Recoudre la ville avec du sans-fil : dispositifs d’encapacitation des publics et discours d’infrastructures participatives

Huguet 3
Crédit photo (3) : Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0. Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi installé sur un toit du quartier de MidTown à Détroit, juin 2011

Cette communication présentée lors des 3èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative du Groupement d’Intérêt Scientifique « participation du public, décision, démocratie participative » s’intéresse aux enjeux et modalités du déploiement de réseaux communautaires sans fil (et aux technologies qui lui sont associées) au sein de la ville en crise qu’est Détroit. S’appuyant sur l’analyse de certains aspects de ces pratiques économiques alternatives, elle vise à comprendre de quelle manière une forme d’infrastructure de communication décentralisée illustre le lien entre crise économique et renforcement de pratiques de reliance mises en place par la société civile d’une ville en crise.

Basée sur une ethnographie de trois mois au sein des groupes mettant en place ces réseaux (entre mai et juillet 2013), ce travail tache de montrer de quelle manière des individus s’emparent de la question du rapport à l’infrastructures et aux compétences techniques nécessaires lorsqu’on les manipule pour embrayer de véritables processus de participation citoyenne (puissance d’agir ou empowerment) au sein d’écologies technologiques et infrastructurelles particulières (les réseaux MESH).

Au croisement des Sciences & Technologies Studies (STS), de la sociologie et des sciences de l’information et de la communication, nous questionnons ici les publics, les lieux, les tactiques et les micropolitiques (Woolgar, 1999 ; Barry, 2001) d’une « plateforme logicielle » de création de réseau MESH (le logiciel Commotion) et son déploiement au sein de la ville de Détroit.

Huguet François_Article Détroit sans fil_ACTES_JD GIS DP 2013

EN:
Huguet François, “For an ethnography of the Community Wireless MESH networks: Bottom-up innovation(s) for urban resilience ? (Digital) practices and means to transform the City of Detroit

 Abstract

This talk examines the issues and the sociopolitical aspects of what we call “digital bottom-up practices” which aim to create new forms of solidarities while strengthening communities across the crisis-city of Detroit (we are focusing on the deployments of the Community Wireless MESH networks using the commotion software in this city). Based on a three months fieldwork and observation within groups implementing these networks (2013, May – July), this work try to show how a networking principle, in this case, the decentralized architecture and the use of CWNs, is able to suggest a new type of democracy, a new type of relation to the public services infrastructure, to the media, to community organizing, to the fact of communication and to engagement and participation.

Today, after fundamental and empirical work both in Sciences and Technology Studies and also in Humanities and Social Sciences, it seems that we are witnessing a particular movement within the discourse on policy-making technical objects. Consequently, this movement illustrates the transition of these communication infrastructures from a « political » speech implied [Winner, 1986] into something « assumed » and claimed. And this movement is embodied in Detroit, specifically in its grass-roots processing practices based on the (distributed) digital justice principles which illustrate the « fact to live the web » differently as well as the growing of a decentralized, bottom-up economy which is one of the vectors of the empowerment of users-citizens and necessary to citizen emancipation.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Discours des applications mobiles et applicabilité de la mobilité « distribuée »

Le 21 avril 2012, Yves Eudes, dans une article intitulé Le logiciel de téléphonie mobile qui défie le contrôle des Etats (cf. article) présentait Serval, une application Androïd censée bouleverser le monde de la téléphonie mobile et des télécommunications en général. De la même manière que d’autres services tels que Commotion et Terranet (cf. vidéo ci dessous), Serval s’appuie sur une topologie de réseau MESH (en anglais « mesh » signifie « maille », ou « filet »), qui est une forme d’organisation de systèmes de communication qualifiant des architectures réseaux dont tous les hôtes (ou « pairs ») sont connectés de proche en proche sans hiérarchie centrale (serveur), formant ainsi une structure en forme de filet (au sein de laquelle l’information est totalement distribuée entre les utilisateurs-clients – forme la plus poussée de distribution informatique mobile).

  • Vidéo de présentation du service Terranet (http://terranet.se)

En cas de pannes, de déconnexions ou de coupures d’un des points du réseau, cette « forme d’organisation » ou « topologie » qui illustre les principes de l’architecture informatique distribuée permet de réduire le nombre de points sensibles à l’intérieur du réseau et donc d’en assurer sa fiabilité, sa robustesse et la continuité des communications. En d’autres termes, si un hôte (un pair) est hors service, ses voisins passeront par une autre route. Cette architecture réseau, issue de la recherche militaire, a été utilisée initialement pour des usages militaires (les spécifications du standard international « MESH » OLSR (Optimized link state routing protocol – RFC 3626) de l’Internet Engineering Task Force (IETF) ont été produites par l’Institut National de Recherche en Informatique et Automatique (INRIA) dans le cadre ouvert du groupe de travail Mobile Ad hoc NETwork (MANET) de l’IETF [créé en 1997]. Néanmoins, il existe plus de 70 schémas d’acheminements d’informations (standards) sur des réseaux MESH – Cf. liste ici).

Pour certains acteurs de ce type de réseaux:

« Comparées aux solutions centralisées classiques sans-fil, les solutions « MESH », ces « réseaux maillés », autorisent un déploiement rapide et simplifié, une grande évolutivité de la couverture et, de par leur maillage, une forte tolérance aux pannes et aux interférences, réduisant significativement les coûts d’installation et d’exploitation des réseaux.

Ces solutions reproduisent l’architecture de l’Internet tout en l’optimisant pour le sans-fil » (www.openmeshproject.org).

Dans une certaine mesure, le titre de l’article d’Yves Eudes semble donc approprié. Désormais, des logiciels, des « applis » mobiles nous permettent de créer et d’utiliser facilement ces topologies réseaux MESH (notons néanmoins que des déploiements à grande échelle n’existe toujours pas et qu’il s’agit de versions « béta » pour l’instant) pour créer des réseaux temporaires entièrement décentralisés échappant à tout contrôle administratif et commercial. Et en effet, en regardant de plus près les réseaux de communication mobiles actuels, on se retrouve souvent confronté à un  modèle top down centralisé où toutes les communications passent par un relais contrôlé par des opérateurs (les antennes relais de téléphonie mobile notamment). Serval quant à lui, tout comme le logiciel Commotion et le service Terranet, utilise les équipements sans fils (wifi) des téléphones pour créer des réseaux point à point totalement libres et où chaque téléphone joue le rôle d’un relais indépendant (une sorte d' »Internet fantôme », ou d' »Internet de l’ombre »). Le parc d’équipement, en d’autres termes, l’ensemble des mobiles deviennent l’infrastructure réseau (devices as infrastructure). Pour TuniBOX, webzine tunisien,

Les conséquences de la démocratisation de cette nouvelle technologie risquent d’être dramatiques pour les opérateurs téléphoniques.

Mais pourquoi donc les opérateurs devraient trembler face à ces technologies?… Suite au billet précédent qui présente la démarche de Janet Abbate (« L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 2012), qu’en est il de ce type de technologie « réseaux MESH » qui semble, selon leurs concepteurs et les journalistes-bloggeurs qui en parlent « décrire un avenir technologique possible, mais aussi le rend(re) culturellement signifiant »? Que savons nous aujourd’hui du « contenu politique » de cette typologie de réseaux device as infrastructure?

Pas grand chose si ce n’est leurs sources de financements, l’endroit où elles sont « pensés » (Etats-Unis, Suède, Australie, Europe), celui où il « ferait sens » qu’elles soient déployés (régimes autoritaires où règnent censure et blocage d’Internet, zones sinistrées par des guerres ou des catastrophes naturelles, zone mal desservies par des infrastructures de communication quelconques) et le fait que l’actualité récente leur ait donné un certain coup de projecteur médiatique. Effectivement, ce type de technologie, comme la plupart des objets techniques, propose des « scripts » qui se veulent prédétermination des mises en scène que les utilisateurs sont appelés à imaginer à partir du dispositif et des « pré-scriptions » qui l’accompagnent (voir Akrich, M. (1987) Comment décrire les objets techniques? Techniques et Culture, 9, 49-64). Ici, on pense immédiatement aux révolutions arabes, à des pays tels que la Syrie, la Tunisie, l’Égypte où Internet fût bloqué pour empêcher la dissémination d’information via les réseaux sociaux et où bon nombre de commentateurs brandissaient la thèse du déterminisme technologique pour expliquer les révolutions (voir la critique de Smaïn Laacher et Cédric Terzi à ce propos). On voit aussi se dessiner la catastrophe nucléaire de Fukushima et le séisme de Haïti en 2010. Le MESH, d’une certaine façon, se présente par ses constructeurs comme LA solution de construction rapide d’infrastructures de communication robustes, autonomes, économiques, auto-configurables et sécurisée. Les problèmes liés à l’autonomie des terminaux mobiles (batteries), ceux liés à l’utilisation d’un spectre radio appartenant de fait à l’État (et ce même si ces technos s’appuient sur les fréquences « blanches » de ce spectre, au centre de nombreux enjeux) sont résolus… En exagérant le trait de façon volontaire, on pourrait presque croire que si tous les utilisateurs de terminaux de communication mobiles installaient ces applis ou logiciels, les FAI et les vilains opérateurs télécom disparaitrait (rendus obsolètes par le « braconnage » des fréquences blanches du spectre radio qui serait autorisé par l’Etat), les dictatures s’effondreraient, la « fracture numérique » disparaitrait et un nouveau rapport aux infrastructures de communication verrait le jour (mais cela ne peut fonctionner à grande échelle qu’à la condition d’une utilisation massive: « plus il y en a, mieux cela fonctionne ». Il faut d’ailleurs en possédait un de terminal, chose pas toujours évidente)… Nous retrouvons ces idées sur le site web de Serval et de Commotion:

Extraits (www.servalproject.org/):

  • if you say the word slowly, it becomes Serve All – which is an aim of our software
  • Communications should not just be for the geographically and financially fortunate — communication should be freely available to everyone.
  • It shouldn’t matter whether you live in a city or in the bush. It shouldn’t matter whether it is economical for a cellular carrier to provide service to your community. It shouldn’t matter whether you can afford cellular rates, or have credit on your phone.
  • Nothing should prevent you from communicating with those near and dear to you. We also believe that people should be able to continue to communicate when they need it most. In the face of earthquake, wild fire or cyclone, communications systems should keep working as well as they can, with whatever infrastructure remains available.

Extraits (https://code.commotionwireless.net/projects)

  • As recent events in Tunisia, Egypt, and Libya have illustrated (and Myanmar demonstrated several years prior), democratic activists around the globe need a secure and reliable platform to ensure their communications cannot be controlled or cut off by authoritarian regimes. To date, technologies meant to circumvent blocked communications have focused predominantly on developing services that run over preexisting communication infrastructures. Although these applications are important, they still require the use of a wireline or wireless network that is prone to monitoring or can be completely shut down by central authorities. Moreover, many of these technologies do not interface well with each other, limiting the ability of activists and the general public to adopt sophisticated circumvention technologies….

Notre travail d’analyse des architectures distribuées au sein du projet ADAM ne vise pas à remettre en cause l’intérêt de ces technologies mobiles, bien au contraire, il s’agit plutôt de s’éloigner d’une vision techno-enthousiaste afin d’analyser réellement l’épaisseur pratique et politique de nos infrastructures de communication, socle bien souvent invisible de nos sociétés contemporaines et d’éclairer, comme le rappelle Cécile Méadel, les visions normative que nous attribuons à des technologies. Nous cherchons à comprendre de quelle manière il est possible de faire un parrallèle entre la terminologie propres aux nouvelles formes de « distributions » d’informations sur Internet et la terminologie politique au sens large (décentralisation, déconcentration, responsabilisation, partage, nouvelles communautés – lien avec mouvements occupy, pirates et anonymous actuels. Y a t’il influence des technologies sur les pratiques et paroles politiques ou s’agit-il du contraire?). Encore une fois, nos travaux visent à prendre en considération les discours mêmes des concepteurs de ces technologies tout comme leurs diffuseurs, leurs « communiquants », leurs « installateurs » et leurs utilisateurs. En ce sens, et toujours à propos des applications distribuées mobiles, nous pourrions évoquer une forme de « peer to peer – distribué mobile » qui existe depuis un certain nombre d’année et qui s’appelle Bluetooth (sur lequel s’appuyait la première version d’un réseau social distribué mobile français: Mobiluck). Ce standard de communication entre appareils basé sur un rayonnement électromagnétique a été amélioré au fil des ans mais l’arrivée de l’Internet mobile (Edge, 3G, 4G, etc.) l’a rendu complètement obsolète (en occident du moins), sauf pour de la connectique simple de types enceintes, télécommandes, oreillettes, kit mains libres voiture, etc. Reste qu’en Afrique, il demeure un standard d’échange de fichiers très utilisé car léger, simple, installé par défaut sur la majorité des terminaux utilisés par les usagers de téléphonie mobile. En 2007, Arnaud Contreras proposait d’ailleurs de l’informatique ubiquitaire à Tombouctou en se focalisant sur les usages des technologies en présence dans cette ville malienne. Son installation « Tombouctou Bluetooth » devenait ainsi une sorte d’outil de protection de sites historiques, dérivé d’un usage très fréquent qui avait été auparavant « braconné » par les maliens (voir à ce sujet les travaux de Aude Maïmouna Guyot sur les outils de cartographie et de géolocalisation au Sénégal, et ceux d’Annie Gentès sur le design d’interactions). L’utilisation du bluetooth est moins « médiatique » que celle de ces réseaux MESH mais tout autant « politique ». Le réseau bluetooth, ici le système imaginé par Contreras devient l’artefact politique par lequel nous allons prêter attention aux sites historiques. Il va les « protéger ».


Tombouctou Bluetooth par a360

Notre travail autour des architectures distribuées mobiles passe aussi par une analyse politico-sémiotique des dispositifs. L’enquête que nous menons passe par ce type de travaux, d’angles d’analyses et d’entretiens. Sont ils révolutionnaires comme l’affirme cette vidéo du service de réseaux MESH (fixe) de Village Telco?

Cela reste à prouver et si c’est le cas, nous tacherons de savoir pourquoi et comment.

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious