Des outils de communication pair-à-pair aux outils de fabrications numérique: les enjeux juridiques de la décentralisation

Les médias numériques ont introduit de nouvelles modalités de production collaborative et décentralisée, qui se sont progressivement étendues au monde physique. Alors que la production artistique et culturelle a longtemps été considérée comme une activité individuelle, elle est aujourd’hui réalisée par de nombreux auteurs qui collaborent à la création d’une œuvre collective ou collaborative. On observe ainsi le passage d’un modèle de production centralisé (où les moyens de production sont concentrés dans les mains d’un petit nombre d’acteurs) vers un modèle de production de plus en plus décentralisé (où un grand nombre d’acteurs contribuent, par leurs propres moyens, à la production de contenus et d’information). En commençant par les communautés du logiciel libre qui ont adopté des nouvelles modalités de production basées sur la contributions volontaires de développeurs indépendants, les modalités de production collaborative et décentralisée sont aujourd’hui employées pour la production de tout type de contenus, et cela notamment avec l’émergence des communautés de la culture libre (e.g. Creative Commons).

Aujourd’hui, suite au récent développement des FabLabs, des ElectroLabs, des Medialabs, ou des Hackerspaces, ces nouvelles modalités de production sont en train de s’établir dans le domaine de la production culturelle et artistique appliquée aux objets physiques. En favorisant une approche « do it yourself » dans le domaine de l’art et du design, ces espaces utilisent des technologies innovantes pour encourager le développement de nouvelles méthodes de production culturelle et artistique basée sur la participation et l’interaction entre pairs.

Nous nous concentrerons ici sur la technologie d’impression 3D, une technologie qui a beaucoup évolué au cours des dernières années (aussi bien au niveau de la qualité que du coût) et qui pose aujourd’hui de nombreuses questions économiques, juridiques et éthiques.

Une visite à la MakerFaire de New York nous a permis de découvrir et d’explorer le fonctionnement de scanners et

Bien que de nombreux artistes et designers bénéficient déjà des nouvelles techniques de prototypage rapide, c’est grâce à la connectivité d’Internet que leur énorme potentiel peut être correctement exploité. Au-delà des avantages matériels fournis par les techniques d’impression 3D, des bénéfices plus importants dérivent en effet de l’opportunité pour de nombreux artistes ou designers de participer et de collaborer (de manière synchrone ou asynchrone) à la production décentralisée de dessins ou de modèles industriels, et de transmettre de manière instantanée des idées, des commentaires, ou des supports pédagogiques (e.g. les instructions de fabrication ou de montage).d’imprimantes 3D extrêmement sophistiqués (telle que e.g. la Replicator de Makerbot, ou la 3DTouch de Bits from Bytes). Bien qu’actuellement limités au monde des hackers, des bricoleurs et des amateurs, ces outils seraient bientôt susceptibles d’intéresser le public au sens large, dès lors qu’ils seront capables de produire des objets utiles, fonctionnels, et de qualité élevée. En effet, avec le perfectionnement rapide et progressif de la technologie d’impression 3D et la baisse du prix des appareils au fil du temps, il est possible d’imaginer que, dans un avenir relativement proche, les imprimantes 3D seront tout aussi répandue que les imprimantes 2D, et seront ainsi utilisées pour produire la majorité des objets ménagers.

L’impression 3D devient ainsi une technologie qui pourrait révolutionner les modalités de production traditionnelles, en facilitant la production décentralisée d’objets à partir de fichiers multimédia téléchargeables sur Internet – voir notamment les sites comme instructables.com, skillshare.com, etc). Ces sites mettent à disposition du public des pages où les utilisateurs peuvent communiquer et documenter le design d’un produit, ainsi que toutes les instructions nécessaires à la production de ce produit – y compris les informations nécessaires à ce que les gens puissent facilement le modifier ou l’améliorer afin d’obtenir un produit plus personalisé. À différence des techniques de production analogique, les outils de production numérique permettent en effet aux objets d’être facilement partagés, distribuées, remixés, transformés et recyclés, sans pour cela perdre ou endommager les originaux. Ainsi, la plupart de ces designs sont mis à disposition du public sous une licence libre (e.g. les licences Creative Commons) permettant aux produits d’évoluer librement et de devenir toujours plus perfectionnés au fil du temps.

Les enjeux de la décentralisation

La possibilité de produire, reproduire, modifier et remixer des objets physiques est une opportunité exceptionnelle en ce qui concerne la production et la distribution d’objets de plus en plus sophistiqués et personalisés, bien que cela comporte cependant de nombreuses questions juridiques, notamment en ce qui concerne les droits de propriété intellectuelle.

Dans un système centralisé, il est facile d’identifier les acteurs qui effectuent des activités illicites: la production d’objets en

violation des droits de propriété intellectuelle (droit d’auteur, droit des marques, ou brevets) peut être facilement poursuivi par les autorités. Or, dans un système décentralisé, il devient difficile pour les titulaires de faire valoir leurs droits contre un grand nombre d’individus qui ne contribuent que à des infractions mineures. Cela est vrai aussi bien dans le monde numérique que dans le monde physique.

En comparant avec le piratage en ligne (en ce qui concerne notamment le téléchargement illégal de contenus protégés par le droit d’auteur), on observe que, avant l’arrivée d’internet et des ordinateurs personnels, il était relativement facile pour les

autorités de contrôler le piratage et la contrefaçon, puisque les contenus illicites étaient distribués sur des support physiques et par des canaux de distribution traditionnels. Suite au développement et au succès des outils de reproduction numérique, l’application du droit d’auteur est devenu beaucoup plus difficile à contrôler sur le réseau. L’explosion du piratage en ligne et les coûts élevés nécessaires pour poursuivre les infractions individuelles d’un très grand nombre d’internautes a poussé les titulaires de droits d’auteur à faire valoir leurs droits contre les fournisseurs de services en lignes (tels que Napster, Aimster, Grokster et autres plateformes qui encouragent ou facilitent le piratage) en invoquant les principes de responsabilité secondaire. Mais dans les cas plus extrême de décentralisation qui se retrouvent dans les réseaux de communication peer-to-peer tels que BitTorrent, l’infraction des droits d’auteur reste encore difficile à éliminer.

Par analogie, dans la mesure où les outils de fabrication numériques permettent la production et la reproduction physique d’objets numériques, obtenir le design ou la copie numérique d’un objet est devenu pratiquement équivalent à l’obtention d’un objet physique, puisque cet objet peut être facilement manufacturé avec une imprimante 3D. Or, comme pour le piratage des contenus en ligne, les titulaires de droits sur des dessins ou modèles ne sont pas en mesure de faire valoir efficacement leurs droits contre les utilisateurs finaux qui utilisent les outils d’impression 3D. Il est, en effet, tout aussi difficile de contrôler et de réglementer les communications des sites et services qui permettent l’échange d’objets virtuels en 3D.

Ainsi, bien que l’impression 3D soit encore une technologie de niche dont l’impact reste relativement limité, dès lors que ces technologies seront plus communément adoptées par le grand public, leurs conséquences sur le respect et l’application des

droits de propriété intellectuelle pourraient devenir très importantes.

 

IXmaps: voir les routes, comprendre l’architecture

logo du projet IXmaps – www.ixmaps.ca

Savez vous par où, par quels « lieux » transitent vos données?

Quelles « routes » elles empruntent?

Qui contrôle ce réseau, cette architecture complexe qu’est Internet?

Cette vidéo de présentation du projet IXmaps tâche de répondre à ces quelques questions. Développé autour de la faculté d’information de L’Université de Toronto, le projet universitaire IXmaps (Université de Toronto, Ontario College of Art and Design, Information Policy Research Program – Canada) est un outil de cartographie et de suivi de paquets qui transitent sur Internet. Il permet de reconstituer le chemin que ces derniers empruntent d’un nœud du réseau vers un autre nœud. On peut ainsi reconstituer l’itinéraire des paquets que l’on envoie à un destinataire lorsqu’on lui transmet un email par exemple. L’outil permet en d’autres termes de voir par quelles « routes » et par quels endroits passent nos informations et de nous en donner un aperçu sur une carte (USA et Canada uniquement).

Après la très médiatique affaire Snowden qui dévoilait les centres de surveillance de la NSA du trafic web américain la vidéo met en image l’organisation de ce trafic et nous rappelle à quel point l’Internet est matériel et éloigné de cette idée de « nuage », de « cloud ». La vidéo présente également certaines caractéristiques du routage des paquets entre États (notamment le « boomerang routing »), de la surveillance du trafic outre atlantique depuis le 11 septembre 2001 et l’établissement du « Patriot Act » (accords entre opérateurs de télécommunications et gouvernement américain) et de l’aspect centralisé et centralisateur de l’architecture globale de l’Internet (l’essentiel du trafic américain transitant par au moins l’un des 18 nœuds centraux du territoire américain).

À regarder:

 

What Is IXmaps? from The New Transparency on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Freifunk [vidéo] – créateur de réseaux MESH

Freifunk, le software-communauté créateur (allemand) de réseaux décentralisés MESH revient sur son fonctionnement et son « projet » dans une vidéo très intéressante à visionner:

Voir aussi: http://wiki.freifunk.net/Kategorie:Fran%C3%A7ais

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Interview vidéo de Mathias Jud & Christoph Wachter – Qaul.net

dissemination-et-capter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous vous parlions de Qaul.net récemment, ce projet développé par deux net-artistes suisses et qui utilise la technologie de réseaux maillés MESH. Au détour d’une recherche sur Internet, nous avons découvert cette vidéo où ils expliquent leur démarche.

  • http://qaul.net
  • http://www.wachter-jud.net
  • http://www.hotel-gelem.net

A noter: Christoph Wachter et Mathias Jud sont actuellement en résidence à Paris  dans le cadre du cycle « technologies au quotidien » de la Gaité Lyrique. Ils présenteront leur projet du 12 avril au 12 mai 2013 à la Gaité Lyrique, plus d’informations ici.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Centralisé vs Distribué (poster comparatif et lexique) – Justé Peciulyté

Justé Peciulyté est actuellement  étudiante en Master 2 recherche « Design, Médias, Technologie », spécialité Design & environnements à  l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (dans ce cursus, le semestre 3 se compose d’une large série de séminaires placés sous la direction d’Annie Gentès à Telecom ParisTech). Ses recherches portent sur les multiples relations du corps-environnements-technologies.

En 2012 elle a travaillé sur une comparaison et une définition des termes relatifs à la construction de réseaux de communication sans fils. Étant assez remarquable, grâce à l’autorisation de Justé, nous vous livrons ici ce travail de définition, d’illustration et de visualisation entre architectures centralisées et architectures distribuées.

WLAN vs WMN_poster

Ce travail de comparaison illustré se double d’un lexique précis reprenant l’ensemble des termes utilisés dans ce poster et qui ont permis de problématiser ce sujet, cette comparaison. Il est à retrouver ici:

WLAN vs WMN_lexiqueWLAN vs WMN_poster

L’ensemble de ces documents créés par Justé Peciulyté sont placés sous licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Images et animations pour communiquer la gouvernance de l’Internet

Nos lecteurs qui s’intéressent a la médiation scientifique et/ou qui ont suivi la très bonne serie d’articles publiée sur ce site par Camille Jutant, portant sur les images des architectures distribuées, ne manqueront pas d’apprécier cette initiative de la Diplo Foundation, centrée sur l’usage d’images et d’animations pour communiquer les enjeux complexes de la gouvernance d’Internet d’aujourd’hui.

Images et IG – video de la Diplo Foundation

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Comment les architectures distribuées parlent d’elles-mêmes ? La place des discours sur la technique dans les descriptions de services 2/2

Ce billet vient à la suite d’un premier billet qui décrivait sept services proposant des échanges entre pairs : Serval, Mesh Potato, Bitcoin, Diaspora, Mobiluck, Bump et Skype.

Notre objectif est de regarder comment les sites internet de ces sept services mettent en scène le fonctionnement des « outils » qu’ils représentent à l’aide de textes, d’images, de vidéos et d’associations entre textes et images. À travers cette mise en scène, les auteurs de ces sites font des choix : ils décrivent les services en insistant sur leurs architectures techniques, sur leurs usages, parfois même sur les bénéfices économiques liés à l’installation par l’utilisateur des logiciels-applications. Ces choix révèlent des postures ainsi que des volontés d’associer un certain type de savoirs et de discours à des objets techniques. A travers cette mise en scène donc, les auteurs choisissent d’élaborer des « discours », ils choisissent un « angle », c’est à dire une façon de parler d’eux, tout autant que des services.

C’est le discours technique qui a plus particulièrement attiré notre attention. Par discours technique, on entend, de façon large, tous les mots se rapportant à la description et au fonctionnement des architectures de réseau sur lesquels reposent ces services. En d’autres termes, nous avons regardé si la question de l’infrastructure était présente, ou pas, dans la rhétorique générale de présentation des services.

Nous avons repéré que le discours technique pouvait prendre quatre types de statuts dans le texte général du site internet : soit il est clairement présent, en tant que « matière brute », c’est à dire que les termes techniques, les équations, les lignes de codes sont reprises sans transformations par les auteurs du site, qui livrent ainsi le résultat de leurs recherches ; soit le discours technique est « vulgarisé », c’est à dire que les termes techniques sont explicités, accompagnés d’illustrations, de schémas, etc. ; soit, le discours technique est « absent », c’est à dire qu’aucune référence à la technique n’est présente dans l’ensemble des discours sur le site ; soit, enfin, le discours technique est « mis en scène », c’est à dire qu’il est associé à d’autres discours (juridique, prophétique, économique, civique, etc.) et sa fonction est de servir un propos autre que celui qui décrit le fonctionnement technique des services.

 

Reprenons, le cas de chaque service.

 

Serval, par exemple, est décrit comme un service dont l’ « autonomie » est un précieux avantage : « a temporary, self-organising, self-powered mobile network for disaster areas, formed with small phone towers dropped in by air. »

Le site privilégie, néanmoins, un discours à la fois technique et politique, plus que promotionnel. Le discours politique apparaît dès la page d’accueil, qui met en exergue un texte sur l’accessibilité géographique et financière à l’information : « Serval is changing the face of telecommunications forever ».

 

extrait de la page d’accueil du site du service Serval

 

L’insistance sur l’accessibilité réside aussi dans la récurrence d’arguments autour de la familiarité que peuvent entretenir les utilisateurs avec les dispositifs. Serval doit leur permettre d’utiliser les numéros de téléphone qu’ils connaissent, dans le cas de catastrophes au cours desquelles leurs repères sont perdus. « We have developed a software which we’ve called Distributed Numbering Architecture (‘DNA’) that allows people in isolated or temporary networks to immediately use their existing phone numbers ».

 

Le discours technique est néanmoins celui qui domine sur le site. La place de la démonstration scientifique, de l’exposé des composants du système, de la description des briques technologiques et enfin des lignes de code, occupe la majorité de l’espace. Le site met même à disposition plusieurs enregistrements-vidéos de conférences scientifiques auxquelles le concepteur du système Paul Gardner-Stephen a participé. Ce dernier se met en scène à de nombreuses reprises pour expliquer comment a été développé le service.

 

extrait d’une video de conférence scientifique de Paul Gardner-Stephen

 

On voit bien, dans le cas de Serval, que le site vise à rendre compte du travail de recherche mené par l’équipe d’ingénieurs. En ce sens, il est essentiellement documentaire.

 

Le cas de Mesh Potato est différent, car les termes et les explications techniques figurent aussi sur la page internet, mais le discours dominant est plutôt explicatif. Le site vise à expliquer comment fonctionne le service à des utilisateurs-acheteurs. En d’autres termes, la figure de l’usager n’est plus la même.

Le discours de définition du service insiste sur le faible coût et la facilité d’installation du dispositif (même dans des contextes d’usages difficiles, lors de catastrophes naturelles, ou quand l’alimentation électrique fait défaut). Il insiste aussi sur la possibilité d’appropriation du réseau par les utilisateurs. La récurrence des termes  « Do-it-yourself » et « toolkit » en témoignent. En substance, le dispositif Mesh Potato (qu’il est possible d’acheter sur le site) doit permettre de créer son propre système de téléphonie communautaire, de « prendre le contrôle » sur les infrastructures existantes de téléphonies fixes.

Plusieurs scénarios d’usage (à commencer par la vidéo de démonstration qui raconte l’histoire d’un utilisateur fictionnel nommé « John« ) ont pour fonction d’expliciter la simplicité de mise en place du dispositif plus que de la technologie. L’objet technique apparaît déjà comme un appareil et non plus comme une « brique technologique ». Le discours technique est à ce titre, présent, mais il est vulgarisé, précisé (par exemple, les termes comme VoIP ou Wireless Mesh Network apparaissent dans le texte comme des hyperliens qui renvoient vers leur définition Wikipédia). Un dernier exemple : ceux des réalisations, dans certains villages, dans certaines communautés, priment sur la page d’accueil, par rapport aux démonstrations du fonctionnement du dispositif.

 

extrait de la page d’accueil du site du service Mesh Potato, avec des illustrations de déploiements du service

 

Néanmoins, le discours technique réapparaît, à un autre niveau – un niveau plus difficilement accessible -, sur des pages du site où il ne fait pas l’objet de cet effort de vulgarisation : les pages qui concernent une sous-section de l’onglet ABOUT et qui retracent l’histoire du projet. Le discours technique est alors, comme dans le cas de Serval, au premier plan car il rend compte des recherches des équipes de Village Telco. Le site internet de Mesh Potato s’adresse donc, en réalité, à deux types d’internautes : il s’adresse à des potentiels acheteurs ou communautés d’utilisateurs non-experts, mais il rend compte, aussi, du travail de recherche pour des ingénieurs ou universitaires. En ce sens, le site est à la fois un espace documentaire et la vitrine d’un service.

 

Le cas de Bitcoin est encore différent. Ce qui semble être le site officiel du service [1] contient assez peu d’informations et permet essentiellement de télécharger le logiciel en question. La page d’accueil, fonctionne, à ce titre, comme un portail et renvoie vers d’autres sites internet qui parlent de Bitcoin, dont notamment le site « weusecoins.com » qui est un site, parmi d’autres, présentant le service.

Une section ABOUT décrit sommairement le service en insistant sur son originalité et sur l’absence d’autorité centrale dans le contrôle et le transfert de la monnaie. Ce discours politique est repris dans la vidéo de démonstration du service, sur le site weusecoins.com qui insiste sur le fait que les échanges entre les utilisateurs sont cryptés et anonymes, qu’ils ne font l’objet d’aucun contrôle ni d’aucune censure, que les contraintes administratives, géographiques et financières sont quasiment inexistantes. De fait, le discours est tout aussi promotionnel (facilité des transactions sécurisées) que politique (pas de propriété du système). 

 

extrait de la page d’accueil du site « weusecoins.com » 

 

La vidéo de démonstration propose un scénario d’usage très large articulé au fonctionnement technique du dispositif. Mais – et c’est ce qui est très intéressant – le fonctionnement technique n’est pas décrit ; il est métaphorisé. Si l’utilisateur « mine » un maximum, il pourra  « collecter des bitcoins ». Ce qui revient à dire que les utilisateurs qui autorisent le système à « user » de la puissance de calcul de leur ordinateur et qui permettent ainsi au système distribué de se déployer et de fonctionner de manière efficace, sont rémunérés pour leur participation à la création du réseau et du système monétaire.

 

extrait de la video de démonstration du service Bitcoin

 

Le discours technique, à proprement parler, est donc peu présent. Mais il n’est pas absent : lorsqu’on regarde l’onglet ABOUT, sur le site du service, une partie « Technology » propose aux internautes différents liens, au premier rang desquels figure un article, signé Satochi Nakamoto, l’un des développeurs de Bitcoin (apparemment « fondateur »… encore une fois, beaucoup de flou autour de ce service et de son histoire), et qui reprend les codes éditoriaux des articles scientifiques. Les universitaires ne sont pas loin ! « If you are interested in learning more about the technical details of Bitcoin it is recommended you start with these documents ».

Le fait que Bitcoin soit un service qui repose sur une architecture complètement distribuée est assumé jusqu’au point où les informations sur le service sont aussi distribuées sur plusieurs sites. Le site qui permet de télécharger l’application est donc plutôt un accès au service plutôt qu’un espace proprement promotionnel.

 

Dans le cas de Diaspora, le discours dominant, sur le site internet du service, est clairement promotionnel et explicatif ; le discours technique est quasiment absent. Comme pour Bitcoin, il est relégué à d’autres espaces, notamment la plateforme github à destination des développeurs ou la page tutoriel de Diaspora.

Le site de Diaspora développe une rhétorique autour, à la fois des notions de communauté et des notions d’autonomie de l’utilisateur. « Diaspora* is a fun and creative community that puts you in control ». La référence aux réseaux sociaux existants est mentionnée et le service se présente comme un mélange des différentes fonctionnalités offertes par ces autres réseaux sociaux, ce qui est censé engager un sentiment de familiarité pour l’utilisateur. « You’ll feel at home immediately! ».

La technologie distribuée n’est évoquée que sous la forme du bénéfice offert aux utilisateurs dont les données personnelles sont éparpillées sur le réseau, sur les nombreux « pods » (c’est à dire les nœuds qui forment le réseau, sorte d’agglomérats d’utilisateurs qui se retrouvent sur des sujets et tissent des liens à partir de là). Elle est aussi mentionnée sous la forme d’un autre bénéfice, offert aux utilisateurs qui souhaitent installer l’application sur leur ordinateur et devenir un « pod » (intérêts communs).

« Now you don’t have to settle for having your data on someone else’s server. Since Diaspora is completely free software, you can grab the code and host it wherever you want. We’re constantly making it easier for individuals to host their own pods on Diaspora*. »

 

extrait de la page d’accueil du site du service Diaspora

 

Les images présentent sur le site présentent des interfaces possibles du service et en donnent les avantages pour deux figures d’usagers: l’utilisateur lambda et l’utilisateur expert (le développeur) qui peut travailler sur le code et se constituer en « pod ». Comme pour Mesh Potato, le site internet est une vitrine du service pour deux communautés d’usagers, mais le discours promotionnel vise à les réunir en une seule et même communauté d’amateurs technophiles.

 

Jusqu’à présent, les exemples cités suivent une gradation concernant la place du discours technique : de l’omniprésence, dans le cas de Serval, à sa combinaison avec d’autres discours dans le cas de Mesh potato, à sa quasi-absence dans le cas de Bitcoin et de Diaspora.

 

Mobiluck est un exemple particulièrement intéressant d’absence totale du discours technique dans la description du service. On sait que Mobiluck est un exemple d’application qui a changé d’infrastructure technique (il était à l’origine un service de messagerie instantanée via Bluetooth, reposant sur un système distribué, il est aujourd’hui un service de messagerie géolocalisé via une triangulation par système GSM, donc reposant sur un système centralisé).

Le site internet du service déploie un discours promotionnel qui n’explicite pas la technologie sur laquelle est basée le service. En revanche, l’ambiguïté est entretenue concernant les deux bénéfices que peut retirer l’utilisateur du service : la localisation de l’individu mais en même temps le contrôle, par l’individu, de la visibilité de ses informations.

« Vous contrôlez totalement qui peut voir votre profil et qui peut voir où vous êtes ».

La page d’accueil du site s’ouvre sur une animation qui présente un scénario d’usage très explicite: des retrouvailles entre deux utilisateurs de Mobiluck sont organisées grâce à la localisation des individus et des lieux de loisirs pertinents. Le site s’adresse dès lors à deux communautés d’usagers : les utilisateurs du service et les annonceurs qui souhaitent se voir répertoriés dans le service (le nombre de langues dans lesquelles le site est traduit est aussi édifiant quant au public que le service Mobiluck vise).

 

extrait de la video de démonstration du service Mobiluck

 

Le cas de BUMP ressemble à celui de Mobiluck, dans le sens où une fois de plus, le discours dominant de la description du service est promotionnel. Une rhétorique de la « magie » est, à ce titre, développée pour décrire le dispositif.

L’insistance sur le geste de contact « bump » (c’est à dire toucher son ordinateur avec son téléphone, ou alors, toucher deux téléphones entre eux) comme ressort principal du fonctionnement de l’application mais aussi sur le caractère magique de la transmission de l’information revient à nier l’épaisseur du fonctionnement technique. L’une des vidéos de démonstration du service le montre de façon claire : elle met en scène deux individus qui utilisent le service dans le cadre d’une rencontre amoureuse, sans qu’un seul mot ne soit prononcé, ni aucun texte écrit.

« Magically move photos from your phone to your computer ».

Néanmoins, le discours technique n’est pas complètement absent. D’une certaine façon, on pourrait dire qu’il est mis en scène pour donner à penser que les échanges se font directement d’un utilisateur à un autre, sans la médiation d’un serveur central. L’usage des termes du peer-to-peer pour qualifier les échanges en témoigne.

« The matching algorithm listens to the bumps from phones around the world and pairs up phones that felt the same bump. Then we just route information between the two phones in each pair. »

Le site internet est un exemple très intéressant d’un espace, à la fois promotionnel vis-à-vis du service, mais aussi promotionnel vis-à-vis de l’équipe de conception et de l’entreprise elle même. Il met en scène l’espace de travail, de l’entreprise BUMP, comme étant un laboratoire collaboratif dans lequel on invente tout en jouant notamment au ping-pong. La vitrine ne concerne plus tant l’objet technique, en lui-même, que les acteurs qui convoquent les représentations associées aux « start-up » et se représentent ainsi comme étant, avant tout, des acteurs de l’innovation.

 

extrait de la video de démonstration « See what it’s like to work at Bump! » sur le site du service Bump

 

Le dernier exemple correspond au service d’appel à distance Skype, qui repose sur une architecture technique hybride (à la fois centralisée distribuée). Skype est principalement décrit, dans le site internet consacré au téléchargement du service de VoIP, comme un système de communication. Les principaux avantages consistent en une réduction des coûts, une facilité de déploiement, et la bonne résistance du réseau. Le discours de promotion du service insiste sur la possibilité d’être en lien avec sa famille, sa communauté. Le discours dominant est un discours commercial qui rappelle les avantages d’un service déjà largement connu, dans le domaine des communications par internet. En témoigne la mise en scène, par les images présentes dans l’onglet sur les fonctionnalités de l’outil, du fait que le service est complètement entré dans les usages. Trois scènes de vie différentes représentent les trois fonctions principales de Skype (l’appel vidéo et l’appel sans vidéo, l’appel vers des fixes et des mobiles), sans montrer quasiment l’outil, ni son fonctionnement, mais en mettant en avant les utilisateurs eux-mêmes.

 

extraits des pages consacrées aux fonctionnalités de Skype, sur le site internet du service

Sur la page d’accueil, les cinq onglets principaux concernent les fonctionnalités de Skype, le téléchargement de l’application, les tarifs, les accessoires, la version du service pour les entreprises et enfin l’assistance technique, mais aussi juridique (section vie privée et sécurité). Le discours technique est présent sur un mode de mise en scène. L’opposition entre centralisé et peer-to-peer est présente pour valoriser l’opportunité technique. Le peer-to-peer est expliqué, commenté et convoqué dans les sections juridiques et administratives. Skype est le seul exemple, parmi les sept cas décrits précédemment, qui consacre plusieurs sections à la technologie distribuée du point de vue de ses implications juridiques et administratives.

 

Les sept services qui ont été analysés ici ne représentent que quelques exemples parmi l’ensemble des services qui permettent d’aborder la question du peer-to-peer. Nous avons voulu montrer qu’au delà du degré de « maturité » des services (services commercialisés ou non, business modèles établis ou non, etc.), les discours que tiennent ces objets sur eux-mêmes font apparaître plusieurs types de représentations de l’innovation. Pour schématiser, et conclure, on pourrait dire que dans le cas de Serval ce qui est construit discursivement et donc considéré comme une « innovation » est le code, c’est à dire la technologie elle-même; dans le cas de Mesh Potato, de Bitcoin c’est le produit qui est décrit comme une innovation; dans le cas de Diaspora, de Mobiluck et de Skype, l’innovation se situe plutôt dans l’usage; et enfin, dans le cas de Bump, l’innovation se trouve dans l’équipe de conception du service.

 


[1] Bitcoin étant une sorte de software assez « fantomatique », nous ne savons pas vraiment quel est son « site officiel ». Notre travail se base ici sur une analyse des sites web « bitcoin.org » et « weusecoins.com« .


Comment les architectures distribuées parlent d’elles-mêmes ? L’exemple de sept services qui proposent des échanges entre « pairs » – 1/2

 

L’analyse des discours que portent les acteurs de l’innovation dans le domaine des architectures distribuées, sur les services qu’ils développent, sur leurs méthodes de travail et sur la technique elle-même, permet de comprendre comment ils se mettent en scène et de quelle manière ils produisent et font circuler des savoirs sur les technologies décentralisées.

Dans le cadre du projet de recherche ADAM, sept services ont été analysés, à partir de l’étude des textes et des images de leurs sites internet, « vitrines publiques » de leurs productions « front office »[1]. Les applications Serval, Mesh Potato, Bitcoin, Diaspora, Mobiluck, Bump, Skype ont été choisies pour cette étude de cas, parce qu’elles représentent différents types de services, qu’elles reposent sur des architectures techniques différentes et qu’elles permettent de faire un tour d’horizon des services dits peer-to-peer du point de vue de l’échelle des échanges qu’elles permettent aux utilisateurs.

Pour chacun des cas, les occurrences des termes « peer-to-peer » et « distributed architecture » ont été relevées et analysées par rapport à leurs co-textes (c’est-à-dire les textes dans lesquels elles sont insérées ou les textes situés à leur proximité sur la page), dans les sites des services et dans les vidéos de démonstration présentes sur les sites. Pour chacun des cas également, les images ont été analysées en essayant de comprendre comment s’articulaient l’image et son contexte (légende, sous-titre, paragraphe, titre, etc.). En effet, la sémiologie distingue la fonction d’ancrage de la fonction relais dans le rapport entre image et texte. Le texte permet de répondre à la question « qu’est-ce que c’est ? » par rapport à l’image. Lorsque le texte est ancrage, il redit ce que l’image donne à voir, il exerce une forme de redondance par rapport au sens de l’image. Quand il est relais, il fonctionne en complémentarité et permet de faire une interprétation de l’image qui va au-delà de ce qu’elle montre[2]. L’analyse de tous ces complexes « images/textes » et « textes/co-textes » s’est faite à partir d’un modèle « sémiopragmatique », suivant le travail de Roy Harris qui observe comment un signe fait toujours sens par rapport à un contexte donné[3].

« Le signe n’existe, en tant que signe, que pour permettre l’intégration, dans un contexte donné, de certaines activités humaines »[4].

Ce premier billet, d’une série de deux, présente ces sept services du point de vue de l’architecture technique sur laquelle ils reposent et du point de vue de l’échelle des échanges entre utilisateurs qu’ils permettent. Le deuxième billet proposera de regarder quels sont les discours dominants dans la description des services, au regard des termes employés, des exemples et des images choisies, de la construction de scénarios d’usage, etc. Il proposera notamment de regarder quelle est la place du discours sur la technologie, à l’intérieur de ces sites. Pour conclure, il proposera une typologie de ces sites en tant qu’ils se présentent d’une certaine façon comme des espaces de « production de l’innovation ».

Reprenons la description des sept services:

Tout en se défendant de « centraliser » les échanges de données entre utilisateurs, et en proposant des échanges directs, ces sept services ne reposent pas tous sur le même type d’architecture technique (architecture distribuée, architecture centralisée et enfin, architecture hybride) :

  • Serval et Mesh Potato, proposent de créer un réseau mobile de communication par maillage MESH (metro-scale ad hoc network, réseaux ad-hoc décentralisés, sorte de « talkie walkie multi émetteur-récepteur ») ; Bitcoin, propose une monnaie électronique qui n’est pas contrôlée par une autorité centrale et Diaspora, se présente comme un réseau social aux antipodes de Facebook, dans lequel les utilisateurs gardent la main sur leurs données personnelles. Ces services reposent sur des systèmes techniques distribués.

                                                                                             

  • Mobiluck, offre les services d’une messagerie instantanée géolocalisée par une classique triangulation via le système GSM. BUMP permet quant à lui d’échanger et de partager des fichiers entre appareils électroniques. Leur architecture réseau repose sur des systèmes complètement centralisés.

                                  

  • Enfin, Skype, qui permet des appels à distance en VoIP et des échanges de fichiers repose sur un système hybride qui combine une architecture centralisée et la possibilité de transmettre les communications entre pairs pour les rendre plus efficaces (donc un système décentralisé).

                                                 

 

Si on regarde, en revanche, l’échelle des relations entre les utilisateurs, telles qu’elles sont décrites par les différents services, on voit qu’il y a cinq types de représentations de ce que l’utilisateur peut faire du point de vue du périmètre de l’échange.

Soit les échanges se font de téléphone à téléphone, par exemple, sur un territoire réduit qui est fonction du nombre de téléphone connecté entre eux dans le réseau, comme c’est le cas de Serval et de Mesh Potato.

Extrait de la video de démonstration du service Mesh Potato
Si on devait faire une équation pour illustrer ces deux cas, on dirait que la représentation de l’échange consiste en « échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Diaspora, les utilisateurs ont le choix de se connecter à n’importe quel « pod », répertorié dans une base de données, c’est à dire à un « nœud » installé, entretenu et développé par un utilisateur – appelons-le « expert » qui a installé le logiciel sur son disque dur (logiciel open source).
Capture d’écran de la page d’accueil du site de Diaspora
Dans ce cas précis le périmètre des échanges consiste en des ensembles de petits réseaux reliés à un pod, chaque pod étant reliés aux autres pods du réseau. L’équation ici, donnerait « ensembles d’échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Mobiluck et de BUMP, les échanges sont mis en scène comme étant non seulement hyper-localisés (on échange entre individus situés à côté de soi, dans les deux cas), mais aussi directs entre utilisateurs (le cas de BUMP étant frappant, puisque les utilisateurs touchent (trinquent avec) leurs téléphones pour échanger des informations).
Extrait de la video de démonstration du service BUMP « Spread the Bump »
Néanmoins, ces deux services reposent sur des systèmes centralisés. Dans les deux cas, c’est un serveur central qui organise et dirige les échanges. L’équation donne alors : « échanges localisés » reposant sur « système centralisé ».
A l’inverse, le service Bitcoin propose des échanges monétisés, pour n’importe quel service internet (à condition qu’il accepte les bitcoins) à partir d’un réseau très large d’utilisateurs qui permettent la circulation des échanges chiffrés (et cryptés) et ainsi la production de monnaie en rendant disponible la mémoire vive de leur disque dur.
Extrait de la video de démonstration du service Bitcoin
Ici l’équation s’ouvre : « échanges hyper-larges » reposant sur « système décentralisé ».
Pour terminer cette liste, Skype est l’unique système qui repose sur un système hybride, mais qui, comme Bitcoin, permet des échanges avec des utilisateurs quel que soit leur localisation dans le réseau et dans le monde. Cette mise en scène de la possibilité de communiquer en dépit de la distance géographique est prégnante sur le site, qui représente des mappemondes, entourées d’un cercle qui manifeste le circuit discontinu de la communication.
Extrait de la vidéo de démonstration du service Skype
Ici la dernière équation donne : « échanges hyper-larges » reposant sur « système hybride ».
Il reste maintenant à regarder plus attentivement comment ces services « parlent d’eux-mêmes », c’est-à-dire comment ils organisent un espace de discours (le site internet, la vidéo de démonstration) pour se présenter sous un certain angle (sont-ils des propositions techniques? des solutions politiques? des services marchands? des innovations? etc.). La suite dans le prochain billet…

[1] Par « front office » nous entendons faire une différence entre interfaces « visibles » de ces infrastructures informationnelles et les « back office » de ces mêmes services. L’épaisseur pratique et politique de ces « back office », est analysée dans une autre partie de nos travaux de recherche en s’appuyant sur les travaux de Jérôme Denis (http://ses.telecom-paristech.fr/denis/).
[2] Barthes, R., 1964, «Rhétorique de l’image», Communication, 4, pp. 44-45
[3] Harris, R., 1993, Sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS
[4] Idem, p.137

 

Under Tomorrows Sky

http://undertomorrowssky.liamyoung.org/

Au détour de sa revue du web d’aujourd’hui, sur owni.fr, Pierre Alonso, pointe une très (très) intéressante vidéo issu d’un projet de Liam Young, un jeune urbaniste anglais basé à Londres qui se pose beaucoup de questions sur la ville du futur et sur ses supposées infrastructures de communication.

Le projet en question s’appelle « Under tomorrows sky » et correspond à un think tank rassemblant urbanistes, designers, auteurs, illustrateurs, chercheurs et spécialistes des effets spéciaux dans l’optique d’imaginer la ville de demain et l’ensemble de ces rhizomes dans différents contexte sociopolitiques… Voici la vidéo dénichée par Pierre Alonso qui illustre bien le fantasme d’une infrastructure de communication à la fois complètement mobile, distribuée, pirate, irradiante, volante, anticensure, etc…

Un wifi pirate volant

Imaginez un Napster volant, un nuage de drones qui irradierait un réseau pirate pour échanger des fichiers. La question ne serait plus qui possède ce réseau, mais « où est ce réseau », comme l’explique l’équipe Pirate Bay.

Les loupiotes fluorescentes pilotées à distance flottent dans le ciel. On en deviendrait presque lyrique, surtout avec cette BO.

extraits de http://revue-du-web.owni.fr/2012/10/25/un-wifi-pirate-volant/

Ces satanés drones repointent donc le bout de leurs antennes et font flotter encore le mythe d’architectures distribués mobiles et mouvantes… Ce n’est pas vraiment nouveau puisque il y a peu, nous nous penchions sur le projet Matternet qui souhaitait apporter des solutions aux problèmes de transport (notamment de médicament) en Afrique (« We are creating the next paradigm for transportation using a network of unmanned aerial vehicles » – www.matternet.us) ou bien sur celui de Tacocopter (beaucoup moins problématique…) de la livraison de Tacos par drones dans la baie de San Francisco (« Flying Robots Deliver Tacos To Your Location. Our unmanned delivery agents are fast and work tirelessly » – www.tacocopter.com)… Sérieux ou pas vraiment? à suivre dans tous les cas!

S’il prêtait une oreille au projet « Under tomorrows sky« , Philip K.Dick se retournerait certainement (de plaisir) dans sa tombe… Ses romans commencent à prendre forme dans notre réalité!

extraits:

UNDER TOMORROWS SKY IS A FICTIONAL, FUTURE CITY. SPECULATIVE ARCHITECT LIAM YOUNG OF THE LONDON BASED TOMORROWS THOUGHTS TODAY HAS ASSEMBLED A THINK TANK OF SCIENTISTS, TECHNOLOGISTS, FUTURISTS, ILLUSTRATORS, SCIENCE FICTION AUTHORS AND SPECIAL EFFECTS ARTISTS TO COLLECTIVELY DEVELOP THIS IMAGINARY PLACE, THE LANDSCAPES THAT SURROUND IT AND THE STORIES IT CONTAINS. ACROSS THE COURSE OF THE EXHIBITION INVITED GUESTS WILL WORK WITH THE CITY AS A STAGE SET TO DEVELOP A COLLECTION OF NARRATIVES, FILMS AND ILLUSTRATIONS. WANDER THROUGH THIS NEAR FUTURE WORLD AND EXPLORE THE POSSIBILITIES AND CONSEQUENCES OF TODAY’S EMERGING BIOLOGICAL AND TECHNOLOGICAL RESEARCH

http://undertomorrowssky.liamyoung.org

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Infrastruktur – Sébastien Dahl

INFRASTRUKTUR ©Sébastian Dahl (BY-NC-CA) 2012

Après la soutenance de thèse de Francesca Musiani le lundi 15 octobre 2012 à l’École des Mines de Paris intitulée

« Nains sans géants. Architecture décentralisée et services Internet / Dwarfs without giants. Decentralized architecture and Internet-based services

Et une lecture en cours à propos d’une plongée dans la matérialité d’Internet (livre d’Andrew Blum, Tubes), le hasard nous met sur la route du photographe franco-norvégien Sébastien Dahl qui travaille lui aussi avec le média photographique sur les infrastructures de nos réseaux de télécommunications.

Un clin d’oeil à nos chères « infrastructures studies »…

  • http://www.sebastiandahl.com (INFRASTRUKTUR)

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Open Garden – Crowdsourcing mobile Wifi

Le vainqueur du concours TechCrunch Disrupt de la start-up la plus innovante qui s’est tenu à New York du19 au 23 mai dernier est un projet intitulé Open Garden Mesh. Il s’agit d’un logiciel de partage de connexion internet entre différents appareils ou en d’autres termes l’établissement d’un réseau ad-hoc où les appareils « autorisés » bénéficient d’un connexion optimale dans un « filet » de connectivité.

Dans un article du Figaro du 13 juin 2012, Sophie Amsili ajoute que:

« Open Garden a développé sa propre technologie pour permettre aux appareils dotés de l’application de se connecter automatiquement entre eux lorsqu’ils se trouvent à proximité. Chacun se transforme alors en routeur au sein d’un réseau «mesh» (un «filet» sans point d’accès central). «Si un appareil de ce réseau a accès à Internet, un autre appareil peut alors en bénéficier», a expliqué Michal Benoliel, cofondateur et PDG d’Open Garden et ancien de Skype lors de la conférence TechCrunch Disrupt à San Francisco où la start-up a été primée.

Un système de crédits

Plus précisément, les appareils interconnectés vont choisir la connexion de meilleure qualité dans le réseau, qu’elle soit Wi-Fi, 3G et 4G. Open Garden pourrait-il alors ouvrir la voie aux «passagers clandestins», ces internautes qui utiliseraient la connexion des autres sans en payer aucune? Conscient de ce problème, la start-up indique travailler sur plusieurs solutions, notamment un système de crédits: quand on ouvre son accès à Internet, on collecte des crédits qu’on peut ensuite utiliser pour se connecter à d’autres appareils. «Vous recevez ce que vous donnez», résume Michal Benoliel.

Disponible sur iPhone, Android, Windows et Mac, l’application est gratuite et est destinée à le rester, a précisé le PDG. Seules certaines fonctionnalités, comme un réseau privé (VPN) et un débit plus élevé, pourraient être payantes.

Open Garden n’est pas la première start-up à vouloir rendre gratuits ou plus libres certains services propres aux nouvelles technologies de l’information. Prédécesseur d’Open Garden, la start-up espagnole Fon, créée en 2006, ambitionne elle aussi de créer une communauté mondiale partageant son réseau wi-fi. Les applications mobiles Viber et Skype permettent quant à elles de passer des appels et des d’envoyer des SMS gratuitement dans le monde entier. »

L’illustration de la technologie Open Garden en vidéo:

 

Nous reviendrons prochainement sur ce projet qui est au cœur des enjeux de nos recherches sur les architectures distribuées mobiles. Notons néanmoins l’actualité de ce type d’architectures mobiles qui après le « buzz » médiatique de Commotion et de Serval révèle les applications toutes récentes et à destination du grand public des réseaux MESH.

 

Sources:

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Bit Torrent en 24 heures

Bit Torrent vient de publier une vidéo sur laquelle sont représentées les connexions au protocole de peer to peer durant 24 heures. Il s’agit en fait d’une carte du monde sur laquelle apparaissent toutes les connexions cumulées de ses clients (BitTorrent ou µTorrent) en une journée, résumées en quelques minutes.

Selon Eric Le Bourlout de 01.net

(…) un peu plus de 60 millions d’enregistrements sur le réseau, chaque point allumé correspondant à un utilisateur. A noter que cette visualisation ne montre pas l’intégralité des connexions à BitTorrent, puisqu’il existe bien d’autres logiciels non officiels pour s’y connecter. Impressionnant !

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Qu’est ce qu’un réseau social distribué?

 

Une Bande Dessinée qui présente les caractéristiques d’un réseau social distribué:

What’s a Distributed Social Network?
par Sterling Gee, Bruce Mercado et David Eisenberg.

Versions:

 

Creative Commons License

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License

 

 

D’autres travaux de représentations sont disponibles ici

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Du pair-à-pair au compte-à-compte: le défi de Dwolla

Les transactions financières en ligne du futur pourront-elles se passer des cartes de crédit, en puisant directement dans les comptes bancaires au moyen d’échanges pair-à-pair ? C’est l’idée à la base de la start-up Dwolla, créée par Ben Milne à Des Moines, Iowa, aux Etats-Unis. Comme souligne son fondateur, Dwolla « essaye de créer la Visa du futur, plutôt que le prochain PayPal (…) un réseau humain basé sur une façon novatrice de concevoir le futur des paiements. (…) les paiements sont effectués directement à partir de votre compte bancaire. Aucune carte de crédit, ni de débit, est acceptée. Et parce qu’elles n’existent pas dans le système, nous n’avons pas besoin de faire rentrer les frais relatifs dans le système. »

Nombre de défis attendent Dwolla dans un futur proche. Comment rentrer légalement, à plein titre, dans un secteur « puissamment régulé », comme est celui des échanges monétaires ? Quels acteurs solliciter comme partenaires dans une initiative qui se propose, de facto, d’esquiver complètement un système très rémunérateur pour qui le gère ? Quelles solutions proposer en termes de sécurité, la grande inconnue des systèmes de transaction directe à la Bitcoin, pour que les usagers s’engagent dans le système avec confiance ?

Entre un business model comportant des frais modestes mais fixes – indépendants de l’entité de la transaction – et le développement d’un système Dwolla pour les téléphones mobiles, Milne semble être en train d’ouvrir des directions prometteuses pour sa firme. Et, en paraphrasant David Clark, il suggère que sa carte gagnante pourrait être la prise de conscience, de la part des nouvelles générations, qu’un marché durable est un marché où les gens dépensent l’argent qu’ils possèdent : « We don’t believe in credit cards.  We believe in authorization and in lower cost transfers.  Our generation actually understands that when you buy sh*t, it comes out of your bank account and you have to pay for that. » Sous la pression du « compte-à-compte », le crédit doit-il trembler ?

Le site de Dwolla.

Une intéressante interview au fondateur de Dwolla, Ben Milne

Un article sur le rapport entre Dwolla et son plus célèbre « cousin », Bitcoin.

Image par DigitalTrends.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

« Dead Drops », la ville devient peer-to-peer

Avec des projets tels que FON, l’intégration d’un Internet pervasif, collaboratif et gratuit au quotidien de nos villes a pris de l’aile. Le dernier projet de l’artiste berlinois Aram Bartholl pourrait bien être le prochain pas vers une ville peer-to-peer.

« Dead Drops » est une installation de supports de stockage intégrés dans la ville. Commençant en Octobre 2010 avec l’installation de cinq clés USB à New York, Bartholl a par la suite lancé un appel à participation afin de cimenter toujours plus des clefs USB dans les murs des villes du monde entier, pour permettre la diffusion, l’échange et la rélocalisation de données de façon anonyme et déconnectée.

« Un-cloud your files in cement! », invite Bartholl sur le site du projet, qui est ainsi présenté: « ‘Dead Drops’ is an anonymous, offline, peer to peer file-sharing network in public space. USB flash drives are embedded into walls, buildings and curbs accessable to anybody in public space. Everyone is invited to drop or find files on a dead drop. Plug your laptop to a wall, house or pole to share your favorite files and data. Each dead drop is installed empty except a readme.txt file explaining the project. ‘Dead Drops’ is open to participation. If you want to install a dead drop in your city/neighborhood follow the ‘how to’ instructions and submit the location and pictures. »

Le site inclut également un Manifesto qui invite à repenser notre conception de domaine public:

« Dead Drops is an anonymous, offline, peer to peer file-sharing network in public space. Anyone can access a Dead Drop and everyone may install a Dead Drop in their neighborhood/city. A Dead Drop must be public accessible. A Dead Drop inside closed buildings or private places with limited or temporary access is not a Dead Drop. A real Dead Drop mounts as  read and writeable mass storage drive without any custom software. Dead Drops don’t need to be synced or connected to each other. Each Dead Drop is singular in its existence. A very beautiful Dead Drop shows only the metal sheath enclosed type-A USB plug and is cemented into walls.You would hardly notice it. Dead Drops don’t need any cables or wireless technology. Your knees on the ground or a dirty jacket on the wall is what it takes share files offline. A Dead Drop is a naked piece of passively powered Universal Serial Bus technology embedded into the city, the only true public space. In an era of growing clouds and fancy new devices without access to local files we need to rethink the freedom and distribution of data. The Dead Drops movement is on its way for change! Free your data to the public domain in cement! Make your own Dead Drop now! Un-cloud your files today!!! »

Ainsi qu’une liste et cartographie des Dead Drops installées jusqu’ici. Où sera la prochaine?

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website