De l’intermédiaire vers le contrôle de l’infrastructure globale

Mana Neyestani © – page Facebook: https://www.facebook.com/ManaNeyestani?fref=ts

Dans le billet précédent, Francesca Musiani discutait très justement de la responsabilité des intermédiaires de l’Internet dans le cas de publications de contenus « insultants » ; du moins capables de provoquer des réactions « tangibles » dans la sphère publique (et non « virtuelles » ; elle s’appuyait sur l’exemple des heurts violents en Lybie et en Égypte suite à la publication du teaser d’un supposé film intitulé Innocence of Muslims sur la plateforme vidéo YouTube appartenant à Google[1]).

Certes la position de ces intermédiaires est plus que délicate dans le cadre « d’affaires » comme celle-ci[2] ; Cécile Méadel insistait d’ailleurs (dans les commentaires du billet) sur le fait que ces mêmes géants du web, Google, Facebook, Twitter, etc. reconnaissent la possibilité qu’ils ont de bloquer des contenus (stratégies Notice and Take down et Follow the money mis en place pour lutter, par exemple, contre la “contrefaçon” des contenus dont la propriété intellectuelle est protégée ou contre des données pédopornographiques). Face à ces évènements, se pose donc à nouveau la question de savoir qui est « légitime » pour retirer ou laisser en ligne des contenus offusquants car à l’heure actuelle, seuls ces géants du web semblent dotés d’un pouvoir de retrait, pour le meilleur et pour le pire mais à chaque fois au détriment de leurs utilisateurs et des internautes. Alors que révèlent de plus les « dessous » de cette affaire (ou plutôt les « tuyaux » par lesquels elle a été médiatisée)?

            Pour qui s’intéresse aux questions culturelles et politiques du monde arabe contemporain, Yves Gonzalez-Quijano propose, sur son édifiant carnet de recherche, une lecture tout à fait particulière de cette affaire à la fois linguistique et socio-politique.

 […] un des aspects les plus étonnants de cette nouvelle crise entre le « monde musulman » et « l’Occident » tient sans nul doute à cette étonnante alliance entre la bêtise des hommes (ceux qui sèment la haine de l’islam) et les armes dites « intelligentes » (lire Of stupid men and smart machines sur le site Jadaliyya.

Entre autres conséquences, cette nouvelle « affaire » va également contribuer à faire évoluer l’image publique des réseaux sociaux et de leur utilisation. Là aussi, le temps de l’innocence a pris fin et on note […] un sentiment de plus en plus plus mitigé vis-à-vis des réseaux sociaux et plus largement des technologies numériques, capables, on l’observe de plus en plus, du pire comme du meilleur.

En plus d’illustrer les nécessaires opérations de traduction (au sens large) à effectuer dans le cadre de cette crise, Yves Gonzalez-Quijano avance dans cet article plusieurs éléments qui nous amènent à nous interroger sur la « possession » des infrastructures de télécommunication. Effectivement, quelques jours après cette affaire, l’Iran décidait de verrouiller Internet prétextant le « mal » que provoquent les géants-américains de l’Internet (mettant en exergue la diffusion (sur YouTube donc Google, donc Gmail…) du film scandale mentionné précédemment. Prétexte plutôt absurde en Iran, pays majoritairement chiite et n’ayant pas le même rapport aux représentations du prophète que l’iconoclasme sunnite[3]). Depuis lors, l’Iran serait soit disant déconnecté du réseau mondial et désormais, en tant qu’Etat, à la tête d’une sorte d’Intranet géant (et « hallal », soit « licite » en opposition à l’Internet mondial jugé corrompu (Google et Gmail en ligne de mire) par les autorités iraniennes (voir à ce sujet l’article de Pierre Alonso sur le verrouillage de l’Internet en Iran. Quelques jours avant les déclarations du ministre iranien délégué aux Communications et aux technologies de l’information, Reza Taghipour, la liste de discussion de TOR, The Onion Router (plus d’informations ici) commençait à se préoccuper de cette possibilité et débattait des solutions techniques à opposer à ce blocage qui a surtout comme explication la volonté iranienne de se couper du réseau mondial, non pas pour hallaliser quoi que ce soit mais plutôt pour se prévenir d’attaques du type Stuxnet Olympic Games, programme de piratage informatique développé et lancé en 2011 par les américains et les israéliens afin de compromettre le programme nucléaire iranien (voir l’article d’Olivier Tesquet à ce sujet). Loin d’un soit disant « choc des civilisations » prédit par Huntington, des mythes de « guerres culturelles » ou religieuses, de protéger des utilisateurs des « dangers » que représentent les réseaux sociaux, l’enjeu est surtout ici industriel et terriblement « technologique ». L’objectif : contrôler les « tuyaux de l’information » et tout ce qu’on fait circuler à l’intérieur (encore une fois, on se préoccupe très peu des utilisateurs).

On en revient donc encore une fois à Francesca Musiani et à ce qu’elle déclarait à propos des infrastructures et de l’importance de leur études en SHS (article Caring about the plumbing: On the importance of architectures in social studies of (peer-to-peer) technology:

ARCHITECTURES MATTER!

En regardant cette « affaire » Innocence of muslims et la décision iranienne de se couper du réseau mondial avec un autre angle d’analyse et nos lunettes d’infrastructures studies ; on se rend compte qu’il s’agit peut être ici de contrôler des architectures « physiques » (les câbles, les fils, la fibre optique, les tranchés, etc.) et que ce faisant, des intermédiaires publics pourront bloquer (un peu) les modes de circulation de toutes ces données sur le web qui échappent, la plupart du temps, à n’importe quel type de contrôle (D’ailleurs, un tribunal portugais a jugé récemment les échanges peer to peer légaux).

Mais quel(s) câble(s) vont-ils et pensent-ils couper en se référant à cette carte ? Comment pensent ils contrôler les autres types de connexions pouvant être établies via radio-transmission transfrontalière, ou satellitaire? Pourquoi le faire maintenant ? Apparemment, le type de surveillance qu’ils veulent appliquer est assez simple et la liste de diffusion de TOR planche sur des solutions à opposer à ce blocage (ce qui semble compliqué d’après les rapports de tentatives des codeurs-développeurs militants bénévoles du routage en oignon). Ce dernier est basé sur une sorte de barrière entre espaces ‘public’ (visible par tous), et privé (visible localement seulement) selon certaines « familles d’adresses ». Les conventions de ces espaces sont spécifiées dans RFC 1918 (RFC : Request For Comments). Selon Tawfik Nassar, consultant en informatique,

Toute adresse IP (Internet Protocol) 10.X.X.X est une adresse privée. Les adresses 192.168.X.X aussi… C’est-à-dire qu’on peut avoir des millions de machines dans le monde ayant le même numéro (ex : 10.1.1.1) sans que cela provoque une confusion même lorsqu’elles sont connectées au réseau Internet (pourvu que le numéro de chacune soit unique dans son propre réseau local).

En réalité, chacune de ces machines est obligatoirement connectée au web à travers une machine qui, elle, a un numéro ‘public’ – donc unique sur le web (un « nœud central »). C’est à partir de cette machine qu’on pourrait filtrer / router les infos du web vers les machines de son ‘réseau local’ (ayant des numéros privés). Personne non plus de l’extérieur ne pourrait avoir accès aux machines internes… À moins que la machine de routage fasse les traductions d’adresses (public/privé) nécessaires à ces communications. C’est presque le cas lorsqu’on est à St Nom la Bretèche (Yvelines) avec un routeur WiFi (lui-même connecté à une machine Orange quelque part à Rambouillet)… Sauf que ces machines sont toutes sympas et laissent tout passer… Enfin… Pour le moment…

Une telle opération s’est produite en janvier 2011 en Égypte : les robinets de l’information furent tout simplement « coupés » lorsque le régime Moubarak s’aperçut qu’il n’était plus en mesure de contrôler la vitesse de circulation de l’information sur le web. Très rapidement, l’affaire fit grand bruit et Google, via l’intermédiaire d’un de leurs employés, Wael Ghoneim, créa des solutions pour continuer de pouvoir utiliser le web via des canaux détournés tels que le système GSM (le speak to tweet développé avec Twitter) ou les bon vieux modems téléphoniques (en passant par les numéros de téléphones de FAI étrangers). Mubarak avait dû rouvrir les vannes pour garder la face quelques jours de plus… On connaît tous l’écho que les réseaux sociaux lors du printemps arabe. Alors que faire face au retour de bâton des plomberies de la communication et à la peur qu’un plombier fou vienne tout couper sous prétexte que c’est « bon » pour les utilisateurs?

Étant ces jours-ci à Barcelone pour l’International Summit for Community Wireless Networks, je me rends compte que c’est, entre autres, ce genre de questions et de problématiques qui ont amené au financements de projets de réseaux communautaires sans fils de grandes envergures (de type Commotion ou CONFINE, c’est toujours le cas après l’intervention de Fabrizio Sestini – Programme manager at the European Commission DG INFSO, currently in charge of the multidisciplinary initiatives on « Collective Awareness platforms for Sustainability and Social Innovation » and « Internet Science). Ce type d’initiative est plutôt simple à résumer : au delà de créer un software performant capable de gérer la compatibilité et la communication entre divers types de devices, ces projets se veulent pédagogiques et se définissent comme des toolkits capables d’amener les utilisateurs à créer leurs propres réseaux communautaires, à les entretenir et à les étendre. Ils se veulent outils de développement civique, social, technique, politique et culturel (l’exemple de Détroit utilisant Commotion et de la Detroit Digital Justice Coalition est probant) et « esquisses » de l’internet du futur (plus localisé, plus « pris en charge » par ses utilisateurs, plus responsabilisé). Mais de quoi sont ils le nom précisément ?

C’est au croisement de ces problématiques que s’articule notre travail de recherche. Nous y reviendrons dans un autre billet prochainement (Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Network Barcelona) et tout au long du projet ADAM pour essayer de définir le nom de ce type de réseaux décentralisés, sans fils et mobiles.


[1] Notons dès à présent que ce film, en fait la bande annonce d’un long métrage qui ne verra certainement jamais le jour, fût tournée en 2011 et que les conditions de sa production puis de sa publication ultra médiatisée sont plus que douteuses. Voir notamment l’article de Gawker à ce sujet celui d’Arte Journal du Globe et du Point.

[2] Et comme le rappelle Yves Gonzalez-Quijano (cpa.hypothèses.org), “Inutile de revenir sur les détails d’un « scénario », celui de la fabrication de cette crise, laquelle n’a de toute manière pas encore livré tous ses secrets”.

[3] Citons ici également, un autre article publié en octobre 2011 par Yves Gonzalez-Quijano sur cpa.hypotheses.org (à lire ici http://cpa.hypotheses.org/3015) qui relativise l’actualité de l’iconoclasme sunnite: “Lors d’un débat consacré par la chaîne saoudienne (très halal) Al-Arabiya, deux juristes importants, Saleh Al-Luhaydân (صالح بن محمد اللحيدان) et Hatem Al-Sharif (حاتم الشريف) ont ainsi publiquement relativisé le tabou d’une représentation des figures majeures de l’islam, tels que les prophètes ou ceux qu’on appelle les « Compagnons » (Sahaba). Ils sont même allés jusqu’à reconnaître qu’elle n’était pas forcément illicite…”



François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Publié par

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

2 réflexions au sujet de « De l’intermédiaire vers le contrôle de l’infrastructure globale »

  1. Merci pour les précisions et les commentaires Yves!
    Je travaille sur un autre billet face aux suites des réactions de l’Iran (voir notamment http://owni.fr/2012/10/09/nouvelle-pirouette-sur-linternet-iranien/). Je viens de recevoir les « arabités numériques », je vais rectifier le tir à la lumière de la lecture donc, puis compte rendu de lecture bientôt. J’essaie de continuer la réflexion pour être plus éclairant, mais les travaux de Bowker, Leight Star, Musiani et le livre de Blum assez récent (Tubes http://andrewblum.net/) se penchent sur ce type de questions. Evgeny Morozov l’a fait aussi dans une autre mesure avec son livre the net delusion. Affaire à suivre donc! mais le RDV du 22 novembre à l’IMA sera sans doute très intéressant! ;-)

  2. « Très rapidement, l’affaire fit grand bruit et Google, via l’intermédiaire d’un de leurs employés, Wael Ghoneim, créa des solutions pour continuer de pouvoir utiliser le web via des canaux détournés tels que le système GSM (le speak to tweet développé avec Twitter) ou les bon vieux modems téléphoniques (en passant par les numéros de téléphones de FAI étrangers). »
    Une petite erreur, le pauvre Ghoneim (Ghonim semble avoir fini par s’imposer) était déjà en prison je crois, en tout cas bien occupé par sa liste « Nous sommes tous Khaled saïd ». En tout cas, ses très bons contacts dans sa boîte, Google, ont dû servir à mettre en place le système Tweet2Speak, grâce aussi, très heureuse et presque incroyable coïncidence, à l’achat quelques jours avant à peine, d’une petite start-up indienne je crois spécialisée dans la messagerie sonore… Tout ça c’est dans le bouquin ;-) Ce qui n’y est pas en revanche, c’est que Yemli, ex start-up spécialisée dans le passage interface clavier arabe/occidental sur Internet (un patron libanais), a mis sur le coup plusieurs centaines de traducteurs/trices ! Et oui, les tweets passaient, mais il fallait les traduire tout de m^me ! La revanche de la machine sur l’homme (ou le contraire !)
    Bravo pour le billet, et le blog, mais il va falloir que tu m’expliques des choses, je suis trop largué !
    Amicalement YGQ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *