« When Social Links Are Network Links »

Musiani, F. (2010). When Social Links Are Network Links: the Dawn of Peer-to-Peer Social Networks and Its Implications for Privacy. Observatorio, 4(3): 185-207.

Despite the success they enjoy among Internet users today, social networking tools are currently subject to several controversies, notably concerning the uses their administrators make of users’ private data. Today, many projects and applications propose decentralised alternatives to such services, among which one of the most promising appears to be the construction of the social network on a peer-to-peer (P2P) architecture. This paper addresses and analyses the first steps of applications at the crossroads between social networks and P2P networks. More specifically, it discusses how such applications anticipate modifications in the management of users’ right to privacy, by harnessing both anonymity and knowledge of identity – aspects generally identified with P2P networks and social networks, respectively – depending on the different functionalities and layers of the application.

Revue de projet: Turbulences

Ce projet, nommé Turbulences et labellisé Cap Digital, a pour objectif de produire une technologie qui « créera un écosystème où de nombreux réseaux sociaux interopérables pourront éclore, tout en proposant à l’internaute de faire respecter sa vie privée autant que possible. »

La présentation du projet Turbulences est disponible ici.

Mots-clefs: réseaux sociaux, vie privée

W2S: « Cinq questions sur les réseaux sociaux acentrés »

Le séminaire W2S (Web 2 Social Sciences) de la Cantine & Orange Labs a porté le 27 avril 2011 sur une thématique émergente de grand intérêt, les réseaux sociaux acentrés (appelés, en d’autres cas, distribués ou décentrés/décentralisés).

Louis Ameline et Ori Pekelman ont d’abord discuté le nouveau protocole de communication entre les fournisseurs d’identité, les utilisateurs et les sites, qu’ils sont en train de développer au sein de l’entreprise af83. Ce projet, nommé Turbulences et labellisé Cap Digital, a pour objectif de produire une technologie qui « créera un écosystème où de nombreux réseaux sociaux interopérables pourront éclore, tout en proposant à l’internaute de faire respecter sa vie privée autant que possible. » MM. Ameline et Pekelman ont soutenu que, bien que des tentatives similaires aient existé et apparaissent encore aujourd’hui, l’approche technique du protocole Turbulences vise un niveau de confidentialité maximal et une technologie la plus universelle possible. Ils ont notamment parlé du mécanisme d' »anonymat par les proxies » que sous-tend leur protocole.

Bertil Hatt, économiste des réseaux et doctorant à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, a achevé sa présentation des logiques économiques qui structurent le développement et l’organisation de ce type de services en proposant « cinq questions » concernant leur futur proche.

1. Seront-ils commerciaux ou volontaires?

  • Combien la distinction dualiste entre les grandes entreprises commerciales qui cherchent à collecter les données des utilisateurs, et les associations de développeurs inspirés à l’open source ne désirant rien d’autre que le bien commun, sera-t-elle encore pertinente?

2. Quelle distribution par taille?

  • Le fait d’utiliser des réseaux acentrés ne va pas forcément réduire la taille de chacun de ces réseaux. Comment les effets d’échelle et les conventions sociales vont-ils se balancer?

3. Seront-ils spécialisés et comment?

  • Le manque d’un centre impliquera-t-il une spécialisation toujours plus marquée des différents réseaux, ou y aura-t-il un « réseau par défaut » duquel les autres ne vont être que des dépendances?

4. Les relations seront-elles automatiques?

  • Facebook est en train d’apprendre à gérer très bien un niveau de mise en relation « automatique »: c’est-à-dire, deux utilisateurs sont Amis s’ils s’empruntent des photos l’un l’autre. Comment ces dynamiques peuvent-elles avoir lieu dans des réseaux sociaux décentralisés sans que les coûts de transaction soient trop importants? Les expliciter en rajoutant une couche de complexité ultérieure s’annonce très compliqué.

5. Quel rôle pour les réseaux décentrés?

  • A ce jour, les réseaux sociaux décentrés remplissent des fonctions d’expérimentation et d’essai. Ils montrent un exemple, et sont susceptibles de pousser les grand acteurs du marché des services Internet vers des bonnes pratiques. Ils montrent aussi que le modèle de contournement est pratiqué et possible.

La présentation du projet Turbulences est disponible ici.

Ultérieures informations sur la séance du séminaire W2S sont disponibles ici.

L’auteure de ce billet a écrit sur le sujet des réseaux sociaux décentralisés dans Terminal, Observatorio et ParisTech Review.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Compte-rendu de l’exposé de Dan Gillmor « Mediactive » au Berkman Center@Harvard

Compte-rendu de l’exposé de Dan Gillmor

Mediactive. Using Media in a Networked Age

Berkman Center for Internet & Society at Harvard University, Cambridge, MA, USA

12 avril 2011, Berkman Luncheon Talk Series

par Francesca Musiani

« On ne sait pas encore quels seront les modèles d’affaires du futur système des médias. Donc, mieux vaut expérimenter autant que possible. » Telle est la vision optimiste des médias à l’ère numérique proposée par Dan Gillmor, directeur du Knight Center for Digital Media Entrepreneurship à l’Arizona State University’s School of Journalism Cronkite. A l’occasion de la publication de son ouvrage le plus récent, Mediactive, D. Gillmor a présenté ses idées sur la consommation et la production responsables des médias numériques, ainsi que sur les nouvelles façons de regarder l’évolution de l’écosystème des médias, à la Luncheon Talk Series du Berkman Center for Internet and Society de l’université de Harvard, le 12 avril 2011.

À une époque de surabondance d’information, remarque D. Gillmor, trop de ce que nous regardons, entendons et lisons est erroné, trompeux ou même dangereux. A l’ère des réseaux, nous ne sommes pleinement alphabétisés que si nous sommes des créateurs ainsi que des consommateurs actifs, et l’Internet nous a donné les outils nécessaires pour être les deux choses à la fois.

Cet ouvrage lui-même, d’ailleurs, ne suit pas le chemin d’édition traditionnel, et rentre à plus d’un titre parmis ces expérimentations. D. Gillmor, comme il a remarqué plusieurs fois au cours de son exposé, a choisi le service d’auto-publication Lulu au lieu d’une importante maison d’édition, afin de rendre Mediactive disponible dans son intégralité, gratuitement et en ligne. Egalement, au lieu d’un index, Mediactive contient des liens (indiqués par le texte souligné dans la version imprimée). L’ouvrage est par ailleurs publié sous une licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike, afin que les lecteurs puissent se sentir libres de modifier et d’élargir les idées à la base du livre. Aussi, le site Mediactive.com est partie intégrante de l’ouvrage, proposant des ressources additionnelles pour ses lecteurs.

D. Gillmor a reconnu combien il est facile, pour l’utilisateur des réseaux d’aujourd’hui, de se sentir noyé dans une surabondance d’informations. Il s’est par ailleurs démontré plus optimiste quant aux capacités des utilisateurs de trier l’information fiable. Il remarque à ce propos qu’on vit actuellement à l’ère de la confusion des informations: pour beaucoup d’entre nous, l’abondance prend la forme d’un déluge, un torrent de données dont nous ne pouvons pas juger facilement la fiabilité; mais nous ne sommes pas impuissants. En fait, il a noté, nous n’avons jamais eu plus de moyens de trier le bon grain de l’ivraie: Une variété d’outils et de techniques sont issus du même approche à la technologie et aux médias qui est susceptible de créer la confusion.

La plupart de l’exposé de D. Gillmor a ensuite porté sur la série de principes de consommation des médias qu’il estime essentielle pour une bonne media literacy à l’ère du numérique: être sceptique sur tout, mais faire preuve de jugement (ne pas être *également* sceptique sur tout), ouvrir son esprit (savoir sortir de sa propre zone de confort), continuer à poser des questions (il cite à ce propos Wikipédia comme le « meilleur endroit où commencer, et le pire où s’arrêter ») et comprendre les techniques de persuasion utilisées par les médias (des sites comme SourceWatch peuvent aider à remonter au stade qui précède les « relations publiques ». L’auteur a par ailleurs noté comment le livre prend en considération de nombreuses méthodes dont les gens peuvent se servir pour détecter des informations peu fiables, en notant que nous comptons tous, avec de différents degrés d’intensité selon les personnes, sur une « échelle de crédibilité » interne. On ne sera jamais capables d’établir un ensemble de règles pour savoir si quelqu’un est fiable ou non; ce qu’on peut obtenir assez clairement sont les heuristiques, les « raccourcis » psychologiques qui nous permettent de gagner du temps – qui tendent à être raisonnablement précis, mais dont il faut accepter le risque qu’ils soient parfois ratés. D. Gillmor a aussi noté, bien qu’il n’ait pas développé cet aspect en renvoyant à la lecture du volume pour plus de détails, la question du développement de mesures pour l’évaluation de la confiance et de la réputation de l’édition en ligne; types de mesure de l’impact qui restent particulièrement difficiles, mais très intéressants à suivre, notamment pour ce qui est des projets à grande échelle concernant la fiabilité dans les pratiques de crowdsourcing.

Le producteur actif/créateur des médias, en addition aux principes ci-dessus, devrait s’inspirer à un certain nombre de principes « journalistiques » afin de jouer un rôle dans l’écosystème en évolution des médias numériques. D. Gillmor a remarqué comment dans une culture participative, aucun utilisateur n’est pleinement alphabétisé à moins qu’il ne crée en plus de consommer. Ces principes comprennent la rigueur, l’exactitude, l’équité, l’indépendance et la transparence (que, en suivant D. Weinberg, il associe à l’objectivité).

Pour la joie de son audience de chercheurs spécialisés en questions de droit et technologies de l’information, Gillmor a également – et enfin – touché aux grandes questions juridiques de notre temps, qui incluent la liberté d’expression, la vie privée, le droit d’auteur. Il a noté comment nos lois actuelles ne sont pas applicables dans certains cas récents – par exemple, l’intimidation en ligne qui mène au suicide, bien qu’étant une pratique odieuse, peut ne pas enfreindre, techniquement, aucune loi importante. Gillmor ne préconise pas pour autant plus de lois ou des lois existantes plus lourdes, et souhaite plutôt l’émergence de nouvelles normes sociétales qui marginalisent les pratiques de cruauté en ligne jusqu’à leur forte réduction ou disparition. Il plaide également en faveur de nouvelles normes qui tolèrent, dans des limites raisonnables, les indiscrétions en ligne de la part des générations plus jeunes, en notant que « dans un avenir à moyen terme, nous allons élire un président des Etats-Unis qui avait un blog ou un mur Facebook ou MySpace pendant son adolescence. »

La vidéo de l’intervention de Dan Gillmor peut être visionnée sur le site du Berkman Center ici.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website