Présentation vidéo de Arkos (navigateur-système d’exploitation décentralisé)

Nous y reviendrons plus longuement prochainement mais nous tenions à faire circuler l’information sur notre plateforme de recherche. Voici donc une présentation d’Arkos, les informations suivantes sont extraites du site web https://arkos.io.

 

What is arkOS?

Not just an operating system.

arkOS is a lightweight Linux-based operating system that runs on a Raspberry Pi. But arkOS more than just an operating system — it is a full software stack managing your self-hosting experience in an intuitive and intelligent way. arkOS does the work for you.

 

A visual gateway to your self-hosted web.

arkOS will allow you to run websites, email accounts, social networking profiles and much more, from its clean and easy-to-use graphical interface. With Genesis, even the most complex task becomes possible. No need to spend hours looking up command line functions — or learning to use Linux itself. Genesis gives you the power to manage your online life like it was meant to be done.

 

Your own private “cloud.”

With arkOS, you can will be able to run and maintain a variety of personal cloud services with the push of a button. Using solutions like ownCloud, you can store your calendar, contacts, files, music, photos and more at home, and manage all of these items. Share them only with the people you want to see them. No more “privacy creep” from services like Google or Facebook – with arkOS, you become the master of your own privacy controls.

 

Your data’s gateway to the Internet.

Don’t want the trouble of buying your own domain? Don’t worry. arkOS will allow you to connect your node to the Internet anyway, through a variety of services like dynamic DNS and port relays. Sometimes your Internet connection might prohibit you hosting your own data. In these circumstances, arkOS will provide ways to connect your node to the greater World Wide Web.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média

Critique du livre Les Réseaux sociaux – Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux et de l’article Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média – Annie Gentès, François Huguet – Collection du Nouveau Monde industriel sous la direction de Bernard Stiegler (éditions Fyp, Paris, 2012) sur Nonfiction.fr

 

Des réseaux pas si sociaux, un ouvrage collectif qui remet en question nombre d’idées reçues sur notre façon de vivre le « Web social » par Maxime Vaudano, étudiant à l’école supérieure de journalisme de Lille. Retrouvez la critique ici.

Les alternatives aux réseaux sociaux – l’architecture distribuée et le design de média-Gentes, HuguetCulture politique et ingénierie des réseaux sociaux (direction Bernard STIEGLER) Annie GENTES & François HUGUET

 

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Facebook & Pipe – nouvelle génération du peer to peer?

« Couverture » ou « application-portail d’entrée »? Facebook deviendrait il un support nouvelle génération du Peer to peer?

Après une entrée en bourse dont beaucoup de personnes parlent encore aujourd’hui, le réseau social #1 se voit devenir  une forme de support d’une application d’échanges de fichier « décentralisée » intitulée Pipe (en référence aux tuyaux du jeu vidéo Mario Bros, où le plombier italien déambulait en 2D au sein de tuyaux verts). « Décentralisée » semble un terme un peu exagéré du fait que les connexions entre utilisateurs de pipe se font via Facebook, donc via le répertoire de ce réseau social qui n’est pas du tout décentralisé… Nous attendons donc plus de précisions à propos du fonctionnement et de l’architecture de cette application.

Ce service est toute récent (encore en test- version béta fermée) mais on peut en avoir un léger aperçu au travers de cette vidéo:

et celle-ci:

Voir également cet article de softonic.

Peu d’information sdonc si ce n’est celles qui figurent sur son site web et qui nous semblent fort intéressantes:

What is Pipe?

The Pipe application provides a really simple and intuitive UI, literally a pipe coming out of the computer screen into which the user just drags and drops a file. On the other side, the file emerges out of the friend’s Pipe, magically. In this way, Pipe creates a direct, real-time connection between two devices with no intermediary server. Pipe starts as an application on Facebook, and is then migrating to mobile devices and tablets (verrons nous donc apparaitre une version « mobile » qui permettrait de faire de l’échange de fichiers de façon directe?).

 

Why Pipe?

As surprising as it sounds, there’s currently no easy and effective way to transfer a file to a friend via Facebook. Pipe has taken a common feature of communication – attaching a file – and turned it into something simple and fun to use. What could be easier than dropping a file into the Pipe and have it appear at the other end, via the Pipe? Privacy is guaranteed as it’s a direct connection from one device to the other, between friends.

 

Key Facts

  • Pipe is an application on the Facebook platform
  • Send and receive files with any online friend
  • Live connection to send files back & forth
  • Support for any file format, up to 1GB*
  • Only the sender needs to be on Pipe
  • Invite a friend to Pipe with a simple file transfer
  • Direct connection with no intermediary server

* The limit is based on the available memory in your browser cache.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Vidéos de la conférence Unlike Us 2 – 8 et 10 mars 2012, Amsterdam, TrouwAmsterdam

 

L’institute of Network Cultures organisait les 8 et 10 mars 2012, un colloque international sur  les alternatives aux réseaux sociaux.

La « chaine TV » des différentes interventions du colloque est à retrouver sur la chaine d’Unlike Us:

 

http://vimeo.com/album/1774005

 



Unlike Us – Understanding Social Media Monopolies and their Alternatives from network cultures on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Quitter Facebook et rester connectés : l’aube des réseaux sociaux décentralisés

Cet article est également paru sur Silicon Maniacs. Merci à Mael Inizan pour son assistance. Image originale par Rishibando.

Lors de la conférence de développeurs Facebook (f8) du 22 septembre dernier, le PDG de la firme, Mark Zuckerberg, présente la nouvelle version du populaire réseau social : il déclare que les nouvelles fonctionnalités de Facebook permettront dorénavant un partage « sans frictions » (frictionless sharing). Cette annonce est suivie par le dévoilement d’un reformatage radical des profils des utilisateurs, ainsi que d’un historique (timeline) qui liste en ordre chronologique toutes les informations que les utilisateurs ont partagées dans le passé au moyen du site. Zuckerberg note également que les applications tierces ayant accès au service pourraient dans le futur (avec l’accord des utilisateurs) partager automatiquement toute action entreprise par l’usager, que ce soit l’écoute d’une chanson ou le visionnage d’une vidéo.

Blogueurs et commentateurs des technologies sociales notent promptement les « inévitables frictions du frictionless sharing », et remarquent comment la conception de partage « excessivement facile » préconisée par le nouveau Facebook ne tient pas compte des motivations qui amènent les individus à sélectionner les informations qu’ils veulent – ou ne veulent pas – partager. Le nouveau Facebook soulève également des questions de protection et de confidentialité des données personnelles de l’utilisateur, ainsi que du contrôle exercé par celui-ci sur les opérations de partage et d’échange au moyen des outils sociaux. Comme plusieurs fois dans le passé, la question se pose : comment les utilisateurs pourraient-ils quitter Facebook et rester connectés ? Récemment, plusieurs projets de recherche et applications commerciales ont tenté de répondre à cette question en offrant des solutions alternatives, permettant de contourner au moins certains des risques posés par l’inconstante politique de confidentialité du « géant » Facebook.

Qu’est-ce qu’un réseau social décentralisé ?

Ce qui est souvent reproché aux services tels que Facebook, Google+ ou YouTube est la façon dont leurs conditions d’utilisation leur permettent de devenir indéfiniment propriétaires de tout ce qui est écrit ou téléchargé par les usagers sur et au moyen du service. Et ceci, sans s’exprimer clairement sur la manière dont ces données sont exploitées – donnant souvent à des applications externes la permission d’y accéder, et suivant parfois une stratégie commerciale « interne ».

Le contrôle de ces services sur les données personnelles des utilisateurs est facilité par le modèle technique sur lequel ils se basent, de type dit client/serveur. Avec des services tels que Google+ ou Facebook, chaque fois qu’un usager exécute une recherche ou met un album photo en ligne pour le montrer à ses amis, ces données sont envoyées aux serveurs de la firme, et téléchargées avant de rejoindre leur destinataire prévu, contribuant à façonner un Internet « concentré » autour de puissants centres de données appartenant aux fournisseurs de services.

En revanche, le principe à la base des réseaux sociaux décentralisés (ou acentrés) est de laisser l’utilisateur du service maître de ses données, en lui donnant la possibilité d’héberger lui-même, sur son propre ordinateur, son profil, la liste de ses amis, les contenus numériques qu’il désire partager (textes, photos, vidéos). Soit les données ne quittent jamais la machine de l’utilisateur, soit elles le font en mode crypté, lors d’échanges directs, d’ordinateur à ordinateur, avec d’autres utilisateurs autorisés. Le modèle technique sous-jacent à ces applications répond à une logique de pair-à-pair (peer-to-peer, P2P) ; en éliminant les intermédiaires dans les activités de partage et de réseautage en ligne, des liens directs sont établis entre les utilisateurs, en reflétant au niveau de l’architecture technique le principe d’échange direct qui, dans un réseau social, motive les utilisateurs à partager.

Les débuts décentralisés d’internet

La mobilisation d’un modèle de réseau décentralisé – qui élimine la dualité entre le fournisseur de service et l’utilisateur, typique du modèle serveur/client, en la remplaçant par une situation où chaque client est aussi un serveur – loin d’être une nouveauté absolue, peut être considérée comme un retour aux origines de l’Internet. Depuis les débuts du « réseau des réseaux », en effet, le principe de décentralisation a été à la base des transmissions et communications qui y circulent. Pourtant, l’introduction du Web en 1990 a progressivement conduit à une large diffusion des modèles basés sur une architecture client-serveur ; les services Internet les plus répandus et les plus diffusés (réseaux sociaux, outils de messagerie instantanés, services de stockage de données numériques…) sont conçus à partir de modèles économiques et techniques dans lesquels l’utilisateur final demande une information, une donnée ou un service à de puissants centres de serveurs, qui stockent l’information et gèrent le trafic sur le réseau. Ainsi, même si sur internet le trafic fonctionne sur le principe de la distribution généralisée, il est aujourd’hui concentré autour de serveurs qui délivrent l’accès au contenu. Cependant, la décentralisation – la conception du réseau de manière à ce que les communications et les échanges aient lieu entre des nœuds jouant un rôle symétrique dans le système – demeure une des alternatives possibles, et peut-être celle qui est le plus à même d’assurer la durabilité du réseau internet.

Diaspora* et ses frères

Si la décentralisation des réseaux sociaux a pour la première fois trouvé un écho dans les médias avec l’histoire de Diaspora* – réseau où des ordinateurs totalement indépendants dits « graines » sont amenés à se connecter directement entre eux tout en abritant leur propre profil – nombre de projets relèvent actuellement le défi de créer le réseau social décentralisé qui puisse s’ériger à compétiteur crédible et fiable de Facebook. NoseRub est un protocole de réseau social décentralisé permettant aux utilisateurs du réseau de garder les informations de leur profil sur leurs propres terminaux, et à leurs terminaux d’interagir et de se synchroniser automatiquement. Le projet Appleseed, parti de la volonté de considérer l’utilisateur comme un «citoyen du net plutôt qu’un consommateur à cibler», est de nouveau sur les rails après des difficultés financières, et vise à construire un modèle de réseau distribué sur lequel le profil d’un site Appleseed soit capable de se lier avec un profil sur un autre site Appleseed, permettant une interaction directe entre les deux. En France, le projet Turbulences propose une solution technologique open-source, utilisable par une variété d’acteurs institutionnels et du secteur privé afin d’assembler et de lancer leur service de réseau social, intégré aux services en ligne existants au travers de protocoles et de standards libres.

Une véritable alternative?

L’« alternative » proposée par ces projets de réseaux sociaux décentralisés prendra-t-elle suffisamment pied pour constituer un véritable défi pour le « géant » Facebook, le forçant à reconsidérer ses politiques de confidentialité souvent controversées et sa conception un peu inquiétante de « partage sans friction » ? Le point d’interrogation principal concerne sans doute la réceptivité des utilisateurs à la possibilité de migrer non seulement vers une autre plate-forme, mais aussi vers une application dont la prise en main et les bénéfices d’utilisation sont peut-être moins immédiats, comportant la gestion en autonomie de son propre « petit serveur ». Les critiques dont Facebook fait l’objet rendent pourtant la question légitime et intéressante, bien que sa réponse ne soit pas encore claire: après tout, en travaillant à faire coïncider les liens sociaux avec les liens de réseau, les différents projets qui expérimentent avec la décentralisation appliquée aux réseaux sociaux représentent peut-être la première réelle tentative d’optimisation, à la fois sociale et technique, des outils de réseautage social.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Le Peer to peer (hybride) au cinéma

Après The Social Network, film fiction sur l’origine du plus célèbre des réseaux sociaux, Napster va faire à son tour l’objet d’un film (documentaire cette fois ci).

A l’origine, Napster était un service peer-to-peer destiné uniquement à l’échange de fichiers musicaux (créé par Shawn Fanning, alors qu’il était encore à la Northeastern University de Boston, et Sean Parker interprété par Justin Timberlake dans The Social Network). Le service original Napster a fonctionné entre juin 1999 et juillet 2001. Sa technologie a permis aux gens d’échanger facilement des chansons au format MP3,ce qui a conduit l’industrie musicale à porter des accusations de violation massive du droit d’auteur. Bien que le programme ait été fermé par décision judiciaire, il a ouvert la voie à de nombreux programmes P2P décentralisés,qui se sont révélés plus difficiles à contrôler (Kazaa, Gnutella, les divers Torrent, etc.).

Notons néanmoins que le service Napster possède une architecture  distribuée un peu différente où les éléments du réseau annoncent les fichiers dont ils disposent à un serveur central, qu’ils contactent pour obtenir les coordonnées (adresse IP et n° de port) d’un élément possédant les fichiers recherchés. Le serveur a donc un rôle de facilitation des échanges entre les pairs, mais ces derniers n' »assument » pas totalement et de façon autonome leur double rôle de clients et de serveurs.

Plus d’informations sur le documentaire à venir ici.

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Dramaturgie du distribué : Facebook Open Graph

La conférence :

Le 21 avril 2010, à la conférence organisée par Facebook, F8 Conference, à San Francisco, Mark Zuckerberg et Bret Taylor, qui est le directeur produit de Facebook (et ancien CEO de Friendfeed, agrégateur de réseaux sociaux) présentaient leur nouvelle API : Open Graph. Les propriétés techniques sont intéressantes mais surtout l’expression symbolique de ces propriétés technique : la représentation du réseau est fondée sur une vue à plat de noeuds tous connectés sans distinction, ni hiérarchie. Facebook use de la dramaturgie du distribué. https://www.facebook.com/f8

Le nom : « open graph » :

On peut lire l’article sur la théorie des graphes en français dans wikipedia, mais celui en anglais est plus simple pour les non-mathématiciens : http://en.wikipedia.org/wiki/Graph_theory.

Bien sûr le titre fait appel à la culture à la fois des mathématiciens mais aussi est sans doute surtout dans ce contexte, celle des programmeurs et spécialistes des réseaux. La théorie des graphes est en effet indispensable à la représentation des réseaux de communication et à l’organisation des données. En associant « open » avec « graph » FaceBook donne à penser que l’on peut connecter tout avec tout et que le protocole est suffisamment robuste pour être extensible ad infinitum.

Variation sur un thème : comment représenter une « sphère infinie, dont le centre est partout et la circonférence nulle part«   ? (Blaise Pascal, Les Pensées, 1669)

L’idée de l’infini introduite par l' »open » est sans doute peu représentable. Les responsables de la communication de FaceBook ont imaginé de re-figurer le réseau en jouant sur les couleurs des noeuds et des liens : figure du couple, figure des Etats-Unis, figure du dialogue (assez ambivalente : qui mange qui ?)