda Doyle, est paru dans Fibreculture en juillet dernier. Les auteures y examinent, dans une perspective de politique economique, les rapports de force qui faconnent les « cultures en réseau » d’aujourd’hui. Elles analysent tout particulièrement l’infrastructure qui soutient la production et la circulation des contenus numériques, sur lesquelles la littérature se focalise souvent de manière exclusive; elles souhaitent ainsi mettre en contexte les ressources sociales et techniques du Web, maintes fois réduites à leur dimension utopique. Les auteures soulignent l’importance de comprendre le « réseau » sur lequel nous basons plusieurs de nos activités quotidiennes comme une composition de couches logiques et physiques contingentes, comme un ensemble d’applications et de contenus, des protocoles et des services mis en œuvre au plus haut niveau du logiciel, mais aussi du substrat inférieur ou « couche physique » du réseau, comprenant du matériel physique, comme les canaux, les routeurs, les technologies de stockage et de traitement, et des ressources telles que le spectre, la bande passante, l’espace physique et l’énergie humaine. Ensemble, ces couches forment l’infrastructure sur laquelle le contenu est produit, distribué et extrait. Bien que la reconnaissance, dans la litterature spécialisée, des logiciels et des protocoles comme artefacts « politiques » soit en plein essor, une analyse de la politique des supports physiques est largement absente de ce débat, soulignent Rachel O’Dwyer et Linda Doyle. Le plus souvent, le substrat materiel du réseau est présenté comme le fondement sur lequel est implémentée une architecture politique. Toutefois, de récentes controverses mettant en évidence l’exercice de la souveraineté politique par l’infrastructure de communication (c’est le cas du « printemps arabe »), et les diverses conditions politiques, environnementales et de travail qui alimentent aujourd’hui l’économie de l’information, sont en train de placer les politiques de la couche physique à l’avant-plan. Il devient clair, concluent les auteures, que nous avons besoin d’une politique économique qui accorde son attention aux manières dont le surplus s’accumule au niveau de toutes les couches du réseau: celle du contenu, celle des processus logiques, et celle du substrat du réseau, où les circuits matériels et immatériels de production convergent, et entrent parfois en conflit. Une telle analyse est un enjeu central pour la conceptualisation d’un nouveau cadre théorique pour la culture libre.

Le deuxième article, aussi publié en juillet dernier, est par l’auteure de ce billet. « Caring About the Plumbing: On the Importance of Architectures in Social Studies of (Peer-to-Peer) Technology« , paru dans le numéro inaugural du Journal of Peer Production, souhaite souligner l’importance, pour les recherches en sciences sociales qui prennent pour objet les médias en réseau, de s’« intéresser aux tuyaux », ou, comme Susan Leigh Star l’a très bien formulé, « faire remonter à la surface le travail invisible » sous-tendant les pratiques, les usages et les échanges en réseau – comme partie intégrante et incontournable des processus de constitution, d’organisation et de changement de la networked society. L’article rassemble et discute un ensemble de travaux réunis autour d’un intérêt pour l’architecture du réseau Internet comme dispositif politique, juridique et économique – une « propriété relationnelle », la trame même des comportements et des interactions des usagers en réseau. Ces travaux fournissent une boîte à outils qui permet d’aller rechercher dans les « couches inférieures » d’un réseau certaines des raisons à la base de choix de développement, de réappropriation par les usagers, de formes d’organisation et de régulation. Ils ouvrent la voie à une analyse des trajectoires d’innovation de l’Internet qui contribue à éclairer comment des formes spécifiques de distribution et décentralisation de l’architecture (ou leur manque) influencent procédures, pratiques et usages. Ils peuvent ainsi constituer le fondement d’une perspective méthodologique et d’approche au terrain qui montre les influences réciproques entre le développement de l’architecture et de l’organisation technique des services P2P alternatifs – leurs points de passage obligés, lieux d’échange et de stockage, croisements des flux – et la définition de leurs usagers, en tant que consommateurs, partageurs, producteurs et « gestionnaires » d’informations personnelles et contenus numériques.


Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Publié par

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *