Unlike Us #3 – Social Media: Design or Decline

unlikeus3Les vendredi 22 et samedi 23 mars 2013 se déroulait à Amsterdam l’Unlike Us #3 organisé par l’Institute of Network Cultures (« INC » – fondé en 2004 par Geert Lovink, professeur l’école polytechnique d’Amsterdam, School of Interactive Media at the Hogeschool van Amsterdam (Amsterdam Polytechnic). Cette année, le thème de ce rendez vous annuel qui rassemble au sein d’un même évènement conférences, ateliers, discussion et hackathon était:

« Social Media: Design or Decline »

Unlike Us correspond à un réseau international d’artistes, de chercheurs, de designers, d’activistes et de programmeurs qui s’intéressent aux alternatives au réseaux sociaux et aux « contenus plus qu’aux interfaces ». Pour naviguer au sein de ce réseau et tacher de saisir les thèmes qui intéressent ces personnes plutôt « critiques » des médias, un des meilleurs outils est de regarder ce qui se discute au sein de leur liste de discussion. Le troisième rendez vous de ce réseau multidisciplinaire a tenu ses promesses en termes de discussion interdisciplinaire. La conférence a été ouverte par Bernard Stiegler, Petra Löffler et Tristan Thielmann sur une critique théorique du « social » (philosophe, archéologue, anthropologue). La suite de la conférence a vu se succéder beaucoup de personnes présentant tout autant leur technologie telle que Lorea (réseau social décentralisé utilisé par les indignés espagnol), le Facebook demetricator (par Ben Grosser) ou bien encore des réflexions très intéressantes sur la non utilisation des technologies mobiles dans certaines parties du monde (intervention de Marion Walton à propos de l’utilisation des messageries instantanées en Afrique du Sud. Nous retiendrons aussi la très bonne intervention de Miriyam Aouragh à propos de l’utilisation des réseaux sociaux par les « activistes digitaux » du Proche et du Moyen Orient.

La plupart des communications seront prochainement en ligne (sur http://networkcultures.org/wpmu/unlikeus/) mais vous pouvez dès à présent retrouver la plupart des panels et des technologies qui ont été présentées ici (spotted par Marion Walton):

Peter Olsthoorn showed us how to work out and claim our value to Facebook: What is your Facebook value? Work it out here

Benjamin Grosser introduced everyone to his Facebook Demetricator Facebook Demetricator and the Easing of Prescribed Sociality

Karlessi from Ippolita unpacked Religions 2.0 or the rituals of the participation society and how they feed the friendship algorithm Ippolita

There was a Skype video of Richard Metzger challenging Facebook’s strategy to get publishers to pay for ‘sponsored stories’  Facebook I want my friends back

Hester Scheurwater shot back after her fantasy self-portraits fell foul of Facebook’s censorious gaze Shooting back

For a world where Facebook is our passport, Tobias Leingruber offered us a Facebook ID FB Identity

There were also some great links shared in Simona Lodi’s presentation: Art as Networked Machinery: When Art Becomes Anti-Social for Being More Social

Anti-social blocks social sites IOCOSE

A crowded apocolypse  draws on crowdsourcing to generate a multitude of conspiracy theories

Rui Guerra and David Jonas Uncloud: Control your own cloud

Les Liens Invisibles 15 MINUTES, ANONYMOUS

Vous pouvez aussi télécharger le livre « Social Media Monopolies and their alternatives » tiré des réflexions de ce réseau de chercheurs designers, artistes ici : http://networkcultures.org/wpmu/portal/publication/unlike-us-reader-social-media-monopolies-and-their-alternatives/

Trailer – Unlike Us Reader: Social Media Monopolies and Their Alternatives from network cultures on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Interview avec Federica Casarosa (European University Institute)

Dans le cadre du projet ADAM, nous avons fait une serie d’interviews auprès d’experts internationaux. Nous avons notamment rencontré Federica Casarosa, juriste et chercheuse à l’Institut Universitaire Europeen à Florence, qui s’occupe de la regulation des opérateurs de télécommunication en ligne.

  • Question 1 : Quelles sont les modalités de régulation des architectures décentralisées sur Internet ?

Federica se propose d’examiner cinq mécanismes différents:

1. Régulation par la loi : avec des lois interdisant le déploiement de résaux anonymes, ou qui obligent ces réseaux à implementer certaines fonctionnalités permettant une meilleure identification des usagers. Le problème est que la plupart des réseaux décentralisés sont souvent conçus pour échaper au contrôle, et ne sont pas susceptibles de s’adapter aux règles de droits.

2. Régulation par des tiers : établissement d’une force de police pour superviser les réseaux et faire appliquer les règles ; encourager et faciliter la délation de la part des utilisateurs du réseau. L’inconvénient est que cela risque d’entraîner le développement de réseaux de plus en plus décentralisés qui échappent au contrôle des tiers.

3. Régulation par la technique : incorporer les règles directement au sein des dispositifs technologiques (au niveau du protocole ou de l’interface utilisateur): e.g. DRM, tit-for-tat, etc.  Il faut cependant tenir compte du compromis existant entre la précision des règles et la possibilité pour les utilisateurs de contourner les règles ainsi formalisées.

4. Auto-régulation de la communauté : par le biais de normes sociales ou de mécanismes réputationnels (trust mechanisms). Pour cela, il est nécessaire d’établir un système visant à encourager les usagers à respecter les règles, ou les décourager à les enfreindre. Évidemment, il y a toujours le risque que les utilisateurs “trichent” ou établissent de nouveaux réseaux avec des finalités illégales.

5. Régulation contractuelle : incorporer les règles au sein de la licence sous laquelle le protocole, le logiciel et l’interface sont mis à disposition du public. Tout internaute désirant se connecter au résaux devra ainsi accepter les termes du contrats. Ce méchanisme ne peut servir cependant que pour imposer de nouvelles règles, et non pas pour les faire appliquer.


  • Question 2 : Selon vous, quelle est la meilleure solution ?

Il n’existe pas de solution parfaite, tous présentent des avantages et des coûts qu’il faut nécessairement prendre en compte afin de créer un système intégrant ces différentes formes de régulation – dans le but de garantir un certain degré de contrôle sans toutefois porter atteinte à la vie privée des utilisateurs.

La première solution (régulation par la loi) est très dangereuse, dans la mesure elle permettrait au législateur d’interdire le développement de certaines technologies, ou d’imposer l’utilisation de logiciels avec des fonctionnalités spécifiques. Il est intéressant de voir à cet égard, la situation aux Etats-Unis, où le FBI a recemment proposé une règle visant à obliger l’introduction d’une back-door (porte de service) dans les principaux services de communication sur Internet (VoIP, réseaux sociaux, messagerie, etc) afin de faciliter les enquêtes – sans tenir compte des conséquences négatives que cela pourrait avoir sur la confidentialité des communications et sur la vie privée des utilisateurs. Une règle de telle portée risque aussi de bloquer l’innovation technologique et de rendre illégal un grand nombre de logiciels actuellement utilisés pour des finalités completement légitimes.

Le mécanisme de régulation par des tiers comporte lui aussi un certain nombres de difficultés. Notamment, l’introduction d’une force de police pour surveiller les communications des utilisateurs risque de porter atteinte à la vie privée des utilisateurs dans la mesure où ces agents ne sont pas identifiés (ou identifiable) par les utilisateurs du réseau.

Le mécanisme contractuel est souvent utilisé au sein des architectures centralisées, où l’usager doit accepter les conditions établies par le fournisseur des services en ligne (les soit-disant « Terms of Use »). La situation est plus compliquée dans le cas de services fournis par des pairs connectés à un réseau dont la structure est décentralisée.

D’un point de vue technique, toute architecture décentralisée n’implique que l’existence de deux éléments nécessaires au correct fonctionnement du réseau : un protocole (ou logiciel) qui établit les règles du réseau et un ensemble de pairs (ou utilisateurs) connectés au réseau. Puisqu’il n’y a aucun point de référence, il devient impossible d’identifier le fournisseur avec lequel les utilisateurs peuvent négocier un contrat. Il est cependant possible d’établir un contrat entre les utilisateurs et les titulaires des droits d’auteur sur le logiciel utilisé pour se connecter au réseau. En effet, puisque le logiciel est le seul élément qui « accomune » tous les utilisateurs du réseau, seul les titulaires des droits d’auteur peuvent  imposer des conditions aux utilisateurs désirant utiliser leurs logiciels. Dans le modèle des licences de logiciel libre ou des licences Creative Commons, il s’agit notamment d’intégrer les conditions et les règles établies par une certaine communauté au sein des termes de la licence appliquée au logiciel permettant d’accéder aux services offerts par cette communauté. Cela permet aux ayants-droit de déterminer ex-ante les modalités d’utilisation du logiciel. C’est le principe utilisé dans les réseaux contractuels de la sous-traitance : le responsable identifie les agents sous-traitants et leur communique les modalités d’exécution (e.g. les conditions de travail). Ces modalités sont des normes contractuelles qui doivent être respectées par tous les sous-traitants (e.g. si le responsable décide qu’il est interdit d’employer des enfants, cette règle devra être respectées par toutes les entreprises opérant dans le réseau de sous-traitance).

L’avantage de ce mécanisme est qu’il permet l’établissement de règles globales qui s’étendent au-delà de la spécificité des lois nationales et dont la légitimité subsiste indépendamment de la juridiction d’un pays. Puisque les clauses du contrats sont fondées sur le droit d’auteur, toute violation des termes de la licence équivaut à une violation des droits d’auteur : une infraction désormais reconnue pratiquement dans le monde entier. De plus, bien qu’il n’y ait pas de juridiction de référence au sein d’une architecture décentralisée dont la porté est internationale, il est possible par ce mécanisme de sélectionner une juridiction de base pour résoudre les controverses qui se créent entre les utilisateurs qui proviennent de différents pays.

Le principal inconvénient de ce mécanisme est qu’il se fonde essentiellement sur la bonne-foi des utilisateurs, dans la mesure où il ne permet pas de faire appliquer les règles. Or, si tous les utilisateurs se comportaient bien, un tel mécanisme de régulation serait inutile. Le problème se pose lorsque les utilisateurs ont un intérêt à ne pas respecter les règles, violant ainsi les termes du contrat.

Au-delà du mécanisme contractuel, il est donc souvent nécessaire d’ajouter une couche de régulation supplémentaire afin de faire appliquer les règles. Cela peut se faire aussi bien au niveau de la technologie, par l’intermédiaire d’un système de médiation automatique (formel), qu’au niveau de la communauté – avec un système de médiation ad-hoc qui se fonde sur l’intervention des pairs pour établir la légitimité d’une action donnée.

La première option (régulation par la technique) est une forme de régulation ex-ante.  A priori, dans la mesure où les règles sont  incorporées directement dans l’infrastructure technologique du réseau, il est impossible pour les utilisateurs de contourner ces règles sans en modifier le protocole ou l’interface. Or, à moins que le protocole et les logiciels ne soient disponibles qu’en un format propriétaire, il faut considérer qu’il existe inévitablement un compromis entre le degré de “généricité” des règles et leur “contournabilité” par des tiers. Par exemple, si la règle de ne pas s’insulter sur un réseau n’était implementée que par un logiciel interdisant l’utilisation de certains vocabulaires considérés offensifs, il serait extremement facile pour les utilisateurs de contourner cette règle en utilisant des vocabulaires différenets (mais synonymes) pour insulter leur pairs. Ainsi, il est pratiquement impossible d’établir un système de règles formelles qui ne seront appliquées que par l’intermédiaire de la technique. Toute régulation par la technique doit être accompagnée de mécanismes supplémentaires fondés sur la contribution de tiers ou des membres de la communauté.

La deuxième option (régulation par la communauté) est une forme de régulation ex-post qui s’impose lorsqu’un préjudice potentiel a déjà été commis. Au-delà des règles établies au niveau formel (d’un point de vue légal ou contractuel), l’application de ces règles est faite, en partie, par les membres de la communauté. Cela peut se faire, par exemple, par le biais de normes sociales et de mécanismes réputationnels, ou, pourquoi pas, par l’introduction d’un système spécifique pour la résolution des conflits au sein d’un réseau pair-à-pair, avec établissement d’une obligation pour les utilisateurs de monitorer l’activité de leurs pairs, et, le cas échéant, de sélectionner les sanctions appropriées.

L’efficacité de ce mécanisme est cependant fonction du degré de compatibilité entre les objectifs de la communauté et les finalités d’intérêt général et d’ordre public. Si la plupart des pairs dans un réseaux ont intérêt à ce que les règles soient appliquées, un système de « contrôle social » exercé par la communauté est susceptible de préserver l’intégrité du réseau. La situation se complique lorsque l’on se déplace dans une communauté où la plupart des utilisateurs ont intérêt à ce que les règles ne soient pas appliquées – et où un système de contrôle par les pairs ne peut donc pas fonctionner.

À cet égard, il est important de noter que le code peut servir de support à tout système de régulation par la communauté ou par les tiers.

Par exemple, il est possible de créer un logiciel qui supervise les communications dans le réseau et qui analyse les actions des utilisateurs qui intéragissent sur ce réseau afin d’identifier des situations potentiellement illicites (e.g. le transfert de contenus pédo-pornographiques, la publication de propos racistes ou offensifs) – et cela dans une optique purement statistique et anonyme (et donc sans porter atteinte à la vie privé des utilisateurs). Une telle analyse permettrait d’obtenir une vision globale de ce qui se passe sur le réseau afin de pouvoir determiner le type de communauté dont il est constitué (e.g. 80% des utilisateurs respectent les règles, 10% les violent, et les autres 10% utilisent des mécanimses de chiffrage). Si la communauté est composée à plus de 50% d’utilisateurs légitimes, un système de contrôle par les pairs sera probablement efficace. Inversement, si la communauté est composée à plus de 50% de criminels ou d”inconnus » aux finalités perverses, un mécanisme de régulation par des tiers sera généralement plus efficace. Cela peut se faire soit avec l’établissement d’une force de police, soit avec l’introduction d’espions qui se camouflent au sein du réseau afin de contrôler le contenu des communications entre pairs. (Nous considérons ici que l’atteinte à la vie privée des utilisateurs serait justifiée par une présomption de culpabilité – étant donné que tout utilisateur connecté à un réseau dont les finalités ne sont pas légitimites est susceptible de partager des finalités semblables.)

L’intérêt de cette approche est que les activités “suspectes” identifiées par le logiciel ne seront pas immédiatement bloquées, mais seront au contraire sauvegardées pour être ensuite communiquées aux autorités (ou aux membres de la communauté) – qui se comporteront ici en tant que “juges” afin de déterminer le degré d’intervention nécessaire et les sanctions potentielles pour toute action controverse commise dans le réseau. Un tel mécanisme peut éventuellement mener à un système de régulation par le code qui – après une phase initiale d’apprentissage – deviendrait toujours plus sophistiqué et performant grâce aux retours de la communauté (voir les mécanismes de positive feedback, machine learning, etc).

  • Question 3 :  Comment pourrait-on combiner au mieux ces modalités de régulation ?

On pourrait imaginer un système de régulation pour les architectures décentralisées composé des éléments suivants:

1. Régulation contractuelle : par le biais d’une licence qui spécifie les règles de base de l’architecture (indépendamment de la juridiction).

2. Régulation par la technique : par le biais d’un logiciel qui analyse les communications du réseau à un niveau très basique (e.g. un algorithme qui détecte des images pornographiques ou des vocabulaires offensifs) afin d’en inférer le degré de légitimité ou de licéité. Le but est d’identifier le type de communauté qui anime le réseau, afin de déterminer s’il vaut mieux utiliser un système de contrôle par les pairs (régulation par la communauté) ou un système de police (régulation par les tiers).

3.A. Auto-régulation de la communauté : par le biais de normes sociales et de mécanismes réputationnels, mais seulement lorsque la commauté est composée à plus de 50% d’utilisateurs dont les finalités sont compatibles avec les finalités d’intérêt général.

3.B. Régulation par les tiers (autorités judiciaires) : par le biais d’un mécanisme de résolution des conflits fondé sur un jury externe : lorsque la communauté est composée à plus de 50% d’utilisateurs dont les finalités vont contre les règles établies, seules les autorités publiques peuvent assurer les fonctions de “juges”.

4. Régulation par les tiers (autorités de police) : par le biais d’une force de police (cyber-patrol) qui contrôle les opérations du réseau et qui peut intervenir, le cas échéant, pour faire appliquer les règles et préserver l’ordre public au sein des communautés.

5. Régulation par les tiers (surveillance, délation) : par le biais de système de récompense (ou autre) encourageant les utilisateurs à avertir la force de police dès lors qu’ils entreraient dans un réseau aux finalités perverses.

Giancarlo Ruffo: Sur la gouvernance des architectures décentralisées

Interview avec Giancarlo Ruffo (Università di Torino): Sur la gouvernance des architectures décentralisées


  • Comment voyez-vous la relation entre gouvernance et contrôle dans les architectures décentralisées?

Il est facile d’imaginer un système de gouvernance qui ne délègue pas le contrôle à une ou plusieurs entités. Internet en est un parfait exemple : si on observe la manière dont Internet a évolué au cours des années, on remarque que de nombreux acteurs ont proposé des protocoles (adoptés au niveau local) qui ont contribué à la construction du réseau. Tout individu peut créer un nouveau réseau (ou un nouveau réseau dans le réseau) qui obéit à certaines règles dictées par un protocole donné, et qui subsiste indépendemment des règles dictées par les autres protocoles. La plupart de ces protocoles imposent leurs propres règles au sein d’architectures spécifiques, mais ne permettent à aucune entité d’exercer un contrôle totalitaire sur ces architectures.

En ce qui concerne les architectures décentralisées, il est donc important de distinguer entre “gouvernance” et “contrôle” car il s’agit de deux notions complètement différentes, bien que souvent interdépendantes. Ainsi, bien que ces architectures soient pllus difficiles à gouverner, elles sont aussi plus difficiles à contrôler. La distinction entre gouvernance et contrôle est d’autant plus pertinente dans le cas des réseaux pair-à-pair dont les protocoles établissent un système d’auto-gouvernance par l’intermédiaire de règles techniques qui opèrent de manière autonome, sans qu’aucun de ces pairs ne soit dépendant ou contrôlé par les autres.

Dans un système centralisé, la distinction s’estompe puisque c’est la même entité qui s’occupe à la fois d’établir les règles de gouvernance et de contrôler la correcte application des règles dans une architecture donnée. Ainsi, bien qu’un système de gouvernance soit relativement facile à établir dans une architecture centralisée, il se fonde souvent sur une structure hiérarchique où une ou plusieurs entités centrales contrôlent le fonctionnement de tout le dispositif et assurent la légitimité des communications. Cela entraîne des repercussions potentiellement négatives sur certains droits fondamentaux comme le droit au respect de la vie privée et à la liberté d’expression.

 

  • Quels sont les differents modes de gouvernance qui permettent de faire appliquer des règles (légales ou autres) au sein des architectures distribuées ?

(1) Governance by design : régulation par le code (Code is law)

 

Une façon de réguler les architectures décentralisées est d’incorporer les règles directement au sein de l’architecture technique de réference – sur le modèle des DRM (digital rights management systems).

En effet, Internet est un réseau entièrement décentralisé, qui peut être régulé par une pluralité de mécanismes technologiques. Tout internaute a la possibilité de proposer des règles techniques – qui s’appliquent à un réseau local, ou à l’intérieur d’un système autonome – sans que cela n’empêche les autres acteurs de proposer des règles différentes.

Cela peut se faire au niveau du:

 

  • Protocole

La conception du protocole représente l’étape fondamentale pour le développement d’un dispositif ou d’un résau pair-à-pair. Avant même de penser à l’implémentation du réseau, il faut penser au “design” du protocole qui va determiner les principes de base sur lesquels il sera ensuite possible de développer des logiciels ou des interfaces utilisateurs. La plupart des protocoles actuellement utilisés sur Internet ont été conçus et développés dans une approche pair-à-pair par l’intermédiaire des RFC (request for comments) : des documents techniques qui invitaient la communauté d’internautes à fournir des commentaires sur les protocoles proposés, afin de les améliorer au fur et à mesure.

Le protocole est important car il constitue la structure sous-jacente d’une architecture, dont les caractéristiques iront influencer la conception et le développement de nouveaux dispositifs (en termes d’anonymat, de liberté d’expression, etc). Le protocole représente ainsi le “goulot de la bouteille” (bottle neck) de l’architecture dans la mesure où les règles qui définissent un protocole prévalent invariablement sur les règles imposées par les logiciels ou les interfaces. Ainsi, si le protocole permet de faire quelque chose que l’interface ne permet pas, il sera possible de développer des interfaces alternatives qui permettront de bénéficier des fonctionalités ou d’exploiter les défaults du protocole sous-jacent.

Cela s’est produit à plusieurs reprises dans le cas des résaux pair-à-pair :

Par exemple, le protocole SMTP (le protocole traditionnellement utilisé pour envoyer des e-mails) présente plusieurs défauts de conception (dus à un manque de préoccupation à l’époque où le protocole était développé) qui permettent notamment d’envoyer des e-mails provenant de sources inexistantes. Ce problème – qui est relativement facile à résoudre dans une architecture centralisée – ne peut pas être facilement résolu dans le cas d’un protocole décentralisé.

De même, dans le cas de Gnutella (un réseau pair-à pair pour l’échange de fichiers), étant donné que l’interface officielle du résau (LimeWire) ne permettait pas le téléchargement simultané des fichiers (une fonctionnalité cependant permise au niveau du protocole), les utilisateurs du résau ont développé des logiciels plus performants – exerçant ainsi une pression indirecte sur les concepteurs de Gnutella qui ont rapidement incorporé cette fonctionalité en plus dans l’interface officielle.


  • Logiciel ou interface

La conception du logiciel ou de l’interface utilisateur est une étape importante qui va déterminer l’utilisabilité d’un système, mais qui va aussi définir les contours de ce qui peut ou ne peut pas être fait sur ce système. Alors que le protocole définit les règles de base d’un réseau (les règles du jeu); des logiciels ou interfaces sont nécessaires afin de permettre aux utilisateurs de bénéficier des fonctionnalités du réseau. Ces interfaces traduisent implémentent une nouvelle couche de règles (logicielles) qui iront étoffer les règles (préliminaire) du protocole afin de fournir des outils plus fonctionnels aux utilisateurs – dans les limites des règles imposées par le protocole sous-jacent.

Pour reprendre l’exemple du protocole SMTP, il est très difficile d’établir un système de filtrage pour limiter le nombre de courriels indésidérables (spam), car il est impossible de contrôler la reception d’un message a priori : tout courriel indésidérable ne pourra être filtré que a posteriori par l’intermédiaire d’un logiciel ou d’une interface qui propose des fonctionalités additionnelles de filtrage non prévues au sein du protocole original.

De même, dans le cas des navigateurs web, bien que Internet Explorer et Google Chrome fonctionnent sur le même protocole (HTML), ces navigateurs fournissent des fonctionnalités différentes aux utilisateurs – qui pourront ainsi sélectionner le navigateur qui réponde le mieux à leurs besoins spécifiques.

La notion de “Governance by design” est donc un principe fondamental pour la gouvernance des architectures décentralisées en ligne, qui présente cependant à la fois des avantages et des désavantages.

Les avantages principaux de cette approche se retrouvent dans la transparence des règles (qui sont accessibles par le code) et l’égalité entre pairs (due à absence d’un pouvoir central fondé sur une structure hiérarchique).

Cependant, il faut faire attention à ce que les “règles techniques” ne soient pas perçues comme un inconvénient par les utilisateurs. Les technologies DRM sont une solution qui a échoué à cause de sa complexité : ces technologies n’ont pas été acceptées par les utilisateurs dans la mesure où elles rendaient leur vie plus compliquée. Il est possible d’établir des règles techniques extremement sophistiquées, mais plus le système est compliqué, plus il sera difficile pour les utilisateurs de l’utiliser.

Les désavantages résident dans le manque de flexibilité dû au fait que les règles – une fois incorporées dans le protocole – ne peuvent plus être changées. Les utilisateurs n’ont pas la possibilité de négocier ; ils sont obligés de respecter les règles du protocole afin de pouvoir interagir avec les autres pairs du réseau. Bien qu’il soit toujours possible de créer de nouveaux protocoles qui seront potentiellement supérieurs au protocole préexistant, les effets de réseaux sont tels qu’ils réduisent la probabilité que ces protocoles soient effectivement adoptés par une majorité d’internautes. Ainsi, les problèmes identifiés dans le cas d’un protocole décentralisé tel que l’SMTP ne peuvent pas être résolus sans créer des incompatibilités importantes avec les utilisateurs du réseau – même si de tels problèmes identifiés dans un système de communication centralisé (e.g. Facebook) auraient été résolu en quelques heures.

Il est aussi important de tenir compte d’un problème intrinsèque à tout système de régulation par la technique : il existe un compromis entre la manière dont les règles sont formalisées (i.e. leur degré de précision) et leur portée d’application. Ainsi, plus grande est la généralité des règles, plus grande sera leur ampleur, mais plus il sera difficile de les interpréter ; alors que plus les règles sont précises et formalisées, plus il sera facile de les interpréter par l’intermédiaire de dispositifs technologiques, mais plus il sera facile de les violer.

Par exemple, dans le cas des discours d’incitation à la haine qui sont interdits par la loi, la généralité de la règle de droit est telle qu’elle lui donne une portée très large, mais qui ne pourra être effectivement interprétée que par l’intermédiaire d’un “juge”. Cette règle sera donc appliquée au cas par cas et interprétée de façon différente selon des circonstances. Cette même règle formalisée en termes extrêmement précis afin de pouvoir être interprétée par un ordinateur (e.g. en rendant certains mots illégaux) aura une portée plus restreinte et sera aussi beaucoup plus susceptible d’être contournée.

(2) Self-governance : Social norms

 

Le concept de “Governance by design” ne doit pas se limiter au protocole, mais aussi aux services offerts par ce protocole. Pour assurer la bonne gouvernance d’un réseau décentralisé, il faut donc accompagner les règles techniques incorporées dans le protocole ou le logiciel avec des règles communautaires qui iront déterminer ce que les utilisateurs ont le droit de faire avec ce logiciel.

Une fois les règles du protocole établies il faut déterminer les règles de la communauté qui se construisent autour de ce dispositif. La communauté doit établir, par exemple, quels sont les comportements acceptables et quels sont les types de contenu appropriés au sein d’un réseau. La plupart de ces règles ne pourront être que partiellement implémentées par la technique. Il est impossible, par exemple, de prévenir les discours d’incitation à la haine uniquement par le biais de dispositifs technologiques. D’autres mécanismes devront donc être adoptés pour s’assurer que ces règles soient respectées par tous les membres de la communautés : l’établissement d’un mécanisme de monitorage (logging), l’introduction d’un garant qui supervise les communications, etc.

Enfin, si l’on accepte le fait que la plupart des règles techniques (protocoles ou logicielles) seront de toute façon contournées, il ne faut pas craindre de demander l’aide de la communauté pour faire appliquer les règles qui ne peuvent pas être correctement implementées par la technique. Avec le développement d’un système de réputation fondé sur le feedback des utilisateurs,  par exemple, la communauté devient ainsi responsable du fait de punir les utilisateurs qui ne respectent pas les règles ou qui se comportent mal sur le réseau.

Ce système n’est toutefois pas entièrement fiable, puisqu’il est toujours possible de tricher (par exemple en utilisant des faux identifiants ou des mécanismes qui permettent de manipuler les données) et qu’il est souvent difficile d’identifier ce genre de tricheries. De la même façon que l’on peut contourner les règles techniques par la technique, il est toujours possible de détourner les règles communautaires en s’appuyant sur certains membres de la communauté ayant des intérêts divergents. Ainsi, avant que les architecture distribuées puissent effectivement s’auto-gouverner, il faut d’abord obtenir une “masse critique” d’utilisateurs avec de bonnes intentions qui iront s’assurer que le système fonctionne correctement.

Pour assurer le fonctionnement et le respect des règles dans un réseau décentralisé, il est important que les règles du réseau soient en accord avec les objectifs des utilisateurs. Dans une société globalisée telle que la société dans laquelle nous vivons, il arrive cependant que certains utilisateurs aient des intérêts radicalement différent. C’est pour cela qu’il est parfois utile d’incorporer des mécanismes qui ameneront les utilisateurs à se comporter de manière appropriée en suivant les règles établies par la communauté en question. En effet, un système bien conçu de récompenses et de sanctions (adapté à la façon dont chaque individu utilise le réseau) peut souvent résoudre des problèmes que la technologie seule ne pourrait pas résoudre. Un système d’incentifs (économiques ou autres) peut ainsi fournir des outils supplémentaires pour faciliter l’auto-régulation de la communauté, en fournissant un feedback positif aux utilisateurs qui se comportent bien et une sanction à ceux qui ne respectent pas les règles du jeu. Ces mécanismes peuvent être incorporés directement au niveau du protocole même – tels que BitTorent qui propose un système de rationalisation des transferts afin de ne permettre aux utilisateurs de télécharger des fichiers que s’ils permettent aux autres de télécharger les leurs – mais aussi au niveau de l’interface, ou de la communauté. C’est le cas, par exemple, de Tripadvisor, qui permet aux utilisateurs de voter pour les meilleurs récensions de voyage, afin d’augmenter la réputation des auteurs qui obtiendront donc une plus grande reconnaissance au sein de la communauté.

La pluralité des « frontières » de l’Internet

Communication introductive du séminaire « Borders and the Internet », 9 novembre 2012, Institute for the Study of Diplomacy (ISD)/Mortara Center for International Studies, Georgetown University School of Foreign Service. Ce séminaire, que j’ai conçu, introduit et animé, doit beaucoup à la journée d’études « Internet et frontières » organisée par Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS le 20 juin 2011.

The Plurality of Internet Borders

Francesca Musiani (Yahoo ! Fellow in Residence, ISD)

The conception of communication tools and media as instruments able to « overcome boundaries » has driven communicative efforts for centuries – well before the inception of the Internet. The promises (and, some may argue, the successes) of digital networked technologies have renewed this endeavor, by suggesting the possibility of global social networks and real-time, transnational access to information. It should not be neglected, however, that social tensions and boundaries pervade the “virtual” communications of today, that are still shaped by a number of cultural, national and structural borders. These points of tension, collision, constraint should not necessarily be understood in a negative way, but may be considered as an occasion to consider digital contents and infrastructures in terms of continuity, shifts, displacements – perhaps a more constructive approach, notwithstanding the radical novelty brought by the Internet in several areas of our life, than the labeling of Internet-related phenomena as revolutions and counter-revolutions, as bright and dark sides.

The notion of border is in itself plural and open – and in relation to the “network of networks”, it can be understood in many ways. Borders in the most classical sense, that of State frontiers and the extent of their political influence, can be discussed vis-à-vis the Internet just as they have been discussed for other transnational resources that can be defined as commons – like oceans and space. They are venues for tension and negotiation: they are the places where contradictory stances, digital divides, desires for a less unilateral governance of the Internet, come into play.

Matters of Internet and jurisdiction have been one of the core governance issues to be discussed since the Internet has become a global, public “facility”. The question of jurisdiction and the Internet connects to the broader Internet governance question concerning the possibility – and if yes, to what extent – to relate the Internet to traditional legal and political concepts. (Almost) all Internet content can be accessed from (almost) everywhere, which puts all users of the Net in the position of being subject to the jurisdiction of every State. Every time that new content is uploaded on the World Wide Web, it is extremely problematic to predict whether it will violate a national law somewhere else than the country where the upload physically took place. What domestic law should be applied in particular events, and which one should be enforced? Inversely, is it possible to predict how the enforcement of a specific law in a national context will affect the rights of other users elsewhere?

Geopolitical borders raise the question of the relationship of the Internet – more generally, of information/communication infrastructures – to law, to national political strategies, to the risks of “balkanization” of the Internet, i.e., the risk of turning the network of networks into a set of “islands” instead of a true interconnected, interoperable network. Or then again, they raise questions about the specificity and characteristics of « cyberconflicts », inviting to explore the realities of cyberwar and cyberattacks. And cybersecurity: beyond its definition in a political and military sense, what new challenges are raised by Internet technology that erases some borders and creates new ones, such as traceability, fragmentation, encryption?

These borders, those related to geopolitical issues, are the subject that first comes to our minds when we consider how the concept of borders may relate to the Internet – if only because we are at a workshop promoted by an institute for the study of diplomacy, and a centre for international studies. Indeed, more than a colleague that works in diplomacy and with whom I’ve talked since the announcement of this workshop assumed that this was going to be our main subject today. Yet, our speakers and myself would like to undertake a slightly different exercise with you – and draw your attention to other types of Internet borders, with the hope that in doing so, we can foster a stimulating discussion on how they interact, cross, influence one another – and our very experience(s) of the Internet.

The first type of Internet borders that I wish to draw your attention to are interfaces, not only in a technical sense, between real and virtual, between people and machines. They are places of exchange that making « otherness » strongly visible at the same time as they bring, remotely, people closer. Since the very beginnings of informatics and of the Internet, at a time when its users were also its designers, to the so-called era of the “Web 2.0”, the history of interfaces and human-computer interaction shows the extent to which the use of the Internet by the public is largely shaped, in a normative sense, by the interfaces that are proposed to them by IT “giants” – and it shows that opening the doors for interactivity does not necessarily lead to meaningful interaction.

Internet borders are the barriers to interoperability and direct, peer-to-peer connections. Even if the concept of decentralization is embedded to some extent at the very core of the Internet, today’s “network of networks” integrates this principle only partially. The dominant organizational model for Internet-based services involves large clusters of servers controlled by the « giants » of the IT sector. The search for alternatives is in progress, aiming at different ways to achieve effectiveness and sustainability. In this quest, a number of developers look back to the evergreen qualities of a relatively old technology, peer-to-peer (P2P), that leverages the socio-technical resources of the network’s periphery, in a way that is, in fact, closer to the pre-commercial Internet. Internet borders are the technical and juridical barriers that prevent the “edges” of the network – users’ computers – to organize autonomously in decentralized networks, and totally or partially overcome the necessity of mandatory, centralized coordinating entities.

The Internet opens gates, facilitates spaces of transfer and exchange, provides or enhances mediation tools for sharing and co-construction of knowledge. Networked information technologies reconfigure patterns of interaction with mass culture, and have the potential to both empower users and extend the reach and scope of culture industries. However, the Internet it is also the bearer of cultural borders. In particular, the past few decades – the same decades that have witnessed the Internet’s steadfast development – have witnessed a significant expansion of control over copyrighted content. Copyright is now associated with an unprecedented variety of human-generated content – extending from more « classical » forms of art such as novels, sculptures, paintings to citizen journalism outputs or digital artwork. Recent term extensions have opened the doors for copyright to last longer than ever before. The rights conferred by copyright have become broader, while the exceptions and limitations to copyright that previously existed within national laws have been progressively narrowed. Techno-juridical systems destined to restrain by law what the technology enables and promotes by design are mushrooming all around the world – from France’s infamous Hadopi to the aborted SOPA and PIPA law projects in the United States.

Finally, Internet borders are the boundaries of online identity, of privacy of digital data, of the acceptability of online behavior, of rights and copyright(s). As Georgetown Law professor Julie Cohen argues in her recent book, Configuring the Networked Self, « the everyday behaviors of ordinary people require spaces where they can be enacted, tools with which they can be pursued, and meaningful legal guarantees in which they can claim shelter. This requires more careful attention to the semantic structure of the networked information environment. » The amount of information that is being collected today, about individuals and groups, has grown exponentially and is increasingly pervasive, ranging from online purchases’ history to browsing habits, from intellectual preferences to health conditions. This pool of personal information lasts longer and travels farther than ever before; it is « stored in digital databases, exchanged in markets, and “mined” by both government and private actors for insights into individual and group behavior ». The increase in data-processing activity goes hand-in hand with a number of evolutions in how we are identified as people, consumers and citizens – with the diffusion of authentication regimes linked to online identity in order to control access to spaces and resources, both real and digital. The aggregation of these data creates comprehensive and persistent records of individual activity. Governments are involved in many of these activities ; however, the vast majority of data-mining, authentication, and monitoring initiatives do not originate with them, but with the private sector’s initiatives so as to learn more about current and prospective customers, control access to ressources both virtual and real, and manage network traffic. Moreover, the increasingly widespread diffusion of cameras, networked personal devices, and social-networking platforms means that individuals and social groups themselves actively participate in many of these activities.

Ultimately, the notion of “border” and its multiple meanings all refer back to a crucial question: what evolutions – perhaps more so than they are revolutions – in the nexus of human values and the global Internet? This workshop explores the forms of shaping – and sharing – of the “network of networks” that are revealed by the Internet borders of today.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

« Le routage, enjeu de cyberstratégie »

Une intéressante interview du chercheur Kavé Salamatian par Dominique Lacroix, analyste et blogueur pour Le Monde, explore les « mille lieux sous les liens hypertextes, dans un monde invisible où de grands acteurs se disputent le contrôle des réseaux. »

Quelques extraits:

« Si l’on comparait l’Internet à un continent, il serait peuplé d’Autonomous systems, les AS, qui en seraient les pays, séparés par des frontières, avec chacun sa législation, sa politique de routage. Il apparaît aujourd’hui que l’Internet est un espace stratégique dont l’importance dépasse les seuls enjeux techniques et technologiques. Il devient donc crucial de comprendre son architecture et la compréhension du routage est fondamentale pour cela. »

« L’Internet est un réseau virtuel bâti sur du réel. C’est un nuage qui prend solidement ses assises dans du béton. Par ses fibres optiques, par ses satellites, par l’environnement politique, légal et économique, l’Internet présente des contraintes physiques, géographiques, économiques, politiques qui ont nécessité des investissements colossaux. La géographie de l’Internet, ce qu’on appelle la cyber-géographie est un enjeu majeur de la cyber-stratégie. »

 

Lire la suite sur le blog de D. Lacroix.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Interview avec Simone Basso (NEXA): Sur le compromis entre décentralisation et contrôle

Interview avec Simone Basso (NEXA):
Sur le compromis entre décentralisation et contrôle

 

Pensez-vous qu’il existe un compromis entre (1) le degré de décentralisation d’une architecture et (2) le degré de contrôle qui peut être exercé sur cette architecture – notamment dû au fait que de nombreuses architectures décentralisées ont été expressément conçues pour échapper au contrôle (Freenet, Tor, etc) ?

Plus grand est le degré de décentralisation d’une architecture, plus il sera difficile de la contrôler. Alors que toute architecture centralisée (e.g. cloud computing) est facilement contrôlée, toute architecture décentralisée (tels que la plupart des réseaux pair-à-pair) ne se pose pas facilement au contrôle. Cela dépend notamment du nombre d’acteurs concernés et de leur fonctions réciproques : alors que dans le premier cas, il est possible d’identifier un acteur qui est responsable et qui gouverne les activités de tous les autres, dans le second cas, il existe un très grand nombre d’acteurs qui interagissent et coopèrent de façon symétrique, sans qu’aucun d’eux ne puisse contrôler ce que font les autres.

Cette relation entre décentralisation et contrôle peut être illustrée sur un axe cartésien qui représente le degré de décentralisation sur l’axe des ordonnées et le degré de contrôle sur l’axe des absisses.


Il est cependant important de noter que ce compromis – entre décentralisation et contrôle – peut entraîner un cercle vicieux : plus une architecture est décentralisée, plus il est difficile de la contrôler ; de nouvelles méthodes sont ainsi développées afin d’assurer le contrôle de ces architectures par les autorités, ce qui poussent les communautés numériques qui ont un intérêt à échapper à ce contrôle à développer de nouveaux dispositifs encore plus décentralisés et difficiles à contrôler.

Un exemple peut illustrer ce problème : à l’origine, chaque application utilisait une porte spécifique (e.g. porte 80 pour le web, porte 20/21 pour le ftp, etc) ; il était donc possible pour les fournisseurs d’accès Internet (FAI) d’identifier  le « type » de trafic passant par leurs réseaux en analysant simplement la porte à laquelle les paquets étaient adressés. Cela rendait possible, par exemple, de bloquer tout le trafic à provenance ou à destination de certains réseaux pair-à-pair pour le partage de fichiers. Aujourd’hui, la plupart des dispositifs pair-à-pair utilisent des portes aléatoires afin de ne pas permettre aux FAI d’identifier (et de censurer) leur trafic. Les FAIs ont donc commencé à analyser le contenu des paquets avec les technologies de Deep Packet Inspection, ce qui a mené un nombre croissant d’utilisateurs à chiffrer leurs paquets pour échapper à ce contrôle. Aujourd’hui, de nouvelles techniques sont en train d’être étudiées afin d’identifier la nature du trafic en dépit du fait que les paquets soient chiffrés : l’analyse statistique des paquets sur certains protocoles a permis le développement de nouvelles techniques de data mining qui se basent sur les caractéristiques des paquets analysés (e.g. leur fréquence ou leur taille) pour en déterminer la nature. Par exemple, en analysant la proportion entre les paquets en entrée et les paquets en sortie, il est possible d’identifier s’il s’agit d’un client (lorsque le nombre de paquets en entrée est supérieur au nombre de paquets en sortie), d’un serveur (lorsque le nombre de paquets en sortie est supérieur au nombre de paquets en entrée), ou d’un dispositif pair-à-pair (lorsqu’il y a une sorte d’équilibre entre le nombre de paquets en entrée et le nombre de paquets en sortie).

*** 

Est-il possible de contrôler les opérations de ces architectures sans en modifier la structure, i.e. sans détruire une technologie qui présentent plusieurs avantages, notamment en termes de liberté d’expression et tutelle de la vie privée ?

Bien que les architectures décentralisées permettent d’échapper au « contrôle à  grande échelle » en éliminant la possibilité d’accéder à une structure centrale (ou « nœud central » qui gouverne le réseau), il est néanmoins possible de contrôler les opérations de ces architectures et les communications entre pairs à différents niveaux.

Tout d’abord, bien qu’une architecture soit décentralisée, il y a toujours un point de départ – que ce soit le « tracker » ou le « bootstrap node » – qui permet aux nouveaux utilisateurs de découvrir leurs pairs. En observant le trafic en provenance ou à destination de ces nœuds, il est possible d’identifier les pairs auxquels ils sont connectés. Bien qu’il ne soit (théoriquement) pas possible de monitorer les communications entre pairs, il est parfois possible d’intercepter ces communications par le biais d’un déguisement (i.e. en s’appropriant temporairement l’adresse IP de l’un des pairs qui prennent part à la communication).

En effet, il est important de rappeler qu’il est impossible de communiquer sur le réseau sans prendre le risque que cette communication soit interceptée. Par exemple, de nombreux réseaux pair-à-pair sont infiltrés par des « espions » qui ont pour objet d’espionner les activités de leurs pairs. Ce problème est amplifié par les externalités du réseau : plus un nœud est « connecté » (i.e. plus grand est son « swarm »), plus grands seront les risques que ce nœud soit effectivement contrôlé.

Enfin, de nombreuses autres techniques peuvent être employées pour intercepter les communications des internautes, quel que soit le type d’architecture sur lequel ils communiquent : e.g. par l’intermédiaire de virus ou de spyware installés directement sur leurs ordinateurs.

Par conséquent, un très grand nombre de variables doivent être considérées pour échapper au contrôle des autorités. La décentralisation d’une architecture est seulement un des moyens disponibles aux internautes pour rendre leur identification plus difficile – que ce soit dans le but de commettre des actes illicites ou dans le but de préserver leur vie privée et leur liberté d’expression. D’autres mécanismes fondés sur des protocoles de communication extrêmement complexes, des technologies de chiffrages et des mécanismes d’authentification extrêmement sophistiqués peuvent être utilisés, en complément ou en supplément aux architectures décentralisées.

Il s’agit, en définitive, d’établir une balance entre « paranoïa » et « efficience ». La plupart des réseaux pair-à-pair privilégient l’efficience : ils ont un intérêt à faciliter la recherche de pairs pour permettre aux utilisateurs de communiquer ou de transférer des fichiers le plus rapidement possible. D’autres réseaux utilisés pour l’échange de secrets militaires ou de documents pédophiles adopteront, eux, une architecture des plus décentralisée en combinaison avec un protocole des plus complexes – leur objectif n’étant pas le transfert efficace de fichiers mais la difficulté de se faire identifier.

***

Est-il possible d’identifier une solution qui permettrait d’échapper à cette dichotomie, afin de bénéficier des avantages fournis par les architectures décentralisées, tout en assurant un certain degré de contrôle sur leurs opérations ?

Il y a trois possibilités différentes qui permettent de contrôler une architecture décentralisée:

(1) Censure des architectures décentralisées, en interdisant le protocole ou en le modifiant afin d’assurer le contrôle de la part des autorités. Cela a cependant l’inconvénient de pousser les communautés numériques à développer des mécanismes toujours plus compliqués pour échapper au contrôle.

(2) Introduction d’une police informatique qui a pour but de superviser les opérations d’un réseau et, le cas écheant, de s’infiltrer dans le réseau afin de le démanteler.

(3) Collaboration avec les internautes qui ont un intérêt à faire appliquer les règles au sein du réseau. Par exemple, de nombreux réseaux pair-à-pair pour le partage de fichiers ont adopté des règles qui encouragent les utilisateurs à partager leur fichiers, avec des mécanismes fondés sur un équilibre entre le nombre de fichiers partagés et le nombre de fichiers téléchargés (c.f. BitTorent “tit-for-tat” fondé sur le volume d’échange). De tels mécanismes peuvent être implémentés, par analogie, à d’autres réseaux pair-à-pair dont le but n’est pas le partage de fichiers, mais la communication en ligne. Au lieu de se fonder sur le volume d’échange, ces mécanismes peuvent, par exemple, se fonder sur un système de réputation – où les utilisateurs qui proposent des contenus offensifs (e.g. pornographiques ou illicites) auront une mauvaise réputation et seront donc pénalisés. L’idée est d’incorporer la réputation des utilisateurs avec leur possibilité d’intéragir avec les pairs et de bénéficier des fonctionalités du réseau. Cela demande cependant la collaboration des autres utilisateurs du réseau (ou d’une force de police spécifique) qui auront la responsabilité de “signaler” (to flag) les utilisateurs malveillants. Ces derniers maintiennent toutefois un certain pouvoir dans la mesure où ils ont la possibilité de “tricher” (e.g. en créeant des nouvelles identités) ou tout simplement de se déplacer sur un autre réseau. L’objectif n’est pas pas celui de rendre le contrôle absolu (car ce n’est pas possible), mais tout simplement de décourager les utilisateurs à se comporter de façon non légittime (i.e. de désobéir aux règles du réseau) en pénalisant ce type de comportements.

Grey Areas in Peer Rental Insurance Begin to Clarify

Les polices d’assurance actuelles sont-elles au pas avec les temps – en particulier, avec l’autopartage en peer-to-peer, de plus en plus populaire?

 

Liz Fong-Jones joined car sharing program Relay Rides because her car was sitting parked most of the time. An environmentally-minded M.I.T student and one-time Google employee, she saw that by renting it out, she could maximize the car’s use and potentially lessen the number of cars on the road. What she didn’t see was that she was about to become the subject of a debate about insurance and liability in the sharing economy. The man who rented Fong-Jones’s car was found at fault in an accident in which he was killed and four people in the other car were seriously injured. Insurance claims may exceed Relay Rides’ million dollar policy.

Commercial use of a personal vehicle is generally not covered by basic auto insurance and in most places, companies reserve the right to cancel or non-renew customers who rent their vehicles out. California, Washington and Oregon have all passed legislation that specifically prohibits insurance companies from canceling insurance policies and takes liability off of car owners who are car sharing. In states where no legislation has been passed, liability enters a grey area if insurance doesn’t cover car sharing and a claim exceeds the car sharing company’s insurance.

Shelby Clark, CEO and chief community officer of Relay Rides feels that an accident in a car sharing vehicle would be treated like an accident in any other vehicle; that liability would rest on who was at fault. In such a case, when damages exceed coverage, one of two things happens: there’s a settlement for the insurance limit or else they go after the person at fault’s estate, which may result in the claim going unpaid or the creation of a payment plan.

Using a personal car for commercial purposes is nothing new in the insurance world. Pizza delivery businesses and real estate agents do it all the time – the individuals or businesses simply add additional coverage to their policy. What is new is the idea of people renting out their vehicles. Insurance companies don’t prohibit you from renting your vehicle, they just don’t cover it, and they reserve the right to cancel or non-renew insurance policies if a personal vehicle is being rented out.

There is no independent data being collected on this right now, but according to Clark, insurance companies are not canceling or non-renewing policies of customer who rent their personal cars out.

“People are already using their cars for commercial purposes and they’re not canceling insurance policies, mainly because it’s for a risk that they don’t cover,” he says. “Why would you turn away paying customers over a risk that you don’t have exposure to? An insurance company has the right to cancel your insurance policy if you rent out your car, but we think it’s very unlikely that that would happen.”

[…] the insurance arrangement for peer-to-peer car sharing in the U.S. could be much better.

“I think other countries are doing an awesome job working with insurance companies and offering insurance in a much better way than in America,” says Kohli. “In Australia and Europe, are the ones who are providing insurance on behalf of the insurance company. If the car owner wants to rent their vehicle out, they have to buy insurance from the car sharing company on behalf of the insurance company, at a higher price. This way,” he continues, “the insurance companies are more liable to participate because now they’re getting all these cars shifting to their company and they’re getting the higher cost. That is a really good model.”

 

Lire la suite sur Shareable.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Bloquer ou pas bloquer? Les contenus « insultants » et les intermédiaires de l’Internet

Ci-dessous le texte de mon intervention au séminaire « Religion, Freedom of Expression, and Outrage » organisé par le Master in Foreign Service de l’université de Georgetown. J’y discute de la position délicate des intermédiaires de l’Internet, entre capacité de controle, responsabilité et « soft power », dans les cas de publication de contenus « insultants » sur des services en ligne comme Facebook, Twitter ou – comme l’a montré récemment le vidéo ridiculisant Mahomet – Google.

 

Google and Video Blocking: Control (and Responsibility) of Information Intermediaries on the Internet

Francesca Musiani

Religion, Freedom of Expression, and Outrage – Panel Discussion

 

The “Embassy Riots” that have shaken the Arab world a couple of weeks ago, following the publication on the Internet of an “American-made video” (better defined as a video made by an individual with American citizenship) ridiculing the Prophet Muhammad, offer one further, important occasion to reflect on one of the very relevant questions of our connected world – the extent of the control (and the responsibility) that the great information services, intermediaries and gatekeepers of today’s Internet exert on user-generated, online-published content. Google’s decision to selectively block the video in violence-stricken countries, while not removing it from the service altogether, raises, indeed, fundamental questions about the control that Internet companies have over online forms of expression. Should the companies themselves decide what standards govern what is seen on the Internet? How consistently should these policies be applied, and are de facto applied? What to do of “critical precedents”, like this one, in the future?

This most recent debate stems from the decision by Google – the “giant” of online search, which owns the very popular video streaming service YouTube – to block access to the infamous video in two of the countries that have experienced the most severe upheavals, Egypt and Libya, while at the same time choosing not to remove it completely from its Web site. Google’s decision is based on a number of conflicting dynamics. On one hand, its capacity, stated by contract, to block access to content on a country-by-country basis. On the other, its stated approach to have a « bias in favor of free expression – not just because it’s a key tenet of free societies, but also because more information generally means more choice, more power, more economic opportunity and more freedom for people” – an ideology that has been upheld repeatedly by Google’s top leaders in the recent past, including a number of very vocal reproaches to China’s online censorship efforts, and refusals to remove content deemed as delicate or unacceptable by governments – including the United States. This is reflected in YouTube’s terms of service: according to them, hate speech is speech against individuals, not against groups. All of this is enshrined in the company’s obviously steady lack of willingness to play any part, even indirectly, in fueling violence that has already resulted in American deaths.

In short, as the video mocks Islam but not Muslim people and is therefore, by Google’s own admission, “clearly within the company’s guidelines”, it has been allowed to stay on the site in most of the world – while “given the very difficult situation in Libya and Egypt”, a Google representative has remarked, the company has “temporarily restricted access” in both countries.

The New York Times has recently reported the opinion of Peter Spiro, a constitutional and international law professor at Temple University in Philadelphia. The scholar was adamant in saying that “Google is the world’s gatekeeper for information, so if Google wants to define the First Amendment to exclude this sort of material then there’s not a lot the rest of the world can do about it (and) it makes this episode an even more significant one if Google broadens the block.” Indeed, in addition to emphasizing the amount of control that Internet companies can exert alongside governments (sometimes, superseding them) on what should, and should not, be publicly and freely expressed online, the Embassy Riots also highlight the difficult positions that content platforms are sometimes put in – because of the responsibility that their “privileged gatekeeper status” entails.

All Web companies that allow people to post content online — Facebook, Twitter, Google — grapple with issues involving content. The questions are complicated by the absence of geographical boundaries on the Internet, that require companies to navigate through a highly heterogeneous ensemble of laws and cultural traditions. Web companies receive dozens of requests a month to remove content. Google, in particular, has continually referred to its guidelines to remove only content that breaks laws or its terms of service, and only at the explicit request of users, governments or courts. In this light, blocking the anti-Islam video was exceptional, although “the decision to block in those two countries specifically is kind of hard to second guess, considering the severity of the violence in those two areas,” pointed out Kevin Bankston, director of the free expression project at the DC-based Center for Democracy and Technology. Some wonder what precedent this might set. Rebecca MacKinnon, co-founder of Global Voices, a worldwide network of bloggers, has remarked that “it depends on whether this is the beginning of a trend or an extremely exceptional response to an extremely exceptional situation.”

Google’s response to the “Embassy Riots” can be read as perplexing and disquieting, if the enormous weight of the Internet company ends up pushing for the first one of these alternatives. To quote Kevin Bankston again, the video blocking may send the message that “if you violently object to speech you disagree with, you can get it censored.” It may also be read in a more positive light, as an attempt by one of the Internet’s foremost “giants” to craft more articulate, complex and nuanced policies on content removal, user rights, and the power of intermediaries – even when it is less risky, not just for the users but for the company itself, to take a more extreme stance of absolute openness or absolute restriction. Time will tell what is going to build on this episode, be it a critical precedent or an isolated case – but one thing may be concluded for now: it demonstrates, not for the first time, the court-of-law-like powers of Internet information intermediaries, de facto able to decide what content remains public, and what is taken out. But the techno-juridical framework governing online freedom of expression – and with it, transparency and accountability of individuals, companies and governments – is still very much in the making.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

L’ « Infrastructure Turn » dans l’étude de la gouvernance de l’Internet

Au cours de sa note de lecture du nouveau livre de Brett Frischmann, « Infrastructure: The Social Value of Shared Resources », Laura DeNardis soulève des points importants sur la gouvernance de et avec l’infrastructure de l’Internet – on est en train d’assister, souligne-t-elle, à un « turn to infrastructure » dans les études de l’IG.

L’entrée de blog de Laura DeNardis sur le site de Concurring Opinions:

« Drawing from economic theory, Brett Frischmann’s excellent new book Infrastructure: The Social Value of Shared Resources (Oxford University Press 2012) has crafted an elaborate theory of infrastructure that creates an intellectual foundation for addressing some of the most critical policy issues of our time: transportation, communication, environmental protection and beyond. I wish to take the discussion about Frischmann’s book into a slightly different direction, moving away from the question of how infrastructure shapes our social and economic lives into the question of how infrastructure is increasingly co-opted as a form of governance itself.

Arrangements of technical architecture have always inherently been arrangements of power. This is certainly the case for the technologies of Internet governance designed to keep the Internet operational. This governance is not necessarily about governments but about technical design decisions, the policies of private industry and the decisions of new global institutions. By “Infrastructures of Internet governance,” I mean the technologies and processes beneath the layer of content and inherently designed to keep the Internet operational. Some of these architectures include Internet technical protocols; critical Internet resources like Internet addresses, domain names, and autonomous system numbers; the Internet’s domain name system; and network-layer systems related to access, Internet exchange points (IXPs) and Internet security intermediaries. I have published several books about the inherent politics embedded in the design of this governance infrastructure.  But here I wish to address something different. These same Internet governance infrastructures are increasingly being co-opted for political purposes completely irrelevant to their primary Internet governance function.

The most pressing policy debates in Internet governance increasingly do not involve governance of the Internet’s infrastructure but governance using the Internet’s infrastructure.  Governments and large media companies have lost control over content through laws and policies and are recognizing infrastructure as a mechanism for regaining this control.  This is certainly the case for intellectual property rights enforcement. Copyright enforcement has moved well beyond addressing specific infringing content or individuals into Internet governance-based infrastructural enforcement. The most obvious examples include the graduated response methods that terminate the Internet access of individuals that repeatedly violate copyright laws and the domain name seizures that use the Internet’s domain name system (DNS) to redirect queries away from an entire web site rather than just the infringing content. These techniques are ultimately carried out by Internet registries, Internet registrars, or even by non-authoritative DNS operators such as Internet service providers. Domain name seizures in the United States often originate with the Immigration and Customs Enforcement agency. DNS-based enforcement was also at the heart of controversies and Internet boycotts over the legislative efforts to pass the Protect IP Act (PIPA) and the Stop Online Privacy Act (SOPA).

An even more pronounced connection between infrastructure and governance occurs in so-called “kill-switch” interventions in which governments, via private industry, enact outages of basic telecommunications and Internet infrastructures, whether via protocols, application blocking, or terminating entire cell phone or Internet access services. From Egypt to the Bay Area Rapid Transit service blockages, the collateral damage of these outages to freedom of expression and public safety is of great concern. The role of private industry in enacting governance via infrastructure was also obviously visible during the WikiLeaks CableGate saga during which financial services firms like PayPal, Visa and MasterCard opted to block the financial flow of money to WikiLeaks and Amazon and EveryDNS blocked web hosting and domain name resolution services, respectively.

This turn to governance via infrastructures of Internet governance raises several themes for this online symposium. The first theme relates to the privatization of governance whereby industry is voluntarily or obligatorily playing a heightened role in regulating content and governing expression as well as responding to restrictions on expression. Concerns here involve not only the issue of legitimacy and public accountability but also the possibly undue economic burden placed on private information intermediaries to carry out this governance. The question about private ordering is not just a question of Internet freedom but of economic freedom for the companies providing basic Internet infrastructures. The second theme relates to the future of free expression. Legal lenses into freedom of expression often miss the infrastructure-based governance sinews that already permeate the Internet’s underlying technical architecture. The third important theme involves the question of what this technique of governance via infrastructure will mean for the technical infrastructure itself.  As an engineer as well as a social scientist, my concern is for the effects of these practices on Internet stability and security, particularly the co-opting of the Internet’s domain name system for content mediation functions for which the DNS was never intended. The stability of the Internet’s infrastructure is not a given but something that must be protected from the unintended consequences of these new governance approaches. »

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Infrastructure, « services basés sur l’IP » et l’Internet comme service public

Qu’est-ce qu’un « service basé sur l’IP » (Internet Protocol -IP- enabled service)? La réponse à cette question par les décideurs politiques californiens – et, sous couvert, par une poignée de firmes de communication – pourrait bien, selon la professeure de Harvard Susan Crawford, ex-cadre de l’ICANN, avoir des implications pour le futur du haut débit en Californie, et probablement ailleurs aux Etats-Unis.
Les frontières plus ou moins inclusives de cette définition affectent les manières dont on qualifie les logiciels, les équipements et l’infrastructure qui sous-tendent l’accès des internautes à l’information et aux données – et avec cela, la définition et la possibilité d’accès elles-mêmes.

Le projet de loi que les législateurs de Californie viennent d’accepter, et envoyer pour signature au gouverneur, est en principe centré sur la déréglementation de la Voix sur l’IP (VoIP). Mais le problème, note Susan Crawford, c’est que le projet de loi couvre de facto tous les « services basés sur l’IP. » Or, conformément aux régulations fédérales actuellement en vigueur, les « services basés sur l’IP » comprennent non seulement les contenus et les fonctions qui utilisent des câbles et des ondes, mais aussi les câbles physiques et les antennes elles-mêmes. D’un point de vue légal, cette définition permettrait actuellement de définir en tant que « services basés sur l’IP » tout moyen et contenu de communication, à partir des tuyaux enfouis dans le sol jusqu’à n’importe quel site Web. La Federal Communications Commission, l’autorité de régulation des communications américaine, a re-nommé toutes les communications utilisant le protocole Internet « services basés sur l’IP ». Ce qui, remarque S. Crawford, est comme appeler une autoroute un « parcours compatible avec les voitures électriques, et puis ne la rendre disponible que pour que les gens riches parce que les voitures électriques sont vraiment cool ».

La FCC a entrepris cette activité de « re-nommage » dans l’hypothèse que la concurrence entre les différents types de fournisseurs de communications (téléphone, câble, sans fil) permettrait de protéger les consommateurs en maintenant les prix bas et une qualité de service élevée, et que la réglementation traditionnelle des communications n’était, par conséquent, pas nécessaire. Mais le moment est venu, constate S. Crawford, de constater que cette prédiction ne s’est pas réalisée. La situation des Etats-Unis est actuellement celle d’un pays où les fournisseurs de services mobiles et filaires se sont partagé le marché: AT&T et Verizon abandonnent le câblage des résidences privées, et se concentrent exclusivement sur les réseaux sans fil; tandis que Comcast et Time Warner ont le contrôle des services filaires monopolistiques locaux. Un tel scénario semble propice à l’avènement d’un two-sided market où l’opérateur de communications non seulement ferait payer le consommateur pour l’accès au réseau, mais chargerait également les fournisseurs de services pour l’accès *au* consommateur. Le projet de loi californien semble le résultat de l’influence de ces firmes sur les autorités législatives et de régulation de l’Etat, afin de minimiser la régulation d’un « monopole sur un besoin fondamental ».

Ce qui ramène à l’une des grandes questions de gouvernance de l’Internet: les câbles, les antennes, les tuyaux, bien qu’ils soient propriété d’un ou plusieurs acteurs qui cherchent à en tirer profit, sont-ils à traiter comme un service public, dotés d’une valeur de bien commun, en tant qu’infrastructure qui permet à la richess de l’information et des données sur le réseau de prospérer? L’argument juridique des firmes en question est généralement qu’elles doivent être considérées en tant que « speakers » grâce au Premier Amendement – comme la presse, par exemple – et que par conséquent, toute tentative de les réguler est inconstitutionnelle. Bien qu’il soit probable qu’on entendra répéter maintes et maintes fois cette affirmation dans les années à venir, souligne Susan Crawford, les consommateurs (et électeurs) devraient continuer à insister pour qu’elles soient traitées comme des services publics (utilities), telles l’eau et l’électricité, dont les installations ont été construites en utilisant les biens publics, et sont soumises à un certain degré de surveillance et de réglementation. Sans ce contrôle – conclut S. Crawford – aucune des sociétés Internet qui ont fait la fortune de la Silicon Valley n’aurait été fondée.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Socio-économie du « substrat » du réseau

Le projet ADAM fait sa rentrée, avec quelques suggestions de lecture. Car cet été a vu la parution, sur des journaux à comité de lecture en libre accès, online-only et en langue anglaise, de deux articles susceptibles d’intéresser les lecteurs de ce site et plus en général, les spécialistes des médias en réseau qui s’intéressent à l’économie, à l’architecture et à l’organisation du « réseau des réseaux » et des services qu’il héberge.

La première contribution, “This Is Not a Bit-Pipe: A Political Economy of the Substrate Network”, par les chercheuses du Trinity College de Dublin Rachel O’Dwyer et Linda Doyle, est paru dans Fibreculture en juillet dernier. Les auteures y examinent, dans une perspective de politique economique, les rapports de force qui faconnent les « cultures en réseau » d’aujourd’hui. Elles analysent tout particulièrement l’infrastructure qui soutient la production et la circulation des contenus numériques, sur lesquelles la littérature se focalise souvent de manière exclusive; elles souhaitent ainsi mettre en contexte les ressources sociales et techniques du Web, maintes fois réduites à leur dimension utopique. Les auteures soulignent l’importance de comprendre le « réseau » sur lequel nous basons plusieurs de nos activités quotidiennes comme une composition de couches logiques et physiques contingentes, comme un ensemble d’applications et de contenus, des protocoles et des services mis en œuvre au plus haut niveau du logiciel, mais aussi du substrat inférieur ou « couche physique » du réseau, comprenant du matériel physique, comme les canaux, les routeurs, les technologies de stockage et de traitement, et des ressources telles que le spectre, la bande passante, l’espace physique et l’énergie humaine. Ensemble, ces couches forment l’infrastructure sur laquelle le contenu est produit, distribué et extrait. Bien que la reconnaissance, dans la litterature spécialisée, des logiciels et des protocoles comme artefacts « politiques » soit en plein essor, une analyse de la politique des supports physiques est largement absente de ce débat, soulignent Rachel O’Dwyer et Linda Doyle. Le plus souvent, le substrat materiel du réseau est présenté comme le fondement sur lequel est implémentée une architecture politique. Toutefois, de récentes controverses mettant en évidence l’exercice de la souveraineté politique par l’infrastructure de communication (c’est le cas du « printemps arabe »), et les diverses conditions politiques, environnementales et de travail qui alimentent aujourd’hui l’économie de l’information, sont en train de placer les politiques de la couche physique à l’avant-plan. Il devient clair, concluent les auteures, que nous avons besoin d’une politique économique qui accorde son attention aux manières dont le surplus s’accumule au niveau de toutes les couches du réseau: celle du contenu, celle des processus logiques, et celle du substrat du réseau, où les circuits matériels et immatériels de production convergent, et entrent parfois en conflit. Une telle analyse est un enjeu central pour la conceptualisation d’un nouveau cadre théorique pour la culture libre.

Le deuxième article, aussi publié en juillet dernier, est par l’auteure de ce billet. « Caring About the Plumbing: On the Importance of Architectures in Social Studies of (Peer-to-Peer) Technology« , paru dans le numéro inaugural du Journal of Peer Production, souhaite souligner l’importance, pour les recherches en sciences sociales qui prennent pour objet les médias en réseau, de s’« intéresser aux tuyaux », ou, comme Susan Leigh Star l’a très bien formulé, « faire remonter à la surface le travail invisible » sous-tendant les pratiques, les usages et les échanges en réseau – comme partie intégrante et incontournable des processus de constitution, d’organisation et de changement de la networked society. L’article rassemble et discute un ensemble de travaux réunis autour d’un intérêt pour l’architecture du réseau Internet comme dispositif politique, juridique et économique – une « propriété relationnelle », la trame même des comportements et des interactions des usagers en réseau. Ces travaux fournissent une boîte à outils qui permet d’aller rechercher dans les « couches inférieures » d’un réseau certaines des raisons à la base de choix de développement, de réappropriation par les usagers, de formes d’organisation et de régulation. Ils ouvrent la voie à une analyse des trajectoires d’innovation de l’Internet qui contribue à éclairer comment des formes spécifiques de distribution et décentralisation de l’architecture (ou leur manque) influencent procédures, pratiques et usages. Ils peuvent ainsi constituer le fondement d’une perspective méthodologique et d’approche au terrain qui montre les influences réciproques entre le développement de l’architecture et de l’organisation technique des services P2P alternatifs – leurs points de passage obligés, lieux d’échange et de stockage, croisements des flux – et la définition de leurs usagers, en tant que consommateurs, partageurs, producteurs et « gestionnaires » d’informations personnelles et contenus numériques.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Internet et les nouveaux paradigmes de production @ STS Italia

Le quatrième congrès de la Société italienne pour les études sociales des sciences et des techniques (STS Italia) a eu lieu à Rovigo, dans le sud de la Vénétie, du 21 au 23 juin derniers. Celle qui se proposait a priori comme une conférence nationale a en effet réuni plus de cent participants provenants de toute l’Europe, ainsi que des Etats-Unis et de l’Asie, et a été pendant trois jours le forum de débats intéressants, vivants et variés sur le thème « Technologies émergentes, mondes sociaux ». J’ai participé tout particulièrement au quatrième track, organisé par Stefano De Paoli, Cristiano Storni et Maurizio Teli, qui portait sur les contributions de l’approche STS (Science & Technology Studies) à l’étude des nouveaux paradigmes productifs qui prennent forme sur et avec l’Internet.

 

Il s’agissait, pour les exposés présentés au sein de ce track, d’explorer les manières dont la diffusion omniprésente de l’Internet à l’échelle mondiale montre l’émergence de nouveaux arrangements socio-techniques, qui semblent remettre en cause la séparation traditionnelle entre production et consommation. D’une part, nous assistons à l’émergence et la consolidation d’un paradigme de production novateur, où les processus de production sont décentralisés, répartis sur une masse d’acteurs pas forcément individualisés, mais pro-actifs. Parmi les exemples de cette tendance figurent notamment la communauté de contributeurs à Wikipédia, les développeurs de logiciels libres et open source, les folksonomies, les plates-formes de crowdsourcing, le hacktivisme et les communautés Do-It-Yourself.

Comme l’avaient souligné les organisateurs de la session dans leur appel à communications, de nouveaux concepts ont été développés dans une tentative de saisir ces nouvelles pratiques et ces nouveaux agencements sociotechniques: si Toffler (1980) a théorisé à la fin des années 1970 l’émergence du prosumer, à la fois producteur et consommateur de biens, d’autres concepts tels que les « Wikinomics » (Tapscott et Williams, 2006), la « commons-based peer production » (Benkler, 2006), le « produsage » (Bruns, 2008), et des idées comme le Hacktivisme (Auty, 2004) ou les mash-up (Hartmann et al. 2006) ont vu la lumière plus récemment. En parallèle, on assiste par ailleurs à l’émergence de critiques qui mettent en évidence les manières dont ces aspects novateurs pourraient n’être que la perpétuation, plus ou moins évidente, d’une logique capitaliste traditionnelle – ce qui semble alimenter les conflits autour de thèmes tels que le contrôle, la surveillance, l’exploitation de la gestion de la propriété intellectuelle, la déqualification, etc. (Lash, 2002, Terranova, 2000, De Paoli et Storni, 2011).

Au lieu de considérer l’émergence de ces nouveaux paradigmes de production comme une question de fait et une logique déjà stabilisée, ce track a cherché à décrire et à comprendre les pratiques et les dynamiques caractérisant les collectifs socio-techniques qui sous-tendent les phénomènes mentionnés ci-dessus. Il a aussi cherché à discuter de comment celles-ci nous aident à repenser non seulement la traditionnelle division du travail entre production et consommation, mais la signification même des termes production, consommation et bien (communs) dans la société de l’information.

 

En faisant le point sur ses recherches de longue date autour de la technologie et du changement social, David Hakken a questionné la validité d’une de ces notions en train de se faire, celle de « playbor« . Toute une gamme de nouveaux termes est maintenant utilisée pour renvoyer à l’idée que les technologies de réseautage social sont en train de transformer la nature du travail et la production de valeur. Le terme « playbor » a été inventé pour caractériser l’activité volontaire au moyen de laquelle est généré un cash flow substantiel (par exemple, les vidéos YouTube postées, voir créés par les utilisateurs, mais aussi le développement des logiciels libres). Ce terme s’applique également aux activités plus au moins « de loisir », comme le friending ou le liking, qui sont à l’origine de plusieurs pratiques de data mining et de vente de données. De telles pratiques, s’est demandé l’auteur, indiquent-elles l’émergence de nouvelles formes de création de valeur dans les économies capitalistes? Si oui, y a-t-il raison de mettre en relation l’émergence de ces formes avec des changements importants dans les dynamiques de production et reproduction du lien social? Y a-t-il une nouvelle dynamique suffisamment importante pour justifier une utilisation importante de « playbor » et de néologismes similaires (par exemple, prosumption), et une articulation théorique de ce concept? Les réponses à ces questions, a conclu l’auteur, exigent d’adopter une perspective évolutive sur le développement des institutions du travail, du business, du marché. C’est justement une telle perspective que l’anthropologie, croisée avec les STS, peut fournir.

 

Alessandro Gandini, doctorant à l’université de Milan-Bicocca, a discuté à partir des résultats préliminaires de son terrain de thèse – l’analyse de trois réseaux de professionnels de la création en freelance – l’hypothèse principale qui sous-tend son travail. Cette hypothèse est que la réputation – par rapport à d’autres facteurs comme les compétences, l’éducation et le capital social traditionnel, basé sur la confiance – est le facteur clé pour déterminer le revenu des travailleurs indépendants en réseau, à la fois en ligne et hors ligne, au point qu’il peut devenir possible d’argumenter sur l’existence d’une économie de la réputation. L’auteur considère la possibilité d’une relation causale entre la réputation et le revenu dans le secteur de la création, impliquant que la réputation a un effet direct dans la détermination du revenu d’un travailleur indépendant; plus élevé est le statut de la réputation, plus élevé sera le revenu, indépendamment des compétences du travailleur, de son parcours, ou du capital social accumulé dans le réseau.

 

Basée sur une recherche en cours sur la relation entre le « produsage » (hybride entre production et usage) et le développement du logiciel libre, la contribution de Giacomo Poderi a donné un aperçu des façons dont les pratiques d’utilisation et le design se mélangent dans le cas d’un projet de jeu vidéo. En se concentrant sur les façons dont les produsers créent du contenu pour le jeu, et sur comment ces contenus créés par les utilisateurs interagissent avec la conception de base du jeu, cette contribution s’est servie du cas de Battle for Wesnoth (BFW), un jeu vidéo de stratégie, localisé dans un monde fantastique, pour montrer les pratiques de produsage dans les jeux vidéo. Les produsers peuvent contribuer en fournissant des nouveaux éléments de jeu qui construisent le monde fantastique de Wesnoth. Toutefois, puisque la dimension stratégique du jeu consiste à faire correspondre les meilleures unités aux ennemis en difficulté, et à combattre sur des terrains favorables à un moment favorable de la journée, les attributs que les produsers inscrivent dans les contenus qu’ils créent ont le potentiel de changer ce qui peut être considéré comme favorable et ce qui ne l’est pas, dans des spécifiques scénarios de jeu, car ils entrent en relation constante à la fois avec les contenus précédemment créés par les utilisateurs et avec la conception originelle du jeu. Ainsi, chaque nouvelle contribution remet en question la mesure dans laquelle BfW peut être considéré comme un jeu de stratégie « équilibré ». Le collectif cherche constamment à garder le jeu en équilibre, même si l’équilibre n’existe pas – et ne peut pas être rejoint.

 

La présentation de Davide Dusi, de la Fondation Ahref de Trento, a mis en avant la notion de médias sociaux comme « écologie sociale« . Il s’agit du scénario de référence dans lequel l’auteur a analysé un projet de narration relatif à la région Trentin, développé par la Fondation. Le projet utilise une plate-forme participative (Timu), qui permet la production collaborative de l’information, et qui a donné l’occasion aux chercheurs Ahref de suivre la formation d’une « communauté ingénieuse » (Levy, 2008), terme emprunté à la notion américaine de smart communities, sorte de miroirs de l’intelligence collective et créatrices de modèles d’organisation qui ont récemment été appelés « adhocratiques » (Strati, 2008).

 

En conclusion de séance, ma présentation a enfin porté sur les manières dont, dans les services Internet en peer-to-peer, les tentatives d' »élimination des intermédiaires » portent le plus souvent à la création de nouvelles médiations. La complexité de la démarche de décentralisation des services Internet en pair à pair n’impacte pas seulement l’organisation technique de ces dispositifs, mais se révèle l’enjeu central de la recherche de modèles économiques pour les services en architecture distribuée. Dans le cas où ces services arrivent à se poser la question de la durabilité de leurs modèles économiques – dans bien de services P2P,  ce n’est pas (encore) le cas – la question de l’intermédiation se pose à nouveau et avec force. Si ces services préconisent un modèle où un nœud/utilisateur est à la fois un fournisseur et un demandeur de ressources informatiques (temps CPU, espace du disque dur, bande passante), ainsi qu’un producteur et un consommateur de contenus, ma présentation a souhaité montrer comment la recherche de l’ « élimination des intermédiaires » (Elkin-Koren, 2006), que le P2P semble naturellement, implicitement suggérer avec sa récusation de principe du modèle client/serveur, ouvre souvent la voie à d’autres formes d’intermédiation – qui, en redéfinissant l’intermédiaire comme quelque chose de distribué, omniprésent, pervasif et invisible, ne l’effacent pas pour autant.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Janet Abbate, ou Internet et STS

Janet Abbate, 2012, « L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 18.

Dans cet article dont le titre est beaucoup plus large que son objet, Janet Abbate montre en premier lieu que la culture et plus spécifiquement les œuvres de fiction interagissent avec le développement du numérique en général et de l’internet en particulier. Ainsi, explique-t-elle, en s’appuyant sur l’exemple de films ou de romans, que la fiction « décrit un avenir technologique possible, mais aussi le rend culturellement signifiant » et qu’elle donne des mots, comme avatar (de Neal Stephenson) ou cyberspace (de Gibson), pour penser les futurs développements. Le deuxième point abordé par l’article porte sur la disparition progressive de la frontière entre utilisateurs et applications numériques.

Dans ces deux thèmes, qui pourraient sembler non directement connectés, c’est en fait la notion d’agency (traduit ici par agentivité) qui est interrogée. Janet Abbate situe la « puissance d’agir » (une traduction de l’agency qui me paraît meilleure et plus conforme aux approches de la sociologie des sciences et des techniques de l’auteur – voir la discussion dans Proulx, 2009) à la fois dans les artefacts et dans les humains, dans les objets et dans les narrations qui leur sont consacrées, dans les applications elles-mêmes comme dans leur conception. On pourrait certes discuter du caractère entièrement inédit de l’agency des supports culturels et ne pas suivre Janet Abbate lorsqu’elle en prive les médias anciens, du livre au téléphone. Mais c’est plutôt le périmètre de cette « puissance d’agir » qu’il semble intéressant ici de discuter.

L’article interroge les limites de l’approche de Langdon Winner (1986), aujourd’hui qu’est largement admise son idée selon laquelle les technologies ont des qualités politiques et que nous avons fait un pas de plus pour admettre que les technologies font de la politique (Barthe, 2009). Aucun déterminisme technologique derrière cette proposition : la puissance d’agir n’appartient pas plus aux seules machines qu’elle n’est exclusive de l’intervention des acteurs. Elle est bien, selon la sociologie de la traduction mobilisée dans l’article sous le nom de STS (Akrich et al., 2006), le fruit de leurs interactions et de leurs confrontations permanentes. Parler d’une délégation aux machines semble arrêter le processus à la conception des technologies, comme si une fois la délégation opérée, la répartition des forces et des pouvoirs était définitivement fixée. Ainsi, Janet Abbate prend l’exemple des logiciels de filtrage étudié par Eli Pariser qui modifierait radicalement le web disponible et personnalisé auquel chaque internaute accède, pour ne donner à voir qu’un monde « fragmenté et apolitique, centré sur le divertissement et la consommation ». L’agency de ces logiciels résulte des choix de leurs concepteurs et du fonctionnement technique des machines, résultat d’interactions autour des réponses apportées à des questions comme « fixe-t-on des niveaux de filtrage selon les âges ? » ou « doit-on bloquer automatiquement les sites signalés comme étant de contrefaçons ? ». Mais cette puissance d’agir ne s’arrête pas là, elle s’actualise aussi dans les actes des utilisateurs, leur capacité à jouer du filtrage, à l’adapter à leurs propres choix, à le cantonner à certains usages (ou usagers), à faire des erreurs ou à échapper au dispositif, etc. Bien sûr, une partie des choix ou des options qui vont définir le degré de filtrage de « son » internet échapperont à l’utilisateur, soit qu’il s’en moque, soit, plus probablement, qu’il n’ait qu’une connaissance limitée voire nulle des options qu’il a « mécaniquement » validées.

Pourtant pas de « bureaucratie automatique » de la technique là derrière ; si la machine est (souvent) imprévisible et inexplicable, c’est plutôt faute d’avoir dénoué (ou d’avoir pu dénouer) l’écheveau étroitement entremêlé des agences multiples impliquées, ici dans le logiciel de filtrage : lois américaines « mondialisées » de fait, localisation des préférences des navigateurs, comportements dominants des internautes et participations au filtrage… mais peut-être aussi (au risque de barbarismes techniques) détermination des ontologies pertinentes, capacité de la bande passante ou des fermes de serveur des moteurs de recherche, etc. Ainsi, pour reprendre les termes de Janet Abbate, l’internet se construit bien dans un « ballet entre programmateurs, logiciels et utilisateurs » mais si la sociologie de la traduction peut aider à le penser, c’est en clarifiant justement ce « ballet », cet écheveau, en montrant les hypothèses qui ont été successivement faites dans la conception des dispositifs techniques et non en leur prêtant une « autonomie » quelconque.

L’analyse des architectures distribuée gagnerait à prendre en compte les deux aspects étudiés. Pour le premier aspect, les visions normatives autour de ces architectures n’ont cessé de se multiplier, dans leur face noire (l’omni-contrôle, le pillage des ressources intellectuelles…) comme dans leur face lumineuse (le forum athénien étendu à tous, la résistance à l’oppression, le partage généralisé et convivial…) ; on peut parier que la fiction ou les œuvres d’imagination viennent et viendront nourrir les concepteurs des systèmes distribués et qu’ils les nourrissent  et les nourriront en retour, mais aussi que, plus largement, les récits, fictionnels ou non, sur le pair-à-pair interviennent dans l’affrontement actuel entre deux conceptions du pair-à-pair : le P2P comme horizon culturel et démocratique / le P2P comme piratage désastreux des ressources culturelles et cognitives. Il serait donc utile de les suivre, comme le font suivant l’hypothèse de J. Abbate, les concepteurs de ces mêmes technologies.

Pour le second aspect consacré à l’interaction avec les usagers, cela nous interpelle sur les hypothèses à partir desquelles les concepteurs des architectures produisent leurs dispositifs : à quel internaute, à quel monde s’adressent-ils et enferment-ils dans leurs algorithmes ?

 

——–

Références

Janet Abbate, 2012, « L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 18.

Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour, 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses des mines.

Yannick Barthe, 2009, « Les qualités politiques des technologies. Irréversibilité et réversibilité dans la gestion des déchets nucléaires », Tracés, 16

Serge Proulx, « L’intelligence du grand nombre : la puissance d’agir des contributeurs sur Internet – limites et possibilités », 7e colloque international ISKO, « Intelligence collective et organisation des connaissances », Lyon, 24-26 juin 2009.

Langdon Winner, 1980, « Do artefacts have politics », Daedalus, 109, 1, 121-136.

Une base de données pour l’analyse des dispositifs P2P

L’intérêt de créer une base de données est de faire émerger des corrélations utiles entre des paramètres différents. Dans une perspective juridique, l’analyse des données brutes nous a permis d’analyser les caracteristiques des dispositifs étudiés jusqu’à présent, afin d’extraire des statistiques et de faire émerger des critères d’analyse. La conception de cette base de données a été faite en plusieurs étapes:


  • Nous avons tout d’abord identifié les éléments juridiques qui peuvent être affectés par les architectures distribuées, où du moins dont la pertinence est susceptible d’être remise en question par les dispositifs étudiés : les questions de  responsabilité, les problèmes de juridiction, de propriété intellectuelle, etc.

  • Nous avons ensuite créé des catégories brutes que nous estimions pertinentes pour l’analyse des conséquences ou des enjeux juridiques soulevés par ces dispositifs. Nous avons ainsi identifié plusieurs facteurs avec des répercussions juridiques, que ce soit d’un point de vue contractuel (données personnelles, contenus, technologies DRM, responsabilités, transationalité, et jurisprudence) et de l’architecture (gouvernance, monitoring, logging, sécurité, etc).

  • Enfin, nous nous sommes rendu compte que pour certains dispositifs, il n’y a pas ou très peu d’information ou de matériel de nature contractuelle. C’est le cas surtout des dispositifs à architecture fortement distribuée. Nous avons donc réalisé qu’il ne suffit pas de remplir les éléments contractuels et juridiques de chaque dispositif, mais qu’il est aussi nécessaire d’identifier l’impact des caractéristiques structurelles et fonctionnelles de ces dispositifs sur les questions ou enjeux juridiques préalablement identifiés (e.g. dans le cas où les règles sont déterminés automatiquement par le protocole ou l’infrastructure technique).

Nous avons ainsi produit une grille d’analyse qui relie les attributs contractuels, structurels ou fonctionnels des dispositifs pair à pair avec leur conséquences (positives ou négatives) sur les questions de droit. Cela nous a permis, notamment, de catégoriser les dispositifs étudiés en différents types d’architectures distribuées et d’identifier les questions juridiques soulevées par chacun de ces types. Les principales problématiques identifiées sont les suivantes:


(1) Sécurité

Les technologies pair à pair (P2P) se basent sur l’interaction de « pairs » les uns avec les autres. Des risques de sécurité peuvent donc se présenter sous forme d’abus de  confiance entre pairs.


  • Cybercriminalité: Les cyber-criminels sont susceptibles d’utiliser les technologies P2P pour communiquer, partager des information ou faire de la contrebande de façon entièrement anonyme.

  • Attaques: De nombreuses attaques peuvent aussi être réalisées grâce aux technologies P2P. Il s’agit, notamment, d’attaques visées à entraver le fonctionnement des réseaux P2P (par la modification ou l’intoxication des indices de table de routage), des attaques de type Denial of Service (DoS), impliquant l’envoi d’un nombre massif de requêtes entre pairs afin de rendre certaines portions du réseau inutilisables ; des attaques de Spoofing, exploitant les réseaux P2P afin d’attaquer des cibles tierces, tels que des sites Web ; ou, tout simplement, de l’introduction de virus ou autres logiciels malveillants (tels que des Botnets, Zombies ou chevaux de Troie) lors du partage de fichiers à l’aide d’applications P2P – dans le but de contrôler ou de compromettre les ordinateurs des utilisateurs.


(2) Droit à la vie privée et confidentialité des données

Etant donné la facilité d’utilisation de nombreuses applications P2P, certains utilisateurs ne sont pas suffisamment informés pour réaliser les implications dérivant de l’utilisation de ces applications, facilitant ainsi les attaques à la vie privée et/ou la perte de confidentialité des données.


  • Anonymat: Certains dispositifs P2P emploient des technologies de chiffrement pour toutes les communications qui passent sur le réseau et utilisent des méthodes particulières de routage (e.g. onion routing) de façon à ce que les nœuds maintiennent un fort degré d’anonymat, protégeant ainsi la vie privée des utilisateurs. Cependant, la plupart des dispositifs P2P (tel que le système de partage de fichiers BitTorrent) exposent directement l’adresse IP des utilisateurs, ce qui permet potentiellement aux autres pairs dans le réseau de connaître l’identité des pairs qui partagent ou qui téléchargent certaines ressources.

  • Contrôle tiers: Dans un modèle traditionnel client-serveur, les données confidentielles ne sont jamais transmises ni exposées aux utilisateurs du réseau. Dans la plupart des systèmes P2P, par contre, les données des utilisateurs sont transmises dans un réseau de pairs qui ont un accès direct aux flux de données. Ces données peuvent donc être observées, utilisées et potentiellement compromises par tous les pairs qui participent à leur transmission dans les réseaux.


  • Partage de fichiers involontaire: Certains utilisateurs ne comprennent pas la configuration des applications P2P (notamment en ce qui concerne les applications de partage de fichiers) et peuvent, par inadvertance, partager des fichiers personnels ou confidentiels résidant sur leurs disques durs. Dans une enquête concernant le dispositif P2P Kazaa, par exemple, il a été revélé que seulement une très petite minorité d’utilisateurs étaient effectivement au courant des dossiers qu’ils partageaient sur le réseau; de nombreux utilisateurs n’étaient pas au courant qu’ils partageaient, entre autre, leurs ressources financières, leurs e-mails, ou leurs données en cache Web.


(3) Police des communications et des contenus (droits d’auteur et autre lois assimiliées)

  • Contenus illicites ou protégés: La plupart des pays interdisent ou censurent la publication de certains types de contenus, tels que la pédophilie ou les propos haineux. Certain pays interdisent aussi la reproduction et la diffusion de certains contenus, tels que les contenus protégés par le droit d’auteur. Ces lois sont difficilement enforceable dans le cas des dispositifs P2P anonymes et/ou dont les communications sont chiffrées – qui sont susceptible d’attirer des utilisateurs malveillants désirant partager des fichiers protégés par le droit d’auteur ou des contenus illicites. Les noeuds d’un réseau P2P pourraient ainsi recevoir (peut-être à leur insu) des fichiers dont la re-distribution pourraient les soumettre à une responsabilité civile ou pénale.

  • La question de la preuve: En ligne, le moyen le plus commun de recueillir les preuves d’une infraction est par la collecte de données (e.g. par l’intermédiaire de trackers). C’est le moyen le plus simple et le plus rapide, mais il est souvent difficile de s’assurer que les résultats soient toujours exacts.  De plus, il est important de se rappeler que ces information ne sont que la preuve d’une activité, et ne constituent pas nécessairement la preuve d’une infraction. Un autre moyen de recueillir des preuves en ligne est celui d’adhérer à un réseau P2P et de monitorer les activités des pairs. En théorie, il suffit de collecter certaines informations de communication pour porter une action en justice. Le problème est que ces informations sont toujours plus difficile à obtenir en vue du nombre croissant de dispositifs P2P qui chiffrent les communications et qui protègent l’anonymité des utilisateurs.


(4) Identification et responsabilisation des acteurs

  • Multiplication et délocalisation des acteurs: De nombreuses applications P2P répartissent une série de tâches entre de nombreux acteurs, dont l’identification et la localisation est de plus en plus difficile. Cela est d’autant plus vrai dans le cas des réseaux P2P anonymes, où il est devenu pratiquement impossible de déterminer l’identité des utilisateurs. L’anonymat des pairs est généralement assurée par des méthodes spécifiques de routage (onion routing) qui cachent l’emplacement physique de chaque noeud.

  • Fragmentation des données: De plus, alors que la diffusion intégrale de contenus numériques pourrait entrainer la responsabilité pénale des utilisateurs, la plupart des contenus transférés dans les réseaux P2P sont fragmentés en des milliers de paquets transmis de façon plus ou moins aléatoire dans le réseau. Alors que, dans la mesure où il fournissait la localisation exacte de fichiers protégés par le droit d’auteur, le server central de Napster a été fermé par la police Américaine, la fragmentation des données (et des acteurs) pourrait empêcher que cette situation se reproduise dans la mesure où personne ne possède l’integrité des fichiers.


(5) Transnationalité

Un  problème fondamental des réseaux P2P porte sur leur extension au delà des frontières nationales. The Pirate Bay, par exemple, a déménagé ses serveurs à plusieurs reprises vers différents pays afin d’éviter l’action de la police. Le site a aussi menacé d’acheter une île («Sealand») pour établir sa propre compétence juridique, et, selon le site de TorrentFreak, il envisage maintenant d’envoyer ses serveurs sur un satellite dans l’espace.


  • Contrefaçon transfrontalière: La transnationalité des réseaux P2P rend l’application des règles nationales extrèmement difficile.  L’infrastructure de ces réseaux est telle que des infractions se produisent dans plus d’un territoire à la fois. L’application du droit étatique est ainsi confrontée à de nombreux obstacles. La plupart des lois qui gouvernent la diffusion d’informations sur Internet sont des lois territoriales dont les règles sont susceptibles de varier d’une juridiction à une autre. Plusieurs procédures seraient donc nécessaires pour mettre fin à une infraction qui a lieu dans différents pays. De plus, la difficulté d’identifier les coupables, par rapport à la facilité pour ces derniers de se déplacer d’une juridiction à une autre, est telle qu’il est souvent improductif pour les autorités nationales de se mobiliser pour porter fin à ces infractions.

  • Droit international: Les questions juridiques liées aux réseaux P2P sont très complexes et doivent être traitées sur une échelle internationale. Le principe de territorialité du droit s’oppose fortement aux dynamiques de ces nouvelles technologies dont la portée s’étend bien au-delà des juridictions nationales. L’application extraterritoriale des règles de droit est une opération complexe qui risque de créer des conflits avec les politiques institutionnelles des pays concernés. Dans un contexte où les normes juridiques développées dans un pays peuvent avoir un impact sur les politiques élaborées dans un autre pays, il est peut être nécessaire de se tourner vers l’établissement de normes internationales. Par exemple, alors que le principe du traitement national demeure un élément crucial pour les relations internationales en terme de propriété intellectuelle, l’adhésion formelle au principe de territorialité pourrait compromettre la protection effective des droits d’auteurs. Ainsi, les questions concernant les différentes formes de régulation du secteur numérique doivent essentiellement analysées dans un contexte international, tout en tenant compte des spécificités européennes et des opportunités en matière d’harmonisation juridique.


L’étape suivante sera de continuer à remplir les fiches et à affiner les catégories de la base de données en procédant à des aller-retour entre les données brutes collectées (les conditions d’utilisation, terms of use, et l’architecture des dispositifs) et les informations dérivées dans le but d’affiner les problématiques et les catégorie identifiées.

Cela nous permettra, plus tard, d’analyser les contenus de cette base de données afin de créer une ontologie juridique du domaine pour caractériser les différents types d’architectures distribuées, ainsi que les enjeux juridiques qu’elles soulèvent.

« Le modèle Internet en question (années 1970-2010) »

Vient de paraître:

Francesca Musiani et Valérie Schafer (2011). « Le modèle Internet en question (années 1970-2010) », Flux 3/2011 (n° 85-86), p. 62-71.

Cet article se propose de montrer comment le « modèle Internet » – écosystème en évolution constante, sous l’effet du développement du Web, de ses usages commerciaux et grand public, des (re)compositions de la chaîne de valeur Internet – pose, depuis le développement d’Arpanet à la fin des années 1960 jusqu’à nos jours, des questions de modélisation et de gestion des flux. L’étude des négociations et controverses dont l’architecture Internet a fait l’objet par le passé, les tensions auxquelles elle est soumise actuellement et les discussions autour de ses futurs, témoignent du fait que ce modèle, loin d’être statique ou de s’être imposé de lui-même, a constamment co-évolué avec les modifications des usages, leur massification, les choix techniques, économiques, politiques, sociaux effectués par les différentes parties prenantes. Les questions de modélisation et de neutralité de l’Internet invitent à repenser sa matérialité et sa spatialité, le rôle crucial des protocoles et des infrastructures dans le fonctionnement d’un « réseau des réseaux », où le virtuel n’est pas affranchi des tensions qui traversent la société réelle.

L’article peut être consulté à www.cairn.info/revue-flux-2011-3-page-62.htm.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website