« Private Yet Connected » sur ParisTech Review et Agora

L’article « Private Yet Connected? Yes, We Can: The Challenge of Decentralized Social Networks », publié en février 2011 par ParisTech Review, est repris par le magazine canadien Agora dans le numéro de juin 2011. A l’honneur: les médias sociaux décentralisés.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Compte rendu de l’événement du Forum ATENA « Où va la cybersociété, champ de mines ou bateau ivre? »

Compte rendu de l’événement du Forum ATENA « Où va la cybersociété, champ de mines ou bateau ivre? »

par Francesca Musiani

Le 8 juin 2011, le Forum ATENA a présenté le troisième volet de son triptyque de colloques sur le futur de l’Internet. D’après le poème d’Arthur Rimbaud « Le Bateau Ivre », révisité en clé hacker, l’événement s’intitulait « Où va la cybersociété, champ de mines ou bateau ivre? »

Plus de détails sur l’événement sont disponibles sur le site du forum ATENA.

Louis Pouzin, créateur du datagramme dans le cadre du projet Cyclades, dans les années 70, à l’origine des protocoles TCP/IP et de l’Internet et actuellement coordinateur de projets de l’association Eurolinc, a introduit la séance au moyen de sa présentation sur le thème « Où va l’Internet? Mondialisation et Balkanisation ».
La mondialisation des activités humaines, a-t-il souligné,  est le plus souvent présentée comme une évolution  inéluctable dissolvant frontières et distances. Est-ce bien sérieux ? En réalité le monde est très divisé: pays souverains, lois spécifiques, langues multiples, économies disparates, etc. Pourtant l’internet est perçu comme un système global, homogène, offrant une plateforme universelle de communications multi-media. Ce serait donc une exception paradoxale, si ce n’était pas un mythe.
Un épouvantail agité fréquemment par les « gardiens du temple », dit M. Pouzin, est la balkanisation ou fragmentation du réseau, avec son cortège de calamités, discontinuité des communications, confusion des noms et adresses, instabilité,
insécurité, perte de fiabilité. En conclusion il faudrait s’efforcer de maintenir au maximum un système de contrôle historique dont les éléments critiques sont verrouillés par le gouvernement des États Unis.
On oublie au passage que la Chine a construit son propre internet, qu’il existe des milliers d’intranets, et que les gouvernements de l’Égypte et de la Lybie n’ont pas eu besoin d’aide pour interrompre le fonctionnement dans leur propre pays. Il arrive aussi que des ruptures de câbles sous-marins isolent un groupe de régions pendant une à plusieurs semaines. L’internet est un réseau de réseaux autonomes depuis son ouverture commerciale au début des années 80. Il est fragmenté par construction, et il le restera.  Il en va de même du réseau téléphonique mondial, ce qui n’empêche nullement d’appeler un correspondant dans n’importe quel pays. Toute évolution majeure de l’internet est en fait conditionnée par le niveau de consensus entre les principaux acteurs, opérateurs, industriels télécom, fournisseurs de contenus, lobbies transnationaux, et quelques gouvernements.
Il fut certes un temps où l’ICANN, mandataire du  gouvernement US, faisait la loi. On observe maintenant, selon M. Pouzin, un réveil des gouvernements dits du sud, tout en déplorant le peu d’implication des acteurs de l’industrie. Le tropisme de fragmentation se renforce à mesure que les enjeux techniques deviennent minoritaires au regard d’autres domaines comme la propriété intellectuelle, le filtrage des informations, les investissements en infrastructure, la législation, la criminalité, ou les facteurs culturels et religieux.

Philippe Wolf, docteur en Informatique, ingénieur général de l’Armement, et Conseiller du Directeur général de l’ANSSI, a intitulé sa présentation avec deux questions: « La Cybersociété, société de l’information ou société de la désinformation? » et « Les Cyberconflits, où va la sécurité des systèmes d’information? »
Internet, souvent présenté comme un espace de non-droit, se structure en zones plus homogènes avec, au mieux, des accords bilatéraux généraux et faiblement opérants. Ces zones seront le reflet d’un affrontement très clair entre plusieurs modèles de cybersociété ayant chacune leurs valeurs portées dans leurs modèles de protection des systèmes d’information.  M. Wolf a distingué, entre autres, le modèle libéral nord-américain (la liberté fonde la démocratie), le modèle chinois (l’organisation fonde la démocratie), le modèle européen où la protection du faible est plus prise en charge par l’État (la dignité fonde la démocratie). 
Dans le registre de la souveraineté, des jeux étranges, parfois pusillanimes, se jouent déjà et se joueront : émancipation du contrôle américain de l’Internet de la Chine et bientôt de l’Inde, déclarations tonitruantes de capacités offensives en la matière (USA, …), volonté de désarmement (Russie qui n’a, par contre, pas signé la convention de Budapest sur le cyber-crime), affrontements asymétriques sourds, paradis numériques. M. Wolf en est donc venu à la conclusion que les cyber-conflits vont assurément se multiplier.
Il est ensuite passé à souligner quelques défis futurs en matière de sécurité des systèmes d’information. Il nous faudra, selon M. Wolf, prendre mieux conscience des désinformations qui s’expriment ici encore plus qu’ailleurs. Par exemple, la prise en compte des limites des protections antivirales est récente alors que le théorème d’indécidabilité du virus date de 1984. Il nous faudra mieux comprendre l’articulation entre technologies et sens ou valeur des informations manipulées en repensant le secret. Il nous faudra lutter contre les manipulations, aiguiser notre esprit critique, concevoir de nouveaux mécanismes de régulations. Il devient également urgent de revoir le modèle de protection des systèmes d’information autour d’offres de services complètement intégrés, au niveau de sécurité adéquat, sans que l’utilisateur n’ait à s’en préoccuper. Il nous faudra enfin revisiter le concept de défense en profondeur. La défense de nos systèmes d’information futurs passe assurément par une revalorisation de l’humain qui en sera, contrairement aux clichés, le maillon fort.

Robert Erra, docteur en Informatique, directeur Scientifique des Mastères Spécialisés en Sécurité à l’ESIEA, chercheur en algorithmique pour la sécurité, a centré son exposé sur le Malicious Flash Crash Attack du 6 mai 2010: selon M. Erra, ce cas est un clair signe du fait que « il faudra peut être ralentir les transactions électroniques ».
Peu après 14h, le 6 mai 2010, l’indice S&P du NYSE perd en quelques minutes 10%, plusieurs actions voient leur cours proposés à un penny (Accenture, Procter and Gamble), une action grimpe à 100 000, la SEC décide en fin de journée d’effacer purement et simplement environ 25 mn de transactions : c’est ce qu’on appelle le Flash Crash ou le Crash Éclair. Selon M. Erra, cela a été possible à cause de trois phénomènes : l’apparition des algorithmes de High Frequency Trading  (HTF); plus de 50% des transactions au NYSE et de programmes qui les implémentent; l’ utilisation de faux ordres de vente (ou d’achats) d’actions pour « pourrir » les données des concurrents, généralement annulés après quelques millisecondes… ce qui est à l’heure actuelle totalement légal.  Cela s’appelle le Quote Stuffing (ou Stub Quote), le « bourrage » de cotations, interdit maintenant au NYSE. Enfin, l’utilisation intensive des réseaux pour réaliser massivement et rapidement le Quote Stuffing.
Les connaisseurs en sécurité informatique auront reconnu dans le Quote Stuffing une forme nouvelle de DoS, un Déni de Service d’un type nouveau :  le Déni de Service Financier (FDoS) légal dans de nombreuses places boursières.
Serait-il possible, s’est demandé et a demandé M. Erra, de voir peut-être bientôt apparaître une nouvelle attaque: totalement légale cette fois-ci, le « Crash Éclair Malicieux », involontaire ou volontaire ? La réponse est affirmative, d’où le titre de la présentation, The Malicious Flash Crash Attack. M. Erra a présenté les deux variantes de cette attaque, une totalement légale et une totalement illégale.
Peut-on se protéger conter ce type d’attaques, a demandé enfin M. Erra? A moins de ralentir les réseaux utilisés pour ces transactions bancaires et d’interdire purement et simplement la pratique du Quote Stuffing, et en espérant que les algorithmes de HTF ne soient pas trop mal programmés, il semble difficile d’éliminer à 100% le risque de voir le NYSE s’écrouler en quelques minutes suite à un Crash Éclair Malicieux.

Michel Riguidel, professeur émérite à Telecom ParisTech, enseignant de sécurité numérique et réseaux de nouvelles générations, controversé opposant de la neutralité du net, a abordé les deux thèmes suivants dans sa présentation: la personnalisation de l’infrastructure et la transparence du réseau. Pourra-t-on bientôt construire ou configurer son propre réseau de telle manière qu’on puisse le superviser soi-même ? Est-il possible d’en confier l’exploitation et la supervision en toute transparence à un tiers ? Et qu’en est-il de ses propres calculs ? Qu’en est-il de la conservation de ses propres données ? Les propriétés (interopérabilité, neutralité, sécurité, etc.) que l’on exige du réseau ne doivent-elles pas s’appliquer
aussi au calcul et au stockage ? Le monde numérique qui se veut ouvert, interopérable, neutre ne devient-il pas opaque, fermé, discriminant et fragmenté ? La souveraineté numérique et la dignité numérique sont-elles des cibles inaccessibles ? Autant de questions auxquelles M. Riguidel a répondu en mettant en avant les « mutations inexorables » du réseau des réseaux.
Les réseaux s’immiscent toujours plus dans les secteurs d’activité des entreprises ou de la vie quotidienne en bousculant les architectures et les procédures des métiers et des activités. Cette conquête de nouveaux territoires s’accompagne de nouvelles exigences en termes de propriétés des communications (interfaces avec les standards du secteur électrique pour les smart grids, contraintes des secteurs santé, du transport, des finances). Certains voudraient tout changer (l’approche de la page blanche) et contraindre l’industrie à progresser plus vite, d’autres voudraient conserver les modèles actuels sous cloche et laisser faire les usages, a souligné M. Riguidel. L’histoire des sciences et des technologies nous a montré que le progrès technologique ne s’accélère pas ou ne s’arrête pas par décret et qu’il obéit à des lois, en fonction de l’idéologie et du contexte du moment.
M. Riguidel a présenté le règne numérique comme un écosystème dynamique, darwinien, et présenté l’informatique comme une fleur à trois pétales : calculer, communiquer et conserver/stocker. Ces trois fonctions ont des valences techniques, économiques, sociales et politiques qui s’entrecroisent et s’agrègent de plus en plus avec interdépendances. « On ne peut dissocier l’usage des réseaux et leur structure: il en va de même de l’informatique »: ce que M. Riguidel préconise n’est pas une neutralité du réseau, mais une neutralité de l’informatique.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Journée d’étude ISCC « Internet et Frontières »

Journée d’étude Internet et Frontières
Lundi 20 juin 2011, 9 h 30 – 18 h30
Institut des sciences de la communication du CNRS

Le rêve du « village global » et de la communication comme source de fraternité a traversé les siècles.
Or en dépit des promesses que cristallisent les réseaux sociaux numériques et le Web 2.0, le social et
ses tensions ne s’effacent nullement devant la communication virtuelle. Une forme d’endogamie
persiste dans la vie virtuelle comme réelle, les frontières étatiques et culturelles ne sont pas abolies.

Autour de la thématique Internet et Frontières, cette journée, organisée par le groupe Gouvernance et
usages de l’Internet de l’ISCC, a une vocation interdisciplinaire et invite à penser les frontières à
plusieurs échelles (du micro à macro), de l’individu à la société, permettant d’analyser les
infrastructures et les contenus en termes de ruptures et de continuité, de glissement, de déplacement
plus que de révolution, même si la radicalité du phénomène se doit aussi d’être interrogée.

La notion de « frontière » est polysémique et ouverte, mais renvoie à une interrogation déterminante :
Internet, quelles (r)évolutions ? La frontière peut être entendue selon plusieurs acceptions. Elle est une
interface, non seulement au sens informatique, entre réel et virtuel, entre hommes et machines, mais
aussi au sens géographique d’échange entre régions : si Internet rapproche, n’éloigne-t-il pas aussi en
mettant en visibilité l’altérité de manière forte ? La frontière peut être passerelle, espace de transfert,
outil de médiation pour le partage et la co-construction des savoirs, ou au contraire barrière,
linguistique et culturelle par exemple. La frontière est une zone de tensions et de négociations: se pose
alors la question d’acteurs aux logiques contradictoires, de la fracture numérique, de l’aspiration à une
gouvernance moins unilatérale d’Internet. La frontière comme limite territoriale, étatique, soulève la
question du droit, des logiques nationales, des risques de balkanisation d’Internet, des cyberconflits et
de la sécurité. Mais, ce sont aussi les frontières de l’identité ou encore celles de l’acceptabilité qui
peuvent être interrogées par celui qui étudie le déplacement des notions de  privacy ou d’extimité.

La matinée sera l’occasion d’éclairer la  Géopolitique de l’Internet, l’après-midi « les autres
frontières », celles de l’identité, de la connaissance, de la communication, qui questionnent la place
d’Internet comme interface et passerelle. Internet abolisseur ou/et créateur de frontières, Internet à la
rencontre des territoires matériels, virtuels et intellectuels : « le réseau des réseaux » produit-il et
révèle-t-il un autre partage du monde en cours ?

Pour assister à cette journée d’étude, vous pouvez vous inscrire auprès de
Valérie Schafer – valerie.schafer@iscc.cnrs.fr
Mélanie Dulong de Rosnay – melanie.dulong-de-rosnay@iscc.cnrs.fr

Site web : http://www.iscc.cnrs.fr

Programme

MATIN

Accueil à partir de 9h00

9h30 > 9h55

Ouverture de la journée
Communication et frontières
Dominique Wolton, Directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC)

Géopolitique de l’Internet

9h55 > 10h20

La société, Internet et ses frontières
J. Perriault, Professeur émérite en information & communication, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Conseiller, Institut des sciences de la communication du CNRS

10h20 > 11h20

Table ronde. Sécurité et cyberconflits

animée par Léonard Laborie, Chargé de recherche au CNRS, UMR 8138, Laboratoire IRICE

Le combat cyberélectronique : des débuts au commandement du cyber américain
Stéphane Dossé, Lieutenant-colonel de l’arme des Transmissions, Enseignement militaire supérieur
scientifique et technique (EMSST)

Les frontières des cyberconflits
François-Bernard Huyghe, chercheur à l’Iris

Les risques du Web
Michel Arnaud, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

11h20 > 11h40
Cartographie et souveraineté à l’ère du satellite et des réseaux numériques
Henri Desbois, Maître de conférence en géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense,
Laboratoire GECKO, « Équipe Réseaux, Savoirs & Territoires »

11h55 > 12h50  
Table ronde. Gouvernance et société civile

animée par Valérie Schafer, Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du
CNRS

L’internet : de la Déclaration d’indépendance du cyberespace à l’introuvable gouvernance
mondiale
Françoise Massit-Folléa, chercheur-consultant, FMSH, Paris

Les nouvelles frontières que dessinent les acteurs de la gouvernance de l’internet
Hervé Le Crosnier, Enseignant-chercheur, délégué auprès de l’ISCC

Ai Weiwei, artiste et cyberdissident chinois
Séverine Arsène, Docteur en science politique et ATER à l’Université Lille 3

12h50 > 13h10 
Perspectives et nouveaux enjeux internationaux de la régulation de l’Internet
Bernard Benhamou, Délégué aux usages de l’Internet

Pause déjeuner

APRES­MIDI

Internet, interface et passerelle

14h30 > 14h40 
Présentation de l’après-midi 
Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC)

14h40 > 15h00 
Entre l’écran et la chaise : les frontières de la communication homme-machine grand public
Benjamin Thierry, PRCE à l’Université Paris-Sorbonne, Doctorant au Centre de Recherche en
histoire de l’innovation

15h00 > 15h20 
Aux marges du réseau: le P2P et les services Internet
Francesca Musiani, Attachée de recherche et doctorante, CSI MINES ParisTech

15h20 > 16h20 
Table ronde. Internet et Médiation culturelle
animée par Fanny Georges, Postdoctorante à Télécom ParisTech

Jouer avec les frontières cognitives, technologiques et psychologiques
Dominique Stutzmann, Chargé de recherche au CNRS

Reconfigurations des médiations et des productions dans certaines pratiques créatives sur
Internet
Brigitte Chapelain, Maître de conférence en SIC à l’Université Paris 13, Laboratoire Communication
et Politique (LCP)

Médiation et organisation
Jean-Luc Bouillon, Maître de conférences en SIC à l’université de Versailles-Saint-Quentin

16h40 > 17h00 
Frontières et intermédiation des savoirs 
Morgan Meyer, Postdoctorant à Mines-ParisTech

17h00 > 18h00 
Table ronde. Partage des savoirs 
animée par Benoit Le Blanc, Maître de Conférences en Informatique à l’Institut Polytechnique de
Bordeaux, Chargé de mission à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS

Détecter les frontières dans le domaine biomédical et les dépasser 
Natalia Grabar, Chargée de recherche, STL CNRS UMR8163, Université Lille 3

Mise en évidence automatique de frontières dans les grandes masses de données du Web et des
bases d’informations : questions scientifiques et de société.
Alain Lelu, Enseignant-chercheur en sciences de l’information, délégué auprès de l’ISCC

Accès à la connaissance et agenda pour le développement : la propriété intellectuelle vue par les
pays du Sud et la société civile
Mélanie Dulong de Rosnay, Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du
CNRS

De l’amateur à l’expert, remise en cause des frontières de la connaissance sur le Web
collaboratif
Lionel Barbe, Maître de conférence à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

18h00 > 18h20 
Les frontières de l’identité numérique : le ménagement de l’interface
Alexandre Coutant, Maître de conférences à l’université de Franche-Comté, laboratoire LASELDI,
associé à l’ISCC  & Thomas Stenger, Maitre de Conférences à l’université de Poitiers, IAE, laboratoire CEREGE (EA
1722), chercheur associé à l’ISCC.

18h20 > 18h30 
Conclusion 
Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC)

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

« Le peer-to-peer alternatif, entre histoire et bruit médiatique »

Vidéo de l’intervention de Francesca Musiani au séminaire HITI (Histoire de l’Innovation et des Technologies de l’Information) du 5 avril 2011, sur le thème \ »Le peer-to-peer alternatif, entre histoire et bruit médiatique\ »

(Merci aux étudiants du Master HCEAI/Histoire, Communication, Entreprises et Affaires Internationales de la Sorbonne!)


Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

W2S: « Cinq questions sur les réseaux sociaux acentrés »

Le séminaire W2S (Web 2 Social Sciences) de la Cantine & Orange Labs a porté le 27 avril 2011 sur une thématique émergente de grand intérêt, les réseaux sociaux acentrés (appelés, en d’autres cas, distribués ou décentrés/décentralisés).

Louis Ameline et Ori Pekelman ont d’abord discuté le nouveau protocole de communication entre les fournisseurs d’identité, les utilisateurs et les sites, qu’ils sont en train de développer au sein de l’entreprise af83. Ce projet, nommé Turbulences et labellisé Cap Digital, a pour objectif de produire une technologie qui « créera un écosystème où de nombreux réseaux sociaux interopérables pourront éclore, tout en proposant à l’internaute de faire respecter sa vie privée autant que possible. » MM. Ameline et Pekelman ont soutenu que, bien que des tentatives similaires aient existé et apparaissent encore aujourd’hui, l’approche technique du protocole Turbulences vise un niveau de confidentialité maximal et une technologie la plus universelle possible. Ils ont notamment parlé du mécanisme d' »anonymat par les proxies » que sous-tend leur protocole.

Bertil Hatt, économiste des réseaux et doctorant à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, a achevé sa présentation des logiques économiques qui structurent le développement et l’organisation de ce type de services en proposant « cinq questions » concernant leur futur proche.

1. Seront-ils commerciaux ou volontaires?

  • Combien la distinction dualiste entre les grandes entreprises commerciales qui cherchent à collecter les données des utilisateurs, et les associations de développeurs inspirés à l’open source ne désirant rien d’autre que le bien commun, sera-t-elle encore pertinente?

2. Quelle distribution par taille?

  • Le fait d’utiliser des réseaux acentrés ne va pas forcément réduire la taille de chacun de ces réseaux. Comment les effets d’échelle et les conventions sociales vont-ils se balancer?

3. Seront-ils spécialisés et comment?

  • Le manque d’un centre impliquera-t-il une spécialisation toujours plus marquée des différents réseaux, ou y aura-t-il un « réseau par défaut » duquel les autres ne vont être que des dépendances?

4. Les relations seront-elles automatiques?

  • Facebook est en train d’apprendre à gérer très bien un niveau de mise en relation « automatique »: c’est-à-dire, deux utilisateurs sont Amis s’ils s’empruntent des photos l’un l’autre. Comment ces dynamiques peuvent-elles avoir lieu dans des réseaux sociaux décentralisés sans que les coûts de transaction soient trop importants? Les expliciter en rajoutant une couche de complexité ultérieure s’annonce très compliqué.

5. Quel rôle pour les réseaux décentrés?

  • A ce jour, les réseaux sociaux décentrés remplissent des fonctions d’expérimentation et d’essai. Ils montrent un exemple, et sont susceptibles de pousser les grand acteurs du marché des services Internet vers des bonnes pratiques. Ils montrent aussi que le modèle de contournement est pratiqué et possible.

La présentation du projet Turbulences est disponible ici.

Ultérieures informations sur la séance du séminaire W2S sont disponibles ici.

L’auteure de ce billet a écrit sur le sujet des réseaux sociaux décentralisés dans Terminal, Observatorio et ParisTech Review.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Compte-rendu de l’exposé de Dan Gillmor « Mediactive » au Berkman Center@Harvard

Compte-rendu de l’exposé de Dan Gillmor

Mediactive. Using Media in a Networked Age

Berkman Center for Internet & Society at Harvard University, Cambridge, MA, USA

12 avril 2011, Berkman Luncheon Talk Series

par Francesca Musiani

« On ne sait pas encore quels seront les modèles d’affaires du futur système des médias. Donc, mieux vaut expérimenter autant que possible. » Telle est la vision optimiste des médias à l’ère numérique proposée par Dan Gillmor, directeur du Knight Center for Digital Media Entrepreneurship à l’Arizona State University’s School of Journalism Cronkite. A l’occasion de la publication de son ouvrage le plus récent, Mediactive, D. Gillmor a présenté ses idées sur la consommation et la production responsables des médias numériques, ainsi que sur les nouvelles façons de regarder l’évolution de l’écosystème des médias, à la Luncheon Talk Series du Berkman Center for Internet and Society de l’université de Harvard, le 12 avril 2011.

À une époque de surabondance d’information, remarque D. Gillmor, trop de ce que nous regardons, entendons et lisons est erroné, trompeux ou même dangereux. A l’ère des réseaux, nous ne sommes pleinement alphabétisés que si nous sommes des créateurs ainsi que des consommateurs actifs, et l’Internet nous a donné les outils nécessaires pour être les deux choses à la fois.

Cet ouvrage lui-même, d’ailleurs, ne suit pas le chemin d’édition traditionnel, et rentre à plus d’un titre parmis ces expérimentations. D. Gillmor, comme il a remarqué plusieurs fois au cours de son exposé, a choisi le service d’auto-publication Lulu au lieu d’une importante maison d’édition, afin de rendre Mediactive disponible dans son intégralité, gratuitement et en ligne. Egalement, au lieu d’un index, Mediactive contient des liens (indiqués par le texte souligné dans la version imprimée). L’ouvrage est par ailleurs publié sous une licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike, afin que les lecteurs puissent se sentir libres de modifier et d’élargir les idées à la base du livre. Aussi, le site Mediactive.com est partie intégrante de l’ouvrage, proposant des ressources additionnelles pour ses lecteurs.

D. Gillmor a reconnu combien il est facile, pour l’utilisateur des réseaux d’aujourd’hui, de se sentir noyé dans une surabondance d’informations. Il s’est par ailleurs démontré plus optimiste quant aux capacités des utilisateurs de trier l’information fiable. Il remarque à ce propos qu’on vit actuellement à l’ère de la confusion des informations: pour beaucoup d’entre nous, l’abondance prend la forme d’un déluge, un torrent de données dont nous ne pouvons pas juger facilement la fiabilité; mais nous ne sommes pas impuissants. En fait, il a noté, nous n’avons jamais eu plus de moyens de trier le bon grain de l’ivraie: Une variété d’outils et de techniques sont issus du même approche à la technologie et aux médias qui est susceptible de créer la confusion.

La plupart de l’exposé de D. Gillmor a ensuite porté sur la série de principes de consommation des médias qu’il estime essentielle pour une bonne media literacy à l’ère du numérique: être sceptique sur tout, mais faire preuve de jugement (ne pas être *également* sceptique sur tout), ouvrir son esprit (savoir sortir de sa propre zone de confort), continuer à poser des questions (il cite à ce propos Wikipédia comme le « meilleur endroit où commencer, et le pire où s’arrêter ») et comprendre les techniques de persuasion utilisées par les médias (des sites comme SourceWatch peuvent aider à remonter au stade qui précède les « relations publiques ». L’auteur a par ailleurs noté comment le livre prend en considération de nombreuses méthodes dont les gens peuvent se servir pour détecter des informations peu fiables, en notant que nous comptons tous, avec de différents degrés d’intensité selon les personnes, sur une « échelle de crédibilité » interne. On ne sera jamais capables d’établir un ensemble de règles pour savoir si quelqu’un est fiable ou non; ce qu’on peut obtenir assez clairement sont les heuristiques, les « raccourcis » psychologiques qui nous permettent de gagner du temps – qui tendent à être raisonnablement précis, mais dont il faut accepter le risque qu’ils soient parfois ratés. D. Gillmor a aussi noté, bien qu’il n’ait pas développé cet aspect en renvoyant à la lecture du volume pour plus de détails, la question du développement de mesures pour l’évaluation de la confiance et de la réputation de l’édition en ligne; types de mesure de l’impact qui restent particulièrement difficiles, mais très intéressants à suivre, notamment pour ce qui est des projets à grande échelle concernant la fiabilité dans les pratiques de crowdsourcing.

Le producteur actif/créateur des médias, en addition aux principes ci-dessus, devrait s’inspirer à un certain nombre de principes « journalistiques » afin de jouer un rôle dans l’écosystème en évolution des médias numériques. D. Gillmor a remarqué comment dans une culture participative, aucun utilisateur n’est pleinement alphabétisé à moins qu’il ne crée en plus de consommer. Ces principes comprennent la rigueur, l’exactitude, l’équité, l’indépendance et la transparence (que, en suivant D. Weinberg, il associe à l’objectivité).

Pour la joie de son audience de chercheurs spécialisés en questions de droit et technologies de l’information, Gillmor a également – et enfin – touché aux grandes questions juridiques de notre temps, qui incluent la liberté d’expression, la vie privée, le droit d’auteur. Il a noté comment nos lois actuelles ne sont pas applicables dans certains cas récents – par exemple, l’intimidation en ligne qui mène au suicide, bien qu’étant une pratique odieuse, peut ne pas enfreindre, techniquement, aucune loi importante. Gillmor ne préconise pas pour autant plus de lois ou des lois existantes plus lourdes, et souhaite plutôt l’émergence de nouvelles normes sociétales qui marginalisent les pratiques de cruauté en ligne jusqu’à leur forte réduction ou disparition. Il plaide également en faveur de nouvelles normes qui tolèrent, dans des limites raisonnables, les indiscrétions en ligne de la part des générations plus jeunes, en notant que « dans un avenir à moyen terme, nous allons élire un président des Etats-Unis qui avait un blog ou un mur Facebook ou MySpace pendant son adolescence. »

La vidéo de l’intervention de Dan Gillmor peut être visionnée sur le site du Berkman Center ici.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Compte-rendu du colloque Digital Life Lab « La participation des amateurs dans l’univers numérique »

Compte-rendu du colloque Digital Life Lab (Institut Télécom)
« La participation des amateurs dans l’univers numérique »
La Cantine, Paris, 18 mars 2011.

par Francesca Musiani

La prolifération des plateformes participatives sur Internet suscite une implication toujours plus grande des amateurs dans la production ou la réappropriation de contenus médiatiques qui circulent et s’échangent sur le Web (textes, photos, vidéos, fichiers musicaux, logiciels, etc.) Ce colloque, organisé par le Digital Life Lab (Institut Télécom) à la Cantine le 18 mars 2011, a eu pour objectif de réfléchir aux enjeux sociaux, organisationnels et culturels suscités par la profusion de ces nombreuses pratiques amateurs dans l’univers numérique.

« Les amateurs sont souvent des passionnés à l’égard d’une activité qui occupe une grande partie de leur temps libre. Ils agissent selon une logique distincte de celle de l’économie de marché : ils trouvent un authentique plaisir à partager leur passion et sont davantage motivés par la recherche d’une reconnaissance symbolique auprès de leurs pairs plutôt que par la perspective d’une rétribution monétaire, » remarque-t-on dans la présentation du colloque.

Les présentations se sont regroupées autour de trois volets: la thématique de l’organisation des pratiques amateurs avant l’ère du numérique; l’univers numérique de la création culturelle et des médias; la mobilisation des médias sociaux dans les entreprises.

Antoine Hennion – Attachements : corps, collectifs, dispositifs

En ouverture, Antoine Hennion est revenu sur ses terrains « de longue date » sur le travail de l’amateur. Il a souligné l’ambiguité du terme, qui peut signaler à la fois celui qui « aime » ou se passionne pour quelque chose, et celui qui « fait mal les choses » en tant que non expert ou non professionnel. Mais la passion de l’amateur n’est pas la passivité, et s’intéresser à l’amateur avec des lunettes pragmatistes permet de rompre avec des notions comme « réception » ou « consommation », et d’insister en revanche sur les phénomènes de coproduction. La notion d' »attachement » est en ce contexte très utile pour se libérer de la distinction dualiste sujet/objet, ainsi que, plus généralement, des dualismes, et reconnaître que l’amateur est souvent doté d’un savoir-faire sophistiqué: « techniques mêlées du corps, du dispositif et du collectif ». L’enjeu est de se tourner vers un pragmatisme « hard », plutôt que vers la théorie de l’action « molle » actuelle.

Patrice Flichy – Le sacre de l’amateur

La deuxième ouverture, de Patrice Flichy, a souligné que les amateurs sur l’Internet mettent en place des conventions locales et localisées, qui deviennent par ailleurs des règles très précises. Ce qui distingue l’amateur numérique de l’amateur  en général est le fait que le premier peut avoir un public de ses actions, même très large. Son apprentissage se base sur l’autodidactie, ce qui fait de l’amateurisme une expertise « par en bas », acquise au moyen de l’expérience, et joue un rôle fondamental dans la construction de l’Identité. L’amateur s’engage souvent par intermittence: il s’agit d’un engagement irrégulier, riche en diversité, non uniforme, éclaté. P. Flichy s’est servi de l’exemple de Wikipédia pour souligner cet aspect de non-uniformité, et montrer comment chaque secteur de savoir se construit son mode de traitement: l’amateur ne vise pas un type de savoir qui relève de l’universalité, mais un savoir local. Si l’amateurisme hors numérique est toujours évalué à la mesure des pratiques professionnelles, c’est bien dans le numérique que l’expert « par en-bas » se sent légitime pour contester l’expert.

Olivier Donnat – Les pratiques amateurs avant l’ère du numérique

Olivier Donnat est ensuite revenu sur l’histoire des définitions des « pratiques culturelles ». Il a distingué deux acceptions de la définition de public: la première c’est « le » public indifférencié des grands œuvres; la deuxième a une connotation négative d’aliénation, et indique les fans des produits culturels. En France, le ministère de la culture s’est focalisé sur les pratiques professionnelles en ignorant le riche tissu socio-culturel des pratiques des amateurs. Des études menées au cours des années 1990 ont révélé des grandes disparités dans la consommation des biens culturels. On note aussi que les pratiques d’amateurs sont plutôt le fait des jeunes: l’allongement de la durée de la jeunesse en entraîne donc un accroissement quantitatif. O. Donnat estime cependant que le fait de pratiquer ou de consommer les productions professionnelles ne recoupe pas le fait de se considérer comme amateur. Il identifie quatre types d’ancrage à un bien culturel: l’héritage direct des parents ; la transmission par rupture (i.e., faire autre chose que les parents) ; l’événement douloureux ; l’arrachement à son contexte d’origine par la pratique d’une activité. L’activité de l’amateur se place aujourd’hui dans un continuum qui a pour extrêmes deux pôles : soit l’engagement total (avec le rêve de se professionnaliser, et une socialisation exclusive autour de la pratique), soit, au contraire, une pratique amateur quasi clandestine, cachée même à son entourage personnel et professionnel immédiat.

Jean-Samuel Beuscart et Maxime Crépel – Les trajectoires de notoriété sur le Web 2.0 : quatre figures de l’engagement dans la pratique artistique en ligne

Jean-Samuel Beuscart et Maxime Crépel ont discuté des trajectoires de notoriété sur le Web, et particulièrement de quatre figures de l’engagement dans la pratique artistique en ligne. Dans des contextes tels que MySpace et Flickr, entre amateurisme et exposition de soi, il y a une imbrication des logiques personnels et de masse. Le choix des outils d’analyse, et donc d’appréhension, de l’audience en ligne est très important. Les leviers de notoriété sur Flickr et MySpace sont par exemple la mise en forme de sa page, la régularité des publications, la facilité d’appropriation par les visiteurs, l’entretien d’un réseau de sociabilité. A travers le jeu de réciprocité des commentaires, petites communautés denses et cohérentes se construisent. Les quatre trajectoires de réputation qui suivent les différents modes d’engagement dans la pratique artistique en ligne sont donc 1) l’abandon, 2) l’amateur enrichi à travers recherche d’une audience, 3) la professionnalisation et la création de nouvelles formes d’industries culturelles (en réponse à une logique de fermeture) et 4) l’amateur 2.0 (en réponse à une logique d’ouverture).

Dominique Cardon, Camille Roth et Guilhem Fouetillou – Trajectoire de consécration des amateurs dans le monde numérique

Dominique Cardon a ensuite présenté le travail, mené en collaboration avec ses collègues, sur la consécration des amateurs (au moyen de l’étude des liens). Ils proposent deux matrices : curieux / introverti / extroverti / silencieux ; célébrité / notoriété / popularité / invisibilité ; à partir de ces deux matrices, ils identifient seize positions topologiques présentes ou non selon les différentes familles de blogs. D. Cardon a développé à ce propos l’exemple des blogs culinaires et leurs différents modèles d’usage des tags, des photos, des échanges. En conclusion de leur intervention, les auteurs signalent la co-existence de plusieurs modèles de blogs : le carnet personnel, le club, l’élite, la metaréflexion.

Nicolas Auray et Dominique Fréard – Ce que le numérique a changé dans l’implication des amateurs à la production de connaissances : le cas de l’astronomie francophone
Serge Proulx et Lorna Heaton – Tela Botanica : la coopération en réseau de botanistes amateurs

Les interventions de Nicolas Auray et Dominique Fréard d’abord, et de Serge Proulx et Lorna Heaton ensuite, ont porté sur la science participative en réseau et sur les changements entraînés par le numérique dans l’implication des amateurs dans les processus de production des connaissances. N. Auray et D. Fréard se sont concentrés sur la communauté d’astronomes francophones. S. Proulx, après avoir introduit deux logiques d’engagement, la logique de réseau (engagement non nécessaire, sérendipité) vs la logique de communauté (fidélité, engagement), a parlé de Tela Botanica, un réseau de botanistes amateurs qu’il définit comme « nouvelle forme d’autorité hybride », dispositif sociotechnique qui se rapproche d’un outil de business.

Christine Balagué – Les réseaux socionumériques dans les stratégies d’entreprise
Claire Levallois-Barth – L’usage des réseaux socionumériques en entreprise : quelles sont les frontières juridiques entre vie professionnelle et vie privée ?

Christine Balagué a ensuite présenté des pistes de réflexion sur le rôle des réseaux sociaux numériques dans les stratégies d’entreprise. Elle a noté comment on fait face à un changement de paradigme pour les entreprises : on va vers des « marchés de conversation », basés sur l’influence conversationnelle. Sur sa lignée, l’intéressante présentation de Claire Levallois-Barth sur l’usage des réseaux sociaux numériques par les employés d’entreprise a permis d’éclairer l’état actuel des questionnements juridiques quant aux frontières entre vie professionnelle et vie privée, à partir de cas pratiques concrets dont certains ont fait la une des médias. Un chantier en construction, qui se façonne peu à peu entre la protection de la vie privée des employés, le monitorage par l’entreprise du temps et des dispositifs qu’elle met à disposition de ses salariés, et les évolutions rapides de ces nouvelles technologies.

Chantal Morley – Comment aime-t-on les technologies numériques ? Points de vue d’amateurs dans l’entreprise

Chantal Morley a de son côté abordé la question suivante: « comment aime-t-on les technologies numériques? » Pour tenter une réponse, elle a analysé son travail de codage d’entretiens qualitatifs portant sur les points de vue d’ »amateurs dans l’entreprise », professionnels qui aiment ce qu’ils font. L’amour de la technique embrasse le goût du concret, la volonté de percer un mystère, de comprendre, d’évoluer, la recherche d’une légitimation et d’une crédibilité. L’objet technique nous émerveille du même fait qu’il est concret, utile. Les motivations intellectuelles de l’attrait pour la technique incluent la volonté d’être stimulé, de se dépasser, de rester en éveil, de vouloir « gagner » (arriver à la faire fonctionner). Il est aussi question de la reconnaissance de soi-même en tant qu’appartenant à la communauté des « autres techniques », et de la volonté de médiation envers les « autres » « non techniques ». L’amour de la technique est une « épreuve publique et privée, qui apporte estime de soi et des autres ».

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Choke Point Project – Towards a Distributed Internet Infrastructure

News of an interesting up-and-coming Internet mapping project:

« During the recent uprising in Egypt, in February 2011,  the order was given to “turn off” the Internet, sending shock-waves around the world. Murmurs were heard of US security agencies and American politicians asking for access to a similar kill switch. These actions force us to look at who owns the Internet.

The Choke Point Project maps the nodes of control in service of the multitude of global citizens under who authoritarian regimes can act upon without their consent. We are in favor of exploring approaches to the decentralization of access in favor of guaranteeing connectivity as a counter-weight to the control of the Internet by nation states and corporate influence.

A team comprised of web researchers, software developers and data visualization experts aim to gather data from across the web and show the control points, while clearly explaining the issues involved: history of Internet control, current legal situation, choke points, possible strategies for decentralization, reasons for and against kill switches. »

The project is supported by the P2P Foundation.

See more at the Choke Point Project website

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

ST Global Consortium Science & Technology in Society Conference

April 15-16, 2011, Washington DC, USA

Arizona State University, École des Mines de Paris, George Mason University, George Washington University, Georgetown University, Georgia Institute of Technology, and Virginia Tech (Mission Partners: American Association for the Advancement of Science (AAAS) & The National Academies of Science Keck Center)

The conference develops emerging S&T scholars and promotes the academic and professional advancement of graduate students in the traditionally fragmented community of scholars working in S&T policy and social research. Presented each year in the spring, the conference attracts graduate students from around the world to present their research on STP and STS issues and related fields including but not limited to health, energy and environment, space, information and communications, innovation, education, and ethical, legal and social implications of science and technology. Every year, prominent figures from both STP and STS deliver keynote addresses.

The programme includes presentations by Primavera De Filippi (« Cloud Computing: When the Digital Revolution emulates the Industrial Revolution ») and Francesca Musiani, who co-organizes the event (« When social links are network links: The dawn of peer-to-peer social networks and its implications for privacy »).

More on STGlobal

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

ICAIL 2011: The Thirteenth International Conference on Artificial Intelligence and Law

June 6, 2011 – June 10, 2011

University of Pittsburgh School of Law

3900 Forbes Avenue

Pittsburgh

The 13th International Conference on AI and Law (ICAIL 2011) will be held in Pittsburgh, Pennsylvania, USA, June 6-10, 2011, at the University of Pittsburgh School of Law under the auspices of the International Association for Artificial Intelligence and Law (IAAIL), an organization devoted to promoting research and development in the field of AI and Law with members throughout the world.

The field of AI and Law is concerned with:

  • the study of legal reasoning and argumentation, using computational methods
  • the formal representation of norms, normative actions, normative systems and norm-governed societies and multi-agent systems
  • the investigation of techniques from advanced information technology, using law as the illustrative domain
  • applications of advanced information technology to support tasks in the legal domain.

ICAIL provides a forum for the presentation and discussion of the latest research results and practical applications and stimulates interdisciplinary and international collaboration. Previous ICAIL conferences have been held biennially since 1987, with proceedings published by ACM.

More.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious