De Boston à Paris, l' "autopartage peer-to-peer"

16 septembre 2012
Par

La meilleure application "sociale et locale" aux App Awards 2012? Il s'agit de la "porte d'entrée" à Buzzcar, système d'autopartage (ou car sharing) distribué fondé en 2011 à Paris par l'Américaine Robin Chase. Si SETI@home, le pionnier des applications de calcul distribué, mettait à profit les cycles processeur et la capacité de calcul non utilisée des ordinateurs participants, Buzzcar propose de mettre à profit les voitures des appartenants à la communauté aux moments où elles ne sont pas utilisées.

L'idée centrale de Buzzcar est, comme les services de partage de voitures traditionnels, de proposer à ses membres de louer des voitures à l'heure ou à la journée, et donc de payer selon l'usage. Par ailleurs, les ressources du système ne sont pas des voitures spécifiquement achetées par l'entreprise et destinées à la location de la part des clients, mais les voitures des clients elles-mêmes, mises à disposition quand ils le souhaitent. L'originalité du système tiendrait à un mélange de facteurs environnementaux (pas d’ajout de nouveaux véhicules sur la route, pas d'émission de CO2 à la production, et pas de places de parking supplémentaires), d'amélioration de choix (plus de variété, d'accessibilité et de proximité possibles si suffisamment de voitures et d'utilisateurs participent au programme), et surtout, de contrôle de l'utilisateur (il n'est pas nécessaire d'attendre qu'une entreprise de location de voitures s'installe dans sa ville, mais le service d'autopartage peut être créé en inscrivant sa voiture à Buzzcar et en invitant ses amis à rejoindre la communauté).

Pourquoi la France? Robin Chase - déjà PDG de la startup de ride-sharing GoLoco, basée à cambridge, Massachusetts - considère que le marché européen est beaucoup plus "prêt" pour des modifications radicales dans le système de transport que les Etats-Unis. Buzzcar est censée être un mélange des efforts précédents de l'entrepreneure américaine, Zipcar - un système de location "by the hour" de voitures distribuées dans nombre de stations autour de la ville - et GoLoco - un service où les personnes paient pour être transportés par d'autres voitures dans le réseau, dont les conducteurs perçoivent une rémunération monétaire. Buzzcar est une start-up construite sur l'utilisation des "idle cars" de certains utilisateurs par d'autres utilisateurs - sur la base d'un système de rémunération et compensation similaire. Robin Chase décrit son service ainsi:

“It’s peer-to-peer car-sharing. We’re leveraging excess capacity of individuals and giving them a platform for participation,”

Selon elle, le monde n'était pas encore prêt à exploiter pleinement l'autopartage, mais beaucoup de choses sont arrivées au cours des années plus récentes pour le rendre plus faisable (et profitable). La technologie des smartphones rend possible et quasi-instantanée toute opération de réservation - y compris d'une voiture. Robin Chase a donc dédié une attention spéciale à la facilité de téléchargement et d'usage de l'application Buzzcar, pour minimiser les barrières à l'entrée - réelles ou perçue - pour les utilisateurs. L'essor des réseaux sociaux et des services Web a favorisé la culture du partage et de l'échange d'information, non seulement entre amis, mais aussi entre personnes qui ne se connaissent pas. Si les deux tendances ne manquent pas de susciter des interrogations concernant la vie  privéee des utilisateurs, il est indéniable que le car sharing distribué soit en train de prendre de l'aile grâce à cette double dynamique, comme montre le développement du "cousin" de Buzzcar, l'anglais RelayRides, et nombre d'autres projets semblables.

Le marché européen, selon Robin Chase, est bien plus propice que les Etats-Unis à ces nouveaux avancements dans l'autopartage, pour des raisons qui ont trait, en tout premier lieu, à la motivation des usagers. Elle remarque:

“For car owners, the market is people who are looking to save some money on their car [...] The cost of owning and operating a car in Europe is maybe 20 percent higher than in the U.S. So therefore I have more motivated owners. If we look at the drivers, the market is people who can be car independent, very much like Zipcar. Out of any 100 people, there’s a higher percentage of those kind of people in France than there are in the U.S.”

La preuve la plus marquante de cette culture du distribué et du partage serait le système Vélib' et son "successeur" pour les voitures, Autolib'. Robin Chase conclut:

“I want Buzzcar to be here and be part of that ongoing national conversation [...] The idea of Buzzcar is the power of many. The company will provide a network of different kinds of cars in different locations to be used by different people in a wide variety of ways. And allowing people to get the car they want, where and when they want it, and to pay only when they use it, will change the way people think about cars.”


Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Actualités, Productions ADAM, Projets d'architecture distribuée

Laisser un commentaire

sabonner-à-ce-carnet1

Brèves

(toujours) à propos de Pursuit...

Toujours à propos de Pursuit, que Francesca Musiani avait brièvement présenté ici, un article récent revient sur son fonctionnement et présente les vidéos de...
Lire la suite »

Francesca Musiani, prix de thèse "informatique et libertés" CNIL

Francesca Musiani, l'une des coordinatrices du projet ADAM a remporté, grâce à ses travaux, le prix de la CNIL 2013. Nous tenions ici à...
Lire la suite »

Présentation vidéo de Arkos (navigateur-système d'exploitation décentralisé)

Nous y reviendrons plus longuement prochainement mais nous tenions à faire circuler l'information sur notre plateforme de recherche. Voici donc une présentation d'Arkos, les...
Lire la suite »

"Pursuit" et le nouveau Internet

Comment envisager une nouvelle infrastructure globale pour l'Internet, susceptible de mieux répondre aux exigences des utilisateurs? Cet enjeu de taille est abordé par le...
Lire la suite »

La forme physique des architectures virtuelles

Balaji Srinivasan nous en parle sur Wired à propos des "cloud communities": http://www.wired.com/opinion/2013/11/software-is-reorganizing-the-world-and-cloud-formations-could-lead-to-physical-nations/ Tweet Francesca MusianiChercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown...
Lire la suite »
Contrat Creative Commons
Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 2.0 France.

Carnets de recherche