Diaspora en open source

Le réseau social en P2P, Diaspora, dont nous avons déjà parlé, sous pression après les importants financements qu’il avait réussi à lever, passe en open source, ce que d’aucuns considèrent comme rendant tangible son échec présent: son incapacité à générer un effet de réseau indispensable à son succès auprès du grand public.

La conclusion laisse encore une porte ouverte pour l’avenir de Diaspora: « I remain cautiously optimistic that the open source community can create something great out of the code the founders released into the wild. Perhaps the existing code will be forked and become the basis for a new project that lacks Diaspora’s baggage. But no matter the outcome, its troubled development will stand as a crowdfunding cautionary tale about the dangers of promising much more than you can deliver. »

Traduction française ici, par la Revue Réseaux TIC

Janet Abbate, ou Internet et STS

Janet Abbate, 2012, « L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 18.

Dans cet article dont le titre est beaucoup plus large que son objet, Janet Abbate montre en premier lieu que la culture et plus spécifiquement les œuvres de fiction interagissent avec le développement du numérique en général et de l’internet en particulier. Ainsi, explique-t-elle, en s’appuyant sur l’exemple de films ou de romans, que la fiction « décrit un avenir technologique possible, mais aussi le rend culturellement signifiant » et qu’elle donne des mots, comme avatar (de Neal Stephenson) ou cyberspace (de Gibson), pour penser les futurs développements. Le deuxième point abordé par l’article porte sur la disparition progressive de la frontière entre utilisateurs et applications numériques.

Dans ces deux thèmes, qui pourraient sembler non directement connectés, c’est en fait la notion d’agency (traduit ici par agentivité) qui est interrogée. Janet Abbate situe la « puissance d’agir » (une traduction de l’agency qui me paraît meilleure et plus conforme aux approches de la sociologie des sciences et des techniques de l’auteur – voir la discussion dans Proulx, 2009) à la fois dans les artefacts et dans les humains, dans les objets et dans les narrations qui leur sont consacrées, dans les applications elles-mêmes comme dans leur conception. On pourrait certes discuter du caractère entièrement inédit de l’agency des supports culturels et ne pas suivre Janet Abbate lorsqu’elle en prive les médias anciens, du livre au téléphone. Mais c’est plutôt le périmètre de cette « puissance d’agir » qu’il semble intéressant ici de discuter.

L’article interroge les limites de l’approche de Langdon Winner (1986), aujourd’hui qu’est largement admise son idée selon laquelle les technologies ont des qualités politiques et que nous avons fait un pas de plus pour admettre que les technologies font de la politique (Barthe, 2009). Aucun déterminisme technologique derrière cette proposition : la puissance d’agir n’appartient pas plus aux seules machines qu’elle n’est exclusive de l’intervention des acteurs. Elle est bien, selon la sociologie de la traduction mobilisée dans l’article sous le nom de STS (Akrich et al., 2006), le fruit de leurs interactions et de leurs confrontations permanentes. Parler d’une délégation aux machines semble arrêter le processus à la conception des technologies, comme si une fois la délégation opérée, la répartition des forces et des pouvoirs était définitivement fixée. Ainsi, Janet Abbate prend l’exemple des logiciels de filtrage étudié par Eli Pariser qui modifierait radicalement le web disponible et personnalisé auquel chaque internaute accède, pour ne donner à voir qu’un monde « fragmenté et apolitique, centré sur le divertissement et la consommation ». L’agency de ces logiciels résulte des choix de leurs concepteurs et du fonctionnement technique des machines, résultat d’interactions autour des réponses apportées à des questions comme « fixe-t-on des niveaux de filtrage selon les âges ? » ou « doit-on bloquer automatiquement les sites signalés comme étant de contrefaçons ? ». Mais cette puissance d’agir ne s’arrête pas là, elle s’actualise aussi dans les actes des utilisateurs, leur capacité à jouer du filtrage, à l’adapter à leurs propres choix, à le cantonner à certains usages (ou usagers), à faire des erreurs ou à échapper au dispositif, etc. Bien sûr, une partie des choix ou des options qui vont définir le degré de filtrage de « son » internet échapperont à l’utilisateur, soit qu’il s’en moque, soit, plus probablement, qu’il n’ait qu’une connaissance limitée voire nulle des options qu’il a « mécaniquement » validées.

Pourtant pas de « bureaucratie automatique » de la technique là derrière ; si la machine est (souvent) imprévisible et inexplicable, c’est plutôt faute d’avoir dénoué (ou d’avoir pu dénouer) l’écheveau étroitement entremêlé des agences multiples impliquées, ici dans le logiciel de filtrage : lois américaines « mondialisées » de fait, localisation des préférences des navigateurs, comportements dominants des internautes et participations au filtrage… mais peut-être aussi (au risque de barbarismes techniques) détermination des ontologies pertinentes, capacité de la bande passante ou des fermes de serveur des moteurs de recherche, etc. Ainsi, pour reprendre les termes de Janet Abbate, l’internet se construit bien dans un « ballet entre programmateurs, logiciels et utilisateurs » mais si la sociologie de la traduction peut aider à le penser, c’est en clarifiant justement ce « ballet », cet écheveau, en montrant les hypothèses qui ont été successivement faites dans la conception des dispositifs techniques et non en leur prêtant une « autonomie » quelconque.

L’analyse des architectures distribuée gagnerait à prendre en compte les deux aspects étudiés. Pour le premier aspect, les visions normatives autour de ces architectures n’ont cessé de se multiplier, dans leur face noire (l’omni-contrôle, le pillage des ressources intellectuelles…) comme dans leur face lumineuse (le forum athénien étendu à tous, la résistance à l’oppression, le partage généralisé et convivial…) ; on peut parier que la fiction ou les œuvres d’imagination viennent et viendront nourrir les concepteurs des systèmes distribués et qu’ils les nourrissent  et les nourriront en retour, mais aussi que, plus largement, les récits, fictionnels ou non, sur le pair-à-pair interviennent dans l’affrontement actuel entre deux conceptions du pair-à-pair : le P2P comme horizon culturel et démocratique / le P2P comme piratage désastreux des ressources culturelles et cognitives. Il serait donc utile de les suivre, comme le font suivant l’hypothèse de J. Abbate, les concepteurs de ces mêmes technologies.

Pour le second aspect consacré à l’interaction avec les usagers, cela nous interpelle sur les hypothèses à partir desquelles les concepteurs des architectures produisent leurs dispositifs : à quel internaute, à quel monde s’adressent-ils et enferment-ils dans leurs algorithmes ?

 

——–

Références

Janet Abbate, 2012, « L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 18.

Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour, 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses des mines.

Yannick Barthe, 2009, « Les qualités politiques des technologies. Irréversibilité et réversibilité dans la gestion des déchets nucléaires », Tracés, 16

Serge Proulx, « L’intelligence du grand nombre : la puissance d’agir des contributeurs sur Internet – limites et possibilités », 7e colloque international ISKO, « Intelligence collective et organisation des connaissances », Lyon, 24-26 juin 2009.

Langdon Winner, 1980, « Do artefacts have politics », Daedalus, 109, 1, 121-136.

Un satellite pour l’architecture distribuée ?

Hackerspace Global Grid (HGG) se donne comme objectif de lancer un satellite  permettant d’interconnecter des ordinateurs en dehors de toute censure (sauf celles, dit le projet, qu’il exercerait contre les contenus illégaux). Une sorte de réseau parallèle à l’internet existant aujourd’hui. D’après Silicon.fr, « HGG s’appuiera sur un autre projet, Constellation, qui vise à fournir de la puissance de calcul depuis une grille de PC connectés en réseau par Internet, à la manière du Seti@home de l’Université de Berkeley. » Il s’agit de construire « un réseau distribué de stations de base au sol qui capteront les communications satellite. Une sorte de GPS à l’envers chargé de localiser les satellites afin de pouvoir les exploiter. »

Une ambition lourde, sans doute pas à la mesure des forces actuellement impliquées dans le projet. Mais on note que se démultiplient  les projets qui visent à créer des réseaux de communication alternatifs, pour une autre organisation, plus efficiente, moins sensible à la censure.

Liste de projets en AD

  • Alliance P2P, réseau P2P privé
  • Appleseed, projet de réseau social open source et décentralisé
  • Bitcoin, monnaie électronique en P2P
  • Buddy Backup, stockage distribué en ligne
  • Choke Point Project, projet de recherche, infrastructure P2P
  • Diaspora*, projet de réseau social décentralisé
  • Distributed Computing Technologies, projet de calcul distribué « volontaire »
  • eMule, application de partage de fichiers décentralisée, de type Distributed Hash Table
  • Faroo, moteur de recherche décentralisé
  • Folding@Home, projet de calcul réparti pour l’étude et la simulation du repliement et l’agrégation des protéines
  • GigaTribe, réseau P2P privé pour partage de fichiers
  • Gossple, projet universitaire de moteur de recherche collaboratif
  • Joost, service de télévision Internet ayant utilisé une technologie P2PTV en 2007 et 2008.
  • MIT Project Oxygen, projet de calcul pervasif et human-centered
  • Mobiluck, application mobile, messagerie instantanée sur mobile
  • Napster, le pionnier des applications de file sharing en P2P, fonction de recherche centralisée/téléchargement direct entre les pairs (aujourd’hui, un « magasin de musique virtuel » à la iTunes)
  • NoseRub, protocole de réseau social décentralisé
  • Pando plateforme P2P hybride de distribution de contenus
  • Pheon, échanges video en streaming (protocole BitTorrent)
  • Plug, projet de recherche, jeu de rôle en réalité augmenté
  • P2P-Next, projet européen de développement d’un standard pour la distribution de canaux télévisés via Internet
  • Safari, projet de recherche, services dynamiques sur un réseau IPv6 hybride
  • Seventeen or Bust, une « attaque distribuée » à un problème mathématique célèbre
  • SETI@Home, projet de calcul réparti pour la recherche d’intelligence extra-terrestre
  • Swarmplayer: échanges video en streaming
  • Tiolive Grid, entreprise pour PME, calcul partagé
  • TOR réseau d’utilisateurs anonymisés
  • Transhumance, projet de recherche, services de partage collaboratif sur réseaux mobiles spontanés sans infrastructure fixe
  • Tribler, communauté de partage de fichiers en P2P avec une fonction de streaming vidéo
  • Turbulences, projet de recherche, réseaux sociaux interopérables
  • YaCy, moteur de recherche décentralisé
  • Waste, réseau P2P privé
  • Wiki Search, moteur de recherche distribué, arrêté
  • Wuala par LaCie, application pour stockage distribué de fichiers ou de « cloud » P2P

Pourquoi un « abécédaire » des AD ?

Les réseaux pair à pair n’existent pas sans imaginaire au sens propre : schémas, graphiques, photos, mises en situations, vidéo. Le portail de recherche centralisera une base de ressources visuelles sur les dimensions, techniques, sociales et culturelles des réseaux pair à pair. Il s’agit de récolter, d’analyser et d’exposer les différentes représentations graphiques qui permettront de constituer un abécédaire (à la manière d’un what’s what) de ces architectures et de leurs services dévoilant à la fois les techniques et les valeurs sous-jacentes ainsi que les usages pressentis par les auteurs de ces représentations.

L’objectif de ce dispositif expérimental est triple:

  • rendre compte de la complexité d’une technique qui peine à faire comprendre sa spécificité par rapport aux architectures réseaux centralisés ;
  • donner des outils de design et d’ingénierie des connaissances dans ce domaine technique, aider à constituer un référentiel utile pour le développement ultérieur de services s’appuyant sur ces technologies ;
  • l’interprétation de cette visualisation comme son utilisation ne sont pas données et sont à construire avec les acteurs. La mise en ligne permettra de les soumettre à la lecture et aux commentaires des acteurs intéressés.

Wiki Search, moteur de recherche

Wikia Search, moteur de recherche Web libre et open-source, lancé par Wikia, une société créée à la fin de 2004 par le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, et par Angela Beesley. Wikia Search a été lancé officiellement en tant dans sa version alpha le 7 janvier 2008. La première version de l’interface de recherche a été largement critiquée par les commentateurs. Après avoir échoué dans l’effort d’attirer un public important, le site a fermé en 2009.