Quitter Facebook et rester connectés : l’aube des réseaux sociaux décentralisés

Cet article est également paru sur Silicon Maniacs. Merci à Mael Inizan pour son assistance. Image originale par Rishibando.

Lors de la conférence de développeurs Facebook (f8) du 22 septembre dernier, le PDG de la firme, Mark Zuckerberg, présente la nouvelle version du populaire réseau social : il déclare que les nouvelles fonctionnalités de Facebook permettront dorénavant un partage « sans frictions » (frictionless sharing). Cette annonce est suivie par le dévoilement d’un reformatage radical des profils des utilisateurs, ainsi que d’un historique (timeline) qui liste en ordre chronologique toutes les informations que les utilisateurs ont partagées dans le passé au moyen du site. Zuckerberg note également que les applications tierces ayant accès au service pourraient dans le futur (avec l’accord des utilisateurs) partager automatiquement toute action entreprise par l’usager, que ce soit l’écoute d’une chanson ou le visionnage d’une vidéo.

Blogueurs et commentateurs des technologies sociales notent promptement les « inévitables frictions du frictionless sharing », et remarquent comment la conception de partage « excessivement facile » préconisée par le nouveau Facebook ne tient pas compte des motivations qui amènent les individus à sélectionner les informations qu’ils veulent – ou ne veulent pas – partager. Le nouveau Facebook soulève également des questions de protection et de confidentialité des données personnelles de l’utilisateur, ainsi que du contrôle exercé par celui-ci sur les opérations de partage et d’échange au moyen des outils sociaux. Comme plusieurs fois dans le passé, la question se pose : comment les utilisateurs pourraient-ils quitter Facebook et rester connectés ? Récemment, plusieurs projets de recherche et applications commerciales ont tenté de répondre à cette question en offrant des solutions alternatives, permettant de contourner au moins certains des risques posés par l’inconstante politique de confidentialité du « géant » Facebook.

Qu’est-ce qu’un réseau social décentralisé ?

Ce qui est souvent reproché aux services tels que Facebook, Google+ ou YouTube est la façon dont leurs conditions d’utilisation leur permettent de devenir indéfiniment propriétaires de tout ce qui est écrit ou téléchargé par les usagers sur et au moyen du service. Et ceci, sans s’exprimer clairement sur la manière dont ces données sont exploitées – donnant souvent à des applications externes la permission d’y accéder, et suivant parfois une stratégie commerciale « interne ».

Le contrôle de ces services sur les données personnelles des utilisateurs est facilité par le modèle technique sur lequel ils se basent, de type dit client/serveur. Avec des services tels que Google+ ou Facebook, chaque fois qu’un usager exécute une recherche ou met un album photo en ligne pour le montrer à ses amis, ces données sont envoyées aux serveurs de la firme, et téléchargées avant de rejoindre leur destinataire prévu, contribuant à façonner un Internet « concentré » autour de puissants centres de données appartenant aux fournisseurs de services.

En revanche, le principe à la base des réseaux sociaux décentralisés (ou acentrés) est de laisser l’utilisateur du service maître de ses données, en lui donnant la possibilité d’héberger lui-même, sur son propre ordinateur, son profil, la liste de ses amis, les contenus numériques qu’il désire partager (textes, photos, vidéos). Soit les données ne quittent jamais la machine de l’utilisateur, soit elles le font en mode crypté, lors d’échanges directs, d’ordinateur à ordinateur, avec d’autres utilisateurs autorisés. Le modèle technique sous-jacent à ces applications répond à une logique de pair-à-pair (peer-to-peer, P2P) ; en éliminant les intermédiaires dans les activités de partage et de réseautage en ligne, des liens directs sont établis entre les utilisateurs, en reflétant au niveau de l’architecture technique le principe d’échange direct qui, dans un réseau social, motive les utilisateurs à partager.

Les débuts décentralisés d’internet

La mobilisation d’un modèle de réseau décentralisé – qui élimine la dualité entre le fournisseur de service et l’utilisateur, typique du modèle serveur/client, en la remplaçant par une situation où chaque client est aussi un serveur – loin d’être une nouveauté absolue, peut être considérée comme un retour aux origines de l’Internet. Depuis les débuts du « réseau des réseaux », en effet, le principe de décentralisation a été à la base des transmissions et communications qui y circulent. Pourtant, l’introduction du Web en 1990 a progressivement conduit à une large diffusion des modèles basés sur une architecture client-serveur ; les services Internet les plus répandus et les plus diffusés (réseaux sociaux, outils de messagerie instantanés, services de stockage de données numériques…) sont conçus à partir de modèles économiques et techniques dans lesquels l’utilisateur final demande une information, une donnée ou un service à de puissants centres de serveurs, qui stockent l’information et gèrent le trafic sur le réseau. Ainsi, même si sur internet le trafic fonctionne sur le principe de la distribution généralisée, il est aujourd’hui concentré autour de serveurs qui délivrent l’accès au contenu. Cependant, la décentralisation – la conception du réseau de manière à ce que les communications et les échanges aient lieu entre des nœuds jouant un rôle symétrique dans le système – demeure une des alternatives possibles, et peut-être celle qui est le plus à même d’assurer la durabilité du réseau internet.

Diaspora* et ses frères

Si la décentralisation des réseaux sociaux a pour la première fois trouvé un écho dans les médias avec l’histoire de Diaspora* – réseau où des ordinateurs totalement indépendants dits « graines » sont amenés à se connecter directement entre eux tout en abritant leur propre profil – nombre de projets relèvent actuellement le défi de créer le réseau social décentralisé qui puisse s’ériger à compétiteur crédible et fiable de Facebook. NoseRub est un protocole de réseau social décentralisé permettant aux utilisateurs du réseau de garder les informations de leur profil sur leurs propres terminaux, et à leurs terminaux d’interagir et de se synchroniser automatiquement. Le projet Appleseed, parti de la volonté de considérer l’utilisateur comme un «citoyen du net plutôt qu’un consommateur à cibler», est de nouveau sur les rails après des difficultés financières, et vise à construire un modèle de réseau distribué sur lequel le profil d’un site Appleseed soit capable de se lier avec un profil sur un autre site Appleseed, permettant une interaction directe entre les deux. En France, le projet Turbulences propose une solution technologique open-source, utilisable par une variété d’acteurs institutionnels et du secteur privé afin d’assembler et de lancer leur service de réseau social, intégré aux services en ligne existants au travers de protocoles et de standards libres.

Une véritable alternative?

L’« alternative » proposée par ces projets de réseaux sociaux décentralisés prendra-t-elle suffisamment pied pour constituer un véritable défi pour le « géant » Facebook, le forçant à reconsidérer ses politiques de confidentialité souvent controversées et sa conception un peu inquiétante de « partage sans friction » ? Le point d’interrogation principal concerne sans doute la réceptivité des utilisateurs à la possibilité de migrer non seulement vers une autre plate-forme, mais aussi vers une application dont la prise en main et les bénéfices d’utilisation sont peut-être moins immédiats, comportant la gestion en autonomie de son propre « petit serveur ». Les critiques dont Facebook fait l’objet rendent pourtant la question légitime et intéressante, bien que sa réponse ne soit pas encore claire: après tout, en travaillant à faire coïncider les liens sociaux avec les liens de réseau, les différents projets qui expérimentent avec la décentralisation appliquée aux réseaux sociaux représentent peut-être la première réelle tentative d’optimisation, à la fois sociale et technique, des outils de réseautage social.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Rapport de l’ENISA sur la résilience de l’écosystème d’interconnexion de l’Internet: un compte-rendu

L’Internet est, par définition même, un réseau de réseaux interconnectés: la résilience du système d’interconnexion est fondamental pour la résilience de l’Internet. Un rapport publié en avril 2011 par l’ENISA (Agence européenne pour la sécurité des réseaux et de l’information), « Resilience of the Internet Interconnection Ecosystem« , écrit par Chris Hall, avec l’aide de Ross Anderson et Richard Clayton à l’Université de Cambridge et Trimintzios Panagiotis et Evangelos Ouzounis à l’ENISA, analyse cet enjeu fondamental pour la durabilité de l’écosystème Internet. Voici une synthèse de leurs propos.

L’inter-connectivité de l’Internet est un écosystème complexe, avec de nombreuses couches interdépendantes. Son fonctionnement est gouverné par l’intérêt collectif des réseaux de l’Internet, mais il n’existe pas d’organisme central d’exploitation du réseau, capable d’entrer en action lorsque des complications surviennent. L’organisation ouverte et décentralisée qui est l’essence même de l’écosystème est essentielle pour le succès et la résilience de l’Internet. Pourtant, un certain nombre de préoccupations se posent.

Tout d’abord, l’Internet est vulnérable à différents types de défaillances techniques, où des systèmes sont perturbés dans de nombreux endroits simultanément; le service peut être considérablement perturbé par les échecs d’autres services publics, notamment le réseau fournisseur d’électricité; et en raison de sa nature ouverte, l’Internet est soumis à des risques d’attaques à intention perturbatrice (disruptive).

Deuxièmement, des préoccupations concernant la durabilité des modèles d’affaires actuels s’imposent. L’Internet, en tant que service, est bon marché, et ses coûts baissent rapidement, parce que les coûts de prestation de services sont pour la plupart fixes; les coûts marginaux sont faibles, donc la concurrence amène les prix à être toujours plus bas. Certains des plus grands opérateurs soutiennent qu’is sont en train de perdre des sommes considérables, et qu’il n’est pas clair de savoir comment les investissements futurs seront financés. La consolidation pourrait réduire la vingtaine de fournisseurs actuellement présents sur le marché à une poignée. Dès lors, l’introduction d’un système de régulation « lourde » pourrait être nécessaire pour empêcher un système de prix qui dérive d’un monopole.

Troisièmement, la plupart des choses que les fournisseurs de services peuvent faire pour rendre l’Internet plus résistant ne bénéficieraient pas ces fournisseurs en premier , mais à d’autres prestataires de service, conduisant à une possible « tragédie des communs ». De même, les mécanismes de sécurité qui permettraient de réduire la probabilité et l’impact des attaques, des erreurs et des accidents ne sont souvent pas appliquées, parce que personne n’a trouvé le moyen de les implémenter qui donne un avantage suffisant et suffisamment local.

Quatrièmement, on possède peu d’informations fiables sur la taille et la forme de l’infrastructure Internet ou son fonctionnement quotidien. Cela entrave toute tentative d’évaluer sa capacité de résistance en général et de l’analyse de l’impact réel des incidents, en particulier. L’opacité empêche également la recherche et le développement de protocoles systèmes et pratiques améliorés, en rendant difficile de savoir quels sont les enjeux et encore plus difficile de tester les solutions proposées.

Il pourrait donc y avoir des troubles importants à relever ce qui pourrait se présenter comme une menace réelle pour le bien-être économique et social, et cela pourrait faire pression pour que les régulateurs agissent. Pourtant, même si l’origine de l’Internet a été financée par les recherches de la DARPA, l’histoire plus récente de l’interaction du gouvernement avec l’Internet a été problématique. On a assisté aux maladroites tentatives, de la part de plusieurs gouvernements, d’imposer la censure ou la surveillance, tandis que d’autres ont défendu les monopoles de télécommunications locaux ou ont financé d’autres industries ayant été perturbées par l’Internet. En conséquence, les fournisseurs d’accès à Internet, dont la bonne volonté est essentielle pour une régulation efficace, n’ont que très peu de confiance en l’efficacité de l’action étatique.

Toute les décideurs politiques devraient donc procéder avec prudence. A ce stade, il existe quatre types d’activités qui peuvent être utiles au niveau européen.

La première est une meilleure compréhension des échecs, afin que tous puissent en tirer des leçons. Cela signifie d’entreprendre une enquête cohérente et approfondie des pannes majeures, et la publication des résultats. cela implique aussi de mieux comprendre la nature de la réussite, en soutenant les systèmes de mesure à long terme de la performance du réseau, et la recherche concernant cette performance.

La seconde consiste à financer la recherche dans des sujets clés tels que l’interopérabilité et l’inter-domain routing – en mettant l’accent non seulement sur la conception de mécanismes de sécurité, mais aussi sur l’ingénierie du trafic, la redirection et la prioritisation du trafic, surtout pendant une crise, et en développant une compréhension des façons dont des solutions peuvent être déployées dans le monde réel.

Le troisième est de promouvoir les bonnes pratiques. La diversité dans la prestation de services peut être encouragée par des termes explicites dans les contrats du secteur public, et par des pratiques d’audit qui attirent l’attention sur combien on soit actuellement en train de nous baser sur des systèmes qui manquent de diversité. La promotion de tests indépendants d’équipements et de protocoles pourrait également être envisagée.

Le quatrième est l’engagement public. Une plus grande transparence peut aider les utilisateurs d’Internet à devenir des clients plus exigeants, créant des incitations pour l’amélioration, et le public devrait être engagé dans des discussions sur le potentiel des questions controversées comme la hiérarchisation du trafic en cas d’urgence. Enfin, les partenariats public-privé (Public-Private Partnerships, PPP) des différentes parties prenantes, opérateurs, fournisseurs, institutions, sont importants pour une auto-régulation efficace. Si une régulation plus formelle devait s’avérer nécessaire dans le futur – concluent les auteurs du rapport – des décideurs politiques plus informés, qui seraient déjà entrés en rapport avec les industries, pourraient arriver à des meilleures décisions.

Le rapport de l’ENISA est disponible ici.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Liste de projets en AD

  • Alliance P2P, réseau P2P privé
  • Appleseed, projet de réseau social open source et décentralisé
  • Bitcoin, monnaie électronique en P2P
  • Buddy Backup, stockage distribué en ligne
  • Choke Point Project, projet de recherche, infrastructure P2P
  • Diaspora*, projet de réseau social décentralisé
  • Distributed Computing Technologies, projet de calcul distribué « volontaire »
  • eMule, application de partage de fichiers décentralisée, de type Distributed Hash Table
  • Faroo, moteur de recherche décentralisé
  • Folding@Home, projet de calcul réparti pour l’étude et la simulation du repliement et l’agrégation des protéines
  • GigaTribe, réseau P2P privé pour partage de fichiers
  • Gossple, projet universitaire de moteur de recherche collaboratif
  • Joost, service de télévision Internet ayant utilisé une technologie P2PTV en 2007 et 2008.
  • MIT Project Oxygen, projet de calcul pervasif et human-centered
  • Mobiluck, application mobile, messagerie instantanée sur mobile
  • Napster, le pionnier des applications de file sharing en P2P, fonction de recherche centralisée/téléchargement direct entre les pairs (aujourd’hui, un « magasin de musique virtuel » à la iTunes)
  • NoseRub, protocole de réseau social décentralisé
  • Pando plateforme P2P hybride de distribution de contenus
  • Pheon, échanges video en streaming (protocole BitTorrent)
  • Plug, projet de recherche, jeu de rôle en réalité augmenté
  • P2P-Next, projet européen de développement d’un standard pour la distribution de canaux télévisés via Internet
  • Safari, projet de recherche, services dynamiques sur un réseau IPv6 hybride
  • Seventeen or Bust, une « attaque distribuée » à un problème mathématique célèbre
  • SETI@Home, projet de calcul réparti pour la recherche d’intelligence extra-terrestre
  • Swarmplayer: échanges video en streaming
  • Tiolive Grid, entreprise pour PME, calcul partagé
  • TOR réseau d’utilisateurs anonymisés
  • Transhumance, projet de recherche, services de partage collaboratif sur réseaux mobiles spontanés sans infrastructure fixe
  • Tribler, communauté de partage de fichiers en P2P avec une fonction de streaming vidéo
  • Turbulences, projet de recherche, réseaux sociaux interopérables
  • YaCy, moteur de recherche décentralisé
  • Waste, réseau P2P privé
  • Wiki Search, moteur de recherche distribué, arrêté
  • Wuala par LaCie, application pour stockage distribué de fichiers ou de « cloud » P2P

« Dead Drops », la ville devient peer-to-peer

Avec des projets tels que FON, l’intégration d’un Internet pervasif, collaboratif et gratuit au quotidien de nos villes a pris de l’aile. Le dernier projet de l’artiste berlinois Aram Bartholl pourrait bien être le prochain pas vers une ville peer-to-peer.

« Dead Drops » est une installation de supports de stockage intégrés dans la ville. Commençant en Octobre 2010 avec l’installation de cinq clés USB à New York, Bartholl a par la suite lancé un appel à participation afin de cimenter toujours plus des clefs USB dans les murs des villes du monde entier, pour permettre la diffusion, l’échange et la rélocalisation de données de façon anonyme et déconnectée.

« Un-cloud your files in cement! », invite Bartholl sur le site du projet, qui est ainsi présenté: « ‘Dead Drops’ is an anonymous, offline, peer to peer file-sharing network in public space. USB flash drives are embedded into walls, buildings and curbs accessable to anybody in public space. Everyone is invited to drop or find files on a dead drop. Plug your laptop to a wall, house or pole to share your favorite files and data. Each dead drop is installed empty except a readme.txt file explaining the project. ‘Dead Drops’ is open to participation. If you want to install a dead drop in your city/neighborhood follow the ‘how to’ instructions and submit the location and pictures. »

Le site inclut également un Manifesto qui invite à repenser notre conception de domaine public:

« Dead Drops is an anonymous, offline, peer to peer file-sharing network in public space. Anyone can access a Dead Drop and everyone may install a Dead Drop in their neighborhood/city. A Dead Drop must be public accessible. A Dead Drop inside closed buildings or private places with limited or temporary access is not a Dead Drop. A real Dead Drop mounts as  read and writeable mass storage drive without any custom software. Dead Drops don’t need to be synced or connected to each other. Each Dead Drop is singular in its existence. A very beautiful Dead Drop shows only the metal sheath enclosed type-A USB plug and is cemented into walls.You would hardly notice it. Dead Drops don’t need any cables or wireless technology. Your knees on the ground or a dirty jacket on the wall is what it takes share files offline. A Dead Drop is a naked piece of passively powered Universal Serial Bus technology embedded into the city, the only true public space. In an era of growing clouds and fancy new devices without access to local files we need to rethink the freedom and distribution of data. The Dead Drops movement is on its way for change! Free your data to the public domain in cement! Make your own Dead Drop now! Un-cloud your files today!!! »

Ainsi qu’une liste et cartographie des Dead Drops installées jusqu’ici. Où sera la prochaine?

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website