Pour une ethnographie des réseaux sans fil communautaires: Implémenter des technologies décentralisées pour agir contre la crise à Détroit

Article originellement paru sur la revue Urbanités (géographie et urbanisme) pour leur dossier «  »Crises en ville, villes en crises »

Speramus Meliora, Resurget Cineribus1

 

Ville sauvage Vs. Village sauvage du capitalisme mondialisé

Le jeudi 18 juillet 2013, la ville américaine de Détroit se déclarait officiellement en faillite et présentait publiquement les chiffres vertigineux de sa dette : 18,5 milliards de dollars2. Depuis lors, les défilés de statistiques font croire à un lieu d’apocalypse et d’abandon. La ville a été placée sous le joug d’un administrateur judiciaire et le gouvernement républicain de l’État du Michigan exerce dorénavant un poids politico-économique massif sur la ville démocrate qu’est Détroit. Les institutions municipales doivent rendre compte à une entité nommée par le gouverneur fédéral Rick Snyder en mars 2013 et sont dépossédées de la plupart de leurs compétences. Motor City, ancien fleuron industriel du Midwest américain, fait dorénavant pâle figure et semble être un lieu improbable pour une quelconque reprise. Passée de 1 849 568 habitants en 1950 à 713 777 en 20103, Détroit illustre un nombre important de phénomènes urbains caractéristiques de certaines localités américaines: shrinking cities, white flight, gentrification, dévitalisation progressive des villes-centres, ghettoïsation, ségrégation socio-spatiale4, etc.

Dustin Cable - Weldon Cooper Center for Public Service - University of Virginia.  Cartographie de la ville de Détroit et visualisation des origines ethniques de ses habitants: points bleus = populations blanches ; point verts = populations afro-américaines ; points rouges = asiatiques. La délimitation que l’on observe ici correspond à 8 Mile Road, frontière administrative de la municipalité et début des banlieues aisées qui ceinturent la ville.  Extrait de VANHEMERT, K. [26 août 2013], The Best Map Ever Made of America’s Racial Segregation [http://www.wired.com/design/2013/08/how-segregated-is-your-city-this-eye-opening-map-shows-you#slideid-210281]

Dustin Cable – Weldon Cooper Center for Public Service – University of Virginia.
Cartographie de la ville de Détroit et visualisation des origines ethniques de ses habitants: points bleus = populations blanches ; point verts = populations afro-américaines ; points rouges = asiatiques. La délimitation que l’on observe ici correspond à 8 Mile Road, frontière administrative de la municipalité et début des banlieues aisées qui ceinturent la ville.
Extrait de VANHEMERT, K. [26 août 2013], The Best Map Ever Made of America’s Racial Segregation.

Detroit Free Press – University of Detroit Mercy. Extrait de STAES, J.A. [12 août 2012], Comparing Detroit To Other Cities? Look At The Map! [http://blog.thedetroithub.com/2010/08/12/comparing-detroit-to-other-cities-look-at-the-map/]

Detroit Free Press – University of Detroit Mercy.
Extrait de STAES, J.A. [12 août 2012], Comparing Detroit To Other Cities? Look At The Map!

Combinée à une gestion des dépenses publiques calamiteuse, à l’écroulement de l’industrie automobile et à une corruption longtemps installée à la tête du pouvoir municipal, l’image de la ville semble coller parfaitement à la polysémie du mot « crise ». À Détroit, cette dernière est à la fois économique, politique, sociale et systémique. Pourtant, au sein de cette situation qui ne s’explique pas seulement par les phénomènes évoqués précédemment5 mais surtout par plus de soixante années de déclin socio-économique d’un modèle de ville particulier (Sugrue, 1996), Détroit recèle d’un nombre important de stratégies et de pratiques économiques alternatives qui correspondent à « l’adaptation spontanée des modes de vie des gens aux contraintes et aux opportunités émanant de la crise » (Castells, 2012). Plus que d’autres métropoles ouvrières noires américaines (telles que Baltimore), Détroit compte de nombreuses initiatives économiques, culturelles et sociotechniques qui se revendiquent comme autant de moyens pour s’extirper de la situation de crise urbaine (Gallagher, 2013). Le Paris du Midwest américain est effectivement aujourd’hui réputé pour son attitude « faites-le vous mêmes » (« Do It Yourself ») et ses initiatives d’agriculture urbaine à grande échelle. Mais ces projets socio-agricoles côtoient d’autres initiatives telles que des banques alimentaires coopératives ou bien encore des projets d’associations à but non lucratif qui réinventent ce que nous désignons en France par Éducation Populaire et que les acteurs de ces groupes nomment « community organizing » ou « transformative work ». Après les années glorieuses du fordisme suivies, dès 1960, des ravages de la désindustrialisation, les citoyens de Détroit semblent dépendre aujourd’hui de leur propre ingéniosité pour subvenir à leurs besoins.

Ce mouvement préfigure selon nous une voie intéressante à étudier lorsque l’on aborde la notion de crise et de résilience urbaine6, une économie locale post-industrielle fondée sur l’entraide, le partage mais aussi et surtout sur un nouveau rapport aux infrastructures publiques et privées (télécommunications, transports, éducation, gestion des déchets, etc.). La ville comporte également un nombre important d’événements, de pratiques particulières et de lieux dédiés à l’innovation numérique. Un des axes de développement de sa politique de revitalisation urbaine concerne d’ailleurs l’économie digitale et les industries créatives7.

Au centre de toutes ces initiatives à la fois civiques, technico-économiques et socio-culturelles, une idée fixe : construire des modèles, des projets et des infrastructures8 horizontales (Egyedi & Mehos, 2012), autonomes et décentralisées ; penser un modèle urbain différent, conçu et pris en charge par la participation des citoyens et leur « puissance d’agir » (Proulx, 2012).

S’appuyant sur l’analyse de certains aspects de ces pratiques économiques alternatives, notre recherche vise à comprendre de quelle manière une forme d’infrastructure de communication locale et autonome, les réseaux MESH en l’occurrence (ou réseaux communautaires sans fil9), illustre le lien entre crise économique et apparition ou renforcement de pratiques mises en place par la société civile de Détroit. Dans ce cadre, nous enquêtons sur les communautés mettant en place ce genre de réseaux locaux, sur leurs dynamiques, leurs ambitions, leurs différents projets et de ce fait, sur l’apparition d’une forme de média particulière (Gentès, 2013) dont les aspects politiques sont revendiqués intrinsèquement. Cet article présentera des extraits d’entretiens menés avec différentes personnes engagées dans les déploiements de ces réseaux communautaires sans fil. Nous présenterons ici des extraits d’interviews sous une forme assez « brute » où la notion de « crise » est abordée et où des moyens et/ou des pratiques d’échapper à ce concept sont mentionnés (interviews menés entre mai et juillet 2013). Il s’agit d’extraits d’un « carnet ethnographique » où se mêlent témoignages et analyses brèves dans lequel nous décrivons le plus simplement possible l’histoire et l’écosystème de ces réseaux sans fil et de ces différents acteurs. Il s’agit ici de donner à voir une « photographie » de certains projets techno-médiatiques propres à cette ville en crise. D’une manière plus globale, notre recherche vise à montrer comment ces initiatives mettent en lumière des questionnements relatifs à la matérialité des réseaux de communication existants et aux rôles que jouent les usagers dans l’organisation et l’entretien d’un réseau social numérique (Proulx, 2012), d’une infrastructure de communication. Notre recherche vise également à comprendre de quelles manières ces discours sur les réseaux de télécommunications décentralisés et autonomes appréhendent la notion de co-construction autour des savoirs et ce que Bernard Stiegler appelle l’ère économique de la contribution (Stiegler, 2008). En dehors des termes de « crise », de « catastrophe » et de « faillite », cet article veut présenter des projets innovants et certains détails du contexte dans lequel ces pratiques alternatives se développent. Il souhaite restituer une parole riche et complexe, celle de groupes de citoyens, pivots locaux de la participation civique et qui tendent à être considérés par certains comme les acteurs de la revitalisation urbaine américaine10. Communautés de citoyens qui s’appuient désormais sur les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) pour penser non plus un modèle urbain Top-Down (vertical, penser du haut pour le bas), mais une ville horizontale ; irréductibles groupes d’individus qui conçoivent Motor City non plus comme une « ville sauvage » mais comme le « village sauvage du capitalisme mondialisé »11 qui souffre depuis de nombreuses années des conséquences de l’écroulement d’une industrie orientée seulement sur l’automobile, des atermoiements d’un capitalisme destructeur et d’un trop plein de commentateurs mal informés.

Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0. Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi installé sur un toit du quartier de MidTown à Détroit, juin 2011.

Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0.
Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi installé sur un toit du quartier de MidTown à Détroit, juin 2011.

Enjeux et contexte des « connexions MESH »

ColorLines.com - A Tech Innovation in Detroit: Connect People, Not Computers (septembre 2012) [http://colorlines.com/archives/2012/10/detroit_mesh_networks.html]

ColorLines.com – A Tech Innovation in Detroit: Connect People, Not Computers (septembre 2012)

La mise en place de réseaux MESH (Metro Scale Ad-hoc Network) n’est pas quelque chose de récent. Ce routage (MANET – Mobile Ad-hoc NETwork, mis au point à la fin des années 1990) est issu de la recherche militaire ; il permet de déployer un réseau de communication robuste et indépendant entre ordinateurs, téléphones ou tout autre terminal de communication en circuit fermé et/ou connecté au moins en un point à un réseau Internet et/ou GSM. Ce réseau est maillé, c’est à dire que chacun de ses nœuds peut servir de relais, de point de liaison aux autres nœuds de l’ensemble qui communiquent via ondes radios Wi-Fi. Ainsi, il peut se reconfigurer en permanence et mettre en place des communications dynamiques entre points plus ou moins mobiles (sorte de réseau bluetooth multi-utilisateurs). Jusqu’en 2011, ce type de réseau servait surtout à faire communiquer des capteurs entre eux ou bien à optimiser des zones de couverture Wi-Fi (aéroports par exemple) en réduisant les coûts d’installation de câbles, de modems, etc. En 2011, après les soulèvements arabes, cette technologie apparut alors comme une solution aux cas de censure et de coupure des télécommunications par des régimes autoritaires: l’appareillage mobile des manifestants, composé de smartphones, tablettes, ordinateurs, ainsi que de petites antennes placées sur des toits, pouvait devenir infrastructure de communication. Si chaque objet communiquant pouvait se connecter à au moins un autre objet en co-présence, on pouvait créer un réseau maillé indépendant, autonome et mouvant presque impossible à couper ou à censurer étant donné son caractère spontané, local et décentralisé (ne dépendant pas d’un serveur informatique central, d’une infrastructure globale comme les emblématiques réseaux sociaux Facebook et Twitter). L’Open Technology Initiative (OTI), groupe de travail de la New America Foundation12, think-tank basée à Washington DC, présenta à ce moment là un logiciel de réseautage MESH multi-plateforme baptisé Commotion13 (COMmunity Open Technology Information Online Network). Baptisé dans un premier temps « Internet in a Suitcase », ce projet reçut en 2011 une aide conséquente du département d’État américain. Ces deux principales zones de test et de déploiement sont Détroit et New York (plus précisément le quartier isolé de Red Hook à Brooklyn). Cette technologie n’a donc pas été déployée en priorité au Moyen Orient mais plutôt dans des villes en « crise » aux États Unis (selon ses créateurs, elle n’était pas assez « stable » pour ne pas être utilisée à l’insu des militants libéraux arabes).

À Détroit, l’Open Technology Initiative (OTI) travaille conjointement avec Allied Media Project14, association à but non lucratif, organisatrice de la Allied Media Conference et porteuse d’un nombre important de projets allant de l’éducation aux technologies numériques (vidéo, son, graphisme, programmation électronique, etc.) à la formation de Digital Stewards pour les quartiers de la ville ; projets ayant en commun la promotion de la notion de Digital Justice et une stratégie de revitalisation urbaine horizontale. Ces Digital Stewards, sortes de médiateurs, régisseurs-socioculturels bénévoles, suivent des cours hebdomadaires pendant six mois et mettent au point un projet de revitalisation socio-économique de leurs quartiers via les technologies numériques. Pour intégrer cette formation, ils doivent présenter un projet de développement qui sera approfondi et appuyé par l’expertise de divers intervenants. Nous avons suivi trois de ces groupes (promotion 2013) ayant décidé de déployer des réseaux MESH dans les quartiers où ils résident et ce dans différents buts. L’un de ces groupes, celui du projet ECOSphere basé dans le nord-ouest de la ville et conduit par trois membres de l’association Modern Evolution, considère ce projet d’une façon bien particulière. Les extraits que nous présentons dans cet article sont tous issus des entretiens que nous avons menés avec ces trois personnes. Pour eux, créer un réseau MESH est un prétexte permettant d’envisager une nouvelle forme d’écosystème économique pour la ville de Détroit, un moyen de sortir de la crise de cette ville qu’ils nomment de leurs propres mots « Ground zero » :

Enquêté: Je disais qu’à Modern Evolution, notre boulot consiste à construire des ponts entre toutes les initiatives qui existent déjà, à les doubler, les répliquer […] Avant de parler de viabilité économique, nous avons besoin d’un écosystème numérique. C’est pour cela que nous commençons par le Wi-Fi. Les personnes doivent être connectées. C’est la nouvelle économie […] et la clé, c’est l’accès.

 […] Nous voulons faire une communauté sans fil tous ensemble […] désormais, nous amenons le modèle décentralisé aux gens.

[…] Désormais le Wi-Fi est partout sauf où ? Dans les quartiers chauds, tu vois ce que je veux dire ?

Dans ces premiers extraits, il n’est pas question d’applications ou de services particuliers portés par le réseau communautaire sans fil créé à l’issu de la formation (si ce n’est fournir un accès à Internet via leur infrastructure de communication, via leur réseau MESH). Pour le groupe de Modern Evolution établir un réseau communautaire c’est pourvoir au besoin de connexion dans leur quartier qui est très peu équipé en accès à Internet, c’est partager ce dernier avec d’autres personnes, d’autres habitants du quartier, du block (éloigné de Midtown, zone de revitalisation urbaine prioritaire). Pourtant, contrairement à l’East Side de la ville, peu habité et composé majoritairement de terrains vagues et de maisons abandonnées ; le quartier où se déploie leur projet baptisé ECOSphere (North West Side) possède une densité d’habitation assez importante. Il s’agit des anciens lotissements des agents de maîtrise des usines automobiles Ford. Malgré cette densité, il n’y a que très peu d’accès à Internet, les coûts d’installation et de mise en service d’une connexion étant très élevés. La solution qu’ils essaient donc d’implémenter tâche de contourner ces coûts élevés et de faire comprendre qu’un modèle de partage peut se penser aussi sur d’autres domaines et à d’autres niveaux (sécurité, transport, éducation, tri des déchets, circuit courts alimentaires, etc.), qu’il fait partie des composantes d’un levier de développement socio-économique original:

Enquêté: […] Nous pensions qu’il s’agissait là d’une idée géniale : commencer à rassembler les gens à la manière d’un collecteur de fonds sympathique. Il faut commencer à mettre en commun, de sorte que nous puissions payer notre facture Internet ensemble. Et, si on le fait avec la facture Internet, on pourrait peut être le faire avec notre facture d’électricité ? Tu vois, ça peut éveiller l’intérêt pour ce genre de solutions de financement créatives. En fait, on touche là au principal enjeu de notre projet : l’idéologie. 

[…]

 Si on pouvait installer des antennes en utilisant de l’énergie solaire ou d’autres formes de systèmes énergétiques ; on n’aurait pas à utiliser l’électricité d’un tiers et on serait indépendants.  Avec le MESH, la seule chose dont on ait besoin c’est d’électricité pour faire parler l’antenne à un autre routeur, connecté au réseau.

[…]

 John s’occupe des questions énergétiques, Heru des questions technologiques, moi je m’occupe des financements. Et notre synergie vient de là. Nous nous aidons les uns les autres, et grâce à cela, des solutions intéressantes surgissent.

Créer un réseau communautaire sans fil peut donc apparaître comme un prétexte pour engager des personnes vers des formes d’actions civiques et sociopolitiques qui concernent les infrastructures et les services de la ville (qui sont en piteux état : police et pompiers à effectifs réduits, réseaux de transports et systèmes électriques défaillants, mauvais ramassage des ordures, etc.). Ces réseaux, issus des formations menées par Allied Media et OTI, sont les éléments constitutifs d’un programme de Digital Stewardship, de citoyens relais (médiateurs en technologie numérique) pour les quartiers marginalisés d’une ville particulière, lieu d’écroulement de l’American way of life. Mais on pourrait aussi voir dans le développement de ces technologies une pratique économique alternative au service d’une sorte de résilience urbaine. En effet, conjuguée aux autres pratiques alternatives (notamment agricoles), ces formations et ces projets d’infrastructure et de participation active des citoyens deviennent des moyens de cicatrisation citadine, des réponses au vide laissé par la municipalité en faillite et autant d’opportunités pour les organisations communautaires à but non lucratif de tester des modèles urbains alternatifs. De cette « crise », de ces cendres et du lieu que les membres du projet ECOSphere – Modern Evolution nomment eux mêmes « Ground zero » devrait pouvoir émerger un nouveau rapport à la ville ; une résilience tout à la fois civique et technologique qui refondrait la citadinité de Détroit et poserait les premières pierres d’une cité plus coopérative où participation et engagement du citoyen seraient plus importants. Les infrastructures de communication dont il est ici question visent à construire un modèle civique de ce type et à faire prendre conscience des comportements qu’il exige.

La notion de Digital Justice défendue par Allied Media Projects, issue à la fois de la pensée de Grace Lee Boggs15, de Paulo Freire et de Saul Alinsky16 s’intègre dans cette idée de résilience, de cicatrisation urbaine. Cette justice digitale consiste à défendre quatre piliers caractéristiques dans les projets mis en place mais aussi et surtout la notion de droit fondamental à la communication (en d’autres termes, combattre la fracture numérique). Ces quatre piliers sont : le droit à l’accès (à Internet, aux NTIC), aux médias de manière générale), la participation, le partage et la coopération au sein de groupe de citoyens qu’ils nomment « communities » (habitants du même quartier et/ou personnes rassemblées autour d’un intérêt commun). Pour les personnes que nous avons interrogées, l’idée de reconstruire la vie quotidienne et les pratiques citoyennes autour de pratiques autonomes qui ne reposent pas sur les institutions financières et/ou des formes de gouvernance publique est devenue plus réaliste que le modèle traditionnel de comportement socio-économique. Les réseaux MESH sont un pas en avant vers cette idée de s’organiser en communauté autour d’un intérêt commun, en l’occurrence ici, réduire le coût de l’accès à Internet et, de ce fait, la fracture numérique, pour augmenter la participation citoyenne et l’engagement de chacun.

Enquêté: Ici, c’est le ground zero de l’Amérique, vraiment. Tu sais, cet endroit était un des plus prospères des Etats-Unis à un moment et maintenant, c’est l’un des plus pauvres. Que s’est il passé ? Il s’agit aussi d’une histoire de l’innovation et de révolution en termes de communautés, de social ; lorsque l’on regarde l’histoire, un nombre important de personnes engagées viennent de cette région qui a toujours été un melting pot composé d’ouvriers

[…]

Juste dans la communauté afro-américaine, les trois initiatives les plus « visibles » viennent d’ici. La lutte pour les Droits civiques, The Nation of Islam est née ici, the Republic of New Africa est née ici et les Black Christian Nationalists sont nés ici.

[…]

Maintenant, et si tu vas dans ces fermes urbaines, tu ne verras pas seulement une « race »  ou un seul groupe d’âge. Il y a des jeunes, des noirs, des blancs, des asiatiques, tous travaillent ensemble dans cette logique de partenariat innovante, […] c’est une chose d’aujourd’hui, pas du blabla, ce n’est pas un think tank, c’est un laboratoire à action ici.

Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0. Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi sur une antenne de télévision. Groupe Morning Sides MESH (juin 2011).

Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0. Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi sur une antenne de télévision. Groupe Morning Sides MESH (juin 2011).

Selon ces extraits, le caractère multiculturel, ouvrier et politique de la ville explique en partie son caractère de laboratoire techno politique défenseur de la notion de justice digitale comme moyen de palier aux effets de la crise. Y voir le modèle d’Alinsky ferait peut être bondir certains militants originaires de Motor City. Précisons que nous parlons ici des « techniques » d’organisation  qu’Alinsky17 professa tout au long de sa vie, pas forcément de son référentiel politique18. La nouveauté dans ces actions communautaires est de considérer l’infrastructure d’information créée et assurée par l’ensemble de ses « lecteurs »-« spectateurs » comme un projet participatif (« we are the networks, we are the media » déclarèrent les membres de ECOSphere lors d’un interview). S’ils ne prennent pas soin des composantes du réseau (antennes, alimentation électrique, entretien, etc.), s’ils ne s’engagent pas pour le bon fonctionnement de cet objets, alors l’infrastructure fonctionne moins bien. On peut donc qualifier ces objets comme de véritables technologies participatives, de leviers technologiques capables d’implémenter une idée du « care »19 et d’infrastructures fragiles dont il faut prendre soin. Les réseaux MESH font circuler un savoir et des pratiques culturelles spécifiques de façon décentralisée ; ils nous semblent en relation avec une forme nouvelle d’être ensemble qui se développe dans cette ville « en crise ».

De la résilience à la reliance, une nouvelle forme de communauté

En 2011, Manuel Castells, étudiant les cosmopolitismes multiples que sont les mouvements du printemps arabe, des Indignados, Occupy et Anonymous, évoquait de nouvelles formes de communauté à liens plus ou moins faibles mais hyper-connectées : « cette fois-ci les réseaux numériques pourvoient des formes flexibles et changeantes d’organisation et de débat, d’appel au secours, de distribution d’idées et d’initiatives, de décisions collectives distribuées. Les braves gens du mouvement ne sont jamais seuls, sont toujours connectés, et donc, ensemble n’ont pas peur. Leur mot d’ordre : « Tous ensemble, nous pouvons ». Pouvoir quoi ? Pour le moment, dans le discours du mou­vement, l’essentiel est de pouvoir être ensemble et, ensemble, découvrir une autre démocratie che­min faisant. » (op.cit, 2011).

De notre enquête à Détroit, nous retenons dès à présent qu’il y a dans les motivations des individus avec qui nous travaillons une volonté de renouer avec une approche ethnologique dans la politique de la ville tout comme une forte détermination à engendrer une dynamique de changement social issu des actions des citoyens et de leur puissance d’agir. L’important est là aussi de le faire ensemble, d’engager la « communauté » vers un projet plus juste pour la ville, de l’éduquer à la façon dont les différentes infrastructures fonctionnent, aux rôles qu’un utilisateur peut y jouer. « L’ambition » des déploiements de réseaux MESH à Détroit est à chercher de ce côté là, dans la création de nouvelles communautés

Enquêté: […] Nous construisions cela de façon horizontale maintenant, alors que nous parlons. Tu sais, cela ressemble beaucoup à ce que nous sommes, à nos idées […] on se rend compte aujourd’hui que nous ne sommes pas des originaux, qu’on peut se joindre à des personnes qui partagent notre vision des choses dans cette ville. C’est cela que nous avons construit au fond, c’est de cela dont il s’agit ici, c’est ça qui t’a amené ici toi et ta thèse sur les infrastructures décentralisées et horizontales…  

  notre intention dans ce projet, c’était d’apprendre, c’était d’interagir avec les autres organisations qui partagent la même idéologie que nous, puis voir ce que ça peut donner si on travaille tous ensemble à partir de la base.]  

Enquêteur : Dans la ville inversée ?

Enquêté : C’est ça ! Bienvenue dans la ville inversée !]

Le développement d’une citoyenneté active et participante via ces réseaux communautaires sans fil est un fait dans la ville en crise qu’est Détroit, nous l’avons vérifié en passant trois mois aux côtés de ces Digital Stewards, des associations qui les forment et des personnes qui développent ce logiciel de réseautage et de reliance communautaire20. Tout en étant une ville touchée de plein fouet par la faillite et une grande pauvreté, Détroit semble se transformer en exemple de cité post industrielle moderne « où les fausses promesses de consommation et de production sans limites aux dépens de la dignité humaine et du sens de communauté ont été examinées minutieusement, et finalement remplacées par des fondations plus humanistes » (Handelsman, 2011).

Les « Communities », les différentes associations d’Éducation Populaire et ces activistes des infrastructures jouent tous un rôle dans cette entreprise de ré-humanisation des infrastructures de télécommunication, d’agriculture, de transport, d’éducation, de gestion des déchets, de consommation, etc. Les pratiques de transformation fondées sur les mondes du numérique et les réseaux communautaires sans fil que nous observons dans la ville en crise qu’est Détroit illustrent un « vivre Internet » différent. Ils peuvent aussi être considérés comme des preuves du développement de l’économie de la contribution (Stiegler, 2009) vecteur de « puissance d’agir » des citoyens utilisateurs (Proulx, 2012) et nécessaire à une émancipation citoyenne. L’ethnographie des réseaux sans fils communautaires, moyens de résilience face à la crise de Détroit permet également de confirmer le fait que la concentration spatiale des classes populaires peut devenir un support d’émancipation par la « révolte et la révolution »21. Détroit a désormais son propre média supporté par sa propre infrastructure (les réseaux MESH). De ce fait, cette ville donne à réfléchir sur un système politique plus horizontal qui serait une première brique cohérente apportée à l’entreprise que l’on nomme partout « sortir de la crise » et » réengager les citoyens dans l’action civique et politique ».

En France, il faudrait peut être tout simplement se repencher sur ce que l’on met sous le terme d’Éducation Populaire et se dire que le mouvement du même nom, affaibli par l’action gouvernementale depuis de trop nombreuses années, contient lui aussi les ferments d’une citoyenneté plus juste et plus équitable. Une citoyenneté plus apte à faire face à des crises quelles qu’elles soient.

  1. Du latin : « Nous espérons des temps meilleurs, elle renaîtra de ses cendres » ; devise de Détroit (Michigan, États-Unis) inscrite sur le drapeau de la ville après l’incendie ayant ravagé la majeure partie de la ville en 1805. []
  2. Le Monde avec AFP [18 juillet 2013], « La ville américaine de Détroit se déclare en faillite » [http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/07/18/la-ville-americaine-de-detroit-se-declare-en-faillite_3449873_3222.html]. []
  3. Données Brookings, Metropolitan Program, Allan Mallach, d’après le Census American Community Survey, 2010 [http://www.census.gov/acs/www/] []
  4. Sur ce point, voir VANHEMERT, K. [26 août 2013], Wired, « The Best Map Ever Made of America’s Racial Segregation » [http://www.wired.com/design/2013/08/how-segregated-is-your-city-this-eye-opening-map-shows-you#slideid-210281]. []
  5. Sur ce point, voir KLEINE, R. [4 août 2013], Detroit Free Press, “How the State of Michigan helped bankrupt Detroit” [http://www.freep.com/article/20130804/OPINION05/308040048/detroit-financial-crisis-state-of-michigan-causes-bankruptcy]. []
  6. Capacité d’une ville à faire face à un traumatisme, à l’affronter et à trouver les moyens nécessaires pour se reconstruire. []
  7. Sur ce point, voir 2012 Detroit Strategic Framework Plan, Detroit Future City [http://www.detroitlongterm.com]. []
  8. Infrastructures de télécommunications, agricoles, pédagogiques, gestion des déchets, etc. Cf. EGYEDI, T. M. and MEHOS, D. C. (2012), Inverse infrastructures. Disrupting Networks from Below, Edward Elgar, Northampton. []
  9. Metro Scale Ad-Hoc Network, protocole de routage et d’établissement de réseaux locaux sans fil décentralisés où chaque nœud du réseau devient relais pour les autres pairs (« peer-to-peer » mobile, réseaux d’antennes autonomes et/ou d’appareils communiquants tels qu’ordinateurs, smartphones, routeurs Wi-Fi, etc.). Le réseau ainsi établi ne comporte donc pas de point central et est ainsi plus résistant aux coupures et/ou aux contrôles extérieurs. On pourrait comparer ce type de d’infrastructures de communication à un réseau d’utilisateurs connectés entre eux via ondes radio courtes portées (une sorte de réseau bluetooth élargi). Cette technologie à l’origine militaire permet de déployer un réseau de communication robuste et indépendant entre ordinateurs ou téléphones ou terminaux de communication, en circuit fermé, ou connecté au moins en un point à un réseau Internet ou GSM. []
  10. Sur ce point, voir COSME, C. (2012), Politique de la ville, l’expérience américaine, Centre d’analyse stratégique, la documentation Française, Paris. []
  11. Sur ce point, voir GOËTA, S. [1er juin 2012], UrbaNews.fr, “Détroit n’est pas une silencieuse ville sauvage. [La critique, par Aaron Handelsman] [http://www.urbanews.fr/2012/06/01/21179-detroit-nest-pas-une-silencieuse-ville-sauvage-la-critique-par-aaron-handelsman/#.UioDgLwUVTU]. []
  12. http://oti.newamerica.net. []
  13. Sur ce point, voir : GLANZ, J. & MARKOFF, J. [12 juin 2011], The New York Times, « U.S. Underwrites Internet Detour Around Censors » [http://www.nytimes.com/2011/06/12/world/12internet.html?pagewanted=all]. []
  14. http://alliedmedia.org & http://amc.alliedmedia.org []
  15. Activiste et philosophe originaire de Détroit, militante du Black Power dans les années 60. []
  16. Militant et sociologue américain originaire de Chicago, généralement reconnu comme le père fondateur du « community organizing ». []
  17. Sur ce point, voir ALINSKY, S. (1971), Rules for radicals : a practical primer for realistic radicals, Random House, New York. []
  18. Référentiel qui insiste sur la nécessité pour les pauvres de pourvoir à leurs intérêts, même « bourgeois » et « décadents » ; ce qui n’est pas le cas de Lee Boggs évoquée précédemment ni même des personnes interrogées ici qui se définissent proches du référentiel politique des Black Panthers et du Black Power. []
  19. « Prendre soin, prêter attention à ». []
  20. Par « reliance », et à la suite d’Edgar Morin (2004), nous entendons un acte par lequel l’individu se relie aux autres. Morin qualifie effectivement cet acte individuel de « reliance ». Il utilise le concept de reliance dans un sens actif qui met en évidence le lien vivant entre le « bien-penser » et le « bien-agir » : « La pensée complexe est la pensée qui relie. L’éthique complexe est l’éthique de reliance ». []
  21. CLERVAL, A. [17 octobre 2013], L’Humanité.fr, “À Paris, le discours sur la mixité sociale a remplacé la lutte des classes” [http://www.humanite.fr/societe/anne-clerval-paris-le-discours-sur-la-mixite-socia-551401] []

Bibliographie

AKRICH, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

ALINSKY, S. (1971), Rules for radicals : a practical primer for realistic radicals, Random House, New York.

BEAUDOUIN, V. (2011), « Prosumer », Communications, n. 89, p. 131-139.

CARDON, D. (2010), La démocratie Internet Promesses et limites, La République des idées – Seuil, Paris.

CASTELLS, M. (2010 [première édition 1996-1998]), The Information Age: Economy, society and culture, Blackwell, Oxford.

CASTELLS, M. (2011), « Ni dieu ni maître: les réseaux », Leçon inaugurale de la Chaire Analyse interdisciplinaire de la société en réseaux, 28 juin 2011, Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris.

CLERVAL, A. [17 octobre 2013], L’Humanité.fr, “À Paris, le discours sur la mixité sociale a remplacé la lutte des classes” [http://www.humanite.fr/societe/anne-clerval-paris-le-discours-sur-la-mixite-socia-551401].

COSME, C. (2012), Politique de la ville, l’expérience américaine, Centre d’analyse stratégique, la documentation Française, Paris.

DENIS, J. & PONTILLE, D. (2010), Petite sociologie de la signalétique. Les coulisses des panneaux de métro, Presses de l’École des mines, coll « Sciences sociales », Paris.

DUMAZEDIER, J. (1962), Vers une civilisation du loisir ?, Seuil, Paris.

EGYEDI, T. AND MEHOS, D. (2012), Inverse infrastructures Disrupting Networks from Below, Edward Elgar, Northampton.

FEENBERG, A. (2011), « Les dix paradoxes de la technologie », in La Recherche et l’Innovation en France – FutuRIS 2011 (éd. Odile Jacob), Association nationale de la recherche et de la technologie, Paris.

FEENBERG, A. (2004), Repenser la technique, La Découverte M.A.U.S.S, Paris.

FLICHY, P. (2008), « Internet et le débat démocratique », Réseaux, n.150, p. 159-185.

GALLAGHER, J. (2010), Reimagining Detroit : Opportunities for Redefining an American City, Wayne State University Press, Détroit.

GALLAGHER, J. (2013), Revolution Detroit, Strategies for Urban Reinvention, Wayne State University Press, Détroit.

GENTÈS, A. & HUGUET, F. (2012) « Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média », in Réseaux sociaux, culture politique et ingénierie des réseaux sociaux (dir. Stiegler, B.), IRI {FYP} éditions, Paris.

GERBAUDO, P. (2012), Tweets and the Streets, Social Media and Contemporary Activism, Pluto Press, Londres.

GOËTA, S. [1er juin 2012], UrbaNews.fr, “Détroit n’est pas une silencieuse ville sauvage. [La critique, par Aaron Handelsman]” [http://www.urbanews.fr/2012/06/01/21179-detroit-nest-pas-une-silencieuse-ville-sauvage-la-critique-par-aaron-handelsman/#.UioDgLwUVTU].

GONZALEZ-QUIJANO, Y. (2012), Arabités numériques Le printemps du Web arabe, Sindbad Actes Sud, Arles.

HOLSTON, J. (1998), « Spaces of Insurgent Citizenship », Cities and Citizenship, Duke University Press, Durham and London, 1999.

JEANNERET, Y. (2007), Y-a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq.

KLEINE, R. [4 août 2013], Detroit Free Press, “How the State of Michigan helped bankrupt Detroit” [http://www.freep.com/article/20130804/OPINION05/308040048/detroit-financial-crisis-state-of-michigan-causes-bankruptcy].

LEE-BOGGS, G. & KURASHIGE, S. (2011), The Next American Revolution, Sustainable Activism for the Twenty-first Century, University of California Press, Berkeley.

LOVELUCK, B. (2012), La liberté par l’information. Généalogie politique du libéralisme informationnel et des formes de l’auto-organisation sur internet, Thèse de doctorat (dir. Marcel Gauchet), EHESS, Paris.

MORIN, E. (2006), La Méthode. Volule 6: Éthique, Seuil, Paris.

MUSIANI, F. (2012), Nains sans géants, Architecture décentralisée et services Internet, Thèse de doctorat (dir. Cécile Méadel), Ecole nationale supérieure des mines de Paris.

MUSIANI, F. (2012), Caring about the plumbing: On the importance of architectures in social studies of (peer-to-peer) technology, Peer Production Journal [http://hal.archives-ouvertes.fr/view_by_stamp.php?&halsid=sd01ountu02dq0r3f7thqbkd61&label=CNRS&langue=en&action_todo=view&id=hal-00771863&version=1].

PLENEL, E. [25 août 2013], Mediapart.fr, “L’alarme d’Edgar Morin” [http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/240813/l-alarme-d-edgar-morin?page_article=2]

PROULX, S., L. HEATON, CHOON, M. J. K., AND MILLETTE, M. (2011), « Paradoxical empowerment of producers in the context of informational capitalism », New review of hypermedia and multimedia, vol. 1, n. 17, p. 9-29.

PROULX, S. (2012),  « La puissance d’agir des citoyens à l’ère du numérique: cyberactivisme et nouvelles formes d’expression politique en ligne », in Le cyberactivisme au Maghreb et dans le Monde Arabe (dir. Najar, S.), Karthala, Paris.

PROULX, S. (2009), « Can the use of digital media favour citizen involvement », Global Media and Communication, vol. 3, n. 5, p. 293-307.

STAR, S. L. (1999), « The Ethnography of Infrastructure », American Behavioral Scientist, vol. 3, n. 43, p. 377-391.

STAR, S. L. (2002), « Infrastructure and ethnographic practice: working on the fringes », Scandinavian Journal of Information Systems, vol. 2, n. 14, p. 107-122.

SUGRUE, T. (1996), The Origins of the Urban Crisis, Race and inequality in postwar Detroit, Princeton University Press, Princeton.

VANHEMERT, K. [26 août 2013], Wired, « The Best Map Ever Made of America’s Racial Segregation » [http://www.wired.com/design/2013/08/how-segregated-is-your-city-this-eye-opening-map-shows-you#slideid-210281].

WINNER, L. (1986), « Do artifacts have politics ? », The whale and the reactor : a search for limits in an age of high technology, University of Chicago Press, Chicago, p. 19-39. Anderson, C. (2012), Makers, The New Industrial Revolution, Crown, New York.

WOOLGAR, S. & COOPER, G. (1999), « Do artefacts have ambivalence : Mose’s bridges, Winner’s bridges and other urban legends in S&TS », Social Studies of Science, SAGE, Londres, p. 433-449.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Bitcoin, décentralisation et déflation sur ParisTech Review

Un intéressant article de Pierre Noizat, directeur général de Paymium, est paru il y a quelques jours sur ParisTech Review. Il y est question de confiance et de décentralisation comme préconditions au développement d’une « économie bitcoin » fondée sur le consensus social.

Voir l’article sur le site de la revue.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Du pair-à-pair au compte-à-compte: le défi de Dwolla

Les transactions financières en ligne du futur pourront-elles se passer des cartes de crédit, en puisant directement dans les comptes bancaires au moyen d’échanges pair-à-pair ? C’est l’idée à la base de la start-up Dwolla, créée par Ben Milne à Des Moines, Iowa, aux Etats-Unis. Comme souligne son fondateur, Dwolla « essaye de créer la Visa du futur, plutôt que le prochain PayPal (…) un réseau humain basé sur une façon novatrice de concevoir le futur des paiements. (…) les paiements sont effectués directement à partir de votre compte bancaire. Aucune carte de crédit, ni de débit, est acceptée. Et parce qu’elles n’existent pas dans le système, nous n’avons pas besoin de faire rentrer les frais relatifs dans le système. »

Nombre de défis attendent Dwolla dans un futur proche. Comment rentrer légalement, à plein titre, dans un secteur « puissamment régulé », comme est celui des échanges monétaires ? Quels acteurs solliciter comme partenaires dans une initiative qui se propose, de facto, d’esquiver complètement un système très rémunérateur pour qui le gère ? Quelles solutions proposer en termes de sécurité, la grande inconnue des systèmes de transaction directe à la Bitcoin, pour que les usagers s’engagent dans le système avec confiance ?

Entre un business model comportant des frais modestes mais fixes – indépendants de l’entité de la transaction – et le développement d’un système Dwolla pour les téléphones mobiles, Milne semble être en train d’ouvrir des directions prometteuses pour sa firme. Et, en paraphrasant David Clark, il suggère que sa carte gagnante pourrait être la prise de conscience, de la part des nouvelles générations, qu’un marché durable est un marché où les gens dépensent l’argent qu’ils possèdent : « We don’t believe in credit cards.  We believe in authorization and in lower cost transfers.  Our generation actually understands that when you buy sh*t, it comes out of your bank account and you have to pay for that. » Sous la pression du « compte-à-compte », le crédit doit-il trembler ?

Le site de Dwolla.

Une intéressante interview au fondateur de Dwolla, Ben Milne

Un article sur le rapport entre Dwolla et son plus célèbre « cousin », Bitcoin.

Image par DigitalTrends.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

High Frequency Trading : infrastructure, concentration et « abus hi-tech »

Ce sera le premier câble sous-marin en fibre optique installé au fond de l’Océan Atlantique depuis dix ans. Mais, à différence de ceux de la fin des années 1990 et du début des années 2000, le nouveau câble transatlantique n’est pas destiné à transporter la voix, les appels téléphoniques ou encore les connexions. Ce nouveau, gigantesque câble sous-marin entre New York et Londres, construit par la société Hibernia Atlantic, sera réservé exclusivement aux transactions financières. Il servira à faire gagner cinq milli-secondes aux traders des deux principales places financières du monde.

Cinq milli-secondes, une éternité dans le monde des transactions informatisées. Un avantage pour les traders, donc – mais s’agit-il également d’un investissement utile aux marchés? L’annonce du projet du nouveau câble par Hibernia Atlantic arrive juste au moment où les gouvernements focalisent leur attention sur les transactions financières super-rapides et automatisées, programmées au moyen de logiciels spécifiques, appelées « high frequency trading », ou HFT. Que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, des deux côtes de l’Atlantique, les autorités de surveillance et de contrôle suspectent quelques chose de louche dans le monde des transactions à haute fréquence: un monde où se dessinent d’importants changements, sous-tendus par des questions de gestion d’infrastructure de calcul, de concentration de ressources informatiques, et peut-être d’abus exercé avec les armes de la technologie avancée.

Nombre d’analystes financiers semblent être d’accord : une concentration de facto oligopolistique des activités d’échange se développe avec les HFT – les technologies d’insertion sur les marchés financiers d’une masse importante d’ordres d’achat et de vente, de manière ultra-rapide. Les traders de l’HFT insèrent dans le marché ces ordres volumineux, en sachant pertinemment que ceux-ci auront pour effet de modifier les prix. Puis ils les effacent, et s’engagent dans des nouvelles transactions pour gagner sur les mouvements de prix qu’ils ont eux-mêmes provoqués. Une technique bien plus raffinée que l’agiotage vieux style et possible seulement grâce aux nouveaux développements des technologies informatiques. Un aspect tout aussi important de ces opérateurs est leur comportement de « free-riders », qui se manifeste lorsque des acteurs individuels, ou une catégorie d’acteurs économiques, retirent un avantage de l’opportunité de ne pas payer le prix correct pour un service, déchargeant les coûts de celui-ci sur le reste des acteurs.

Actuellement, dans les Bourses, les opérateurs ne paient pas pour toutes les opérations mises sur le marché – en nombre très élevé dans le cas des HFT – mais seulement pour celles qui aboutissent effectivement à une transaction. Mais les HFT ont désormais rejoint un degré d’ (omni)présence sur les marchés, en particulier les marchés américains, qui approche 70% du total des opérations d’achat et de vente. Et cette présence, ayant désormais acquis un poids contractuel de taille vis-à-vis les sociétés qui gèrent les systèmes d’exécution des ordres dans les Bourses, a de facto imposé au cours des dernières années une mise à jour de l’infrastructure informatique et technique, d’une ampleur et d’une importance sans précédents, supportée par des investissements de plusieurs milliards de dollars. Investissements qui, semble-t-il, seront à leur tour payés par la société dans son ensemble, sous forme des coûts des services et de la mise en opération des plateformes électroniques des Bourses. La structuration de ces investissements est guidée, d’un point de vue technologique, par la rapidité croissante de l’élaboration et de la transmission des informations (on parle de milli-secondes), afin d’obtenir une gestion la plus rapide possible de toutes les propositions d’achat et de vente.

Ainsi, l’architecture et le dimensionnement des systèmes informatiques et télématiques des Bourses, en termes d’occupation de mémoire et de flux de données, sont fonctions de la quantité des propositions de transaction – beaucoup plus nombreuses des transactions effectivement abouties. Cela parce que les stratégies générales des HFT ont tendance à « sonder » le marché avec des ordres appelés « exécuter ou effacer », qui ont des latences – c’est à dire des durées de vie – extraordinairement courtes (une dizaine de milli-secondes). En sondant le marché avec ces ordres, abandonnés car ils ne sont pas exécutés immédiatement, les systèmes HFT créent une sorte de cartographie de la quasi-immédiate évolution des échanges. Grâce à cette stratégie, les HFT peuvent gagner de l’argent au moyen de rafales hyper-rapides d’ordres d’achat et de vente. Le gain est presque certain, car il est corrélé à un risque presque nul (puisqu’il est calculé en fonction du temps extraordinairement court qui passe entre l’achat et la vente, ou vice-versa).

En fait, les HFT sont en train d’exploiter une niche qui n’est presque pas prise en considération par les régulations actuelles; ils se comportent comme des free-riders du marché boursier, puisqu’ils ne doivent pas se charger des coûts des stratégies qui les amènent à gagner. Ils utilisent massivement les ordres « exécuter ou effacer » pour sonder le marché, mais, au moins pour le moment, le système permet que le coût de ces très nombreux ordres,  immédiatement abandonnés, soit reparti sur tous ceux qui effectivement achètent et vendent. Il serait donc souhaitable, selon certains, que toute proposition de transaction contribue au financement des coûts généraux des systèmes informatiques, dont les dimensions sont modelées sur le volume total des ordres: on est dans la situation paradoxale où seules les transactions abouties, soit une minorité, soutiennent ces coûts d’infrastructure, tandis que le volume toujours plus important du trafic des transactions nécessite la mise en place d’un câble transatlantique ad hoc. Un scénario préoccupant est en train de se dessiner, dans lequel la concentration des échanges boursiers autour d’un petit nombre d’opérateurs de dimensions colossales s’ajoute à l’opacité de leur structure interne et de leurs relations.

Les instances de régulation, quant à elles, n’arrivent pas à monitorer de manière adéquate cette situation, qui finit par augmenter démesurément la volatilité du marché. Pourtant, des réponses devront être bientôt données: les HFT sont-ils les véritables free-riders des marchés d’aujourd’hui? En tirant pleinement avantage de leur suprématie technologique, pourront-ils gérer des positions dominantes jusqu’au point de créer des situations d’abus et manipulation des marchés?

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Le Peer to peer (hybride) au cinéma

Après The Social Network, film fiction sur l’origine du plus célèbre des réseaux sociaux, Napster va faire à son tour l’objet d’un film (documentaire cette fois ci).

A l’origine, Napster était un service peer-to-peer destiné uniquement à l’échange de fichiers musicaux (créé par Shawn Fanning, alors qu’il était encore à la Northeastern University de Boston, et Sean Parker interprété par Justin Timberlake dans The Social Network). Le service original Napster a fonctionné entre juin 1999 et juillet 2001. Sa technologie a permis aux gens d’échanger facilement des chansons au format MP3,ce qui a conduit l’industrie musicale à porter des accusations de violation massive du droit d’auteur. Bien que le programme ait été fermé par décision judiciaire, il a ouvert la voie à de nombreux programmes P2P décentralisés,qui se sont révélés plus difficiles à contrôler (Kazaa, Gnutella, les divers Torrent, etc.).

Notons néanmoins que le service Napster possède une architecture  distribuée un peu différente où les éléments du réseau annoncent les fichiers dont ils disposent à un serveur central, qu’ils contactent pour obtenir les coordonnées (adresse IP et n° de port) d’un élément possédant les fichiers recherchés. Le serveur a donc un rôle de facilitation des échanges entre les pairs, mais ces derniers n' »assument » pas totalement et de façon autonome leur double rôle de clients et de serveurs.

Plus d’informations sur le documentaire à venir ici.

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Compte rendu de l’événement du Forum ATENA « Où va la cybersociété, champ de mines ou bateau ivre? »

Compte rendu de l’événement du Forum ATENA « Où va la cybersociété, champ de mines ou bateau ivre? »

par Francesca Musiani

Le 8 juin 2011, le Forum ATENA a présenté le troisième volet de son triptyque de colloques sur le futur de l’Internet. D’après le poème d’Arthur Rimbaud « Le Bateau Ivre », révisité en clé hacker, l’événement s’intitulait « Où va la cybersociété, champ de mines ou bateau ivre? »

Plus de détails sur l’événement sont disponibles sur le site du forum ATENA.

Louis Pouzin, créateur du datagramme dans le cadre du projet Cyclades, dans les années 70, à l’origine des protocoles TCP/IP et de l’Internet et actuellement coordinateur de projets de l’association Eurolinc, a introduit la séance au moyen de sa présentation sur le thème « Où va l’Internet? Mondialisation et Balkanisation ».
La mondialisation des activités humaines, a-t-il souligné,  est le plus souvent présentée comme une évolution  inéluctable dissolvant frontières et distances. Est-ce bien sérieux ? En réalité le monde est très divisé: pays souverains, lois spécifiques, langues multiples, économies disparates, etc. Pourtant l’internet est perçu comme un système global, homogène, offrant une plateforme universelle de communications multi-media. Ce serait donc une exception paradoxale, si ce n’était pas un mythe.
Un épouvantail agité fréquemment par les « gardiens du temple », dit M. Pouzin, est la balkanisation ou fragmentation du réseau, avec son cortège de calamités, discontinuité des communications, confusion des noms et adresses, instabilité,
insécurité, perte de fiabilité. En conclusion il faudrait s’efforcer de maintenir au maximum un système de contrôle historique dont les éléments critiques sont verrouillés par le gouvernement des États Unis.
On oublie au passage que la Chine a construit son propre internet, qu’il existe des milliers d’intranets, et que les gouvernements de l’Égypte et de la Lybie n’ont pas eu besoin d’aide pour interrompre le fonctionnement dans leur propre pays. Il arrive aussi que des ruptures de câbles sous-marins isolent un groupe de régions pendant une à plusieurs semaines. L’internet est un réseau de réseaux autonomes depuis son ouverture commerciale au début des années 80. Il est fragmenté par construction, et il le restera.  Il en va de même du réseau téléphonique mondial, ce qui n’empêche nullement d’appeler un correspondant dans n’importe quel pays. Toute évolution majeure de l’internet est en fait conditionnée par le niveau de consensus entre les principaux acteurs, opérateurs, industriels télécom, fournisseurs de contenus, lobbies transnationaux, et quelques gouvernements.
Il fut certes un temps où l’ICANN, mandataire du  gouvernement US, faisait la loi. On observe maintenant, selon M. Pouzin, un réveil des gouvernements dits du sud, tout en déplorant le peu d’implication des acteurs de l’industrie. Le tropisme de fragmentation se renforce à mesure que les enjeux techniques deviennent minoritaires au regard d’autres domaines comme la propriété intellectuelle, le filtrage des informations, les investissements en infrastructure, la législation, la criminalité, ou les facteurs culturels et religieux.

Philippe Wolf, docteur en Informatique, ingénieur général de l’Armement, et Conseiller du Directeur général de l’ANSSI, a intitulé sa présentation avec deux questions: « La Cybersociété, société de l’information ou société de la désinformation? » et « Les Cyberconflits, où va la sécurité des systèmes d’information? »
Internet, souvent présenté comme un espace de non-droit, se structure en zones plus homogènes avec, au mieux, des accords bilatéraux généraux et faiblement opérants. Ces zones seront le reflet d’un affrontement très clair entre plusieurs modèles de cybersociété ayant chacune leurs valeurs portées dans leurs modèles de protection des systèmes d’information.  M. Wolf a distingué, entre autres, le modèle libéral nord-américain (la liberté fonde la démocratie), le modèle chinois (l’organisation fonde la démocratie), le modèle européen où la protection du faible est plus prise en charge par l’État (la dignité fonde la démocratie). 
Dans le registre de la souveraineté, des jeux étranges, parfois pusillanimes, se jouent déjà et se joueront : émancipation du contrôle américain de l’Internet de la Chine et bientôt de l’Inde, déclarations tonitruantes de capacités offensives en la matière (USA, …), volonté de désarmement (Russie qui n’a, par contre, pas signé la convention de Budapest sur le cyber-crime), affrontements asymétriques sourds, paradis numériques. M. Wolf en est donc venu à la conclusion que les cyber-conflits vont assurément se multiplier.
Il est ensuite passé à souligner quelques défis futurs en matière de sécurité des systèmes d’information. Il nous faudra, selon M. Wolf, prendre mieux conscience des désinformations qui s’expriment ici encore plus qu’ailleurs. Par exemple, la prise en compte des limites des protections antivirales est récente alors que le théorème d’indécidabilité du virus date de 1984. Il nous faudra mieux comprendre l’articulation entre technologies et sens ou valeur des informations manipulées en repensant le secret. Il nous faudra lutter contre les manipulations, aiguiser notre esprit critique, concevoir de nouveaux mécanismes de régulations. Il devient également urgent de revoir le modèle de protection des systèmes d’information autour d’offres de services complètement intégrés, au niveau de sécurité adéquat, sans que l’utilisateur n’ait à s’en préoccuper. Il nous faudra enfin revisiter le concept de défense en profondeur. La défense de nos systèmes d’information futurs passe assurément par une revalorisation de l’humain qui en sera, contrairement aux clichés, le maillon fort.

Robert Erra, docteur en Informatique, directeur Scientifique des Mastères Spécialisés en Sécurité à l’ESIEA, chercheur en algorithmique pour la sécurité, a centré son exposé sur le Malicious Flash Crash Attack du 6 mai 2010: selon M. Erra, ce cas est un clair signe du fait que « il faudra peut être ralentir les transactions électroniques ».
Peu après 14h, le 6 mai 2010, l’indice S&P du NYSE perd en quelques minutes 10%, plusieurs actions voient leur cours proposés à un penny (Accenture, Procter and Gamble), une action grimpe à 100 000, la SEC décide en fin de journée d’effacer purement et simplement environ 25 mn de transactions : c’est ce qu’on appelle le Flash Crash ou le Crash Éclair. Selon M. Erra, cela a été possible à cause de trois phénomènes : l’apparition des algorithmes de High Frequency Trading  (HTF); plus de 50% des transactions au NYSE et de programmes qui les implémentent; l’ utilisation de faux ordres de vente (ou d’achats) d’actions pour « pourrir » les données des concurrents, généralement annulés après quelques millisecondes… ce qui est à l’heure actuelle totalement légal.  Cela s’appelle le Quote Stuffing (ou Stub Quote), le « bourrage » de cotations, interdit maintenant au NYSE. Enfin, l’utilisation intensive des réseaux pour réaliser massivement et rapidement le Quote Stuffing.
Les connaisseurs en sécurité informatique auront reconnu dans le Quote Stuffing une forme nouvelle de DoS, un Déni de Service d’un type nouveau :  le Déni de Service Financier (FDoS) légal dans de nombreuses places boursières.
Serait-il possible, s’est demandé et a demandé M. Erra, de voir peut-être bientôt apparaître une nouvelle attaque: totalement légale cette fois-ci, le « Crash Éclair Malicieux », involontaire ou volontaire ? La réponse est affirmative, d’où le titre de la présentation, The Malicious Flash Crash Attack. M. Erra a présenté les deux variantes de cette attaque, une totalement légale et une totalement illégale.
Peut-on se protéger conter ce type d’attaques, a demandé enfin M. Erra? A moins de ralentir les réseaux utilisés pour ces transactions bancaires et d’interdire purement et simplement la pratique du Quote Stuffing, et en espérant que les algorithmes de HTF ne soient pas trop mal programmés, il semble difficile d’éliminer à 100% le risque de voir le NYSE s’écrouler en quelques minutes suite à un Crash Éclair Malicieux.

Michel Riguidel, professeur émérite à Telecom ParisTech, enseignant de sécurité numérique et réseaux de nouvelles générations, controversé opposant de la neutralité du net, a abordé les deux thèmes suivants dans sa présentation: la personnalisation de l’infrastructure et la transparence du réseau. Pourra-t-on bientôt construire ou configurer son propre réseau de telle manière qu’on puisse le superviser soi-même ? Est-il possible d’en confier l’exploitation et la supervision en toute transparence à un tiers ? Et qu’en est-il de ses propres calculs ? Qu’en est-il de la conservation de ses propres données ? Les propriétés (interopérabilité, neutralité, sécurité, etc.) que l’on exige du réseau ne doivent-elles pas s’appliquer
aussi au calcul et au stockage ? Le monde numérique qui se veut ouvert, interopérable, neutre ne devient-il pas opaque, fermé, discriminant et fragmenté ? La souveraineté numérique et la dignité numérique sont-elles des cibles inaccessibles ? Autant de questions auxquelles M. Riguidel a répondu en mettant en avant les « mutations inexorables » du réseau des réseaux.
Les réseaux s’immiscent toujours plus dans les secteurs d’activité des entreprises ou de la vie quotidienne en bousculant les architectures et les procédures des métiers et des activités. Cette conquête de nouveaux territoires s’accompagne de nouvelles exigences en termes de propriétés des communications (interfaces avec les standards du secteur électrique pour les smart grids, contraintes des secteurs santé, du transport, des finances). Certains voudraient tout changer (l’approche de la page blanche) et contraindre l’industrie à progresser plus vite, d’autres voudraient conserver les modèles actuels sous cloche et laisser faire les usages, a souligné M. Riguidel. L’histoire des sciences et des technologies nous a montré que le progrès technologique ne s’accélère pas ou ne s’arrête pas par décret et qu’il obéit à des lois, en fonction de l’idéologie et du contexte du moment.
M. Riguidel a présenté le règne numérique comme un écosystème dynamique, darwinien, et présenté l’informatique comme une fleur à trois pétales : calculer, communiquer et conserver/stocker. Ces trois fonctions ont des valences techniques, économiques, sociales et politiques qui s’entrecroisent et s’agrègent de plus en plus avec interdépendances. « On ne peut dissocier l’usage des réseaux et leur structure: il en va de même de l’informatique »: ce que M. Riguidel préconise n’est pas une neutralité du réseau, mais une neutralité de l’informatique.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Journée d’étude ISCC « Internet et Frontières »

Journée d’étude Internet et Frontières
Lundi 20 juin 2011, 9 h 30 – 18 h30
Institut des sciences de la communication du CNRS

Le rêve du « village global » et de la communication comme source de fraternité a traversé les siècles.
Or en dépit des promesses que cristallisent les réseaux sociaux numériques et le Web 2.0, le social et
ses tensions ne s’effacent nullement devant la communication virtuelle. Une forme d’endogamie
persiste dans la vie virtuelle comme réelle, les frontières étatiques et culturelles ne sont pas abolies.

Autour de la thématique Internet et Frontières, cette journée, organisée par le groupe Gouvernance et
usages de l’Internet de l’ISCC, a une vocation interdisciplinaire et invite à penser les frontières à
plusieurs échelles (du micro à macro), de l’individu à la société, permettant d’analyser les
infrastructures et les contenus en termes de ruptures et de continuité, de glissement, de déplacement
plus que de révolution, même si la radicalité du phénomène se doit aussi d’être interrogée.

La notion de « frontière » est polysémique et ouverte, mais renvoie à une interrogation déterminante :
Internet, quelles (r)évolutions ? La frontière peut être entendue selon plusieurs acceptions. Elle est une
interface, non seulement au sens informatique, entre réel et virtuel, entre hommes et machines, mais
aussi au sens géographique d’échange entre régions : si Internet rapproche, n’éloigne-t-il pas aussi en
mettant en visibilité l’altérité de manière forte ? La frontière peut être passerelle, espace de transfert,
outil de médiation pour le partage et la co-construction des savoirs, ou au contraire barrière,
linguistique et culturelle par exemple. La frontière est une zone de tensions et de négociations: se pose
alors la question d’acteurs aux logiques contradictoires, de la fracture numérique, de l’aspiration à une
gouvernance moins unilatérale d’Internet. La frontière comme limite territoriale, étatique, soulève la
question du droit, des logiques nationales, des risques de balkanisation d’Internet, des cyberconflits et
de la sécurité. Mais, ce sont aussi les frontières de l’identité ou encore celles de l’acceptabilité qui
peuvent être interrogées par celui qui étudie le déplacement des notions de  privacy ou d’extimité.

La matinée sera l’occasion d’éclairer la  Géopolitique de l’Internet, l’après-midi « les autres
frontières », celles de l’identité, de la connaissance, de la communication, qui questionnent la place
d’Internet comme interface et passerelle. Internet abolisseur ou/et créateur de frontières, Internet à la
rencontre des territoires matériels, virtuels et intellectuels : « le réseau des réseaux » produit-il et
révèle-t-il un autre partage du monde en cours ?

Pour assister à cette journée d’étude, vous pouvez vous inscrire auprès de
Valérie Schafer – valerie.schafer@iscc.cnrs.fr
Mélanie Dulong de Rosnay – melanie.dulong-de-rosnay@iscc.cnrs.fr

Site web : http://www.iscc.cnrs.fr

Programme

MATIN

Accueil à partir de 9h00

9h30 > 9h55

Ouverture de la journée
Communication et frontières
Dominique Wolton, Directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC)

Géopolitique de l’Internet

9h55 > 10h20

La société, Internet et ses frontières
J. Perriault, Professeur émérite en information & communication, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Conseiller, Institut des sciences de la communication du CNRS

10h20 > 11h20

Table ronde. Sécurité et cyberconflits

animée par Léonard Laborie, Chargé de recherche au CNRS, UMR 8138, Laboratoire IRICE

Le combat cyberélectronique : des débuts au commandement du cyber américain
Stéphane Dossé, Lieutenant-colonel de l’arme des Transmissions, Enseignement militaire supérieur
scientifique et technique (EMSST)

Les frontières des cyberconflits
François-Bernard Huyghe, chercheur à l’Iris

Les risques du Web
Michel Arnaud, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

11h20 > 11h40
Cartographie et souveraineté à l’ère du satellite et des réseaux numériques
Henri Desbois, Maître de conférence en géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense,
Laboratoire GECKO, « Équipe Réseaux, Savoirs & Territoires »

11h55 > 12h50  
Table ronde. Gouvernance et société civile

animée par Valérie Schafer, Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du
CNRS

L’internet : de la Déclaration d’indépendance du cyberespace à l’introuvable gouvernance
mondiale
Françoise Massit-Folléa, chercheur-consultant, FMSH, Paris

Les nouvelles frontières que dessinent les acteurs de la gouvernance de l’internet
Hervé Le Crosnier, Enseignant-chercheur, délégué auprès de l’ISCC

Ai Weiwei, artiste et cyberdissident chinois
Séverine Arsène, Docteur en science politique et ATER à l’Université Lille 3

12h50 > 13h10 
Perspectives et nouveaux enjeux internationaux de la régulation de l’Internet
Bernard Benhamou, Délégué aux usages de l’Internet

Pause déjeuner

APRES­MIDI

Internet, interface et passerelle

14h30 > 14h40 
Présentation de l’après-midi 
Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC)

14h40 > 15h00 
Entre l’écran et la chaise : les frontières de la communication homme-machine grand public
Benjamin Thierry, PRCE à l’Université Paris-Sorbonne, Doctorant au Centre de Recherche en
histoire de l’innovation

15h00 > 15h20 
Aux marges du réseau: le P2P et les services Internet
Francesca Musiani, Attachée de recherche et doctorante, CSI MINES ParisTech

15h20 > 16h20 
Table ronde. Internet et Médiation culturelle
animée par Fanny Georges, Postdoctorante à Télécom ParisTech

Jouer avec les frontières cognitives, technologiques et psychologiques
Dominique Stutzmann, Chargé de recherche au CNRS

Reconfigurations des médiations et des productions dans certaines pratiques créatives sur
Internet
Brigitte Chapelain, Maître de conférence en SIC à l’Université Paris 13, Laboratoire Communication
et Politique (LCP)

Médiation et organisation
Jean-Luc Bouillon, Maître de conférences en SIC à l’université de Versailles-Saint-Quentin

16h40 > 17h00 
Frontières et intermédiation des savoirs 
Morgan Meyer, Postdoctorant à Mines-ParisTech

17h00 > 18h00 
Table ronde. Partage des savoirs 
animée par Benoit Le Blanc, Maître de Conférences en Informatique à l’Institut Polytechnique de
Bordeaux, Chargé de mission à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS

Détecter les frontières dans le domaine biomédical et les dépasser 
Natalia Grabar, Chargée de recherche, STL CNRS UMR8163, Université Lille 3

Mise en évidence automatique de frontières dans les grandes masses de données du Web et des
bases d’informations : questions scientifiques et de société.
Alain Lelu, Enseignant-chercheur en sciences de l’information, délégué auprès de l’ISCC

Accès à la connaissance et agenda pour le développement : la propriété intellectuelle vue par les
pays du Sud et la société civile
Mélanie Dulong de Rosnay, Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du
CNRS

De l’amateur à l’expert, remise en cause des frontières de la connaissance sur le Web
collaboratif
Lionel Barbe, Maître de conférence à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

18h00 > 18h20 
Les frontières de l’identité numérique : le ménagement de l’interface
Alexandre Coutant, Maître de conférences à l’université de Franche-Comté, laboratoire LASELDI,
associé à l’ISCC  & Thomas Stenger, Maitre de Conférences à l’université de Poitiers, IAE, laboratoire CEREGE (EA
1722), chercheur associé à l’ISCC.

18h20 > 18h30 
Conclusion 
Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC)

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

W2S: « Cinq questions sur les réseaux sociaux acentrés »

Le séminaire W2S (Web 2 Social Sciences) de la Cantine & Orange Labs a porté le 27 avril 2011 sur une thématique émergente de grand intérêt, les réseaux sociaux acentrés (appelés, en d’autres cas, distribués ou décentrés/décentralisés).

Louis Ameline et Ori Pekelman ont d’abord discuté le nouveau protocole de communication entre les fournisseurs d’identité, les utilisateurs et les sites, qu’ils sont en train de développer au sein de l’entreprise af83. Ce projet, nommé Turbulences et labellisé Cap Digital, a pour objectif de produire une technologie qui « créera un écosystème où de nombreux réseaux sociaux interopérables pourront éclore, tout en proposant à l’internaute de faire respecter sa vie privée autant que possible. » MM. Ameline et Pekelman ont soutenu que, bien que des tentatives similaires aient existé et apparaissent encore aujourd’hui, l’approche technique du protocole Turbulences vise un niveau de confidentialité maximal et une technologie la plus universelle possible. Ils ont notamment parlé du mécanisme d' »anonymat par les proxies » que sous-tend leur protocole.

Bertil Hatt, économiste des réseaux et doctorant à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, a achevé sa présentation des logiques économiques qui structurent le développement et l’organisation de ce type de services en proposant « cinq questions » concernant leur futur proche.

1. Seront-ils commerciaux ou volontaires?

  • Combien la distinction dualiste entre les grandes entreprises commerciales qui cherchent à collecter les données des utilisateurs, et les associations de développeurs inspirés à l’open source ne désirant rien d’autre que le bien commun, sera-t-elle encore pertinente?

2. Quelle distribution par taille?

  • Le fait d’utiliser des réseaux acentrés ne va pas forcément réduire la taille de chacun de ces réseaux. Comment les effets d’échelle et les conventions sociales vont-ils se balancer?

3. Seront-ils spécialisés et comment?

  • Le manque d’un centre impliquera-t-il une spécialisation toujours plus marquée des différents réseaux, ou y aura-t-il un « réseau par défaut » duquel les autres ne vont être que des dépendances?

4. Les relations seront-elles automatiques?

  • Facebook est en train d’apprendre à gérer très bien un niveau de mise en relation « automatique »: c’est-à-dire, deux utilisateurs sont Amis s’ils s’empruntent des photos l’un l’autre. Comment ces dynamiques peuvent-elles avoir lieu dans des réseaux sociaux décentralisés sans que les coûts de transaction soient trop importants? Les expliciter en rajoutant une couche de complexité ultérieure s’annonce très compliqué.

5. Quel rôle pour les réseaux décentrés?

  • A ce jour, les réseaux sociaux décentrés remplissent des fonctions d’expérimentation et d’essai. Ils montrent un exemple, et sont susceptibles de pousser les grand acteurs du marché des services Internet vers des bonnes pratiques. Ils montrent aussi que le modèle de contournement est pratiqué et possible.

La présentation du projet Turbulences est disponible ici.

Ultérieures informations sur la séance du séminaire W2S sont disponibles ici.

L’auteure de ce billet a écrit sur le sujet des réseaux sociaux décentralisés dans Terminal, Observatorio et ParisTech Review.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Compte-rendu de l’exposé de Dan Gillmor « Mediactive » au Berkman Center@Harvard

Compte-rendu de l’exposé de Dan Gillmor

Mediactive. Using Media in a Networked Age

Berkman Center for Internet & Society at Harvard University, Cambridge, MA, USA

12 avril 2011, Berkman Luncheon Talk Series

par Francesca Musiani

« On ne sait pas encore quels seront les modèles d’affaires du futur système des médias. Donc, mieux vaut expérimenter autant que possible. » Telle est la vision optimiste des médias à l’ère numérique proposée par Dan Gillmor, directeur du Knight Center for Digital Media Entrepreneurship à l’Arizona State University’s School of Journalism Cronkite. A l’occasion de la publication de son ouvrage le plus récent, Mediactive, D. Gillmor a présenté ses idées sur la consommation et la production responsables des médias numériques, ainsi que sur les nouvelles façons de regarder l’évolution de l’écosystème des médias, à la Luncheon Talk Series du Berkman Center for Internet and Society de l’université de Harvard, le 12 avril 2011.

À une époque de surabondance d’information, remarque D. Gillmor, trop de ce que nous regardons, entendons et lisons est erroné, trompeux ou même dangereux. A l’ère des réseaux, nous ne sommes pleinement alphabétisés que si nous sommes des créateurs ainsi que des consommateurs actifs, et l’Internet nous a donné les outils nécessaires pour être les deux choses à la fois.

Cet ouvrage lui-même, d’ailleurs, ne suit pas le chemin d’édition traditionnel, et rentre à plus d’un titre parmis ces expérimentations. D. Gillmor, comme il a remarqué plusieurs fois au cours de son exposé, a choisi le service d’auto-publication Lulu au lieu d’une importante maison d’édition, afin de rendre Mediactive disponible dans son intégralité, gratuitement et en ligne. Egalement, au lieu d’un index, Mediactive contient des liens (indiqués par le texte souligné dans la version imprimée). L’ouvrage est par ailleurs publié sous une licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike, afin que les lecteurs puissent se sentir libres de modifier et d’élargir les idées à la base du livre. Aussi, le site Mediactive.com est partie intégrante de l’ouvrage, proposant des ressources additionnelles pour ses lecteurs.

D. Gillmor a reconnu combien il est facile, pour l’utilisateur des réseaux d’aujourd’hui, de se sentir noyé dans une surabondance d’informations. Il s’est par ailleurs démontré plus optimiste quant aux capacités des utilisateurs de trier l’information fiable. Il remarque à ce propos qu’on vit actuellement à l’ère de la confusion des informations: pour beaucoup d’entre nous, l’abondance prend la forme d’un déluge, un torrent de données dont nous ne pouvons pas juger facilement la fiabilité; mais nous ne sommes pas impuissants. En fait, il a noté, nous n’avons jamais eu plus de moyens de trier le bon grain de l’ivraie: Une variété d’outils et de techniques sont issus du même approche à la technologie et aux médias qui est susceptible de créer la confusion.

La plupart de l’exposé de D. Gillmor a ensuite porté sur la série de principes de consommation des médias qu’il estime essentielle pour une bonne media literacy à l’ère du numérique: être sceptique sur tout, mais faire preuve de jugement (ne pas être *également* sceptique sur tout), ouvrir son esprit (savoir sortir de sa propre zone de confort), continuer à poser des questions (il cite à ce propos Wikipédia comme le « meilleur endroit où commencer, et le pire où s’arrêter ») et comprendre les techniques de persuasion utilisées par les médias (des sites comme SourceWatch peuvent aider à remonter au stade qui précède les « relations publiques ». L’auteur a par ailleurs noté comment le livre prend en considération de nombreuses méthodes dont les gens peuvent se servir pour détecter des informations peu fiables, en notant que nous comptons tous, avec de différents degrés d’intensité selon les personnes, sur une « échelle de crédibilité » interne. On ne sera jamais capables d’établir un ensemble de règles pour savoir si quelqu’un est fiable ou non; ce qu’on peut obtenir assez clairement sont les heuristiques, les « raccourcis » psychologiques qui nous permettent de gagner du temps – qui tendent à être raisonnablement précis, mais dont il faut accepter le risque qu’ils soient parfois ratés. D. Gillmor a aussi noté, bien qu’il n’ait pas développé cet aspect en renvoyant à la lecture du volume pour plus de détails, la question du développement de mesures pour l’évaluation de la confiance et de la réputation de l’édition en ligne; types de mesure de l’impact qui restent particulièrement difficiles, mais très intéressants à suivre, notamment pour ce qui est des projets à grande échelle concernant la fiabilité dans les pratiques de crowdsourcing.

Le producteur actif/créateur des médias, en addition aux principes ci-dessus, devrait s’inspirer à un certain nombre de principes « journalistiques » afin de jouer un rôle dans l’écosystème en évolution des médias numériques. D. Gillmor a remarqué comment dans une culture participative, aucun utilisateur n’est pleinement alphabétisé à moins qu’il ne crée en plus de consommer. Ces principes comprennent la rigueur, l’exactitude, l’équité, l’indépendance et la transparence (que, en suivant D. Weinberg, il associe à l’objectivité).

Pour la joie de son audience de chercheurs spécialisés en questions de droit et technologies de l’information, Gillmor a également – et enfin – touché aux grandes questions juridiques de notre temps, qui incluent la liberté d’expression, la vie privée, le droit d’auteur. Il a noté comment nos lois actuelles ne sont pas applicables dans certains cas récents – par exemple, l’intimidation en ligne qui mène au suicide, bien qu’étant une pratique odieuse, peut ne pas enfreindre, techniquement, aucune loi importante. Gillmor ne préconise pas pour autant plus de lois ou des lois existantes plus lourdes, et souhaite plutôt l’émergence de nouvelles normes sociétales qui marginalisent les pratiques de cruauté en ligne jusqu’à leur forte réduction ou disparition. Il plaide également en faveur de nouvelles normes qui tolèrent, dans des limites raisonnables, les indiscrétions en ligne de la part des générations plus jeunes, en notant que « dans un avenir à moyen terme, nous allons élire un président des Etats-Unis qui avait un blog ou un mur Facebook ou MySpace pendant son adolescence. »

La vidéo de l’intervention de Dan Gillmor peut être visionnée sur le site du Berkman Center ici.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website