Vidéos – ADAM Final Symposium

Cliquez sur l’image pour retrouver les vidéos de la conférence

Vous pouvez désormais retrouver les interventions au colloque final du projet ADAM en vidéo. Effectivement, suite à une captation vidéo, vous retrouverez sur la chaine Dailymotion dédiée au projet ADAM, la plupart des interventions qui ont eu lieu les 2 et 3 octobre 2014 à Mines ParisTech.

———–

You can now watch the different talks of the ADAM final symposium online. All of the conference’s presentation were filmed, and part of the debates is now available on our Dailymotion chanel.

 

>>> https://www.dailymotion.com/projetADAM

There you will find the presentations of:

Here is the introduction by Cécile Méadel (CSI Mines ParisTech) and two keynote:


ADAM project final symposium – Introduction… par projetADAM

ADAM final Symposium – Keynote #2 Niva Elkin… par projetADAM

ADAM final Symposium – Keynote #5 Geert Lovinck… par projetADAM

 

>>> see more here:  https://www.dailymotion.com/projetADAM

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Francesca Musiani, prix de thèse « informatique et libertés » CNIL

Francesca Musiani, l’une des coordinatrices du projet ADAM a remporté, grâce à ses travaux, le prix de la CNIL 2013. Nous tenions ici à la féliciter et à lui rappeler combien elle est un moteur au sein de notre projet de recherche.

Encore bravo Francesca!

Le 5ème Prix de thèse Informatique et Libertés est attribué à Francesca Musiani pour ses travaux sur les architectures pair-à-pair (P2P)

Le jury du Prix de thèse Informatique et Libertés, présidé par M. Jean-Marie Cotteret, membre de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés), a attribué le 5ème prix Informatique et Libertés à Francesca Musiani pour sa thèse intitulée « Nains sans géants. Architecture décentralisée et services Internet ».

Le 5ème prix Informatique et Libertés de la CNIL, qui récompense les travaux de doctorants de 3e cycle et intéressant la protection des données personnelles, a été attribué à Francesca Musiani, postdoctorante au Centre de Sociologie de l’Innovation à MINES ParisTech et affiliée au Berkman Center for Internet and Society de l’Université de Harvard (Etats-Unis).

Le prix récompense ses travaux consacrés à l’exploration du développement des architectures pair-à-pair (P2P). L’objectif de cette thèse est très ambitieux puisqu’il s’agit d’étudier le développement des architectures P2P sous des angles très différents:

  • L’angle technique : les contraintes introduites par ce type d’architectures et les avantages qu’elles apportent ;
  • L’angle juridique : les incidences de ces choix architecturaux sur des obligations légales, notamment en matière de protection de la vie privée et de la propriété intellectuelle ;
  • L’angle économique : les difficultés à développer des modèles d’affaire capables de concurrencer les acteurs dominants qui reposent sur des architectures centralisées ;
  • L’angle sociologique : les interactions entre parties prenantes (notamment développeurs et utilisateurs), la sociologie de l’innovation.

Le Prix de thèse « informatique et libertés » incite au développement des recherches universitaires concernant la protection de la vie privée et des données personnelles. Ce prix s’adresse à de très nombreuses disciplines telles que les sciences humaines, le droit, les sciences politiques, l’économie mais aussi les disciplines technologiques, de l’innovation et du design.

 

http://www.cnil.fr/linstitution/actualite/article/article/le-5eme-prix-de-these-informatique-et-libertes-est-attribue-a-francesca-musiani-pour-ses-travau/

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Présentation vidéo de Arkos (navigateur-système d’exploitation décentralisé)

Nous y reviendrons plus longuement prochainement mais nous tenions à faire circuler l’information sur notre plateforme de recherche. Voici donc une présentation d’Arkos, les informations suivantes sont extraites du site web https://arkos.io.

 

What is arkOS?

Not just an operating system.

arkOS is a lightweight Linux-based operating system that runs on a Raspberry Pi. But arkOS more than just an operating system — it is a full software stack managing your self-hosting experience in an intuitive and intelligent way. arkOS does the work for you.

 

A visual gateway to your self-hosted web.

arkOS will allow you to run websites, email accounts, social networking profiles and much more, from its clean and easy-to-use graphical interface. With Genesis, even the most complex task becomes possible. No need to spend hours looking up command line functions — or learning to use Linux itself. Genesis gives you the power to manage your online life like it was meant to be done.

 

Your own private “cloud.”

With arkOS, you can will be able to run and maintain a variety of personal cloud services with the push of a button. Using solutions like ownCloud, you can store your calendar, contacts, files, music, photos and more at home, and manage all of these items. Share them only with the people you want to see them. No more “privacy creep” from services like Google or Facebook – with arkOS, you become the master of your own privacy controls.

 

Your data’s gateway to the Internet.

Don’t want the trouble of buying your own domain? Don’t worry. arkOS will allow you to connect your node to the Internet anyway, through a variety of services like dynamic DNS and port relays. Sometimes your Internet connection might prohibit you hosting your own data. In these circumstances, arkOS will provide ways to connect your node to the greater World Wide Web.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Unlike Us #3 – Social Media: Design or Decline

unlikeus3Les vendredi 22 et samedi 23 mars 2013 se déroulait à Amsterdam l’Unlike Us #3 organisé par l’Institute of Network Cultures (« INC » – fondé en 2004 par Geert Lovink, professeur l’école polytechnique d’Amsterdam, School of Interactive Media at the Hogeschool van Amsterdam (Amsterdam Polytechnic). Cette année, le thème de ce rendez vous annuel qui rassemble au sein d’un même évènement conférences, ateliers, discussion et hackathon était:

« Social Media: Design or Decline »

Unlike Us correspond à un réseau international d’artistes, de chercheurs, de designers, d’activistes et de programmeurs qui s’intéressent aux alternatives au réseaux sociaux et aux « contenus plus qu’aux interfaces ». Pour naviguer au sein de ce réseau et tacher de saisir les thèmes qui intéressent ces personnes plutôt « critiques » des médias, un des meilleurs outils est de regarder ce qui se discute au sein de leur liste de discussion. Le troisième rendez vous de ce réseau multidisciplinaire a tenu ses promesses en termes de discussion interdisciplinaire. La conférence a été ouverte par Bernard Stiegler, Petra Löffler et Tristan Thielmann sur une critique théorique du « social » (philosophe, archéologue, anthropologue). La suite de la conférence a vu se succéder beaucoup de personnes présentant tout autant leur technologie telle que Lorea (réseau social décentralisé utilisé par les indignés espagnol), le Facebook demetricator (par Ben Grosser) ou bien encore des réflexions très intéressantes sur la non utilisation des technologies mobiles dans certaines parties du monde (intervention de Marion Walton à propos de l’utilisation des messageries instantanées en Afrique du Sud. Nous retiendrons aussi la très bonne intervention de Miriyam Aouragh à propos de l’utilisation des réseaux sociaux par les « activistes digitaux » du Proche et du Moyen Orient.

La plupart des communications seront prochainement en ligne (sur http://networkcultures.org/wpmu/unlikeus/) mais vous pouvez dès à présent retrouver la plupart des panels et des technologies qui ont été présentées ici (spotted par Marion Walton):

Peter Olsthoorn showed us how to work out and claim our value to Facebook: What is your Facebook value? Work it out here

Benjamin Grosser introduced everyone to his Facebook Demetricator Facebook Demetricator and the Easing of Prescribed Sociality

Karlessi from Ippolita unpacked Religions 2.0 or the rituals of the participation society and how they feed the friendship algorithm Ippolita

There was a Skype video of Richard Metzger challenging Facebook’s strategy to get publishers to pay for ‘sponsored stories’  Facebook I want my friends back

Hester Scheurwater shot back after her fantasy self-portraits fell foul of Facebook’s censorious gaze Shooting back

For a world where Facebook is our passport, Tobias Leingruber offered us a Facebook ID FB Identity

There were also some great links shared in Simona Lodi’s presentation: Art as Networked Machinery: When Art Becomes Anti-Social for Being More Social

Anti-social blocks social sites IOCOSE

A crowded apocolypse  draws on crowdsourcing to generate a multitude of conspiracy theories

Rui Guerra and David Jonas Uncloud: Control your own cloud

Les Liens Invisibles 15 MINUTES, ANONYMOUS

Vous pouvez aussi télécharger le livre « Social Media Monopolies and their alternatives » tiré des réflexions de ce réseau de chercheurs designers, artistes ici : http://networkcultures.org/wpmu/portal/publication/unlike-us-reader-social-media-monopolies-and-their-alternatives/

Trailer – Unlike Us Reader: Social Media Monopolies and Their Alternatives from network cultures on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Centralisé vs Distribué (poster comparatif et lexique) – Justé Peciulyté

Justé Peciulyté est actuellement  étudiante en Master 2 recherche « Design, Médias, Technologie », spécialité Design & environnements à  l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (dans ce cursus, le semestre 3 se compose d’une large série de séminaires placés sous la direction d’Annie Gentès à Telecom ParisTech). Ses recherches portent sur les multiples relations du corps-environnements-technologies.

En 2012 elle a travaillé sur une comparaison et une définition des termes relatifs à la construction de réseaux de communication sans fils. Étant assez remarquable, grâce à l’autorisation de Justé, nous vous livrons ici ce travail de définition, d’illustration et de visualisation entre architectures centralisées et architectures distribuées.

WLAN vs WMN_poster

Ce travail de comparaison illustré se double d’un lexique précis reprenant l’ensemble des termes utilisés dans ce poster et qui ont permis de problématiser ce sujet, cette comparaison. Il est à retrouver ici:

WLAN vs WMN_lexiqueWLAN vs WMN_poster

L’ensemble de ces documents créés par Justé Peciulyté sont placés sous licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Comment les architectures distribuées parlent d’elles-mêmes ? L’exemple de sept services qui proposent des échanges entre « pairs » – 1/2

 

L’analyse des discours que portent les acteurs de l’innovation dans le domaine des architectures distribuées, sur les services qu’ils développent, sur leurs méthodes de travail et sur la technique elle-même, permet de comprendre comment ils se mettent en scène et de quelle manière ils produisent et font circuler des savoirs sur les technologies décentralisées.

Dans le cadre du projet de recherche ADAM, sept services ont été analysés, à partir de l’étude des textes et des images de leurs sites internet, « vitrines publiques » de leurs productions « front office »[1]. Les applications Serval, Mesh Potato, Bitcoin, Diaspora, Mobiluck, Bump, Skype ont été choisies pour cette étude de cas, parce qu’elles représentent différents types de services, qu’elles reposent sur des architectures techniques différentes et qu’elles permettent de faire un tour d’horizon des services dits peer-to-peer du point de vue de l’échelle des échanges qu’elles permettent aux utilisateurs.

Pour chacun des cas, les occurrences des termes « peer-to-peer » et « distributed architecture » ont été relevées et analysées par rapport à leurs co-textes (c’est-à-dire les textes dans lesquels elles sont insérées ou les textes situés à leur proximité sur la page), dans les sites des services et dans les vidéos de démonstration présentes sur les sites. Pour chacun des cas également, les images ont été analysées en essayant de comprendre comment s’articulaient l’image et son contexte (légende, sous-titre, paragraphe, titre, etc.). En effet, la sémiologie distingue la fonction d’ancrage de la fonction relais dans le rapport entre image et texte. Le texte permet de répondre à la question « qu’est-ce que c’est ? » par rapport à l’image. Lorsque le texte est ancrage, il redit ce que l’image donne à voir, il exerce une forme de redondance par rapport au sens de l’image. Quand il est relais, il fonctionne en complémentarité et permet de faire une interprétation de l’image qui va au-delà de ce qu’elle montre[2]. L’analyse de tous ces complexes « images/textes » et « textes/co-textes » s’est faite à partir d’un modèle « sémiopragmatique », suivant le travail de Roy Harris qui observe comment un signe fait toujours sens par rapport à un contexte donné[3].

« Le signe n’existe, en tant que signe, que pour permettre l’intégration, dans un contexte donné, de certaines activités humaines »[4].

Ce premier billet, d’une série de deux, présente ces sept services du point de vue de l’architecture technique sur laquelle ils reposent et du point de vue de l’échelle des échanges entre utilisateurs qu’ils permettent. Le deuxième billet proposera de regarder quels sont les discours dominants dans la description des services, au regard des termes employés, des exemples et des images choisies, de la construction de scénarios d’usage, etc. Il proposera notamment de regarder quelle est la place du discours sur la technologie, à l’intérieur de ces sites. Pour conclure, il proposera une typologie de ces sites en tant qu’ils se présentent d’une certaine façon comme des espaces de « production de l’innovation ».

Reprenons la description des sept services:

Tout en se défendant de « centraliser » les échanges de données entre utilisateurs, et en proposant des échanges directs, ces sept services ne reposent pas tous sur le même type d’architecture technique (architecture distribuée, architecture centralisée et enfin, architecture hybride) :

  • Serval et Mesh Potato, proposent de créer un réseau mobile de communication par maillage MESH (metro-scale ad hoc network, réseaux ad-hoc décentralisés, sorte de « talkie walkie multi émetteur-récepteur ») ; Bitcoin, propose une monnaie électronique qui n’est pas contrôlée par une autorité centrale et Diaspora, se présente comme un réseau social aux antipodes de Facebook, dans lequel les utilisateurs gardent la main sur leurs données personnelles. Ces services reposent sur des systèmes techniques distribués.

                                                                                             

  • Mobiluck, offre les services d’une messagerie instantanée géolocalisée par une classique triangulation via le système GSM. BUMP permet quant à lui d’échanger et de partager des fichiers entre appareils électroniques. Leur architecture réseau repose sur des systèmes complètement centralisés.

                                  

  • Enfin, Skype, qui permet des appels à distance en VoIP et des échanges de fichiers repose sur un système hybride qui combine une architecture centralisée et la possibilité de transmettre les communications entre pairs pour les rendre plus efficaces (donc un système décentralisé).

                                                 

 

Si on regarde, en revanche, l’échelle des relations entre les utilisateurs, telles qu’elles sont décrites par les différents services, on voit qu’il y a cinq types de représentations de ce que l’utilisateur peut faire du point de vue du périmètre de l’échange.

Soit les échanges se font de téléphone à téléphone, par exemple, sur un territoire réduit qui est fonction du nombre de téléphone connecté entre eux dans le réseau, comme c’est le cas de Serval et de Mesh Potato.

Extrait de la video de démonstration du service Mesh Potato
Si on devait faire une équation pour illustrer ces deux cas, on dirait que la représentation de l’échange consiste en « échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Diaspora, les utilisateurs ont le choix de se connecter à n’importe quel « pod », répertorié dans une base de données, c’est à dire à un « nœud » installé, entretenu et développé par un utilisateur – appelons-le « expert » qui a installé le logiciel sur son disque dur (logiciel open source).
Capture d’écran de la page d’accueil du site de Diaspora
Dans ce cas précis le périmètre des échanges consiste en des ensembles de petits réseaux reliés à un pod, chaque pod étant reliés aux autres pods du réseau. L’équation ici, donnerait « ensembles d’échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Mobiluck et de BUMP, les échanges sont mis en scène comme étant non seulement hyper-localisés (on échange entre individus situés à côté de soi, dans les deux cas), mais aussi directs entre utilisateurs (le cas de BUMP étant frappant, puisque les utilisateurs touchent (trinquent avec) leurs téléphones pour échanger des informations).
Extrait de la video de démonstration du service BUMP « Spread the Bump »
Néanmoins, ces deux services reposent sur des systèmes centralisés. Dans les deux cas, c’est un serveur central qui organise et dirige les échanges. L’équation donne alors : « échanges localisés » reposant sur « système centralisé ».
A l’inverse, le service Bitcoin propose des échanges monétisés, pour n’importe quel service internet (à condition qu’il accepte les bitcoins) à partir d’un réseau très large d’utilisateurs qui permettent la circulation des échanges chiffrés (et cryptés) et ainsi la production de monnaie en rendant disponible la mémoire vive de leur disque dur.
Extrait de la video de démonstration du service Bitcoin
Ici l’équation s’ouvre : « échanges hyper-larges » reposant sur « système décentralisé ».
Pour terminer cette liste, Skype est l’unique système qui repose sur un système hybride, mais qui, comme Bitcoin, permet des échanges avec des utilisateurs quel que soit leur localisation dans le réseau et dans le monde. Cette mise en scène de la possibilité de communiquer en dépit de la distance géographique est prégnante sur le site, qui représente des mappemondes, entourées d’un cercle qui manifeste le circuit discontinu de la communication.
Extrait de la vidéo de démonstration du service Skype
Ici la dernière équation donne : « échanges hyper-larges » reposant sur « système hybride ».
Il reste maintenant à regarder plus attentivement comment ces services « parlent d’eux-mêmes », c’est-à-dire comment ils organisent un espace de discours (le site internet, la vidéo de démonstration) pour se présenter sous un certain angle (sont-ils des propositions techniques? des solutions politiques? des services marchands? des innovations? etc.). La suite dans le prochain billet…

[1] Par « front office » nous entendons faire une différence entre interfaces « visibles » de ces infrastructures informationnelles et les « back office » de ces mêmes services. L’épaisseur pratique et politique de ces « back office », est analysée dans une autre partie de nos travaux de recherche en s’appuyant sur les travaux de Jérôme Denis (http://ses.telecom-paristech.fr/denis/).
[2] Barthes, R., 1964, «Rhétorique de l’image», Communication, 4, pp. 44-45
[3] Harris, R., 1993, Sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS
[4] Idem, p.137

 

« Privacy by Design »: la technologie au service de la vie privée

Compte-rendu de l’atelier ANR « Privacy by Design (PbD) . Mettre la technologie au service de la vie privée : Enjeux, limites et perspectives », Paris, 23 mars 2012

L’atelier « Privacy by Design (PbD) . Mettre la technologie au service de la vie privée : Enjeux, limites et perspectives », organisé pour et avec le concours de l’Agence Nationale de la Recherche, a eu lieu le 23 mars 2012 à Le Ponant de Paris, près du Parc André Citroen dans le 15ème arrondissement de Paris. Il se proposait d’examiner la notion de « Privacy by Design » (PbD), un principe qui souligne la nécessité de prendre en compte le respect de la vie privée des personnes dès les premières phases de conception des technologies de l’information et de la communication (TIC) et des technologies de sécurité et de surveillance, ainsi que de la mise en place des services de réseautage social. L’atelier a réuni des chercheurs en sciences politiques, des juristes, des sociologues, des philosophes, des économistes, des ingénieurs et des spécialistes de l’informatique ainsi que des industriels et des représentants des organismes de protection des données personnelles.

Les données personnelles, au cœur de la société de l’information

Pour les organisateurs de l’atelier, les données personnelles constituent de loin « la » composante essentielle de la société de l’information, de la société de surveillance et de l’économie numérique, car elles sont au cœur à la fois des systèmes d’identification électronique (e-ID), des réseaux sociaux, et des dispositifs de surveillance et de traçage, dont la principale caractéristique est d’être de plus en plus intelligents. Leur exploitation intensive questionne cependant la vie privée des individus à une pluralité de niveaux. L’existence et le fonctionnement même de ce qu’on appelle le « web relationnel », dans son état actuel, dépend d’une utilisation massive des informations et des données personnelles, créant à la fois de nouveaux services et opportunités économiques et de nouveaux types de risques. Les données personnelles constituent également les ressources stratégiques des activités de sécurité et justice, et sont à ce titre stockées et traitées dans de multiples bases de données et échangées entre différentes agences de sécurité, en tant qu’instrument essentiel de la lutte contre le terrorisme et le crime organisé.

La fabrication d’une norme techno-juridique de privacy

Le PbD, pouvant se traduire en français par l’expression « la prise en compte de la vie privée dès la conception », a été présenté comme le principe selon lequel toute technologie exploitant les données personnelles doit intégrer la protection de la vie privée dès sa conception, et s’y conformer tout au long de son cycle de vie. C’est une forme de prévention du risque d’exploitation abusive de ces données qui se met en place, en intégrant un dispositif technique de protection dès la conception des solutions et services.

Le PbD est en train de devenir l’un des piliers techno-juridiques destinés à garantir la protection des données personnelles et la privacy des individus. Comme ont souligné Ann Cavoukian, Commissaire de l’Office de la protection des données d’Ontario au Canada (en vidéoconférence), et sa directrice politique Michelle Chibba, le PbD est désormais propulsé outre-Atlantique comme un principe obligatoire à intégrer dans toutes les TIC et les technologies de sécurité comme la vidéosurveillance, basées sur la collecte, l’analyse et l’échange des données personnelles. Au niveau de l’Union Européenne, la Commissaire européenne chargée de la justice, le Contrôleur Européen de la Protection des Données (CEPD) et le G29 on récemment exprimé le souhait que ce principe soit intégré à la législation européenne, en tant que principe concernant toute institution ou organisation, publique ou privée, pour qui les données personnelles constituent une importante ressource fonctionnelle et stratégique.

Un concept à explorer pour un cadre juridique européen en évolution

Le sens précis du concept de PbD, son efficacité, son coût, sa transposition juridique, la méthodologie qui permet de l’intégrer concrètement dans des systèmes technologiques et ses impacts individuels et sociétaux ne sont pas encore clairement adressés par ces mêmes autorités qui plaident pour son introduction dans les solutions technologiques. Il est pourtant nécessaire, a-t-on souligné à plusieurs reprises pendant l’atelier, de les examiner de façon précise afin de pouvoir évaluer l’apport de ce concept à la protection de la vie privée des individus, tant sur le plan de l’efficacité que de l’impact social, éthique et juridique, dans un contexte où l’explosion et la globalisation des nouvelles technologies ont rendu nécessaires la révision et la mise à jour de la directive européenne 95/46 relative à la protection des données personnelles, un des principaux instruments de droit communautaire encadrant la privacy. Cette révision a abouti à une refonte du cadre européen, qui sera dorénavant fondé sur deux actes juridiques : un règlement général sur la protection des données et une directive portant sur la protection des données utilisées dans le cadre des affaires de police et justice pénale. C’est dans cette nouvelle configuration que la Commission européenne prévoit de rendre obligatoire l’approche « protection des données personnelles dès la conception », et propose l’adoption du PbD pour tous les produits/services et systèmes exploitant ce type de données.

Du PbD à la « Privacy by Using »

Une table ronde particulièrement intéressante (et vive!) a porté sur les enjeux économiques du PbD entre marché et régulation. Alain Rallet et Fabrice Rochelandet de l’Université Paris XI ont discuté l’efficacité du PbD. En termes économiques, la régulation de la privacy poursuit soit une minimisation du coût social, soit une maximisation du bien-être social. Cependant, il y a beaucoup de mal à identifier les « pollueurs » et les « pollués » en termes de privacy, ce qui gêne beaucoup les économistes. Les données personnelles sont traitées en tant que biens informationnels et on en suit les fuites, les confinements, la diversité de régulations. La PbD est l’une de ces régulations, de type ex ante : on intervient avec un ensemble de choix de design et de conception avant qu’un endommagement soit fait – puisse être fait. Les coûts de la PbD sont surtout supportés pas les technology providers, les ISPs, etc. Mais comment définir l’efficacité des standards PbD? Qui met en place ces standards? Quel est le rôle des experts et qui sont-ils ? Aussi, il y a la possibilité de règles trop laxistes ou trop strictes. Comment fixe-t-on la norme optimale? Les défis résident surtout dans les changements technologiques rapides, qui le sont tout particulièrement dans le domaine des services Internet, et dans le renouvellement des usages qui peuvent rendre les normes obsolètes. A. Rallet et F. Rochelandet ont également souligné la possibilité d’un « effet parapluie percé » dans la mise en œuvre du PbD : si on peut le protéger avec des firmes de grande taille, d’autres acteurs sont plus difficilement contrôlables. Quels types de sanctions légales peut-il y avoir dans ces cas? Le problème de l’ « illusion du contrôle » sur lequel travaille beaucoup Alessandro Acquisti à la Carnegie Mellon University, est aussi à considérer : les individus sont surtout intéressés par l’existence du contrôle elle-même, pas par l’objet qui est le résultat de ce contrôle. Les renouvellements fréquents des paramétrisations dans les réseaux sociaux en sont un exemple.

Enfin, le PbD change comme problématique par rapport aux types de réseau. Dans les réseaux sociaux, on a un paradoxe économique : ceux-ci ont leur principe de business dans le matching des individus grâce aux données personnelles, et il y a fort consensus entre les utilisateurs et les service providers par rapport à cette dynamique. Comment un paradigme PbD peut-il s’insérer dans ce discours ? La conclusion d’A. Rallet et F. Rochelandet est donc qu’il est souhaitable de reformuler le PbD comme « Privacy by Using », un processus adaptatif dans lequel l’utilisateur occupe une place centrale : la construction et la prise en compte d’outils pour en savoir plus sur des questions de privacy, et incorporer celles-ci dans les outils dans un deuxième temps. Autrement, on risque de construire la PbD « comme quelque chose qu’on n’a pas… à donner à quelqu’un qui n’en veut pas. »

Un label, pas une méthode… mais des vraies conséquences

Si Philippe Mouttou de Thalès a invité à prolonger dans le cas de la PbD, en particulier dans le champ de la vidéosurveillance, le principe fondateur de quarante-cinq années de droit européen qui consiste à mettre « l’individu en premier », l’intervention de Nicolas Desrumaux, de l’Université de Lille 2, a porté la discussion sur le PbD sur un plan plus controversé en invitant l’audience à questionner l’ontologie de ce concept d’un point de vue plus juridique, « acceptable comme philosophie mais peut-être pas d’une exceptionnelle utilité ». D’après l’orateur, il faut se poser nombre d’autres questions avant : en premier lieu, de quoi parle-t-on? Le PbD serait à l’heure actuelle plutôt un processus, l’importation d’un concept marchand de partage d’information dans un contexte européen surtout intéressé par la protection. Le débat sur la privacy se base souvent sur des idéaux parfois difficile à traduire en pratique : le flou qui existe autour de ces idéaux serait maintenant en train de porter préjudice à la stabilisation de la notion même de PbD? Quand même, il existe des véritables enjeux politiques, normatifs et économiques autour de cette notion en devenir : la détermination voir l’imposition de standards industriels, la dissémination et la mise en place de spécifications, des verrous juridiques à faire sauter, de la discrimination entre intérêts contradictoires. Le PbD est préconisé par des institutions ad hoc au moment même que la validité du concept n’est pas véritablement démontrée. En conclusion, selon N. Desrumaux, le PdB n’est pas (encore?) une norme juridique car il ne possède pas de protocole de validation scientifique, et serait même nuisible, dans sa forme actuelle, à l’application du droit : un label est offert, mais pas une méthode, car l’application de ce label ne préconise pas de garanties.

La conclusion de Robert Picard, du Ministère des Finances, a noté comment les deux mots clé de cette table ronde, régulation et marché, ont sous-tendu des réflexions variées et polémiques : variété et polémique à attribuer au fait que, si le concept et l’ontologie même du PbD sont fortement débattus, il existe déjà autour de ce concept des objets, des marchés, des réalités économiques : il faut dès lors assurer un suivi et une mise en œuvre de la part des instances de régulation nationales, européennes et internationales. L’articulation entre normes et standards techniques reste à construire : les premières sont très strictes, mais leur rapport avec la technique demeure peu clair. Le PbD est l’un des chantiers les plus intéressants pour expérimenter avec cette articulation.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Le protocole Peer-to-peer

Dans un article du 11 mars 2011 publié sur Le Monde.fr, Laurent Checola se penche sur les enjeux relatifs au peer to peer à l’heure actuelle.

Il interroge notamment Patrick Waelbroeck, enseignant chercheur à Telecom ParisTech et propose une infographie intitulée « Que sont devenus les services de téléchargement ? » assez claire et bien réalisées.

 

Liens: article du 11 mars 2011 publié sur Le Monde.fr

Infographie « Que sont devenus les services de téléchargement ?« 

 

A propos d’infographie, celle réalisée par Cisco IBSG (ci dessous) est assez éclairante sur les enjeux de l’Internet des objets.

 

 

 

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Dramaturgie du distribué : Facebook Open Graph

La conférence :

Le 21 avril 2010, à la conférence organisée par Facebook, F8 Conference, à San Francisco, Mark Zuckerberg et Bret Taylor, qui est le directeur produit de Facebook (et ancien CEO de Friendfeed, agrégateur de réseaux sociaux) présentaient leur nouvelle API : Open Graph. Les propriétés techniques sont intéressantes mais surtout l’expression symbolique de ces propriétés technique : la représentation du réseau est fondée sur une vue à plat de noeuds tous connectés sans distinction, ni hiérarchie. Facebook use de la dramaturgie du distribué. https://www.facebook.com/f8

Le nom : « open graph » :

On peut lire l’article sur la théorie des graphes en français dans wikipedia, mais celui en anglais est plus simple pour les non-mathématiciens : http://en.wikipedia.org/wiki/Graph_theory.

Bien sûr le titre fait appel à la culture à la fois des mathématiciens mais aussi est sans doute surtout dans ce contexte, celle des programmeurs et spécialistes des réseaux. La théorie des graphes est en effet indispensable à la représentation des réseaux de communication et à l’organisation des données. En associant « open » avec « graph » FaceBook donne à penser que l’on peut connecter tout avec tout et que le protocole est suffisamment robuste pour être extensible ad infinitum.

Variation sur un thème : comment représenter une « sphère infinie, dont le centre est partout et la circonférence nulle part«   ? (Blaise Pascal, Les Pensées, 1669)

L’idée de l’infini introduite par l' »open » est sans doute peu représentable. Les responsables de la communication de FaceBook ont imaginé de re-figurer le réseau en jouant sur les couleurs des noeuds et des liens : figure du couple, figure des Etats-Unis, figure du dialogue (assez ambivalente : qui mange qui ?)

Rendre visible l’invisible, l’exemple de Nearfield.org

 

Ingerborg talking about The Bubbles of radio - Crédits photos: Amanda Steggell (http://www.testingtesting.org/)
Ingerborg talking about The Bubbles of radio - amanda steggell testing testing - http://www.testingtesting.org

 

 

Comme le remarque Nicolas Nova[1] dans son article intitulé « Visualiser le “Ghost in the field” de l’urbanité numérique » et publié sur OWNI le 23 mai 2011:

 

Ce qui frappe dans “l’urbanité numérique”, c’est son invisibilité. Or cette couche informationnelle omniprésente existe bien. Comme le soulignait le géographe Boris Beaude dans un colloque sur ce thème, “il serait dangereux et anachronique de considérer les technologies de communication numériques comme irréelles“.

 

Mais de quelle manière et par quels artefact ces technologies sont en mesure de se manifester? Comment illustrer leurs présences? Comment les matérialiser, les rendre « visibles »? Un des enjeux de ce projet est effectivement de donner des outils de design pour aider à constituer un référentiel utile pour le développement ultérieur de services s’appuyant sur des technologies peer to peer. Proposer des formes de visualisation de technologies d’intelligence ambiante doit permettre de soumettre ces dernières à la lecture et aux commentaires des acteurs intéressés (voir billet  » Pourquoi un abécédaire des AD? » par Cécile Méadel le 7 juin 2011).

Les extraits suivants proposent des pistes de réflexion sur le fait de « rendre visible l’invisible ». Nous nous reporterons également à l’article de Nicolas Nova cité précédemment.

NEARFIELD.ORG

Ce projet mené par Timo Arnall et développé avec des élèves de l’école de d’architecture et de design d’Oslo interroge la diversité des ondes qui s’entremêlent dans l’espace urbain. Un projet de ce module d’étude intitulé « The bubbles of radio » et mené par Ingeborg Marie Dehs Thomas (élève en Master de Design) se concentre plus précisément sur la représentation des ondes existantes: GSM, Wifi, RFID, ZigBee, DMB, Bluetooth. Dehs Thomas construit un véritable bestiaires des ondes censées nous envelopper et pénétrer totalement nos environnements.

 

Plus d’informations sur le Touch Project et sur le projet de Ingeborg Marie Dehs Thomas « Fictionnal radio spaces« .

 

Le projet Light painting wifi explore quant à lui  la présence des réseaux wifi dans nos environnements. La vidéo réalisée pour ce projet explique très bien le concept.

 

Immaterials: Light painting WiFi from Timo on Vimeo.

 

 


[1] Chercheur et consultant à Lift Lab spécialisé en design d’interaction. Il réalise des études sur les usages et les pratiques pour nourrir la conception de produits numériques (jeu vidéo, téléphonie mobile, web, robotique et objets communicants) pour des clients tels que Nokia Design, SEB, Swisscom ou Orange. Il enseigne également à l’ENSCI (Paris), à la HEAD (Genève) et est enfin responsable éditorial de Lift, conférence internationale sur l’innovation et les usages des technologies. Il est l’auteur de “Les Médias Géolocalisés : les nouveaux paysages numériques” et « Les Flops technologiques- Comprendre les échecs pour innover » (FYP Editions).

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Pourquoi un « abécédaire » des AD ?

Les réseaux pair à pair n’existent pas sans imaginaire au sens propre : schémas, graphiques, photos, mises en situations, vidéo. Le portail de recherche centralisera une base de ressources visuelles sur les dimensions, techniques, sociales et culturelles des réseaux pair à pair. Il s’agit de récolter, d’analyser et d’exposer les différentes représentations graphiques qui permettront de constituer un abécédaire (à la manière d’un what’s what) de ces architectures et de leurs services dévoilant à la fois les techniques et les valeurs sous-jacentes ainsi que les usages pressentis par les auteurs de ces représentations.

L’objectif de ce dispositif expérimental est triple:

  • rendre compte de la complexité d’une technique qui peine à faire comprendre sa spécificité par rapport aux architectures réseaux centralisés ;
  • donner des outils de design et d’ingénierie des connaissances dans ce domaine technique, aider à constituer un référentiel utile pour le développement ultérieur de services s’appuyant sur ces technologies ;
  • l’interprétation de cette visualisation comme son utilisation ne sont pas données et sont à construire avec les acteurs. La mise en ligne permettra de les soumettre à la lecture et aux commentaires des acteurs intéressés.