Terranet « Be the network » (vidéo)

Nous avions évoqué le projet Terranet il y a quelques temps. Nous venons de découvrir leur nouveau clip de présentation qui explique la démarche et le fonctionnement de cette technologie. La vidéo est très intéressante et ses protagonistes prononcent des mots qui nous intéressent particulièrement (« local network », « Be the network », « existing infrastructures », « less infrastructure », « access », « environnement », « mesh gate », « digital divide » etc.)…

Découvrez la vidéo:

Terranet.se

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

SMSI+10: l’auto-éloge du « multi-parties prenantes » dans la gouvernance de l’Internet

Cet article, en anglais, est également paru sur l’Internet Policy Review le 12 avril 2013. Merci à Frédéric Dubois, Uta Meier-Hahn et deux relecteurs pour leurs commentaires et leurs retours.

 

WSIS+10: the self-praising feast of multi-stakeholderism in internet governance

12 Apr 2013 by Francesca Musiani

The World Summit on the Information Society (WSIS), two United Nations-sponsored conferences about information, communication and the establishment of a 21st century “information society”, took place in 2003 in Geneva and in 2005 in Tunis. “We, the representatives of the peoples of the world, assembled in Geneva […] declare our common desire and commitment to build a people-centred, inclusive and development-oriented Information Society [1],” began the Geneva Declaration of Principles, one of WSIS’ founding documents, setting the foundations for a “multi-stakeholder” approach to global governance of information and communication technologies (ICTs).

Ten years after the Geneva meeting, the first review meeting of the Summit, nicknamed WSIS +10, was held in February 2013 at the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) headquarters in Paris, France. UNESCO Director General Irina Bokova inaugurated the meeting with the following words: “New technologies are opening tremendous possibilities for mutual understanding, for creating and sharing knowledge – everyone, everywhere, should have the skills and opportunities to participate in building this inclusive, knowledge society[2].” With the exception of the shift from “information society” to “knowledge society”, a change we will come back to later in the article, not a lot appears to have changed content-wise in the ten years of existence of the WSIS process. Nonetheless, the WSIS+10 review meeting has provided an interesting occasion for scholars of internet governance arrangements like this author, who has started her career as a researcher investigating the WSIS process and its offspring, the Internet Governance Forum (IGF). It has been an occasion to assess, with more knowledge and experience at our disposal, the present state of what was ten years ago – and still is – a set of experimental formats, procedures and processes for the governance of ICTs, seeking to reunite the private sector, governments and inter-governmental institutions, and civil society, under the auspices of “multi-stakeholderism”.

WSIS, the landmark for multi-stakeholderism in internet governance

Arguably, the WSIS can be considered the first large-scale instance of the multi-stakeholder doctrine’s application to the governance of ICTs. As defined by the Earth Summit Forum in 2002, multi-stakeholder processes “aim to bring together all major stakeholders [in a complex issue] in a new form of communication, decision-finding (and possibly decision-making) on a particular issue. They are also based on recognition of the importance of achieving equity and accountability [and] on democratic principles of transparency and participation, and aim to develop partnerships and strengthened networks between stakeholders [3].” The requirement that internet governance should be conducted according to multi-stakeholder principles was first stated at the WSIS summit, “arguably setting a new norm of customary international law [and marking] a departure from the earlier prevailing norm—expressed even by some governments (most notably the United States) — that internet governance was predominantly a private sector responsibility[4].”

WSIS’s “summit” status (thus, not that of a permanent intergovernmental organisation), only enabled it to make recommendations crafted by consensus. However, because of the novelty of its approach and the vocabulary used to convey the urgency of addressing ICT issues in the global political arena, WSIS is widely regarded as having introduced, in the first half of the 2000s, a shift in the understanding and the appropriations of ICT-related changes and the development of the internet. In terms of procedures, the entry into the discussions of organised civil society was noteworthy, and was considered by many as the first instance in which this relevant stakeholder for the future of ICTs had reclaimed its right to be heard (and even listened to!), alongside governments and private companies. In regard to internet governance, the most notable outcome of the WSIS process was the creation of the WGIG, the Working group on internet governance, and eventually, the Internet Governance Forum – both entities embodying the principle of multi-stakeholderism, albeit in different ways.

WGIG and the Internet Governance Forum

The WGIG, a multi-stakeholder group itself, which had among its mandates the development of a “working definition of Internet governance[5]”, further detailed the definition of multi-stakeholderism during its proceedings, identifying three main groups of actors and actions that they found to be particularly suited for policy development. Governments fit the “coordination and implementation” of public policy; the private sector’s role expands beyond the “technical and economic fields” that the Geneva Declaration of Principles had talked about, to participate in the development of policy proposals. Finally, civil society’s role is to engage in, and contribute to, “policy processes and policies that are more bottom-up, people-centred and inclusive[6]”. In addition to producing the above-mentioned working definition of internet governance, which is still one of the most widely agreed upon and, which sets that “Internet governance is the development and application by governments, the private sector, and civil society, in their respective roles, of shared principles, norms, rules, decision making procedures and programmes, that shape the evolution and utilization of the Internet[7]”, the WGIG further detailed that internet governance included, as well, important issues related to global politics, such as critical internet resources, security and safety of the global network, and issues related to its development and use. The implication that these critical issues, primarily technical but with important political implications, should fall under the multi-stakeholder approach, was not exempt from controversy – especially when, noting that “no global multi-stakeholder forum [existed] to address Internet-related public policy issues[8],” the WGIG report proposed the creation of a multi-stakeholder IGF linked to the United Nations. The establishment of the IGF, whose first meeting was held in Athens, Greece in 2006[9], can still be considered as one of the most prominent outcomes of the early WSIS processes. The Forum has since then met six other times, the last being Baku, Azerbaijan in 2012[10], and has seen its mandate renewed after the fifth meeting. The renewal of the mandate has been approved despite very tepid assessments by some governments, China first and foremost, of what the multi-stakeholder approach has been capable to achieve beyond its alluring label [11]. A detailed discussion of the controversial appraisals of the IGF would go beyond the scope of this article, but will be the subject of a future one.

WSIS+10: the multi-stakeholder feast of non-binding recommendations

Several UN instances left their stamp on the WSIS process – but coming from different standpoints and promoting different ideas. The organisation of the WSIS was assigned in 2003 and 2005 to the International Telecommunication Union (ITU), a UN agency of technical standardisation for the telecommunications sector, gathering states and private entities. In this context, the UNESCO – at the time a competing UN agency, more open to civil society participation and focused on “soft” themes of education, empowerment and communication rights – had maintained a low-profile, highlighting the limitations of the concept of “information society”, widespread at the time, preferring to speak of “knowledge society”.

Ten years later, for the recent WSIS+10 meeting in Paris, UNESCO’s wish has been granted as, taking the lead in the organisation of WSIS’s ten-year review meeting, the Organisation set the official theme of the gathering as “Towards Knowledge Societies for Peace and Sustainable Development”, aimed at surpassing the emphasis placed on information itself, and going on to address aspects related to its structure, organisation and circulation. The final intended outcome of the meeting? A UNESCO statement, “Information and Knowledge for All an Expanded Vision and a Renewed Commitment”, that would incorporate inputs from all parallel sessions, with the idea to inform and contribute to the WSIS review process. The major events in this process will be an evaluation in 2014, coordinated by the ITU, and the final review by the UN General Assembly, in 2015. The WSIS+10 participants’ input to this process would take the form of “a non-binding recommendation grounded on a broad multistakeholder support[12]”.

Highs and lows of the WSIS +10

Proceedings opened on February 25, 2013, and in the UNESCO headquarters’ hallways, conversations between a few academics that had witnessed with interest the beginnings of the WSIS/IGF process (and a few that, like this author, were born as researchers by witnessing them) revealed curiosity and expectation vis-à-vis both the content and the format of the meeting.

In particular at the end of the first, very formal day, the sensation of living a solemn moment could not prevent this author and her colleague[13] from feeling that they were simply been brought ten years back, when WSIS discourses were unveiling a somewhat naïve penchant for the digital as the vector of all utopias and hopes. The plenary sessions contributed to this impression, as well as the so-called “high-level debates”, a misleading label actually indicating declarations by government officials, representatives of the private sector and organised civil society following one another’s steps on the stage, with no time for questions and answers among them, or by the audience.

Columbia University professor Jeffrey Sachs’ keynote introductory speech, about the necessity to bridge the inequalities of current ICT development, did little to mitigate this impression of déjà-vu, by repeatedly hammering the “digital revolution” label on the UNESCO Auditorium attendees. Even commentators more optimist about the overall relevance and usefulness of this gathering, like Humanity in Action Fellow Amy Hong – whose assessment is that WSIS+10 “drove home several central messages about the impact of information and communication technologies on our everyday lives and on our future prospects as a global society of interconnected citizens, […and] helped explore is the progress the world has made in the last decade” – note that the meeting was “heavy on buzzwords such as ‘the mobile revolution’ and ‘digital native’”[14].

Those delegates hoping for a more determined entrance into a renewed debate, where the diversity of the multi-stakeholder gathering could be fully leveraged, had some partial satisfaction during the next two days of the meeting, 26 and 27 February 2013, when dozens of parallel sessions took place to illustrate the hopes contained in ICTs, but also the challenges they bring about. Multilingualism, cultural and linguistic diversity, the promotion of freedom of expression, development of cyberscience, online privacy, digital security, ethical and societal current and emerging challenges of the information society: the parallel sessions explored in a more detailed and at times original way the issues and challenges, as well as the promises, of ICTs. Some of them, including one on “Contested Governance” organised by internet governance scholar Divina Frau-Meigs[15], and for which this author was a speaker, occasionally delved into a much-needed meta-reflection about the role of different stakeholders in global governance, and emphasised that one of the main goals for internet governance scholars and academics today should be to increase the awareness, by other stakeholders, that the definition of internet governance needs to be broadened beyond a handful of very codified and somewhat repetitious international gatherings, to take into account current core issues (transparency, openness, diversity, interoperability) and incorporate new central ones (infrastructure-based copyright enforcement, ownership, labour, content regulation, accountability)[16].

Multi-stakeholderism or “HappyTown”?

“I did at least expect that there would be some attempt at a ‘stocktaking’ […] What we are having instead is three days of ‘happytalk’ folks talking ‘happy’ about this that and the other[17],” community informatics scholar Michael Gurstein commented with sour irony at the end of the meeting. Even without going so far as defining WSIS+10 a Disneyland revival, or a HappyTown artificially preserved for the good of the “usual suspects”[18] who are materially able to visit Paris “on expense accounts”[19] – something that is, however, a serious barrier to in-person attendance to international gatherings for several stakeholders, one that should not be dismissed – the UNESCO-led meeting does not paint a very bright future for the multi-stakeholder format of engagement in global governance of the internet.

Opening up the dialogue to several, if not all[20], internet governance stakeholders, and codifying formats and procedures to do so, was in itself an important achievement of the WSIS/IGF process, and the answer to its shortcomings is certainly not to dispose of it entirely. Yet, the most important lesson we should take home from the Paris WSIS+10 meeting is that, ten years later, reaffirming the worthy existence of the arrangement is not enough.

As internet governance scholar Bill Drake has recently pointed out, “a substantial chunk of the actual decision-making that shapes the Internet and its use at both the national and global levels remains outside the ambit of the model of multistakeholderism […] as such, that model is best conceived of as a critically important component of the distributed institutional architecture of Internet governance, rather than the embodiment of a ‘paradigm shift’[21]”. Hailed as such in the early days of the WSIS/IGF process, multi-stakeholderism in ICT governance is now in sore need of a realistic and thorough assessment, one that gets down to the “nitty gritty” details, day-to-day struggles, and material constraints of who participates, when, for what reasons, and how the practical results of this participation can be measured and leveraged for concrete next steps. This may entail, among other things, revisiting the “categories” of stakeholders outlined by WSIS, in favour of a more nuanced approach (what actors are regrouped under the label of civil society particularly comes to mind) that would acknowledge, in turn, the gap between “nominal and effective participation”[22] and devise creative tools to address it. Otherwise, as internet governance researcher Françoise Massit-Folléa and this author wrote a few years ago after having attended the fourth IGF in the fashionable Sharm-el-Sheikh, “the considerable weight of decisions taken elsewhere [is likely to] soon reduce this international forum” – as well as the broader processes shaping tomorrow’s information society – “ to a friendly conversation between true and false naives, under the disguise of enlightened debates[23]”.


[1] http://www.itu.int/wsis/docs/geneva/official/dop.html

[2] http://unesdoc.unesco.org/images/0021/002197/219754M.pdf

[3] http://www.earthsummit2002.org/msp/index.html

[4] Malcolm, Jeremy (2008). Multi-Stakeholder Governance and the Internet Governance Forum. Wembley, WA: Terminus Press. (p. 322).

[5] Geneva Plan of Action.http://www.itu.int/wsis/documents/doc_multi.asp?lang=en&id=1160|0

[6] WGIG (2005). Report of the Working Group on Internet Governance, p. 18.

[7] WGIG, ibid.

[8] WGIG, ibid.

[9] http://www.intgovforum.org/cms/athensmeeting

[10] http://www.intgovforum.org/cms/2012-igfbaku

[11] http://rconversation.blogs.com/rconversation/2009/11/china-isnt-happy-with-the-igf.html

[12] http://www.ifla.org/news/closing-of-the-wsis10-review-meeting

[13] Schafer, Valérie (2013). Première réunion d’examen du SMSI+10. Institut des Sciences de la Communication du CNRS. http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1751

[14] Hong, Amy (2013). WSIS+10: The Global Information Boom Leaves Billions Behind. MediaShift, http://www.pbs.org/mediashift/2013/03/wsis10-the-global-information-boom-leaves-billions-behind066.html

[15] “Contested Governance: Exploring the Evolving Policy‐making Environment and Considering Collaborative Solutions from the Netroots”, WSIS+10 session organised by Divina Frau-Meigs, February 27th, 2013.

[16] Author’s notes from the session, February 27th, 2013.

[17] Gurstein, Michael (2013). Making HappyTalk in Paris; Disneyland and the WSIS+10 Review.  http://gurstein.wordpress.com/2013/02/26/making-happytalk-in-paris-disneyland-and-the-wsis-10-review/

[18] Drake, William (2011). Multistakeholderism: External Limitations and Internal Limits. MIND: Multistakeholder Internet Dialog, Co:llaboratory Discussion Paper Series No. 2, Internet Policymaking, 68-72, Berlin: Co:llaboratory.

[19] Gurstein, ibid.

[20] Hintz, Arne and Stefania Milan (2009). “At the Margins of Internet Governance: Grassroots Tech Groups and Communication Policy”, International Journal of Media and Culture Policy, 5 (1-2): 23-38.

[21] Drake, ibid.

[22] Drake, ibid.

[23] Massit-Folléa, Françoise and Francesca Musiani (2009). Recollections of Egypt. Comments on the Fourth Annual Meeting of the Internet Governance Forum, Vox Internet, http://www.csi.ensmp.fr/voxinternet/www.voxinternet.org/spipc8dd.html?article340

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Lutter contre l’exclusion : les oeuvres-réseaux de Wachter & Jud (Gaité Live)

Article paru sur le site Gaité Live le Jeudi 11 avril 2013. Gaitelive est le média en ligne de la Gaité Lyrique qui explore en long, en large et en travers les Cultures Numériques. gaite-live.net
net-mobil-ordinateur
Crédit image : Qaul.net
À l’occasion de leur exposition à la Gaîté Lyrique, François Huguet décrypte le travail des artistes Christoph Wachter et Mathias Jud qui critiquent les systèmes informatiques centralisés générant l’exclusion et la division des individus.

Dissocier les objets techniques que l’Homme produit pour transformer son rapport au monde de l’imaginaire qu’il associe à ces objets et à leurs usages semble chose impossible ; on pourrait même affirmer que les fonctionnalités de ces objets sont « indissolublement liée à une (ou plusieurs) fictionnalité(s) »1. Inspiré par les fictions que déploie Internet depuis sa création, Christoph Wachter et Mathias Jud – duo de net-artistes suisses basés à Berlin – observent les diverses matérialités du réseau des réseaux ; ils interrogent les imaginaires que la toile crée, qu’elle entretient ou qu’elle cherche à cacher. Avec le projet #GLM, sorte d’écho au projet HÔTEL GELEM installé à Montreuil depuis peu, ils continuent un travail initié il y a plusieurs années et qui a pour but d’observer les angles morts de l’urbanisme du web mais également de l’urbanisme au sens propre. Au delà de la simple observation-performance, la démarche de Wachter & Jud vient interroger et « tester » ces fictions dont il sera ici question. Et ils le font au sens propre comme au sens figuré : avec des humains et des machines ; toujours les mains dans le cambouis, dans les tuyaux des infrastructures ou des 0 et 1 de l’informatique… De quoi réjouir les chercheurs en Sciences & Technologies Studies mais de quoi interroger également un public beaucoup plus large sur les relations que l’on tisse avec ces fameuses Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, leur(s) matérialité(s) et leur(s) « politique(s) ».

Depuis 2006, ils ont créé différentes œuvres interactives qui interrogent la question des frontières générées par le web.

Mathias Jud et Christoph Wachter n’en sont pas à leur coup d’essai dans la critique des systèmes informatiques centralisés qui génèrent exclusion et division des individus. Depuis 2006, ils ont créé différentes œuvres interactives qui interrogent la question des frontières générées par le web. Leur projet Zone*Interdite vise par exemple à pointer le paradoxe entre les lieux clairement interdits au public (notamment les camps de prisonniers de Guantanamo à Cuba, celui de Bucca en Irak ou bien la base militaire aérienne de Bagram en Afghanistan) et les images que les Mass Médias diffusent de ces derniers. À partir d’images issues du web, ils ont cartographié et construit l’espace de ces lieux de façon numérique. Ils ont recomposé en trois dimensions ces endroits censés être interdits aux regards et « hautement sensibles » pour les exposer à n’importe quel internaute. Il en va de même pour leur projet Picidae qui cherche de son coté à créer une forme de communauté capable d’échapper à la censure qu’exercent des pays plus ou moins autoritaires sur l’Internet. Picidae est en effet un projet d’infrastructures (des petits serveurs disséminés partout dans le monde) où des utilisateurs « photographient » des sites web interdits par des régimes politiques pour les mettre à disposition de tout le monde sur le serveur pici. Les mécanismes de blocage étant généralement textuels, les impressions-écran des sites répertoriés sur les « listes noires » permettent d’échapper à cette censure et d’avoir accès à leur contenu.


Zone*Interdite, impression-écran d’une marche en 3D dans Guantanamo Bay.

Avec ces deux artistes militants d’un Internet plus libre, il est, au final, bien souvent question de « solutions ».

Avec ces deux artistes militants d’un Internet plus libre, il est, au final, bien souvent question de « solutions ». Solutions face à aux paradoxes de nos rapports aux images, solutions face à des tentatives d’atteintes à la liberté des internautes, solutions face à la question de la « fracture numérique »… Le projet #GLM pour Grassroot Local Meshnet, relève d’ailleurs de cet esprit là. Avec cette œuvre qu’ils présenteront à la Gaité Lyrique tout au long des mois d’avril-mai, ils continuent de creuser la porosité de l’ingénierie de réseaux de communication, d’interroger ses frontières mais aussi de questionner les mécanismes d’exclusion actuels en cherchant à les combattre. #GLM, c’est appliquer le principe communautaire de réseau MESH jusqu’à l’HÔTEL GELEM de Montreuil pour y amener une connexion Internet. L’HÔTEL GELEM est l’un des autres projets de Mathias Jud et Christoph Wachter, il s’agit d’une forme de « tourisme embarqué » où le « touriste » participe aux conditions de vie précaires d’un camp Rom :

« Alors que la majorité d’entre nous recherchent l’exotisme et l’aventure pendant les vacances, pour les gens confrontés à des conditions de vie précaires, la dure réalité est qu’ils doivent faire face aux contraintes liées à la mobilité et à l’improvisation en permanence. HÔTEL GELEM invite à participer à des situations de vie grossières et à former de nouveaux types d’échanges, ainsi qu’à présenter et à prendre en considération des phénomènes qui n’auraient « plus jamais » dû se reproduire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. HÔTEL GELEM propose des endroits où se rencontrent transfiguration romantique et persécutions racistes, et franchit chaque nouveau mur à travers l’Europe, qui dramatiquement, a été divisée par notre société. » [source]


L’hôtel GELEM à Paris.

Qaul est singulier en cela qu’il est projet artistique et possède donc cette posture particulière qui fait de lui un objet capable d’interroger nos pratiques plus qu’un service web ou qu’une application quelconque. 

#GLM vise donc à rattacher ce symbole d’exclusion contemporaine qu’est le camp Rom au réseau Internet via une technologie particulière de réseau maillé ou réseaux MESH (MEtro Scale ad-Hoc network2​). Cette technologie est d’ailleurs à la base d’un autre projet de ces deux artistes militants : Qaul.net. Qaul correspond assez bien à l’une des trajectoires récentes des mondes de l’Internet, à savoir une entreprise de socialisation d’une technique particulière : celle d’établir des réseaux locaux autonomes et des communautés d’utilisateurs avec un objet technique spécifique en l’occurrence l’informatique décentralisée (et mobile). On peut observer de telle initiatives un peu partout sur la planète, les réseaux MESH étant utilisés en Afrique du Sud, en Europe (avec par exemple Freifunk, Funkfeuer, Guifi, etc.)3, aux Etats Unis4, surtout pour partager des connexions à Internet.

Mais Qaul est plus que cela : en tant que logiciel de création de réseaux MESH sans fil et autonomes où le parc d’appareils de communication des utilisateurs devient l’infrastructure (la communication entre les terminaux communicants se fait uniquement via leurs capacités d’émission, de réception et de transmission d’un message entre appareils via WiFi), ce projet artistique se distingue d’un projet politique tel que Commotion qui peut sembler au premier abord être une forme d’application « cyber-diplomatique » américaine issue de la 21st Century Statecraft (1er mandat présidence Obama)5 édictée par la secrétaire d’État Hilary Clinton. Qaul est singulier en cela qu’il est projet artistique et possède donc cette posture particulière qui fait de lui un objet capable d’interroger nos pratiques plus qu’un service web ou qu’une application quelconque.

Qaul (tout comme #GLM dans une autre mesure) est un software « boîte à outils » qui permet à ses utilisateurs de penser leurs propres rapports aux infrastructures de communication qu’ils utilisent et donc de ce fait, aux objets techniques qu’ils manipulent. Mais c’est aussi une réflexion post-printemps arabe qui a trouvé une réponse aux problèmes que la censure et le blocage d’Internet posaient aux militants connectés du Maroc jusqu’à l’Iran. Qaul, logiciel téléchargeable sur n’importe quel type de machines (Mac, Windows, Android, Linux, etc.), peut « devenir » infrastructure de communication.
Interview de Christoph Wachter et Mathias Jud

Réfléchir au fait que la technologie et la question de la « fracture numérique » peuvent s’envisager autrement, qu’une forme nouvelle d’être ensemble est possible.

En effet, les chutes successives de certains régimes autoritaires en 2011 et le supposé rôle des TIC dans ces effondrements6 ont permis de mettre en lumière l’importance des appareils communicants dans les écosystèmes technologiques des pays du Maghreb et du Proche-Orient. Avec les déboulonnements de Ben Ali, de Moubarak et de Kadhafi en 2011, un public extrêmement large comprenait de quoi Internet et les appareils communiquant mobiles étaient « capables » politiquement parlant… Des géants tels que Google ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et ils ont rapidement prêté main forte à certains militants – notamment en Egypte – pour leur permettre de continuer d’utiliser des services comme Twitter7 (ils pouvaient d’autre part bénéficier en investissant, au final, peu d’argent, d’une augmentation du capital sympathie-démocratie de leurs différents services et de leur entreprise en général).

De ce fait, la « fiction » techno-politique qui se construisait à ce moment là – et qui allait continuer à se construire chez les indignés espagnols8 et lors des mouvements Occupy à travers le monde – a permis aux différents projets d’infrastructure MESH de consolider leur projet : une sorte de prise de conscience sur les infrastructures de communication existantes et sur le fait que ce rapport aux infrastructures évolue. Les œuvres de Cristoph Wachter et Mathias Jud relèvent de cette prise de conscience. Dans Qaul et #GLM, l’infrastructure c’est aussi les ondes radios (fréquences WiFi) sur lesquelles transitent les messages, les utilisateurs, leurs appareils et leurs volontés de participer à un réseau local : « l’infrastructure, ça peut être nous les users et nos devices, sans les équipements des opérateurs de téléphonie, c’est à dire les relais GSM, serveurs centraux, câbles téléphoniques, etc. »9.

#GLM et Qaul.net sont des œuvres artistiques visant à montrer qu’une alternative à l’architecture actuelle des principaux services centralisés de communication et d’information est possible. Cette alternative passe par une technologie décentralisée nouvelle, disruptive, gratuite, « open source », virale, c’est-à-dire se répliquant d’appareils à appareils (la technologie possède cette capacité de se transmettre d’un appareil à un autre, sans devoir se connecter à une quelconque entité centrale d’où on téléchargerait un logiciel). L’alternative, c’est en quelque sorte revenir à une infrastructure locale qui permet de partager des choses, de les comprendre, d’assurer la permanence d’un système de communication en local tout en accédant, grâce à ce dernier, à de l’information plus globale. C’est aussi réfléchir au fait que la technologie et la question de la « fracture numérique » peuvent s’envisager autrement, qu’une forme nouvelle d’être ensemble est possible. Et c’est ce qui rend les projets #GLM et Qaul intéressants de notre point de vue : ils ne sont pas véritablement envisagés comme des services, mais comme des « boites à outils », comme des projets politiques de réflexions sur les standards de radiocommunications sans fils actuels, sur la propriété de l’espace public et les capacités civico-pédagogiques des technologies de réseaux sans fils.


Crédit image : Qaul.net

Reste à savoir si ce type de communautés socio-politiques et d’infrastructures réseaux sauront s’étendre et faire en sorte que les technologies de l’information et de la communication deviennent plus « démocratiques ». Qaul et #GLM, en tant qu’œuvres artistiques, interrogent de façon très intelligente tous ces enjeux à la fois culturels, civiques et politiques. Mais reste également à savoir si une forme de citoyenneté insurrectionnelle10 « équipée » de technologies décentralisées, autonomes et mobiles saura faire face aux défis futurs d’Internet, qui tend aujourd’hui à limiter nos libertés et nos interactions sociales en dehors de son méta réseau (qui lui n’est pas du tout une fiction)…

 

[1] Musso, P. (2009), Usages et imaginaires des TIC : la friction de fictions​, in Licoppe, C. (2009), L’évolution des cultures numériques, de la mutation du lien social à l’organisation du travail, {FYP} éditions, Paris, p. 201-210.

[2] Sur ce point, voir ici. Notons également que la technologie MESH ou MANET (Mobile Adhoc NETwork) était très utilisée au départ pour des réseaux de capteurs ou pour le déploiement de systèmes de communications en contextes de crises – catastrophes naturelles (notamment quand les infrastructures existantes se sont « cassées la figure » et qu’il faut déployer un système de communication from scratch).

[3] Voir cet article d’Ophelia Noor à propos des communautés WiFi autonomes (OWNI.fr, 12 Septembre 2011, « Le wifi libre entre en résistance ».)

[4] Voir cet article de Stéphanie Vidal à propos des réseaux WiFi de Détroit (Slate.fr, 3 Septembre 2011, « Du sans fil pour recoudre Detroit ».)

[5] Voir notamment les articles d’Yves Eudes (Le Monde, 30 août 2011, « Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle »), de James Glanz et John Markoff (The New York Times, 12 Juin 2011, « U.S Underwrites Internet Detour around Censors ») et le reportage TV d’Al Jazeera (US Government funding shadow networks, 2012).

[6] Gerbaudo, P. (2012), Tweets and the streets. Social Media and Contemporary Activism, Pluto Press. Londres.

[7] Le speak-to-tweet. Il faut néanmoins se méfier de cette politisation à outrance de l’activisme en ligne, et rappeler les doutes de Sami Ben Gharbia (fondateur de Nawaat, premier portail d’information d’opposition en Tunisie créé en 2004) à propos de « [la] perte de crédibilité des réseaux contestataires constitués à l’origine de manière indépendante et enfin [le] développement d’une sorte d’activisme en ligne parallèle, financé par l’extérieur donc moins « authentique » » ; cités dans : Gonzalez-Quijano, Y. (2012), Arabités numériques. Le printemps du Web arabe, Sindbad – Actes Sud, Arles.

[8] Gentès, A. & Huguet, F. (2012), « Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média », in Stiegler, B. (2012), Réseaux sociaux. Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux, IRI – {FYP} éditions, Paris. Notons que cette « fiction » fait fi des écueils de la révolution de 2009 en Iran, des luttes syndicales menées depuis des décennies dans les pays où se déroulaient les soulèvements et des cas de censure notamment chinois ou russes.

[9] Voir cet article de Pishevar Sunday (TechCrunch.com, 27 Février 2011 « Humans Are The Routers Shervin ».)

[10] Sur ce point, voir les travaux de Félix Tréguer (doctorant en Sciences Politiques à l’EHESS Paris) sur http://www.wethenet.eu.

 

Article paru sur le site Gaité Live (la Magazine de la Gaité Lyrique) le Jeudi 11 avril 2013

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Compte-rendu de la journée d’étude sur les architectures distribuées

Journée d’étude du 11 mars 2013 au CERSA

Le droit et les architectures distribuées:

Concilier libertés et contrôle dans un espace ouvert et décentralisé

 

Présents:

François Huguet (doctorant à Telecom ParisTech), Pauline Le More (Avocate au Barreau de Paris), Melanie Dulong De Rosnay (chargée de recherche à l’ISCC, CNRS), Hervé Le Crosnier (professeur à l’Université de Caen), Felix Tréguer (doctorant à l’EHESS), Primavera De Filippi (chercheuse au CERSA, CNRS), Danièle Bourcier (directrice de recherche au CERSA, CNRS),

 

Déroulement:

 

La journée d’étude a commencé par une présentation et une discussion autour de trois cas d’études:

 

Faroo

Faroo (dont le nom est dérivé du phare d’Alexandrie) est un moteur de recherche entièrement fondé sur des technologies pair-à-pair totalement décentralisées. Bien que le nombre de pages indexées soit encore relativement faible (environ 2 milliards de pages), le moteur de recherche s’avère cependant prometteur. Né en 2007, Faroo est alimenté par plus de 2 millions et demi d’utilisateurs, qui font tourner le logiciel sur leurs dispositifs. Cela permet la création d’une infrastructure plus flexible et dynamique – avec un impact négligeable sur les ressources informatiques: la connexion n’est utilisée que lorsqu’il n’y a pas de transfert de paquets et la charge CPU est pratiquement inexistante.  De plus, Faroo fonctionne avec une table d’indexation distribuée (Distributed Hash Table), ce qui élimine toute possibilité de contrôle centralisé.

Nous nous sommes tout d’abord interrogés sur la question du “free-riding”: est-ce que le fait d’avoir une infrastructure distribuée peut porter au free-riding de l’infrastructure en réseau ? Dès lors que les utilisateurs agrègent leurs ressources afin de créer une infrastructure communautaire qui ensuite va exploiter la bande passante fournie par les FAIs, ces derniers risquent en effet de devoir engager des coûts supplémentaires en raison du trafic généré.

Nous avons ensuite réfléchi à la question de la qualité et la neutralité des résultats fournis. Les résultats des recherches sont en effet déterminés par un algorithme de recherche dont le fonctionnement est accessible à tous (Open Source). Cela a des répercussions importantes sur les résultats des recherches: d’une part, la transparence du fonctionnement permet d’assurer une neutralité algorithmique dans la classification des résultats de recherche, d’autre part, il devient plus difficile de se protéger contre les pratiques de “search engine optimization”. De plus, étant donné qu’il est encore en version beta et avec un nombre d’utilisateurs limité, Faroo a actuellement tendance à ne renvoyer qu’un nombre limité de réponses aux requêtes de recherche puisqu’il n’indexe que les sites que les utilisateurs de Faroo visitent. À cet égard, le fonctionnement de Faroo a été confronté avec le modèle de Seeks (un méta-moteur de recherche qui recueille et réordonne les résultats fournis par d’autres moteurs de recherche – tels que Bing ou Google – pour les re-proposer dans un nouvel ordre, issue d’un compromis entre tous les résultats proposés, l’expérience de l’utilisateur et les recommandations faites par ses pairs).

D’un point de vue juridique, de nombreuses questions ont aussi été soulevées, notamment en ce qui concerne la protection des données personnelles. A priori, Faroo semblerait être un service qui permet aux utilisateurs de préserver leur vie privée, puisque les requêtes sont stockées sur l’ordinateur des utilisateurs, et non pas sur un index centralisé contrôlé par une entreprise qui pourrait les exploiter pour des finalités commerciales ou les communiquer aux autorités de justice.

En ce qui concerne les responsabilités des internautes, Hervé Le Crosnier a questionné la possibilité de considérer Faroo comme un “service d’infrastructure” – et ce qui impliquerait que tout utilisateur contribuant à l’infrastructure serait en quelque sorte “responsable” du fonctionnement de ce service distribué. Pour ce qui en est du droit à la concurrence, nous avons analysé l’effet que Faroo pourrait avoir sur les oligopoles établis (Google, Bing, Yahoo, etc), et sur la possibilité pour une architecture décentralisée telle que Faroo de pénétrer dans le marché des moteurs de recherche, en dépit des effets de réseau existants. La notion de “facilité essentielle” (définie par la CJCE comme toute infrastructure indispensable pour assurer la liaison avec des clients et/ou permettre à des concurrents d’exercer leurs activités, mais dont la duplication est impossible ou déraisonnable, pour des raisons financières ou techniques) a aussi été abordée en ce qui concerne la relation entre concurrence industrielle et concurrence déloyale.

D’un point de vue plus strictement économique, nous nous sommes interrogés sur la soutenabilité de ce système à long terme. Puisque Faroo ne prévoit aucun mécanisme visant à encourager la contribution des utilisateurs au sein de l’architecture en réseau (tel que le système de “tit-for-tat” utilisé par le réseau BitTorent), comment s’assurer que tous ceux qui utilisent le service vont également y contribuer ? Il s’agit essentiellement de considérer le système non seulement comme une architecture répartie, mais aussi comme une plateforme collaborative et participative. En termes financiers, est-ce que Faroo prévoit d’obtenir des profits en échange de ce service ? Et comment les revenus pourraient être redistribués à la communauté de pairs qui contribuent au service – étant donné que la plupart des utilisateurs demeurent anonymes ?

Enfin, dans une perspective politique, nous avons réfléchi sur les discours politiques qui tournent autour de cette plateforme. Faroo a été conçu non seulement afin de proposer une alternative aux autres moteurs de recherche centralisés, mais aussi et surtout afin de préserver la vie privée et l’anonymat des utilisateurs. Faroo peut-il donc être considéré comme une architecture technique d’émancipation citoyenne, conçue pour protéger les internautes contre les abus de pouvoir de la part des entreprises prédatrices et des États qui censurent ou qui surveillent les citoyens sur le Net ?

 

TOR

Tor (The Onion Router) est un réseau distribué conçu pour faciliter la communication anonyme. Basé sur le mécanisme de routage en oignon (onion routing), Tor introduit une nouvelle couche de communication cryptographiée sur le réseau de façon à camoufler non seulement les contenus, mais aussi l’origine et la destination des communications. Le principe du routage en oignon est un mécanisme par lequel les données sont encryptées à plusieurs reprises avec des clés de cryptages différentes, pour être ensuite envoyées à plusieurs nœuds dans le réseau. Les données sont donc protégées par plusieurs couches de cryptographie, qui seront progressivement retirées par chaque nœud, jusqu’à ce qu’elles arrivent à leur destination finale où elles seront à nouveau lisibles. Afin d’assurer une communication anonyme, les données transférées sur le réseau Tor doivent passer au minimum par trois routeurs différents. L’origine des communications n’est connue que des routeurs d’entrée, et la destination des communications n’est connue que des routeurs de sortie. Les autres nœuds du réseau sont des routeurs intermédiaires qui ne connaissent ni la provenance ni la destination des paquets qu’ils transfèrent.

Nous avons commencé par analyser plus en détail le fonctionnement technique du réseau TOR. La communication au sein du réseau est fondée sur 3 couches de routage: avant de rejoindre le site de destination, chaque paquet passe par un premier nœud (qui connait l’adresse IP d’origine), un deuxième nœud (qui ne connait ni la provenance, ni la destination des paquets), et un troisième nœud (qui connait uniquement la destination des paquets). Chaque paquet est crypté avec une clef correspondant à chacun des 3 nœuds intermédiaires, afin que aucun de ces nœuds ne puisse connaître à la fois l’origine et la destination des paquets.

Nous nous sommes ensuite concentrés sur les applications de cette technologie, qui – malgré sa neutralité – est souvent utilisée pour des finalités illégales. Nous avons analysé notamment le cas de Silkroad: une place de marché sur Internet qui a pour particularité d’utiliser le réseau Tor pour assurer l’anonymat à la fois des acheteurs et des vendeurs. Un autre élément permettant l’anonymat se situe dans l’utilisation quasi-exclusive sur le site de Bitcoin, une monnaie électronique dont la possession n’est pas nominative et qui est complètement séparée du système bancaire international. Bien qu’en théorie on puisse acheter et vendre n’importe quelle marchandise sur le site, l’anonymat même relatif du service fait qu’il est utilisé essentiellement pour vendre ou acheter ce qui ne peut que difficilement être acheté ou vendu légalement, notamment desstupéfiants et des armes (voir cet article: Online drug dealers back on Silk Road after mysterious two-week outage).

Cela nous a mené à réfléchir sur les enjeux juridiques soulevés par TOR, qui présente de nombreux avantages et fonctionnalités qui ne sont pas illégales en tant que telles, mais qui entraînent cependant un besoin pour l’État de surveiller les communications qui passent sur le réseau afin de pouvoir assurer l’ordre public. En cas d’utilisation illégale, tel que par exemple le téléchargement d’images pédophiles, la police va récupérer l’adresse IP qui s’est connectée au serveur et va assumer qu’il s’agit de l’adresse du visiteur en question – bien qu’il s’agisse en fait de l’adresse du nœud de sortie. C’est pour cette raison que TOR maintient une liste de tous les nœuds de sorties disponibles à chaque instant.

Le dilemme est donc le suivant : si les nœuds de sortie ne sont pas considérés responsables pour le trafic qu’ils transfèrent, tous les criminels vont être amenés à se présenter comme nœud de sortie afin de pouvoir effectuer des activités illégales sans devoir se cacher. Inversement, si les nœuds de sorties sont considérés responsables du trafic qui leur passe à travers, plus personne ne se proposera en tant que nœud de sortie, et le réseau TOR sera donc amené à mourir.

Pour répondre à ce dilemme, il est tout d’abord nécessaire de distinguer entre le rôle actif ou passif des intermédiaires. Un intermédiaire passif (tel qu’un simple canal qui transfère tout simplement des paquets) est soumis à un régime de responsabilité limitée. Un intermédiaire engagé qui a un rôle plus actif sera par contre soumis à un régime de responsabilité plus stricte. Les architectures décentralisées telles que le réseau TOR utilisent les utilisateurs du réseau comme des simple tuyaux. Le problème c’est que en ne regardant que les logs, il est impossible de déterminer si le nœud de sortie avait un rôle actif ou passif dans la communication.

Nous nous sommes donc interrogés tout d’abord sur la question de la responsabilité juridique des FAI et des hébergeurs – pour étendre ensuite la question à l’usage des VPN et des proxys, pour savoir s’ils sont tenus responsable des activités illicites de leur utilisateurs. Tout d’abord, nous avons remarqué que, alors que – d’après la Directive Européenne sur la conservation des données – les FAIs sont soumis à l’obligation de conserver les données de leurs utilisateurs pendant plusieurs années, afin de les dévoiler aux autorités judiciaires en cas de besoin, cette obligation ne s’étend pas aux VPN qui ne sont pas soumis à la directive et qui ne sont donc a priori pas obligés de logger les communications qu’ils transfèrent. De plus, il n’y a pas actuellement d’obligation particulière de surveiller les communications pour les intermédiaires qui se comportent en tant que “mère conduits” (tel que définis par la directive eCommerce et article. L32-3-3 du Code des postes et télécoms français) – et que l’application d’une couche de chiffrement (ou déchiffrement) ne remet pas en cause ce statut qui est purement technique. Dans le cas d’un VPN, il est possible que l’opérateur du VPN soit contraint à collaborer pour faire identifier l’auteur de communications litigieuses (e.g. en demandant les logs) même si ce cas de figure n’est pas explicitement reconnu dans la Directive eCommerce. De même, un proxy d’anonymisation pourrait être visé par une action en cessation – afin de #bloquer, par exemple, certaines informations en provenance ou à destination d’une adresse IP spécifique. Le manque de jurisprudence rend la spéculation difficile, mais cela pourrait conduire à contraindre un nœud Tor de cesser complètement son activité. Enfin, en ce qui concerne le régime de responsabilité des individus qui agissent en tant qu’intermédiaires sur Internet, la situation change à selon des pays. En France, par exemple, la loi HADOPI considère que toute personne qui ne sécurise pas sa connexion commet un délit de négligence, alors qu’aux États-Unis et en Allemagne, les titulaires de connexion Internet sont exemptés de responsabilité s’ils arrivent à prouver que les activités illégales ont été commises par une autre personne.

La difficulté principale est due au fait qu’il est très difficile d’établir un compromis entre anonymat et sécurité. Il s’agit d’une dichotomie qui ne peut être résolue que par une réponse binaire: veut-on contrôler toutes les communications sur le réseau ou bien accepter la liberté de communications anonymes? Si on veut préserver l’anonymat, il faut renoncer à réguler les communications (en éliminant des lois telles que le droit d’auteur ou le loi contre la diffamation) et sauvegarder le rôle des intermédiaire passifs, au risque de faciliter l’activité de certain criminels. Si on ne veut pas autoriser l’anonymat, il faut dans ce cas responsabiliser tous les intermédiaires, détruire la structure décentralisée du réseau et établir des points de contrôle fiables et centralisés (tels que les FAIs, les hébergeurs).

Enfin, nous avons analysé la possibilité de détourner le réseau Tor, afin d’espionner les communications des utilisateurs du réseau. Il est en effet possible pour le nœud de sortie de savoir exactement à quoi les gens se connectent et quel est le contenu de leurs communications (dans la mesure où elles n’ont pas été cryptées préalablement).

Pour terminer, Hervé Le Crosnier nous a expliqué le mythe de l’utopie numérique, l’idée de pouvoir échapper à toute forme de contrôle grâce aux technologies. En combinant les technologies de cryptage, Tor, Bitcoin, etc, il est possible d’assurer un niveau très élevé d’anonymat, mais ces technologies ne vont protéger que l’émetteur, et non pas les correspondants ou les récepteurs. De plus, faut-il toujours faire confiance aux nœuds d’entrée sur le réseau Tor ? Comment éviter l’infiltration du réseau par des services secrets ou des cyberflics? S’il est vrai qu’il est souvent difficile d’appliquer les règles de droit sur un réseau de nature transnationale tel qu’Internet, la technologie à elle seule ne peut pas non plus réguler le réseau. Il faut se munir de plusieurs outils de protection, mais la sécurité ne peut être assurée que par l’utilisation pratique de ces outils dans un contexte social.

En conclusion, nous avons rappelé que la régulation du réseau ne se fait pas uniquement par des normes juridiques ou techniques, mais aussi par l’intermédiaire de normes sociales. Ces différents systèmes de normes interagissent les uns avec les autres. L’avancée des technologies numériques demande une modification des lois, mais les réformes du droit poussent aussi au développement de nouveaux outils technologiques. En effet, la production de nouvelles règles de  droit peut avoir des effets inattendus: plus elles essaient de contrôler le réseau, plus sera encouragé le développement de réseaux décentralisés visant justement à échapper à ce contrôle. En France, par exemple, la loi HADOPI a poussé de nombreux internautes à utiliser des réseaux pair à pair pour le partage des fichiers en passant par des VPN ou par le réseau TOR. Ces technologies rendent le travail de la police et des services secrets encore plus difficile, notamment lorsqu’il s’agit d’arrêter de vrais criminels ou des terroristes. Il est donc important d’introduire plus de souplesse pour les infractions les moins graves afin de ne pas encourager les infrastructures décentralisées à se développer de manière encore plus sophistiquées pour la réalisation d’infractions encore plus graves.

 commotion_kbabout_measure-03

Commotion

Commotion Wireless est un projet open source basé sur la construction d’un réseau maillé non hierarchisé (topologie mesh-network), Dans ce type de réseau (filaire ou non) tous les hôtes forment ainsi une structure en forme de filet. Chaque nœud doit recevoir, envoyer et relayer les données.  Si un hôte est hors service, ses voisins passeront par une autre route. Un réseau maillé peut relayer les données à l’instar d’un déluge ou un itinéraire, mais dans le second cas le réseau doit prévoir des connexions sans interruption ou calculer une déviation dont les communications sont cryptées, et dont l’aspect décentralisé est censé compliquer toute surveillance (y compris politique).

Contrairement aux connexions fixes, les utilisateurs n’ont pas besoin de s’engager auprès d’un FAI pour participer au réseau, et ils sont seulement identifiables par le matériel utilisé. Chaque appareil connecté au réseau est un nœud du réseau. Il émet et reçoit des informations via ondes wi-fi, et propage ainsi l’étendue du réseau. Le but de ce réseau mesh est de fournir un moyen de communication anonyme, décentralisé, sécurisé, et incontrôlable. Commotion permet de constituer des réseaux mesh autonomes à partir de terminaux fonctionnant sur les fréquences Wi-fi. Bien qu’aucune connexion à un autre réseau (internet par exemple) ne soit nécessaire, tout ordinateurs, téléphones mobiles et smartphones ou autre dispositifs connectés à Internet peuvent en faire profiter l’ensemble du réseau.  Semblable à d’autres réseaux mesh, tels que openmeshproject , Commotion se distingue par le fait qu’il a obtenu 2,3 M$ de Google et 2 M$ de l’état américain.

Ainsi, à différence des deux dispositifs présentés auparavant – qui nécessitent un point de connexion centralisé à un FAI – il s’agit ici d’une forme de décentralisation totale: non seulement au niveau logiciel ou numérique, mais aussi au niveau de l’infrastructure du réseau. Les utilisateurs du réseau mesh n’ont pas besoin de se connecter à un FAI, ils peuvent se connecter directement à leurs pairs. De plus, pour des raisons de sécurité, il est prévu qu’un système de chiffrement soit également mis en place afin d’assurer la protection et l’anonymat des données.

Ainsi, Commotion serait révélateur de cette fuite en avant pour échapper à la surveillance croissante des États. Alors qu’avec TOR, il y a toujours le risque qu’un FAI gère les communications en sortie de réseau, dans le cas du réseau mesh, les utilisateurs peuvent échapper à toute surveillance en évitant directement les FAIs. En effet, bien qu’un gateway soit nécessaire pour se connecter à Internet, il est possible de créer des sous-réseaux communautaires qui seront invisible aux internautes.

Or, en ce qui concerne les applications de Commotion, il a été jusqu’à présent utilisé essentiellement pour fournir des connections Internet dans des pays ou des quartiers pauvres, ou là où des catastrophes naturelles ont détruit les infrastructures du réseau (e.g. Fukushima, Haiti, ouragan Sandy). Commotion est utilisé aussi comme un projet communautaire avec un objectif pédagogique.

D’un point de vue technique, l’architecture mesh du réseau est en quelque sorte une reconstitution du réseau Internet tel qu’il avait été originellement conçu, comme un outil militaire qui peut se ré-organiser de manière dynamique selon des disponibilités d’infrastructures. L’avantage du réseau mesh par rapport au réseau Internet est qu’il est indépendant, plus robuste et résilient.

Nous nous sommes ensuite intéressés à l’applicabilité du droit sur ce type de réseaux. S’il n’y a plus d’entité centralisé (tel que les FAIs) qui peuvent gérer les communications, la surveillance doit se faire au niveau du dispositif. Il s’agit des technologies de trusted computing qui permettent de tracer et de déterminer la légitimité de chaque action des utilisateurs. Cela se retrouve dans la manière dont l’architecture d’Internet est en train d’évoluer, se transformant progressivement en un réseau de plus en plus intégré verticalement – avec un contrôle qui va du cloud computing au dispositif des internautes.

Pour conclure, nous prévoyons un développement rapide des réseaux mesh dans les années à venir, avec la multiplication des capteurs et des émetteurs qui peuvent être stratégiquement positionnés dans la ville, et le déploiement de dispositifs mobiles de plus en plus petits qui peuvent se transporter facilement (par ex.. wearable computing).

Le problème est que le déploiment d’un réseau mesh de grande dimension ne pourra se faire que si l’État décide de libérer les fréquences blanches (fréquences actuellement non utilisées) car les fréquences Wifi seront rapidement saturées. En parallèle avec les radios libres, la libéralisation du spectre a permis des évolutions politiques importantes, bien que aujourd’hui – 20 ans plus tard – il y a eu de nombreuses déceptions par rapport aux attentes initiales.

Felix Tréguer nous informe que, au niveau européen, il n’y a qu’une très faible prise de conscience des enjeux économiques et politiques liés à la libéralisation des fréquences radios. Alors que le Parlement est relativement sensible à l’utilisation des fréquences blanches pour réduire la fracture numérique, la Commission se place plutôt dans une logique d’ouverture orientées vers le partage des fréquences entre les grands opérateurs. Bien que la Commission soit sensible aux arguments sur la nécessité d’accroître l’accès à Internet, elle s’oriente uniquement d’un point de vue économique, dans le but de créer un grand marché numérique pour relier les internautes aux grandes plateformes commerciales. D’après lui,  le problème est lié au fait que les personnes qui s’occupent de ces questions sont des ingénieurs qui ne comprennent pas toujours suffisamment l’importance de se mobiliser au plan politique. Inversement, il est parfois difficile pour les membres de la société civile mieux insérés dans les milieux institutionnels de maîtriser l’ensemble des enjeux techniques.

 

Interview vidéo de Mathias Jud & Christoph Wachter – Qaul.net

dissemination-et-capter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous vous parlions de Qaul.net récemment, ce projet développé par deux net-artistes suisses et qui utilise la technologie de réseaux maillés MESH. Au détour d’une recherche sur Internet, nous avons découvert cette vidéo où ils expliquent leur démarche.

  • http://qaul.net
  • http://www.wachter-jud.net
  • http://www.hotel-gelem.net

A noter: Christoph Wachter et Mathias Jud sont actuellement en résidence à Paris  dans le cadre du cycle « technologies au quotidien » de la Gaité Lyrique. Ils présenteront leur projet du 12 avril au 12 mai 2013 à la Gaité Lyrique, plus d’informations ici.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious