IXmaps: voir les routes, comprendre l’architecture

logo du projet IXmaps – www.ixmaps.ca

Savez vous par où, par quels « lieux » transitent vos données?

Quelles « routes » elles empruntent?

Qui contrôle ce réseau, cette architecture complexe qu’est Internet?

Cette vidéo de présentation du projet IXmaps tâche de répondre à ces quelques questions. Développé autour de la faculté d’information de L’Université de Toronto, le projet universitaire IXmaps (Université de Toronto, Ontario College of Art and Design, Information Policy Research Program – Canada) est un outil de cartographie et de suivi de paquets qui transitent sur Internet. Il permet de reconstituer le chemin que ces derniers empruntent d’un nœud du réseau vers un autre nœud. On peut ainsi reconstituer l’itinéraire des paquets que l’on envoie à un destinataire lorsqu’on lui transmet un email par exemple. L’outil permet en d’autres termes de voir par quelles « routes » et par quels endroits passent nos informations et de nous en donner un aperçu sur une carte (USA et Canada uniquement).

Après la très médiatique affaire Snowden qui dévoilait les centres de surveillance de la NSA du trafic web américain la vidéo met en image l’organisation de ce trafic et nous rappelle à quel point l’Internet est matériel et éloigné de cette idée de « nuage », de « cloud ». La vidéo présente également certaines caractéristiques du routage des paquets entre États (notamment le « boomerang routing »), de la surveillance du trafic outre atlantique depuis le 11 septembre 2001 et l’établissement du « Patriot Act » (accords entre opérateurs de télécommunications et gouvernement américain) et de l’aspect centralisé et centralisateur de l’architecture globale de l’Internet (l’essentiel du trafic américain transitant par au moins l’un des 18 nœuds centraux du territoire américain).

À regarder:

 

What Is IXmaps? from The New Transparency on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Qaul.net

687474703a2f2f7777772e7161756c2e6e65742f696d672f7161756c2d6e65742e706e67

 

Découvert hier grâce à la veille de Primavera de Filippi, Qaul.net semble être une application capable de créer des réseaux « from scratch »; du moins lorsque l’on les infrastructures existantes sont ou ont été coupées par une action de censure ou des catastrophes naturelles…

qaul.net implements a redundant, open communication principle, in which wireless-enabled computers and mobile devices can directly form a spontaneous network. Text messaging, file sharing and voice calls are possible independent of internet and cellular networks. Qaul.net can spread like a virus, and an Open Source Community can modify it freely.

In a time of communication blackouts in places like Egypt, Burma, and Tibet, and given the large power outages often caused by natural disasters, qaul.net has taken on the challenge of critically examining existing communication pathways while simultaneously exploring new horizons.

Les créateurs de ce projet Christop Wachter & Mathias Jud seront le jeudi 14 Mars à Paris (CNAM – Musée des Arts et métiers, 18h30, gratuit sur réservation) pour une conférence sur « L’e-inclusion ou comment lutter contre la fracture numérique ? » Nous ne manquerons pas de les rencontrer à ce moment là pour comprendre en quoi leur projet se rapproche de projets tels que Commotion, Terranet ou Serval; et ce en quoi il se différencie.

D’ici là, leur vidéo de présentation nous semble intéressante. Elle se rapproche de l’analyse que nous effectuons sur les réseaux MESH (voir ici, ici et ici). Nous enquêtons donc!…

Plus de détails à retrouver bientôt ici!

 

qaul.net
Christoph Wachter & Mathias Jud
www.wachter-jud.net

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

La Syrie a disparu… de l’Internet mondial

À suivre sur Twitter via le hashtag #SyriaBlackout

La nouvelle est arrivée hier à 10:26 UTC via une brève d’une entreprise qui surveille le statut de l’Internet mondial (Remesys). En effet, sur la table globale de routage du web, les 84 portes d’entrées sur la Syrie (les 84 blocs d’adressage IP assignés à ce pays en proie à une guerre depuis 2011) étaient devenues inaccessibles. L’infrastructure mondiale de l’Internet a donc été amputé en quelque part, le réseau à perdu les branches syriennes de ses rhizomes…

Qu’est ce que cette coupure signifie dans un pays à feu et à sang et où un régime de terreur cherche à contrôler l’information? Les militants syriens trouveront-ils des solutions décentralisées pour contourner ce blocage de l’Internet comme souhaiter le faire la technologie Commotion, Internet in a suitcase dans cet article du New York Times du 12 juin 2011?

Les prochains jours nous le diront, mais gageons dès à présent que c’est mauvais signe. Très mauvais signe… Ce type de coupure a souvent lieu lorsque les régimes politiques autoritaires deviennent nerveux à propos de la façon dont ils sont perçus de par le Monde (Mubarak, raïs déchu égyptien se permettait bien souvent d’agir de la sorte mais la dernière coupure en janvier 2011 avait cristallisé les revendications démocratiques de la place Tahrir et de ses militants connectés).

Plus d’informations ici (allthingsd.com article de Arik Hesseldahl)

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Journée d’étude ISCC « Internet et Frontières »

Journée d’étude Internet et Frontières
Lundi 20 juin 2011, 9 h 30 – 18 h30
Institut des sciences de la communication du CNRS

Le rêve du « village global » et de la communication comme source de fraternité a traversé les siècles.
Or en dépit des promesses que cristallisent les réseaux sociaux numériques et le Web 2.0, le social et
ses tensions ne s’effacent nullement devant la communication virtuelle. Une forme d’endogamie
persiste dans la vie virtuelle comme réelle, les frontières étatiques et culturelles ne sont pas abolies.

Autour de la thématique Internet et Frontières, cette journée, organisée par le groupe Gouvernance et
usages de l’Internet de l’ISCC, a une vocation interdisciplinaire et invite à penser les frontières à
plusieurs échelles (du micro à macro), de l’individu à la société, permettant d’analyser les
infrastructures et les contenus en termes de ruptures et de continuité, de glissement, de déplacement
plus que de révolution, même si la radicalité du phénomène se doit aussi d’être interrogée.

La notion de « frontière » est polysémique et ouverte, mais renvoie à une interrogation déterminante :
Internet, quelles (r)évolutions ? La frontière peut être entendue selon plusieurs acceptions. Elle est une
interface, non seulement au sens informatique, entre réel et virtuel, entre hommes et machines, mais
aussi au sens géographique d’échange entre régions : si Internet rapproche, n’éloigne-t-il pas aussi en
mettant en visibilité l’altérité de manière forte ? La frontière peut être passerelle, espace de transfert,
outil de médiation pour le partage et la co-construction des savoirs, ou au contraire barrière,
linguistique et culturelle par exemple. La frontière est une zone de tensions et de négociations: se pose
alors la question d’acteurs aux logiques contradictoires, de la fracture numérique, de l’aspiration à une
gouvernance moins unilatérale d’Internet. La frontière comme limite territoriale, étatique, soulève la
question du droit, des logiques nationales, des risques de balkanisation d’Internet, des cyberconflits et
de la sécurité. Mais, ce sont aussi les frontières de l’identité ou encore celles de l’acceptabilité qui
peuvent être interrogées par celui qui étudie le déplacement des notions de  privacy ou d’extimité.

La matinée sera l’occasion d’éclairer la  Géopolitique de l’Internet, l’après-midi « les autres
frontières », celles de l’identité, de la connaissance, de la communication, qui questionnent la place
d’Internet comme interface et passerelle. Internet abolisseur ou/et créateur de frontières, Internet à la
rencontre des territoires matériels, virtuels et intellectuels : « le réseau des réseaux » produit-il et
révèle-t-il un autre partage du monde en cours ?

Pour assister à cette journée d’étude, vous pouvez vous inscrire auprès de
Valérie Schafer – valerie.schafer@iscc.cnrs.fr
Mélanie Dulong de Rosnay – melanie.dulong-de-rosnay@iscc.cnrs.fr

Site web : http://www.iscc.cnrs.fr

Programme

MATIN

Accueil à partir de 9h00

9h30 > 9h55

Ouverture de la journée
Communication et frontières
Dominique Wolton, Directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC)

Géopolitique de l’Internet

9h55 > 10h20

La société, Internet et ses frontières
J. Perriault, Professeur émérite en information & communication, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Conseiller, Institut des sciences de la communication du CNRS

10h20 > 11h20

Table ronde. Sécurité et cyberconflits

animée par Léonard Laborie, Chargé de recherche au CNRS, UMR 8138, Laboratoire IRICE

Le combat cyberélectronique : des débuts au commandement du cyber américain
Stéphane Dossé, Lieutenant-colonel de l’arme des Transmissions, Enseignement militaire supérieur
scientifique et technique (EMSST)

Les frontières des cyberconflits
François-Bernard Huyghe, chercheur à l’Iris

Les risques du Web
Michel Arnaud, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

11h20 > 11h40
Cartographie et souveraineté à l’ère du satellite et des réseaux numériques
Henri Desbois, Maître de conférence en géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense,
Laboratoire GECKO, « Équipe Réseaux, Savoirs & Territoires »

11h55 > 12h50  
Table ronde. Gouvernance et société civile

animée par Valérie Schafer, Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du
CNRS

L’internet : de la Déclaration d’indépendance du cyberespace à l’introuvable gouvernance
mondiale
Françoise Massit-Folléa, chercheur-consultant, FMSH, Paris

Les nouvelles frontières que dessinent les acteurs de la gouvernance de l’internet
Hervé Le Crosnier, Enseignant-chercheur, délégué auprès de l’ISCC

Ai Weiwei, artiste et cyberdissident chinois
Séverine Arsène, Docteur en science politique et ATER à l’Université Lille 3

12h50 > 13h10 
Perspectives et nouveaux enjeux internationaux de la régulation de l’Internet
Bernard Benhamou, Délégué aux usages de l’Internet

Pause déjeuner

APRES­MIDI

Internet, interface et passerelle

14h30 > 14h40 
Présentation de l’après-midi 
Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC)

14h40 > 15h00 
Entre l’écran et la chaise : les frontières de la communication homme-machine grand public
Benjamin Thierry, PRCE à l’Université Paris-Sorbonne, Doctorant au Centre de Recherche en
histoire de l’innovation

15h00 > 15h20 
Aux marges du réseau: le P2P et les services Internet
Francesca Musiani, Attachée de recherche et doctorante, CSI MINES ParisTech

15h20 > 16h20 
Table ronde. Internet et Médiation culturelle
animée par Fanny Georges, Postdoctorante à Télécom ParisTech

Jouer avec les frontières cognitives, technologiques et psychologiques
Dominique Stutzmann, Chargé de recherche au CNRS

Reconfigurations des médiations et des productions dans certaines pratiques créatives sur
Internet
Brigitte Chapelain, Maître de conférence en SIC à l’Université Paris 13, Laboratoire Communication
et Politique (LCP)

Médiation et organisation
Jean-Luc Bouillon, Maître de conférences en SIC à l’université de Versailles-Saint-Quentin

16h40 > 17h00 
Frontières et intermédiation des savoirs 
Morgan Meyer, Postdoctorant à Mines-ParisTech

17h00 > 18h00 
Table ronde. Partage des savoirs 
animée par Benoit Le Blanc, Maître de Conférences en Informatique à l’Institut Polytechnique de
Bordeaux, Chargé de mission à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS

Détecter les frontières dans le domaine biomédical et les dépasser 
Natalia Grabar, Chargée de recherche, STL CNRS UMR8163, Université Lille 3

Mise en évidence automatique de frontières dans les grandes masses de données du Web et des
bases d’informations : questions scientifiques et de société.
Alain Lelu, Enseignant-chercheur en sciences de l’information, délégué auprès de l’ISCC

Accès à la connaissance et agenda pour le développement : la propriété intellectuelle vue par les
pays du Sud et la société civile
Mélanie Dulong de Rosnay, Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du
CNRS

De l’amateur à l’expert, remise en cause des frontières de la connaissance sur le Web
collaboratif
Lionel Barbe, Maître de conférence à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

18h00 > 18h20 
Les frontières de l’identité numérique : le ménagement de l’interface
Alexandre Coutant, Maître de conférences à l’université de Franche-Comté, laboratoire LASELDI,
associé à l’ISCC  & Thomas Stenger, Maitre de Conférences à l’université de Poitiers, IAE, laboratoire CEREGE (EA
1722), chercheur associé à l’ISCC.

18h20 > 18h30 
Conclusion 
Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC)

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website