Lutter contre l’exclusion : les oeuvres-réseaux de Wachter & Jud (Gaité Live)

Article paru sur le site Gaité Live le Jeudi 11 avril 2013. Gaitelive est le média en ligne de la Gaité Lyrique qui explore en long, en large et en travers les Cultures Numériques. gaite-live.net
net-mobil-ordinateur
Crédit image : Qaul.net
À l’occasion de leur exposition à la Gaîté Lyrique, François Huguet décrypte le travail des artistes Christoph Wachter et Mathias Jud qui critiquent les systèmes informatiques centralisés générant l’exclusion et la division des individus.

Dissocier les objets techniques que l’Homme produit pour transformer son rapport au monde de l’imaginaire qu’il associe à ces objets et à leurs usages semble chose impossible ; on pourrait même affirmer que les fonctionnalités de ces objets sont « indissolublement liée à une (ou plusieurs) fictionnalité(s) »1. Inspiré par les fictions que déploie Internet depuis sa création, Christoph Wachter et Mathias Jud – duo de net-artistes suisses basés à Berlin – observent les diverses matérialités du réseau des réseaux ; ils interrogent les imaginaires que la toile crée, qu’elle entretient ou qu’elle cherche à cacher. Avec le projet #GLM, sorte d’écho au projet HÔTEL GELEM installé à Montreuil depuis peu, ils continuent un travail initié il y a plusieurs années et qui a pour but d’observer les angles morts de l’urbanisme du web mais également de l’urbanisme au sens propre. Au delà de la simple observation-performance, la démarche de Wachter & Jud vient interroger et « tester » ces fictions dont il sera ici question. Et ils le font au sens propre comme au sens figuré : avec des humains et des machines ; toujours les mains dans le cambouis, dans les tuyaux des infrastructures ou des 0 et 1 de l’informatique… De quoi réjouir les chercheurs en Sciences & Technologies Studies mais de quoi interroger également un public beaucoup plus large sur les relations que l’on tisse avec ces fameuses Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, leur(s) matérialité(s) et leur(s) « politique(s) ».

Depuis 2006, ils ont créé différentes œuvres interactives qui interrogent la question des frontières générées par le web.

Mathias Jud et Christoph Wachter n’en sont pas à leur coup d’essai dans la critique des systèmes informatiques centralisés qui génèrent exclusion et division des individus. Depuis 2006, ils ont créé différentes œuvres interactives qui interrogent la question des frontières générées par le web. Leur projet Zone*Interdite vise par exemple à pointer le paradoxe entre les lieux clairement interdits au public (notamment les camps de prisonniers de Guantanamo à Cuba, celui de Bucca en Irak ou bien la base militaire aérienne de Bagram en Afghanistan) et les images que les Mass Médias diffusent de ces derniers. À partir d’images issues du web, ils ont cartographié et construit l’espace de ces lieux de façon numérique. Ils ont recomposé en trois dimensions ces endroits censés être interdits aux regards et « hautement sensibles » pour les exposer à n’importe quel internaute. Il en va de même pour leur projet Picidae qui cherche de son coté à créer une forme de communauté capable d’échapper à la censure qu’exercent des pays plus ou moins autoritaires sur l’Internet. Picidae est en effet un projet d’infrastructures (des petits serveurs disséminés partout dans le monde) où des utilisateurs « photographient » des sites web interdits par des régimes politiques pour les mettre à disposition de tout le monde sur le serveur pici. Les mécanismes de blocage étant généralement textuels, les impressions-écran des sites répertoriés sur les « listes noires » permettent d’échapper à cette censure et d’avoir accès à leur contenu.


Zone*Interdite, impression-écran d’une marche en 3D dans Guantanamo Bay.

Avec ces deux artistes militants d’un Internet plus libre, il est, au final, bien souvent question de « solutions ».

Avec ces deux artistes militants d’un Internet plus libre, il est, au final, bien souvent question de « solutions ». Solutions face à aux paradoxes de nos rapports aux images, solutions face à des tentatives d’atteintes à la liberté des internautes, solutions face à la question de la « fracture numérique »… Le projet #GLM pour Grassroot Local Meshnet, relève d’ailleurs de cet esprit là. Avec cette œuvre qu’ils présenteront à la Gaité Lyrique tout au long des mois d’avril-mai, ils continuent de creuser la porosité de l’ingénierie de réseaux de communication, d’interroger ses frontières mais aussi de questionner les mécanismes d’exclusion actuels en cherchant à les combattre. #GLM, c’est appliquer le principe communautaire de réseau MESH jusqu’à l’HÔTEL GELEM de Montreuil pour y amener une connexion Internet. L’HÔTEL GELEM est l’un des autres projets de Mathias Jud et Christoph Wachter, il s’agit d’une forme de « tourisme embarqué » où le « touriste » participe aux conditions de vie précaires d’un camp Rom :

« Alors que la majorité d’entre nous recherchent l’exotisme et l’aventure pendant les vacances, pour les gens confrontés à des conditions de vie précaires, la dure réalité est qu’ils doivent faire face aux contraintes liées à la mobilité et à l’improvisation en permanence. HÔTEL GELEM invite à participer à des situations de vie grossières et à former de nouveaux types d’échanges, ainsi qu’à présenter et à prendre en considération des phénomènes qui n’auraient « plus jamais » dû se reproduire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. HÔTEL GELEM propose des endroits où se rencontrent transfiguration romantique et persécutions racistes, et franchit chaque nouveau mur à travers l’Europe, qui dramatiquement, a été divisée par notre société. » [source]


L’hôtel GELEM à Paris.

Qaul est singulier en cela qu’il est projet artistique et possède donc cette posture particulière qui fait de lui un objet capable d’interroger nos pratiques plus qu’un service web ou qu’une application quelconque. 

#GLM vise donc à rattacher ce symbole d’exclusion contemporaine qu’est le camp Rom au réseau Internet via une technologie particulière de réseau maillé ou réseaux MESH (MEtro Scale ad-Hoc network2​). Cette technologie est d’ailleurs à la base d’un autre projet de ces deux artistes militants : Qaul.net. Qaul correspond assez bien à l’une des trajectoires récentes des mondes de l’Internet, à savoir une entreprise de socialisation d’une technique particulière : celle d’établir des réseaux locaux autonomes et des communautés d’utilisateurs avec un objet technique spécifique en l’occurrence l’informatique décentralisée (et mobile). On peut observer de telle initiatives un peu partout sur la planète, les réseaux MESH étant utilisés en Afrique du Sud, en Europe (avec par exemple Freifunk, Funkfeuer, Guifi, etc.)3, aux Etats Unis4, surtout pour partager des connexions à Internet.

Mais Qaul est plus que cela : en tant que logiciel de création de réseaux MESH sans fil et autonomes où le parc d’appareils de communication des utilisateurs devient l’infrastructure (la communication entre les terminaux communicants se fait uniquement via leurs capacités d’émission, de réception et de transmission d’un message entre appareils via WiFi), ce projet artistique se distingue d’un projet politique tel que Commotion qui peut sembler au premier abord être une forme d’application « cyber-diplomatique » américaine issue de la 21st Century Statecraft (1er mandat présidence Obama)5 édictée par la secrétaire d’État Hilary Clinton. Qaul est singulier en cela qu’il est projet artistique et possède donc cette posture particulière qui fait de lui un objet capable d’interroger nos pratiques plus qu’un service web ou qu’une application quelconque.

Qaul (tout comme #GLM dans une autre mesure) est un software « boîte à outils » qui permet à ses utilisateurs de penser leurs propres rapports aux infrastructures de communication qu’ils utilisent et donc de ce fait, aux objets techniques qu’ils manipulent. Mais c’est aussi une réflexion post-printemps arabe qui a trouvé une réponse aux problèmes que la censure et le blocage d’Internet posaient aux militants connectés du Maroc jusqu’à l’Iran. Qaul, logiciel téléchargeable sur n’importe quel type de machines (Mac, Windows, Android, Linux, etc.), peut « devenir » infrastructure de communication.
Interview de Christoph Wachter et Mathias Jud

Réfléchir au fait que la technologie et la question de la « fracture numérique » peuvent s’envisager autrement, qu’une forme nouvelle d’être ensemble est possible.

En effet, les chutes successives de certains régimes autoritaires en 2011 et le supposé rôle des TIC dans ces effondrements6 ont permis de mettre en lumière l’importance des appareils communicants dans les écosystèmes technologiques des pays du Maghreb et du Proche-Orient. Avec les déboulonnements de Ben Ali, de Moubarak et de Kadhafi en 2011, un public extrêmement large comprenait de quoi Internet et les appareils communiquant mobiles étaient « capables » politiquement parlant… Des géants tels que Google ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et ils ont rapidement prêté main forte à certains militants – notamment en Egypte – pour leur permettre de continuer d’utiliser des services comme Twitter7 (ils pouvaient d’autre part bénéficier en investissant, au final, peu d’argent, d’une augmentation du capital sympathie-démocratie de leurs différents services et de leur entreprise en général).

De ce fait, la « fiction » techno-politique qui se construisait à ce moment là – et qui allait continuer à se construire chez les indignés espagnols8 et lors des mouvements Occupy à travers le monde – a permis aux différents projets d’infrastructure MESH de consolider leur projet : une sorte de prise de conscience sur les infrastructures de communication existantes et sur le fait que ce rapport aux infrastructures évolue. Les œuvres de Cristoph Wachter et Mathias Jud relèvent de cette prise de conscience. Dans Qaul et #GLM, l’infrastructure c’est aussi les ondes radios (fréquences WiFi) sur lesquelles transitent les messages, les utilisateurs, leurs appareils et leurs volontés de participer à un réseau local : « l’infrastructure, ça peut être nous les users et nos devices, sans les équipements des opérateurs de téléphonie, c’est à dire les relais GSM, serveurs centraux, câbles téléphoniques, etc. »9.

#GLM et Qaul.net sont des œuvres artistiques visant à montrer qu’une alternative à l’architecture actuelle des principaux services centralisés de communication et d’information est possible. Cette alternative passe par une technologie décentralisée nouvelle, disruptive, gratuite, « open source », virale, c’est-à-dire se répliquant d’appareils à appareils (la technologie possède cette capacité de se transmettre d’un appareil à un autre, sans devoir se connecter à une quelconque entité centrale d’où on téléchargerait un logiciel). L’alternative, c’est en quelque sorte revenir à une infrastructure locale qui permet de partager des choses, de les comprendre, d’assurer la permanence d’un système de communication en local tout en accédant, grâce à ce dernier, à de l’information plus globale. C’est aussi réfléchir au fait que la technologie et la question de la « fracture numérique » peuvent s’envisager autrement, qu’une forme nouvelle d’être ensemble est possible. Et c’est ce qui rend les projets #GLM et Qaul intéressants de notre point de vue : ils ne sont pas véritablement envisagés comme des services, mais comme des « boites à outils », comme des projets politiques de réflexions sur les standards de radiocommunications sans fils actuels, sur la propriété de l’espace public et les capacités civico-pédagogiques des technologies de réseaux sans fils.


Crédit image : Qaul.net

Reste à savoir si ce type de communautés socio-politiques et d’infrastructures réseaux sauront s’étendre et faire en sorte que les technologies de l’information et de la communication deviennent plus « démocratiques ». Qaul et #GLM, en tant qu’œuvres artistiques, interrogent de façon très intelligente tous ces enjeux à la fois culturels, civiques et politiques. Mais reste également à savoir si une forme de citoyenneté insurrectionnelle10 « équipée » de technologies décentralisées, autonomes et mobiles saura faire face aux défis futurs d’Internet, qui tend aujourd’hui à limiter nos libertés et nos interactions sociales en dehors de son méta réseau (qui lui n’est pas du tout une fiction)…

 

[1] Musso, P. (2009), Usages et imaginaires des TIC : la friction de fictions​, in Licoppe, C. (2009), L’évolution des cultures numériques, de la mutation du lien social à l’organisation du travail, {FYP} éditions, Paris, p. 201-210.

[2] Sur ce point, voir ici. Notons également que la technologie MESH ou MANET (Mobile Adhoc NETwork) était très utilisée au départ pour des réseaux de capteurs ou pour le déploiement de systèmes de communications en contextes de crises – catastrophes naturelles (notamment quand les infrastructures existantes se sont « cassées la figure » et qu’il faut déployer un système de communication from scratch).

[3] Voir cet article d’Ophelia Noor à propos des communautés WiFi autonomes (OWNI.fr, 12 Septembre 2011, « Le wifi libre entre en résistance ».)

[4] Voir cet article de Stéphanie Vidal à propos des réseaux WiFi de Détroit (Slate.fr, 3 Septembre 2011, « Du sans fil pour recoudre Detroit ».)

[5] Voir notamment les articles d’Yves Eudes (Le Monde, 30 août 2011, « Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle »), de James Glanz et John Markoff (The New York Times, 12 Juin 2011, « U.S Underwrites Internet Detour around Censors ») et le reportage TV d’Al Jazeera (US Government funding shadow networks, 2012).

[6] Gerbaudo, P. (2012), Tweets and the streets. Social Media and Contemporary Activism, Pluto Press. Londres.

[7] Le speak-to-tweet. Il faut néanmoins se méfier de cette politisation à outrance de l’activisme en ligne, et rappeler les doutes de Sami Ben Gharbia (fondateur de Nawaat, premier portail d’information d’opposition en Tunisie créé en 2004) à propos de « [la] perte de crédibilité des réseaux contestataires constitués à l’origine de manière indépendante et enfin [le] développement d’une sorte d’activisme en ligne parallèle, financé par l’extérieur donc moins « authentique » » ; cités dans : Gonzalez-Quijano, Y. (2012), Arabités numériques. Le printemps du Web arabe, Sindbad – Actes Sud, Arles.

[8] Gentès, A. & Huguet, F. (2012), « Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média », in Stiegler, B. (2012), Réseaux sociaux. Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux, IRI – {FYP} éditions, Paris. Notons que cette « fiction » fait fi des écueils de la révolution de 2009 en Iran, des luttes syndicales menées depuis des décennies dans les pays où se déroulaient les soulèvements et des cas de censure notamment chinois ou russes.

[9] Voir cet article de Pishevar Sunday (TechCrunch.com, 27 Février 2011 « Humans Are The Routers Shervin ».)

[10] Sur ce point, voir les travaux de Félix Tréguer (doctorant en Sciences Politiques à l’EHESS Paris) sur http://www.wethenet.eu.

 

Article paru sur le site Gaité Live (la Magazine de la Gaité Lyrique) le Jeudi 11 avril 2013

 


François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Publié par

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *