W2S: « Cinq questions sur les réseaux sociaux acentrés »

Le séminaire W2S (Web 2 Social Sciences) de la Cantine & Orange Labs a porté le 27 avril 2011 sur une thématique émergente de grand intérêt, les réseaux sociaux acentrés (appelés, en d’autres cas, distribués ou décentrés/décentralisés).

Louis Ameline et Ori Pekelman ont d’abord discuté le nouveau protocole de communication entre les fournisseurs d’identité, les utilisateurs et les sites, qu’ils sont en train de développer au sein de l’entreprise af83. Ce projet, nommé Turbulences et labellisé Cap Digital, a pour objectif de produire une technologie qui « créera un écosystème où de nombreux réseaux sociaux interopérables pourront éclore, tout en proposant à l’internaute de faire respecter sa vie privée autant que possible. » MM. Ameline et Pekelman ont soutenu que, bien que des tentatives similaires aient existé et apparaissent encore aujourd’hui, l’approche technique du protocole Turbulences vise un niveau de confidentialité maximal et une technologie la plus universelle possible. Ils ont notamment parlé du mécanisme d' »anonymat par les proxies » que sous-tend leur protocole.

Bertil Hatt, économiste des réseaux et doctorant à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, a achevé sa présentation des logiques économiques qui structurent le développement et l’organisation de ce type de services en proposant « cinq questions » concernant leur futur proche.

1. Seront-ils commerciaux ou volontaires?

  • Combien la distinction dualiste entre les grandes entreprises commerciales qui cherchent à collecter les données des utilisateurs, et les associations de développeurs inspirés à l’open source ne désirant rien d’autre que le bien commun, sera-t-elle encore pertinente?

2. Quelle distribution par taille?

  • Le fait d’utiliser des réseaux acentrés ne va pas forcément réduire la taille de chacun de ces réseaux. Comment les effets d’échelle et les conventions sociales vont-ils se balancer?

3. Seront-ils spécialisés et comment?

  • Le manque d’un centre impliquera-t-il une spécialisation toujours plus marquée des différents réseaux, ou y aura-t-il un « réseau par défaut » duquel les autres ne vont être que des dépendances?

4. Les relations seront-elles automatiques?

  • Facebook est en train d’apprendre à gérer très bien un niveau de mise en relation « automatique »: c’est-à-dire, deux utilisateurs sont Amis s’ils s’empruntent des photos l’un l’autre. Comment ces dynamiques peuvent-elles avoir lieu dans des réseaux sociaux décentralisés sans que les coûts de transaction soient trop importants? Les expliciter en rajoutant une couche de complexité ultérieure s’annonce très compliqué.

5. Quel rôle pour les réseaux décentrés?

  • A ce jour, les réseaux sociaux décentrés remplissent des fonctions d’expérimentation et d’essai. Ils montrent un exemple, et sont susceptibles de pousser les grand acteurs du marché des services Internet vers des bonnes pratiques. Ils montrent aussi que le modèle de contournement est pratiqué et possible.

La présentation du projet Turbulences est disponible ici.

Ultérieures informations sur la séance du séminaire W2S sont disponibles ici.

L’auteure de ce billet a écrit sur le sujet des réseaux sociaux décentralisés dans Terminal, Observatorio et ParisTech Review.


Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Publié par

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *