La Syrie a disparu… de l’Internet mondial

À suivre sur Twitter via le hashtag #SyriaBlackout

La nouvelle est arrivée hier à 10:26 UTC via une brève d’une entreprise qui surveille le statut de l’Internet mondial (Remesys). En effet, sur la table globale de routage du web, les 84 portes d’entrées sur la Syrie (les 84 blocs d’adressage IP assignés à ce pays en proie à une guerre depuis 2011) étaient devenues inaccessibles. L’infrastructure mondiale de l’Internet a donc été amputé en quelque part, le réseau à perdu les branches syriennes de ses rhizomes…

Qu’est ce que cette coupure signifie dans un pays à feu et à sang et où un régime de terreur cherche à contrôler l’information? Les militants syriens trouveront-ils des solutions décentralisées pour contourner ce blocage de l’Internet comme souhaiter le faire la technologie Commotion, Internet in a suitcase dans cet article du New York Times du 12 juin 2011?

Les prochains jours nous le diront, mais gageons dès à présent que c’est mauvais signe. Très mauvais signe… Ce type de coupure a souvent lieu lorsque les régimes politiques autoritaires deviennent nerveux à propos de la façon dont ils sont perçus de par le Monde (Mubarak, raïs déchu égyptien se permettait bien souvent d’agir de la sorte mais la dernière coupure en janvier 2011 avait cristallisé les revendications démocratiques de la place Tahrir et de ses militants connectés).

Plus d’informations ici (allthingsd.com article de Arik Hesseldahl)

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Images et animations pour communiquer la gouvernance de l’Internet

Nos lecteurs qui s’intéressent a la médiation scientifique et/ou qui ont suivi la très bonne serie d’articles publiée sur ce site par Camille Jutant, portant sur les images des architectures distribuées, ne manqueront pas d’apprécier cette initiative de la Diplo Foundation, centrée sur l’usage d’images et d’animations pour communiquer les enjeux complexes de la gouvernance d’Internet d’aujourd’hui.

Images et IG – video de la Diplo Foundation

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Réseaux distribués communautaires, vers une nouvelle pédagogie?

De quelle(s) manière(s) les débats liés à la liberté de communication sur Internet mettent en scène un « conflit de légitimité démocratique » ?

C’est à partir de cette question que Félix Tréguer analyse la façon dont s’affrontent deux camps censés pour l’un :

« Défendre l’application du droit positif à Internet au nom du primat de la démocratie représentative (et de ses institutions, législatives ou judiciaires par exemple) »

et de l’autre,

« revendiquer des pratiques communicationnelles en marge de la légalité, remettant en cause le droit de la communication au nom, justement, des valeurs démocratiques »

     Référence : Internet, espace d’une citoyenneté insurrectionnelle sur le blog Mediapart Internet & Démocratie, le 3 septembre 2012

Partant de cet exemple et de cette « division latente de tous les débats relatifs à la liberté d’expression sur Internet », Félix Tréguer[1] construit un argumentaire éclairant sur nombre de questions qui nous intéressent au sein de ce projet de recherche notamment celle de savoir par quels biais des citoyens revendiquent des pratiques « démocratiques » à partir de différents services web (décentralisés). En effet, beaucoup de discussions relatives à la liberté d’expression sur Internet s’appuient (uniquement) sur « les débats autour du partage non autorisé d’œuvres soumises au droit d’auteur que de nombreux législateurs et juges cherchent à combattre mais qu’une partie de la population revendique comme une pratique démocratique » (voir notamment les travaux de Philippe Aigrain et les initiatives de la P2P Foundation). Depuis 1999 et la naissance de Napster qui leur a donné une visibilité grand public, les technologies peer-to-peer ou réseaux informatiques distribués ont été « considérés presque exclusivement comme des menaces pour l’industrie des contenus numériques. L’usage principal de ces réseaux par le public étant le partage non autorisé de fichiers musicaux ou vidéo, le problème du droit de propriété intellectuelle, du droit d’auteur notamment, s’est imposé en tant que cadrage médiatique et politique prédominant des réseaux P2P et de leurs usages » (Musiani, 2011). En effet, leurs qualités intrinsèques, en dehors du débat relatif aux données qui circulent sur ce type de réseau, ont souvent été ignorées et la question de leurs places face à une pensée de l’informatique centralisée (les «géants » de Francesca Musiani[2]) s’est bien souvent retrouvée mise à l’index…

« Sharing » – Toronto, Ontario – http://tobanblack.net/blog/ – (CC BY-NC 2.0)

Pourtant, exceptée cette problématique de la propriété des données (sécurité, emplacement des datas) et de leurs utilisations par des tiers (privacy), les « vertus » (Elvin-Koren, 2006), les façons de « faire réseau » de ces technologies distribuées sont aujourd’hui en mesure de nous faire repenser la définition même du politique et de sa pratique. Les cadrages médiatiques et politiques des réseaux distribués pourraient peut être même évoluer et on pourrait trouver de nouveaux éléments de réponse au conflit de légitimité démocratique évoqué précédemment.

Pour en revenir à la problématique de ce billet ; au delà de pointer les rapprochements possibles entre les « manifestations de la citoyenneté insurrectionnelle (terme emprunté à James Holston) dans l’espace urbain et les formes de résistances dont Internet est le théâtre », les questions que soulève Tréguer interrogent la constitution même de nos infrastructures communicationnelles et déplacent le débat sur un plan qui nous semble plus intéressant:

Comment ces infrastructures « font politique »[3] ? En d’autres termes, de quelle manière représentent-elles une certaine structure et un fonctionnement (méthodique, théorique et pratique) d’une communauté, d’une société, d’un groupe social ?

Pourquoi passent-elles aujourd’hui pour des technologies disruptives alors que le principe d’architecture distribuée existe depuis longtemps (voir toujours) et supporte des services web bien connus qui ne semblent pas vraiment « disruptifs » ou ne posent pas de problèmes juridiques particuliers (Skype en tête qui repose en partie sur une architecture distribuée)?

Ce type de questions sur les artefacts et leurs aspects politiques n’est, lui non plus, pas nouveau[4]. Ainsi, dès 1989, Madeleine Akrich[5] soulignait l’importance de regarder les choix techniques sous jacents aux architectures des technologies qu’elle observait en Afrique et ailleurs dans le monde (Akrich, 1989). En 1978, après une année d’immersion dans les usines Citroën parisiennes, Robert Linhart[6] évoquait quant à lui le rapport que les hommes entretiennent entre eux par l’intermédiaire des objets : ce que Marx appelait les rapports de production. Il dénonçait dans cette enquête de sociologue embedded la « dictature des objets », la violence du lieu-usine en lui même et des objets techniques qui le constituent (on pourrait remonter ainsi de suite la chaine des auteurs divers et variés qui ont étudié les objets non-humains et leurs rôles d’acteurs au sein de systèmes sociotechniques…). Beaucoup de chercheurs en SHS / STS ont donc « calmé » quelque peu certaines ardeurs techno-optimistes qui voulait attribuer des fonctions particulières à diverses technologies et/ou en masquer d’autres…

Mais aujourd’hui, après avoir vu apparaître en 2011 de nouvelles « arabités numériques » (Gonzalez-Quijano, 2012) et différents mouvements indignados, occupy ou anonymous qui ont été prétextes à de nombreuses analyses autant optimistes que pessimistes à propos de l’avenir des mouvements citoyens et des « citoyennetés insurrectionnelles » abordées précédemment ; il semble encore plus important de porter un regard clair et objectif sur l’architecture même des services web, sur ce qu’ils permettent, ce qu’ils changent et comment leurs usages changent eux mêmes en retour (à l’heure où j’écris ce billet, owni.fr vient de publier un article à propos du rôle de « l’infrastructure internet » lors de la toute récente campagne présidentielle américaine menée par le camp démocrate et qui a vu la victoire de son candidat Barack Obama. L’intérêt pour ce type de question et l’analyse de ces objets vis à vis de la chose politique semble donc croissant…).

Prenant comme point de départ les discours portés sur les origines numériques des soulèvements arabes de 2011 et le rôle qu’auraient pu y jouer des architectures distribuées, notre travail de thèse consiste à comprendre les dynamiques sociopolitiques inhérentes à une technologie particulière, celle des réseaux distribués mobiles (MESH, MANET) qui correspondent à une architecture informatique décentralisée réellement « mobile » et « mouvante ».

En ce sens, le projet Commotion ou Internet in a suitcase révèle à bien des égards un nombre important d’enjeux inhérents à cette étude des réseaux distribués mobiles. Comme le soutiendra très prochainement Benjamin Loveluck (Cf. note 3), Internet peut-être compris comme un « libéralisme informationnel » qui engendre différentes formes d’auto-organisation. Concernant Commotion et pour étudier de près les acteurs de ce projet et l’ensemble de ses ramifications ; on peut déclarer d’ores et déjà que ce dernier se définit comme une boite à outils et non pas comme une « killer application » mobilo-distribuée qui révolutionnerait le monde de l’information et de la communication.

 

Commotion (COMMunity Open Technology Information Online Network selon la définition de Josh King[7]) est avant tout et pour l’ensemble de son équipe de développement une boite à outil qui rassemble différents principes d’utilisation des NTIC, et notamment celui d’auto-organisation et de plateforme commune uniformisée:

« It’s to pull together all these sort of existing mesh networking open source wireless mesh networking technologies and making sure that they’re easy and secure in writing graphical interfaces and documentation and adding in security encryptions. And the end point of the project is a series of sort of software application bundles for different platform » ;

« Envisionned it as a toolkit or Platform for people to be able to build a wide variety of different network ; […] Commotion is also something that provides an opportunity to do education and outreach around this idea of owning your own infrastructure. […] It’s not just a soft, it’s really a set of principles that are about autonomy and ownership your own communication capabilities » ;

« I think that I view the potential of Commotion as really a way to democratize infrastructure but in a different sense from the circumvention sense »

     (INTERVIEWS Technical & Field Team – Commotion Project – Open Technology Initiative – New America Foundation – Washington DC – Août 2012 – François Huguet)

Pourtant, Commotion est presque toujours mis en avant comme une technologie disruptive (surtout dans les discours journalistiques de 2011, année des soulèvements arabes) intervenant en temps de crises, de blocages, de censures, de guerres, de révolutions:

« Internet in a Suitcase is basically a software program aimed at giving people in conflict or disaster zones the ability to establish a secure, independent wireless network over their computers and cell phones. While the system (which, despite its name, involves neither hardware nor a suitcase) is being tested and is usable right now, [Sascha] Meinrath [directeur de l’Open Technology Initiative à la New America Foundation] and his team of developers around the globe are holding off on releasing it to groups like the Syrian rebels until they are confident that it can resist large-scale hacking by governments. »

     (‘Internet in a Suitcase’ ready for field testing, Foreign Policy, John Reed, 5 Novembre 2012 ;

    Concernant les présentations de Commotion par des journalistes, voir également les articles de Yves Eudes dans Le Monde (30 août 2011), « Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle », celui de Chloé Woitier dans Le Figaro (1er septembre 2011), « Commotion, l’accès libre et anonyme à Internet » et celui de John Markoff et James Glanz dans The New York Times (12 juin 2011) « U.S. Underwrites Internet Detour Around Censors ».

Partant de ces faits, on pourrait presque supposer que c’est de cette manière que l’Open Technology Initiative a pu faire financer le projet Internet in a suitcase – Commotion : en « surfant » en quelques sortes sur le 21st century statecraft, qui, selon les mots de la journaliste de The American Prospect Nancy Scola « Hoping to spread the American tech gospel to the rest of the world »… Mais ce serait réduire Commotion à un simple projet cyberdiplomatique américain et les choses ne sont pas si simples (voir notamment les billets publiés sur ADAM à propos du contrôle des infrastructures et celui qui mentionne l’intervention de Ben Scott à l’International Summit for Community Wireless Network)… Alors à quoi renvoie cette communauté « imaginée » pour reprendre le terme de Bénédict Anderson (1996), utilisatrice de réseaux distribués mobiles, idéaux types de l’auto-organisation sur Internet ? De quoi ces réseaux distribués sont-ils le nom ? Les États Nations pousseraient-ils au développement de tels outils pour modifier les formes d’application de la démocratie ?

La réponse se trouve peut être dans les vertus de cette citoyenneté insurrectionnelle qu’évoque Félix Tréguer après sa lecture de Holston, dans la nécessité de « renouer avec une approche ethnologique dans la politique de la ville, et se nourrir des contestations citoyennes pour engendrer une dynamique de changement social ». La ville, l’espace urbain, apparaît donc comme une composante essentielle et nécessaire de ce type de réseaux et de cette catégorie de soulèvements[8]. Manuel Castells tenait d’ailleurs des propos similaires en juin 2011[9] à propos de cette urbanité, initiatrice de nouvelles formes de communauté à liens plus ou moins faibles mais hyper-connectées:

« cette fois-ci les réseaux numériques pourvoient des formes flexibles et changeantes d’organisation et de débat, d’appel au secours, de distribution d’idées et d’initiatives, de décision collective distribuée. Les braves gens du mouvement ne sont jamais seuls, sont toujours connectés, et donc, ensemble n’ont pas peur. Leur mot : « Toutes ensemble, nous pouvons ». Pouvoir quoi ? Pour le moment, dans le discours du mou­vement, l’essentiel est de pouvoir être ensemble et, ensemble, découvrir une autre démocratie che­min faisant. »

Des propos proches de ceux que tiennent les instigateurs du projet Commotion, lui-même financé par le département d’État américain… Reste donc à chercher le lieu et le moment où cette réflexion sur les architectures, sur leur nécessaire décentralisation[10] s’articule avec la dimension critique et propositionnelle des « insurgés citoyens », l’instant où l’on comprend, ne serait ce qu’un peu, la matérialité des réseaux que nous formons et dont nous sommes des nœuds. Mais quid des compétences requises de la part de ces citoyens (et d’un appareil étatique[11]) en vue d’une participation active dans le mouvement social de transformation, dans cet « être ensemble » nouveau? Quelles compétences doit avoir un usager grand public dans un tel cadre d’utilisation de plateformes d’ « insurrection citoyenne » (on pourrait prendre comme exemple les « cosmopolitismes » multiples que sont les mouvements indignados, occupy, anonymous) ?

D’ores et déjà, il nous semble que les pistes soulevées par Serge Proulx[12] semblent intéressantes à plus d’un titre et posent des questions nécessaires au franchissement de cette étape que représente le devenir citoyen insurrectionnel « médié » par des réseaux distribués mobiles :

« Il apparaît évident que nous sommes dans une époque où triomphe l’industrie de l’infotainment. Les utilisateurs sont très majoritairement des consommateurs plus ou moins passifs des dispositifs numériques. Il reste que si les TIC doivent être pensées comme moyens pour favoriser l’émancipation sociale et maximiser la puissance d’agir des citoyens – qu’ils soient du Sud ou du Nord – il apparaît nécessaire de penser les potentialités civiques de la communication numérique à l’extérieur du cadre exclusif de la consommation (Proulx et Klein, 2012). Le défi pour la démocratisation technique consiste à chercher une troisième voie… Comment approcher des usagers qui se déclarent « intelligents » et « politiquement engagés » mais qui ne veulent pas nécessairement trop investir dans l’apprentissage technique des machines ? Voilà le défi. » (Proulx, 2012).

Et lorsque l’on défini les réseaux distribués mobiles (communautaires) comme étant quelque chose en mesure d’apprendre sur l’idée d’infrastructure à ses utilisateurs et non plus comme un simple logiciel; quand ce même quelque chose se donne à voir et à entendre comme une série de principes à propos de l’autonomie des réseaux de communication, sur la possibilité de redessiner en « relocalisant » l’information, en la distribuant d’une autre façon et en apprenant aux utilisateurs la façon dont ça « circule » dans ces réseaux ; on s’approche peut être de cette troisième voie…

 


[1] Réflexions et articles à retrouver sur le carnet de recherche de Félix Treguer We the Net, espace de réflexion sur les enjeux démocratiques liés à la protection de la liberté de communication sur Internet. Félix Tréguer est doctorant à l’EHESS Paris.

[2] Francesca MUSIANI (2012), Nains sans géants, architecture décentralisée et services Internet, thèse de doctorat (dir. Cécile Méadel, CSI-ENSMP), Ecole nationale supérieure des mines de Paris.

[3] Sur ce sujet, nous suivons avec attention les travaux de Benjamin Loveluck, qui soutiendra sa thèse de doctorat intitulée La liberté par l’information. Généalogie politique du libéralisme informationnel et des formes de l’auto-organisation sur internet le 4 décembre 2012 à l’EHESS Paris.

[4] Voir notamment Winner, L. (1986), « Do artifacts have politics ? », The whale and the reactor : a search for limits in an age of high technology, University of Chicago Press, Chicago, p. 19-39 ; Cooper, G., Woolgar. S. (1999), « Do artefacts have ambivalence : Mose’s bridges, Winner’s bridges and other urban legends in S&TS », Social Studies of Science, SAGE, Londres, p. 433-449.

[5] Akrich, M. (1989), « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et Sociétés, Volume 13, numéro 2, 1989, p. 31-54 ; voir aussi Akrich, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

[6] Linhart, R. (1978), L’Etabli, Editions de Minuit, Paris.

[7] Technical leader à l’Open Technology Initiative, « codeur » de Commotion.

[8] Notons néanmoins que les révoltes arabes, notamment en Egypte s’inscrivent dans une long processus de contestation et de revendications démocratiques débuté en 2004 par des grèves massives d’ouvriers du textile dans une (petite) ville du delta du Nil (Mahallah el-Kubra) et par une « révolution médiatique » débutée quant dans les années 1990 (pareil pour la Tunisie ou le combat ouvrier et syndical (dans des petites provinces) avait fait remonter depuis de nombreuses années des aspirations à plus de démocratie et une remise en cause du système Ben Ali). La révolution arabe de 2011 ne s’est pas faite dans un contexte vierge de toute revendications civiques, politique et socio-économique. Pour de plus amples précisions, voir les travaux de Yves Gonzalez-Quijano et de Tourya Guayybess sur la télévision satellitaire et les mutations médiatiques du monde arabe depuis l’arrivée de l’imprimerie.

[9] Castells, M. (2012), « Ni dieu ni maitre: les réseaux », FMSH-WP-2012-02.

[10] Dans l’ensemble de nos entretiens avec les équipes de Commotion (Field team, Policy team, Technical team, août 2012, Washington DC) les personnes interrogées mettent presque tout le temps en avant les aspects « décentralisés » de leur software, la « plus value » que cela apporte à leurs travaux. Pareil concernant les militants des mouvements occupy européens qui utilisèrent et développèrent durant l’année 2011, des réseaux sociaux décentralisés tels que Lorea et Crabgrass voir Gentès, A., Huguet. F, (2012) « Les alternatives aux réseaux sociaux –  l’architecture distribuée et le design de médias » in Stiegler, B. 2012 Réseaux sociaux, culture politique et ingénierie des réseaux sociaux, Paris, FYP.

[11] « Libérer » le spectre radio pourrait être un vecteur d’innovation à ce niveau là comme l’a été la « libéralisation » de la bande FM dans les années 80. Voir notamment la tribune de Félix Treguer et Jean Cattan (2011) à ce sujet : Le spectre de nos libertés

[12] Proulx, S. (2012), La Puissance d’agir des citoyens à l’ère du numérique : cyberactivisme et nouvelles formes d’expression politiques en ligne, in S. Najar, dir., Mouvements sociaux en ligne et cyberactivisme en Méditerranée, Karthala, Paris.

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Chris Soghoian et la « privacy intégraliste »

Portrait en français d’un Américain pas comme les autres: Chris Soghoian, préconiseur de la vie privée « en version intégrale » sur les réseaux informatiques, ex-Fellow du Berkman Center for Internet and Society de Harvard, travaillant actuellement pour l’historique American Civil Liberties Union (ACLU).

Retrouvez l’article de Yves Eudes sur Le Monde du 15 novembre dernier.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

La politique est-elle de plus en plus P2P?

Le Media Lab du Massachusetts Institute of Technology (MIT) vient de publier les vidéos et le compte-rendu de l’événement « Has Politics Gone Peer to Peer? », qui a eu lieu la veille des élections américaines, avec la participation de plusieurs membres du Berkman Center for Internet and Society de la Harvard Law School. Retrouvez cette conversation sur le site du MIT Center for Civic Media.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Giancarlo Ruffo: Sur la gouvernance des architectures décentralisées

Interview avec Giancarlo Ruffo (Università di Torino): Sur la gouvernance des architectures décentralisées


  • Comment voyez-vous la relation entre gouvernance et contrôle dans les architectures décentralisées?

Il est facile d’imaginer un système de gouvernance qui ne délègue pas le contrôle à une ou plusieurs entités. Internet en est un parfait exemple : si on observe la manière dont Internet a évolué au cours des années, on remarque que de nombreux acteurs ont proposé des protocoles (adoptés au niveau local) qui ont contribué à la construction du réseau. Tout individu peut créer un nouveau réseau (ou un nouveau réseau dans le réseau) qui obéit à certaines règles dictées par un protocole donné, et qui subsiste indépendemment des règles dictées par les autres protocoles. La plupart de ces protocoles imposent leurs propres règles au sein d’architectures spécifiques, mais ne permettent à aucune entité d’exercer un contrôle totalitaire sur ces architectures.

En ce qui concerne les architectures décentralisées, il est donc important de distinguer entre “gouvernance” et “contrôle” car il s’agit de deux notions complètement différentes, bien que souvent interdépendantes. Ainsi, bien que ces architectures soient pllus difficiles à gouverner, elles sont aussi plus difficiles à contrôler. La distinction entre gouvernance et contrôle est d’autant plus pertinente dans le cas des réseaux pair-à-pair dont les protocoles établissent un système d’auto-gouvernance par l’intermédiaire de règles techniques qui opèrent de manière autonome, sans qu’aucun de ces pairs ne soit dépendant ou contrôlé par les autres.

Dans un système centralisé, la distinction s’estompe puisque c’est la même entité qui s’occupe à la fois d’établir les règles de gouvernance et de contrôler la correcte application des règles dans une architecture donnée. Ainsi, bien qu’un système de gouvernance soit relativement facile à établir dans une architecture centralisée, il se fonde souvent sur une structure hiérarchique où une ou plusieurs entités centrales contrôlent le fonctionnement de tout le dispositif et assurent la légitimité des communications. Cela entraîne des repercussions potentiellement négatives sur certains droits fondamentaux comme le droit au respect de la vie privée et à la liberté d’expression.

 

  • Quels sont les differents modes de gouvernance qui permettent de faire appliquer des règles (légales ou autres) au sein des architectures distribuées ?

(1) Governance by design : régulation par le code (Code is law)

 

Une façon de réguler les architectures décentralisées est d’incorporer les règles directement au sein de l’architecture technique de réference – sur le modèle des DRM (digital rights management systems).

En effet, Internet est un réseau entièrement décentralisé, qui peut être régulé par une pluralité de mécanismes technologiques. Tout internaute a la possibilité de proposer des règles techniques – qui s’appliquent à un réseau local, ou à l’intérieur d’un système autonome – sans que cela n’empêche les autres acteurs de proposer des règles différentes.

Cela peut se faire au niveau du:

 

  • Protocole

La conception du protocole représente l’étape fondamentale pour le développement d’un dispositif ou d’un résau pair-à-pair. Avant même de penser à l’implémentation du réseau, il faut penser au “design” du protocole qui va determiner les principes de base sur lesquels il sera ensuite possible de développer des logiciels ou des interfaces utilisateurs. La plupart des protocoles actuellement utilisés sur Internet ont été conçus et développés dans une approche pair-à-pair par l’intermédiaire des RFC (request for comments) : des documents techniques qui invitaient la communauté d’internautes à fournir des commentaires sur les protocoles proposés, afin de les améliorer au fur et à mesure.

Le protocole est important car il constitue la structure sous-jacente d’une architecture, dont les caractéristiques iront influencer la conception et le développement de nouveaux dispositifs (en termes d’anonymat, de liberté d’expression, etc). Le protocole représente ainsi le “goulot de la bouteille” (bottle neck) de l’architecture dans la mesure où les règles qui définissent un protocole prévalent invariablement sur les règles imposées par les logiciels ou les interfaces. Ainsi, si le protocole permet de faire quelque chose que l’interface ne permet pas, il sera possible de développer des interfaces alternatives qui permettront de bénéficier des fonctionalités ou d’exploiter les défaults du protocole sous-jacent.

Cela s’est produit à plusieurs reprises dans le cas des résaux pair-à-pair :

Par exemple, le protocole SMTP (le protocole traditionnellement utilisé pour envoyer des e-mails) présente plusieurs défauts de conception (dus à un manque de préoccupation à l’époque où le protocole était développé) qui permettent notamment d’envoyer des e-mails provenant de sources inexistantes. Ce problème – qui est relativement facile à résoudre dans une architecture centralisée – ne peut pas être facilement résolu dans le cas d’un protocole décentralisé.

De même, dans le cas de Gnutella (un réseau pair-à pair pour l’échange de fichiers), étant donné que l’interface officielle du résau (LimeWire) ne permettait pas le téléchargement simultané des fichiers (une fonctionnalité cependant permise au niveau du protocole), les utilisateurs du résau ont développé des logiciels plus performants – exerçant ainsi une pression indirecte sur les concepteurs de Gnutella qui ont rapidement incorporé cette fonctionalité en plus dans l’interface officielle.


  • Logiciel ou interface

La conception du logiciel ou de l’interface utilisateur est une étape importante qui va déterminer l’utilisabilité d’un système, mais qui va aussi définir les contours de ce qui peut ou ne peut pas être fait sur ce système. Alors que le protocole définit les règles de base d’un réseau (les règles du jeu); des logiciels ou interfaces sont nécessaires afin de permettre aux utilisateurs de bénéficier des fonctionnalités du réseau. Ces interfaces traduisent implémentent une nouvelle couche de règles (logicielles) qui iront étoffer les règles (préliminaire) du protocole afin de fournir des outils plus fonctionnels aux utilisateurs – dans les limites des règles imposées par le protocole sous-jacent.

Pour reprendre l’exemple du protocole SMTP, il est très difficile d’établir un système de filtrage pour limiter le nombre de courriels indésidérables (spam), car il est impossible de contrôler la reception d’un message a priori : tout courriel indésidérable ne pourra être filtré que a posteriori par l’intermédiaire d’un logiciel ou d’une interface qui propose des fonctionalités additionnelles de filtrage non prévues au sein du protocole original.

De même, dans le cas des navigateurs web, bien que Internet Explorer et Google Chrome fonctionnent sur le même protocole (HTML), ces navigateurs fournissent des fonctionnalités différentes aux utilisateurs – qui pourront ainsi sélectionner le navigateur qui réponde le mieux à leurs besoins spécifiques.

La notion de “Governance by design” est donc un principe fondamental pour la gouvernance des architectures décentralisées en ligne, qui présente cependant à la fois des avantages et des désavantages.

Les avantages principaux de cette approche se retrouvent dans la transparence des règles (qui sont accessibles par le code) et l’égalité entre pairs (due à absence d’un pouvoir central fondé sur une structure hiérarchique).

Cependant, il faut faire attention à ce que les “règles techniques” ne soient pas perçues comme un inconvénient par les utilisateurs. Les technologies DRM sont une solution qui a échoué à cause de sa complexité : ces technologies n’ont pas été acceptées par les utilisateurs dans la mesure où elles rendaient leur vie plus compliquée. Il est possible d’établir des règles techniques extremement sophistiquées, mais plus le système est compliqué, plus il sera difficile pour les utilisateurs de l’utiliser.

Les désavantages résident dans le manque de flexibilité dû au fait que les règles – une fois incorporées dans le protocole – ne peuvent plus être changées. Les utilisateurs n’ont pas la possibilité de négocier ; ils sont obligés de respecter les règles du protocole afin de pouvoir interagir avec les autres pairs du réseau. Bien qu’il soit toujours possible de créer de nouveaux protocoles qui seront potentiellement supérieurs au protocole préexistant, les effets de réseaux sont tels qu’ils réduisent la probabilité que ces protocoles soient effectivement adoptés par une majorité d’internautes. Ainsi, les problèmes identifiés dans le cas d’un protocole décentralisé tel que l’SMTP ne peuvent pas être résolus sans créer des incompatibilités importantes avec les utilisateurs du réseau – même si de tels problèmes identifiés dans un système de communication centralisé (e.g. Facebook) auraient été résolu en quelques heures.

Il est aussi important de tenir compte d’un problème intrinsèque à tout système de régulation par la technique : il existe un compromis entre la manière dont les règles sont formalisées (i.e. leur degré de précision) et leur portée d’application. Ainsi, plus grande est la généralité des règles, plus grande sera leur ampleur, mais plus il sera difficile de les interpréter ; alors que plus les règles sont précises et formalisées, plus il sera facile de les interpréter par l’intermédiaire de dispositifs technologiques, mais plus il sera facile de les violer.

Par exemple, dans le cas des discours d’incitation à la haine qui sont interdits par la loi, la généralité de la règle de droit est telle qu’elle lui donne une portée très large, mais qui ne pourra être effectivement interprétée que par l’intermédiaire d’un “juge”. Cette règle sera donc appliquée au cas par cas et interprétée de façon différente selon des circonstances. Cette même règle formalisée en termes extrêmement précis afin de pouvoir être interprétée par un ordinateur (e.g. en rendant certains mots illégaux) aura une portée plus restreinte et sera aussi beaucoup plus susceptible d’être contournée.

(2) Self-governance : Social norms

 

Le concept de “Governance by design” ne doit pas se limiter au protocole, mais aussi aux services offerts par ce protocole. Pour assurer la bonne gouvernance d’un réseau décentralisé, il faut donc accompagner les règles techniques incorporées dans le protocole ou le logiciel avec des règles communautaires qui iront déterminer ce que les utilisateurs ont le droit de faire avec ce logiciel.

Une fois les règles du protocole établies il faut déterminer les règles de la communauté qui se construisent autour de ce dispositif. La communauté doit établir, par exemple, quels sont les comportements acceptables et quels sont les types de contenu appropriés au sein d’un réseau. La plupart de ces règles ne pourront être que partiellement implémentées par la technique. Il est impossible, par exemple, de prévenir les discours d’incitation à la haine uniquement par le biais de dispositifs technologiques. D’autres mécanismes devront donc être adoptés pour s’assurer que ces règles soient respectées par tous les membres de la communautés : l’établissement d’un mécanisme de monitorage (logging), l’introduction d’un garant qui supervise les communications, etc.

Enfin, si l’on accepte le fait que la plupart des règles techniques (protocoles ou logicielles) seront de toute façon contournées, il ne faut pas craindre de demander l’aide de la communauté pour faire appliquer les règles qui ne peuvent pas être correctement implementées par la technique. Avec le développement d’un système de réputation fondé sur le feedback des utilisateurs,  par exemple, la communauté devient ainsi responsable du fait de punir les utilisateurs qui ne respectent pas les règles ou qui se comportent mal sur le réseau.

Ce système n’est toutefois pas entièrement fiable, puisqu’il est toujours possible de tricher (par exemple en utilisant des faux identifiants ou des mécanismes qui permettent de manipuler les données) et qu’il est souvent difficile d’identifier ce genre de tricheries. De la même façon que l’on peut contourner les règles techniques par la technique, il est toujours possible de détourner les règles communautaires en s’appuyant sur certains membres de la communauté ayant des intérêts divergents. Ainsi, avant que les architecture distribuées puissent effectivement s’auto-gouverner, il faut d’abord obtenir une “masse critique” d’utilisateurs avec de bonnes intentions qui iront s’assurer que le système fonctionne correctement.

Pour assurer le fonctionnement et le respect des règles dans un réseau décentralisé, il est important que les règles du réseau soient en accord avec les objectifs des utilisateurs. Dans une société globalisée telle que la société dans laquelle nous vivons, il arrive cependant que certains utilisateurs aient des intérêts radicalement différent. C’est pour cela qu’il est parfois utile d’incorporer des mécanismes qui ameneront les utilisateurs à se comporter de manière appropriée en suivant les règles établies par la communauté en question. En effet, un système bien conçu de récompenses et de sanctions (adapté à la façon dont chaque individu utilise le réseau) peut souvent résoudre des problèmes que la technologie seule ne pourrait pas résoudre. Un système d’incentifs (économiques ou autres) peut ainsi fournir des outils supplémentaires pour faciliter l’auto-régulation de la communauté, en fournissant un feedback positif aux utilisateurs qui se comportent bien et une sanction à ceux qui ne respectent pas les règles du jeu. Ces mécanismes peuvent être incorporés directement au niveau du protocole même – tels que BitTorent qui propose un système de rationalisation des transferts afin de ne permettre aux utilisateurs de télécharger des fichiers que s’ils permettent aux autres de télécharger les leurs – mais aussi au niveau de l’interface, ou de la communauté. C’est le cas, par exemple, de Tripadvisor, qui permet aux utilisateurs de voter pour les meilleurs récensions de voyage, afin d’augmenter la réputation des auteurs qui obtiendront donc une plus grande reconnaissance au sein de la communauté.

La pluralité des « frontières » de l’Internet

Communication introductive du séminaire « Borders and the Internet », 9 novembre 2012, Institute for the Study of Diplomacy (ISD)/Mortara Center for International Studies, Georgetown University School of Foreign Service. Ce séminaire, que j’ai conçu, introduit et animé, doit beaucoup à la journée d’études « Internet et frontières » organisée par Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS le 20 juin 2011.

The Plurality of Internet Borders

Francesca Musiani (Yahoo ! Fellow in Residence, ISD)

The conception of communication tools and media as instruments able to « overcome boundaries » has driven communicative efforts for centuries – well before the inception of the Internet. The promises (and, some may argue, the successes) of digital networked technologies have renewed this endeavor, by suggesting the possibility of global social networks and real-time, transnational access to information. It should not be neglected, however, that social tensions and boundaries pervade the “virtual” communications of today, that are still shaped by a number of cultural, national and structural borders. These points of tension, collision, constraint should not necessarily be understood in a negative way, but may be considered as an occasion to consider digital contents and infrastructures in terms of continuity, shifts, displacements – perhaps a more constructive approach, notwithstanding the radical novelty brought by the Internet in several areas of our life, than the labeling of Internet-related phenomena as revolutions and counter-revolutions, as bright and dark sides.

The notion of border is in itself plural and open – and in relation to the “network of networks”, it can be understood in many ways. Borders in the most classical sense, that of State frontiers and the extent of their political influence, can be discussed vis-à-vis the Internet just as they have been discussed for other transnational resources that can be defined as commons – like oceans and space. They are venues for tension and negotiation: they are the places where contradictory stances, digital divides, desires for a less unilateral governance of the Internet, come into play.

Matters of Internet and jurisdiction have been one of the core governance issues to be discussed since the Internet has become a global, public “facility”. The question of jurisdiction and the Internet connects to the broader Internet governance question concerning the possibility – and if yes, to what extent – to relate the Internet to traditional legal and political concepts. (Almost) all Internet content can be accessed from (almost) everywhere, which puts all users of the Net in the position of being subject to the jurisdiction of every State. Every time that new content is uploaded on the World Wide Web, it is extremely problematic to predict whether it will violate a national law somewhere else than the country where the upload physically took place. What domestic law should be applied in particular events, and which one should be enforced? Inversely, is it possible to predict how the enforcement of a specific law in a national context will affect the rights of other users elsewhere?

Geopolitical borders raise the question of the relationship of the Internet – more generally, of information/communication infrastructures – to law, to national political strategies, to the risks of “balkanization” of the Internet, i.e., the risk of turning the network of networks into a set of “islands” instead of a true interconnected, interoperable network. Or then again, they raise questions about the specificity and characteristics of « cyberconflicts », inviting to explore the realities of cyberwar and cyberattacks. And cybersecurity: beyond its definition in a political and military sense, what new challenges are raised by Internet technology that erases some borders and creates new ones, such as traceability, fragmentation, encryption?

These borders, those related to geopolitical issues, are the subject that first comes to our minds when we consider how the concept of borders may relate to the Internet – if only because we are at a workshop promoted by an institute for the study of diplomacy, and a centre for international studies. Indeed, more than a colleague that works in diplomacy and with whom I’ve talked since the announcement of this workshop assumed that this was going to be our main subject today. Yet, our speakers and myself would like to undertake a slightly different exercise with you – and draw your attention to other types of Internet borders, with the hope that in doing so, we can foster a stimulating discussion on how they interact, cross, influence one another – and our very experience(s) of the Internet.

The first type of Internet borders that I wish to draw your attention to are interfaces, not only in a technical sense, between real and virtual, between people and machines. They are places of exchange that making « otherness » strongly visible at the same time as they bring, remotely, people closer. Since the very beginnings of informatics and of the Internet, at a time when its users were also its designers, to the so-called era of the “Web 2.0”, the history of interfaces and human-computer interaction shows the extent to which the use of the Internet by the public is largely shaped, in a normative sense, by the interfaces that are proposed to them by IT “giants” – and it shows that opening the doors for interactivity does not necessarily lead to meaningful interaction.

Internet borders are the barriers to interoperability and direct, peer-to-peer connections. Even if the concept of decentralization is embedded to some extent at the very core of the Internet, today’s “network of networks” integrates this principle only partially. The dominant organizational model for Internet-based services involves large clusters of servers controlled by the « giants » of the IT sector. The search for alternatives is in progress, aiming at different ways to achieve effectiveness and sustainability. In this quest, a number of developers look back to the evergreen qualities of a relatively old technology, peer-to-peer (P2P), that leverages the socio-technical resources of the network’s periphery, in a way that is, in fact, closer to the pre-commercial Internet. Internet borders are the technical and juridical barriers that prevent the “edges” of the network – users’ computers – to organize autonomously in decentralized networks, and totally or partially overcome the necessity of mandatory, centralized coordinating entities.

The Internet opens gates, facilitates spaces of transfer and exchange, provides or enhances mediation tools for sharing and co-construction of knowledge. Networked information technologies reconfigure patterns of interaction with mass culture, and have the potential to both empower users and extend the reach and scope of culture industries. However, the Internet it is also the bearer of cultural borders. In particular, the past few decades – the same decades that have witnessed the Internet’s steadfast development – have witnessed a significant expansion of control over copyrighted content. Copyright is now associated with an unprecedented variety of human-generated content – extending from more « classical » forms of art such as novels, sculptures, paintings to citizen journalism outputs or digital artwork. Recent term extensions have opened the doors for copyright to last longer than ever before. The rights conferred by copyright have become broader, while the exceptions and limitations to copyright that previously existed within national laws have been progressively narrowed. Techno-juridical systems destined to restrain by law what the technology enables and promotes by design are mushrooming all around the world – from France’s infamous Hadopi to the aborted SOPA and PIPA law projects in the United States.

Finally, Internet borders are the boundaries of online identity, of privacy of digital data, of the acceptability of online behavior, of rights and copyright(s). As Georgetown Law professor Julie Cohen argues in her recent book, Configuring the Networked Self, « the everyday behaviors of ordinary people require spaces where they can be enacted, tools with which they can be pursued, and meaningful legal guarantees in which they can claim shelter. This requires more careful attention to the semantic structure of the networked information environment. » The amount of information that is being collected today, about individuals and groups, has grown exponentially and is increasingly pervasive, ranging from online purchases’ history to browsing habits, from intellectual preferences to health conditions. This pool of personal information lasts longer and travels farther than ever before; it is « stored in digital databases, exchanged in markets, and “mined” by both government and private actors for insights into individual and group behavior ». The increase in data-processing activity goes hand-in hand with a number of evolutions in how we are identified as people, consumers and citizens – with the diffusion of authentication regimes linked to online identity in order to control access to spaces and resources, both real and digital. The aggregation of these data creates comprehensive and persistent records of individual activity. Governments are involved in many of these activities ; however, the vast majority of data-mining, authentication, and monitoring initiatives do not originate with them, but with the private sector’s initiatives so as to learn more about current and prospective customers, control access to ressources both virtual and real, and manage network traffic. Moreover, the increasingly widespread diffusion of cameras, networked personal devices, and social-networking platforms means that individuals and social groups themselves actively participate in many of these activities.

Ultimately, the notion of “border” and its multiple meanings all refer back to a crucial question: what evolutions – perhaps more so than they are revolutions – in the nexus of human values and the global Internet? This workshop explores the forms of shaping – and sharing – of the “network of networks” that are revealed by the Internet borders of today.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Gérer la surcharge d’information à l’heure de l’Internet

Un colloque intéressant auquel j’ai eu le plaisir d’assister hier à la New America Foundation (Washington, DC). Le jour après les élections américaines, la NAF aborde une question centrale et souvent minimisée: comment les fonctionnaires et personnalités politiques peuvent-ils faire face à la « surcharge informationnelle » catalysée par l’Internet, les technologies mobiles, et les « Big Data »?

Plus de détails et la vidéo du colloque sont disponibles ici.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Comment les architectures distribuées parlent d’elles-mêmes ? La place des discours sur la technique dans les descriptions de services 2/2

Ce billet vient à la suite d’un premier billet qui décrivait sept services proposant des échanges entre pairs : Serval, Mesh Potato, Bitcoin, Diaspora, Mobiluck, Bump et Skype.

Notre objectif est de regarder comment les sites internet de ces sept services mettent en scène le fonctionnement des « outils » qu’ils représentent à l’aide de textes, d’images, de vidéos et d’associations entre textes et images. À travers cette mise en scène, les auteurs de ces sites font des choix : ils décrivent les services en insistant sur leurs architectures techniques, sur leurs usages, parfois même sur les bénéfices économiques liés à l’installation par l’utilisateur des logiciels-applications. Ces choix révèlent des postures ainsi que des volontés d’associer un certain type de savoirs et de discours à des objets techniques. A travers cette mise en scène donc, les auteurs choisissent d’élaborer des « discours », ils choisissent un « angle », c’est à dire une façon de parler d’eux, tout autant que des services.

C’est le discours technique qui a plus particulièrement attiré notre attention. Par discours technique, on entend, de façon large, tous les mots se rapportant à la description et au fonctionnement des architectures de réseau sur lesquels reposent ces services. En d’autres termes, nous avons regardé si la question de l’infrastructure était présente, ou pas, dans la rhétorique générale de présentation des services.

Nous avons repéré que le discours technique pouvait prendre quatre types de statuts dans le texte général du site internet : soit il est clairement présent, en tant que « matière brute », c’est à dire que les termes techniques, les équations, les lignes de codes sont reprises sans transformations par les auteurs du site, qui livrent ainsi le résultat de leurs recherches ; soit le discours technique est « vulgarisé », c’est à dire que les termes techniques sont explicités, accompagnés d’illustrations, de schémas, etc. ; soit, le discours technique est « absent », c’est à dire qu’aucune référence à la technique n’est présente dans l’ensemble des discours sur le site ; soit, enfin, le discours technique est « mis en scène », c’est à dire qu’il est associé à d’autres discours (juridique, prophétique, économique, civique, etc.) et sa fonction est de servir un propos autre que celui qui décrit le fonctionnement technique des services.

 

Reprenons, le cas de chaque service.

 

Serval, par exemple, est décrit comme un service dont l’ « autonomie » est un précieux avantage : « a temporary, self-organising, self-powered mobile network for disaster areas, formed with small phone towers dropped in by air. »

Le site privilégie, néanmoins, un discours à la fois technique et politique, plus que promotionnel. Le discours politique apparaît dès la page d’accueil, qui met en exergue un texte sur l’accessibilité géographique et financière à l’information : « Serval is changing the face of telecommunications forever ».

 

extrait de la page d’accueil du site du service Serval

 

L’insistance sur l’accessibilité réside aussi dans la récurrence d’arguments autour de la familiarité que peuvent entretenir les utilisateurs avec les dispositifs. Serval doit leur permettre d’utiliser les numéros de téléphone qu’ils connaissent, dans le cas de catastrophes au cours desquelles leurs repères sont perdus. « We have developed a software which we’ve called Distributed Numbering Architecture (‘DNA’) that allows people in isolated or temporary networks to immediately use their existing phone numbers ».

 

Le discours technique est néanmoins celui qui domine sur le site. La place de la démonstration scientifique, de l’exposé des composants du système, de la description des briques technologiques et enfin des lignes de code, occupe la majorité de l’espace. Le site met même à disposition plusieurs enregistrements-vidéos de conférences scientifiques auxquelles le concepteur du système Paul Gardner-Stephen a participé. Ce dernier se met en scène à de nombreuses reprises pour expliquer comment a été développé le service.

 

extrait d’une video de conférence scientifique de Paul Gardner-Stephen

 

On voit bien, dans le cas de Serval, que le site vise à rendre compte du travail de recherche mené par l’équipe d’ingénieurs. En ce sens, il est essentiellement documentaire.

 

Le cas de Mesh Potato est différent, car les termes et les explications techniques figurent aussi sur la page internet, mais le discours dominant est plutôt explicatif. Le site vise à expliquer comment fonctionne le service à des utilisateurs-acheteurs. En d’autres termes, la figure de l’usager n’est plus la même.

Le discours de définition du service insiste sur le faible coût et la facilité d’installation du dispositif (même dans des contextes d’usages difficiles, lors de catastrophes naturelles, ou quand l’alimentation électrique fait défaut). Il insiste aussi sur la possibilité d’appropriation du réseau par les utilisateurs. La récurrence des termes  « Do-it-yourself » et « toolkit » en témoignent. En substance, le dispositif Mesh Potato (qu’il est possible d’acheter sur le site) doit permettre de créer son propre système de téléphonie communautaire, de « prendre le contrôle » sur les infrastructures existantes de téléphonies fixes.

Plusieurs scénarios d’usage (à commencer par la vidéo de démonstration qui raconte l’histoire d’un utilisateur fictionnel nommé « John« ) ont pour fonction d’expliciter la simplicité de mise en place du dispositif plus que de la technologie. L’objet technique apparaît déjà comme un appareil et non plus comme une « brique technologique ». Le discours technique est à ce titre, présent, mais il est vulgarisé, précisé (par exemple, les termes comme VoIP ou Wireless Mesh Network apparaissent dans le texte comme des hyperliens qui renvoient vers leur définition Wikipédia). Un dernier exemple : ceux des réalisations, dans certains villages, dans certaines communautés, priment sur la page d’accueil, par rapport aux démonstrations du fonctionnement du dispositif.

 

extrait de la page d’accueil du site du service Mesh Potato, avec des illustrations de déploiements du service

 

Néanmoins, le discours technique réapparaît, à un autre niveau – un niveau plus difficilement accessible -, sur des pages du site où il ne fait pas l’objet de cet effort de vulgarisation : les pages qui concernent une sous-section de l’onglet ABOUT et qui retracent l’histoire du projet. Le discours technique est alors, comme dans le cas de Serval, au premier plan car il rend compte des recherches des équipes de Village Telco. Le site internet de Mesh Potato s’adresse donc, en réalité, à deux types d’internautes : il s’adresse à des potentiels acheteurs ou communautés d’utilisateurs non-experts, mais il rend compte, aussi, du travail de recherche pour des ingénieurs ou universitaires. En ce sens, le site est à la fois un espace documentaire et la vitrine d’un service.

 

Le cas de Bitcoin est encore différent. Ce qui semble être le site officiel du service [1] contient assez peu d’informations et permet essentiellement de télécharger le logiciel en question. La page d’accueil, fonctionne, à ce titre, comme un portail et renvoie vers d’autres sites internet qui parlent de Bitcoin, dont notamment le site « weusecoins.com » qui est un site, parmi d’autres, présentant le service.

Une section ABOUT décrit sommairement le service en insistant sur son originalité et sur l’absence d’autorité centrale dans le contrôle et le transfert de la monnaie. Ce discours politique est repris dans la vidéo de démonstration du service, sur le site weusecoins.com qui insiste sur le fait que les échanges entre les utilisateurs sont cryptés et anonymes, qu’ils ne font l’objet d’aucun contrôle ni d’aucune censure, que les contraintes administratives, géographiques et financières sont quasiment inexistantes. De fait, le discours est tout aussi promotionnel (facilité des transactions sécurisées) que politique (pas de propriété du système). 

 

extrait de la page d’accueil du site « weusecoins.com » 

 

La vidéo de démonstration propose un scénario d’usage très large articulé au fonctionnement technique du dispositif. Mais – et c’est ce qui est très intéressant – le fonctionnement technique n’est pas décrit ; il est métaphorisé. Si l’utilisateur « mine » un maximum, il pourra  « collecter des bitcoins ». Ce qui revient à dire que les utilisateurs qui autorisent le système à « user » de la puissance de calcul de leur ordinateur et qui permettent ainsi au système distribué de se déployer et de fonctionner de manière efficace, sont rémunérés pour leur participation à la création du réseau et du système monétaire.

 

extrait de la video de démonstration du service Bitcoin

 

Le discours technique, à proprement parler, est donc peu présent. Mais il n’est pas absent : lorsqu’on regarde l’onglet ABOUT, sur le site du service, une partie « Technology » propose aux internautes différents liens, au premier rang desquels figure un article, signé Satochi Nakamoto, l’un des développeurs de Bitcoin (apparemment « fondateur »… encore une fois, beaucoup de flou autour de ce service et de son histoire), et qui reprend les codes éditoriaux des articles scientifiques. Les universitaires ne sont pas loin ! « If you are interested in learning more about the technical details of Bitcoin it is recommended you start with these documents ».

Le fait que Bitcoin soit un service qui repose sur une architecture complètement distribuée est assumé jusqu’au point où les informations sur le service sont aussi distribuées sur plusieurs sites. Le site qui permet de télécharger l’application est donc plutôt un accès au service plutôt qu’un espace proprement promotionnel.

 

Dans le cas de Diaspora, le discours dominant, sur le site internet du service, est clairement promotionnel et explicatif ; le discours technique est quasiment absent. Comme pour Bitcoin, il est relégué à d’autres espaces, notamment la plateforme github à destination des développeurs ou la page tutoriel de Diaspora.

Le site de Diaspora développe une rhétorique autour, à la fois des notions de communauté et des notions d’autonomie de l’utilisateur. « Diaspora* is a fun and creative community that puts you in control ». La référence aux réseaux sociaux existants est mentionnée et le service se présente comme un mélange des différentes fonctionnalités offertes par ces autres réseaux sociaux, ce qui est censé engager un sentiment de familiarité pour l’utilisateur. « You’ll feel at home immediately! ».

La technologie distribuée n’est évoquée que sous la forme du bénéfice offert aux utilisateurs dont les données personnelles sont éparpillées sur le réseau, sur les nombreux « pods » (c’est à dire les nœuds qui forment le réseau, sorte d’agglomérats d’utilisateurs qui se retrouvent sur des sujets et tissent des liens à partir de là). Elle est aussi mentionnée sous la forme d’un autre bénéfice, offert aux utilisateurs qui souhaitent installer l’application sur leur ordinateur et devenir un « pod » (intérêts communs).

« Now you don’t have to settle for having your data on someone else’s server. Since Diaspora is completely free software, you can grab the code and host it wherever you want. We’re constantly making it easier for individuals to host their own pods on Diaspora*. »

 

extrait de la page d’accueil du site du service Diaspora

 

Les images présentent sur le site présentent des interfaces possibles du service et en donnent les avantages pour deux figures d’usagers: l’utilisateur lambda et l’utilisateur expert (le développeur) qui peut travailler sur le code et se constituer en « pod ». Comme pour Mesh Potato, le site internet est une vitrine du service pour deux communautés d’usagers, mais le discours promotionnel vise à les réunir en une seule et même communauté d’amateurs technophiles.

 

Jusqu’à présent, les exemples cités suivent une gradation concernant la place du discours technique : de l’omniprésence, dans le cas de Serval, à sa combinaison avec d’autres discours dans le cas de Mesh potato, à sa quasi-absence dans le cas de Bitcoin et de Diaspora.

 

Mobiluck est un exemple particulièrement intéressant d’absence totale du discours technique dans la description du service. On sait que Mobiluck est un exemple d’application qui a changé d’infrastructure technique (il était à l’origine un service de messagerie instantanée via Bluetooth, reposant sur un système distribué, il est aujourd’hui un service de messagerie géolocalisé via une triangulation par système GSM, donc reposant sur un système centralisé).

Le site internet du service déploie un discours promotionnel qui n’explicite pas la technologie sur laquelle est basée le service. En revanche, l’ambiguïté est entretenue concernant les deux bénéfices que peut retirer l’utilisateur du service : la localisation de l’individu mais en même temps le contrôle, par l’individu, de la visibilité de ses informations.

« Vous contrôlez totalement qui peut voir votre profil et qui peut voir où vous êtes ».

La page d’accueil du site s’ouvre sur une animation qui présente un scénario d’usage très explicite: des retrouvailles entre deux utilisateurs de Mobiluck sont organisées grâce à la localisation des individus et des lieux de loisirs pertinents. Le site s’adresse dès lors à deux communautés d’usagers : les utilisateurs du service et les annonceurs qui souhaitent se voir répertoriés dans le service (le nombre de langues dans lesquelles le site est traduit est aussi édifiant quant au public que le service Mobiluck vise).

 

extrait de la video de démonstration du service Mobiluck

 

Le cas de BUMP ressemble à celui de Mobiluck, dans le sens où une fois de plus, le discours dominant de la description du service est promotionnel. Une rhétorique de la « magie » est, à ce titre, développée pour décrire le dispositif.

L’insistance sur le geste de contact « bump » (c’est à dire toucher son ordinateur avec son téléphone, ou alors, toucher deux téléphones entre eux) comme ressort principal du fonctionnement de l’application mais aussi sur le caractère magique de la transmission de l’information revient à nier l’épaisseur du fonctionnement technique. L’une des vidéos de démonstration du service le montre de façon claire : elle met en scène deux individus qui utilisent le service dans le cadre d’une rencontre amoureuse, sans qu’un seul mot ne soit prononcé, ni aucun texte écrit.

« Magically move photos from your phone to your computer ».

Néanmoins, le discours technique n’est pas complètement absent. D’une certaine façon, on pourrait dire qu’il est mis en scène pour donner à penser que les échanges se font directement d’un utilisateur à un autre, sans la médiation d’un serveur central. L’usage des termes du peer-to-peer pour qualifier les échanges en témoigne.

« The matching algorithm listens to the bumps from phones around the world and pairs up phones that felt the same bump. Then we just route information between the two phones in each pair. »

Le site internet est un exemple très intéressant d’un espace, à la fois promotionnel vis-à-vis du service, mais aussi promotionnel vis-à-vis de l’équipe de conception et de l’entreprise elle même. Il met en scène l’espace de travail, de l’entreprise BUMP, comme étant un laboratoire collaboratif dans lequel on invente tout en jouant notamment au ping-pong. La vitrine ne concerne plus tant l’objet technique, en lui-même, que les acteurs qui convoquent les représentations associées aux « start-up » et se représentent ainsi comme étant, avant tout, des acteurs de l’innovation.

 

extrait de la video de démonstration « See what it’s like to work at Bump! » sur le site du service Bump

 

Le dernier exemple correspond au service d’appel à distance Skype, qui repose sur une architecture technique hybride (à la fois centralisée distribuée). Skype est principalement décrit, dans le site internet consacré au téléchargement du service de VoIP, comme un système de communication. Les principaux avantages consistent en une réduction des coûts, une facilité de déploiement, et la bonne résistance du réseau. Le discours de promotion du service insiste sur la possibilité d’être en lien avec sa famille, sa communauté. Le discours dominant est un discours commercial qui rappelle les avantages d’un service déjà largement connu, dans le domaine des communications par internet. En témoigne la mise en scène, par les images présentes dans l’onglet sur les fonctionnalités de l’outil, du fait que le service est complètement entré dans les usages. Trois scènes de vie différentes représentent les trois fonctions principales de Skype (l’appel vidéo et l’appel sans vidéo, l’appel vers des fixes et des mobiles), sans montrer quasiment l’outil, ni son fonctionnement, mais en mettant en avant les utilisateurs eux-mêmes.

 

extraits des pages consacrées aux fonctionnalités de Skype, sur le site internet du service

Sur la page d’accueil, les cinq onglets principaux concernent les fonctionnalités de Skype, le téléchargement de l’application, les tarifs, les accessoires, la version du service pour les entreprises et enfin l’assistance technique, mais aussi juridique (section vie privée et sécurité). Le discours technique est présent sur un mode de mise en scène. L’opposition entre centralisé et peer-to-peer est présente pour valoriser l’opportunité technique. Le peer-to-peer est expliqué, commenté et convoqué dans les sections juridiques et administratives. Skype est le seul exemple, parmi les sept cas décrits précédemment, qui consacre plusieurs sections à la technologie distribuée du point de vue de ses implications juridiques et administratives.

 

Les sept services qui ont été analysés ici ne représentent que quelques exemples parmi l’ensemble des services qui permettent d’aborder la question du peer-to-peer. Nous avons voulu montrer qu’au delà du degré de « maturité » des services (services commercialisés ou non, business modèles établis ou non, etc.), les discours que tiennent ces objets sur eux-mêmes font apparaître plusieurs types de représentations de l’innovation. Pour schématiser, et conclure, on pourrait dire que dans le cas de Serval ce qui est construit discursivement et donc considéré comme une « innovation » est le code, c’est à dire la technologie elle-même; dans le cas de Mesh Potato, de Bitcoin c’est le produit qui est décrit comme une innovation; dans le cas de Diaspora, de Mobiluck et de Skype, l’innovation se situe plutôt dans l’usage; et enfin, dans le cas de Bump, l’innovation se trouve dans l’équipe de conception du service.

 


[1] Bitcoin étant une sorte de software assez « fantomatique », nous ne savons pas vraiment quel est son « site officiel ». Notre travail se base ici sur une analyse des sites web « bitcoin.org » et « weusecoins.com« .


« Le routage, enjeu de cyberstratégie »

Une intéressante interview du chercheur Kavé Salamatian par Dominique Lacroix, analyste et blogueur pour Le Monde, explore les « mille lieux sous les liens hypertextes, dans un monde invisible où de grands acteurs se disputent le contrôle des réseaux. »

Quelques extraits:

« Si l’on comparait l’Internet à un continent, il serait peuplé d’Autonomous systems, les AS, qui en seraient les pays, séparés par des frontières, avec chacun sa législation, sa politique de routage. Il apparaît aujourd’hui que l’Internet est un espace stratégique dont l’importance dépasse les seuls enjeux techniques et technologiques. Il devient donc crucial de comprendre son architecture et la compréhension du routage est fondamentale pour cela. »

« L’Internet est un réseau virtuel bâti sur du réel. C’est un nuage qui prend solidement ses assises dans du béton. Par ses fibres optiques, par ses satellites, par l’environnement politique, légal et économique, l’Internet présente des contraintes physiques, géographiques, économiques, politiques qui ont nécessité des investissements colossaux. La géographie de l’Internet, ce qu’on appelle la cyber-géographie est un enjeu majeur de la cyber-stratégie. »

 

Lire la suite sur le blog de D. Lacroix.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website