Comment les architectures distribuées parlent d’elles-mêmes ? L’exemple de sept services qui proposent des échanges entre « pairs » – 1/2

 

L’analyse des discours que portent les acteurs de l’innovation dans le domaine des architectures distribuées, sur les services qu’ils développent, sur leurs méthodes de travail et sur la technique elle-même, permet de comprendre comment ils se mettent en scène et de quelle manière ils produisent et font circuler des savoirs sur les technologies décentralisées.

Dans le cadre du projet de recherche ADAM, sept services ont été analysés, à partir de l’étude des textes et des images de leurs sites internet, « vitrines publiques » de leurs productions « front office »[1]. Les applications Serval, Mesh Potato, Bitcoin, Diaspora, Mobiluck, Bump, Skype ont été choisies pour cette étude de cas, parce qu’elles représentent différents types de services, qu’elles reposent sur des architectures techniques différentes et qu’elles permettent de faire un tour d’horizon des services dits peer-to-peer du point de vue de l’échelle des échanges qu’elles permettent aux utilisateurs.

Pour chacun des cas, les occurrences des termes « peer-to-peer » et « distributed architecture » ont été relevées et analysées par rapport à leurs co-textes (c’est-à-dire les textes dans lesquels elles sont insérées ou les textes situés à leur proximité sur la page), dans les sites des services et dans les vidéos de démonstration présentes sur les sites. Pour chacun des cas également, les images ont été analysées en essayant de comprendre comment s’articulaient l’image et son contexte (légende, sous-titre, paragraphe, titre, etc.). En effet, la sémiologie distingue la fonction d’ancrage de la fonction relais dans le rapport entre image et texte. Le texte permet de répondre à la question « qu’est-ce que c’est ? » par rapport à l’image. Lorsque le texte est ancrage, il redit ce que l’image donne à voir, il exerce une forme de redondance par rapport au sens de l’image. Quand il est relais, il fonctionne en complémentarité et permet de faire une interprétation de l’image qui va au-delà de ce qu’elle montre[2]. L’analyse de tous ces complexes « images/textes » et « textes/co-textes » s’est faite à partir d’un modèle « sémiopragmatique », suivant le travail de Roy Harris qui observe comment un signe fait toujours sens par rapport à un contexte donné[3].

« Le signe n’existe, en tant que signe, que pour permettre l’intégration, dans un contexte donné, de certaines activités humaines »[4].

Ce premier billet, d’une série de deux, présente ces sept services du point de vue de l’architecture technique sur laquelle ils reposent et du point de vue de l’échelle des échanges entre utilisateurs qu’ils permettent. Le deuxième billet proposera de regarder quels sont les discours dominants dans la description des services, au regard des termes employés, des exemples et des images choisies, de la construction de scénarios d’usage, etc. Il proposera notamment de regarder quelle est la place du discours sur la technologie, à l’intérieur de ces sites. Pour conclure, il proposera une typologie de ces sites en tant qu’ils se présentent d’une certaine façon comme des espaces de « production de l’innovation ».

Reprenons la description des sept services:

Tout en se défendant de « centraliser » les échanges de données entre utilisateurs, et en proposant des échanges directs, ces sept services ne reposent pas tous sur le même type d’architecture technique (architecture distribuée, architecture centralisée et enfin, architecture hybride) :

  • Serval et Mesh Potato, proposent de créer un réseau mobile de communication par maillage MESH (metro-scale ad hoc network, réseaux ad-hoc décentralisés, sorte de « talkie walkie multi émetteur-récepteur ») ; Bitcoin, propose une monnaie électronique qui n’est pas contrôlée par une autorité centrale et Diaspora, se présente comme un réseau social aux antipodes de Facebook, dans lequel les utilisateurs gardent la main sur leurs données personnelles. Ces services reposent sur des systèmes techniques distribués.

                                                                                             

  • Mobiluck, offre les services d’une messagerie instantanée géolocalisée par une classique triangulation via le système GSM. BUMP permet quant à lui d’échanger et de partager des fichiers entre appareils électroniques. Leur architecture réseau repose sur des systèmes complètement centralisés.

                                  

  • Enfin, Skype, qui permet des appels à distance en VoIP et des échanges de fichiers repose sur un système hybride qui combine une architecture centralisée et la possibilité de transmettre les communications entre pairs pour les rendre plus efficaces (donc un système décentralisé).

                                                 

 

Si on regarde, en revanche, l’échelle des relations entre les utilisateurs, telles qu’elles sont décrites par les différents services, on voit qu’il y a cinq types de représentations de ce que l’utilisateur peut faire du point de vue du périmètre de l’échange.

Soit les échanges se font de téléphone à téléphone, par exemple, sur un territoire réduit qui est fonction du nombre de téléphone connecté entre eux dans le réseau, comme c’est le cas de Serval et de Mesh Potato.

Extrait de la video de démonstration du service Mesh Potato
Si on devait faire une équation pour illustrer ces deux cas, on dirait que la représentation de l’échange consiste en « échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Diaspora, les utilisateurs ont le choix de se connecter à n’importe quel « pod », répertorié dans une base de données, c’est à dire à un « nœud » installé, entretenu et développé par un utilisateur – appelons-le « expert » qui a installé le logiciel sur son disque dur (logiciel open source).
Capture d’écran de la page d’accueil du site de Diaspora
Dans ce cas précis le périmètre des échanges consiste en des ensembles de petits réseaux reliés à un pod, chaque pod étant reliés aux autres pods du réseau. L’équation ici, donnerait « ensembles d’échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Mobiluck et de BUMP, les échanges sont mis en scène comme étant non seulement hyper-localisés (on échange entre individus situés à côté de soi, dans les deux cas), mais aussi directs entre utilisateurs (le cas de BUMP étant frappant, puisque les utilisateurs touchent (trinquent avec) leurs téléphones pour échanger des informations).
Extrait de la video de démonstration du service BUMP « Spread the Bump »
Néanmoins, ces deux services reposent sur des systèmes centralisés. Dans les deux cas, c’est un serveur central qui organise et dirige les échanges. L’équation donne alors : « échanges localisés » reposant sur « système centralisé ».
A l’inverse, le service Bitcoin propose des échanges monétisés, pour n’importe quel service internet (à condition qu’il accepte les bitcoins) à partir d’un réseau très large d’utilisateurs qui permettent la circulation des échanges chiffrés (et cryptés) et ainsi la production de monnaie en rendant disponible la mémoire vive de leur disque dur.
Extrait de la video de démonstration du service Bitcoin
Ici l’équation s’ouvre : « échanges hyper-larges » reposant sur « système décentralisé ».
Pour terminer cette liste, Skype est l’unique système qui repose sur un système hybride, mais qui, comme Bitcoin, permet des échanges avec des utilisateurs quel que soit leur localisation dans le réseau et dans le monde. Cette mise en scène de la possibilité de communiquer en dépit de la distance géographique est prégnante sur le site, qui représente des mappemondes, entourées d’un cercle qui manifeste le circuit discontinu de la communication.
Extrait de la vidéo de démonstration du service Skype
Ici la dernière équation donne : « échanges hyper-larges » reposant sur « système hybride ».
Il reste maintenant à regarder plus attentivement comment ces services « parlent d’eux-mêmes », c’est-à-dire comment ils organisent un espace de discours (le site internet, la vidéo de démonstration) pour se présenter sous un certain angle (sont-ils des propositions techniques? des solutions politiques? des services marchands? des innovations? etc.). La suite dans le prochain billet…

[1] Par « front office » nous entendons faire une différence entre interfaces « visibles » de ces infrastructures informationnelles et les « back office » de ces mêmes services. L’épaisseur pratique et politique de ces « back office », est analysée dans une autre partie de nos travaux de recherche en s’appuyant sur les travaux de Jérôme Denis (http://ses.telecom-paristech.fr/denis/).
[2] Barthes, R., 1964, «Rhétorique de l’image», Communication, 4, pp. 44-45
[3] Harris, R., 1993, Sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS
[4] Idem, p.137

 

Under Tomorrows Sky

http://undertomorrowssky.liamyoung.org/

Au détour de sa revue du web d’aujourd’hui, sur owni.fr, Pierre Alonso, pointe une très (très) intéressante vidéo issu d’un projet de Liam Young, un jeune urbaniste anglais basé à Londres qui se pose beaucoup de questions sur la ville du futur et sur ses supposées infrastructures de communication.

Le projet en question s’appelle « Under tomorrows sky » et correspond à un think tank rassemblant urbanistes, designers, auteurs, illustrateurs, chercheurs et spécialistes des effets spéciaux dans l’optique d’imaginer la ville de demain et l’ensemble de ces rhizomes dans différents contexte sociopolitiques… Voici la vidéo dénichée par Pierre Alonso qui illustre bien le fantasme d’une infrastructure de communication à la fois complètement mobile, distribuée, pirate, irradiante, volante, anticensure, etc…

Un wifi pirate volant

Imaginez un Napster volant, un nuage de drones qui irradierait un réseau pirate pour échanger des fichiers. La question ne serait plus qui possède ce réseau, mais « où est ce réseau », comme l’explique l’équipe Pirate Bay.

Les loupiotes fluorescentes pilotées à distance flottent dans le ciel. On en deviendrait presque lyrique, surtout avec cette BO.

extraits de http://revue-du-web.owni.fr/2012/10/25/un-wifi-pirate-volant/

Ces satanés drones repointent donc le bout de leurs antennes et font flotter encore le mythe d’architectures distribués mobiles et mouvantes… Ce n’est pas vraiment nouveau puisque il y a peu, nous nous penchions sur le projet Matternet qui souhaitait apporter des solutions aux problèmes de transport (notamment de médicament) en Afrique (« We are creating the next paradigm for transportation using a network of unmanned aerial vehicles » – www.matternet.us) ou bien sur celui de Tacocopter (beaucoup moins problématique…) de la livraison de Tacos par drones dans la baie de San Francisco (« Flying Robots Deliver Tacos To Your Location. Our unmanned delivery agents are fast and work tirelessly » – www.tacocopter.com)… Sérieux ou pas vraiment? à suivre dans tous les cas!

S’il prêtait une oreille au projet « Under tomorrows sky« , Philip K.Dick se retournerait certainement (de plaisir) dans sa tombe… Ses romans commencent à prendre forme dans notre réalité!

extraits:

UNDER TOMORROWS SKY IS A FICTIONAL, FUTURE CITY. SPECULATIVE ARCHITECT LIAM YOUNG OF THE LONDON BASED TOMORROWS THOUGHTS TODAY HAS ASSEMBLED A THINK TANK OF SCIENTISTS, TECHNOLOGISTS, FUTURISTS, ILLUSTRATORS, SCIENCE FICTION AUTHORS AND SPECIAL EFFECTS ARTISTS TO COLLECTIVELY DEVELOP THIS IMAGINARY PLACE, THE LANDSCAPES THAT SURROUND IT AND THE STORIES IT CONTAINS. ACROSS THE COURSE OF THE EXHIBITION INVITED GUESTS WILL WORK WITH THE CITY AS A STAGE SET TO DEVELOP A COLLECTION OF NARRATIVES, FILMS AND ILLUSTRATIONS. WANDER THROUGH THIS NEAR FUTURE WORLD AND EXPLORE THE POSSIBILITIES AND CONSEQUENCES OF TODAY’S EMERGING BIOLOGICAL AND TECHNOLOGICAL RESEARCH

http://undertomorrowssky.liamyoung.org

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Le peer-to-peer et le Sahara

www.sahelsounds.com

Nous avions déjà évoqué les installations d’Arnaud Contreras au sein de la ville de Tombouctou (Mali) dans un précédent post. Voici que l’on retombe aujourd’hui sur un reportage-interview du réalisateur-photographe hybride cette fois ci à propos de Christopher Kirkley (http://sahelsounds.com/) et du travail qu’il mène à propos de la chasse au Mp3 Saharien et de la musique de téléphones portables au Sahel:

Écouter l’émission de sur le blog de l’atelier des médias (+interview complète de Christopher Kirkley)

L’entretien est intéressant à plusieurs niveaux car en plus de renseigner sur des « façons de faire » particulières au Nord du Mali, sur des « braconnages » de services d’échanges et de réception avec des téléphones portables, il laisse entrevoir ce à quoi ressemble un service de peer-to-peer mobile effectif en Afrique (décidément toujours en avance sur les usages du téléphone portable mais pas que! Voir à ce sujet le site web du Carrefour des Possibles Afrique)

Jam Session at Festival au Desert near Timbuktu, Mali 2012 – Alfred Weidinger – CC BY 2.0

Nous qui travaillons au sein de ce projet de recherche sur les aspects mobiles des architectures distribuées et qui lorgnions bien souvent (avec nos lunettes d’infrastructure studies sur le nez) vers des innovations technologiques assez poussées (c’est le cas des réseaux MESH et de ces réseaux communautaires sans fils qui souhaitent redéfinir en quelques sortes notre rapport aux infrastructures de communication et notre dépendance vis à vis d’elles), le travail de Kirkley vient nous prouver encore une fois qu’il faut parfois penser à chausser un squintar pour analyser les comportements d’utilisateurs, leurs localisations géographiques et les façons dont ils détournent les technologies existantes pour créer des formes de marchés et d' »économies parallèles »…

Christopher Kirkley le mentionne lui même dans l’interview:

Oui, j’étais d’abord intéressé du point de vue de la recherche, pas nécessairement pour faire une collecte aléatoire de MP3. Je pense que l’idée que des gens échangent de la musique via des téléphones et par le bluetooth, crée un réseau métaphorique de musique, une sorte de monde parallèle à Internet.
Je suis très excité par l’existence de ce réseau métaphorique, et par les données qui sont sur ce réseau, parce que souvent nous considérons que tout est sur Internet aujourd’hui, et que nous vivons dans une société globalisée où tout le monde est connecté. Et pour moi, l’exemple saharien montre qu’il y a toujours de nombreux réseaux qui ne sont pas connectés, mais les gens utilisent ces technologies pour faire du commerce, pour créer, pour échanger.

Retrouvez l’entretien complet ici ou bien lancez le player ci dessous pour écouter l’émission:

Références:

  • Site internet de l’Atelier des médias sur RFI (Web-émission participative pour la communauté des médias et réseau social de rfi):  http://atelier.rfi.fr/
  • Site Internet du Carrefour des Possibles Afrique :http://cdpafrique.org/ (à noter également la deuxième édition du Café Carrefour Sénégal cultivons l’innovation! le 5 novembre 2012 à Dakar à l’Agence Universitaire de la Francophonie, Campus de l’UCAD)

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Network (Barcelone, octobre 2012)

Barcelona bathed in golden light – Marcel Germain – wirelesssummit.org

Du 4 au 7 octobre 2012, se tenait à Barcelone le sommet international des réseaux communautaires sans fils (International Summit for Community Wireless Network #IS4CWN).

Quatre jours durant, l’Université Polytechnique de Catalogne a vu défiler une partie importante des acteurs à la fois professionnels et institutionnels de ce type de réseaux distribués qui se révèlent être bien plus que de simples technologies différentes de celles dites  « centralisées ».

Cet évènement, deux ans après le sommet tenu à Vienne en 2010, était une occasion importante pour l’ensemble des acteurs de ce secteur de se rencontrer, de consolider des relations déjà existantes et de mutualiser des actions globales de concertation et de communication de la communauté « MESH network, MESH technology ».

Tour d’horizon de ces quelques jours de « réseautage » au sens propre comme au sens figuré…

Making Policy Matter

Le sommet s’est ouvert le jeudi 4 octobre 2012 sur diverses présentation notamment celles de Sascha Meinrath (directeur de l’Open Technology Initiative – New America Foundation, l’un des fondateurs du projet Commotion) et de Ben Scott (Senior Advisor de l’Open Technology Institute et Visiting Fellow au Think Tank berlinois Stiftung Neue Verantwortung). Ce dernier faisait notamment partie de l’équipe rassemblée en 2009-2010 autour d’Hillary Clinton au sein du département d’État américain qui visait à établir le « 21’st Century Statecraft » (qui de façon très schématique pourrait se définir comme le programme de réflexion autour de l’utilisation des nouvelles technologies en termes de « développement » et de « diplomatie », voir à ce sujet les travaux de Laurence Allard, Univ Paris 3 IRCAV & enseignante Lille 3).

Scott rappela dans sa présentation le rôle et le regard qu’ont les États sur le développement technique. À partir de son expérience, il présenta la manière dont des observatoires nationaux jouent un rôle au sein des processus d’innovation et de développement technique au sein de leurs pays mais aussi en dehors de leurs frontières. Très intéressante, cette communication rappelait au passage les déclarations d’Hillary Clinton à propos des technologies de l’information et de la communication:

We are working at the State Department to ensure that our government is using the most innovative technologies not only to speak and listen across borders, not only to keep technologies up and going, but to widen opportunities, especially for those who are too often left on the margins.

agenda-setting 2009 – July 15 speech to the Council of Foreign Relations, Hillary Clinton (http://prospect.org/article/next-diplomatic-cable)

L’intervention s’acheva sur une mise en perspective de ces logiques de partenariats Etats-fondations-entreprises-projets de recherche-initiatives privées. Les mots clés du sommet commençaient à être dans toutes les bouches: Civil society, building networks, empowering communities, educating governments, shaping markets through good public policy… L’idée de décentralisation des services internet était aussi très présente dans le discours de Scott, tout comme le terme d' »Internet du futur ».

Crédits photos: François Huguet

Le reste de la journée permit d’introduire l’ensemble des personnes présentent au sommet et de présenter, chacun leurs tours (lors de Community Network Lightning Talks) leurs projets, la spécificité de leurs déploiement, des « écologies » socio-techniques dans lesquelles ils s’installent, le type de communautés dans lesquelles leurs réseaux distribuées sont implantés ou souhaitent s’implanter et les enjeux relatifs à ces déploiements (sécurité, redistribution des accès à Internet, innovations et comportements inattendus suite aux premiers test, etc.). Nous vîmes défiler nombre de projets notamment l’Athens wireless Metropolitan Network, Freifunk, Funkfeuer, Wlan slovenija, Arig, Commotion, Guifi, et Serval (il était malheureusement impossible d’assister à toutes les interventions étant donné que plusieurs ateliers se déroulaient en même temps).

Un « Hacklab » visant à s’échanger et à configurer diverses machines informatiques était aussi installé dans les sous sols de l’UPC. Sur les tables de ce laboratoire plus ou moins improvisé trônaient des routeurs, des ordinateurs, des fers à souder, des smartphones, des antennes radios, des tupperwares… Nul doute que beaucoup de réseautage s’est fait autour de tous ces objets et du « bidouillage » qu’on y  effectue bien souvent lorsqu’il s’agit de créer des réseaux communautaires sans fils… Mon ordinateur dont le logo de la marque est une pomme m’attira de cordiales railleries et des incitations à me tourner vers le libre, l’open source. Mais il me permit aussi de récolter d’autres « mots clés »:

DIY, Open Source, Open Standard, build your own infrastructures, your antennas, your interfaces, etc…

Crédits photos: François Huguet

La première journée du colloque s’acheva sur une communication d’Amelia Andersdotter, eurodéputée et membre du Parti pirate suédois (également directrice de l’EPFSUG, European Parliament Free Software User Group). Andersdotter évoqua le programme européen à propos du spectre radio et les discussions qu’il a suscité au sein des délibérations du parlement européen (tout est encore et malheureusement très flou… Sur ce sujet, suivre les actions de La Quadrature du Net et de Félix Treguer, à la pointe (entre autres) de l’actualité sur les négociations autour du spectre radio au niveau français et européen).

Collective Awareness Platforms for Sustainability and Social Innovation & White Spaces

La journée du vendredi 5 octobre débuta sur une intervention de Fabrizio Sestini (Scientific Officer, European Commission DG Information Society), responsable de l’initiative et de l’appel à projets « Collective Awareness Platforms for Sustainability and Social Innovation (CAPS) » à la Commission Européenne (DG Communications Networks, Content and Technology). Sestini présenta les grandes lignes de cette initiative en mesure de financer nombre de projets qui étaient présents au sommet tout en interrogeant les innovateurs sur leurs logiques et leurs dynamiques de recherche. Un moment parfait pour de jeunes projets d’arriver à trouver des financements européens à la hauteur de leurs besoins. Derrière cette intervention, différents ateliers étaient proposés notamment un à propos de l’utilisation des fréquences blanches du spectre radio.

L’après midi était consacré à l’étude de plusieurs cas de développement notamment en cas de crises humanitaires (déploiements de réseaux MESH à Haïti et en Colombie, enjeux, perspectives et développements). Les retours critiques des différents projets étaient très intéressants à observer mais encore une fois, les discussions tournaient autour des protocoles de routage, de la façon dont on peut les améliorer, les rendre plus stables, éviter les pièges dus à des configurations géographiques particulières, etc.

 

Crédits photos: François Huguet

Epic Fail & Toolkits for Community Outreach and Organizing

La journée du samedi fût pour moi et mes intérêts de recherche, la plus intéressante de ce « colloque-sommet professionnel ». Il s’agissait ici de retours d’innovateurs sur leurs expériences, sur les erreurs commises lors de ces recherches, sur les « epic fail » de leurs premiers tests, et des premiers déploiements de réseaux sans fils décentralisés à travers le monde. Outre le fait de porter un regard plein d’humour sur leurs expériences, l’idée de cette communication réflexive était de mettre en avant les erreurs à ne pas commettre et à lier les différents projets entre eux. Effectivement, l’ensemble des militants des « community wireless networks » semblent avoir en commun le fait de s’être déjà électrocutés en branchant des antennes radio sur le toit de leurs immeubles ou d’être tombés d’une échelle en essayant de fixer des routeurs sur le mur de leurs maisons… Crédits photos: François HuguetL’objet technique créé par ces communautés de développeurs étant quelque chose d’assez « matériel » lorsqu’il s’agit d’installer des antennes sur le toit de bâtiments, on notait ici tout comme dans le hacklab, un intérêt très important pour le matériel et pour la « tangibilité » des infrastructures de communication.

Suite à cette première discussion, des ateliers se mirent en place et je suivis celui de Greta Byrum, Nina Bianchi et Jonathan Baldwin intitulé « Toolkits for Community Outreach and Organizing ». Après nous avoir présenté les actions de la Detroit Digital Justice Coalition (voir également l’article de Stéphanie Vidal à propos des nouvelles dynamiques de rénovation urbaines basées sur le développement du numérique à Détroit) et le travail de Jonathan Baldwin, développeur d’une application MESH de cartographie collaborative dans le quartier de Red Hook (Brooklyn, NYC), les discussions se transformèrent en atelier de simulation des activités qu’ils réalisent avec leurs publics lors des différentes actions de sensibilisation.

Effectivement, Baldwin, Byrum et Bianchi sont plus des pédagogues et des militants que des techniciens acharnés qui veulent développer LA killer application et LE business model capable de révolutionner le marché de l’Internet. Proches de tout les mouvements Maker faire, Do it Yourself, Community working, etc. leur objectif est plus social et civique que purement économique. Nous discutâmes longuement de leur référentiels professionnels et d’autres termes firent leur apparition au fil des discussions: John Dewey, pragmastisme, pédagogie active

Chez eux, comme chez la plupart des personnes que nous avons interrogé lors de ce sommet où lors de notre enquête au sein de l’Open Technology Initiative à Washington, l’outil technologique (les technologies MESH, ici le software commotion) est plus considéré comme un moyen que comme un fin, l’objectif est de reconstruire un lien qui s’est brisé en quelque part et le cas de la ville de Détroit est assez édifiant: le gouvernement fédéral s’était totalement désengagé de l’écroulement économico-industriel de la ville… On parle donc de boite à outils pour reconstruire, bricoler des choses qui se sont un brisées… A commencer par le lien social. Notons qu’en termes de références et au détour d’un échange, un des intervenants fit référence au travail de David Simon à propos de Baltimore et de la Nouvelle Orléans, deux villes en souffrance analysées dans les séries télévisées produites par HBO et qui sont un pur exercice d’ethnographie urbaine. Les références sont à chercher dans des travaux plutôt atypiques donc…

Le MESH est elle une « technologie pansement », un outil de développement civique créateur de nouvelles formes de communautés d’utilisateurs plus autonomes vis à vis de leurs structures de communication? La chose reste à vérifier mais ce sont les lignes qui émergent de ce type de rassemblement. Lignes que l’on retrouve dans beaucoup de « mouvements socio-culturels » actuels qui ont pour objet de mobilisation et d’action les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication: Fab Labs, Hack Labs, Maker faire, DIY, Anons, etc.

 

 

Détails références:

  • Nancy SCOLA – The Next Diplomatic Cable – http://prospect.org/article/next-diplomatic-cable
  • Laurence ALLARD – La diplomatie du téléphone portable à la conquête des pauvres – http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/ALLARD/47679
  • Laurence ALLARD – Du Coca au Nokia ? Smart power, philanthrocapitalisme et téléphonie mobile – http://www.mobactu.fr/?p=396
  • Stéphanie VIDAL – Du sans fil pour recoudre Detroit– http://www.slate.fr/story/43031/detroit-wifi

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Interview avec Simone Basso (NEXA): Sur le compromis entre décentralisation et contrôle

Interview avec Simone Basso (NEXA):
Sur le compromis entre décentralisation et contrôle

 

Pensez-vous qu’il existe un compromis entre (1) le degré de décentralisation d’une architecture et (2) le degré de contrôle qui peut être exercé sur cette architecture – notamment dû au fait que de nombreuses architectures décentralisées ont été expressément conçues pour échapper au contrôle (Freenet, Tor, etc) ?

Plus grand est le degré de décentralisation d’une architecture, plus il sera difficile de la contrôler. Alors que toute architecture centralisée (e.g. cloud computing) est facilement contrôlée, toute architecture décentralisée (tels que la plupart des réseaux pair-à-pair) ne se pose pas facilement au contrôle. Cela dépend notamment du nombre d’acteurs concernés et de leur fonctions réciproques : alors que dans le premier cas, il est possible d’identifier un acteur qui est responsable et qui gouverne les activités de tous les autres, dans le second cas, il existe un très grand nombre d’acteurs qui interagissent et coopèrent de façon symétrique, sans qu’aucun d’eux ne puisse contrôler ce que font les autres.

Cette relation entre décentralisation et contrôle peut être illustrée sur un axe cartésien qui représente le degré de décentralisation sur l’axe des ordonnées et le degré de contrôle sur l’axe des absisses.


Il est cependant important de noter que ce compromis – entre décentralisation et contrôle – peut entraîner un cercle vicieux : plus une architecture est décentralisée, plus il est difficile de la contrôler ; de nouvelles méthodes sont ainsi développées afin d’assurer le contrôle de ces architectures par les autorités, ce qui poussent les communautés numériques qui ont un intérêt à échapper à ce contrôle à développer de nouveaux dispositifs encore plus décentralisés et difficiles à contrôler.

Un exemple peut illustrer ce problème : à l’origine, chaque application utilisait une porte spécifique (e.g. porte 80 pour le web, porte 20/21 pour le ftp, etc) ; il était donc possible pour les fournisseurs d’accès Internet (FAI) d’identifier  le « type » de trafic passant par leurs réseaux en analysant simplement la porte à laquelle les paquets étaient adressés. Cela rendait possible, par exemple, de bloquer tout le trafic à provenance ou à destination de certains réseaux pair-à-pair pour le partage de fichiers. Aujourd’hui, la plupart des dispositifs pair-à-pair utilisent des portes aléatoires afin de ne pas permettre aux FAI d’identifier (et de censurer) leur trafic. Les FAIs ont donc commencé à analyser le contenu des paquets avec les technologies de Deep Packet Inspection, ce qui a mené un nombre croissant d’utilisateurs à chiffrer leurs paquets pour échapper à ce contrôle. Aujourd’hui, de nouvelles techniques sont en train d’être étudiées afin d’identifier la nature du trafic en dépit du fait que les paquets soient chiffrés : l’analyse statistique des paquets sur certains protocoles a permis le développement de nouvelles techniques de data mining qui se basent sur les caractéristiques des paquets analysés (e.g. leur fréquence ou leur taille) pour en déterminer la nature. Par exemple, en analysant la proportion entre les paquets en entrée et les paquets en sortie, il est possible d’identifier s’il s’agit d’un client (lorsque le nombre de paquets en entrée est supérieur au nombre de paquets en sortie), d’un serveur (lorsque le nombre de paquets en sortie est supérieur au nombre de paquets en entrée), ou d’un dispositif pair-à-pair (lorsqu’il y a une sorte d’équilibre entre le nombre de paquets en entrée et le nombre de paquets en sortie).

*** 

Est-il possible de contrôler les opérations de ces architectures sans en modifier la structure, i.e. sans détruire une technologie qui présentent plusieurs avantages, notamment en termes de liberté d’expression et tutelle de la vie privée ?

Bien que les architectures décentralisées permettent d’échapper au « contrôle à  grande échelle » en éliminant la possibilité d’accéder à une structure centrale (ou « nœud central » qui gouverne le réseau), il est néanmoins possible de contrôler les opérations de ces architectures et les communications entre pairs à différents niveaux.

Tout d’abord, bien qu’une architecture soit décentralisée, il y a toujours un point de départ – que ce soit le « tracker » ou le « bootstrap node » – qui permet aux nouveaux utilisateurs de découvrir leurs pairs. En observant le trafic en provenance ou à destination de ces nœuds, il est possible d’identifier les pairs auxquels ils sont connectés. Bien qu’il ne soit (théoriquement) pas possible de monitorer les communications entre pairs, il est parfois possible d’intercepter ces communications par le biais d’un déguisement (i.e. en s’appropriant temporairement l’adresse IP de l’un des pairs qui prennent part à la communication).

En effet, il est important de rappeler qu’il est impossible de communiquer sur le réseau sans prendre le risque que cette communication soit interceptée. Par exemple, de nombreux réseaux pair-à-pair sont infiltrés par des « espions » qui ont pour objet d’espionner les activités de leurs pairs. Ce problème est amplifié par les externalités du réseau : plus un nœud est « connecté » (i.e. plus grand est son « swarm »), plus grands seront les risques que ce nœud soit effectivement contrôlé.

Enfin, de nombreuses autres techniques peuvent être employées pour intercepter les communications des internautes, quel que soit le type d’architecture sur lequel ils communiquent : e.g. par l’intermédiaire de virus ou de spyware installés directement sur leurs ordinateurs.

Par conséquent, un très grand nombre de variables doivent être considérées pour échapper au contrôle des autorités. La décentralisation d’une architecture est seulement un des moyens disponibles aux internautes pour rendre leur identification plus difficile – que ce soit dans le but de commettre des actes illicites ou dans le but de préserver leur vie privée et leur liberté d’expression. D’autres mécanismes fondés sur des protocoles de communication extrêmement complexes, des technologies de chiffrages et des mécanismes d’authentification extrêmement sophistiqués peuvent être utilisés, en complément ou en supplément aux architectures décentralisées.

Il s’agit, en définitive, d’établir une balance entre « paranoïa » et « efficience ». La plupart des réseaux pair-à-pair privilégient l’efficience : ils ont un intérêt à faciliter la recherche de pairs pour permettre aux utilisateurs de communiquer ou de transférer des fichiers le plus rapidement possible. D’autres réseaux utilisés pour l’échange de secrets militaires ou de documents pédophiles adopteront, eux, une architecture des plus décentralisée en combinaison avec un protocole des plus complexes – leur objectif n’étant pas le transfert efficace de fichiers mais la difficulté de se faire identifier.

***

Est-il possible d’identifier une solution qui permettrait d’échapper à cette dichotomie, afin de bénéficier des avantages fournis par les architectures décentralisées, tout en assurant un certain degré de contrôle sur leurs opérations ?

Il y a trois possibilités différentes qui permettent de contrôler une architecture décentralisée:

(1) Censure des architectures décentralisées, en interdisant le protocole ou en le modifiant afin d’assurer le contrôle de la part des autorités. Cela a cependant l’inconvénient de pousser les communautés numériques à développer des mécanismes toujours plus compliqués pour échapper au contrôle.

(2) Introduction d’une police informatique qui a pour but de superviser les opérations d’un réseau et, le cas écheant, de s’infiltrer dans le réseau afin de le démanteler.

(3) Collaboration avec les internautes qui ont un intérêt à faire appliquer les règles au sein du réseau. Par exemple, de nombreux réseaux pair-à-pair pour le partage de fichiers ont adopté des règles qui encouragent les utilisateurs à partager leur fichiers, avec des mécanismes fondés sur un équilibre entre le nombre de fichiers partagés et le nombre de fichiers téléchargés (c.f. BitTorent “tit-for-tat” fondé sur le volume d’échange). De tels mécanismes peuvent être implémentés, par analogie, à d’autres réseaux pair-à-pair dont le but n’est pas le partage de fichiers, mais la communication en ligne. Au lieu de se fonder sur le volume d’échange, ces mécanismes peuvent, par exemple, se fonder sur un système de réputation – où les utilisateurs qui proposent des contenus offensifs (e.g. pornographiques ou illicites) auront une mauvaise réputation et seront donc pénalisés. L’idée est d’incorporer la réputation des utilisateurs avec leur possibilité d’intéragir avec les pairs et de bénéficier des fonctionalités du réseau. Cela demande cependant la collaboration des autres utilisateurs du réseau (ou d’une force de police spécifique) qui auront la responsabilité de “signaler” (to flag) les utilisateurs malveillants. Ces derniers maintiennent toutefois un certain pouvoir dans la mesure où ils ont la possibilité de “tricher” (e.g. en créeant des nouvelles identités) ou tout simplement de se déplacer sur un autre réseau. L’objectif n’est pas pas celui de rendre le contrôle absolu (car ce n’est pas possible), mais tout simplement de décourager les utilisateurs à se comporter de façon non légittime (i.e. de désobéir aux règles du réseau) en pénalisant ce type de comportements.

Infrastruktur – Sébastien Dahl

INFRASTRUKTUR ©Sébastian Dahl (BY-NC-CA) 2012

Après la soutenance de thèse de Francesca Musiani le lundi 15 octobre 2012 à l’École des Mines de Paris intitulée

« Nains sans géants. Architecture décentralisée et services Internet / Dwarfs without giants. Decentralized architecture and Internet-based services

Et une lecture en cours à propos d’une plongée dans la matérialité d’Internet (livre d’Andrew Blum, Tubes), le hasard nous met sur la route du photographe franco-norvégien Sébastien Dahl qui travaille lui aussi avec le média photographique sur les infrastructures de nos réseaux de télécommunications.

Un clin d’oeil à nos chères « infrastructures studies »…

  • http://www.sebastiandahl.com (INFRASTRUKTUR)

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Grey Areas in Peer Rental Insurance Begin to Clarify

Les polices d’assurance actuelles sont-elles au pas avec les temps – en particulier, avec l’autopartage en peer-to-peer, de plus en plus populaire?

 

Liz Fong-Jones joined car sharing program Relay Rides because her car was sitting parked most of the time. An environmentally-minded M.I.T student and one-time Google employee, she saw that by renting it out, she could maximize the car’s use and potentially lessen the number of cars on the road. What she didn’t see was that she was about to become the subject of a debate about insurance and liability in the sharing economy. The man who rented Fong-Jones’s car was found at fault in an accident in which he was killed and four people in the other car were seriously injured. Insurance claims may exceed Relay Rides’ million dollar policy.

Commercial use of a personal vehicle is generally not covered by basic auto insurance and in most places, companies reserve the right to cancel or non-renew customers who rent their vehicles out. California, Washington and Oregon have all passed legislation that specifically prohibits insurance companies from canceling insurance policies and takes liability off of car owners who are car sharing. In states where no legislation has been passed, liability enters a grey area if insurance doesn’t cover car sharing and a claim exceeds the car sharing company’s insurance.

Shelby Clark, CEO and chief community officer of Relay Rides feels that an accident in a car sharing vehicle would be treated like an accident in any other vehicle; that liability would rest on who was at fault. In such a case, when damages exceed coverage, one of two things happens: there’s a settlement for the insurance limit or else they go after the person at fault’s estate, which may result in the claim going unpaid or the creation of a payment plan.

Using a personal car for commercial purposes is nothing new in the insurance world. Pizza delivery businesses and real estate agents do it all the time – the individuals or businesses simply add additional coverage to their policy. What is new is the idea of people renting out their vehicles. Insurance companies don’t prohibit you from renting your vehicle, they just don’t cover it, and they reserve the right to cancel or non-renew insurance policies if a personal vehicle is being rented out.

There is no independent data being collected on this right now, but according to Clark, insurance companies are not canceling or non-renewing policies of customer who rent their personal cars out.

“People are already using their cars for commercial purposes and they’re not canceling insurance policies, mainly because it’s for a risk that they don’t cover,” he says. “Why would you turn away paying customers over a risk that you don’t have exposure to? An insurance company has the right to cancel your insurance policy if you rent out your car, but we think it’s very unlikely that that would happen.”

[…] the insurance arrangement for peer-to-peer car sharing in the U.S. could be much better.

“I think other countries are doing an awesome job working with insurance companies and offering insurance in a much better way than in America,” says Kohli. “In Australia and Europe, are the ones who are providing insurance on behalf of the insurance company. If the car owner wants to rent their vehicle out, they have to buy insurance from the car sharing company on behalf of the insurance company, at a higher price. This way,” he continues, “the insurance companies are more liable to participate because now they’re getting all these cars shifting to their company and they’re getting the higher cost. That is a really good model.”

 

Lire la suite sur Shareable.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

De l’intermédiaire vers le contrôle de l’infrastructure globale

Mana Neyestani © – page Facebook: https://www.facebook.com/ManaNeyestani?fref=ts

Dans le billet précédent, Francesca Musiani discutait très justement de la responsabilité des intermédiaires de l’Internet dans le cas de publications de contenus « insultants » ; du moins capables de provoquer des réactions « tangibles » dans la sphère publique (et non « virtuelles » ; elle s’appuyait sur l’exemple des heurts violents en Lybie et en Égypte suite à la publication du teaser d’un supposé film intitulé Innocence of Muslims sur la plateforme vidéo YouTube appartenant à Google[1]).

Certes la position de ces intermédiaires est plus que délicate dans le cadre « d’affaires » comme celle-ci[2] ; Cécile Méadel insistait d’ailleurs (dans les commentaires du billet) sur le fait que ces mêmes géants du web, Google, Facebook, Twitter, etc. reconnaissent la possibilité qu’ils ont de bloquer des contenus (stratégies Notice and Take down et Follow the money mis en place pour lutter, par exemple, contre la “contrefaçon” des contenus dont la propriété intellectuelle est protégée ou contre des données pédopornographiques). Face à ces évènements, se pose donc à nouveau la question de savoir qui est « légitime » pour retirer ou laisser en ligne des contenus offusquants car à l’heure actuelle, seuls ces géants du web semblent dotés d’un pouvoir de retrait, pour le meilleur et pour le pire mais à chaque fois au détriment de leurs utilisateurs et des internautes. Alors que révèlent de plus les « dessous » de cette affaire (ou plutôt les « tuyaux » par lesquels elle a été médiatisée)?

            Pour qui s’intéresse aux questions culturelles et politiques du monde arabe contemporain, Yves Gonzalez-Quijano propose, sur son édifiant carnet de recherche, une lecture tout à fait particulière de cette affaire à la fois linguistique et socio-politique.

 […] un des aspects les plus étonnants de cette nouvelle crise entre le « monde musulman » et « l’Occident » tient sans nul doute à cette étonnante alliance entre la bêtise des hommes (ceux qui sèment la haine de l’islam) et les armes dites « intelligentes » (lire Of stupid men and smart machines sur le site Jadaliyya.

Entre autres conséquences, cette nouvelle « affaire » va également contribuer à faire évoluer l’image publique des réseaux sociaux et de leur utilisation. Là aussi, le temps de l’innocence a pris fin et on note […] un sentiment de plus en plus plus mitigé vis-à-vis des réseaux sociaux et plus largement des technologies numériques, capables, on l’observe de plus en plus, du pire comme du meilleur.

En plus d’illustrer les nécessaires opérations de traduction (au sens large) à effectuer dans le cadre de cette crise, Yves Gonzalez-Quijano avance dans cet article plusieurs éléments qui nous amènent à nous interroger sur la « possession » des infrastructures de télécommunication. Effectivement, quelques jours après cette affaire, l’Iran décidait de verrouiller Internet prétextant le « mal » que provoquent les géants-américains de l’Internet (mettant en exergue la diffusion (sur YouTube donc Google, donc Gmail…) du film scandale mentionné précédemment. Prétexte plutôt absurde en Iran, pays majoritairement chiite et n’ayant pas le même rapport aux représentations du prophète que l’iconoclasme sunnite[3]). Depuis lors, l’Iran serait soit disant déconnecté du réseau mondial et désormais, en tant qu’Etat, à la tête d’une sorte d’Intranet géant (et « hallal », soit « licite » en opposition à l’Internet mondial jugé corrompu (Google et Gmail en ligne de mire) par les autorités iraniennes (voir à ce sujet l’article de Pierre Alonso sur le verrouillage de l’Internet en Iran. Quelques jours avant les déclarations du ministre iranien délégué aux Communications et aux technologies de l’information, Reza Taghipour, la liste de discussion de TOR, The Onion Router (plus d’informations ici) commençait à se préoccuper de cette possibilité et débattait des solutions techniques à opposer à ce blocage qui a surtout comme explication la volonté iranienne de se couper du réseau mondial, non pas pour hallaliser quoi que ce soit mais plutôt pour se prévenir d’attaques du type Stuxnet Olympic Games, programme de piratage informatique développé et lancé en 2011 par les américains et les israéliens afin de compromettre le programme nucléaire iranien (voir l’article d’Olivier Tesquet à ce sujet). Loin d’un soit disant « choc des civilisations » prédit par Huntington, des mythes de « guerres culturelles » ou religieuses, de protéger des utilisateurs des « dangers » que représentent les réseaux sociaux, l’enjeu est surtout ici industriel et terriblement « technologique ». L’objectif : contrôler les « tuyaux de l’information » et tout ce qu’on fait circuler à l’intérieur (encore une fois, on se préoccupe très peu des utilisateurs).

On en revient donc encore une fois à Francesca Musiani et à ce qu’elle déclarait à propos des infrastructures et de l’importance de leur études en SHS (article Caring about the plumbing: On the importance of architectures in social studies of (peer-to-peer) technology:

ARCHITECTURES MATTER!

En regardant cette « affaire » Innocence of muslims et la décision iranienne de se couper du réseau mondial avec un autre angle d’analyse et nos lunettes d’infrastructures studies ; on se rend compte qu’il s’agit peut être ici de contrôler des architectures « physiques » (les câbles, les fils, la fibre optique, les tranchés, etc.) et que ce faisant, des intermédiaires publics pourront bloquer (un peu) les modes de circulation de toutes ces données sur le web qui échappent, la plupart du temps, à n’importe quel type de contrôle (D’ailleurs, un tribunal portugais a jugé récemment les échanges peer to peer légaux).

Mais quel(s) câble(s) vont-ils et pensent-ils couper en se référant à cette carte ? Comment pensent ils contrôler les autres types de connexions pouvant être établies via radio-transmission transfrontalière, ou satellitaire? Pourquoi le faire maintenant ? Apparemment, le type de surveillance qu’ils veulent appliquer est assez simple et la liste de diffusion de TOR planche sur des solutions à opposer à ce blocage (ce qui semble compliqué d’après les rapports de tentatives des codeurs-développeurs militants bénévoles du routage en oignon). Ce dernier est basé sur une sorte de barrière entre espaces ‘public’ (visible par tous), et privé (visible localement seulement) selon certaines « familles d’adresses ». Les conventions de ces espaces sont spécifiées dans RFC 1918 (RFC : Request For Comments). Selon Tawfik Nassar, consultant en informatique,

Toute adresse IP (Internet Protocol) 10.X.X.X est une adresse privée. Les adresses 192.168.X.X aussi… C’est-à-dire qu’on peut avoir des millions de machines dans le monde ayant le même numéro (ex : 10.1.1.1) sans que cela provoque une confusion même lorsqu’elles sont connectées au réseau Internet (pourvu que le numéro de chacune soit unique dans son propre réseau local).

En réalité, chacune de ces machines est obligatoirement connectée au web à travers une machine qui, elle, a un numéro ‘public’ – donc unique sur le web (un « nœud central »). C’est à partir de cette machine qu’on pourrait filtrer / router les infos du web vers les machines de son ‘réseau local’ (ayant des numéros privés). Personne non plus de l’extérieur ne pourrait avoir accès aux machines internes… À moins que la machine de routage fasse les traductions d’adresses (public/privé) nécessaires à ces communications. C’est presque le cas lorsqu’on est à St Nom la Bretèche (Yvelines) avec un routeur WiFi (lui-même connecté à une machine Orange quelque part à Rambouillet)… Sauf que ces machines sont toutes sympas et laissent tout passer… Enfin… Pour le moment…

Une telle opération s’est produite en janvier 2011 en Égypte : les robinets de l’information furent tout simplement « coupés » lorsque le régime Moubarak s’aperçut qu’il n’était plus en mesure de contrôler la vitesse de circulation de l’information sur le web. Très rapidement, l’affaire fit grand bruit et Google, via l’intermédiaire d’un de leurs employés, Wael Ghoneim, créa des solutions pour continuer de pouvoir utiliser le web via des canaux détournés tels que le système GSM (le speak to tweet développé avec Twitter) ou les bon vieux modems téléphoniques (en passant par les numéros de téléphones de FAI étrangers). Mubarak avait dû rouvrir les vannes pour garder la face quelques jours de plus… On connaît tous l’écho que les réseaux sociaux lors du printemps arabe. Alors que faire face au retour de bâton des plomberies de la communication et à la peur qu’un plombier fou vienne tout couper sous prétexte que c’est « bon » pour les utilisateurs?

Étant ces jours-ci à Barcelone pour l’International Summit for Community Wireless Networks, je me rends compte que c’est, entre autres, ce genre de questions et de problématiques qui ont amené au financements de projets de réseaux communautaires sans fils de grandes envergures (de type Commotion ou CONFINE, c’est toujours le cas après l’intervention de Fabrizio Sestini – Programme manager at the European Commission DG INFSO, currently in charge of the multidisciplinary initiatives on « Collective Awareness platforms for Sustainability and Social Innovation » and « Internet Science). Ce type d’initiative est plutôt simple à résumer : au delà de créer un software performant capable de gérer la compatibilité et la communication entre divers types de devices, ces projets se veulent pédagogiques et se définissent comme des toolkits capables d’amener les utilisateurs à créer leurs propres réseaux communautaires, à les entretenir et à les étendre. Ils se veulent outils de développement civique, social, technique, politique et culturel (l’exemple de Détroit utilisant Commotion et de la Detroit Digital Justice Coalition est probant) et « esquisses » de l’internet du futur (plus localisé, plus « pris en charge » par ses utilisateurs, plus responsabilisé). Mais de quoi sont ils le nom précisément ?

C’est au croisement de ces problématiques que s’articule notre travail de recherche. Nous y reviendrons dans un autre billet prochainement (Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Network Barcelona) et tout au long du projet ADAM pour essayer de définir le nom de ce type de réseaux décentralisés, sans fils et mobiles.


[1] Notons dès à présent que ce film, en fait la bande annonce d’un long métrage qui ne verra certainement jamais le jour, fût tournée en 2011 et que les conditions de sa production puis de sa publication ultra médiatisée sont plus que douteuses. Voir notamment l’article de Gawker à ce sujet celui d’Arte Journal du Globe et du Point.

[2] Et comme le rappelle Yves Gonzalez-Quijano (cpa.hypothèses.org), “Inutile de revenir sur les détails d’un « scénario », celui de la fabrication de cette crise, laquelle n’a de toute manière pas encore livré tous ses secrets”.

[3] Citons ici également, un autre article publié en octobre 2011 par Yves Gonzalez-Quijano sur cpa.hypotheses.org (à lire ici http://cpa.hypotheses.org/3015) qui relativise l’actualité de l’iconoclasme sunnite: “Lors d’un débat consacré par la chaîne saoudienne (très halal) Al-Arabiya, deux juristes importants, Saleh Al-Luhaydân (صالح بن محمد اللحيدان) et Hatem Al-Sharif (حاتم الشريف) ont ainsi publiquement relativisé le tabou d’une représentation des figures majeures de l’islam, tels que les prophètes ou ceux qu’on appelle les « Compagnons » (Sahaba). Ils sont même allés jusqu’à reconnaître qu’elle n’était pas forcément illicite…”


François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

International Summit for Community Wireless Networks (Streaming)

Suivez en direct l’International Summit for Community Wireless Networks

4-7 October 2012 | Universitat Politècnica de Catalunya Barcelona, Spain

 

Cet évènement rassemble la majeure partie des initiatives de réseaux décentralisés mobiles à travers le monde (Commotion, Serval, Guifi, Freifunk, Funkfeur, Tidepools, etc.). Nous reviendrons dans un billet plus long sur cette conférence mais d’ores et déja, vous pouvez suivre les conférences et les discussions grace à un streaming en direct.

 

Sponsors de ce colloque:

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Bloquer ou pas bloquer? Les contenus « insultants » et les intermédiaires de l’Internet

Ci-dessous le texte de mon intervention au séminaire « Religion, Freedom of Expression, and Outrage » organisé par le Master in Foreign Service de l’université de Georgetown. J’y discute de la position délicate des intermédiaires de l’Internet, entre capacité de controle, responsabilité et « soft power », dans les cas de publication de contenus « insultants » sur des services en ligne comme Facebook, Twitter ou – comme l’a montré récemment le vidéo ridiculisant Mahomet – Google.

 

Google and Video Blocking: Control (and Responsibility) of Information Intermediaries on the Internet

Francesca Musiani

Religion, Freedom of Expression, and Outrage – Panel Discussion

 

The “Embassy Riots” that have shaken the Arab world a couple of weeks ago, following the publication on the Internet of an “American-made video” (better defined as a video made by an individual with American citizenship) ridiculing the Prophet Muhammad, offer one further, important occasion to reflect on one of the very relevant questions of our connected world – the extent of the control (and the responsibility) that the great information services, intermediaries and gatekeepers of today’s Internet exert on user-generated, online-published content. Google’s decision to selectively block the video in violence-stricken countries, while not removing it from the service altogether, raises, indeed, fundamental questions about the control that Internet companies have over online forms of expression. Should the companies themselves decide what standards govern what is seen on the Internet? How consistently should these policies be applied, and are de facto applied? What to do of “critical precedents”, like this one, in the future?

This most recent debate stems from the decision by Google – the “giant” of online search, which owns the very popular video streaming service YouTube – to block access to the infamous video in two of the countries that have experienced the most severe upheavals, Egypt and Libya, while at the same time choosing not to remove it completely from its Web site. Google’s decision is based on a number of conflicting dynamics. On one hand, its capacity, stated by contract, to block access to content on a country-by-country basis. On the other, its stated approach to have a « bias in favor of free expression – not just because it’s a key tenet of free societies, but also because more information generally means more choice, more power, more economic opportunity and more freedom for people” – an ideology that has been upheld repeatedly by Google’s top leaders in the recent past, including a number of very vocal reproaches to China’s online censorship efforts, and refusals to remove content deemed as delicate or unacceptable by governments – including the United States. This is reflected in YouTube’s terms of service: according to them, hate speech is speech against individuals, not against groups. All of this is enshrined in the company’s obviously steady lack of willingness to play any part, even indirectly, in fueling violence that has already resulted in American deaths.

In short, as the video mocks Islam but not Muslim people and is therefore, by Google’s own admission, “clearly within the company’s guidelines”, it has been allowed to stay on the site in most of the world – while “given the very difficult situation in Libya and Egypt”, a Google representative has remarked, the company has “temporarily restricted access” in both countries.

The New York Times has recently reported the opinion of Peter Spiro, a constitutional and international law professor at Temple University in Philadelphia. The scholar was adamant in saying that “Google is the world’s gatekeeper for information, so if Google wants to define the First Amendment to exclude this sort of material then there’s not a lot the rest of the world can do about it (and) it makes this episode an even more significant one if Google broadens the block.” Indeed, in addition to emphasizing the amount of control that Internet companies can exert alongside governments (sometimes, superseding them) on what should, and should not, be publicly and freely expressed online, the Embassy Riots also highlight the difficult positions that content platforms are sometimes put in – because of the responsibility that their “privileged gatekeeper status” entails.

All Web companies that allow people to post content online — Facebook, Twitter, Google — grapple with issues involving content. The questions are complicated by the absence of geographical boundaries on the Internet, that require companies to navigate through a highly heterogeneous ensemble of laws and cultural traditions. Web companies receive dozens of requests a month to remove content. Google, in particular, has continually referred to its guidelines to remove only content that breaks laws or its terms of service, and only at the explicit request of users, governments or courts. In this light, blocking the anti-Islam video was exceptional, although “the decision to block in those two countries specifically is kind of hard to second guess, considering the severity of the violence in those two areas,” pointed out Kevin Bankston, director of the free expression project at the DC-based Center for Democracy and Technology. Some wonder what precedent this might set. Rebecca MacKinnon, co-founder of Global Voices, a worldwide network of bloggers, has remarked that “it depends on whether this is the beginning of a trend or an extremely exceptional response to an extremely exceptional situation.”

Google’s response to the “Embassy Riots” can be read as perplexing and disquieting, if the enormous weight of the Internet company ends up pushing for the first one of these alternatives. To quote Kevin Bankston again, the video blocking may send the message that “if you violently object to speech you disagree with, you can get it censored.” It may also be read in a more positive light, as an attempt by one of the Internet’s foremost “giants” to craft more articulate, complex and nuanced policies on content removal, user rights, and the power of intermediaries – even when it is less risky, not just for the users but for the company itself, to take a more extreme stance of absolute openness or absolute restriction. Time will tell what is going to build on this episode, be it a critical precedent or an isolated case – but one thing may be concluded for now: it demonstrates, not for the first time, the court-of-law-like powers of Internet information intermediaries, de facto able to decide what content remains public, and what is taken out. But the techno-juridical framework governing online freedom of expression – and with it, transparency and accountability of individuals, companies and governments – is still very much in the making.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website