High Frequency Trading : infrastructure, concentration et “abus hi-tech”

Ce sera le premier câble sous-marin en fibre optique installé au fond de l’Océan Atlantique depuis dix ans. Mais, à différence de ceux de la fin des années 1990 et du début des années 2000, le nouveau câble transatlantique n’est pas destiné à transporter la voix, les appels téléphoniques ou encore les connexions. Ce nouveau, gigantesque câble sous-marin entre New York et Londres, construit par la société Hibernia Atlantic, sera réservé exclusivement aux transactions financières. Il servira à faire gagner cinq milli-secondes aux traders des deux principales places financières du monde.

Cinq milli-secondes, une éternité dans le monde des transactions informatisées. Un avantage pour les traders, donc – mais s’agit-il également d’un investissement utile aux marchés? L’annonce du projet du nouveau câble par Hibernia Atlantic arrive juste au moment où les gouvernements focalisent leur attention sur les transactions financières super-rapides et automatisées, programmées au moyen de logiciels spécifiques, appelées “high frequency trading”, ou HFT. Que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, des deux côtes de l’Atlantique, les autorités de surveillance et de contrôle suspectent quelques chose de louche dans le monde des transactions à haute fréquence: un monde où se dessinent d’importants changements, sous-tendus par des questions de gestion d’infrastructure de calcul, de concentration de ressources informatiques, et peut-être d’abus exercé avec les armes de la technologie avancée.

Nombre d’analystes financiers semblent être d’accord : une concentration de facto oligopolistique des activités d’échange se développe avec les HFT – les technologies d’insertion sur les marchés financiers d’une masse importante d’ordres d’achat et de vente, de manière ultra-rapide. Les traders de l’HFT insèrent dans le marché ces ordres volumineux, en sachant pertinemment que ceux-ci auront pour effet de modifier les prix. Puis ils les effacent, et s’engagent dans des nouvelles transactions pour gagner sur les mouvements de prix qu’ils ont eux-mêmes provoqués. Une technique bien plus raffinée que l’agiotage vieux style et possible seulement grâce aux nouveaux développements des technologies informatiques. Un aspect tout aussi important de ces opérateurs est leur comportement de “free-riders”, qui se manifeste lorsque des acteurs individuels, ou une catégorie d’acteurs économiques, retirent un avantage de l’opportunité de ne pas payer le prix correct pour un service, déchargeant les coûts de celui-ci sur le reste des acteurs.

Actuellement, dans les Bourses, les opérateurs ne paient pas pour toutes les opérations mises sur le marché – en nombre très élevé dans le cas des HFT – mais seulement pour celles qui aboutissent effectivement à une transaction. Mais les HFT ont désormais rejoint un degré d’ (omni)présence sur les marchés, en particulier les marchés américains, qui approche 70% du total des opérations d’achat et de vente. Et cette présence, ayant désormais acquis un poids contractuel de taille vis-à-vis les sociétés qui gèrent les systèmes d’exécution des ordres dans les Bourses, a de facto imposé au cours des dernières années une mise à jour de l’infrastructure informatique et technique, d’une ampleur et d’une importance sans précédents, supportée par des investissements de plusieurs milliards de dollars. Investissements qui, semble-t-il, seront à leur tour payés par la société dans son ensemble, sous forme des coûts des services et de la mise en opération des plateformes électroniques des Bourses. La structuration de ces investissements est guidée, d’un point de vue technologique, par la rapidité croissante de l’élaboration et de la transmission des informations (on parle de milli-secondes), afin d’obtenir une gestion la plus rapide possible de toutes les propositions d’achat et de vente.

Ainsi, l’architecture et le dimensionnement des systèmes informatiques et télématiques des Bourses, en termes d’occupation de mémoire et de flux de données, sont fonctions de la quantité des propositions de transaction – beaucoup plus nombreuses des transactions effectivement abouties. Cela parce que les stratégies générales des HFT ont tendance à “sonder” le marché avec des ordres appelés “exécuter ou effacer”, qui ont des latences – c’est à dire des durées de vie – extraordinairement courtes (une dizaine de milli-secondes). En sondant le marché avec ces ordres, abandonnés car ils ne sont pas exécutés immédiatement, les systèmes HFT créent une sorte de cartographie de la quasi-immédiate évolution des échanges. Grâce à cette stratégie, les HFT peuvent gagner de l’argent au moyen de rafales hyper-rapides d’ordres d’achat et de vente. Le gain est presque certain, car il est corrélé à un risque presque nul (puisqu’il est calculé en fonction du temps extraordinairement court qui passe entre l’achat et la vente, ou vice-versa).

En fait, les HFT sont en train d’exploiter une niche qui n’est presque pas prise en considération par les régulations actuelles; ils se comportent comme des free-riders du marché boursier, puisqu’ils ne doivent pas se charger des coûts des stratégies qui les amènent à gagner. Ils utilisent massivement les ordres “exécuter ou effacer” pour sonder le marché, mais, au moins pour le moment, le système permet que le coût de ces très nombreux ordres,  immédiatement abandonnés, soit reparti sur tous ceux qui effectivement achètent et vendent. Il serait donc souhaitable, selon certains, que toute proposition de transaction contribue au financement des coûts généraux des systèmes informatiques, dont les dimensions sont modelées sur le volume total des ordres: on est dans la situation paradoxale où seules les transactions abouties, soit une minorité, soutiennent ces coûts d’infrastructure, tandis que le volume toujours plus important du trafic des transactions nécessite la mise en place d’un câble transatlantique ad hoc. Un scénario préoccupant est en train de se dessiner, dans lequel la concentration des échanges boursiers autour d’un petit nombre d’opérateurs de dimensions colossales s’ajoute à l’opacité de leur structure interne et de leurs relations.

Les instances de régulation, quant à elles, n’arrivent pas à monitorer de manière adéquate cette situation, qui finit par augmenter démesurément la volatilité du marché. Pourtant, des réponses devront être bientôt données: les HFT sont-ils les véritables free-riders des marchés d’aujourd’hui? En tirant pleinement avantage de leur suprématie technologique, pourront-ils gérer des positions dominantes jusqu’au point de créer des situations d’abus et manipulation des marchés?

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website