Architectures distribuées: du Cloud au P2P

Qu’est-ce qu’une architecture distribuée? Alors que le terme n’a pas été défini de manière officielle ni par la NIST (National Institute of Standards and Technology) ni par l’AFNOR (Association française de normalisation), nous nous sommes engagés à explorer quel est le vrai sens de ce terme.

Définie par Wikipedia comme toute architecture dont les ressources ne se trouvent pas au même endroit ou sur la même machine, le concept d’architecture distribuée (ou informatique distribuée) s’oppose habituellement à celui d’architecture centralisée représentée par les architectures traditionnelles client-serveur.

Or, une analyse plus approfondie nous a mené à penser qu’il existe plusieurs types architectures distribuées qui se distinguent selon leur nature et leur fonctions.

Il s’agit tout d’abord de distinguer entre les architectures distribuées au niveau de leur infrastructure technique – implémentée dans une optique distribuée (tel est le cas du Pair à Pair ou du Cloud Computing) et les architectures distribuées au niveau de leur contenus – produits ou développés dans une approche distribuée (tel est le cas de la plupart des plateformes de production collaboratives à la Wikipédia). Pour des raisons de clarté et de simplicité, nous avons décidé, dans le cadre de notre recherche, de nous concentrer uniquement sur les architectures distribuées au niveau de l’infrastructure.

Il s’agit ensuite d’analyser le niveau de centralisation de ces architectures – qui peuvent se situer sur un continuum entre centralisation totale – avec une gouvernance de type hiérarchique où les ressources sont contrôlées et gérées par une entité centrale (tel est le cas du Cloud Computing) et décentralisation totale – avec une gouvernance de type égalitaire où les ressources sont contrôlées et gérées par un système symétrique de pairs (tel est le cas de la plupart des réseaux P2P). Sans vouloir prendre de position immédiate – afin de ne devoir exclure a priori aucune de ces architectures de la portée de notre recherche – nous avons décidé d’analyser les enjeux sociaux-économiques, juridiques et techniques posées par chacune de ces architectures, afin de déterminer si, et comment, elles se différencient les unes par rapport aux autres.

Cloud Computing

Dans le scénario traditionnel client-serveur, les fichiers sont stockés dans un serveur central, d’où ils peuvent être téléchargés et importés par un client. Certains dispositifs sont donc chargés de fournir les données que d’autres dispositifs utilisent. Au premier abord, le Cloud Computing ressemble à un environnement traditionnel d’hébergement où un serveur central existe dans le Cloud (i.e. dans un datacenter) comme une ou plusieurs instances de serveur. En réalité, cependant, le modèle de Cloud Computing est beaucoup plus sophistiqué.

Défini par la NIST comme un service à la demande, qui comporte une mutualisation mesurable de ressources informatiques (en terme de consommation), rapidement élastiques (à selon d’une variation des besoins) et accessibles sur l’ensemble d’un réseau, lorsque l’on parle de Cloud Computing, on ne parle pas d’une technologie nouvelle, mais plutot d’une nouvelle façon de présenter des technologies qui existaient auparavant.

Le Cloud Computing, c’est tout simplement un nouveau modèle économique : une nouvelle façon de livrer des ressources informatiques (physiques ou virtuelles) fournies en tant que service. Le Cloud Computing représente ainsi une véritable révolution qui consiste en une nouvelle forme d’ « informatique à la demande » (utility computing).

Il existe, toujours selon la NIST, trois différentes catégories de services Cloud Computing:


  • Infrastructure as a Service (IaaS), pour la fourniture d’infrastructures de calcul et de stockage en ligne ;

  • Platform as a Service (PaaS), pour la fourniture de plateformes de développement en ligne dans un environnement contrôlé ;

  • Software as a Service (SaaS), pour la fourniture d’applications accessibles en ligne, sans avoir besoin d’installer aucun logiciel.

Ces ressources informatiques sont externalisées sur des serveurs distants, où elles seront  ensuite partagées et mutualisées à l’intérieur de machines virtuelles  afin de pouvoir être successivement exploitées à n’importe quel moment et sur n’importe quel ordinateur ou appareil numérique – le tout, suivant des systèmes complexes d’infogérance qui reposent sur des mécanismes d’isolement logiques pour séparer et protéger les données des différents clients.

Une caractéristique essentielle des services de Cloud Computing est l’implication de différents acteurs qui entrent en jeu pour fournir un service aux clients:

1. Les opérateurs du Cloud Computing qui fournissent des ressources aux prestataire de services ;

2. Les prestataires de services (ou Cloud brokers) qui s’appuient sur une ou plusieurs plateformes de Cloud Computing pour fournir un service aux utilisateurs finaux ;

3. Les utilisateurs finaux qui utilisent effectivement les services fournis par les prestataires de services hébergés sur des plateformes de Cloud Computing.


En termes d’enjeux, bien qu’offrant une série d’avantages aux utilisateurs du réseau, le Cloud Computing comporte cependant des risques importants dans la mesure où les ressources informatiques sont désormais détenues par des grandes entreprises qui opèrent dans une optique de marché orientée vers la maximisation des profits. Le paysage numérique se transforme ainsi en un réseau de plus en plus centralisé, où la production et la diffusion d’information sont réglementées par un très petit nombre de grandes entreprises. Alors que les ressources se déplacent vers des systèmes centralisés avec une énorme puissance de traitement et de stockage des données, les dispositifs des utilisateurs se transforment eux en de simples « terminaux » de moins en moins performants. Cela comporte des implications importantes pour les utilisateurs du réseau, qui perdent non seulement le contrôle sur leur propres données, mais aussi la possibilité de déterminer la façon dont celles-ci seront utilisées par eux-mêmes ou par d’autres.

Pair à Pair

Les technologies pair à pair se distinguent fortement du modèle traditionnel client-serveur, caracterisés par un serveur qui fournir des ressources aux clients qui les consomment. Par opposition, dans un système pair à pair (P2P), les pairs sont à la fois consommateur et le fournisseur de ressources.

Les réseaux P2P rassemblent et relient entre elles les ressources des utilisateurs connectés au réseau de façon à créer une infrastructure dynamique et performante sans aucun investissement de nature financière ou autre. Les pairs participant au réseau mettent une partie de leurs ressources à la disposition des autres pairs connectés au réseau, qui vont gérer le partage et la redistribution de ces ressources. Étant donné que ces pairs sont tous égaux entre eux, ils participent tous de la même manière au réseau : tous ont une responsabilité égale dans le traitement des données sans aucune distinction de type client / serveur.

Comme dans le cas du Cloud Computing, les dispositifs P2P mettent en place une architecture virtuelle et distribuée qui subsiste au-dessus (et indépendamment) des réseaux physiques. Plusieurs couches de virtualisation sont utilisées pour faciliter les tâches de découvertes et d’indexation des ressources (i.e. pour identifier les autres pairs connectés et pour déterminer l’emplacement des fichiers). Une fois l’emplacement des ressources identifiés, les contenus sont souvent échangés directement sur le protocole Internet sous-jacent du réseau. Les systèmes de P2P anonymes mettent en œuvre des couches supplémentaires de routage (e.g. onion routing) de manière à occulter la véritable source de ces ressources.


Néanmoins, en opposition avec le Cloud Computing où les applications sont accessibles en ligne, pour pouvoir accéder aux réseaux P2P, les utilisateurs doivent installer une application qui utilise un protocole commun de réseau afin de s’intégrer dans un réseau de pairs distribué. C’est ainsi que les utilisateurs peuvent accéder aux ressources du réseau, tout en maintenant le contrôle des fichiers et des applications installés sur leurs propres dispositifs. Dans la mesure où ils détiennent le contrôle sur l’infrastructure et les moyens de communication, ainsi que sur les contenus qui en résultent, les membres d’un réseau pair à pair sont moins susceptibles de se faire exploiter par les grands fournisseurs de services Internet. Enfin, en vue de leurs architectures décentralisées, ces systèmes facilitent le partage d’informations, tout en rendant la censure et la surveillance très difficile.


Architectures distribuées


En dépit de leurs différences substantielles, ces deux types d’architectures distribuées présentent des problématiques juridiques communes, notamment en ce qui concerne:

(1) La sécurité

(2) Le droit à la vie privée et la confidentialité des données

(3) La police des communications et des contenus (droits d’auteur et autres lois assimilées)

(4) L’identification et la responsabilisation des acteurs

(5) La question de la transnationalité.

Étant donné notre désir d’étudier ces questions plus en détails, nous avons décidé de nous concentrer plus en détail sur les architectures distribuées qui sont les plus susceptibles de soulever ce genre de problématiques.

C’est ainsi que nous sommes arrivés à rédiger notre propre définition d’architecture distribuée – comme se référant à toute architecture qui ne possède pas de noeud central, dont les ressources sont réparties au sein d’un réseau, au travers duquel elles communiquent et interagissent.


L’ « Infrastructure Turn » dans l’étude de la gouvernance de l’Internet

Au cours de sa note de lecture du nouveau livre de Brett Frischmann, « Infrastructure: The Social Value of Shared Resources », Laura DeNardis soulève des points importants sur la gouvernance de et avec l’infrastructure de l’Internet – on est en train d’assister, souligne-t-elle, à un « turn to infrastructure » dans les études de l’IG.

L’entrée de blog de Laura DeNardis sur le site de Concurring Opinions:

« Drawing from economic theory, Brett Frischmann’s excellent new book Infrastructure: The Social Value of Shared Resources (Oxford University Press 2012) has crafted an elaborate theory of infrastructure that creates an intellectual foundation for addressing some of the most critical policy issues of our time: transportation, communication, environmental protection and beyond. I wish to take the discussion about Frischmann’s book into a slightly different direction, moving away from the question of how infrastructure shapes our social and economic lives into the question of how infrastructure is increasingly co-opted as a form of governance itself.

Arrangements of technical architecture have always inherently been arrangements of power. This is certainly the case for the technologies of Internet governance designed to keep the Internet operational. This governance is not necessarily about governments but about technical design decisions, the policies of private industry and the decisions of new global institutions. By “Infrastructures of Internet governance,” I mean the technologies and processes beneath the layer of content and inherently designed to keep the Internet operational. Some of these architectures include Internet technical protocols; critical Internet resources like Internet addresses, domain names, and autonomous system numbers; the Internet’s domain name system; and network-layer systems related to access, Internet exchange points (IXPs) and Internet security intermediaries. I have published several books about the inherent politics embedded in the design of this governance infrastructure.  But here I wish to address something different. These same Internet governance infrastructures are increasingly being co-opted for political purposes completely irrelevant to their primary Internet governance function.

The most pressing policy debates in Internet governance increasingly do not involve governance of the Internet’s infrastructure but governance using the Internet’s infrastructure.  Governments and large media companies have lost control over content through laws and policies and are recognizing infrastructure as a mechanism for regaining this control.  This is certainly the case for intellectual property rights enforcement. Copyright enforcement has moved well beyond addressing specific infringing content or individuals into Internet governance-based infrastructural enforcement. The most obvious examples include the graduated response methods that terminate the Internet access of individuals that repeatedly violate copyright laws and the domain name seizures that use the Internet’s domain name system (DNS) to redirect queries away from an entire web site rather than just the infringing content. These techniques are ultimately carried out by Internet registries, Internet registrars, or even by non-authoritative DNS operators such as Internet service providers. Domain name seizures in the United States often originate with the Immigration and Customs Enforcement agency. DNS-based enforcement was also at the heart of controversies and Internet boycotts over the legislative efforts to pass the Protect IP Act (PIPA) and the Stop Online Privacy Act (SOPA).

An even more pronounced connection between infrastructure and governance occurs in so-called “kill-switch” interventions in which governments, via private industry, enact outages of basic telecommunications and Internet infrastructures, whether via protocols, application blocking, or terminating entire cell phone or Internet access services. From Egypt to the Bay Area Rapid Transit service blockages, the collateral damage of these outages to freedom of expression and public safety is of great concern. The role of private industry in enacting governance via infrastructure was also obviously visible during the WikiLeaks CableGate saga during which financial services firms like PayPal, Visa and MasterCard opted to block the financial flow of money to WikiLeaks and Amazon and EveryDNS blocked web hosting and domain name resolution services, respectively.

This turn to governance via infrastructures of Internet governance raises several themes for this online symposium. The first theme relates to the privatization of governance whereby industry is voluntarily or obligatorily playing a heightened role in regulating content and governing expression as well as responding to restrictions on expression. Concerns here involve not only the issue of legitimacy and public accountability but also the possibly undue economic burden placed on private information intermediaries to carry out this governance. The question about private ordering is not just a question of Internet freedom but of economic freedom for the companies providing basic Internet infrastructures. The second theme relates to the future of free expression. Legal lenses into freedom of expression often miss the infrastructure-based governance sinews that already permeate the Internet’s underlying technical architecture. The third important theme involves the question of what this technique of governance via infrastructure will mean for the technical infrastructure itself.  As an engineer as well as a social scientist, my concern is for the effects of these practices on Internet stability and security, particularly the co-opting of the Internet’s domain name system for content mediation functions for which the DNS was never intended. The stability of the Internet’s infrastructure is not a given but something that must be protected from the unintended consequences of these new governance approaches. »

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Diaspora en open source

Le réseau social en P2P, Diaspora, dont nous avons déjà parlé, sous pression après les importants financements qu’il avait réussi à lever, passe en open source, ce que d’aucuns considèrent comme rendant tangible son échec présent: son incapacité à générer un effet de réseau indispensable à son succès auprès du grand public.

La conclusion laisse encore une porte ouverte pour l’avenir de Diaspora: « I remain cautiously optimistic that the open source community can create something great out of the code the founders released into the wild. Perhaps the existing code will be forked and become the basis for a new project that lacks Diaspora’s baggage. But no matter the outcome, its troubled development will stand as a crowdfunding cautionary tale about the dangers of promising much more than you can deliver. »

Traduction française ici, par la Revue Réseaux TIC

De Boston à Paris, l’ « autopartage peer-to-peer »

La meilleure application « sociale et locale » aux App Awards 2012? Il s’agit de la « porte d’entrée » à Buzzcar, système d’autopartage (ou car sharing) distribué fondé en 2011 à Paris par l’Américaine Robin Chase. Si SETI@home, le pionnier des applications de calcul distribué, mettait à profit les cycles processeur et la capacité de calcul non utilisée des ordinateurs participants, Buzzcar propose de mettre à profit les voitures des appartenants à la communauté aux moments où elles ne sont pas utilisées.

L’idée centrale de Buzzcar est, comme les services de partage de voitures traditionnels, de proposer à ses membres de louer des voitures à l’heure ou à la journée, et donc de payer selon l’usage. Par ailleurs, les ressources du système ne sont pas des voitures spécifiquement achetées par l’entreprise et destinées à la location de la part des clients, mais les voitures des clients elles-mêmes, mises à disposition quand ils le souhaitent. L’originalité du système tiendrait à un mélange de facteurs environnementaux (pas d’ajout de nouveaux véhicules sur la route, pas d’émission de CO2 à la production, et pas de places de parking supplémentaires), d’amélioration de choix (plus de variété, d’accessibilité et de proximité possibles si suffisamment de voitures et d’utilisateurs participent au programme), et surtout, de contrôle de l’utilisateur (il n’est pas nécessaire d’attendre qu’une entreprise de location de voitures s’installe dans sa ville, mais le service d’autopartage peut être créé en inscrivant sa voiture à Buzzcar et en invitant ses amis à rejoindre la communauté).

Pourquoi la France? Robin Chase – déjà PDG de la startup de ride-sharing GoLoco, basée à cambridge, Massachusetts – considère que le marché européen est beaucoup plus « prêt » pour des modifications radicales dans le système de transport que les Etats-Unis. Buzzcar est censée être un mélange des efforts précédents de l’entrepreneure américaine, Zipcar – un système de location « by the hour » de voitures distribuées dans nombre de stations autour de la ville – et GoLoco – un service où les personnes paient pour être transportés par d’autres voitures dans le réseau, dont les conducteurs perçoivent une rémunération monétaire. Buzzcar est une start-up construite sur l’utilisation des « idle cars » de certains utilisateurs par d’autres utilisateurs – sur la base d’un système de rémunération et compensation similaire. Robin Chase décrit son service ainsi:

“It’s peer-to-peer car-sharing. We’re leveraging excess capacity of individuals and giving them a platform for participation,”

Selon elle, le monde n’était pas encore prêt à exploiter pleinement l’autopartage, mais beaucoup de choses sont arrivées au cours des années plus récentes pour le rendre plus faisable (et profitable). La technologie des smartphones rend possible et quasi-instantanée toute opération de réservation – y compris d’une voiture. Robin Chase a donc dédié une attention spéciale à la facilité de téléchargement et d’usage de l’application Buzzcar, pour minimiser les barrières à l’entrée – réelles ou perçue – pour les utilisateurs. L’essor des réseaux sociaux et des services Web a favorisé la culture du partage et de l’échange d’information, non seulement entre amis, mais aussi entre personnes qui ne se connaissent pas. Si les deux tendances ne manquent pas de susciter des interrogations concernant la vie  privéee des utilisateurs, il est indéniable que le car sharing distribué soit en train de prendre de l’aile grâce à cette double dynamique, comme montre le développement du « cousin » de Buzzcar, l’anglais RelayRides, et nombre d’autres projets semblables.

Le marché européen, selon Robin Chase, est bien plus propice que les Etats-Unis à ces nouveaux avancements dans l’autopartage, pour des raisons qui ont trait, en tout premier lieu, à la motivation des usagers. Elle remarque:

“For car owners, the market is people who are looking to save some money on their car […] The cost of owning and operating a car in Europe is maybe 20 percent higher than in the U.S. So therefore I have more motivated owners. If we look at the drivers, the market is people who can be car independent, very much like Zipcar. Out of any 100 people, there’s a higher percentage of those kind of people in France than there are in the U.S.”

La preuve la plus marquante de cette culture du distribué et du partage serait le système Vélib’ et son « successeur » pour les voitures, Autolib’. Robin Chase conclut:

“I want Buzzcar to be here and be part of that ongoing national conversation […] The idea of Buzzcar is the power of many. The company will provide a network of different kinds of cars in different locations to be used by different people in a wide variety of ways. And allowing people to get the car they want, where and when they want it, and to pay only when they use it, will change the way people think about cars.”

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Des réseaux sociaux plus protecteurs de la vie privée…

Du site de la CNIL:

Les réseaux sociaux peuvent être de formidables outils de communication à disposition des internautes. Toutefois, ils présentent également des risques d’atteinte à la vie privée si les données publiées ne sont pas maîtrisées ou si leurs éditeurs ne mettent pas en œuvre toutes les mesures nécessaires pour protéger les données de leurs membres.   Plusieurs réseaux sociaux ont mis en place des dispositifs plus protecteurs de la vie privée de leurs membres. La CNIL invite l’ensemble des acteurs à s’inspirer de ces bonnes pratiques et propose de les accompagner vers une meilleure conformité.

Le fonctionnement de la majorité des réseaux sociaux repose sur la mise à disposition d’un service gratuit en contrepartie d’une collecte d’informations pour une utilisation commerciale (analyse des profils et de la navigation sur internet pour délivrer de la publicité ciblée, transmissions de données à des tiers, …). Or, il est difficile de déterminer le devenir de ces informations une fois qu’elles sont sur le réseau.

C’est pourquoi le G29 (groupe des CNIL européennes) a précisé les règles applicables aux réseaux sociaux dans un avis du 12 juin 2009. Les CNIL européennes leur demandent notamment de :

  • définir des paramètres par défaut limitant la diffusion des données des internautes
  • mettre en place des mesures pour protéger les mineurs
  • supprimer les comptes qui sont restés inactifs pendant une longue période
  • permettre aux personnes, même si elles ne sont pas membres des réseaux sociaux, de bénéficier d’un droit de suppression des données qui les concernent
  • proposer aux internautes d’utiliser un pseudonyme, plutôt que leur identité réelle
  • mettre en place un outil accessible aux membres et aux non membres, sur la page d’accueil des réseaux sociaux, permettant de déposer des plaintes relatives à la vie privée.

L’ensemble de ces règles n’est malheureusement pas toujours respecté. Aussi, la CNIL tient à souligner la démarche entreprise par certains réseaux sociaux tel que le réseau social Famicity qui s’est engagé à suivre l’ensemble des règles protectrices de la vie privée émises par le G29. La CNIL a accompagné cette mise en conformité de Famicity.

L’initiative du réseau social Diaspora peut également être soulignée. Il s’agit d’un réseau social libre où le contrôle des données personnelles par les utilisateurs est a priori garanti par plusieurs techniques.

D’autres sites proposent également des mesures protectrices, en particulier des mineurs, il s’agit par exemple de Mondokiddo, de le Mini réseau, de l’Univers de Wilby ou de Yoocasa.

La CNIL participe ainsi à la mise en conformité des gestionnaires de réseaux sociaux, et invite à la diffusion de ces bonnes pratiques, à destination notamment des mineurs..

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Infrastructure, « services basés sur l’IP » et l’Internet comme service public

Qu’est-ce qu’un « service basé sur l’IP » (Internet Protocol -IP- enabled service)? La réponse à cette question par les décideurs politiques californiens – et, sous couvert, par une poignée de firmes de communication – pourrait bien, selon la professeure de Harvard Susan Crawford, ex-cadre de l’ICANN, avoir des implications pour le futur du haut débit en Californie, et probablement ailleurs aux Etats-Unis.
Les frontières plus ou moins inclusives de cette définition affectent les manières dont on qualifie les logiciels, les équipements et l’infrastructure qui sous-tendent l’accès des internautes à l’information et aux données – et avec cela, la définition et la possibilité d’accès elles-mêmes.

Le projet de loi que les législateurs de Californie viennent d’accepter, et envoyer pour signature au gouverneur, est en principe centré sur la déréglementation de la Voix sur l’IP (VoIP). Mais le problème, note Susan Crawford, c’est que le projet de loi couvre de facto tous les « services basés sur l’IP. » Or, conformément aux régulations fédérales actuellement en vigueur, les « services basés sur l’IP » comprennent non seulement les contenus et les fonctions qui utilisent des câbles et des ondes, mais aussi les câbles physiques et les antennes elles-mêmes. D’un point de vue légal, cette définition permettrait actuellement de définir en tant que « services basés sur l’IP » tout moyen et contenu de communication, à partir des tuyaux enfouis dans le sol jusqu’à n’importe quel site Web. La Federal Communications Commission, l’autorité de régulation des communications américaine, a re-nommé toutes les communications utilisant le protocole Internet « services basés sur l’IP ». Ce qui, remarque S. Crawford, est comme appeler une autoroute un « parcours compatible avec les voitures électriques, et puis ne la rendre disponible que pour que les gens riches parce que les voitures électriques sont vraiment cool ».

La FCC a entrepris cette activité de « re-nommage » dans l’hypothèse que la concurrence entre les différents types de fournisseurs de communications (téléphone, câble, sans fil) permettrait de protéger les consommateurs en maintenant les prix bas et une qualité de service élevée, et que la réglementation traditionnelle des communications n’était, par conséquent, pas nécessaire. Mais le moment est venu, constate S. Crawford, de constater que cette prédiction ne s’est pas réalisée. La situation des Etats-Unis est actuellement celle d’un pays où les fournisseurs de services mobiles et filaires se sont partagé le marché: AT&T et Verizon abandonnent le câblage des résidences privées, et se concentrent exclusivement sur les réseaux sans fil; tandis que Comcast et Time Warner ont le contrôle des services filaires monopolistiques locaux. Un tel scénario semble propice à l’avènement d’un two-sided market où l’opérateur de communications non seulement ferait payer le consommateur pour l’accès au réseau, mais chargerait également les fournisseurs de services pour l’accès *au* consommateur. Le projet de loi californien semble le résultat de l’influence de ces firmes sur les autorités législatives et de régulation de l’Etat, afin de minimiser la régulation d’un « monopole sur un besoin fondamental ».

Ce qui ramène à l’une des grandes questions de gouvernance de l’Internet: les câbles, les antennes, les tuyaux, bien qu’ils soient propriété d’un ou plusieurs acteurs qui cherchent à en tirer profit, sont-ils à traiter comme un service public, dotés d’une valeur de bien commun, en tant qu’infrastructure qui permet à la richess de l’information et des données sur le réseau de prospérer? L’argument juridique des firmes en question est généralement qu’elles doivent être considérées en tant que « speakers » grâce au Premier Amendement – comme la presse, par exemple – et que par conséquent, toute tentative de les réguler est inconstitutionnelle. Bien qu’il soit probable qu’on entendra répéter maintes et maintes fois cette affirmation dans les années à venir, souligne Susan Crawford, les consommateurs (et électeurs) devraient continuer à insister pour qu’elles soient traitées comme des services publics (utilities), telles l’eau et l’électricité, dont les installations ont été construites en utilisant les biens publics, et sont soumises à un certain degré de surveillance et de réglementation. Sans ce contrôle – conclut S. Crawford – aucune des sociétés Internet qui ont fait la fortune de la Silicon Valley n’aurait été fondée.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website