SOPA et Megaupload: quelle responsabilité pour les « intermédiaires » de l’Internet?

Retour sur la mobilisation anti-SOPA et le cas Megaupload :

L’accès à Internet comme « droit » face à la responsabilité des intermédiaires

 

Le blocage DNS, par ordre de l’FBI américain, de dix-huit sites de streaming et téléchargement direct de fichiers vidéo parmi lesquels figurent le populaire Megaupload et son « cousin » Megavideo, semble parler clair : l’offensive aux bastions de la piraterie sur Internet, intouchables jusqu’à maintenant, a (re)commencé en grand style. D’autres sites s’apparentant à Megaupload tomberont, et seront certainement « vengés » et rapidement remplacés par des alternatives similaires ; les utilisateurs, quant à eux, vont à court terme digérer l’affaire avec quelques recherches en ligne, à la chasse d’autres sites. Pourtant, on commence à peine à mesurer l’ampleur potentielle des conséquences à moyen terme du blocage. Certes, le Sénat des Etats-Unis a, pour le moment et suite à un important mouvement en faveur de la libre diffusion de la culture guidé par Wikipédia, décidé de différer les discussions sur les controversées lois anti-piratage SOPA et PIPA, après qu’une décision similaire avait déjà été prise par la Chambre des représentants états-unienne. Mais les principaux experts de droit d’auteur sur Internet se trouvent d’accord : la prochaine manœuvre des industries du copyright sera d’essayer de restreindre la liberté d’action de sites qui nous semblent être aujourd’hui entièrement dans le champ de la légalité, comme Google, Facebook, YouTube. De quoi nourrir ultérieurement un débat récemment ravivé par Vint Cerf : l’accès à l’Internet, no strings attached, est-il un droit de l’homme ?

 

Les intermédiaires de l’Internet sous attaque?

L’enjeu central de l’affaire SOPA/PIPA et de la fermeture de Megaupload semble donc être l’ « effet domino » de décisions politico-judiciaires qui, partant d’une action policière nationale (des Etats-Unis dans ce cas), se reflètent au niveau global. C’est l’inquiétude de la commissaire européenne en charge de la société numérique Neelie Kroes, qui note comment l’action unilatérale des autorités états-uniennes ait un impact immédiat et important sur les usagers européens – y compris ceux qui utilisaient Megaupload légalement. En effet, le site avait aussi, pour beaucoup d’internautes partout dans le monde, une fonction de « disque dur virtuel » qui incluait le stockage de fichiers légaux, photos et documents personnels, qui sont au moins pour le moment perdus – sans même que les autorités du pays dont ils sont citoyens ne l’aient décidé. Un des paradoxes des multiples facettes de l’Internet : un instrument d’accès global à de l’information qui est, par ailleurs, contenue et gérée par des serveurs physiques – contrainte par leur matérialité, sujette aux limitations et aux juridictions des pays qui les hébergent.

Les 180 millions d’abonnés de Megaupload ne seront pas en manque d’alternatives suite à sa fermeture. D’ailleurs, ces utilisateurs étaient souvent dirigés vers la musique, les films, les BD de leur choix par des liens présents sur des sites tels que forums et blogs, qui renvoient souvent vers d’autres possibilités de téléchargement direct et de streaming : ceux-ci ne manqueront pas de s’enrichir rapidement et efficacement de contenus et d’utilisateurs ; tout comme il sera facile, pour de nouveaux services du même genre, de voir la lumière et de se substituer aux géants abattus. Pourtant, plusieurs experts partagent l’impression que ces effets immédiats soient loin de résumer à eux seuls l’impact des événements récents. La fermeture de Megaupload et frères serait la preuve du fait que l’industrie du copyright a décidé de lancer une nouvelle offensive, sans précédents depuis les « Napster wars » du début des années 2000, qui impliquerait de s’attaquer à d’autres sites semblables, à l’heure actuelle pleinement insérés dans la « légalité » de la distribution de contenus via l’Internet.

 

Vers des restrictions plus importantes pour les plateformes

Une procédure judiciaire aux résultats incertains suivra maintenant de près la fermeture des sites. Ce qui signifie que, en théorie, leurs administrateurs pourraient être libérés de toute accusation, et les sites ouverts à nouveau. L’ambigu Kim Dotcom (a.k.a. Schmitz), l’un des fondateurs de Megaupload, déclarait par ailleurs à l’audience préliminaire de son procès, le 20 janvier dernier, qu’il n’avait « rien à cacher ». Jusqu’ici, aucun site semblable à Megaupload n’a été condamné par un juge : les fermetures ont toujours été causées par des saisies préventives. Pourtant, une condamnation semble, dans ce cas, plus probable qu’un acquittement. En effet, jusqu’à présent, les sites de streaming et équivalents se sont justifiés en soutenant de n’être que des « purs intermédiaires », et que la responsabilité des actes illicites doit retomber sur les usagers téléchargeant les fichiers piratés sur les sites. Cet argument a déjà été utilisé par le site de torrent The Pirate Bay, qui a pourtant déjà subi une condamnation bien qu’il s’exposât à moins de risques, se limitant à indexer les fichiers sur un moteur de recherche au lieu de les héberger directement sur le site comme fait Megaupload. Les autorités sont en train d’affirmer le principe selon lequel ces sites sont illégaux car l’organisation de leur modèle d’affaires est entièrement centrée – qui plus est, avec profit – sur les activités pirates.

Par ailleurs, l’argument de la « pure intermédiation » et de la responsabilité de l’usager soutient aujourd’hui une bonne partie du modèle Internet dans sa forme actuelle ; c’est l’argument qui permet à des plateformes telles que Google, Facebook, YouTube de poursuivre leurs opérations sans encourir à tout moment le risque d’amendes très importantes à cause des actions que leurs usagers effectuent sur et au moyen de la plateforme. Il en va de même pour les fournisseurs d’accès à Internet (FAI). Il y a donc le risque concret d’une réaction disproportionnée : pour défendre le système de copyright dans sa forme actuelle, les modalités d’accès et d’utilisation de sites Internet non orientés au piratage pourraient être largement réduites, voir carrément empêchées. L’attaque des autorités américaines à Megaupload et aux autres sites serait-il une réaction à la vaste mobilisation de l’Internet contre la proposition SOPA/PIPA – projet de loi qui souhaite précisément augmenter les responsabilités de tous les sites pour la distribution et la diffusion de contenus vis-à-vis le piratage en ligne ?

 

Internet, un « droit » ? Sûrement une opportunité

L’effet principal, à moyen terme, de la chute des géants du streaming pourrait donc dépasser le cadre des copyright wars pour investir un des enjeux fondamentaux de l’Internet : l’accès au réseau des réseaux est-il un droit de l’homme, à problématiser et protéger en conséquence, même et surtout face aux intérêts de certains acteurs ? Cette question, largement débattue dans plusieurs arènes internationales, a été récemment posée par Vint Cerf sous un angle novateur et controversé. En effet, l’ « évangéliste en chef » de Google fait l’argument que l’Internet serait à classer parmi les technologies « facilitatrices » des droits de l’homme, en tant que moyen de poursuivre un but, plutôt que d’être défini en soi comme droit de l’homme.

Si cette perspective est intéressante et invite à poursuivre la réflexion, il nous semble légitime, en suivant Sean Ludwig, de réaffirmer quelque chose de très simple : quelqu’un doté d’un accès non restreint à l’Internet a la possibilité de connaître et changer le monde beaucoup plus que quelqu’un qui n’a pas cet accès. Au delà des débats sur l’Internet comme droit fondamental, ce serait opportun qu’une telle prise de conscience devienne une priorité, ou au moins partie intégrante, des processus de décision politique et judiciaire concernant le réseau des réseaux. Peut-être pourra-t-on ainsi éviter des desseins de loi qui, dans le but de poursuivre des usages partiellement illicites, risquent d’endommager sérieusement l’ « écologie Internet », son ouverture, et ses opportunités d’innovation.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Bitcoin, décentralisation et déflation sur ParisTech Review

Un intéressant article de Pierre Noizat, directeur général de Paymium, est paru il y a quelques jours sur ParisTech Review. Il y est question de confiance et de décentralisation comme préconditions au développement d’une « économie bitcoin » fondée sur le consensus social.

Voir l’article sur le site de la revue.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

TOR: le détournement d’une technologie détournée

Tor est un réseau distribué conçu pour faciliter la communication anonyme. Il a été développé par la Marine des États-Unis pour que le gouvernement américain puisse communiquer des données en toute sécurité sur Internet. L’outil a ensuite été abandonné et mis à disposition du public sous licence open source. Alors qu’il avait été initialement adopté pour protéger les données personnelles des utilisateurs contre l’ingérence des gouvernements, le réseau Tor est aujourd’hui une technologie utilisée par certains gouvernements pour surveiller les utilisateurs sur Internet.

Communiquer sur Internet comporte des enjeux de différentes natures. Tout d’abord, Internet étant une architecture distribuée, la trajectoire des paquets ne peut pas être déterminée a priori – quel que soit le protocole utilisé. Il est donc impossible de s’assurer qu’un message envoyé par Internet ne sera pas intercepté  – ou pire modifié – par un tiers. Ensuite, tout message envoyé sur Internet comporte un transfert de paquets sur plusieurs serveurs qui sont au courant soit de la provenance, soit de la destination de ces paquets. Ces adresses (provenance et destination) sont sauvegardées sur les serveurs et peuvent être ensuite récupérées pour identifier l’identité des personnes ayant envoyé ou reçu ces paquets. Enfin, étant donné que le transfert de paquets sur Internet ne peut se faire que par l’intermédiaire des fournisseurs d’accès à Internet, ces derniers ont la possibilité de contrôler, et pourquoi pas de filtrer, tout ce qui passe sur leurs réseaux. Il n’y a donc aucune garantie qu’un message arrive effectivement à destination sans avoir été préalablement censuré.

Ces risques en matière de sécurité et de confidentialité des communications sur Internet ont amené plusieurs organisations, et notamment la Marine des États-Unis, à développer un logiciel dont l’objectif était d’assurer la sécurité des communications et l’anonymat des participants. Le réseau Tor a ainsi été conçu comme un outil destiné à protéger les communications du gouvernement américain contre toute interception ou détournement.

Si les gouvernements se soucient de protéger leurs propres communications, ils ne se soucient guère de garantir la même protection aux citoyens qui communiquent sur Internet. Bien au contraire : depuis que l’Internet s’est transformé en moyen de communication de masse, les gouvernements de tous les pays essaient de contrôler et de réglementer les communications sur Internet, sous le prétexte de protéger les utilisateurs et d’assurer l’ordre public aussi bien dans le monde physique que dans le monde numérique.

Le premier détournement

Le droit à la vie privée et la liberté d’expression sont aujourd’hui de plus en plus en danger sur Internet. Face aux nombreuses atteintes à la vie privée instaurées par des lois visant à limiter l’échange des contenus protégés par le droit d’auteur, ainsi que les différentes limitations imposées sur la diffusion de contenus illégaux (les œuvres protégées par le droit d’auteur, ou des contenus relevant de la pornographie, de la pédophilie, etc) ou diffamatoires, les utilisateurs doivent apprendre à protéger leur droits par leur propres moyens.

Alors qu’il avait été abandonné par le gouvernement des États-Unis, le développement de Tor a été repris par l’Electronic Frontier Foundation (EFF) dans le but de produire un instrument qui garantisse l’anonymat des utilisateurs. Tor a ainsi été détourné par la société civile qui a transformé un outil conçu pour aider le gouvernement à communiquer des informations à l’insu des yeux indiscrets, en un outil conçu pour la protection de la vie privée des utilisateurs et pour la défense de la liberté d’expression contre les interférences des gouvernements.

Aujourd’hui, Tor est un logiciel destiné à garantir l’anonymat des communications en ligne. Basé sur un réseau de volontaires du monde entier, Tor introduit une nouvelle couche de communication cryptographiée sur le réseau de façon à camoufler non seulement les contenus, mais aussi l’origine et la destination des communications. En ce qui concerne la vie privée, cela permet d’empêcher la surveillance des réseaux et l’analyse du trafic Internet par les fournisseurs d’accès, tout en permettant aux utilisateurs de communiquer des informations de manière anonyme. En matière de liberté d’expression, Tor est un outil qui peut également être utilisé pour contourner la censure, étant donné qu’il permet aux utilisateurs d’accéder à des serveurs bloqués par des firewalls nationaux ou institutionnels, et de communiquer des informations au public de manière anonyme, sans risque de se faire appréhender.

Le fonctionnement du réseau Tor

En règle générale, la cryptographie à elle seule ne suffit pas à garantir l’anonymat des utilisateurs, car il est toujours possible d’identifier la source et la destination des paquets circulant sur Internet. Basé sur le mécanisme de routage en oignon (onion routing), le réseau Tor a donc été construit pour empêcher quiconque de connaître à la fois l’origine et la destination des paquets.

Le principe du routage en oignon est un mécanisme par lequel les données sont encryptées à plusieurs reprises avec des clés de cryptages différentes, pour être ensuite envoyées à plusieurs nœuds dans le réseau. Les données sont donc protégées par plusieurs couches de cryptographie, qui seront progressivement retirées par chaque nœud, jusqu’à ce qu’elles arrivent à leur destination finale où elles seront à nouveau lisibles.

Afin d’assurer une communication anonyme, les données transférées sur le réseau Tor doivent passer au minimum par trois routeurs différents. L’origine des communications n’est connue que des routeurs d’entrée et la destination des communications n’est connue que des routeurs de sortie. Les autres nœuds du réseau sont des routeurs intermédiaires qui ne connaissent ni la provenance ni la destination des paquets qu’ils transfèrent.

Les routeurs d’entrée sont les nœuds auxquels l’utilisateur se connecte pour accéder au réseau Tor. Étant donné que l’adresse IP des utilisateurs est par nécessité visible, cela constitue un point faible et les utilisateurs doivent vérifier qu’ils ne se connectent pas à un nœud doté de mauvaises intentions. Tor a donc introduit une série d’annuaires officiels afin de fournir aux utilisateurs une liste de nœuds Tor certifiés auxquels l’utilisateur peut faire confiance. Dès lors qu’un utilisateur désire communiquer ou recevoir des informations de manière anonyme, le logiciel Tor construit ainsi un chemin aléatoire composé de trois nœuds différents qui s’occuperont de transférer les paquets de leur adresse d’origine jusqu’à leur destination finale – qui elle ne sera connue que par les routeurs de sortie.

Les abus du réseau Tor

L’anonymat garanti par le réseau Tor est cependant une arme à double tranchant. Puisque le trafic ne peut être tracé que jusqu’à l’adresse IP des routeurs de sortie, les utilisateurs peuvent théoriquement abuser du réseau pour accéder à des contenus de façon illicite ; par exemple pour obtenir gratuitement des œuvres protégées par le droit d’auteur, pour consulter des contenus illicites (e.g. à caractère pornographique ou pédophile), ainsi que pour publier des contenus diffamatoires ou s’impliquer dans des activités illégales telles que des opérations criminelles ou la diffusion de courriels non sollicités (spamming).

Les autorités publiques américaines cherchent donc à réglementer l’utilisation de cette technologie afin d’en limiter les abus. D’une part, il a été soutenu que chaque nœud de sortie devrait être tenu responsable pour le trafic qu’il transfère. Cette approche est susceptible de compromettre la viabilité du réseau car cela réduirait considérablement le nombre de routeurs de sortie disponibles, multipliant ainsi la congestion du réseau. De nombreuses takedown notices ont déjà été envoyés à plusieurs institutions, en s’appuyant sur les dispositions du DMCA (Digital Millennium Copyright Act) leur demandant de fermer leurs routeurs de sortie et d’empêcher les utilisateurs d’en ouvrir de nouveaux. Bien que l’EFF insiste sur le fait que les routeurs Tor relèvent des « havres de paix » (Safe Harbour) du DMCA en tant que simple routeur (mere transit), une réponse juridique définitive n’a pas encore été fournie. Si la loi n’aborde pas explicitement la question concernant la responsabilité juridique des routeurs de sortie, le réseau Tor risque de perdre en fonctionnalité suite aux effets secondaires (chilling effects) générés.

Le problème est de savoir s’il faut interdire l’anonymat au sein du réseau, en dépit des recours légitimes à cet anonymat, ou si la technologie doit être au contraire défendue, en dépit du fait que l’anonymat permet aux utilisateurs d’effectuer des opérations illégales (ou plutôt leur facilite la tâche). La question n’a toujours pas été correctement tranchée d’un point de vue législatif ou jurisprudentiel et la légalité du réseau Tor demeure jusqu’à présent incertaine.

Le deuxième détournement

Plutôt que de légiférer sur la légalité du réseau, la solution adoptée par certains gouvernements a été d’utiliser Tor, non plus dans le but de garantir l’anonymat des communications, mais, au contraire, dans le but de retourner la technologie à leur propre avantage en exploitant les failles de sécurité caractéristiques du routage en oignon. Plutôt que de combattre cette nouvelle technologie, l’idée la plus surprenante, bien que peu orthodoxe de ces gouvernements, a été d’utiliser le réseau contre lui-même afin de contrôler le trafic et de surveiller les communications des utilisateurs.

En effet, bien que le réseau Tor soit destiné à garantir l’anonymat des utilisateurs, il rencontre quelques problèmes de sécurité liés à la manière dont il a été conçu. Puisque Tor ne contrôle que ce qu’il se passe à l’intérieur du réseau, il ne peut pas protéger les utilisateurs contre le contrôle et le monitorage du trafic en entrée ou en sortie du réseau. Notamment, le trafic en sortie ne peut pas être encrypté car il ne serait alors pas compris par le serveur de destination. Ainsi, lorsque le réseau est utilisé avec des protocoles non sécurisés (tels que POP, IMAP, FTP, Telnet, etc), les routeurs de sortie peuvent analyser le trafic des utilisateurs pour identifier des informations sensibles tels que leur identifiant et leur mot de passe non cryptés. Bien que cela ne révèle pas nécessairement l’identité des utilisateurs, ces derniers doivent toutefois avoir connaissance des risques et prendre leurs précautions lorsqu’ils se connectent au réseau. Le danger est d’autant plus grand que l’utilisation d’une application tierce non sécurisée, quelle qu’elle soit, par un utilisateur du réseau Tor, peut permettre d’identifier l’adresse IP de cet utilisateur et d’associer ensuite cette même adresse IP à toutes les communications provenant de cet utilisateur (the bad apple attack).

Les routeurs de sortie peuvent également modifier le contenu des paquets qui voyagent à travers eux, afin par exemple de filtrer ou de censurer certains types d’informations, ou, pire encore, d’effectuer des attaques de type « Man In The Middle » (ou MITMune attaque qui a pour objectif d’intercepter les communications entre deux parties sans qu’aucune d’entre elle ne puisse s’en douter) dans le but d’usurper l’identité du serveur de destination.

Cette technique a été utilisée par certains contributeurs de Wikileaks, qui opéraient sur plusieurs routeurs de sortie au sein du réseau Tor dans l’espoir d’obtenir des informations confidentielles (voir Appelbaum’s lostinthenoise.net network). Julian Assange a lui-même avoué que de nombreux documents sur Wikileaks ont été obtenus en analysant le trafic de plusieurs réseaux pair-à-pair, Tor étant probablement le plus intéressant.

Mais cela ne se limite pas aux individus. Les gouvernements des États-Unis, de Chine et de Russie sont connus pour opérer sur le réseau Tor avec de nombreux nœuds de sortie, dont le nombre n’a cessé d’augmenter depuis 2007.

Bien que l’analyse du trafic sur les routeurs de sortie soit ordinairement réalisée à l’insu des utilisateurs, une telle opération a été récemment divulguée par plusieurs revues, telles Forbes et Wired. C’est le cas du projet Vigilant, un groupe de surveillance qui, paraît-il, analyse le trafic de plusieurs fournisseurs d’accès Internet aux États-Unis pour identifier les opérations (terroristes ou autres) qui pourraient nuire à la sécurité nationale.

D’après le récit de Forbes, « One of Project Vigilant’s manifold methods for gathering intelligence includes collecting information from a dozen regional U.S. Internet service providers (ISPs). Because the ISPs included a provision allowing them to share users’ Internet activities with third parties in their end user license agreements, Vigilant was able to legally gather data from those Internet carriers and use it to craft reports for federal agencies. A Vigilant press release says that the organization tracks more than 250 million IP addresses a day and can “develop portfolios on any name, screen name or IP address. »

Le projet Vigilant regroupe une communauté d’analystes bénévoles dont la mission est celle de recueillir et d’analyser un maximum de données sur le réseau Tor, afin de remettre ces informations au gouvernement fédéral. Si ce rapport a été réfuté comme largement exagéré, l’existence du projet Vigilant est, elle, bel et bien documentée : « Project Vigilant is funded by BBHC Global, an information security firm based in the Midwest, and private donations.  According to BBHC manager, Steven Ruhe, “In the fight against terror, the U.S needs all the help it can get, even if that assistance comes from unpaid volunteers. For the past 14 years, a significant volunteer group of U.S. citizens has been operating in near total secrecy to monitor and report illegal or potentially harmful activity on the Web. »

Il est difficile d’imaginer que, si Tor est en effet utilisé pour communiquer de façon anonyme et contourner les firewalls ou censures imposées par les gouvernements, ces derniers ne s’emploient pas à exploiter le réseau pour analyser le trafic et identifier les utilisateurs mal intentionnés.

Évidemment, ce risque n’existe que pour les utilisateurs qui ne prennent pas les précautions nécessaires pour protéger leurs communications. Il suffit en effet d’utiliser un protocole sécurisé lors du transfert des données pour s’assurer que personne ne peut contrôler les paquets et découvrir l’identité des utilisateurs communiquant sur le réseau Tor. C’est pour cela que ce risque ne concerne vraisemblablement que les personnes qui n’ont effectivement rien à cacher et qui n’ont donc aucun intérêt à communiquer de façon anonyme et à l’insu des gouvernements. Quoi qu’il en soit, en donnant l’impression qu’il est possible de communiquer en toute sécurité sans aucun effort, le réseau Tor est un outil qui peut potentiellement être détourné par les gouvernements afin de superviser les communications d’un grand nombre d’utilisateurs.

Le peer-to-peer, clé de voûte pour les économies futures ?

Compte-rendu du séminaire W2S par Michel Bauwens à la Cantine, 16 décembre 2011

 

« Ce ne sera pas une conférence sur comment devenir riche avec des startup, » souriait Michel Bauwens au début du séminaire W2S à la Cantine de vendredi 16 décembre. Les deux heures et demi de présentation et de discussion qui ont suivi, ayant pour thème « From Collaborative Prosumer Capitalism to a Commons-based P2P Economy », ont pourtant mis en avant la possibilité d’un véritable modèle économique alternatif basé sur le peer-to-peer (P2P), qui, loin d’être une utopie pour un futur lointain, s’infiltre toujours plus dans nos pratiques quotidiennes et pourrait constituer la clé de la durabilité à moyen et long terme de nos économies et de nos sociétés.

 

Les évolutions de la coopération

Comme M. Bauwens l’a souligné en ouverture de sa présentation, en présentant à l’audience le site du projet de science agraire communautaire nutrientdenseproject.com, le P2P est loin d’être exclusivement ancré dans l’immatériel et le virtuel. Au contraire, il serait à traiter comme un paradigme de partage immédiat, en réseau, de connaissances et d’information. A ce jour, on compte des milliers d’exemples de plateformes P2P, basées sur l’échange de connaissances, de code et de design. Ces plateformes, qui pour la plupart viennent de voir le jour ou sont en train de naître, posent des problèmes autant qu’ils peuvent en résoudre. Pourtant, d’après M. Bauwens, elles forment une sorte de préfiguration sociale du monde à venir. Est-on en train de vivre la troisième révolution de la productivité humaine? La dernière évolution du modèle coopératif repose-t-elle désormais non pas sur la mise en place de systèmes de motivation, mais sur la suppression des obstacles au partage et au commun ?

Si dans le monde pré-moderne la qualité de la coopération était basse (modèle féodal/impérial, relation de pouvoir, confrontation), et dans le monde moderne, moyenne (modèle industriel, de marché, basé sur les échanges monétaire, résultat neutre), Michel Bauwens fait l’hypothèse qu’on entre maintenant dans une « ère P2P » dotée d’une haute qualité de coopération, basée sur la synergie et le « wisdom game ». Les personnes contribuent désormais à des projets communs qui dépassent le simple échange direct, sur la base d’une motivation intrinsèque (tel est le cas de Wikipédia). Dans plusieurs de ces projets, le code reste dans le commun et il y a de la production de commun même dans le cas d’une co-existence avec une logique marchande plus traditionnelle. La division du travail au sens classique évolue vers une distribution des tâches ; on effectue ainsi le déplacement d’une vision panoptique à une vision oloptique – tous peuvent voir les changement apportés par les différents pairs.

Si plusieurs exemples dans l’histoire témoignent de comment, au fur et à mesure que la société se complexifie, des grandes entités finissent par « prendre le dessus » et entrainer des involutions du système, la promesse des projets P2P réside d’après M. Bauwens dans le « global scaling of small group dynamics » : les projets P2P fonctionnent bien en petits groupes, mais « ce qu’on aime » dans ces petits groupes, comme les dynamiques d’égalitarisme, se prête maintenant bien à être mis à l’échelle.

Le P2P peut être conçu comme un système où l’intérêt individuel se marie à l’intérêt collectif – non pas par altruisme, mais par design social. Quelle que ce soit la motivation à la base des actes des individus, un « système d’exploitation universel » (universal operating system) se crée en même temps avec un système social.

 

Pour un dépassement du « capitalisme netarchique »

Partout où la production entre pairs émerge, elle tend à déplacer les modèles d’entreprise basés sur le profit et la propriété intellectuelle. Aujourd’hui, la classe du « capitalisme netarchique » commence à investir dans le P2P parce que « ça marche mieux », remédie à certaines fragilités du système. D’après M. Bauwens, le système classique, basé sur la propriété intellectuelle, ne peut pas perdurer dans le temps : il s’agit du modèle de « capitalisme cognitif » préconisé par Microsoft et l’industrie pharmaceutique, par exemple, où le code source reste fermé et le client paie pour le service ou le produit. Cependant, trois autres modèles sont possibles. Soit les entreprises gardent la propriété intellectuelle, mais ne font pas payer leur produit ou le distribuent gratuitement ; soit elles adoptent une stratégie open source, où les programmeurs sont payé mais le code reste libre ;  soit, enfin, un modèle démonétisé (ce qui n’implique pas pour autant qu’une économie n’existe pas autour) peut être proposé. Ces trois modèles « contre-concurrencent » le modèle classique, sans que leur succès ou leur échec réponde à une loi d’airain : le cas Apple en est, à ce jour, la meilleure preuve.

On assiste dans le scénario actuel à une horizontalisation des institutions verticales, qui donne lieu à une variété de modèles hybrides. Ceux-ci se distinguent pourtant, dans leur ensemble, par l’émergence de trois institutions. En premier lieu, les contributeurs : la valeur n’est pas directement liée à la privatisation, l’innovation se fait dans le commun, le design est également mis en commun et c’est là que la valeur est créée. En deuxième lieu, les « for benefit associations » : il ne s’agit pas là d’ONG classiques, car la notion de rareté est introduite dans le modèle. Ces associations ne dirigent pas la production mais sont en charge de l’infrastructure collective et permettent à la coopération de continuer à exister. C’est le cas d’entités comme Apache et Linux. Enfin, les coalitions entrepreneuriales, qui créent de la valeur sur la base du commun : c’est le cas d’IBM, qui crée de la valeur ajoutée sur la base de Linux. La valeur est donc créée dans le commun, mais réalisée dans le privé.

Ces exemples montrent comment la peer production ne soit pas encore un vrai système de production, puisque elle est encore périphérique par rapport au système de profit. Une tension entre le commun et le privé, entre les sphères de partage et de monétisation – une tension que M. Bauwens appelle la « lutte de classe 2.0 » – s’instaure : pour être dans le marché, il faut artificiellement limiter le commun afin de créer de la rareté. Cela a une contrepartie dans la synergie entre le commun et le secteur privé : si celui-ci a besoin de la coopération sociale qui se fait dans le commun, le commun a besoin de la réalisation de valeur qui se fait dans le privé.

 

Le peer-to-peer, un véritable système de production ?

Plusieurs solutions sont possibles pour faciliter la transition de la production entre pairs vers un statut de véritable système de production. Par exemple, un nouveau type de licence, la « peer production licence » (proposée par Dmytri Kleiner), serait envisageable : si un individu contribue au commun, il peut aussi l’utiliser gratuitement: en revanche, s’il en profite sans contribuer, il contribue sous forme de paiement. De cette façon, les commoners seraient facilités dans leur propre production sociale en lien directe avec la création de valeur. Il devrait également être possible de changer les formes légales des entreprises qui occupent la sphère du marché, en opérant un déplacement des entreprises profit-maximizers à des product-maximizers, favorisant la synergie entre consommateur et producteur. D’après M. Bauwens, il faut que les entreprises « ne soient pas structurellement incitées à être des requins, mais des dauphins. »

Au delà d’un scénario souhaitable, quelle est la situation aujourd’hui ? Un positionnement de « dauphin » est certes difficile à soutenir pour une entreprise tout en pouvant survivre comme telle ; pourtant, il en existe. Dans le continuum qui a pour deux extrêmes la pure production entre pairs d’un côté, et les corporations de l’autre, dix modèles hybrides sont possibles et opèrent actuellement. Le prochain pas serait de convaincre les acteurs d’une économie qui est déjà « sociale » à plus d’un titre, à rejoindre et à s’approprier pleinement de la peer production.

Dans l’optique de la production entre pairs, le capitalisme dans sa connotation actuelle devrait être compris non seulement comme attribution de la rareté (scarcity allocation), mais comme véritable ingénierie de la rareté (scarcity engineering) : le design durable et la maximisation de profit ne pouvant pas aller ensemble, les objets sont intentionnellement crées pour être de durée limitée. Or, une communauté de contributeurs s’attache à produire pour elle-même le meilleur design possible – si les entreprises for-profit s’alignent, il y aura un design durable. La clé est de trouver un système politico-économique qui non seulement tienne l’abondance en compte, mais en fasse son principe fondateur, en dépassant certains systèmes légaux et politiques qui sont intentionnellement contre partage et coopération afin de provoquer artificiellement de la rareté. C’est pour ce scénario que plaident de nouveaux types de mouvements sociaux natifs de la culture digitale et du P2P : le monde civique deviendrait productif dans un monde d’entreprises commons-friendly, où l’Etat soutiendrait non seulement le marché, mais le commun.

Une révolution culturelle préalable doit se passer: les valeurs P2P sont encore perçus comme étant contrecourant, une alternative minoritaire. Mais la compréhension du P2P comme véritable socialisation induite par la technologie mais ne se résumant pas à elle, capable de changer les mentalités humaines, peut se traduire dans des infrastructures ouvertes telles que les espaces de collaboration, les global villages, et des structures matérielles destinées à la « vie ouverte » dans des domaines tout aussi disparates que l’énergie, l’agriculture, l’industrie. C’est sur les pratiques d’ouverture et la mutualisation des connaissances que peut se fonder la prise de conscience qu’il y a suffisamment pour tous – un véritable « point de vue de l’abondance » .

 

Conclusions. Sortir de l’émergence, revendiquer ses moyens de production

La socialisation P2P a commencé dans le virtuel et s’est traduite dans la vie matérielle. Il est maintenant question de faire sortir les pratiques P2P des conditions d’ « émergence » et d’ « alternatif ». Aujourd’hui, beaucoup des projets et de la culture P2P demeurent soumis à la logique dominante, ce qui est le cas de Bitcoin: si le système d’échange est en soi novateur, il continue à être un moyen pour échanger de l’argent qui a un même design de rareté et qui va très probablement souffrir des mêmes limitations que l’argent « classique ».

Le P2P doit acquérir la responsabilité de ses moyens de production. D’après Michel Bauwens, tout en n’étant pas encore à ce point, on n’en est pas loin. Aujourd’hui, pour sauver le capitalisme, il faudra intégrer le « green », mais aussi les innovations qui viennent du P2P. Il est possible de créer aussi des systèmes distribués où l’innovation ne soit pas seulement dans le système, mais dans les valeurs sociaux différents qui le sous-tendent. C’est là que, pour Michel Bauwens, se trouve le défi des années à venir.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Rapport de l’ENISA sur la résilience de l’écosystème d’interconnexion de l’Internet: un compte-rendu

L’Internet est, par définition même, un réseau de réseaux interconnectés: la résilience du système d’interconnexion est fondamental pour la résilience de l’Internet. Un rapport publié en avril 2011 par l’ENISA (Agence européenne pour la sécurité des réseaux et de l’information), « Resilience of the Internet Interconnection Ecosystem« , écrit par Chris Hall, avec l’aide de Ross Anderson et Richard Clayton à l’Université de Cambridge et Trimintzios Panagiotis et Evangelos Ouzounis à l’ENISA, analyse cet enjeu fondamental pour la durabilité de l’écosystème Internet. Voici une synthèse de leurs propos.

L’inter-connectivité de l’Internet est un écosystème complexe, avec de nombreuses couches interdépendantes. Son fonctionnement est gouverné par l’intérêt collectif des réseaux de l’Internet, mais il n’existe pas d’organisme central d’exploitation du réseau, capable d’entrer en action lorsque des complications surviennent. L’organisation ouverte et décentralisée qui est l’essence même de l’écosystème est essentielle pour le succès et la résilience de l’Internet. Pourtant, un certain nombre de préoccupations se posent.

Tout d’abord, l’Internet est vulnérable à différents types de défaillances techniques, où des systèmes sont perturbés dans de nombreux endroits simultanément; le service peut être considérablement perturbé par les échecs d’autres services publics, notamment le réseau fournisseur d’électricité; et en raison de sa nature ouverte, l’Internet est soumis à des risques d’attaques à intention perturbatrice (disruptive).

Deuxièmement, des préoccupations concernant la durabilité des modèles d’affaires actuels s’imposent. L’Internet, en tant que service, est bon marché, et ses coûts baissent rapidement, parce que les coûts de prestation de services sont pour la plupart fixes; les coûts marginaux sont faibles, donc la concurrence amène les prix à être toujours plus bas. Certains des plus grands opérateurs soutiennent qu’is sont en train de perdre des sommes considérables, et qu’il n’est pas clair de savoir comment les investissements futurs seront financés. La consolidation pourrait réduire la vingtaine de fournisseurs actuellement présents sur le marché à une poignée. Dès lors, l’introduction d’un système de régulation « lourde » pourrait être nécessaire pour empêcher un système de prix qui dérive d’un monopole.

Troisièmement, la plupart des choses que les fournisseurs de services peuvent faire pour rendre l’Internet plus résistant ne bénéficieraient pas ces fournisseurs en premier , mais à d’autres prestataires de service, conduisant à une possible « tragédie des communs ». De même, les mécanismes de sécurité qui permettraient de réduire la probabilité et l’impact des attaques, des erreurs et des accidents ne sont souvent pas appliquées, parce que personne n’a trouvé le moyen de les implémenter qui donne un avantage suffisant et suffisamment local.

Quatrièmement, on possède peu d’informations fiables sur la taille et la forme de l’infrastructure Internet ou son fonctionnement quotidien. Cela entrave toute tentative d’évaluer sa capacité de résistance en général et de l’analyse de l’impact réel des incidents, en particulier. L’opacité empêche également la recherche et le développement de protocoles systèmes et pratiques améliorés, en rendant difficile de savoir quels sont les enjeux et encore plus difficile de tester les solutions proposées.

Il pourrait donc y avoir des troubles importants à relever ce qui pourrait se présenter comme une menace réelle pour le bien-être économique et social, et cela pourrait faire pression pour que les régulateurs agissent. Pourtant, même si l’origine de l’Internet a été financée par les recherches de la DARPA, l’histoire plus récente de l’interaction du gouvernement avec l’Internet a été problématique. On a assisté aux maladroites tentatives, de la part de plusieurs gouvernements, d’imposer la censure ou la surveillance, tandis que d’autres ont défendu les monopoles de télécommunications locaux ou ont financé d’autres industries ayant été perturbées par l’Internet. En conséquence, les fournisseurs d’accès à Internet, dont la bonne volonté est essentielle pour une régulation efficace, n’ont que très peu de confiance en l’efficacité de l’action étatique.

Toute les décideurs politiques devraient donc procéder avec prudence. A ce stade, il existe quatre types d’activités qui peuvent être utiles au niveau européen.

La première est une meilleure compréhension des échecs, afin que tous puissent en tirer des leçons. Cela signifie d’entreprendre une enquête cohérente et approfondie des pannes majeures, et la publication des résultats. cela implique aussi de mieux comprendre la nature de la réussite, en soutenant les systèmes de mesure à long terme de la performance du réseau, et la recherche concernant cette performance.

La seconde consiste à financer la recherche dans des sujets clés tels que l’interopérabilité et l’inter-domain routing – en mettant l’accent non seulement sur la conception de mécanismes de sécurité, mais aussi sur l’ingénierie du trafic, la redirection et la prioritisation du trafic, surtout pendant une crise, et en développant une compréhension des façons dont des solutions peuvent être déployées dans le monde réel.

Le troisième est de promouvoir les bonnes pratiques. La diversité dans la prestation de services peut être encouragée par des termes explicites dans les contrats du secteur public, et par des pratiques d’audit qui attirent l’attention sur combien on soit actuellement en train de nous baser sur des systèmes qui manquent de diversité. La promotion de tests indépendants d’équipements et de protocoles pourrait également être envisagée.

Le quatrième est l’engagement public. Une plus grande transparence peut aider les utilisateurs d’Internet à devenir des clients plus exigeants, créant des incitations pour l’amélioration, et le public devrait être engagé dans des discussions sur le potentiel des questions controversées comme la hiérarchisation du trafic en cas d’urgence. Enfin, les partenariats public-privé (Public-Private Partnerships, PPP) des différentes parties prenantes, opérateurs, fournisseurs, institutions, sont importants pour une auto-régulation efficace. Si une régulation plus formelle devait s’avérer nécessaire dans le futur – concluent les auteurs du rapport – des décideurs politiques plus informés, qui seraient déjà entrés en rapport avec les industries, pourraient arriver à des meilleures décisions.

Le rapport de l’ENISA est disponible ici.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Serveurs, services et données face à la « récentralisation »

Philippe Aigrain, PDG de la Société pour les Espaces Publics d’Information (Sopinspace) aborde la question de la « recentralisation » du calcul, du stockage et de la gestion de données au cours de son intervention à la conférence PARADISO, Bruxelles, 7-9 Septembre 2011:

« The key components of our open common infrastructure of computing and communication, that is the open personal computer and the neutral end-to-end Internet were designed in the 1970s, based on work conducted before. It took 30 years, and the addition of free software and information commons before their empowerment impact for individuals and groups fully materialized. However, during these 30 years, and in particular the last 15 years, powerful players have been at work to undermine this potential. They used a variety of means: the extension of copyright and patents and the hardening of their enforcement, a focus on innovation that targeted primarily the maintenance or acquisition of dominant positions rather than new user capabilities, and more recently, invoking security to tramp on fundamental rights. I am going to insist on another track of this counter-reform movement. It is particularly important because, in a way, most of us gave it an implicit consent. It is the recentralization of computing, data storage and service provision.

Suddenly, we woke up with centralized social networks such as Facebook, centralized group and document management such as GoogleDocs and centralized media hosting such as YouTube or Megaupload. Whether we, as individuals, as groups, as neighbours, will be able to reclaim servers, services and data is the key issue that will determine the answer to the questions tabled for this last session (Addressing Research Challenges and Other Open Issues, N.d.R.). There is a powerful movement in the US and in Europe for constructing a new decentralized infrastructure for the Internet. »

La communication est disponible dans son entièreté ici.

A lire aussi: l’intéressant article « Declouding Freedom: Reclaiming Servers, Services and Data » cité par Philippe Aigrain lors de son intervention.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

architecture des réseaux distribués : enjeux des architectures adhoc, mesh et cie

T. A. Ramrekha, E.A. Panaousis and C. Politis Routing challenges and directions for smart objects in future internet of things in Interconnecting Smart Objects with the Internet Workshop, IETF, Mar 25, Prague, Czech Republic, DOI http://www.iab.org/about/workshops/smartobjects/papers/Ramrekha.pdf (2011)

Position paper qui aborde les enjeux des réseaux distribués.

Pour les auteurs, les réseaux adhoc ne sont pas seulement des réseaux intéressants dans le cadre de situations d’extrême urgence (scénario « classique » notamment pour les réseaux adhoc en mobilité). Ils représentent le seul moyen de dépasser les limites du réseau IP dont les auteurs prédisent qu’avec le développement des objets connectés elles seront vite atteintes.

« Currently, applications such as email, instant messaging and social networks use the core Internet infrastructure to exchange data. However, with the proliferation of wireless communication enabled smart objects, there is an emerging trend to exchange information pervasively and in a distributed manner among users and devices. Therefore, future Internet applications and services will entail smart objects to be able to communicate using ad hoc networks i.e. in an autonomous and distributed fashion ».

Plusieurs traits sont à relever :

– l’autonomie des devices

– la nature distribuée des réseaux

– l’internet des objets lie des personnes et des objets

La recherche sur le pair à pair en mobilité doit prendre en considération non seulement des personnes mais aussi des objets et leurs configurations et leurs reconfigurations dynamiques.

« Private Yet Connected » sur ParisTech Review et Agora

L’article « Private Yet Connected? Yes, We Can: The Challenge of Decentralized Social Networks », publié en février 2011 par ParisTech Review, est repris par le magazine canadien Agora dans le numéro de juin 2011. A l’honneur: les médias sociaux décentralisés.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

« Privacy as invisibility »

Musiani, F. (2011). Privacy as Invisibility: Pervasive Surveillance and the Privatization of Peer-to-Peer Systems. CSI Working Papers Series, N° 21.

This article addresses the ongoing, increasing privatization of peer-to-peer (P2P) file sharing systems – the emergence of systems that users may only join by personal, friend-to-friend invitation. It argues that, within P2P systems, privacy is increasingly coinciding with “mere” invisibility vis-à-vis the rest of the Internet ecosystem, because of a trend that has shaped the recent history of P2P technology: the alternation between forms of pervasive surveillance of such systems, and reactions by developers and users to such restrictive measures. Yet, it also suggests that the richness of today’s landscape of P2P technology development and use, mainly in the field of Internet-based services, opens up new dimensions to the conceptualization of privacy, and may give room to a more articulate definition of it; one that includes not only the need of protection from external attacks, and the temporary outcomes of the competition between surveillance and counter-surveillance measures, but also issues such as user empowerment through better control over personal information, reconfiguration of data management practices, and removal of intermediaries in sharing and communication activities.

The paper is available for download here. Work in progress – please do not quote.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

« Les débuts des réseaux sociaux en pair-à-pair »

Musiani, F. (2010). Ménager le droit à la vie privée, entre anonymat et connaissance de l’identité: les débuts des réseaux sociaux en pair-à-pair. Terminal, 105: 107-116, dossier Technologies (et usages) de l’anonymat à l’heure de l’Internet.

Malgré leur succès auprès des internautes d’aujourd’hui, les outils de réseautage social font l’objet de plusieurs controverses quant aux usages que leurs administrateurs font des données privées des utilisateurs. De nombreux projets et applications proposent aujourd’hui des alternatives décentralisées à ces services, notamment par moyen de la technologie pair-à-pair (P2P). On retrace et analyse ici les débuts des applications au croisement entre réseaux P2P et réseaux sociaux, en discutant plus particulièrement des manières dont elles préfigurent des modifications dans la gestion du droit à la vie privée des utilisateurs, en se servant à la fois de l’anonymat et de la connaissance de l’identité – aspects qui sont généralement reconduits au P2P et au réseau social, respectivement – selon les différentes fonctionnalités et couches de l’application.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

« Les vertus d’une technologie de réseau »

Musiani, F. (2010). Peer-to-peer: au-delà du piratage, les vertus d’une technologie de réseau. Le Prisme à Idées, 3: 23-27.

Nombre de projets de recherche et de start-up dévoilent actuellement les limites de l’argument qui assimile technologie peer-to-peer (P2P) et piratage. Applications P2P alternatives et légales mettent à profit les vertus du P2P : endurance, stabilité et efficacité de distribution.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

« When Social Links Are Network Links »

Musiani, F. (2010). When Social Links Are Network Links: the Dawn of Peer-to-Peer Social Networks and Its Implications for Privacy. Observatorio, 4(3): 185-207.

Despite the success they enjoy among Internet users today, social networking tools are currently subject to several controversies, notably concerning the uses their administrators make of users’ private data. Today, many projects and applications propose decentralised alternatives to such services, among which one of the most promising appears to be the construction of the social network on a peer-to-peer (P2P) architecture. This paper addresses and analyses the first steps of applications at the crossroads between social networks and P2P networks. More specifically, it discusses how such applications anticipate modifications in the management of users’ right to privacy, by harnessing both anonymity and knowledge of identity – aspects generally identified with P2P networks and social networks, respectively – depending on the different functionalities and layers of the application.

Compte-rendu de l’exposé de Dan Gillmor « Mediactive » au Berkman Center@Harvard

Compte-rendu de l’exposé de Dan Gillmor

Mediactive. Using Media in a Networked Age

Berkman Center for Internet & Society at Harvard University, Cambridge, MA, USA

12 avril 2011, Berkman Luncheon Talk Series

par Francesca Musiani

« On ne sait pas encore quels seront les modèles d’affaires du futur système des médias. Donc, mieux vaut expérimenter autant que possible. » Telle est la vision optimiste des médias à l’ère numérique proposée par Dan Gillmor, directeur du Knight Center for Digital Media Entrepreneurship à l’Arizona State University’s School of Journalism Cronkite. A l’occasion de la publication de son ouvrage le plus récent, Mediactive, D. Gillmor a présenté ses idées sur la consommation et la production responsables des médias numériques, ainsi que sur les nouvelles façons de regarder l’évolution de l’écosystème des médias, à la Luncheon Talk Series du Berkman Center for Internet and Society de l’université de Harvard, le 12 avril 2011.

À une époque de surabondance d’information, remarque D. Gillmor, trop de ce que nous regardons, entendons et lisons est erroné, trompeux ou même dangereux. A l’ère des réseaux, nous ne sommes pleinement alphabétisés que si nous sommes des créateurs ainsi que des consommateurs actifs, et l’Internet nous a donné les outils nécessaires pour être les deux choses à la fois.

Cet ouvrage lui-même, d’ailleurs, ne suit pas le chemin d’édition traditionnel, et rentre à plus d’un titre parmis ces expérimentations. D. Gillmor, comme il a remarqué plusieurs fois au cours de son exposé, a choisi le service d’auto-publication Lulu au lieu d’une importante maison d’édition, afin de rendre Mediactive disponible dans son intégralité, gratuitement et en ligne. Egalement, au lieu d’un index, Mediactive contient des liens (indiqués par le texte souligné dans la version imprimée). L’ouvrage est par ailleurs publié sous une licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike, afin que les lecteurs puissent se sentir libres de modifier et d’élargir les idées à la base du livre. Aussi, le site Mediactive.com est partie intégrante de l’ouvrage, proposant des ressources additionnelles pour ses lecteurs.

D. Gillmor a reconnu combien il est facile, pour l’utilisateur des réseaux d’aujourd’hui, de se sentir noyé dans une surabondance d’informations. Il s’est par ailleurs démontré plus optimiste quant aux capacités des utilisateurs de trier l’information fiable. Il remarque à ce propos qu’on vit actuellement à l’ère de la confusion des informations: pour beaucoup d’entre nous, l’abondance prend la forme d’un déluge, un torrent de données dont nous ne pouvons pas juger facilement la fiabilité; mais nous ne sommes pas impuissants. En fait, il a noté, nous n’avons jamais eu plus de moyens de trier le bon grain de l’ivraie: Une variété d’outils et de techniques sont issus du même approche à la technologie et aux médias qui est susceptible de créer la confusion.

La plupart de l’exposé de D. Gillmor a ensuite porté sur la série de principes de consommation des médias qu’il estime essentielle pour une bonne media literacy à l’ère du numérique: être sceptique sur tout, mais faire preuve de jugement (ne pas être *également* sceptique sur tout), ouvrir son esprit (savoir sortir de sa propre zone de confort), continuer à poser des questions (il cite à ce propos Wikipédia comme le « meilleur endroit où commencer, et le pire où s’arrêter ») et comprendre les techniques de persuasion utilisées par les médias (des sites comme SourceWatch peuvent aider à remonter au stade qui précède les « relations publiques ». L’auteur a par ailleurs noté comment le livre prend en considération de nombreuses méthodes dont les gens peuvent se servir pour détecter des informations peu fiables, en notant que nous comptons tous, avec de différents degrés d’intensité selon les personnes, sur une « échelle de crédibilité » interne. On ne sera jamais capables d’établir un ensemble de règles pour savoir si quelqu’un est fiable ou non; ce qu’on peut obtenir assez clairement sont les heuristiques, les « raccourcis » psychologiques qui nous permettent de gagner du temps – qui tendent à être raisonnablement précis, mais dont il faut accepter le risque qu’ils soient parfois ratés. D. Gillmor a aussi noté, bien qu’il n’ait pas développé cet aspect en renvoyant à la lecture du volume pour plus de détails, la question du développement de mesures pour l’évaluation de la confiance et de la réputation de l’édition en ligne; types de mesure de l’impact qui restent particulièrement difficiles, mais très intéressants à suivre, notamment pour ce qui est des projets à grande échelle concernant la fiabilité dans les pratiques de crowdsourcing.

Le producteur actif/créateur des médias, en addition aux principes ci-dessus, devrait s’inspirer à un certain nombre de principes « journalistiques » afin de jouer un rôle dans l’écosystème en évolution des médias numériques. D. Gillmor a remarqué comment dans une culture participative, aucun utilisateur n’est pleinement alphabétisé à moins qu’il ne crée en plus de consommer. Ces principes comprennent la rigueur, l’exactitude, l’équité, l’indépendance et la transparence (que, en suivant D. Weinberg, il associe à l’objectivité).

Pour la joie de son audience de chercheurs spécialisés en questions de droit et technologies de l’information, Gillmor a également – et enfin – touché aux grandes questions juridiques de notre temps, qui incluent la liberté d’expression, la vie privée, le droit d’auteur. Il a noté comment nos lois actuelles ne sont pas applicables dans certains cas récents – par exemple, l’intimidation en ligne qui mène au suicide, bien qu’étant une pratique odieuse, peut ne pas enfreindre, techniquement, aucune loi importante. Gillmor ne préconise pas pour autant plus de lois ou des lois existantes plus lourdes, et souhaite plutôt l’émergence de nouvelles normes sociétales qui marginalisent les pratiques de cruauté en ligne jusqu’à leur forte réduction ou disparition. Il plaide également en faveur de nouvelles normes qui tolèrent, dans des limites raisonnables, les indiscrétions en ligne de la part des générations plus jeunes, en notant que « dans un avenir à moyen terme, nous allons élire un président des Etats-Unis qui avait un blog ou un mur Facebook ou MySpace pendant son adolescence. »

La vidéo de l’intervention de Dan Gillmor peut être visionnée sur le site du Berkman Center ici.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website