Facebook & Pipe – nouvelle génération du peer to peer?

« Couverture » ou « application-portail d’entrée »? Facebook deviendrait il un support nouvelle génération du Peer to peer?

Après une entrée en bourse dont beaucoup de personnes parlent encore aujourd’hui, le réseau social #1 se voit devenir  une forme de support d’une application d’échanges de fichier « décentralisée » intitulée Pipe (en référence aux tuyaux du jeu vidéo Mario Bros, où le plombier italien déambulait en 2D au sein de tuyaux verts). « Décentralisée » semble un terme un peu exagéré du fait que les connexions entre utilisateurs de pipe se font via Facebook, donc via le répertoire de ce réseau social qui n’est pas du tout décentralisé… Nous attendons donc plus de précisions à propos du fonctionnement et de l’architecture de cette application.

Ce service est toute récent (encore en test- version béta fermée) mais on peut en avoir un léger aperçu au travers de cette vidéo:

et celle-ci:

Voir également cet article de softonic.

Peu d’information sdonc si ce n’est celles qui figurent sur son site web et qui nous semblent fort intéressantes:

What is Pipe?

The Pipe application provides a really simple and intuitive UI, literally a pipe coming out of the computer screen into which the user just drags and drops a file. On the other side, the file emerges out of the friend’s Pipe, magically. In this way, Pipe creates a direct, real-time connection between two devices with no intermediary server. Pipe starts as an application on Facebook, and is then migrating to mobile devices and tablets (verrons nous donc apparaitre une version « mobile » qui permettrait de faire de l’échange de fichiers de façon directe?).

 

Why Pipe?

As surprising as it sounds, there’s currently no easy and effective way to transfer a file to a friend via Facebook. Pipe has taken a common feature of communication – attaching a file – and turned it into something simple and fun to use. What could be easier than dropping a file into the Pipe and have it appear at the other end, via the Pipe? Privacy is guaranteed as it’s a direct connection from one device to the other, between friends.

 

Key Facts

  • Pipe is an application on the Facebook platform
  • Send and receive files with any online friend
  • Live connection to send files back & forth
  • Support for any file format, up to 1GB*
  • Only the sender needs to be on Pipe
  • Invite a friend to Pipe with a simple file transfer
  • Direct connection with no intermediary server

* The limit is based on the available memory in your browser cache.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Discours des applications mobiles et applicabilité de la mobilité « distribuée »

Le 21 avril 2012, Yves Eudes, dans une article intitulé Le logiciel de téléphonie mobile qui défie le contrôle des Etats (cf. article) présentait Serval, une application Androïd censée bouleverser le monde de la téléphonie mobile et des télécommunications en général. De la même manière que d’autres services tels que Commotion et Terranet (cf. vidéo ci dessous), Serval s’appuie sur une topologie de réseau MESH (en anglais « mesh » signifie « maille », ou « filet »), qui est une forme d’organisation de systèmes de communication qualifiant des architectures réseaux dont tous les hôtes (ou « pairs ») sont connectés de proche en proche sans hiérarchie centrale (serveur), formant ainsi une structure en forme de filet (au sein de laquelle l’information est totalement distribuée entre les utilisateurs-clients – forme la plus poussée de distribution informatique mobile).

  • Vidéo de présentation du service Terranet (http://terranet.se)

En cas de pannes, de déconnexions ou de coupures d’un des points du réseau, cette « forme d’organisation » ou « topologie » qui illustre les principes de l’architecture informatique distribuée permet de réduire le nombre de points sensibles à l’intérieur du réseau et donc d’en assurer sa fiabilité, sa robustesse et la continuité des communications. En d’autres termes, si un hôte (un pair) est hors service, ses voisins passeront par une autre route. Cette architecture réseau, issue de la recherche militaire, a été utilisée initialement pour des usages militaires (les spécifications du standard international « MESH » OLSR (Optimized link state routing protocol – RFC 3626) de l’Internet Engineering Task Force (IETF) ont été produites par l’Institut National de Recherche en Informatique et Automatique (INRIA) dans le cadre ouvert du groupe de travail Mobile Ad hoc NETwork (MANET) de l’IETF [créé en 1997]. Néanmoins, il existe plus de 70 schémas d’acheminements d’informations (standards) sur des réseaux MESH – Cf. liste ici).

Pour certains acteurs de ce type de réseaux:

« Comparées aux solutions centralisées classiques sans-fil, les solutions « MESH », ces « réseaux maillés », autorisent un déploiement rapide et simplifié, une grande évolutivité de la couverture et, de par leur maillage, une forte tolérance aux pannes et aux interférences, réduisant significativement les coûts d’installation et d’exploitation des réseaux.

Ces solutions reproduisent l’architecture de l’Internet tout en l’optimisant pour le sans-fil » (www.openmeshproject.org).

Dans une certaine mesure, le titre de l’article d’Yves Eudes semble donc approprié. Désormais, des logiciels, des « applis » mobiles nous permettent de créer et d’utiliser facilement ces topologies réseaux MESH (notons néanmoins que des déploiements à grande échelle n’existe toujours pas et qu’il s’agit de versions « béta » pour l’instant) pour créer des réseaux temporaires entièrement décentralisés échappant à tout contrôle administratif et commercial. Et en effet, en regardant de plus près les réseaux de communication mobiles actuels, on se retrouve souvent confronté à un  modèle top down centralisé où toutes les communications passent par un relais contrôlé par des opérateurs (les antennes relais de téléphonie mobile notamment). Serval quant à lui, tout comme le logiciel Commotion et le service Terranet, utilise les équipements sans fils (wifi) des téléphones pour créer des réseaux point à point totalement libres et où chaque téléphone joue le rôle d’un relais indépendant (une sorte d' »Internet fantôme », ou d' »Internet de l’ombre »). Le parc d’équipement, en d’autres termes, l’ensemble des mobiles deviennent l’infrastructure réseau (devices as infrastructure). Pour TuniBOX, webzine tunisien,

Les conséquences de la démocratisation de cette nouvelle technologie risquent d’être dramatiques pour les opérateurs téléphoniques.

Mais pourquoi donc les opérateurs devraient trembler face à ces technologies?… Suite au billet précédent qui présente la démarche de Janet Abbate (« L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 2012), qu’en est il de ce type de technologie « réseaux MESH » qui semble, selon leurs concepteurs et les journalistes-bloggeurs qui en parlent « décrire un avenir technologique possible, mais aussi le rend(re) culturellement signifiant »? Que savons nous aujourd’hui du « contenu politique » de cette typologie de réseaux device as infrastructure?

Pas grand chose si ce n’est leurs sources de financements, l’endroit où elles sont « pensés » (Etats-Unis, Suède, Australie, Europe), celui où il « ferait sens » qu’elles soient déployés (régimes autoritaires où règnent censure et blocage d’Internet, zones sinistrées par des guerres ou des catastrophes naturelles, zone mal desservies par des infrastructures de communication quelconques) et le fait que l’actualité récente leur ait donné un certain coup de projecteur médiatique. Effectivement, ce type de technologie, comme la plupart des objets techniques, propose des « scripts » qui se veulent prédétermination des mises en scène que les utilisateurs sont appelés à imaginer à partir du dispositif et des « pré-scriptions » qui l’accompagnent (voir Akrich, M. (1987) Comment décrire les objets techniques? Techniques et Culture, 9, 49-64). Ici, on pense immédiatement aux révolutions arabes, à des pays tels que la Syrie, la Tunisie, l’Égypte où Internet fût bloqué pour empêcher la dissémination d’information via les réseaux sociaux et où bon nombre de commentateurs brandissaient la thèse du déterminisme technologique pour expliquer les révolutions (voir la critique de Smaïn Laacher et Cédric Terzi à ce propos). On voit aussi se dessiner la catastrophe nucléaire de Fukushima et le séisme de Haïti en 2010. Le MESH, d’une certaine façon, se présente par ses constructeurs comme LA solution de construction rapide d’infrastructures de communication robustes, autonomes, économiques, auto-configurables et sécurisée. Les problèmes liés à l’autonomie des terminaux mobiles (batteries), ceux liés à l’utilisation d’un spectre radio appartenant de fait à l’État (et ce même si ces technos s’appuient sur les fréquences « blanches » de ce spectre, au centre de nombreux enjeux) sont résolus… En exagérant le trait de façon volontaire, on pourrait presque croire que si tous les utilisateurs de terminaux de communication mobiles installaient ces applis ou logiciels, les FAI et les vilains opérateurs télécom disparaitrait (rendus obsolètes par le « braconnage » des fréquences blanches du spectre radio qui serait autorisé par l’Etat), les dictatures s’effondreraient, la « fracture numérique » disparaitrait et un nouveau rapport aux infrastructures de communication verrait le jour (mais cela ne peut fonctionner à grande échelle qu’à la condition d’une utilisation massive: « plus il y en a, mieux cela fonctionne ». Il faut d’ailleurs en possédait un de terminal, chose pas toujours évidente)… Nous retrouvons ces idées sur le site web de Serval et de Commotion:

Extraits (www.servalproject.org/):

  • if you say the word slowly, it becomes Serve All – which is an aim of our software
  • Communications should not just be for the geographically and financially fortunate — communication should be freely available to everyone.
  • It shouldn’t matter whether you live in a city or in the bush. It shouldn’t matter whether it is economical for a cellular carrier to provide service to your community. It shouldn’t matter whether you can afford cellular rates, or have credit on your phone.
  • Nothing should prevent you from communicating with those near and dear to you. We also believe that people should be able to continue to communicate when they need it most. In the face of earthquake, wild fire or cyclone, communications systems should keep working as well as they can, with whatever infrastructure remains available.

Extraits (https://code.commotionwireless.net/projects)

  • As recent events in Tunisia, Egypt, and Libya have illustrated (and Myanmar demonstrated several years prior), democratic activists around the globe need a secure and reliable platform to ensure their communications cannot be controlled or cut off by authoritarian regimes. To date, technologies meant to circumvent blocked communications have focused predominantly on developing services that run over preexisting communication infrastructures. Although these applications are important, they still require the use of a wireline or wireless network that is prone to monitoring or can be completely shut down by central authorities. Moreover, many of these technologies do not interface well with each other, limiting the ability of activists and the general public to adopt sophisticated circumvention technologies….

Notre travail d’analyse des architectures distribuées au sein du projet ADAM ne vise pas à remettre en cause l’intérêt de ces technologies mobiles, bien au contraire, il s’agit plutôt de s’éloigner d’une vision techno-enthousiaste afin d’analyser réellement l’épaisseur pratique et politique de nos infrastructures de communication, socle bien souvent invisible de nos sociétés contemporaines et d’éclairer, comme le rappelle Cécile Méadel, les visions normative que nous attribuons à des technologies. Nous cherchons à comprendre de quelle manière il est possible de faire un parrallèle entre la terminologie propres aux nouvelles formes de « distributions » d’informations sur Internet et la terminologie politique au sens large (décentralisation, déconcentration, responsabilisation, partage, nouvelles communautés – lien avec mouvements occupy, pirates et anonymous actuels. Y a t’il influence des technologies sur les pratiques et paroles politiques ou s’agit-il du contraire?). Encore une fois, nos travaux visent à prendre en considération les discours mêmes des concepteurs de ces technologies tout comme leurs diffuseurs, leurs « communiquants », leurs « installateurs » et leurs utilisateurs. En ce sens, et toujours à propos des applications distribuées mobiles, nous pourrions évoquer une forme de « peer to peer – distribué mobile » qui existe depuis un certain nombre d’année et qui s’appelle Bluetooth (sur lequel s’appuyait la première version d’un réseau social distribué mobile français: Mobiluck). Ce standard de communication entre appareils basé sur un rayonnement électromagnétique a été amélioré au fil des ans mais l’arrivée de l’Internet mobile (Edge, 3G, 4G, etc.) l’a rendu complètement obsolète (en occident du moins), sauf pour de la connectique simple de types enceintes, télécommandes, oreillettes, kit mains libres voiture, etc. Reste qu’en Afrique, il demeure un standard d’échange de fichiers très utilisé car léger, simple, installé par défaut sur la majorité des terminaux utilisés par les usagers de téléphonie mobile. En 2007, Arnaud Contreras proposait d’ailleurs de l’informatique ubiquitaire à Tombouctou en se focalisant sur les usages des technologies en présence dans cette ville malienne. Son installation « Tombouctou Bluetooth » devenait ainsi une sorte d’outil de protection de sites historiques, dérivé d’un usage très fréquent qui avait été auparavant « braconné » par les maliens (voir à ce sujet les travaux de Aude Maïmouna Guyot sur les outils de cartographie et de géolocalisation au Sénégal, et ceux d’Annie Gentès sur le design d’interactions). L’utilisation du bluetooth est moins « médiatique » que celle de ces réseaux MESH mais tout autant « politique ». Le réseau bluetooth, ici le système imaginé par Contreras devient l’artefact politique par lequel nous allons prêter attention aux sites historiques. Il va les « protéger ».


Tombouctou Bluetooth par a360

Notre travail autour des architectures distribuées mobiles passe aussi par une analyse politico-sémiotique des dispositifs. L’enquête que nous menons passe par ce type de travaux, d’angles d’analyses et d’entretiens. Sont ils révolutionnaires comme l’affirme cette vidéo du service de réseaux MESH (fixe) de Village Telco?

Cela reste à prouver et si c’est le cas, nous tacherons de savoir pourquoi et comment.

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Janet Abbate, ou Internet et STS

Janet Abbate, 2012, « L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 18.

Dans cet article dont le titre est beaucoup plus large que son objet, Janet Abbate montre en premier lieu que la culture et plus spécifiquement les œuvres de fiction interagissent avec le développement du numérique en général et de l’internet en particulier. Ainsi, explique-t-elle, en s’appuyant sur l’exemple de films ou de romans, que la fiction « décrit un avenir technologique possible, mais aussi le rend culturellement signifiant » et qu’elle donne des mots, comme avatar (de Neal Stephenson) ou cyberspace (de Gibson), pour penser les futurs développements. Le deuxième point abordé par l’article porte sur la disparition progressive de la frontière entre utilisateurs et applications numériques.

Dans ces deux thèmes, qui pourraient sembler non directement connectés, c’est en fait la notion d’agency (traduit ici par agentivité) qui est interrogée. Janet Abbate situe la « puissance d’agir » (une traduction de l’agency qui me paraît meilleure et plus conforme aux approches de la sociologie des sciences et des techniques de l’auteur – voir la discussion dans Proulx, 2009) à la fois dans les artefacts et dans les humains, dans les objets et dans les narrations qui leur sont consacrées, dans les applications elles-mêmes comme dans leur conception. On pourrait certes discuter du caractère entièrement inédit de l’agency des supports culturels et ne pas suivre Janet Abbate lorsqu’elle en prive les médias anciens, du livre au téléphone. Mais c’est plutôt le périmètre de cette « puissance d’agir » qu’il semble intéressant ici de discuter.

L’article interroge les limites de l’approche de Langdon Winner (1986), aujourd’hui qu’est largement admise son idée selon laquelle les technologies ont des qualités politiques et que nous avons fait un pas de plus pour admettre que les technologies font de la politique (Barthe, 2009). Aucun déterminisme technologique derrière cette proposition : la puissance d’agir n’appartient pas plus aux seules machines qu’elle n’est exclusive de l’intervention des acteurs. Elle est bien, selon la sociologie de la traduction mobilisée dans l’article sous le nom de STS (Akrich et al., 2006), le fruit de leurs interactions et de leurs confrontations permanentes. Parler d’une délégation aux machines semble arrêter le processus à la conception des technologies, comme si une fois la délégation opérée, la répartition des forces et des pouvoirs était définitivement fixée. Ainsi, Janet Abbate prend l’exemple des logiciels de filtrage étudié par Eli Pariser qui modifierait radicalement le web disponible et personnalisé auquel chaque internaute accède, pour ne donner à voir qu’un monde « fragmenté et apolitique, centré sur le divertissement et la consommation ». L’agency de ces logiciels résulte des choix de leurs concepteurs et du fonctionnement technique des machines, résultat d’interactions autour des réponses apportées à des questions comme « fixe-t-on des niveaux de filtrage selon les âges ? » ou « doit-on bloquer automatiquement les sites signalés comme étant de contrefaçons ? ». Mais cette puissance d’agir ne s’arrête pas là, elle s’actualise aussi dans les actes des utilisateurs, leur capacité à jouer du filtrage, à l’adapter à leurs propres choix, à le cantonner à certains usages (ou usagers), à faire des erreurs ou à échapper au dispositif, etc. Bien sûr, une partie des choix ou des options qui vont définir le degré de filtrage de « son » internet échapperont à l’utilisateur, soit qu’il s’en moque, soit, plus probablement, qu’il n’ait qu’une connaissance limitée voire nulle des options qu’il a « mécaniquement » validées.

Pourtant pas de « bureaucratie automatique » de la technique là derrière ; si la machine est (souvent) imprévisible et inexplicable, c’est plutôt faute d’avoir dénoué (ou d’avoir pu dénouer) l’écheveau étroitement entremêlé des agences multiples impliquées, ici dans le logiciel de filtrage : lois américaines « mondialisées » de fait, localisation des préférences des navigateurs, comportements dominants des internautes et participations au filtrage… mais peut-être aussi (au risque de barbarismes techniques) détermination des ontologies pertinentes, capacité de la bande passante ou des fermes de serveur des moteurs de recherche, etc. Ainsi, pour reprendre les termes de Janet Abbate, l’internet se construit bien dans un « ballet entre programmateurs, logiciels et utilisateurs » mais si la sociologie de la traduction peut aider à le penser, c’est en clarifiant justement ce « ballet », cet écheveau, en montrant les hypothèses qui ont été successivement faites dans la conception des dispositifs techniques et non en leur prêtant une « autonomie » quelconque.

L’analyse des architectures distribuée gagnerait à prendre en compte les deux aspects étudiés. Pour le premier aspect, les visions normatives autour de ces architectures n’ont cessé de se multiplier, dans leur face noire (l’omni-contrôle, le pillage des ressources intellectuelles…) comme dans leur face lumineuse (le forum athénien étendu à tous, la résistance à l’oppression, le partage généralisé et convivial…) ; on peut parier que la fiction ou les œuvres d’imagination viennent et viendront nourrir les concepteurs des systèmes distribués et qu’ils les nourrissent  et les nourriront en retour, mais aussi que, plus largement, les récits, fictionnels ou non, sur le pair-à-pair interviennent dans l’affrontement actuel entre deux conceptions du pair-à-pair : le P2P comme horizon culturel et démocratique / le P2P comme piratage désastreux des ressources culturelles et cognitives. Il serait donc utile de les suivre, comme le font suivant l’hypothèse de J. Abbate, les concepteurs de ces mêmes technologies.

Pour le second aspect consacré à l’interaction avec les usagers, cela nous interpelle sur les hypothèses à partir desquelles les concepteurs des architectures produisent leurs dispositifs : à quel internaute, à quel monde s’adressent-ils et enferment-ils dans leurs algorithmes ?

 

——–

Références

Janet Abbate, 2012, « L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 18.

Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour, 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses des mines.

Yannick Barthe, 2009, « Les qualités politiques des technologies. Irréversibilité et réversibilité dans la gestion des déchets nucléaires », Tracés, 16

Serge Proulx, « L’intelligence du grand nombre : la puissance d’agir des contributeurs sur Internet – limites et possibilités », 7e colloque international ISKO, « Intelligence collective et organisation des connaissances », Lyon, 24-26 juin 2009.

Langdon Winner, 1980, « Do artefacts have politics », Daedalus, 109, 1, 121-136.

Freedom Box, la brique d’une architecture de liberté?

La sixième conférence re:publica se conclut aujourd’hui à Berlin, et les réseaux sociaux alternatifs et décentralisés sont à l’honneur. Ils l’ont notamment été dans l’appel qu’Eben Moglen, professeur de droit et d’histoire à l’Université de Columbia, a lancé hier : c’est le moment, a-t-il dit, de ne pas reculer face aux problématiques les plus pressantes des réseaux sociaux sur l’Internet d’aujourd’hui: la surveillance, les atteintes à la liberté de pensée, et les limitations de la vie privée des individus.

Selon M. Moglen, les réseaux sociaux comme Facebook, les moteurs de recherche comme Google, ou les centres commerciaux en ligne comme Amazon seraient en train de « consommer » les utilisateurs. Les gouvernements de toutes tailles sont désireux de réutiliser le profilage et les prédictions effectuées par ces services afin de cibler certaines activités, et sont en train d’adopter des lois qui leur permettraient de stocker ces données indéfiniment. En particulier, nos appareils mobiles sont toujours en modalité « confession 24/7 ».

« La Stasi aurait bien peu à faire cette fois, M. Zuckerberg fait le travail à sa place, » a souligné M. Moglen, en ajoutant que Facebook est un important magasin de données contenant les pensées et les comportements d’un milliard de personnes, ou des moyens directs de les reconstruire. Le discours de M. Moglen n’a pas non plus épargné Steve Jobs, le « guru » d’Apple récemment décédé, qualifié de « monstre moral » qui avait une profonde aversion pour le partage en toutes ses formes.

Eben Moglen a déclaré qu’il y a un besoin de plus en plus urgent de médias non surveillés, de logiciels libres, et de réseaux non contrôlés par les opérateurs de réseau. Sans ces possibilités, la liberté de pensée sera définitivement perdue, a-t-il dit. L’appel du professeur américain a été particulièrement bien reçu à re:publica, qui se construit année après année comme la plus importante conférence sur l’Internet « alternatif » en Europe.

La conférence re:publica est le dernier endroit où M. Moglen a présenté son projet actuel, Freedom Box – le prototype d’un système de désintermédiation des communications via l’Internet, qui devrait permettre aux utilisateurs d’entrer en contact directement. La Freedom Box Foundation compte présenter bientôt la version bêta et, à la fin de 2012, commercialiser le produit – une petite boîte métallique ressemblant à un vieux modem, qui communique d’un côté avec la prise téléphonique et de l’autre avec l’ordinateur.

La philosophie qui sous-tend le projet Freedom Box est assez simple : Facebook a recueilli l’énergie de nos désirs sociaux et nous a convaincu d’accepter un compromis excessif, en créant une structure qui donne un accès gratuit au Web et à ses contacts humains en échange d’un « espionnage » gratuit et continu. Ce qui ne veut pas dire que Facebook devrait être illégal, mais que ceux qui savent créer et développer doivent « remédier par la technique » à la situation. Selon M. Moglen, nous sommes en mesure de le faire et Facebook sera bientôt obsolète. « Il n’y a aucune raison pourquoi l’architecture d’un réseau social devrait inclure une telle invasion de la vie privée. En fait, le matériel et les logiciels nécessaires pour construire un réseau dans lequel les gens conservent le contrôle direct de ses informations, sans intermédiaires, existe déjà. Il faut juste construire un meilleur système. »

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website