Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Network (Barcelone, octobre 2012)

Barcelona bathed in golden light – Marcel Germain – wirelesssummit.org

Du 4 au 7 octobre 2012, se tenait à Barcelone le sommet international des réseaux communautaires sans fils (International Summit for Community Wireless Network #IS4CWN).

Quatre jours durant, l’Université Polytechnique de Catalogne a vu défiler une partie importante des acteurs à la fois professionnels et institutionnels de ce type de réseaux distribués qui se révèlent être bien plus que de simples technologies différentes de celles dites  « centralisées ».

Cet évènement, deux ans après le sommet tenu à Vienne en 2010, était une occasion importante pour l’ensemble des acteurs de ce secteur de se rencontrer, de consolider des relations déjà existantes et de mutualiser des actions globales de concertation et de communication de la communauté « MESH network, MESH technology ».

Tour d’horizon de ces quelques jours de « réseautage » au sens propre comme au sens figuré…

Making Policy Matter

Le sommet s’est ouvert le jeudi 4 octobre 2012 sur diverses présentation notamment celles de Sascha Meinrath (directeur de l’Open Technology Initiative – New America Foundation, l’un des fondateurs du projet Commotion) et de Ben Scott (Senior Advisor de l’Open Technology Institute et Visiting Fellow au Think Tank berlinois Stiftung Neue Verantwortung). Ce dernier faisait notamment partie de l’équipe rassemblée en 2009-2010 autour d’Hillary Clinton au sein du département d’État américain qui visait à établir le « 21’st Century Statecraft » (qui de façon très schématique pourrait se définir comme le programme de réflexion autour de l’utilisation des nouvelles technologies en termes de « développement » et de « diplomatie », voir à ce sujet les travaux de Laurence Allard, Univ Paris 3 IRCAV & enseignante Lille 3).

Scott rappela dans sa présentation le rôle et le regard qu’ont les États sur le développement technique. À partir de son expérience, il présenta la manière dont des observatoires nationaux jouent un rôle au sein des processus d’innovation et de développement technique au sein de leurs pays mais aussi en dehors de leurs frontières. Très intéressante, cette communication rappelait au passage les déclarations d’Hillary Clinton à propos des technologies de l’information et de la communication:

We are working at the State Department to ensure that our government is using the most innovative technologies not only to speak and listen across borders, not only to keep technologies up and going, but to widen opportunities, especially for those who are too often left on the margins.

agenda-setting 2009 – July 15 speech to the Council of Foreign Relations, Hillary Clinton (http://prospect.org/article/next-diplomatic-cable)

L’intervention s’acheva sur une mise en perspective de ces logiques de partenariats Etats-fondations-entreprises-projets de recherche-initiatives privées. Les mots clés du sommet commençaient à être dans toutes les bouches: Civil society, building networks, empowering communities, educating governments, shaping markets through good public policy… L’idée de décentralisation des services internet était aussi très présente dans le discours de Scott, tout comme le terme d' »Internet du futur ».

Crédits photos: François Huguet

Le reste de la journée permit d’introduire l’ensemble des personnes présentent au sommet et de présenter, chacun leurs tours (lors de Community Network Lightning Talks) leurs projets, la spécificité de leurs déploiement, des « écologies » socio-techniques dans lesquelles ils s’installent, le type de communautés dans lesquelles leurs réseaux distribuées sont implantés ou souhaitent s’implanter et les enjeux relatifs à ces déploiements (sécurité, redistribution des accès à Internet, innovations et comportements inattendus suite aux premiers test, etc.). Nous vîmes défiler nombre de projets notamment l’Athens wireless Metropolitan Network, Freifunk, Funkfeuer, Wlan slovenija, Arig, Commotion, Guifi, et Serval (il était malheureusement impossible d’assister à toutes les interventions étant donné que plusieurs ateliers se déroulaient en même temps).

Un « Hacklab » visant à s’échanger et à configurer diverses machines informatiques était aussi installé dans les sous sols de l’UPC. Sur les tables de ce laboratoire plus ou moins improvisé trônaient des routeurs, des ordinateurs, des fers à souder, des smartphones, des antennes radios, des tupperwares… Nul doute que beaucoup de réseautage s’est fait autour de tous ces objets et du « bidouillage » qu’on y  effectue bien souvent lorsqu’il s’agit de créer des réseaux communautaires sans fils… Mon ordinateur dont le logo de la marque est une pomme m’attira de cordiales railleries et des incitations à me tourner vers le libre, l’open source. Mais il me permit aussi de récolter d’autres « mots clés »:

DIY, Open Source, Open Standard, build your own infrastructures, your antennas, your interfaces, etc…

Crédits photos: François Huguet

La première journée du colloque s’acheva sur une communication d’Amelia Andersdotter, eurodéputée et membre du Parti pirate suédois (également directrice de l’EPFSUG, European Parliament Free Software User Group). Andersdotter évoqua le programme européen à propos du spectre radio et les discussions qu’il a suscité au sein des délibérations du parlement européen (tout est encore et malheureusement très flou… Sur ce sujet, suivre les actions de La Quadrature du Net et de Félix Treguer, à la pointe (entre autres) de l’actualité sur les négociations autour du spectre radio au niveau français et européen).

Collective Awareness Platforms for Sustainability and Social Innovation & White Spaces

La journée du vendredi 5 octobre débuta sur une intervention de Fabrizio Sestini (Scientific Officer, European Commission DG Information Society), responsable de l’initiative et de l’appel à projets « Collective Awareness Platforms for Sustainability and Social Innovation (CAPS) » à la Commission Européenne (DG Communications Networks, Content and Technology). Sestini présenta les grandes lignes de cette initiative en mesure de financer nombre de projets qui étaient présents au sommet tout en interrogeant les innovateurs sur leurs logiques et leurs dynamiques de recherche. Un moment parfait pour de jeunes projets d’arriver à trouver des financements européens à la hauteur de leurs besoins. Derrière cette intervention, différents ateliers étaient proposés notamment un à propos de l’utilisation des fréquences blanches du spectre radio.

L’après midi était consacré à l’étude de plusieurs cas de développement notamment en cas de crises humanitaires (déploiements de réseaux MESH à Haïti et en Colombie, enjeux, perspectives et développements). Les retours critiques des différents projets étaient très intéressants à observer mais encore une fois, les discussions tournaient autour des protocoles de routage, de la façon dont on peut les améliorer, les rendre plus stables, éviter les pièges dus à des configurations géographiques particulières, etc.

 

Crédits photos: François Huguet

Epic Fail & Toolkits for Community Outreach and Organizing

La journée du samedi fût pour moi et mes intérêts de recherche, la plus intéressante de ce « colloque-sommet professionnel ». Il s’agissait ici de retours d’innovateurs sur leurs expériences, sur les erreurs commises lors de ces recherches, sur les « epic fail » de leurs premiers tests, et des premiers déploiements de réseaux sans fils décentralisés à travers le monde. Outre le fait de porter un regard plein d’humour sur leurs expériences, l’idée de cette communication réflexive était de mettre en avant les erreurs à ne pas commettre et à lier les différents projets entre eux. Effectivement, l’ensemble des militants des « community wireless networks » semblent avoir en commun le fait de s’être déjà électrocutés en branchant des antennes radio sur le toit de leurs immeubles ou d’être tombés d’une échelle en essayant de fixer des routeurs sur le mur de leurs maisons… Crédits photos: François HuguetL’objet technique créé par ces communautés de développeurs étant quelque chose d’assez « matériel » lorsqu’il s’agit d’installer des antennes sur le toit de bâtiments, on notait ici tout comme dans le hacklab, un intérêt très important pour le matériel et pour la « tangibilité » des infrastructures de communication.

Suite à cette première discussion, des ateliers se mirent en place et je suivis celui de Greta Byrum, Nina Bianchi et Jonathan Baldwin intitulé « Toolkits for Community Outreach and Organizing ». Après nous avoir présenté les actions de la Detroit Digital Justice Coalition (voir également l’article de Stéphanie Vidal à propos des nouvelles dynamiques de rénovation urbaines basées sur le développement du numérique à Détroit) et le travail de Jonathan Baldwin, développeur d’une application MESH de cartographie collaborative dans le quartier de Red Hook (Brooklyn, NYC), les discussions se transformèrent en atelier de simulation des activités qu’ils réalisent avec leurs publics lors des différentes actions de sensibilisation.

Effectivement, Baldwin, Byrum et Bianchi sont plus des pédagogues et des militants que des techniciens acharnés qui veulent développer LA killer application et LE business model capable de révolutionner le marché de l’Internet. Proches de tout les mouvements Maker faire, Do it Yourself, Community working, etc. leur objectif est plus social et civique que purement économique. Nous discutâmes longuement de leur référentiels professionnels et d’autres termes firent leur apparition au fil des discussions: John Dewey, pragmastisme, pédagogie active

Chez eux, comme chez la plupart des personnes que nous avons interrogé lors de ce sommet où lors de notre enquête au sein de l’Open Technology Initiative à Washington, l’outil technologique (les technologies MESH, ici le software commotion) est plus considéré comme un moyen que comme un fin, l’objectif est de reconstruire un lien qui s’est brisé en quelque part et le cas de la ville de Détroit est assez édifiant: le gouvernement fédéral s’était totalement désengagé de l’écroulement économico-industriel de la ville… On parle donc de boite à outils pour reconstruire, bricoler des choses qui se sont un brisées… A commencer par le lien social. Notons qu’en termes de références et au détour d’un échange, un des intervenants fit référence au travail de David Simon à propos de Baltimore et de la Nouvelle Orléans, deux villes en souffrance analysées dans les séries télévisées produites par HBO et qui sont un pur exercice d’ethnographie urbaine. Les références sont à chercher dans des travaux plutôt atypiques donc…

Le MESH est elle une « technologie pansement », un outil de développement civique créateur de nouvelles formes de communautés d’utilisateurs plus autonomes vis à vis de leurs structures de communication? La chose reste à vérifier mais ce sont les lignes qui émergent de ce type de rassemblement. Lignes que l’on retrouve dans beaucoup de « mouvements socio-culturels » actuels qui ont pour objet de mobilisation et d’action les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication: Fab Labs, Hack Labs, Maker faire, DIY, Anons, etc.

 

 

Détails références:

  • Nancy SCOLA – The Next Diplomatic Cable – http://prospect.org/article/next-diplomatic-cable
  • Laurence ALLARD – La diplomatie du téléphone portable à la conquête des pauvres – http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/ALLARD/47679
  • Laurence ALLARD – Du Coca au Nokia ? Smart power, philanthrocapitalisme et téléphonie mobile – http://www.mobactu.fr/?p=396
  • Stéphanie VIDAL – Du sans fil pour recoudre Detroit– http://www.slate.fr/story/43031/detroit-wifi


François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Publié par

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

Une réflexion au sujet de « Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Network (Barcelone, octobre 2012) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *