Francesca Musiani, prix de thèse « informatique et libertés » CNIL

Francesca Musiani, l’une des coordinatrices du projet ADAM a remporté, grâce à ses travaux, le prix de la CNIL 2013. Nous tenions ici à la féliciter et à lui rappeler combien elle est un moteur au sein de notre projet de recherche.

Encore bravo Francesca!

Le 5ème Prix de thèse Informatique et Libertés est attribué à Francesca Musiani pour ses travaux sur les architectures pair-à-pair (P2P)

Le jury du Prix de thèse Informatique et Libertés, présidé par M. Jean-Marie Cotteret, membre de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés), a attribué le 5ème prix Informatique et Libertés à Francesca Musiani pour sa thèse intitulée « Nains sans géants. Architecture décentralisée et services Internet ».

Le 5ème prix Informatique et Libertés de la CNIL, qui récompense les travaux de doctorants de 3e cycle et intéressant la protection des données personnelles, a été attribué à Francesca Musiani, postdoctorante au Centre de Sociologie de l’Innovation à MINES ParisTech et affiliée au Berkman Center for Internet and Society de l’Université de Harvard (Etats-Unis).

Le prix récompense ses travaux consacrés à l’exploration du développement des architectures pair-à-pair (P2P). L’objectif de cette thèse est très ambitieux puisqu’il s’agit d’étudier le développement des architectures P2P sous des angles très différents:

  • L’angle technique : les contraintes introduites par ce type d’architectures et les avantages qu’elles apportent ;
  • L’angle juridique : les incidences de ces choix architecturaux sur des obligations légales, notamment en matière de protection de la vie privée et de la propriété intellectuelle ;
  • L’angle économique : les difficultés à développer des modèles d’affaire capables de concurrencer les acteurs dominants qui reposent sur des architectures centralisées ;
  • L’angle sociologique : les interactions entre parties prenantes (notamment développeurs et utilisateurs), la sociologie de l’innovation.

Le Prix de thèse « informatique et libertés » incite au développement des recherches universitaires concernant la protection de la vie privée et des données personnelles. Ce prix s’adresse à de très nombreuses disciplines telles que les sciences humaines, le droit, les sciences politiques, l’économie mais aussi les disciplines technologiques, de l’innovation et du design.

 

http://www.cnil.fr/linstitution/actualite/article/article/le-5eme-prix-de-these-informatique-et-libertes-est-attribue-a-francesca-musiani-pour-ses-travau/

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

« La mission de DÉ-centraliser l’Internet » – The New Yorker

http://www.newyorker.com/online/blogs/elements/internet-290.jpg / Illustration by Maximilian Bode

 Un article très intéressant paru en décembre dernier sur le blog « Elements » du magazine bi-hebdomadaire américain The New Yorker (le 13 décembre 2013, en anglais seulement), revient sur le « projet », qu’ils qualifient de « mission » dans le titre, de décentraliser l’Internet… Vaste programme s’il en est…

The Mission to Decentralize the Internet

L’article rédigé par Joshua Kopstein présente à la fois un historique de la décentralisation (ou plutôt de la non-décentralisation) de l’Internet mais également une histoire des non succès de plusieurs services décentralisés qui portaient ou portent toujours en eux de façon intrinsèque, à l’intérieur de leurs codes et de leurs design les, les « valeurs » d’un Internet décentralisé.

L’auteur s’attarde plus longuement sur l’intérêt de trois services innovants et décentralisés: Bitmessage, Bitcoin, Mailpile et ArkOS. Il revient aussi sur les relatifs échecs d’autres services web innovants et décentralisés (Freedom box et le réseau social Diaspora).

La lecture est édifiante et aisée pour les nons-spécialistes, elle présente rapidement certains éléments qui nous occupent au sein de ce projet de recherche. Bonne lecture:

http://www.newyorker.com/online/blogs/elements/2013/12/the-mission-to-decentralize-the-internet.html

extraits:

[…] Solutions like these follow a path different from Mailpile and ArkOS. Their peer-to-peer architecture holds the potential for greatly improved privacy and security on the Internet. But existing apart from commonly used protocols and standards can also preclude any possibility of widespread adoption. Still, Novak said, the transition to an Internet that relies more extensively on decentralized, P2P technology is “an absolutely essential development,” since it would make many attacks by malicious actors—criminals and intelligence agencies alike—impractical.

Though Snowden has raised the profile of privacy technology, it will be up to engineers and their allies to make that technology viable for the masses. “Decentralization must become a viable alternative,” said Cook, the ArkOS developer, “not just to give options to users that can self-host, but also to put pressure on the political and corporate institutions.”

“Discussions about innovation, resilience, open protocols, data ownership and the numerous surrounding issues,” said Redecentralize’s Bolychevsky, “need to become mainstream if we want the Internet to stay free, democratic, and engaging.”

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Interview vidéo de Mathias Jud & Christoph Wachter – Qaul.net

dissemination-et-capter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous vous parlions de Qaul.net récemment, ce projet développé par deux net-artistes suisses et qui utilise la technologie de réseaux maillés MESH. Au détour d’une recherche sur Internet, nous avons découvert cette vidéo où ils expliquent leur démarche.

  • http://qaul.net
  • http://www.wachter-jud.net
  • http://www.hotel-gelem.net

A noter: Christoph Wachter et Mathias Jud sont actuellement en résidence à Paris  dans le cadre du cycle « technologies au quotidien » de la Gaité Lyrique. Ils présenteront leur projet du 12 avril au 12 mai 2013 à la Gaité Lyrique, plus d’informations ici.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Centralisé vs Distribué (poster comparatif et lexique) – Justé Peciulyté

Justé Peciulyté est actuellement  étudiante en Master 2 recherche « Design, Médias, Technologie », spécialité Design & environnements à  l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (dans ce cursus, le semestre 3 se compose d’une large série de séminaires placés sous la direction d’Annie Gentès à Telecom ParisTech). Ses recherches portent sur les multiples relations du corps-environnements-technologies.

En 2012 elle a travaillé sur une comparaison et une définition des termes relatifs à la construction de réseaux de communication sans fils. Étant assez remarquable, grâce à l’autorisation de Justé, nous vous livrons ici ce travail de définition, d’illustration et de visualisation entre architectures centralisées et architectures distribuées.

WLAN vs WMN_poster

Ce travail de comparaison illustré se double d’un lexique précis reprenant l’ensemble des termes utilisés dans ce poster et qui ont permis de problématiser ce sujet, cette comparaison. Il est à retrouver ici:

WLAN vs WMN_lexiqueWLAN vs WMN_poster

L’ensemble de ces documents créés par Justé Peciulyté sont placés sous licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Comment les architectures distribuées parlent d’elles-mêmes ? L’exemple de sept services qui proposent des échanges entre « pairs » – 1/2

 

L’analyse des discours que portent les acteurs de l’innovation dans le domaine des architectures distribuées, sur les services qu’ils développent, sur leurs méthodes de travail et sur la technique elle-même, permet de comprendre comment ils se mettent en scène et de quelle manière ils produisent et font circuler des savoirs sur les technologies décentralisées.

Dans le cadre du projet de recherche ADAM, sept services ont été analysés, à partir de l’étude des textes et des images de leurs sites internet, « vitrines publiques » de leurs productions « front office »[1]. Les applications Serval, Mesh Potato, Bitcoin, Diaspora, Mobiluck, Bump, Skype ont été choisies pour cette étude de cas, parce qu’elles représentent différents types de services, qu’elles reposent sur des architectures techniques différentes et qu’elles permettent de faire un tour d’horizon des services dits peer-to-peer du point de vue de l’échelle des échanges qu’elles permettent aux utilisateurs.

Pour chacun des cas, les occurrences des termes « peer-to-peer » et « distributed architecture » ont été relevées et analysées par rapport à leurs co-textes (c’est-à-dire les textes dans lesquels elles sont insérées ou les textes situés à leur proximité sur la page), dans les sites des services et dans les vidéos de démonstration présentes sur les sites. Pour chacun des cas également, les images ont été analysées en essayant de comprendre comment s’articulaient l’image et son contexte (légende, sous-titre, paragraphe, titre, etc.). En effet, la sémiologie distingue la fonction d’ancrage de la fonction relais dans le rapport entre image et texte. Le texte permet de répondre à la question « qu’est-ce que c’est ? » par rapport à l’image. Lorsque le texte est ancrage, il redit ce que l’image donne à voir, il exerce une forme de redondance par rapport au sens de l’image. Quand il est relais, il fonctionne en complémentarité et permet de faire une interprétation de l’image qui va au-delà de ce qu’elle montre[2]. L’analyse de tous ces complexes « images/textes » et « textes/co-textes » s’est faite à partir d’un modèle « sémiopragmatique », suivant le travail de Roy Harris qui observe comment un signe fait toujours sens par rapport à un contexte donné[3].

« Le signe n’existe, en tant que signe, que pour permettre l’intégration, dans un contexte donné, de certaines activités humaines »[4].

Ce premier billet, d’une série de deux, présente ces sept services du point de vue de l’architecture technique sur laquelle ils reposent et du point de vue de l’échelle des échanges entre utilisateurs qu’ils permettent. Le deuxième billet proposera de regarder quels sont les discours dominants dans la description des services, au regard des termes employés, des exemples et des images choisies, de la construction de scénarios d’usage, etc. Il proposera notamment de regarder quelle est la place du discours sur la technologie, à l’intérieur de ces sites. Pour conclure, il proposera une typologie de ces sites en tant qu’ils se présentent d’une certaine façon comme des espaces de « production de l’innovation ».

Reprenons la description des sept services:

Tout en se défendant de « centraliser » les échanges de données entre utilisateurs, et en proposant des échanges directs, ces sept services ne reposent pas tous sur le même type d’architecture technique (architecture distribuée, architecture centralisée et enfin, architecture hybride) :

  • Serval et Mesh Potato, proposent de créer un réseau mobile de communication par maillage MESH (metro-scale ad hoc network, réseaux ad-hoc décentralisés, sorte de « talkie walkie multi émetteur-récepteur ») ; Bitcoin, propose une monnaie électronique qui n’est pas contrôlée par une autorité centrale et Diaspora, se présente comme un réseau social aux antipodes de Facebook, dans lequel les utilisateurs gardent la main sur leurs données personnelles. Ces services reposent sur des systèmes techniques distribués.

                                                                                             

  • Mobiluck, offre les services d’une messagerie instantanée géolocalisée par une classique triangulation via le système GSM. BUMP permet quant à lui d’échanger et de partager des fichiers entre appareils électroniques. Leur architecture réseau repose sur des systèmes complètement centralisés.

                                  

  • Enfin, Skype, qui permet des appels à distance en VoIP et des échanges de fichiers repose sur un système hybride qui combine une architecture centralisée et la possibilité de transmettre les communications entre pairs pour les rendre plus efficaces (donc un système décentralisé).

                                                 

 

Si on regarde, en revanche, l’échelle des relations entre les utilisateurs, telles qu’elles sont décrites par les différents services, on voit qu’il y a cinq types de représentations de ce que l’utilisateur peut faire du point de vue du périmètre de l’échange.

Soit les échanges se font de téléphone à téléphone, par exemple, sur un territoire réduit qui est fonction du nombre de téléphone connecté entre eux dans le réseau, comme c’est le cas de Serval et de Mesh Potato.

Extrait de la video de démonstration du service Mesh Potato
Si on devait faire une équation pour illustrer ces deux cas, on dirait que la représentation de l’échange consiste en « échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Diaspora, les utilisateurs ont le choix de se connecter à n’importe quel « pod », répertorié dans une base de données, c’est à dire à un « nœud » installé, entretenu et développé par un utilisateur – appelons-le « expert » qui a installé le logiciel sur son disque dur (logiciel open source).
Capture d’écran de la page d’accueil du site de Diaspora
Dans ce cas précis le périmètre des échanges consiste en des ensembles de petits réseaux reliés à un pod, chaque pod étant reliés aux autres pods du réseau. L’équation ici, donnerait « ensembles d’échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Mobiluck et de BUMP, les échanges sont mis en scène comme étant non seulement hyper-localisés (on échange entre individus situés à côté de soi, dans les deux cas), mais aussi directs entre utilisateurs (le cas de BUMP étant frappant, puisque les utilisateurs touchent (trinquent avec) leurs téléphones pour échanger des informations).
Extrait de la video de démonstration du service BUMP « Spread the Bump »
Néanmoins, ces deux services reposent sur des systèmes centralisés. Dans les deux cas, c’est un serveur central qui organise et dirige les échanges. L’équation donne alors : « échanges localisés » reposant sur « système centralisé ».
A l’inverse, le service Bitcoin propose des échanges monétisés, pour n’importe quel service internet (à condition qu’il accepte les bitcoins) à partir d’un réseau très large d’utilisateurs qui permettent la circulation des échanges chiffrés (et cryptés) et ainsi la production de monnaie en rendant disponible la mémoire vive de leur disque dur.
Extrait de la video de démonstration du service Bitcoin
Ici l’équation s’ouvre : « échanges hyper-larges » reposant sur « système décentralisé ».
Pour terminer cette liste, Skype est l’unique système qui repose sur un système hybride, mais qui, comme Bitcoin, permet des échanges avec des utilisateurs quel que soit leur localisation dans le réseau et dans le monde. Cette mise en scène de la possibilité de communiquer en dépit de la distance géographique est prégnante sur le site, qui représente des mappemondes, entourées d’un cercle qui manifeste le circuit discontinu de la communication.
Extrait de la vidéo de démonstration du service Skype
Ici la dernière équation donne : « échanges hyper-larges » reposant sur « système hybride ».
Il reste maintenant à regarder plus attentivement comment ces services « parlent d’eux-mêmes », c’est-à-dire comment ils organisent un espace de discours (le site internet, la vidéo de démonstration) pour se présenter sous un certain angle (sont-ils des propositions techniques? des solutions politiques? des services marchands? des innovations? etc.). La suite dans le prochain billet…

[1] Par « front office » nous entendons faire une différence entre interfaces « visibles » de ces infrastructures informationnelles et les « back office » de ces mêmes services. L’épaisseur pratique et politique de ces « back office », est analysée dans une autre partie de nos travaux de recherche en s’appuyant sur les travaux de Jérôme Denis (http://ses.telecom-paristech.fr/denis/).
[2] Barthes, R., 1964, «Rhétorique de l’image», Communication, 4, pp. 44-45
[3] Harris, R., 1993, Sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS
[4] Idem, p.137

 

Vidéos de la conférence Unlike Us 2 – 8 et 10 mars 2012, Amsterdam, TrouwAmsterdam

 

L’institute of Network Cultures organisait les 8 et 10 mars 2012, un colloque international sur  les alternatives aux réseaux sociaux.

La « chaine TV » des différentes interventions du colloque est à retrouver sur la chaine d’Unlike Us:

 

http://vimeo.com/album/1774005

 



Unlike Us – Understanding Social Media Monopolies and their Alternatives from network cultures on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Imaginaires cinématographiques

By John McNab - Licence CC BY-NC-SA 2.0
The First Batman by John McNab - Licence CC BY-NC-SA 2.0

Dans un article publié le 12 septembre 2011 sur OWNI.fr , la journaliste Ophelia Noor, pose la question suivante :

« Et si l’accès à l’internet, en mode sans fil, était un « bien commun » librement partagé par tous ? »

 

C’est effectivement ce que proposent de plus en plus de réseaux communautaires associatifs tels que Freifunk à Berlin, FunkFeuer en Autriche, So Cal Free Net à San Diego et Guifinet en Catalogne (catalogue complet des réseaux sans fils ici). Mais, au delà de ces initiatives « militantes » et de la philosophie qu’elles défendent, nous pourrions relever plusieurs éléments capables d’illustrer « l’imaginaire » de ces technologies sans fils, de ces nouvelles formes de communications, d’échanges, de partages et d’architectures réseaux.

La discussion que nous abordons ici et sur laquelle nous reviendrons tout au long de ce projet ANR dépasse largement le cas des réseaux sociaux, alternatifs ou non. Pour Annie Gentès, « elle prend sa source dans l’origine même de l’internet, de sa structure, de ses protocoles et de son mode de gouvernance. Elle confronte deux idéologies : celle de l’informatique centralisée et celle de l’informatique répartie. Même si le trafic sur Internet fonctionne en accord avec le principe de la distribution généralisée, il a désormais pris la forme d’une concentration autour de puissantes agglomérations de serveurs qui détiennent l’information, fournissent l’accès aux contenus et/ou gèrent le trafic sur le réseau. Cette logique se renforce d’autant plus avec l’avènement actuel du cloud computing. Au contraire, l’informatique répartie (en d’autres termes le principe d’architecture distribuée ; modèle de réseau informatique structuré afin que les communications et/ou échanges se fassent entre nœuds qui ont la même responsabilité dans le système) résiste pour des raisons à la fois techniques et politiques. La confrontation des deux « idéologies », centralisée vs distribuée, est particulièrement sensible dans le cas du peer-to-peer » (Extrait des Entretiens du Nouveau Monde Industriel – IRI – Centre Georges Pompidou, à paraitre).

Mais ce que nous souhaitons aborder ici, c’est l’univers de référence de nouvelles topologies de réseaux distribués mobiles (d’où l’expression « d’imaginaires » de technologies sans fils). De fait, la question soulevée par Ophelia Noor et reprise par les militants de réseaux alternatifs cités précédemment impose de repenser le tissu social et les infrastructures urbaines classiques. Stéphanie Vidal, doctorante au CoDesign Lab & Media Studies de Telecom ParisTech le remarquait dans un article paru sur Slate.fr le 3 septembre 2011 à propos de la reconstruction de Detroit:

la Detroit Digital Justice Coalition (DDJC) veut réduire la dépendance des habitants face aux géants des télécommunications et cimenter les communautés grâce à la maîtrise des technologies numériques. Les extraits de leur petit magazine Zine font office de manifeste:

«Les communauté de réseau sont à l’image des communautés agricoles. De la même façon que l’on peut réclamer des terres inutilisées pour y faire pousser notre nourriture, nous pouvons utiliser le réseau wifi public pour communiquer gratuitement. Comme pour le jardinage, construire et maintenir un réseau communautaire demandent des efforts et des aptitudes. […]

Au même titre que les associations qui œuvrent pour la justice sociale en montant des jardins communautaires ou des réseaux locaux de distribution de nourriture, la DDJC essaie de constituer des petits systèmes réplicables, redimensionnables, et décentralisés permettant de produire et de consommer l’information de manière démocratique. A Detroit, le projet Wireless Community Network se pose comme une alternative donnant aux individus l’accès à Internet et la possibilité de créer des réseaux locaux répondant aux besoins spécifiques de la communauté, tout en limitant le nombre de souscriptions auprès des opérateurs.»

« Coalition », « Justice sociale », « communautés », « alternative », « démocratie »… Autant de mots qui apparaissent également dans la bouche des super héros de cinéma lorsqu’il s’agit de se battre contre les « méchants »… Car c’est bien ce dont il est question ici: il semble que les créateurs de ces technologies, de ces « infrastructures alternatives » se réfèrent bien souvent au vocable des super héros (mais aussi de situationnistes tels que Guy Debord) pour référencer leur travail et leurs ambitions.

Premier exemple significatif, celui des réseaux MANET (Mobile Ad-Hoc NETwork – architectures distribuées mobiles) et de ses récentes améliorations apportées par la communauté Freifunk. Visant à remplacer le protocole de routage destiné aux réseaux maillés, sans fil ou mobiles « OSLR » (en anglais « Optimized Link State Routing Protocol »), la communauté Freifunk a baptisé son nouveau protocole B.A.T.M.A.N (« Better Approach To Mobile Adhoc Networking »).

L’idée centrale de B.A.T.M.A.N (d’après leur espace wiki) « réside dans le fait de partager les informations sur les meilleures connexions entre tous les nœuds B.A.T.M.A.N. dans le réseau complet. Grâce à cela, la nécessité d’informer l’ensemble des nœuds B.A.T.M.A.N. à chaque modification du réseau maillé disparaît. Chacun des nœuds regarde uniquement, d’où viennent les données reçues par leur partenaire de communication, et renvoient les données correspondantes via le même chemin. Sur le chemin vers la destination, les données seront transmises de cette manière de proche en proche. Scientifiquement parlant, cette approche est semblable à l’orientation des fourmis par les phéromones. Par conséquent il en résulte un réseau d’intelligence collective« …

Ici, c’est l’acronyme du protocole de réseau qui dérive du personnage de bande dessinée créé par Bob Kane et Bill Finger en 1939. Batman, avatar du millionnaire Bruce Wayne, est un justicier masqué censé rendre un semblant de justice dans une ville, Gotham City, en proie aux voyous. Humour potache ou véritable référentiel capable de suggérer une certaine idée de justice, du moins de « faire le bien » dans un monde où les réseaux wifis fournis par les FAI seraient des bandits, des opérateurs « voyous » obnubilés par l’idée de faire de l’argent et de contrôler totalement les réseaux?…

Deuxième exemple probant, celui d’un masque bien particulier utilisé depuis un certain temps par les Anonymous, groupe de désobéissance civile et de hackers informatiques né sur le forum 4chan et popularisés via leurs attaques liées à la protection de Wikileaks et des militants tunisiens et égyptiens du printemps arabe.

L’imagerie développée par les Anonymous puise dans plusieurs films mais surtout dans celui de James McTeigue « V for Vendetta« , adaptation d’une bande dessinée de Alan Moore et David Lloyd publiée en 1990. Cette adaptation d’une œuvre majeure du géant des « comics » américains DC fut réalisée en 2006 avec la participation des pères de la trilogie « Matrix », les frères Wachowski (autre « mine référentielle anti-système établi » pour des militants informatiques, gamers, etc.). L’identité visuelle des Anonymous ainsi que celle des mouvements de désobéissance civile en général ont repris à la bande dessinée de Moore, le visage de V (lui même inspiré du visage de Guy Fawkes, révolutionnaire catholique anglais instigateur de la conspiration des poudres en 1605) et ses codes plutôt anarchistes du moins anti Establishment.

Les références pourraient être très nombreuses, les Anonymous émettant des messages proches des codes de la série télévisée américaine Dark Angel (avec la superhéroïne Jessica Alba), et des thèses défendus par George Orwell dans 1984 (on pourrait également évoquer K. Dick, Gibson et Asimov en ce qui concerne la littérature). Les mêmes codes et les mêmes références ont été et sont toujours autant utilisées dans le milieu des réseaux sociaux alternatifs proches des mouvements des Indignés espagnols par exemple (voir les réseaux sociaux distribuées tels que Lorea, très utilisés par les espagnols ces derniers temps).

Nous reviendrons à nouveau sur cette question des imaginaires de création et de référentiels tout au long de ce projet mais ce que nous pouvons en retenir dès à présent est ce que relevaient Felix Treguer and Jean Cattan Le 7 mai 2011 toujours sur Owni.fr:

Des groupes d’utilisateurs sont sur les rangs pour défendre ces acquis et cette culture de la communication libre. Pour que ces réseaux citoyens continuent à innover techniquement et à se développer en dehors de toute pression étatique ou commerciale, il est nécessaire de ne plus se limiter à la « junk band » et de pouvoir accéder à d’autres parties du spectre radio. (…)

Le principal problème est que l’État, ou les instances de régulations, se comportent comme les nounous des ondes radios. Or la mise sous licence du spectre est la vache à lait de ministres des finances aux abois. Il ne faut pas oublier que les ondes radio sont un bien commun, comme l’air qu’on respire.

 

Une fois encore, l’architecture distribuée apparait comme un enjeu primordial des développement de l’Internet et ce à plusieurs niveaux: sociotechniques, politiques, économiques mais aussi culturels car elle semble se présenter (du moins selon ses militants) comme une organisation des systèmes informatiques et des communications plus « juste », plus « démocratique », plus « équitable ». La question de la mobilité à l’intérieur de ces réseaux cristallise d’autant plus les problématiques liées aux libertés des individus au sein des réseaux.

 

Affaire(s) à suivre donc…

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Le Peer to peer (hybride) au cinéma

Après The Social Network, film fiction sur l’origine du plus célèbre des réseaux sociaux, Napster va faire à son tour l’objet d’un film (documentaire cette fois ci).

A l’origine, Napster était un service peer-to-peer destiné uniquement à l’échange de fichiers musicaux (créé par Shawn Fanning, alors qu’il était encore à la Northeastern University de Boston, et Sean Parker interprété par Justin Timberlake dans The Social Network). Le service original Napster a fonctionné entre juin 1999 et juillet 2001. Sa technologie a permis aux gens d’échanger facilement des chansons au format MP3,ce qui a conduit l’industrie musicale à porter des accusations de violation massive du droit d’auteur. Bien que le programme ait été fermé par décision judiciaire, il a ouvert la voie à de nombreux programmes P2P décentralisés,qui se sont révélés plus difficiles à contrôler (Kazaa, Gnutella, les divers Torrent, etc.).

Notons néanmoins que le service Napster possède une architecture  distribuée un peu différente où les éléments du réseau annoncent les fichiers dont ils disposent à un serveur central, qu’ils contactent pour obtenir les coordonnées (adresse IP et n° de port) d’un élément possédant les fichiers recherchés. Le serveur a donc un rôle de facilitation des échanges entre les pairs, mais ces derniers n' »assument » pas totalement et de façon autonome leur double rôle de clients et de serveurs.

Plus d’informations sur le documentaire à venir ici.

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Dramaturgie du distribué : Facebook Open Graph

La conférence :

Le 21 avril 2010, à la conférence organisée par Facebook, F8 Conference, à San Francisco, Mark Zuckerberg et Bret Taylor, qui est le directeur produit de Facebook (et ancien CEO de Friendfeed, agrégateur de réseaux sociaux) présentaient leur nouvelle API : Open Graph. Les propriétés techniques sont intéressantes mais surtout l’expression symbolique de ces propriétés technique : la représentation du réseau est fondée sur une vue à plat de noeuds tous connectés sans distinction, ni hiérarchie. Facebook use de la dramaturgie du distribué. https://www.facebook.com/f8

Le nom : « open graph » :

On peut lire l’article sur la théorie des graphes en français dans wikipedia, mais celui en anglais est plus simple pour les non-mathématiciens : http://en.wikipedia.org/wiki/Graph_theory.

Bien sûr le titre fait appel à la culture à la fois des mathématiciens mais aussi est sans doute surtout dans ce contexte, celle des programmeurs et spécialistes des réseaux. La théorie des graphes est en effet indispensable à la représentation des réseaux de communication et à l’organisation des données. En associant « open » avec « graph » FaceBook donne à penser que l’on peut connecter tout avec tout et que le protocole est suffisamment robuste pour être extensible ad infinitum.

Variation sur un thème : comment représenter une « sphère infinie, dont le centre est partout et la circonférence nulle part«   ? (Blaise Pascal, Les Pensées, 1669)

L’idée de l’infini introduite par l' »open » est sans doute peu représentable. Les responsables de la communication de FaceBook ont imaginé de re-figurer le réseau en jouant sur les couleurs des noeuds et des liens : figure du couple, figure des Etats-Unis, figure du dialogue (assez ambivalente : qui mange qui ?)

Pourquoi un « abécédaire » des AD ?

Les réseaux pair à pair n’existent pas sans imaginaire au sens propre : schémas, graphiques, photos, mises en situations, vidéo. Le portail de recherche centralisera une base de ressources visuelles sur les dimensions, techniques, sociales et culturelles des réseaux pair à pair. Il s’agit de récolter, d’analyser et d’exposer les différentes représentations graphiques qui permettront de constituer un abécédaire (à la manière d’un what’s what) de ces architectures et de leurs services dévoilant à la fois les techniques et les valeurs sous-jacentes ainsi que les usages pressentis par les auteurs de ces représentations.

L’objectif de ce dispositif expérimental est triple:

  • rendre compte de la complexité d’une technique qui peine à faire comprendre sa spécificité par rapport aux architectures réseaux centralisés ;
  • donner des outils de design et d’ingénierie des connaissances dans ce domaine technique, aider à constituer un référentiel utile pour le développement ultérieur de services s’appuyant sur ces technologies ;
  • l’interprétation de cette visualisation comme son utilisation ne sont pas données et sont à construire avec les acteurs. La mise en ligne permettra de les soumettre à la lecture et aux commentaires des acteurs intéressés.

Compte-rendu du colloque Digital Life Lab « La participation des amateurs dans l’univers numérique »

Compte-rendu du colloque Digital Life Lab (Institut Télécom)
« La participation des amateurs dans l’univers numérique »
La Cantine, Paris, 18 mars 2011.

par Francesca Musiani

La prolifération des plateformes participatives sur Internet suscite une implication toujours plus grande des amateurs dans la production ou la réappropriation de contenus médiatiques qui circulent et s’échangent sur le Web (textes, photos, vidéos, fichiers musicaux, logiciels, etc.) Ce colloque, organisé par le Digital Life Lab (Institut Télécom) à la Cantine le 18 mars 2011, a eu pour objectif de réfléchir aux enjeux sociaux, organisationnels et culturels suscités par la profusion de ces nombreuses pratiques amateurs dans l’univers numérique.

« Les amateurs sont souvent des passionnés à l’égard d’une activité qui occupe une grande partie de leur temps libre. Ils agissent selon une logique distincte de celle de l’économie de marché : ils trouvent un authentique plaisir à partager leur passion et sont davantage motivés par la recherche d’une reconnaissance symbolique auprès de leurs pairs plutôt que par la perspective d’une rétribution monétaire, » remarque-t-on dans la présentation du colloque.

Les présentations se sont regroupées autour de trois volets: la thématique de l’organisation des pratiques amateurs avant l’ère du numérique; l’univers numérique de la création culturelle et des médias; la mobilisation des médias sociaux dans les entreprises.

Antoine Hennion – Attachements : corps, collectifs, dispositifs

En ouverture, Antoine Hennion est revenu sur ses terrains « de longue date » sur le travail de l’amateur. Il a souligné l’ambiguité du terme, qui peut signaler à la fois celui qui « aime » ou se passionne pour quelque chose, et celui qui « fait mal les choses » en tant que non expert ou non professionnel. Mais la passion de l’amateur n’est pas la passivité, et s’intéresser à l’amateur avec des lunettes pragmatistes permet de rompre avec des notions comme « réception » ou « consommation », et d’insister en revanche sur les phénomènes de coproduction. La notion d' »attachement » est en ce contexte très utile pour se libérer de la distinction dualiste sujet/objet, ainsi que, plus généralement, des dualismes, et reconnaître que l’amateur est souvent doté d’un savoir-faire sophistiqué: « techniques mêlées du corps, du dispositif et du collectif ». L’enjeu est de se tourner vers un pragmatisme « hard », plutôt que vers la théorie de l’action « molle » actuelle.

Patrice Flichy – Le sacre de l’amateur

La deuxième ouverture, de Patrice Flichy, a souligné que les amateurs sur l’Internet mettent en place des conventions locales et localisées, qui deviennent par ailleurs des règles très précises. Ce qui distingue l’amateur numérique de l’amateur  en général est le fait que le premier peut avoir un public de ses actions, même très large. Son apprentissage se base sur l’autodidactie, ce qui fait de l’amateurisme une expertise « par en bas », acquise au moyen de l’expérience, et joue un rôle fondamental dans la construction de l’Identité. L’amateur s’engage souvent par intermittence: il s’agit d’un engagement irrégulier, riche en diversité, non uniforme, éclaté. P. Flichy s’est servi de l’exemple de Wikipédia pour souligner cet aspect de non-uniformité, et montrer comment chaque secteur de savoir se construit son mode de traitement: l’amateur ne vise pas un type de savoir qui relève de l’universalité, mais un savoir local. Si l’amateurisme hors numérique est toujours évalué à la mesure des pratiques professionnelles, c’est bien dans le numérique que l’expert « par en-bas » se sent légitime pour contester l’expert.

Olivier Donnat – Les pratiques amateurs avant l’ère du numérique

Olivier Donnat est ensuite revenu sur l’histoire des définitions des « pratiques culturelles ». Il a distingué deux acceptions de la définition de public: la première c’est « le » public indifférencié des grands œuvres; la deuxième a une connotation négative d’aliénation, et indique les fans des produits culturels. En France, le ministère de la culture s’est focalisé sur les pratiques professionnelles en ignorant le riche tissu socio-culturel des pratiques des amateurs. Des études menées au cours des années 1990 ont révélé des grandes disparités dans la consommation des biens culturels. On note aussi que les pratiques d’amateurs sont plutôt le fait des jeunes: l’allongement de la durée de la jeunesse en entraîne donc un accroissement quantitatif. O. Donnat estime cependant que le fait de pratiquer ou de consommer les productions professionnelles ne recoupe pas le fait de se considérer comme amateur. Il identifie quatre types d’ancrage à un bien culturel: l’héritage direct des parents ; la transmission par rupture (i.e., faire autre chose que les parents) ; l’événement douloureux ; l’arrachement à son contexte d’origine par la pratique d’une activité. L’activité de l’amateur se place aujourd’hui dans un continuum qui a pour extrêmes deux pôles : soit l’engagement total (avec le rêve de se professionnaliser, et une socialisation exclusive autour de la pratique), soit, au contraire, une pratique amateur quasi clandestine, cachée même à son entourage personnel et professionnel immédiat.

Jean-Samuel Beuscart et Maxime Crépel – Les trajectoires de notoriété sur le Web 2.0 : quatre figures de l’engagement dans la pratique artistique en ligne

Jean-Samuel Beuscart et Maxime Crépel ont discuté des trajectoires de notoriété sur le Web, et particulièrement de quatre figures de l’engagement dans la pratique artistique en ligne. Dans des contextes tels que MySpace et Flickr, entre amateurisme et exposition de soi, il y a une imbrication des logiques personnels et de masse. Le choix des outils d’analyse, et donc d’appréhension, de l’audience en ligne est très important. Les leviers de notoriété sur Flickr et MySpace sont par exemple la mise en forme de sa page, la régularité des publications, la facilité d’appropriation par les visiteurs, l’entretien d’un réseau de sociabilité. A travers le jeu de réciprocité des commentaires, petites communautés denses et cohérentes se construisent. Les quatre trajectoires de réputation qui suivent les différents modes d’engagement dans la pratique artistique en ligne sont donc 1) l’abandon, 2) l’amateur enrichi à travers recherche d’une audience, 3) la professionnalisation et la création de nouvelles formes d’industries culturelles (en réponse à une logique de fermeture) et 4) l’amateur 2.0 (en réponse à une logique d’ouverture).

Dominique Cardon, Camille Roth et Guilhem Fouetillou – Trajectoire de consécration des amateurs dans le monde numérique

Dominique Cardon a ensuite présenté le travail, mené en collaboration avec ses collègues, sur la consécration des amateurs (au moyen de l’étude des liens). Ils proposent deux matrices : curieux / introverti / extroverti / silencieux ; célébrité / notoriété / popularité / invisibilité ; à partir de ces deux matrices, ils identifient seize positions topologiques présentes ou non selon les différentes familles de blogs. D. Cardon a développé à ce propos l’exemple des blogs culinaires et leurs différents modèles d’usage des tags, des photos, des échanges. En conclusion de leur intervention, les auteurs signalent la co-existence de plusieurs modèles de blogs : le carnet personnel, le club, l’élite, la metaréflexion.

Nicolas Auray et Dominique Fréard – Ce que le numérique a changé dans l’implication des amateurs à la production de connaissances : le cas de l’astronomie francophone
Serge Proulx et Lorna Heaton – Tela Botanica : la coopération en réseau de botanistes amateurs

Les interventions de Nicolas Auray et Dominique Fréard d’abord, et de Serge Proulx et Lorna Heaton ensuite, ont porté sur la science participative en réseau et sur les changements entraînés par le numérique dans l’implication des amateurs dans les processus de production des connaissances. N. Auray et D. Fréard se sont concentrés sur la communauté d’astronomes francophones. S. Proulx, après avoir introduit deux logiques d’engagement, la logique de réseau (engagement non nécessaire, sérendipité) vs la logique de communauté (fidélité, engagement), a parlé de Tela Botanica, un réseau de botanistes amateurs qu’il définit comme « nouvelle forme d’autorité hybride », dispositif sociotechnique qui se rapproche d’un outil de business.

Christine Balagué – Les réseaux socionumériques dans les stratégies d’entreprise
Claire Levallois-Barth – L’usage des réseaux socionumériques en entreprise : quelles sont les frontières juridiques entre vie professionnelle et vie privée ?

Christine Balagué a ensuite présenté des pistes de réflexion sur le rôle des réseaux sociaux numériques dans les stratégies d’entreprise. Elle a noté comment on fait face à un changement de paradigme pour les entreprises : on va vers des « marchés de conversation », basés sur l’influence conversationnelle. Sur sa lignée, l’intéressante présentation de Claire Levallois-Barth sur l’usage des réseaux sociaux numériques par les employés d’entreprise a permis d’éclairer l’état actuel des questionnements juridiques quant aux frontières entre vie professionnelle et vie privée, à partir de cas pratiques concrets dont certains ont fait la une des médias. Un chantier en construction, qui se façonne peu à peu entre la protection de la vie privée des employés, le monitorage par l’entreprise du temps et des dispositifs qu’elle met à disposition de ses salariés, et les évolutions rapides de ces nouvelles technologies.

Chantal Morley – Comment aime-t-on les technologies numériques ? Points de vue d’amateurs dans l’entreprise

Chantal Morley a de son côté abordé la question suivante: « comment aime-t-on les technologies numériques? » Pour tenter une réponse, elle a analysé son travail de codage d’entretiens qualitatifs portant sur les points de vue d’ »amateurs dans l’entreprise », professionnels qui aiment ce qu’ils font. L’amour de la technique embrasse le goût du concret, la volonté de percer un mystère, de comprendre, d’évoluer, la recherche d’une légitimation et d’une crédibilité. L’objet technique nous émerveille du même fait qu’il est concret, utile. Les motivations intellectuelles de l’attrait pour la technique incluent la volonté d’être stimulé, de se dépasser, de rester en éveil, de vouloir « gagner » (arriver à la faire fonctionner). Il est aussi question de la reconnaissance de soi-même en tant qu’appartenant à la communauté des « autres techniques », et de la volonté de médiation envers les « autres » « non techniques ». L’amour de la technique est une « épreuve publique et privée, qui apporte estime de soi et des autres ».

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website