TOR: le détournement d’une technologie détournée

Tor est un réseau distribué conçu pour faciliter la communication anonyme. Il a été développé par la Marine des États-Unis pour que le gouvernement américain puisse communiquer des données en toute sécurité sur Internet. L’outil a ensuite été abandonné et mis à disposition du public sous licence open source. Alors qu’il avait été initialement adopté pour protéger les données personnelles des utilisateurs contre l’ingérence des gouvernements, le réseau Tor est aujourd’hui une technologie utilisée par certains gouvernements pour surveiller les utilisateurs sur Internet.

Communiquer sur Internet comporte des enjeux de différentes natures. Tout d’abord, Internet étant une architecture distribuée, la trajectoire des paquets ne peut pas être déterminée a priori – quel que soit le protocole utilisé. Il est donc impossible de s’assurer qu’un message envoyé par Internet ne sera pas intercepté  – ou pire modifié – par un tiers. Ensuite, tout message envoyé sur Internet comporte un transfert de paquets sur plusieurs serveurs qui sont au courant soit de la provenance, soit de la destination de ces paquets. Ces adresses (provenance et destination) sont sauvegardées sur les serveurs et peuvent être ensuite récupérées pour identifier l’identité des personnes ayant envoyé ou reçu ces paquets. Enfin, étant donné que le transfert de paquets sur Internet ne peut se faire que par l’intermédiaire des fournisseurs d’accès à Internet, ces derniers ont la possibilité de contrôler, et pourquoi pas de filtrer, tout ce qui passe sur leurs réseaux. Il n’y a donc aucune garantie qu’un message arrive effectivement à destination sans avoir été préalablement censuré.

Ces risques en matière de sécurité et de confidentialité des communications sur Internet ont amené plusieurs organisations, et notamment la Marine des États-Unis, à développer un logiciel dont l’objectif était d’assurer la sécurité des communications et l’anonymat des participants. Le réseau Tor a ainsi été conçu comme un outil destiné à protéger les communications du gouvernement américain contre toute interception ou détournement.

Si les gouvernements se soucient de protéger leurs propres communications, ils ne se soucient guère de garantir la même protection aux citoyens qui communiquent sur Internet. Bien au contraire : depuis que l’Internet s’est transformé en moyen de communication de masse, les gouvernements de tous les pays essaient de contrôler et de réglementer les communications sur Internet, sous le prétexte de protéger les utilisateurs et d’assurer l’ordre public aussi bien dans le monde physique que dans le monde numérique.

Le premier détournement

Le droit à la vie privée et la liberté d’expression sont aujourd’hui de plus en plus en danger sur Internet. Face aux nombreuses atteintes à la vie privée instaurées par des lois visant à limiter l’échange des contenus protégés par le droit d’auteur, ainsi que les différentes limitations imposées sur la diffusion de contenus illégaux (les œuvres protégées par le droit d’auteur, ou des contenus relevant de la pornographie, de la pédophilie, etc) ou diffamatoires, les utilisateurs doivent apprendre à protéger leur droits par leur propres moyens.

Alors qu’il avait été abandonné par le gouvernement des États-Unis, le développement de Tor a été repris par l’Electronic Frontier Foundation (EFF) dans le but de produire un instrument qui garantisse l’anonymat des utilisateurs. Tor a ainsi été détourné par la société civile qui a transformé un outil conçu pour aider le gouvernement à communiquer des informations à l’insu des yeux indiscrets, en un outil conçu pour la protection de la vie privée des utilisateurs et pour la défense de la liberté d’expression contre les interférences des gouvernements.

Aujourd’hui, Tor est un logiciel destiné à garantir l’anonymat des communications en ligne. Basé sur un réseau de volontaires du monde entier, Tor introduit une nouvelle couche de communication cryptographiée sur le réseau de façon à camoufler non seulement les contenus, mais aussi l’origine et la destination des communications. En ce qui concerne la vie privée, cela permet d’empêcher la surveillance des réseaux et l’analyse du trafic Internet par les fournisseurs d’accès, tout en permettant aux utilisateurs de communiquer des informations de manière anonyme. En matière de liberté d’expression, Tor est un outil qui peut également être utilisé pour contourner la censure, étant donné qu’il permet aux utilisateurs d’accéder à des serveurs bloqués par des firewalls nationaux ou institutionnels, et de communiquer des informations au public de manière anonyme, sans risque de se faire appréhender.

Le fonctionnement du réseau Tor

En règle générale, la cryptographie à elle seule ne suffit pas à garantir l’anonymat des utilisateurs, car il est toujours possible d’identifier la source et la destination des paquets circulant sur Internet. Basé sur le mécanisme de routage en oignon (onion routing), le réseau Tor a donc été construit pour empêcher quiconque de connaître à la fois l’origine et la destination des paquets.

Le principe du routage en oignon est un mécanisme par lequel les données sont encryptées à plusieurs reprises avec des clés de cryptages différentes, pour être ensuite envoyées à plusieurs nœuds dans le réseau. Les données sont donc protégées par plusieurs couches de cryptographie, qui seront progressivement retirées par chaque nœud, jusqu’à ce qu’elles arrivent à leur destination finale où elles seront à nouveau lisibles.

Afin d’assurer une communication anonyme, les données transférées sur le réseau Tor doivent passer au minimum par trois routeurs différents. L’origine des communications n’est connue que des routeurs d’entrée et la destination des communications n’est connue que des routeurs de sortie. Les autres nœuds du réseau sont des routeurs intermédiaires qui ne connaissent ni la provenance ni la destination des paquets qu’ils transfèrent.

Les routeurs d’entrée sont les nœuds auxquels l’utilisateur se connecte pour accéder au réseau Tor. Étant donné que l’adresse IP des utilisateurs est par nécessité visible, cela constitue un point faible et les utilisateurs doivent vérifier qu’ils ne se connectent pas à un nœud doté de mauvaises intentions. Tor a donc introduit une série d’annuaires officiels afin de fournir aux utilisateurs une liste de nœuds Tor certifiés auxquels l’utilisateur peut faire confiance. Dès lors qu’un utilisateur désire communiquer ou recevoir des informations de manière anonyme, le logiciel Tor construit ainsi un chemin aléatoire composé de trois nœuds différents qui s’occuperont de transférer les paquets de leur adresse d’origine jusqu’à leur destination finale – qui elle ne sera connue que par les routeurs de sortie.

Les abus du réseau Tor

L’anonymat garanti par le réseau Tor est cependant une arme à double tranchant. Puisque le trafic ne peut être tracé que jusqu’à l’adresse IP des routeurs de sortie, les utilisateurs peuvent théoriquement abuser du réseau pour accéder à des contenus de façon illicite ; par exemple pour obtenir gratuitement des œuvres protégées par le droit d’auteur, pour consulter des contenus illicites (e.g. à caractère pornographique ou pédophile), ainsi que pour publier des contenus diffamatoires ou s’impliquer dans des activités illégales telles que des opérations criminelles ou la diffusion de courriels non sollicités (spamming).

Les autorités publiques américaines cherchent donc à réglementer l’utilisation de cette technologie afin d’en limiter les abus. D’une part, il a été soutenu que chaque nœud de sortie devrait être tenu responsable pour le trafic qu’il transfère. Cette approche est susceptible de compromettre la viabilité du réseau car cela réduirait considérablement le nombre de routeurs de sortie disponibles, multipliant ainsi la congestion du réseau. De nombreuses takedown notices ont déjà été envoyés à plusieurs institutions, en s’appuyant sur les dispositions du DMCA (Digital Millennium Copyright Act) leur demandant de fermer leurs routeurs de sortie et d’empêcher les utilisateurs d’en ouvrir de nouveaux. Bien que l’EFF insiste sur le fait que les routeurs Tor relèvent des « havres de paix » (Safe Harbour) du DMCA en tant que simple routeur (mere transit), une réponse juridique définitive n’a pas encore été fournie. Si la loi n’aborde pas explicitement la question concernant la responsabilité juridique des routeurs de sortie, le réseau Tor risque de perdre en fonctionnalité suite aux effets secondaires (chilling effects) générés.

Le problème est de savoir s’il faut interdire l’anonymat au sein du réseau, en dépit des recours légitimes à cet anonymat, ou si la technologie doit être au contraire défendue, en dépit du fait que l’anonymat permet aux utilisateurs d’effectuer des opérations illégales (ou plutôt leur facilite la tâche). La question n’a toujours pas été correctement tranchée d’un point de vue législatif ou jurisprudentiel et la légalité du réseau Tor demeure jusqu’à présent incertaine.

Le deuxième détournement

Plutôt que de légiférer sur la légalité du réseau, la solution adoptée par certains gouvernements a été d’utiliser Tor, non plus dans le but de garantir l’anonymat des communications, mais, au contraire, dans le but de retourner la technologie à leur propre avantage en exploitant les failles de sécurité caractéristiques du routage en oignon. Plutôt que de combattre cette nouvelle technologie, l’idée la plus surprenante, bien que peu orthodoxe de ces gouvernements, a été d’utiliser le réseau contre lui-même afin de contrôler le trafic et de surveiller les communications des utilisateurs.

En effet, bien que le réseau Tor soit destiné à garantir l’anonymat des utilisateurs, il rencontre quelques problèmes de sécurité liés à la manière dont il a été conçu. Puisque Tor ne contrôle que ce qu’il se passe à l’intérieur du réseau, il ne peut pas protéger les utilisateurs contre le contrôle et le monitorage du trafic en entrée ou en sortie du réseau. Notamment, le trafic en sortie ne peut pas être encrypté car il ne serait alors pas compris par le serveur de destination. Ainsi, lorsque le réseau est utilisé avec des protocoles non sécurisés (tels que POP, IMAP, FTP, Telnet, etc), les routeurs de sortie peuvent analyser le trafic des utilisateurs pour identifier des informations sensibles tels que leur identifiant et leur mot de passe non cryptés. Bien que cela ne révèle pas nécessairement l’identité des utilisateurs, ces derniers doivent toutefois avoir connaissance des risques et prendre leurs précautions lorsqu’ils se connectent au réseau. Le danger est d’autant plus grand que l’utilisation d’une application tierce non sécurisée, quelle qu’elle soit, par un utilisateur du réseau Tor, peut permettre d’identifier l’adresse IP de cet utilisateur et d’associer ensuite cette même adresse IP à toutes les communications provenant de cet utilisateur (the bad apple attack).

Les routeurs de sortie peuvent également modifier le contenu des paquets qui voyagent à travers eux, afin par exemple de filtrer ou de censurer certains types d’informations, ou, pire encore, d’effectuer des attaques de type « Man In The Middle » (ou MITMune attaque qui a pour objectif d’intercepter les communications entre deux parties sans qu’aucune d’entre elle ne puisse s’en douter) dans le but d’usurper l’identité du serveur de destination.

Cette technique a été utilisée par certains contributeurs de Wikileaks, qui opéraient sur plusieurs routeurs de sortie au sein du réseau Tor dans l’espoir d’obtenir des informations confidentielles (voir Appelbaum’s lostinthenoise.net network). Julian Assange a lui-même avoué que de nombreux documents sur Wikileaks ont été obtenus en analysant le trafic de plusieurs réseaux pair-à-pair, Tor étant probablement le plus intéressant.

Mais cela ne se limite pas aux individus. Les gouvernements des États-Unis, de Chine et de Russie sont connus pour opérer sur le réseau Tor avec de nombreux nœuds de sortie, dont le nombre n’a cessé d’augmenter depuis 2007.

Bien que l’analyse du trafic sur les routeurs de sortie soit ordinairement réalisée à l’insu des utilisateurs, une telle opération a été récemment divulguée par plusieurs revues, telles Forbes et Wired. C’est le cas du projet Vigilant, un groupe de surveillance qui, paraît-il, analyse le trafic de plusieurs fournisseurs d’accès Internet aux États-Unis pour identifier les opérations (terroristes ou autres) qui pourraient nuire à la sécurité nationale.

D’après le récit de Forbes, « One of Project Vigilant’s manifold methods for gathering intelligence includes collecting information from a dozen regional U.S. Internet service providers (ISPs). Because the ISPs included a provision allowing them to share users’ Internet activities with third parties in their end user license agreements, Vigilant was able to legally gather data from those Internet carriers and use it to craft reports for federal agencies. A Vigilant press release says that the organization tracks more than 250 million IP addresses a day and can “develop portfolios on any name, screen name or IP address. »

Le projet Vigilant regroupe une communauté d’analystes bénévoles dont la mission est celle de recueillir et d’analyser un maximum de données sur le réseau Tor, afin de remettre ces informations au gouvernement fédéral. Si ce rapport a été réfuté comme largement exagéré, l’existence du projet Vigilant est, elle, bel et bien documentée : « Project Vigilant is funded by BBHC Global, an information security firm based in the Midwest, and private donations.  According to BBHC manager, Steven Ruhe, “In the fight against terror, the U.S needs all the help it can get, even if that assistance comes from unpaid volunteers. For the past 14 years, a significant volunteer group of U.S. citizens has been operating in near total secrecy to monitor and report illegal or potentially harmful activity on the Web. »

Il est difficile d’imaginer que, si Tor est en effet utilisé pour communiquer de façon anonyme et contourner les firewalls ou censures imposées par les gouvernements, ces derniers ne s’emploient pas à exploiter le réseau pour analyser le trafic et identifier les utilisateurs mal intentionnés.

Évidemment, ce risque n’existe que pour les utilisateurs qui ne prennent pas les précautions nécessaires pour protéger leurs communications. Il suffit en effet d’utiliser un protocole sécurisé lors du transfert des données pour s’assurer que personne ne peut contrôler les paquets et découvrir l’identité des utilisateurs communiquant sur le réseau Tor. C’est pour cela que ce risque ne concerne vraisemblablement que les personnes qui n’ont effectivement rien à cacher et qui n’ont donc aucun intérêt à communiquer de façon anonyme et à l’insu des gouvernements. Quoi qu’il en soit, en donnant l’impression qu’il est possible de communiquer en toute sécurité sans aucun effort, le réseau Tor est un outil qui peut potentiellement être détourné par les gouvernements afin de superviser les communications d’un grand nombre d’utilisateurs.

Le peer-to-peer, clé de voûte pour les économies futures ?

Compte-rendu du séminaire W2S par Michel Bauwens à la Cantine, 16 décembre 2011

 

« Ce ne sera pas une conférence sur comment devenir riche avec des startup, » souriait Michel Bauwens au début du séminaire W2S à la Cantine de vendredi 16 décembre. Les deux heures et demi de présentation et de discussion qui ont suivi, ayant pour thème « From Collaborative Prosumer Capitalism to a Commons-based P2P Economy », ont pourtant mis en avant la possibilité d’un véritable modèle économique alternatif basé sur le peer-to-peer (P2P), qui, loin d’être une utopie pour un futur lointain, s’infiltre toujours plus dans nos pratiques quotidiennes et pourrait constituer la clé de la durabilité à moyen et long terme de nos économies et de nos sociétés.

 

Les évolutions de la coopération

Comme M. Bauwens l’a souligné en ouverture de sa présentation, en présentant à l’audience le site du projet de science agraire communautaire nutrientdenseproject.com, le P2P est loin d’être exclusivement ancré dans l’immatériel et le virtuel. Au contraire, il serait à traiter comme un paradigme de partage immédiat, en réseau, de connaissances et d’information. A ce jour, on compte des milliers d’exemples de plateformes P2P, basées sur l’échange de connaissances, de code et de design. Ces plateformes, qui pour la plupart viennent de voir le jour ou sont en train de naître, posent des problèmes autant qu’ils peuvent en résoudre. Pourtant, d’après M. Bauwens, elles forment une sorte de préfiguration sociale du monde à venir. Est-on en train de vivre la troisième révolution de la productivité humaine? La dernière évolution du modèle coopératif repose-t-elle désormais non pas sur la mise en place de systèmes de motivation, mais sur la suppression des obstacles au partage et au commun ?

Si dans le monde pré-moderne la qualité de la coopération était basse (modèle féodal/impérial, relation de pouvoir, confrontation), et dans le monde moderne, moyenne (modèle industriel, de marché, basé sur les échanges monétaire, résultat neutre), Michel Bauwens fait l’hypothèse qu’on entre maintenant dans une « ère P2P » dotée d’une haute qualité de coopération, basée sur la synergie et le « wisdom game ». Les personnes contribuent désormais à des projets communs qui dépassent le simple échange direct, sur la base d’une motivation intrinsèque (tel est le cas de Wikipédia). Dans plusieurs de ces projets, le code reste dans le commun et il y a de la production de commun même dans le cas d’une co-existence avec une logique marchande plus traditionnelle. La division du travail au sens classique évolue vers une distribution des tâches ; on effectue ainsi le déplacement d’une vision panoptique à une vision oloptique – tous peuvent voir les changement apportés par les différents pairs.

Si plusieurs exemples dans l’histoire témoignent de comment, au fur et à mesure que la société se complexifie, des grandes entités finissent par « prendre le dessus » et entrainer des involutions du système, la promesse des projets P2P réside d’après M. Bauwens dans le « global scaling of small group dynamics » : les projets P2P fonctionnent bien en petits groupes, mais « ce qu’on aime » dans ces petits groupes, comme les dynamiques d’égalitarisme, se prête maintenant bien à être mis à l’échelle.

Le P2P peut être conçu comme un système où l’intérêt individuel se marie à l’intérêt collectif – non pas par altruisme, mais par design social. Quelle que ce soit la motivation à la base des actes des individus, un « système d’exploitation universel » (universal operating system) se crée en même temps avec un système social.

 

Pour un dépassement du « capitalisme netarchique »

Partout où la production entre pairs émerge, elle tend à déplacer les modèles d’entreprise basés sur le profit et la propriété intellectuelle. Aujourd’hui, la classe du « capitalisme netarchique » commence à investir dans le P2P parce que « ça marche mieux », remédie à certaines fragilités du système. D’après M. Bauwens, le système classique, basé sur la propriété intellectuelle, ne peut pas perdurer dans le temps : il s’agit du modèle de « capitalisme cognitif » préconisé par Microsoft et l’industrie pharmaceutique, par exemple, où le code source reste fermé et le client paie pour le service ou le produit. Cependant, trois autres modèles sont possibles. Soit les entreprises gardent la propriété intellectuelle, mais ne font pas payer leur produit ou le distribuent gratuitement ; soit elles adoptent une stratégie open source, où les programmeurs sont payé mais le code reste libre ;  soit, enfin, un modèle démonétisé (ce qui n’implique pas pour autant qu’une économie n’existe pas autour) peut être proposé. Ces trois modèles « contre-concurrencent » le modèle classique, sans que leur succès ou leur échec réponde à une loi d’airain : le cas Apple en est, à ce jour, la meilleure preuve.

On assiste dans le scénario actuel à une horizontalisation des institutions verticales, qui donne lieu à une variété de modèles hybrides. Ceux-ci se distinguent pourtant, dans leur ensemble, par l’émergence de trois institutions. En premier lieu, les contributeurs : la valeur n’est pas directement liée à la privatisation, l’innovation se fait dans le commun, le design est également mis en commun et c’est là que la valeur est créée. En deuxième lieu, les « for benefit associations » : il ne s’agit pas là d’ONG classiques, car la notion de rareté est introduite dans le modèle. Ces associations ne dirigent pas la production mais sont en charge de l’infrastructure collective et permettent à la coopération de continuer à exister. C’est le cas d’entités comme Apache et Linux. Enfin, les coalitions entrepreneuriales, qui créent de la valeur sur la base du commun : c’est le cas d’IBM, qui crée de la valeur ajoutée sur la base de Linux. La valeur est donc créée dans le commun, mais réalisée dans le privé.

Ces exemples montrent comment la peer production ne soit pas encore un vrai système de production, puisque elle est encore périphérique par rapport au système de profit. Une tension entre le commun et le privé, entre les sphères de partage et de monétisation – une tension que M. Bauwens appelle la « lutte de classe 2.0 » – s’instaure : pour être dans le marché, il faut artificiellement limiter le commun afin de créer de la rareté. Cela a une contrepartie dans la synergie entre le commun et le secteur privé : si celui-ci a besoin de la coopération sociale qui se fait dans le commun, le commun a besoin de la réalisation de valeur qui se fait dans le privé.

 

Le peer-to-peer, un véritable système de production ?

Plusieurs solutions sont possibles pour faciliter la transition de la production entre pairs vers un statut de véritable système de production. Par exemple, un nouveau type de licence, la « peer production licence » (proposée par Dmytri Kleiner), serait envisageable : si un individu contribue au commun, il peut aussi l’utiliser gratuitement: en revanche, s’il en profite sans contribuer, il contribue sous forme de paiement. De cette façon, les commoners seraient facilités dans leur propre production sociale en lien directe avec la création de valeur. Il devrait également être possible de changer les formes légales des entreprises qui occupent la sphère du marché, en opérant un déplacement des entreprises profit-maximizers à des product-maximizers, favorisant la synergie entre consommateur et producteur. D’après M. Bauwens, il faut que les entreprises « ne soient pas structurellement incitées à être des requins, mais des dauphins. »

Au delà d’un scénario souhaitable, quelle est la situation aujourd’hui ? Un positionnement de « dauphin » est certes difficile à soutenir pour une entreprise tout en pouvant survivre comme telle ; pourtant, il en existe. Dans le continuum qui a pour deux extrêmes la pure production entre pairs d’un côté, et les corporations de l’autre, dix modèles hybrides sont possibles et opèrent actuellement. Le prochain pas serait de convaincre les acteurs d’une économie qui est déjà « sociale » à plus d’un titre, à rejoindre et à s’approprier pleinement de la peer production.

Dans l’optique de la production entre pairs, le capitalisme dans sa connotation actuelle devrait être compris non seulement comme attribution de la rareté (scarcity allocation), mais comme véritable ingénierie de la rareté (scarcity engineering) : le design durable et la maximisation de profit ne pouvant pas aller ensemble, les objets sont intentionnellement crées pour être de durée limitée. Or, une communauté de contributeurs s’attache à produire pour elle-même le meilleur design possible – si les entreprises for-profit s’alignent, il y aura un design durable. La clé est de trouver un système politico-économique qui non seulement tienne l’abondance en compte, mais en fasse son principe fondateur, en dépassant certains systèmes légaux et politiques qui sont intentionnellement contre partage et coopération afin de provoquer artificiellement de la rareté. C’est pour ce scénario que plaident de nouveaux types de mouvements sociaux natifs de la culture digitale et du P2P : le monde civique deviendrait productif dans un monde d’entreprises commons-friendly, où l’Etat soutiendrait non seulement le marché, mais le commun.

Une révolution culturelle préalable doit se passer: les valeurs P2P sont encore perçus comme étant contrecourant, une alternative minoritaire. Mais la compréhension du P2P comme véritable socialisation induite par la technologie mais ne se résumant pas à elle, capable de changer les mentalités humaines, peut se traduire dans des infrastructures ouvertes telles que les espaces de collaboration, les global villages, et des structures matérielles destinées à la « vie ouverte » dans des domaines tout aussi disparates que l’énergie, l’agriculture, l’industrie. C’est sur les pratiques d’ouverture et la mutualisation des connaissances que peut se fonder la prise de conscience qu’il y a suffisamment pour tous – un véritable « point de vue de l’abondance » .

 

Conclusions. Sortir de l’émergence, revendiquer ses moyens de production

La socialisation P2P a commencé dans le virtuel et s’est traduite dans la vie matérielle. Il est maintenant question de faire sortir les pratiques P2P des conditions d’ « émergence » et d’ « alternatif ». Aujourd’hui, beaucoup des projets et de la culture P2P demeurent soumis à la logique dominante, ce qui est le cas de Bitcoin: si le système d’échange est en soi novateur, il continue à être un moyen pour échanger de l’argent qui a un même design de rareté et qui va très probablement souffrir des mêmes limitations que l’argent « classique ».

Le P2P doit acquérir la responsabilité de ses moyens de production. D’après Michel Bauwens, tout en n’étant pas encore à ce point, on n’en est pas loin. Aujourd’hui, pour sauver le capitalisme, il faudra intégrer le « green », mais aussi les innovations qui viennent du P2P. Il est possible de créer aussi des systèmes distribués où l’innovation ne soit pas seulement dans le système, mais dans les valeurs sociaux différents qui le sous-tendent. C’est là que, pour Michel Bauwens, se trouve le défi des années à venir.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

YaCy, la recherche web décentralisée

 

 

 

 

 

YaCy est un moteur de recherche décentralisé participatif permettant à tout utilisateur d’indexer le web. Selon ses concepteurs, « Il peut être utilisé de façon autonome, mais sa principale force est de pouvoir fonctionner en réseaupeer-to-peer, cequi fait que sa puissance s’accroit avec le nombre d’utilisateurs, qu’il est entièrement décentralisé (tous les « peers » sont égaux et il n’y a pas un organisme administratif central) et qu’il n’est pas censurable et ne stocke pas le comportement des utilisateurs ».

Plus d’informations ICI

 

FSCONS: YaCy Demo from Michael Christen on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Qu’est ce qu’un réseau social distribué?

 

Une Bande Dessinée qui présente les caractéristiques d’un réseau social distribué:

What’s a Distributed Social Network?
par Sterling Gee, Bruce Mercado et David Eisenberg.

Versions:

 

Creative Commons License

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License

 

 

D’autres travaux de représentations sont disponibles ici

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious