Compte-rendu du colloque Digital Life Lab « La participation des amateurs dans l’univers numérique »

21 mars 2011
Par

Compte-rendu du colloque Digital Life Lab (Institut Télécom)
"La participation des amateurs dans l’univers numérique"
La Cantine, Paris, 18 mars 2011.

par Francesca Musiani

La prolifération des plateformes participatives sur Internet suscite une implication toujours plus grande des amateurs dans la production ou la réappropriation de contenus médiatiques qui circulent et s’échangent sur le Web (textes, photos, vidéos, fichiers musicaux, logiciels, etc.) Ce colloque, organisé par le Digital Life Lab (Institut Télécom) à la Cantine le 18 mars 2011, a eu pour objectif de réfléchir aux enjeux sociaux, organisationnels et culturels suscités par la profusion de ces nombreuses pratiques amateurs dans l’univers numérique.

"Les amateurs sont souvent des passionnés à l’égard d’une activité qui occupe une grande partie de leur temps libre. Ils agissent selon une logique distincte de celle de l’économie de marché : ils trouvent un authentique plaisir à partager leur passion et sont davantage motivés par la recherche d’une reconnaissance symbolique auprès de leurs pairs plutôt que par la perspective d’une rétribution monétaire," remarque-t-on dans la présentation du colloque.

Les présentations se sont regroupées autour de trois volets: la thématique de l’organisation des pratiques amateurs avant l’ère du numérique; l’univers numérique de la création culturelle et des médias; la mobilisation des médias sociaux dans les entreprises.

Antoine Hennion – Attachements : corps, collectifs, dispositifs

En ouverture, Antoine Hennion est revenu sur ses terrains "de longue date" sur le travail de l'amateur. Il a souligné l'ambiguité du terme, qui peut signaler à la fois celui qui "aime" ou se passionne pour quelque chose, et celui qui "fait mal les choses" en tant que non expert ou non professionnel. Mais la passion de l'amateur n'est pas la passivité, et s'intéresser à l'amateur avec des lunettes pragmatistes permet de rompre avec des notions comme "réception" ou "consommation", et d'insister en revanche sur les phénomènes de coproduction. La notion d'"attachement" est en ce contexte très utile pour se libérer de la distinction dualiste sujet/objet, ainsi que, plus généralement, des dualismes, et reconnaître que l'amateur est souvent doté d'un savoir-faire sophistiqué: "techniques mêlées du corps, du dispositif et du collectif". L'enjeu est de se tourner vers un pragmatisme "hard", plutôt que vers la théorie de l'action "molle" actuelle.

Patrice Flichy – Le sacre de l’amateur

La deuxième ouverture, de Patrice Flichy, a souligné que les amateurs sur l'Internet mettent en place des conventions locales et localisées, qui deviennent par ailleurs des règles très précises. Ce qui distingue l'amateur numérique de l'amateur  en général est le fait que le premier peut avoir un public de ses actions, même très large. Son apprentissage se base sur l'autodidactie, ce qui fait de l'amateurisme une expertise "par en bas", acquise au moyen de l'expérience, et joue un rôle fondamental dans la construction de l'Identité. L'amateur s'engage souvent par intermittence: il s'agit d'un engagement irrégulier, riche en diversité, non uniforme, éclaté. P. Flichy s'est servi de l'exemple de Wikipédia pour souligner cet aspect de non-uniformité, et montrer comment chaque secteur de savoir se construit son mode de traitement: l'amateur ne vise pas un type de savoir qui relève de l'universalité, mais un savoir local. Si l'amateurisme hors numérique est toujours évalué à la mesure des pratiques professionnelles, c'est bien dans le numérique que l'expert "par en-bas" se sent légitime pour contester l'expert.

Olivier Donnat – Les pratiques amateurs avant l’ère du numérique

Olivier Donnat est ensuite revenu sur l'histoire des définitions des "pratiques culturelles". Il a distingué deux acceptions de la définition de public: la première c'est "le" public indifférencié des grands œuvres; la deuxième a une connotation négative d'aliénation, et indique les fans des produits culturels. En France, le ministère de la culture s'est focalisé sur les pratiques professionnelles en ignorant le riche tissu socio-culturel des pratiques des amateurs. Des études menées au cours des années 1990 ont révélé des grandes disparités dans la consommation des biens culturels. On note aussi que les pratiques d'amateurs sont plutôt le fait des jeunes: l'allongement de la durée de la jeunesse en entraîne donc un accroissement quantitatif. O. Donnat estime cependant que le fait de pratiquer ou de consommer les productions professionnelles ne recoupe pas le fait de se considérer comme amateur. Il identifie quatre types d'ancrage à un bien culturel: l'héritage direct des parents ; la transmission par rupture (i.e., faire autre chose que les parents) ; l'événement douloureux ; l'arrachement à son contexte d'origine par la pratique d'une activité. L'activité de l'amateur se place aujourd'hui dans un continuum qui a pour extrêmes deux pôles : soit l'engagement total (avec le rêve de se professionnaliser, et une socialisation exclusive autour de la pratique), soit, au contraire, une pratique amateur quasi clandestine, cachée même à son entourage personnel et professionnel immédiat.

Jean-Samuel Beuscart et Maxime Crépel – Les trajectoires de notoriété sur le Web 2.0 : quatre figures de l’engagement dans la pratique artistique en ligne

Jean-Samuel Beuscart et Maxime Crépel ont discuté des trajectoires de notoriété sur le Web, et particulièrement de quatre figures de l’engagement dans la pratique artistique en ligne. Dans des contextes tels que MySpace et Flickr, entre amateurisme et exposition de soi, il y a une imbrication des logiques personnels et de masse. Le choix des outils d'analyse, et donc d'appréhension, de l'audience en ligne est très important. Les leviers de notoriété sur Flickr et MySpace sont par exemple la mise en forme de sa page, la régularité des publications, la facilité d'appropriation par les visiteurs, l'entretien d'un réseau de sociabilité. A travers le jeu de réciprocité des commentaires, petites communautés denses et cohérentes se construisent. Les quatre trajectoires de réputation qui suivent les différents modes d'engagement dans la pratique artistique en ligne sont donc 1) l'abandon, 2) l'amateur enrichi à travers recherche d'une audience, 3) la professionnalisation et la création de nouvelles formes d'industries culturelles (en réponse à une logique de fermeture) et 4) l'amateur 2.0 (en réponse à une logique d'ouverture).

Dominique Cardon, Camille Roth et Guilhem Fouetillou – Trajectoire de consécration des amateurs dans le monde numérique

Dominique Cardon a ensuite présenté le travail, mené en collaboration avec ses collègues, sur la consécration des amateurs (au moyen de l'étude des liens). Ils proposent deux matrices : curieux / introverti / extroverti / silencieux ; célébrité / notoriété / popularité / invisibilité ; à partir de ces deux matrices, ils identifient seize positions topologiques présentes ou non selon les différentes familles de blogs. D. Cardon a développé à ce propos l'exemple des blogs culinaires et leurs différents modèles d'usage des tags, des photos, des échanges. En conclusion de leur intervention, les auteurs signalent la co-existence de plusieurs modèles de blogs : le carnet personnel, le club, l’élite, la metaréflexion.

Nicolas Auray et Dominique Fréard – Ce que le numérique a changé dans l’implication des amateurs à la production de connaissances : le cas de l’astronomie francophone
Serge Proulx et Lorna Heaton – Tela Botanica : la coopération en réseau de botanistes amateurs

Les interventions de Nicolas Auray et Dominique Fréard d'abord, et de Serge Proulx et Lorna Heaton ensuite, ont porté sur la science participative en réseau et sur les changements entraînés par le numérique dans l'implication des amateurs dans les processus de production des connaissances. N. Auray et D. Fréard se sont concentrés sur la communauté d'astronomes francophones. S. Proulx, après avoir introduit deux logiques d'engagement, la logique de réseau (engagement non nécessaire, sérendipité) vs la logique de communauté (fidélité, engagement), a parlé de Tela Botanica, un réseau de botanistes amateurs qu'il définit comme "nouvelle forme d'autorité hybride", dispositif sociotechnique qui se rapproche d'un outil de business.

Christine Balagué – Les réseaux socionumériques dans les stratégies d’entreprise
Claire Levallois-Barth – L’usage des réseaux socionumériques en entreprise : quelles sont les frontières juridiques entre vie professionnelle et vie privée ?

Christine Balagué a ensuite présenté des pistes de réflexion sur le rôle des réseaux sociaux numériques dans les stratégies d’entreprise. Elle a noté comment on fait face à un changement de paradigme pour les entreprises : on va vers des "marchés de conversation", basés sur l'influence conversationnelle. Sur sa lignée, l'intéressante présentation de Claire Levallois-Barth sur l’usage des réseaux sociaux numériques par les employés d'entreprise a permis d'éclairer l'état actuel des questionnements juridiques quant aux frontières entre vie professionnelle et vie privée, à partir de cas pratiques concrets dont certains ont fait la une des médias. Un chantier en construction, qui se façonne peu à peu entre la protection de la vie privée des employés, le monitorage par l'entreprise du temps et des dispositifs qu'elle met à disposition de ses salariés, et les évolutions rapides de ces nouvelles technologies.

Chantal Morley – Comment aime-t-on les technologies numériques ? Points de vue d’amateurs dans l’entreprise

Chantal Morley a de son côté abordé la question suivante: "comment aime-t-on les technologies numériques?" Pour tenter une réponse, elle a analysé son travail de codage d'entretiens qualitatifs portant sur les points de vue d’"amateurs dans l’entreprise", professionnels qui aiment ce qu'ils font. L'amour de la technique embrasse le goût du concret, la volonté de percer un mystère, de comprendre, d'évoluer, la recherche d'une légitimation et d'une crédibilité. L'objet technique nous émerveille du même fait qu'il est concret, utile. Les motivations intellectuelles de l'attrait pour la technique incluent la volonté d'être stimulé, de se dépasser, de rester en éveil, de vouloir "gagner" (arriver à la faire fonctionner). Il est aussi question de la reconnaissance de soi-même en tant qu'appartenant à la communauté des "autres techniques", et de la volonté de médiation envers les "autres" "non techniques". L'amour de la technique est une "épreuve publique et privée, qui apporte estime de soi et des autres".


Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Actualités, Productions ADAM

Laisser un commentaire

sabonner-à-ce-carnet1

Brèves

Facebook s'invite sur Tor

Un article intéressant paru dans Le Monde en novembre dernier: Martin Untersinger écrit que "Facebook a annoncé la semaine dernière le lancement d'une version...
Lire la suite »

(toujours) à propos de Pursuit...

Toujours à propos de Pursuit, que Francesca Musiani avait brièvement présenté ici, un article récent revient sur son fonctionnement et présente les vidéos de...
Lire la suite »

Francesca Musiani, prix de thèse "informatique et libertés" CNIL

Francesca Musiani, l'une des coordinatrices du projet ADAM a remporté, grâce à ses travaux, le prix de la CNIL 2013. Nous tenions ici à...
Lire la suite »

Présentation vidéo de Arkos (navigateur-système d'exploitation décentralisé)

Nous y reviendrons plus longuement prochainement mais nous tenions à faire circuler l'information sur notre plateforme de recherche. Voici donc une présentation d'Arkos, les...
Lire la suite »

"Pursuit" et le nouveau Internet

Comment envisager une nouvelle infrastructure globale pour l'Internet, susceptible de mieux répondre aux exigences des utilisateurs? Cet enjeu de taille est abordé par le...
Lire la suite »
Contrat Creative Commons
Cette oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 2.0 France.