Comment les architectures distribuées parlent d’elles-mêmes ? La place des discours sur la technique dans les descriptions de services 2/2

8 novembre 2012
Par

Ce billet vient à la suite d’un premier billet qui décrivait sept services proposant des échanges entre pairs : Serval, Mesh Potato, Bitcoin, Diaspora, Mobiluck, Bump et Skype.

Notre objectif est de regarder comment les sites internet de ces sept services mettent en scène le fonctionnement des “outils” qu’ils représentent à l’aide de textes, d’images, de vidéos et d’associations entre textes et images. À travers cette mise en scène, les auteurs de ces sites font des choix : ils décrivent les services en insistant sur leurs architectures techniques, sur leurs usages, parfois même sur les bénéfices économiques liés à l’installation par l’utilisateur des logiciels-applications. Ces choix révèlent des postures ainsi que des volontés d’associer un certain type de savoirs et de discours à des objets techniques. A travers cette mise en scène donc, les auteurs choisissent d’élaborer des “discours”, ils choisissent un “angle”, c’est à dire une façon de parler d’eux, tout autant que des services.

C’est le discours technique qui a plus particulièrement attiré notre attention. Par discours technique, on entend, de façon large, tous les mots se rapportant à la description et au fonctionnement des architectures de réseau sur lesquels reposent ces services. En d’autres termes, nous avons regardé si la question de l’infrastructure était présente, ou pas, dans la rhétorique générale de présentation des services.

Nous avons repéré que le discours technique pouvait prendre quatre types de statuts dans le texte général du site internet : soit il est clairement présent, en tant que “matière brute”, c’est à dire que les termes techniques, les équations, les lignes de codes sont reprises sans transformations par les auteurs du site, qui livrent ainsi le résultat de leurs recherches ; soit le discours technique est “vulgarisé”, c’est à dire que les termes techniques sont explicités, accompagnés d’illustrations, de schémas, etc. ; soit, le discours technique est “absent”, c’est à dire qu’aucune référence à la technique n’est présente dans l’ensemble des discours sur le site ; soit, enfin, le discours technique est “mis en scène”, c’est à dire qu’il est associé à d’autres discours (juridique, prophétique, économique, civique, etc.) et sa fonction est de servir un propos autre que celui qui décrit le fonctionnement technique des services.

 

Reprenons, le cas de chaque service.

 

Serval, par exemple, est décrit comme un service dont l’ “autonomie” est un précieux avantage : « a temporary, self-organising, self-powered mobile network for disaster areas, formed with small phone towers dropped in by air. »

Le site privilégie, néanmoins, un discours à la fois technique et politique, plus que promotionnel. Le discours politique apparaît dès la page d’accueil, qui met en exergue un texte sur l’accessibilité géographique et financière à l’information : « Serval is changing the face of telecommunications forever ».

 

extrait de la page d’accueil du site du service Serval

 

L’insistance sur l’accessibilité réside aussi dans la récurrence d’arguments autour de la familiarité que peuvent entretenir les utilisateurs avec les dispositifs. Serval doit leur permettre d’utiliser les numéros de téléphone qu’ils connaissent, dans le cas de catastrophes au cours desquelles leurs repères sont perdus. « We have developed a software which we’ve called Distributed Numbering Architecture (‘DNA’) that allows people in isolated or temporary networks to immediately use their existing phone numbers ».

 

Le discours technique est néanmoins celui qui domine sur le site. La place de la démonstration scientifique, de l’exposé des composants du système, de la description des briques technologiques et enfin des lignes de code, occupe la majorité de l’espace. Le site met même à disposition plusieurs enregistrements-vidéos de conférences scientifiques auxquelles le concepteur du système Paul Gardner-Stephen a participé. Ce dernier se met en scène à de nombreuses reprises pour expliquer comment a été développé le service.

 

extrait d’une video de conférence scientifique de Paul Gardner-Stephen

 

On voit bien, dans le cas de Serval, que le site vise à rendre compte du travail de recherche mené par l’équipe d’ingénieurs. En ce sens, il est essentiellement documentaire.

 

Le cas de Mesh Potato est différent, car les termes et les explications techniques figurent aussi sur la page internet, mais le discours dominant est plutôt explicatif. Le site vise à expliquer comment fonctionne le service à des utilisateurs-acheteurs. En d’autres termes, la figure de l’usager n’est plus la même.

Le discours de définition du service insiste sur le faible coût et la facilité d’installation du dispositif (même dans des contextes d’usages difficiles, lors de catastrophes naturelles, ou quand l’alimentation électrique fait défaut). Il insiste aussi sur la possibilité d’appropriation du réseau par les utilisateurs. La récurrence des termes  ”Do-it-yourself” et “toolkit” en témoignent. En substance, le dispositif Mesh Potato (qu’il est possible d’acheter sur le site) doit permettre de créer son propre système de téléphonie communautaire, de “prendre le contrôle” sur les infrastructures existantes de téléphonies fixes.

Plusieurs scénarios d’usage (à commencer par la vidéo de démonstration qui raconte l’histoire d’un utilisateur fictionnel nommé “John“) ont pour fonction d’expliciter la simplicité de mise en place du dispositif plus que de la technologie. L’objet technique apparaît déjà comme un appareil et non plus comme une “brique technologique”. Le discours technique est à ce titre, présent, mais il est vulgarisé, précisé (par exemple, les termes comme VoIP ou Wireless Mesh Network apparaissent dans le texte comme des hyperliens qui renvoient vers leur définition Wikipédia). Un dernier exemple : ceux des réalisations, dans certains villages, dans certaines communautés, priment sur la page d’accueil, par rapport aux démonstrations du fonctionnement du dispositif.

 

extrait de la page d’accueil du site du service Mesh Potato, avec des illustrations de déploiements du service

 

Néanmoins, le discours technique réapparaît, à un autre niveau – un niveau plus difficilement accessible -, sur des pages du site où il ne fait pas l’objet de cet effort de vulgarisation : les pages qui concernent une sous-section de l’onglet ABOUT et qui retracent l’histoire du projet. Le discours technique est alors, comme dans le cas de Serval, au premier plan car il rend compte des recherches des équipes de Village Telco. Le site internet de Mesh Potato s’adresse donc, en réalité, à deux types d’internautes : il s’adresse à des potentiels acheteurs ou communautés d’utilisateurs non-experts, mais il rend compte, aussi, du travail de recherche pour des ingénieurs ou universitaires. En ce sens, le site est à la fois un espace documentaire et la vitrine d’un service.

 

Le cas de Bitcoin est encore différent. Ce qui semble être le site officiel du service [1] contient assez peu d’informations et permet essentiellement de télécharger le logiciel en question. La page d’accueil, fonctionne, à ce titre, comme un portail et renvoie vers d’autres sites internet qui parlent de Bitcoin, dont notamment le site “weusecoins.com” qui est un site, parmi d’autres, présentant le service.

Une section ABOUT décrit sommairement le service en insistant sur son originalité et sur l’absence d’autorité centrale dans le contrôle et le transfert de la monnaie. Ce discours politique est repris dans la vidéo de démonstration du service, sur le site weusecoins.com qui insiste sur le fait que les échanges entre les utilisateurs sont cryptés et anonymes, qu’ils ne font l’objet d’aucun contrôle ni d’aucune censure, que les contraintes administratives, géographiques et financières sont quasiment inexistantes. De fait, le discours est tout aussi promotionnel (facilité des transactions sécurisées) que politique (pas de propriété du système). 

 

extrait de la page d’accueil du site “weusecoins.com” 

 

La vidéo de démonstration propose un scénario d’usage très large articulé au fonctionnement technique du dispositif. Mais – et c’est ce qui est très intéressant – le fonctionnement technique n’est pas décrit ; il est métaphorisé. Si l’utilisateur “mine” un maximum, il pourra  ”collecter des bitcoins”. Ce qui revient à dire que les utilisateurs qui autorisent le système à “user” de la puissance de calcul de leur ordinateur et qui permettent ainsi au système distribué de se déployer et de fonctionner de manière efficace, sont rémunérés pour leur participation à la création du réseau et du système monétaire.

 

extrait de la video de démonstration du service Bitcoin

 

Le discours technique, à proprement parler, est donc peu présent. Mais il n’est pas absent : lorsqu’on regarde l’onglet ABOUT, sur le site du service, une partie “Technology” propose aux internautes différents liens, au premier rang desquels figure un article, signé Satochi Nakamoto, l’un des développeurs de Bitcoin (apparemment « fondateur »… encore une fois, beaucoup de flou autour de ce service et de son histoire), et qui reprend les codes éditoriaux des articles scientifiques. Les universitaires ne sont pas loin ! « If you are interested in learning more about the technical details of Bitcoin it is recommended you start with these documents ».

Le fait que Bitcoin soit un service qui repose sur une architecture complètement distribuée est assumé jusqu’au point où les informations sur le service sont aussi distribuées sur plusieurs sites. Le site qui permet de télécharger l’application est donc plutôt un accès au service plutôt qu’un espace proprement promotionnel.

 

Dans le cas de Diaspora, le discours dominant, sur le site internet du service, est clairement promotionnel et explicatif ; le discours technique est quasiment absent. Comme pour Bitcoin, il est relégué à d’autres espaces, notamment la plateforme github à destination des développeurs ou la page tutoriel de Diaspora.

Le site de Diaspora développe une rhétorique autour, à la fois des notions de communauté et des notions d’autonomie de l’utilisateur. « Diaspora* is a fun and creative community that puts you in control ». La référence aux réseaux sociaux existants est mentionnée et le service se présente comme un mélange des différentes fonctionnalités offertes par ces autres réseaux sociaux, ce qui est censé engager un sentiment de familiarité pour l’utilisateur. « You’ll feel at home immediately! ».

La technologie distribuée n’est évoquée que sous la forme du bénéfice offert aux utilisateurs dont les données personnelles sont éparpillées sur le réseau, sur les nombreux “pods” (c’est à dire les nœuds qui forment le réseau, sorte d’agglomérats d’utilisateurs qui se retrouvent sur des sujets et tissent des liens à partir de là). Elle est aussi mentionnée sous la forme d’un autre bénéfice, offert aux utilisateurs qui souhaitent installer l’application sur leur ordinateur et devenir un “pod” (intérêts communs).

« Now you don’t have to settle for having your data on someone else’s server. Since Diaspora is completely free software, you can grab the code and host it wherever you want. We’re constantly making it easier for individuals to host their own pods on Diaspora*. »

 

extrait de la page d’accueil du site du service Diaspora

 

Les images présentent sur le site présentent des interfaces possibles du service et en donnent les avantages pour deux figures d’usagers: l’utilisateur lambda et l’utilisateur expert (le développeur) qui peut travailler sur le code et se constituer en “pod”. Comme pour Mesh Potato, le site internet est une vitrine du service pour deux communautés d’usagers, mais le discours promotionnel vise à les réunir en une seule et même communauté d’amateurs technophiles.

 

Jusqu’à présent, les exemples cités suivent une gradation concernant la place du discours technique : de l’omniprésence, dans le cas de Serval, à sa combinaison avec d’autres discours dans le cas de Mesh potato, à sa quasi-absence dans le cas de Bitcoin et de Diaspora.

 

Mobiluck est un exemple particulièrement intéressant d’absence totale du discours technique dans la description du service. On sait que Mobiluck est un exemple d’application qui a changé d’infrastructure technique (il était à l’origine un service de messagerie instantanée via Bluetooth, reposant sur un système distribué, il est aujourd’hui un service de messagerie géolocalisé via une triangulation par système GSM, donc reposant sur un système centralisé).

Le site internet du service déploie un discours promotionnel qui n’explicite pas la technologie sur laquelle est basée le service. En revanche, l’ambiguïté est entretenue concernant les deux bénéfices que peut retirer l’utilisateur du service : la localisation de l’individu mais en même temps le contrôle, par l’individu, de la visibilité de ses informations.

« Vous contrôlez totalement qui peut voir votre profil et qui peut voir où vous êtes ».

La page d’accueil du site s’ouvre sur une animation qui présente un scénario d’usage très explicite: des retrouvailles entre deux utilisateurs de Mobiluck sont organisées grâce à la localisation des individus et des lieux de loisirs pertinents. Le site s’adresse dès lors à deux communautés d’usagers : les utilisateurs du service et les annonceurs qui souhaitent se voir répertoriés dans le service (le nombre de langues dans lesquelles le site est traduit est aussi édifiant quant au public que le service Mobiluck vise).

 

extrait de la video de démonstration du service Mobiluck

 

Le cas de BUMP ressemble à celui de Mobiluck, dans le sens où une fois de plus, le discours dominant de la description du service est promotionnel. Une rhétorique de la “magie” est, à ce titre, développée pour décrire le dispositif.

L’insistance sur le geste de contact “bump” (c’est à dire toucher son ordinateur avec son téléphone, ou alors, toucher deux téléphones entre eux) comme ressort principal du fonctionnement de l’application mais aussi sur le caractère magique de la transmission de l’information revient à nier l’épaisseur du fonctionnement technique. L’une des vidéos de démonstration du service le montre de façon claire : elle met en scène deux individus qui utilisent le service dans le cadre d’une rencontre amoureuse, sans qu’un seul mot ne soit prononcé, ni aucun texte écrit.

« Magically move photos from your phone to your computer ».

Néanmoins, le discours technique n’est pas complètement absent. D’une certaine façon, on pourrait dire qu’il est mis en scène pour donner à penser que les échanges se font directement d’un utilisateur à un autre, sans la médiation d’un serveur central. L’usage des termes du peer-to-peer pour qualifier les échanges en témoigne.

« The matching algorithm listens to the bumps from phones around the world and pairs up phones that felt the same bump. Then we just route information between the two phones in each pair. »

Le site internet est un exemple très intéressant d’un espace, à la fois promotionnel vis-à-vis du service, mais aussi promotionnel vis-à-vis de l’équipe de conception et de l’entreprise elle même. Il met en scène l’espace de travail, de l’entreprise BUMP, comme étant un laboratoire collaboratif dans lequel on invente tout en jouant notamment au ping-pong. La vitrine ne concerne plus tant l’objet technique, en lui-même, que les acteurs qui convoquent les représentations associées aux “start-up” et se représentent ainsi comme étant, avant tout, des acteurs de l’innovation.

 

extrait de la video de démonstration “See what it’s like to work at Bump!” sur le site du service Bump

 

Le dernier exemple correspond au service d’appel à distance Skype, qui repose sur une architecture technique hybride (à la fois centralisée distribuée). Skype est principalement décrit, dans le site internet consacré au téléchargement du service de VoIP, comme un système de communication. Les principaux avantages consistent en une réduction des coûts, une facilité de déploiement, et la bonne résistance du réseau. Le discours de promotion du service insiste sur la possibilité d’être en lien avec sa famille, sa communauté. Le discours dominant est un discours commercial qui rappelle les avantages d’un service déjà largement connu, dans le domaine des communications par internet. En témoigne la mise en scène, par les images présentes dans l’onglet sur les fonctionnalités de l’outil, du fait que le service est complètement entré dans les usages. Trois scènes de vie différentes représentent les trois fonctions principales de Skype (l’appel vidéo et l’appel sans vidéo, l’appel vers des fixes et des mobiles), sans montrer quasiment l’outil, ni son fonctionnement, mais en mettant en avant les utilisateurs eux-mêmes.

 

extraits des pages consacrées aux fonctionnalités de Skype, sur le site internet du service

Sur la page d’accueil, les cinq onglets principaux concernent les fonctionnalités de Skype, le téléchargement de l’application, les tarifs, les accessoires, la version du service pour les entreprises et enfin l’assistance technique, mais aussi juridique (section vie privée et sécurité). Le discours technique est présent sur un mode de mise en scène. L’opposition entre centralisé et peer-to-peer est présente pour valoriser l’opportunité technique. Le peer-to-peer est expliqué, commenté et convoqué dans les sections juridiques et administratives. Skype est le seul exemple, parmi les sept cas décrits précédemment, qui consacre plusieurs sections à la technologie distribuée du point de vue de ses implications juridiques et administratives.

 

Les sept services qui ont été analysés ici ne représentent que quelques exemples parmi l’ensemble des services qui permettent d’aborder la question du peer-to-peer. Nous avons voulu montrer qu’au delà du degré de “maturité” des services (services commercialisés ou non, business modèles établis ou non, etc.), les discours que tiennent ces objets sur eux-mêmes font apparaître plusieurs types de représentations de l’innovation. Pour schématiser, et conclure, on pourrait dire que dans le cas de Serval ce qui est construit discursivement et donc considéré comme une “innovation” est le code, c’est à dire la technologie elle-même; dans le cas de Mesh Potato, de Bitcoin c’est le produit qui est décrit comme une innovation; dans le cas de Diaspora, de Mobiluck et de Skype, l’innovation se situe plutôt dans l’usage; et enfin, dans le cas de Bump, l’innovation se trouve dans l’équipe de conception du service.

 


[1] Bitcoin étant une sorte de software assez “fantomatique”, nous ne savons pas vraiment quel est son “site officiel”. Notre travail se base ici sur une analyse des sites web “bitcoin.org” et “weusecoins.com“.



Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Actualités, Figures de l'AD

Laisser un commentaire

sabonner-à-ce-carnet1

Brèves

(toujours) à propos de Pursuit…

Toujours à propos de Pursuit, que Francesca Musiani avait brièvement présenté ici, un article récent revient sur son fonctionnement et présente les vidéos de...
Lire la suite »

Francesca Musiani, prix de thèse “informatique et libertés” CNIL

Francesca Musiani, l’une des coordinatrices du projet ADAM a remporté, grâce à ses travaux, le prix de la CNIL 2013. Nous tenions ici à...
Lire la suite »

Présentation vidéo de Arkos (navigateur-système d’exploitation décentralisé)

Nous y reviendrons plus longuement prochainement mais nous tenions à faire circuler l’information sur notre plateforme de recherche. Voici donc une présentation d’Arkos, les...
Lire la suite »

“Pursuit” et le nouveau Internet

Comment envisager une nouvelle infrastructure globale pour l’Internet, susceptible de mieux répondre aux exigences des utilisateurs? Cet enjeu de taille est abordé par le...
Lire la suite »

La forme physique des architectures virtuelles

Balaji Srinivasan nous en parle sur Wired à propos des “cloud communities”: http://www.wired.com/opinion/2013/11/software-is-reorganizing-the-world-and-cloud-formations-could-lead-to-physical-nations/ Tweet Francesca MusianiChercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown...
Lire la suite »
Contrat Creative Commons
Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 2.0 France.

Carnets de recherche