La Syrie a disparu… de l’Internet mondial

À suivre sur Twitter via le hashtag #SyriaBlackout

La nouvelle est arrivée hier à 10:26 UTC via une brève d’une entreprise qui surveille le statut de l’Internet mondial (Remesys). En effet, sur la table globale de routage du web, les 84 portes d’entrées sur la Syrie (les 84 blocs d’adressage IP assignés à ce pays en proie à une guerre depuis 2011) étaient devenues inaccessibles. L’infrastructure mondiale de l’Internet a donc été amputé en quelque part, le réseau à perdu les branches syriennes de ses rhizomes…

Qu’est ce que cette coupure signifie dans un pays à feu et à sang et où un régime de terreur cherche à contrôler l’information? Les militants syriens trouveront-ils des solutions décentralisées pour contourner ce blocage de l’Internet comme souhaiter le faire la technologie Commotion, Internet in a suitcase dans cet article du New York Times du 12 juin 2011?

Les prochains jours nous le diront, mais gageons dès à présent que c’est mauvais signe. Très mauvais signe… Ce type de coupure a souvent lieu lorsque les régimes politiques autoritaires deviennent nerveux à propos de la façon dont ils sont perçus de par le Monde (Mubarak, raïs déchu égyptien se permettait bien souvent d’agir de la sorte mais la dernière coupure en janvier 2011 avait cristallisé les revendications démocratiques de la place Tahrir et de ses militants connectés).

Plus d’informations ici (allthingsd.com article de Arik Hesseldahl)


François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Publié par

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *