Libéra(lisa)tion : architecture distribuée, mobilité, spectre et corps


 

En mai 2011, Félix Treguer et Jean Cattan publiaient un plaidoyer en faveur d’une libération des ondes radios. Pour le résumer très rapidement, cet article intitulé « Le spectre de nos libertés » (publié sur plusieurs sites web Owni, Mediapart, La Quadrature du Net), posait la question suivante :

[…] Et si les internautes devenaient un peu plus que de simples utilisateurs ? En se voyant offrir la possibilité d’investir les fréquences hertziennes, ils pourraient être des fournisseurs, non seulement de contenus, mais également d’accès. Nous serions alors bien plus que des consommateurs et Internet verrait son caractère acentré et multipolaire préservé. […][1]

L’étude des architectures distribuées « mobiles » nous pousse à travailler sur de tels enjeux. Mais la question n’est pas aussi simple qu’elle n’y paraît, du moins l’on pourrait continuer à se poser nombre de questions quand bien même cette libéralisation voyait le jour. Dans le cadre de réseaux « devices as infrastructures », l’infrastructure réseau est constituée uniquement du parc de terminaux (mobiles, sans fils, hybrides ou « fixes ») et de leurs capacités à utiliser le spectre radio comme vecteur d’échanges d’informations entre eux et avec Internet. Reste que, comme le remarque Treguer et Cattan, l’utilisation de cette ressource invisible correspondant au fait de s’appuyer sur des ondes radios pour transporter de l’information ou en recevoir de manière libre et sans contrat est pour l’instant assez verrouillée par les autorités publiques en France et ailleurs dans le monde (exception faite de certains canaux réservés tels que le Citizen Band (CB), fréquence radio dédiée à la pratique du radio amateurisme et d’autres fréquences permettant l’utilisation de certains terminaux de communication tels que les Talkie-Walkie, appareils bluetooth, télécommandes et liaisons domotiques, etc.[2]).

Libérer le spectre radio au sens où l’entendent les acteurs du wifi libre à l’heure actuelle correspond donc, à la fois, à déverrouiller et à « légaliser » les conditions d’utilisation de technologies et des formes de réseaux dans lesquels les nœuds de ces derniers ne sont ni fixes ni persistants (à la différence des antennes relais GSM par exemple). Une « libéra(lisa)tion » du spectre « légaliserait » donc en quelques sortes des architectures réseaux à la fois spontanées et anarchiques, au sens où la hiérarchie entre les équipements du réseau est beaucoup moins marquée qu’avec des équipements fixes et reliés à des câbles en acier qui sont eux mêmes dans des tranchées sous la terre (ou dans des câbles sous l’océan), reliés à d’autres câbles (ou fibres optiques) grâce à de grands serveurs téléphoniques (grands ou supers-nœuds pour faire un parallèle avec les descriptions de protocoles peer to peer)…

Les réseaux wifi ad-hoc maillés (MESH), ces fameuses architectures distribuées mobiles qui nous intéressent tant dans le cadre du projet ADAM rejouent donc quelque chose de l’histoire des radio télécommunications  à plusieurs niveaux :

– ils réinterrogent le rôle de l’Etat en tant que garant du pluralisme formel (parfois censeur) du spectre radio ;

– ils réinterrogent l’accès public et non contrôlé au spectre comme les radios pirates l’avaient fait avant eux (il y a de cela plus de trente ans en France. Ces radios furent reconnues comme la « première exception au monopole public sur l’accès au spectre électrique »[3]) ;

– ils abordent l’idée d’un « débordement ubiquitaire » de l’Internet sur le spectre hertzien et toutes les conséquences qui en découlent.

De fait, les réseaux wifi autonomes (Guifi, Freifunk, Funkfeuer, etc.) ou les projets de réseaux MESH-MANET à grande échelle (Commotion, Serval, Terranet) se placent comme des passagers clandestins difficiles à appréhender pour l’instant et, en quelques sortes, en dehors de la législation puisqu’ils utilisent les fréquences blanches du spectre radio, sortes de « marges » de débordement des fréquences attribuées à différents opérateurs et gérés par l’Etat (voir article de Ophelia Noor à ce sujet[4]). Mais s’ils venaient à changer d’échelle, c’est à dire à passer du projet humanitaire d’urgence[5] ou du projet civico-diplomatico-numérique[6] à un véritable système de communication grand public mondial, est ce que comme le suggèrent Cattan et Treguer[7], l’Etat resterait le gardien de la nature égalitaire des moyens de communication existants et garantirait ainsi l’expression d’un pluralisme réel ?

Effectivement, il semble aujourd’hui nécessaire de repenser l’exploitation du spectre de façon partagée et décentralisée et il est entendu que l’ouverture de ce dernier serait certainement et sous certains aspects « porteuse d’une nouvelle vague d’innovations technologiques, sociales et démocratiques ». Mais quid de la place des utilisateurs et de leurs corps, ainsi que des futurs opérateurs de télécommunications sur ces réseaux mobiles, autonomes et décentralisés?

Qu’en est-il de ces humains transporteurs des devices, prolongement des capacités des communications de l’homme et corps responsables de la stabilité et de la qualité du réseau (dans le cas de réseau MESH, il faut notamment être à disposition des autres appareils pour assurer les sauts d’utilisateurs à utilisateurs comme dans de nombreuses architectures informatiques distribuées telles que Skype) ? Qu’en est il de cette architecture réseau qui s’anthropomorphise et devient en quelques sortes humaine puisque intégrée dans les poches des utilisateurs du réseau ? Qu’en est il des « nouveaux opérateurs » de télécommunication qui ne font plus de bénéfices sur les ventes d’abonnements et leurs promesses de qualité de service à leurs abonnés (qualité d’émission et de réception de fréquences radios qui assurent la qualité des services de télécommunications proposés) ? Qui sont ils ?

Sont ils ces géants du web tels que Google et Microsoft qui financent via leurs fondations des projets de technologies MESH ? Veulent-ils vendre à tout prix leurs systèmes d’exploitation pour terminaux mobiles et modifier l’économie actuelles des TIC ?

Si Télé-, est le préfixe signifiant l’éloignement, « à distance »; et face à cette réinvention du local et des liens faibles entre utilisateurs de TIC, parlera t’on bientôt de  Péri- communication ou de nouvelles communications de proximité ass?

Il ne faut pas oublier de garder à l’esprit que les objets techniques ont un contenu politique au sens où ils constituent des éléments actifs de l’organisation des relations des hommes entre eux et avec leurs environnement[8], le « braconnage[9] » du spectre par les radios pirates des années 70-80 en étaient une belle illustration. Aujourd’hui face à cette renégociation de ce support de communication sur lequel nous pouvons faire circuler des tonnes d’informations, il est nécessaire de s’interroger en profondeur et sur plusieurs niveaux.


[1] Jean Cattan est allocataire de recherche en droit des communications électroniques à la Faculté de droit d’Aix-en-Provence ; Félix Tréguer est chargé des affaires institutionnelles et juridiques à La Quadrature du Net et doctorant à l’EHESS (http://www.wethenet.eu/).

[2] Pour plus d’informations sur l’attribution des assignations des fréquences et Ultra Hautes Fréquences en France voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/UHF

[3] Treguer, F. and Cattan, J. (2011), Le spectre de nos libertés, OWNI, News, Augmented, en ligne : http://owni.fr/2011/09/12/wifi-alternatif-ondes-radio/, dernière consultation le jeudi 12 juillet 2012.

[4] Noor, O. (2011), Le wifi libre entre en résistance, OWNI, News, Augmented, en ligne : http://owni.fr/2011/09/12/wifi-alternatif-ondes-radio/ dernière consultation le jeudi 19 juillet 2012.

[5] L’application SERVAL par exemple et son principe de déploiement d’un réseau MESH lors de catastrophes naturelles où les infrastructures de communication se sont effondrées (http://www.servalproject.org/).

[6] Tels que Commotion Cf. Allard, L. (2012), La diplomatie du téléphone portable à la conquête des pauvres, Le Monde Diplomatique, mai 2012 (http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/ALLARD/47679)

[7] Treguer, F. and Cattan, J. (2011), op.cit.

[8] Akrich, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

[9] De Certeau, M. (1990 (1e éd. 1980)), L’Invention du quotidien, Gallimard, Paris.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média

Critique du livre Les Réseaux sociaux – Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux et de l’article Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média – Annie Gentès, François Huguet – Collection du Nouveau Monde industriel sous la direction de Bernard Stiegler (éditions Fyp, Paris, 2012) sur Nonfiction.fr

 

Des réseaux pas si sociaux, un ouvrage collectif qui remet en question nombre d’idées reçues sur notre façon de vivre le « Web social » par Maxime Vaudano, étudiant à l’école supérieure de journalisme de Lille. Retrouvez la critique ici.

Les alternatives aux réseaux sociaux – l’architecture distribuée et le design de média-Gentes, HuguetCulture politique et ingénierie des réseaux sociaux (direction Bernard STIEGLER) Annie GENTES & François HUGUET

 

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious