Compte rendu de l’événement du Forum ATENA « Où va la cybersociété, champ de mines ou bateau ivre? »

Compte rendu de l’événement du Forum ATENA « Où va la cybersociété, champ de mines ou bateau ivre? »

par Francesca Musiani

Le 8 juin 2011, le Forum ATENA a présenté le troisième volet de son triptyque de colloques sur le futur de l’Internet. D’après le poème d’Arthur Rimbaud « Le Bateau Ivre », révisité en clé hacker, l’événement s’intitulait « Où va la cybersociété, champ de mines ou bateau ivre? »

Plus de détails sur l’événement sont disponibles sur le site du forum ATENA.

Louis Pouzin, créateur du datagramme dans le cadre du projet Cyclades, dans les années 70, à l’origine des protocoles TCP/IP et de l’Internet et actuellement coordinateur de projets de l’association Eurolinc, a introduit la séance au moyen de sa présentation sur le thème « Où va l’Internet? Mondialisation et Balkanisation ».
La mondialisation des activités humaines, a-t-il souligné,  est le plus souvent présentée comme une évolution  inéluctable dissolvant frontières et distances. Est-ce bien sérieux ? En réalité le monde est très divisé: pays souverains, lois spécifiques, langues multiples, économies disparates, etc. Pourtant l’internet est perçu comme un système global, homogène, offrant une plateforme universelle de communications multi-media. Ce serait donc une exception paradoxale, si ce n’était pas un mythe.
Un épouvantail agité fréquemment par les « gardiens du temple », dit M. Pouzin, est la balkanisation ou fragmentation du réseau, avec son cortège de calamités, discontinuité des communications, confusion des noms et adresses, instabilité,
insécurité, perte de fiabilité. En conclusion il faudrait s’efforcer de maintenir au maximum un système de contrôle historique dont les éléments critiques sont verrouillés par le gouvernement des États Unis.
On oublie au passage que la Chine a construit son propre internet, qu’il existe des milliers d’intranets, et que les gouvernements de l’Égypte et de la Lybie n’ont pas eu besoin d’aide pour interrompre le fonctionnement dans leur propre pays. Il arrive aussi que des ruptures de câbles sous-marins isolent un groupe de régions pendant une à plusieurs semaines. L’internet est un réseau de réseaux autonomes depuis son ouverture commerciale au début des années 80. Il est fragmenté par construction, et il le restera.  Il en va de même du réseau téléphonique mondial, ce qui n’empêche nullement d’appeler un correspondant dans n’importe quel pays. Toute évolution majeure de l’internet est en fait conditionnée par le niveau de consensus entre les principaux acteurs, opérateurs, industriels télécom, fournisseurs de contenus, lobbies transnationaux, et quelques gouvernements.
Il fut certes un temps où l’ICANN, mandataire du  gouvernement US, faisait la loi. On observe maintenant, selon M. Pouzin, un réveil des gouvernements dits du sud, tout en déplorant le peu d’implication des acteurs de l’industrie. Le tropisme de fragmentation se renforce à mesure que les enjeux techniques deviennent minoritaires au regard d’autres domaines comme la propriété intellectuelle, le filtrage des informations, les investissements en infrastructure, la législation, la criminalité, ou les facteurs culturels et religieux.

Philippe Wolf, docteur en Informatique, ingénieur général de l’Armement, et Conseiller du Directeur général de l’ANSSI, a intitulé sa présentation avec deux questions: « La Cybersociété, société de l’information ou société de la désinformation? » et « Les Cyberconflits, où va la sécurité des systèmes d’information? »
Internet, souvent présenté comme un espace de non-droit, se structure en zones plus homogènes avec, au mieux, des accords bilatéraux généraux et faiblement opérants. Ces zones seront le reflet d’un affrontement très clair entre plusieurs modèles de cybersociété ayant chacune leurs valeurs portées dans leurs modèles de protection des systèmes d’information.  M. Wolf a distingué, entre autres, le modèle libéral nord-américain (la liberté fonde la démocratie), le modèle chinois (l’organisation fonde la démocratie), le modèle européen où la protection du faible est plus prise en charge par l’État (la dignité fonde la démocratie). 
Dans le registre de la souveraineté, des jeux étranges, parfois pusillanimes, se jouent déjà et se joueront : émancipation du contrôle américain de l’Internet de la Chine et bientôt de l’Inde, déclarations tonitruantes de capacités offensives en la matière (USA, …), volonté de désarmement (Russie qui n’a, par contre, pas signé la convention de Budapest sur le cyber-crime), affrontements asymétriques sourds, paradis numériques. M. Wolf en est donc venu à la conclusion que les cyber-conflits vont assurément se multiplier.
Il est ensuite passé à souligner quelques défis futurs en matière de sécurité des systèmes d’information. Il nous faudra, selon M. Wolf, prendre mieux conscience des désinformations qui s’expriment ici encore plus qu’ailleurs. Par exemple, la prise en compte des limites des protections antivirales est récente alors que le théorème d’indécidabilité du virus date de 1984. Il nous faudra mieux comprendre l’articulation entre technologies et sens ou valeur des informations manipulées en repensant le secret. Il nous faudra lutter contre les manipulations, aiguiser notre esprit critique, concevoir de nouveaux mécanismes de régulations. Il devient également urgent de revoir le modèle de protection des systèmes d’information autour d’offres de services complètement intégrés, au niveau de sécurité adéquat, sans que l’utilisateur n’ait à s’en préoccuper. Il nous faudra enfin revisiter le concept de défense en profondeur. La défense de nos systèmes d’information futurs passe assurément par une revalorisation de l’humain qui en sera, contrairement aux clichés, le maillon fort.

Robert Erra, docteur en Informatique, directeur Scientifique des Mastères Spécialisés en Sécurité à l’ESIEA, chercheur en algorithmique pour la sécurité, a centré son exposé sur le Malicious Flash Crash Attack du 6 mai 2010: selon M. Erra, ce cas est un clair signe du fait que « il faudra peut être ralentir les transactions électroniques ».
Peu après 14h, le 6 mai 2010, l’indice S&P du NYSE perd en quelques minutes 10%, plusieurs actions voient leur cours proposés à un penny (Accenture, Procter and Gamble), une action grimpe à 100 000, la SEC décide en fin de journée d’effacer purement et simplement environ 25 mn de transactions : c’est ce qu’on appelle le Flash Crash ou le Crash Éclair. Selon M. Erra, cela a été possible à cause de trois phénomènes : l’apparition des algorithmes de High Frequency Trading  (HTF); plus de 50% des transactions au NYSE et de programmes qui les implémentent; l’ utilisation de faux ordres de vente (ou d’achats) d’actions pour « pourrir » les données des concurrents, généralement annulés après quelques millisecondes… ce qui est à l’heure actuelle totalement légal.  Cela s’appelle le Quote Stuffing (ou Stub Quote), le « bourrage » de cotations, interdit maintenant au NYSE. Enfin, l’utilisation intensive des réseaux pour réaliser massivement et rapidement le Quote Stuffing.
Les connaisseurs en sécurité informatique auront reconnu dans le Quote Stuffing une forme nouvelle de DoS, un Déni de Service d’un type nouveau :  le Déni de Service Financier (FDoS) légal dans de nombreuses places boursières.
Serait-il possible, s’est demandé et a demandé M. Erra, de voir peut-être bientôt apparaître une nouvelle attaque: totalement légale cette fois-ci, le « Crash Éclair Malicieux », involontaire ou volontaire ? La réponse est affirmative, d’où le titre de la présentation, The Malicious Flash Crash Attack. M. Erra a présenté les deux variantes de cette attaque, une totalement légale et une totalement illégale.
Peut-on se protéger conter ce type d’attaques, a demandé enfin M. Erra? A moins de ralentir les réseaux utilisés pour ces transactions bancaires et d’interdire purement et simplement la pratique du Quote Stuffing, et en espérant que les algorithmes de HTF ne soient pas trop mal programmés, il semble difficile d’éliminer à 100% le risque de voir le NYSE s’écrouler en quelques minutes suite à un Crash Éclair Malicieux.

Michel Riguidel, professeur émérite à Telecom ParisTech, enseignant de sécurité numérique et réseaux de nouvelles générations, controversé opposant de la neutralité du net, a abordé les deux thèmes suivants dans sa présentation: la personnalisation de l’infrastructure et la transparence du réseau. Pourra-t-on bientôt construire ou configurer son propre réseau de telle manière qu’on puisse le superviser soi-même ? Est-il possible d’en confier l’exploitation et la supervision en toute transparence à un tiers ? Et qu’en est-il de ses propres calculs ? Qu’en est-il de la conservation de ses propres données ? Les propriétés (interopérabilité, neutralité, sécurité, etc.) que l’on exige du réseau ne doivent-elles pas s’appliquer
aussi au calcul et au stockage ? Le monde numérique qui se veut ouvert, interopérable, neutre ne devient-il pas opaque, fermé, discriminant et fragmenté ? La souveraineté numérique et la dignité numérique sont-elles des cibles inaccessibles ? Autant de questions auxquelles M. Riguidel a répondu en mettant en avant les « mutations inexorables » du réseau des réseaux.
Les réseaux s’immiscent toujours plus dans les secteurs d’activité des entreprises ou de la vie quotidienne en bousculant les architectures et les procédures des métiers et des activités. Cette conquête de nouveaux territoires s’accompagne de nouvelles exigences en termes de propriétés des communications (interfaces avec les standards du secteur électrique pour les smart grids, contraintes des secteurs santé, du transport, des finances). Certains voudraient tout changer (l’approche de la page blanche) et contraindre l’industrie à progresser plus vite, d’autres voudraient conserver les modèles actuels sous cloche et laisser faire les usages, a souligné M. Riguidel. L’histoire des sciences et des technologies nous a montré que le progrès technologique ne s’accélère pas ou ne s’arrête pas par décret et qu’il obéit à des lois, en fonction de l’idéologie et du contexte du moment.
M. Riguidel a présenté le règne numérique comme un écosystème dynamique, darwinien, et présenté l’informatique comme une fleur à trois pétales : calculer, communiquer et conserver/stocker. Ces trois fonctions ont des valences techniques, économiques, sociales et politiques qui s’entrecroisent et s’agrègent de plus en plus avec interdépendances. « On ne peut dissocier l’usage des réseaux et leur structure: il en va de même de l’informatique »: ce que M. Riguidel préconise n’est pas une neutralité du réseau, mais une neutralité de l’informatique.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Rendre visible l’invisible, l’exemple de Nearfield.org

 

Ingerborg talking about The Bubbles of radio - Crédits photos: Amanda Steggell (http://www.testingtesting.org/)
Ingerborg talking about The Bubbles of radio - amanda steggell testing testing - http://www.testingtesting.org

 

 

Comme le remarque Nicolas Nova[1] dans son article intitulé « Visualiser le “Ghost in the field” de l’urbanité numérique » et publié sur OWNI le 23 mai 2011:

 

Ce qui frappe dans “l’urbanité numérique”, c’est son invisibilité. Or cette couche informationnelle omniprésente existe bien. Comme le soulignait le géographe Boris Beaude dans un colloque sur ce thème, “il serait dangereux et anachronique de considérer les technologies de communication numériques comme irréelles“.

 

Mais de quelle manière et par quels artefact ces technologies sont en mesure de se manifester? Comment illustrer leurs présences? Comment les matérialiser, les rendre « visibles »? Un des enjeux de ce projet est effectivement de donner des outils de design pour aider à constituer un référentiel utile pour le développement ultérieur de services s’appuyant sur des technologies peer to peer. Proposer des formes de visualisation de technologies d’intelligence ambiante doit permettre de soumettre ces dernières à la lecture et aux commentaires des acteurs intéressés (voir billet  » Pourquoi un abécédaire des AD? » par Cécile Méadel le 7 juin 2011).

Les extraits suivants proposent des pistes de réflexion sur le fait de « rendre visible l’invisible ». Nous nous reporterons également à l’article de Nicolas Nova cité précédemment.

NEARFIELD.ORG

Ce projet mené par Timo Arnall et développé avec des élèves de l’école de d’architecture et de design d’Oslo interroge la diversité des ondes qui s’entremêlent dans l’espace urbain. Un projet de ce module d’étude intitulé « The bubbles of radio » et mené par Ingeborg Marie Dehs Thomas (élève en Master de Design) se concentre plus précisément sur la représentation des ondes existantes: GSM, Wifi, RFID, ZigBee, DMB, Bluetooth. Dehs Thomas construit un véritable bestiaires des ondes censées nous envelopper et pénétrer totalement nos environnements.

 

Plus d’informations sur le Touch Project et sur le projet de Ingeborg Marie Dehs Thomas « Fictionnal radio spaces« .

 

Le projet Light painting wifi explore quant à lui  la présence des réseaux wifi dans nos environnements. La vidéo réalisée pour ce projet explique très bien le concept.

 

Immaterials: Light painting WiFi from Timo on Vimeo.

 

 


[1] Chercheur et consultant à Lift Lab spécialisé en design d’interaction. Il réalise des études sur les usages et les pratiques pour nourrir la conception de produits numériques (jeu vidéo, téléphonie mobile, web, robotique et objets communicants) pour des clients tels que Nokia Design, SEB, Swisscom ou Orange. Il enseigne également à l’ENSCI (Paris), à la HEAD (Genève) et est enfin responsable éditorial de Lift, conférence internationale sur l’innovation et les usages des technologies. Il est l’auteur de “Les Médias Géolocalisés : les nouveaux paysages numériques” et « Les Flops technologiques- Comprendre les échecs pour innover » (FYP Editions).

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Pourquoi un « abécédaire » des AD ?

Les réseaux pair à pair n’existent pas sans imaginaire au sens propre : schémas, graphiques, photos, mises en situations, vidéo. Le portail de recherche centralisera une base de ressources visuelles sur les dimensions, techniques, sociales et culturelles des réseaux pair à pair. Il s’agit de récolter, d’analyser et d’exposer les différentes représentations graphiques qui permettront de constituer un abécédaire (à la manière d’un what’s what) de ces architectures et de leurs services dévoilant à la fois les techniques et les valeurs sous-jacentes ainsi que les usages pressentis par les auteurs de ces représentations.

L’objectif de ce dispositif expérimental est triple:

  • rendre compte de la complexité d’une technique qui peine à faire comprendre sa spécificité par rapport aux architectures réseaux centralisés ;
  • donner des outils de design et d’ingénierie des connaissances dans ce domaine technique, aider à constituer un référentiel utile pour le développement ultérieur de services s’appuyant sur ces technologies ;
  • l’interprétation de cette visualisation comme son utilisation ne sont pas données et sont à construire avec les acteurs. La mise en ligne permettra de les soumettre à la lecture et aux commentaires des acteurs intéressés.

Journée d’étude ISCC « Internet et Frontières »

Journée d’étude Internet et Frontières
Lundi 20 juin 2011, 9 h 30 – 18 h30
Institut des sciences de la communication du CNRS

Le rêve du « village global » et de la communication comme source de fraternité a traversé les siècles.
Or en dépit des promesses que cristallisent les réseaux sociaux numériques et le Web 2.0, le social et
ses tensions ne s’effacent nullement devant la communication virtuelle. Une forme d’endogamie
persiste dans la vie virtuelle comme réelle, les frontières étatiques et culturelles ne sont pas abolies.

Autour de la thématique Internet et Frontières, cette journée, organisée par le groupe Gouvernance et
usages de l’Internet de l’ISCC, a une vocation interdisciplinaire et invite à penser les frontières à
plusieurs échelles (du micro à macro), de l’individu à la société, permettant d’analyser les
infrastructures et les contenus en termes de ruptures et de continuité, de glissement, de déplacement
plus que de révolution, même si la radicalité du phénomène se doit aussi d’être interrogée.

La notion de « frontière » est polysémique et ouverte, mais renvoie à une interrogation déterminante :
Internet, quelles (r)évolutions ? La frontière peut être entendue selon plusieurs acceptions. Elle est une
interface, non seulement au sens informatique, entre réel et virtuel, entre hommes et machines, mais
aussi au sens géographique d’échange entre régions : si Internet rapproche, n’éloigne-t-il pas aussi en
mettant en visibilité l’altérité de manière forte ? La frontière peut être passerelle, espace de transfert,
outil de médiation pour le partage et la co-construction des savoirs, ou au contraire barrière,
linguistique et culturelle par exemple. La frontière est une zone de tensions et de négociations: se pose
alors la question d’acteurs aux logiques contradictoires, de la fracture numérique, de l’aspiration à une
gouvernance moins unilatérale d’Internet. La frontière comme limite territoriale, étatique, soulève la
question du droit, des logiques nationales, des risques de balkanisation d’Internet, des cyberconflits et
de la sécurité. Mais, ce sont aussi les frontières de l’identité ou encore celles de l’acceptabilité qui
peuvent être interrogées par celui qui étudie le déplacement des notions de  privacy ou d’extimité.

La matinée sera l’occasion d’éclairer la  Géopolitique de l’Internet, l’après-midi « les autres
frontières », celles de l’identité, de la connaissance, de la communication, qui questionnent la place
d’Internet comme interface et passerelle. Internet abolisseur ou/et créateur de frontières, Internet à la
rencontre des territoires matériels, virtuels et intellectuels : « le réseau des réseaux » produit-il et
révèle-t-il un autre partage du monde en cours ?

Pour assister à cette journée d’étude, vous pouvez vous inscrire auprès de
Valérie Schafer – valerie.schafer@iscc.cnrs.fr
Mélanie Dulong de Rosnay – melanie.dulong-de-rosnay@iscc.cnrs.fr

Site web : http://www.iscc.cnrs.fr

Programme

MATIN

Accueil à partir de 9h00

9h30 > 9h55

Ouverture de la journée
Communication et frontières
Dominique Wolton, Directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC)

Géopolitique de l’Internet

9h55 > 10h20

La société, Internet et ses frontières
J. Perriault, Professeur émérite en information & communication, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Conseiller, Institut des sciences de la communication du CNRS

10h20 > 11h20

Table ronde. Sécurité et cyberconflits

animée par Léonard Laborie, Chargé de recherche au CNRS, UMR 8138, Laboratoire IRICE

Le combat cyberélectronique : des débuts au commandement du cyber américain
Stéphane Dossé, Lieutenant-colonel de l’arme des Transmissions, Enseignement militaire supérieur
scientifique et technique (EMSST)

Les frontières des cyberconflits
François-Bernard Huyghe, chercheur à l’Iris

Les risques du Web
Michel Arnaud, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

11h20 > 11h40
Cartographie et souveraineté à l’ère du satellite et des réseaux numériques
Henri Desbois, Maître de conférence en géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense,
Laboratoire GECKO, « Équipe Réseaux, Savoirs & Territoires »

11h55 > 12h50  
Table ronde. Gouvernance et société civile

animée par Valérie Schafer, Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du
CNRS

L’internet : de la Déclaration d’indépendance du cyberespace à l’introuvable gouvernance
mondiale
Françoise Massit-Folléa, chercheur-consultant, FMSH, Paris

Les nouvelles frontières que dessinent les acteurs de la gouvernance de l’internet
Hervé Le Crosnier, Enseignant-chercheur, délégué auprès de l’ISCC

Ai Weiwei, artiste et cyberdissident chinois
Séverine Arsène, Docteur en science politique et ATER à l’Université Lille 3

12h50 > 13h10 
Perspectives et nouveaux enjeux internationaux de la régulation de l’Internet
Bernard Benhamou, Délégué aux usages de l’Internet

Pause déjeuner

APRES­MIDI

Internet, interface et passerelle

14h30 > 14h40 
Présentation de l’après-midi 
Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC)

14h40 > 15h00 
Entre l’écran et la chaise : les frontières de la communication homme-machine grand public
Benjamin Thierry, PRCE à l’Université Paris-Sorbonne, Doctorant au Centre de Recherche en
histoire de l’innovation

15h00 > 15h20 
Aux marges du réseau: le P2P et les services Internet
Francesca Musiani, Attachée de recherche et doctorante, CSI MINES ParisTech

15h20 > 16h20 
Table ronde. Internet et Médiation culturelle
animée par Fanny Georges, Postdoctorante à Télécom ParisTech

Jouer avec les frontières cognitives, technologiques et psychologiques
Dominique Stutzmann, Chargé de recherche au CNRS

Reconfigurations des médiations et des productions dans certaines pratiques créatives sur
Internet
Brigitte Chapelain, Maître de conférence en SIC à l’Université Paris 13, Laboratoire Communication
et Politique (LCP)

Médiation et organisation
Jean-Luc Bouillon, Maître de conférences en SIC à l’université de Versailles-Saint-Quentin

16h40 > 17h00 
Frontières et intermédiation des savoirs 
Morgan Meyer, Postdoctorant à Mines-ParisTech

17h00 > 18h00 
Table ronde. Partage des savoirs 
animée par Benoit Le Blanc, Maître de Conférences en Informatique à l’Institut Polytechnique de
Bordeaux, Chargé de mission à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS

Détecter les frontières dans le domaine biomédical et les dépasser 
Natalia Grabar, Chargée de recherche, STL CNRS UMR8163, Université Lille 3

Mise en évidence automatique de frontières dans les grandes masses de données du Web et des
bases d’informations : questions scientifiques et de société.
Alain Lelu, Enseignant-chercheur en sciences de l’information, délégué auprès de l’ISCC

Accès à la connaissance et agenda pour le développement : la propriété intellectuelle vue par les
pays du Sud et la société civile
Mélanie Dulong de Rosnay, Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du
CNRS

De l’amateur à l’expert, remise en cause des frontières de la connaissance sur le Web
collaboratif
Lionel Barbe, Maître de conférence à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

18h00 > 18h20 
Les frontières de l’identité numérique : le ménagement de l’interface
Alexandre Coutant, Maître de conférences à l’université de Franche-Comté, laboratoire LASELDI,
associé à l’ISCC  & Thomas Stenger, Maitre de Conférences à l’université de Poitiers, IAE, laboratoire CEREGE (EA
1722), chercheur associé à l’ISCC.

18h20 > 18h30 
Conclusion 
Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC)

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website