Vidéos – ADAM Final Symposium

Cliquez sur l’image pour retrouver les vidéos de la conférence

Vous pouvez désormais retrouver les interventions au colloque final du projet ADAM en vidéo. Effectivement, suite à une captation vidéo, vous retrouverez sur la chaine Dailymotion dédiée au projet ADAM, la plupart des interventions qui ont eu lieu les 2 et 3 octobre 2014 à Mines ParisTech.

———–

You can now watch the different talks of the ADAM final symposium online. All of the conference’s presentation were filmed, and part of the debates is now available on our Dailymotion chanel.

 

>>> https://www.dailymotion.com/projetADAM

There you will find the presentations of:

Here is the introduction by Cécile Méadel (CSI Mines ParisTech) and two keynote:


ADAM project final symposium – Introduction… par projetADAM

ADAM final Symposium – Keynote #2 Niva Elkin… par projetADAM

ADAM final Symposium – Keynote #5 Geert Lovinck… par projetADAM

 

>>> see more here:  https://www.dailymotion.com/projetADAM

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Taïwan manifeste en peer-to-peer : les réseaux MESH comme infrastructures de contestation, d’organisation et de débat

photo extraite de « Unblockable? Unstoppable? FireChat messaging app unites China and Taiwan in free speech… and it’s not pretty » – 31 mars 2014 – www.techinasia.com [http://www.techinasia.com/unblockable-unstoppable-firechat-messaging-app-unites-china-and-taiwan-in-free-speech-and-its-not-pretty/]

Le dimanche 30 mars 2014, des milliers de personnes manifestaient dans les rues Taïwanaises contre le président Ma Ying-jeou et un projet d’accord commercial avec la Chine[1]. Dès le lendemain, un article de Tech in Asia décrivait certains des comportements communicationnels des manifestants et l’impact d’une technologie tout à fait singulière qui équipe désormais les contestataires de la révolution des Tournesols, une application pour iPhone nommée FireChat. Cette dernière s’empare pour la première fois de la fonction Multipeer Connectivity Framework d’iOS7[2] (« partage de connexion » en français) et elle semble en mesure de bousculer à la fois les habitudes communicatives des manifestants, leurs manières de « chorégraphier » les mouvements sociaux[3] et leurs interactions avec les internautes chinois.

Retour sur un cas d’usage tout à fait inédit et plein d’enseignements sur les architectures distribuées mobiles mais également sur les infrastructures de communication participatives et le rôle des médias sociaux lors de contestations politiques citoyennes.

Après l’occupation du Parlement taïwanais par des étudiants débutée il y a plus de deux semaines, le mouvement des tournesols[4] a pris ce dimanche une ampleur bien plus importante. Plusieurs centaines de milliers de citoyens opposés à un traité de libre-échange entre Taïwan et la Chine ont défilé dans les rues de Taipei (87 000 selon les estimations de la police Taïwanaise, 500 000 selon les médias[5]).

Premier partenaire commercial de Taïwan, la République populaire de Chine cherche à maintenir à tout prix des relations politico-économiques avec l’île de la République de Chine afin d’ouvrir son gigantesque marché contre une ouverture de celui de Taïwan pour ses propres entreprises. Pour Stéphane Corcuff, Maître de conférences en Science Politique et directeur de l’antenne de Taipei du Centre d’Études Français sur la Chine contemporaine (UMR- Ministère des Affaires Etrangères / CNRS – Institut Français de Recherche à l’Etranger), ces manifestations révèlent surtout des craintes fortes de la population Taïwanaise. Interrogé par Le Monde le vendredi 28 mars 2014[6], il déclarait:

« Les étudiants se mobilisent contre des procédés de négociation qu’ils considèrent comme opaques et porteurs de risques pour la société taïwanaise. Derrière ce malaise, il y a la triple question de leur liberté, de leur souveraineté et de leur identité face à l’irrédentisme chinois. […]

Mais un nombre croissant de gens craignent que la Chine gagne une force d’influence considérable grâce à cet accord économique — jusqu’à dicter sa politique au président taïwanais Ma Ying-jeou, pensent-ils. On en arrive aujourd’hui à ce soupçon que Ma veuille « vendre Taïwan à la Chine », qu’on a vu s’exprimer dans différents slogans »

13509411553_5946ff052c_b-720x450
photo extraite de « Unblockable? Unstoppable? FireChat messaging app unites China and Taiwan in free speech… and it’s not pretty » – 31 mars 2014 – www.techinasia.com [op.cit]

De San Francisco à Taïwan…

Bien loin de l’ile de Formose, de ces slogans et de ces mouvements contestataires socioéconomiques et culturels, tout près de « la glorieuse constellation des figures de la Silicon Valley »[7] ; les ingénieurs de chez Open Garden qui regroupent deux français (Micha Benoliel, fondateur d’Open Garden et Christophe Daligault, responsable communication) doivent se frotter les mains et se gratter les yeux tellement leur « petite » appli FireChat, dérivée de leur produit phare, Open Garden, un logiciel gratuit qui permet de partager sa connexion internet de manière extrêmement simple, est en train de faire parler d’elle et d’attirer l’attention des médias internationaux (concernant le milieu techno-scientifique, le 28 mars 2014, la MIT Technology Review se penchait sur le « cas » FireChat et ne tarissait pas d’éloges à son encontre)…

Lancée depuis San Francisco le 20 mars 2014, FireChat est en passe de devenir l’une des applications téléchargeable gratuitement phares de l’AppStore, catégorie arme de discussion massive Très bien classée dans les rangs des services de messagerie instantanée les plus téléchargées dans le monde (parfois numéro 1, et la plupart du temps dans le top 5) l’appli a été pensée, selon Christophe Daligault, comme une « proof of concept » (appli prototype) de services mobiles pour des situations ou des utilisateurs vont en boite de nuit, assistent à des évènements sportifs ou des festivals, lieux où les réseaux GSM sont bien souvent saturés. « On se rend compte aujourd’hui que des personnes ont pris en main cette technologie et en ont fait d’autres choses ». Eux qui avaient pensé ce « prototype d’appli » pour les festivaliers du Coachella (festival de musique en Californie qui aura lieu du 11 au 13 avril 2014), ils se sont retrouvés ce week end avec un début de killer application très utilisée par des manifestants ayant l’habitude de manipuler ce genre de dispositifs de communication (taux de pénétration d’internet à Taïwan en 2012: 75.4 %[8])…

L’article de Tech in Asia intitulé « Unblockable? Unstoppable? FireChat messaging app unites China and Taiwan in free speech… and it’s not pretty » revient longuement sur l’utilisation de ce service durant les manifestations à Taïwan et sur l’adoption de ce service de messagerie « prototype » qui ne nécessite pas de connexion à Internet pour fonctionner et s’appuie plutôt sur le nombre d’utilisateurs en présence au moment où des services de messagerie internet centralisé (WhatsApp, Viber, Facebook Messenger, etc.) ne fonctionnent plus étant donné la saturation du réseau téléphonique. Rien de véritablement nouveau de ce coté là, les applications ou logiciels « MESH » (réseaux maillés, peer-to-peer en mobilité) ont déjà fait parlé d’elles ces dernières années (voir également le projet Qaul.net de Christoph Wachter et Mathias Jud – duo de net-artistes suisses basés à Berlin) Les mouvements Occupy et les printemps arabes de ces dernières années ont d’ailleurs cristallisé à un moment donné les enjeux de ces services pensés sur des architectures informatiques distribuées et mobiles. C’est notamment le cas de Commotion[9], qui promettait en 2011, un internet « embarquable » dans une valise pour lutter contre les censures des régimes autoritaires arabes ou birmans[10]. Mais de manière assez étrange, peu d’applications grands publics avaient vu le jour à ce moment là et le déploiement de ce type de logiciels-applications était plutôt réservé à une élite composée de développeurs – bidouilleurs de réseaux (reste que les déploiements de réseaux MESH via le logiciel Commotion sont tout à fait intéressants dans les villes en crises aux Etats Unis, sur ce point, voir ici). Le mouvement Occupy de New York avait bien vu son lot d’application en tout genre pour voter ou bien signaler son approbation aux votes d’assemblées directe (voir notamment le Inhuman Microphone et le People’s Skype de Jonathan Baldwin) mais un tel phénomène d’adoption d’une technologie n’avait jamais eu lieu jusqu’à la semaine dernière dans les rangs des manifestants de Taïwan (reste, bien entendu, que la composante numérique a bien entendu joué un rôle très important dans les soulèvements des pays arabes en 2011-2012, mais c’est ici un autre sujet)…

 firechat-650x365

Firechat

De Taïwan à la Chine…

En 11 jours, FireChat semble avoir dépassé l’autre service de messagerie instantanée Line (17 millions d’utilisateurs à Taïwan pour une population de 23 millions d’habitants) dans le top des applis les plus téléchargées sur l’île de Formose. L’explication de ce taux de pénétration exceptionnel est plutôt simple : FireChat n’a rien d’extraordinaire si ce n’est d’offrir un service fonctionnel de mise en communication directe entre appareils (nearby mode) et donc la possibilité de créer des réseaux maillés de petites tailles (réseaux bluetooth multi utilisateurs élargi et à plus grande échelle, 30 mètres maximum. À Taïwan, ils servent aux manifestants à communiquer au milieu de la foule, à indiquer leurs positions, les déplacements et directions à suivre lors de défilés). On comprend ce genre d’intérêt lorsque l’on s’est retrouvé une ou plusieurs fois au sein d’événement où notre réseau téléphonique ne passe plus et où on ne peut plus joindre nos amis présents dans une foule compacte, ou bien lorsque le réseau est inexistant mais que se servir de nos terminaux de communication comme de talkies walkies nous aiderait bien…

TechOrangeScreenie
photo extraite de « Unblockable? Unstoppable? FireChat messaging app unites China and Taiwan in free speech… and it’s not pretty » – 31 mars 2014 – www.techinasia.com [op.cit]

C’est d’ailleurs ici l’ambition première de FireChat, explorer les usages du nearby mode qui devait servir aux festivaliers du Coachella (similaire aux utilisations de Twitter lors du soulèvement égyptien de 2011 par exemple, voir, notamment, les travaux de Paolo Gerbaudo à ce sujet, mais ici, on utilise un service décentralisé qui permet de créer un réseau ad-hoc ne nécessitant aucune connexion à internet), mais l’interface qu’il propose depuis le 23 mars 2014 aux utilisateurs asiatiques a aussi un mode « plus global – everybody mode ».

Sans mettre en relation les personnes en présence, ce mode « everybody » regroupe arbitrairement des groupes de 80 utilisateurs se trouvant dans une région définie tout aussi arbitrairement par les codeurs d’Open Garden. Étant une appli « proof of concept », c’est à dire, pas vraiment finalisée mais lancée sur le marché pour voir de quelle manière les utilisateurs s’emparent de ses fonctionnalités, les développeurs de FireChat, ne se sont pas attardés trop longtemps à définir des zones géographiques précises des groupes de conversations « globales » (par exemple, outre-Atlantique, les Etats Unis et le Canada forment une seule zone de tchat sur le mode « everyone »). Il leur semblait normal de regrouper au sein d’une même zone les Taïwanais, les Chinois et les habitants de Hong Kong. Sauf que discuter entre taïwanais et chinois n’était plus quelque chose à l’ordre du jour depuis un certain temps et qu’aucune appli ou réseau social ne permettait de créer un grand « forum » de débat autour des points de vue politiques des citoyens lambda de Chine et de Taïwan.

http://cdn.techinasia.com/wp-content/uploads/2014/03/FireChatPNG-720x637.png
photo extraite de « Unblockable? Unstoppable? FireChat messaging app unites China and Taiwan in free speech… and it’s not pretty » – 31 mars 2014 – www.techinasia.com [op.cit]

Les résultats ne sont pas « jolis-jolis » comme le déclare le journaliste Josh Horwitz, on retrouve surtout énormément de trollage et de bashing entre les deux vieux ennemis chinois discutant de politique transfrontalière mais si l’on jette un autre point de vue sur ces évènements, en les observant notamment au travers des travaux récents d’Antonio Casilli, on peut porter un nouveau regard sur un dialogue qui aurait été rompu entre ces deux populations et qui grâce à ces mobilisations politique trouverait un nouvel espace de recomposition. Pour l’instant cet espace n’est pas fermé ; comme le montre la photo précédente, en mode « everyone », on débat sur des thèmes particuliers comme celui de la définition de « liberté ». Les insultes doivent fuser et les trolls doivent s’en donner à cœur joie… Mais face au blocage de Sina Weibo (le Twitter-Facebook chinois) et de WeChat (appli de messagerie instantanée la plus populaire de Chine) des contenus déviants de la ligne officielle du parti chinois, FireChat apparaît comme un espace de débat inédit ou pourrait se recomposer un dialogue démocratique.

Il faudra donc que les manifestants des deux bords soient capables de dépasser le trollage et les simples indications de géolocalisation durant les manifestations (« je suis à tel croisement, ici c’est calme la manifestation ») pour composer un espace de dialogue, d’argumentation et de débat public (ce qui est certainement en cours si l’on pouvait « déplier » l’ensemble des conversations « everybody mode » de FireChat). Les autorités pourront aussi très rapidement bloquer cette appli et la possibilité de parler entre Taïwanais et Chinois (fermer les « robinets de l’internet » comme Moubarak le faisait si bien en Egypte lorsque des utilisateurs du web prenaient trop la parole, ou bien encore couper des services tels que ceux de Blackberry lors d’émeutes décision des autorités britanniques en 2011, deux techniques finalement peu efficaces).

N’empêche que, en tant que Proof of concept application, son statut actuel selon Christophe Daligault, responsable communication d’Open Garden et de FireChat, cette appli vient de montrer que des contextes d’usages très politiques rendaient plus que pertinents certains types de technologies de communication. Et il est intéressant de constater, à nouveau, que les formes d’architectures des services de communication que nous utilisons ont voir avec le type de contexte d’adoption de ces technologies[11] et le type de débat public qui s’en suit. N’est ce pas après les émeutes de Seattle que s’est formé le réseau IndyMedia pour couvrir autrement les contre-manifestations de 1999, lors de la réunion de l’OMC et du FMI? N’est ce pas dans des villes en crise comme Détroit, Philadelphie ou Athènes que se développent des infrastructures de communication participatives et distribuées ?

Les analyses de Susan Benesh et de Diana Mutz, tout comme celles d’Antonio Casilli montrent désormais qu’il faut prêter plus attention aux environnements des prises de paroles en ligne afin de comprendre des phénomènes socio-politiques contemporains. Ce qui se joue à Taïwan en ce moment au travers l’arène de discussion FireChat est fascinant : des formes de discours traversent des communautés autrefois fermées sur elles-mêmes grâce à des infrastructures de communication tout à fait particulières. Une forme de parole libre est en train d’échapper à des modes de contrôle et de censure « descendants », des internautes ont exploité une application prototype pour construire une arène de débat. En 2009, Casilli évoquait déjà l’usage des TIC lors de mouvements de protestation en Corée du Sud en présentant le mouvement des bougies (chotbul en coréen) qui avait paralysé la capitale coréenne de mai à août 2009 pour protester contre un accord commercial entre les Etats Unis et leur pays.

À l’heure où l’Europe est en pleine négociation avec les Etats-Unis sur le marché transatlantique, pourrait-on s’attendre (ou pas) à de telles mobilisations en Europe? Les « cultures numériques » des jeunes générations européennes pourraient elles êtres en mesure de s’organiser de cette manière ? Avec quels types d’outils et dans quelles langues ? L’exemple Taïwanais de l’utilisation de messagerie instantanée pose beaucoup de questions.

Et si l’avenir du débat public était assuré par les citoyens eux mêmes qui constitueraient eux mêmes l’infrastructure de communication décentralisée de cette démocratie participative ?

Affaire à suivre…


[1] Sur ce point, voir : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/03/30/manifestation-massive-a-taiwan-contre-un-pacte-commercial-avec-la-chine_4392194_3216.html

[2] Fonction du système d’exploitation des téléphones Apple qui permet de créer un réseau ad hoc entre appareils. Ce protocole permet d’établir un réseau maillé (ou « mesh ») en utilisant des connexions directes entre appareils (via ondes WiFi ou Bluetooth), pour créer une sorte de réseau local dont la taille dépend du nombre des appareils ainsi interconnectés. Cette fonctionnalité des terminaux Mobiles Apple était jusqu’ici très peu utilisée et permettait simplement de faire bénéficier d’une connexion internet à un autre terminal en « partage de connexion ». FireChat utilise ce framework pour créer un service, une application à part entière de messagerie instantannée fonctionnant sans internet, en pair à pair, d’appareils à appareils.

[3] Gerbaudo, P. (2012), Tweets and the Streets Social Media and Contemporary Activism, Pluto Press, Londres.

[4] On retient désormais très bien les leçons de Gene Sharp quand au fait de nommer avec une couleur ou une fleur des mouvements de résistance et/ou des soulèvements citoyens non-violents : révolution orange en Ukraine, des roses en Géorgie, des Tulipes au Kirghizstan, révolution du Jasmin en Tunisie, du Cèdre au Liban révolution verte en Iran, etc…

[7] Dominique Cardon dans la préface française de Turner, F. (2012), Aux Sources de l’utopie numérique, De la contre-culture à la cyberculture: Steward Brand, un homme d’influence, C&F éditions, Caen.

[9] Sur ce point, voir: https://commotionwireless.net/

[11] Sur ce point, rappelons qu’en 2008-2009, Mobiluck, un service de messagerie instantanée via bluetooth faisait un véritable carton dans les galeries commerçantes Saoudiennes et apparaissait comme l’application la plus appropriée pour « draguer en présence », sans intermédiaires et sans abonnement à un réseau téléphonique.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Recoudre la ville avec du sans-fil : dispositifs d’encapacitation des publics et discours d’infrastructures participatives

Huguet 3
Crédit photo (3) : Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0. Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi installé sur un toit du quartier de MidTown à Détroit, juin 2011

Cette communication présentée lors des 3èmes journées doctorales sur la participation et la démocratie participative du Groupement d’Intérêt Scientifique « participation du public, décision, démocratie participative » s’intéresse aux enjeux et modalités du déploiement de réseaux communautaires sans fil (et aux technologies qui lui sont associées) au sein de la ville en crise qu’est Détroit. S’appuyant sur l’analyse de certains aspects de ces pratiques économiques alternatives, elle vise à comprendre de quelle manière une forme d’infrastructure de communication décentralisée illustre le lien entre crise économique et renforcement de pratiques de reliance mises en place par la société civile d’une ville en crise.

Basée sur une ethnographie de trois mois au sein des groupes mettant en place ces réseaux (entre mai et juillet 2013), ce travail tache de montrer de quelle manière des individus s’emparent de la question du rapport à l’infrastructures et aux compétences techniques nécessaires lorsqu’on les manipule pour embrayer de véritables processus de participation citoyenne (puissance d’agir ou empowerment) au sein d’écologies technologiques et infrastructurelles particulières (les réseaux MESH).

Au croisement des Sciences & Technologies Studies (STS), de la sociologie et des sciences de l’information et de la communication, nous questionnons ici les publics, les lieux, les tactiques et les micropolitiques (Woolgar, 1999 ; Barry, 2001) d’une « plateforme logicielle » de création de réseau MESH (le logiciel Commotion) et son déploiement au sein de la ville de Détroit.

Huguet François_Article Détroit sans fil_ACTES_JD GIS DP 2013

EN:
Huguet François, “For an ethnography of the Community Wireless MESH networks: Bottom-up innovation(s) for urban resilience ? (Digital) practices and means to transform the City of Detroit

 Abstract

This talk examines the issues and the sociopolitical aspects of what we call “digital bottom-up practices” which aim to create new forms of solidarities while strengthening communities across the crisis-city of Detroit (we are focusing on the deployments of the Community Wireless MESH networks using the commotion software in this city). Based on a three months fieldwork and observation within groups implementing these networks (2013, May – July), this work try to show how a networking principle, in this case, the decentralized architecture and the use of CWNs, is able to suggest a new type of democracy, a new type of relation to the public services infrastructure, to the media, to community organizing, to the fact of communication and to engagement and participation.

Today, after fundamental and empirical work both in Sciences and Technology Studies and also in Humanities and Social Sciences, it seems that we are witnessing a particular movement within the discourse on policy-making technical objects. Consequently, this movement illustrates the transition of these communication infrastructures from a « political » speech implied [Winner, 1986] into something « assumed » and claimed. And this movement is embodied in Detroit, specifically in its grass-roots processing practices based on the (distributed) digital justice principles which illustrate the « fact to live the web » differently as well as the growing of a decentralized, bottom-up economy which is one of the vectors of the empowerment of users-citizens and necessary to citizen emancipation.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Un guide aux « technologies discrètes » de la gouvernance de l’Internet

9780300181357Les lecteurs du blog ADAM pourraient être intéressés par ma note de lecture du récent livre de Laura DeNardis, The Global War for Internet Governance (en anglais), également disponible sur le site américain d’Amazon.

A Guide to the “Technologically Concealed” in Internet Governance, January 21, 2014

Book Review: Laura DeNardis (2014). The Global War for Internet Governance. New Haven, CT and London : Yale University Press.

The final draft of Laura DeNardis’s most recent book, officially released on January 14th, 2014, had most likely been finalized before Edward Snowden’s recent revelations about the pervasive surveillance implemented by the U. S. National Security Agency entered the media spotlight, which explains the absence of direct references to the controversy throughout the 300-page volume. Yet, because of the Snowden revelations and a number of other issues addressed thoroughly in this extremely important book – from WikiLeaks to the SOPA and PIPA bill projects – the exploration of Internet governance (IG) issues through a “global war” lens has never been more relevant than it is today. Information and communication technologies, the Internet first and foremost, are increasingly mobilized to serve broader economic, political and military aims, ranging from the theft of strategic data to the hijacking of industrial systems. The rise of techniques, devices and infrastructures destined to digital espionage, data collection and aggregation, tracking and surveillance is highlighted not only by the recent Snowden revelations, but also by the construction and the organization of a dedicated, increasingly widespread and lucrative market.

As an interdisciplinary scholar of Internet governance grounded in Science and Technology Studies (STS) myself, I had been very much looking forward to the release of this book, which will undoubtedly prove to be a central reference for Internet governance as an emerging field of study in the coming years. As she had already and so ably done in Protocol Politics (2009), Laura DeNardis builds on her interdisciplinary training as an information engineer and STS scholar to untangle – and richly account for – the “technologically concealed and institutionally complex ecosystem of governance” that permeates today’s Internet. In doing so, she contributes to unveil what media and policymaker accounts of Internet governance all too often cause to stay out of the public radar.

While this book is also, indirectly, a means to revisit and update the debates on “multistakeholderism”, prominent in some IG venues such as the Internet Governance Forum, the author’s main interest rests unambiguously with the “technologically concealed” and its socio-technical agency: the extent to which non-human actors (to put it in STS vocabulary) such as information intermediaries, critical Internet resources, Internet exchange points and security devices play a crucial “governance” role alongside political, national and supra-national institutions and civil society organizations. Throughout the book, Laura DeNardis explores how Internet governance takes shape in the myriad of infrastructures, devices, data fluxes and technical architectures that – discreet, often invisible, yet no less crucial – subtend and build the increasingly public and articulate “network of networks”.

The author’s conceptual framework is shaped by five core research questions: how arrangements of technical architecture are, inherently, arrangements of power and politics, which can be revealed by bringing infrastructures to the foreground; how “traditional power” structures are increasingly mobilizing Internet governance technologies as proxies for content control; how Internet governance is increasingly privatized, enacted by corporations and non-governmental entities, in areas as diverse as privacy, control of online financial flows, censorship, and copyright enforcement; how decisions implemented within technical spaces on the Internet reflect conflicts over competing sets of values, rights, policy norms, as well as ongoing negotiations of the values subtending Internet architecture; and finally, how the variety of “local Internets” and the stability of the global Internet intersect and mutually influence each other, calling for a “carefully planned global governance framework” (p.18), a luxury that the rapid pace of innovation, the impressive scaling, and the diversification of uses have almost never allowed to Internet architecture in its global era.

This five-pronged framework opens the door to Laura DeNardis’s exploration and narrative of Internet governance as an ensemble of controversies and battles over “control points”, a narrative which constitutes the remainder of the book. These control points range from the deepest layers of Internet infrastructure to the “last mile” of user access to the network; from the blocking of financial flows to the deliberate “kill-switches” of Internet-based services; from the “graduated response” termination of domestic Internet access to the attempted use of the Domain Name System for copyright enforcement purposes; from the Internet’s backbone infrastructure to the establishment of interconnection agreements; and finally, the de facto public policy role assumed by private information intermediaries in the variety of instances where they gather, collect, aggregate, select, present data to users and to other actors of the Internet value chain — thereby enacting governance over privacy, freedom of expression, cultural diversity and reputation.

The author’s training as an engineer provides the background and the tools for an exploration of Internet governance that I have described elsewhere as “not afraid of its subject of study” (Musiani, 2012): able to resist the temptation of an excessive “institutionalization” of IG, to avoid recoiling from the dense, intricate, complex, technically-grounded substrate of Internet governance power struggles, and to embrace the challenge of accounting for it in a detailed yet engaging way. While the methodological toolbox and narrative devices of STS are, unambiguously, precious instruments for the author, enabling her to achieve these objectives in a successful manner, this book is not “blatantly” STS. The vocabulary of actor-network, delegation, black boxes, co-production is there as a means, not an end in itself; the references to Geoffrey Bowker and Susan Leigh Star’s work on standards (1996), to Bruno Latour’s musings on technical mediation (1994), to Michel Callon’s sociology of translation (1986), to Tarleton Gillespie’s “politics of platforms” (2010) are tools, not enumerations of the obligatory literature review; the description of socio-technical controversies is ever-present, but weaved discreetly into the narrative.

As Jeanette Hofmann once wrote, Internet governance is a “regulative idea in flux” (2007). Indeed, the search for concepts, tools and categories to make sense of 21st century Internet governance, both as a set of practices and technologies and an academic field of study, is very much open-ended, unresolved and problematic. The conclusion of The Global War for Internet Governance ties together beautifully the variety of “stress factors” that Internet control points will likely keep on being subjected to in the immediate future: increasing international pressure to introduce additional regulation at interconnection points; greater governmental control; technology-embedded threats to privacy; reduction of anonymity and its consequences for freedom of expression; loss of platform interoperability; and finally, “creative” uses and misuses of Internet infrastructure and their impact on the Internet’s security and stability. In this sense, Laura DeNardis’s work is indeed a blueprint for an infrastructure- and architecture-based “Bill of Rights” for the Internet — and extremely interesting, required reading in order to understand more thoroughly the indispensible “backstage” of today’s highly-mediatized Internet politics.

References

Bowker, Geoffrey C. and Susan Leigh Star (1996). “How Things (Actor-Net)work: Classification, Magic and the Ubiquity of Standards”, Philosophia, November 18; 1996.

Callon, Michel (1986). “Elements of a Sociology of Translation”, in John Law (ed.), Power Action and Belief: A New Sociology of Knowledge?, London: Routledge.

DeNardis, Laura (2009). Protocol Politics: The Globalization of Internet Governance. Cambridge, MA: The MIT Press.

Gillespie, Tarleton (2010). “The Politics of ‘Platforms’”, New Media and Society, 12 (3)

Hofmann, Jeanette (2007). “Internet Governance: A Regulative Idea in Flux”, in Ravi Kumar, Jain Bandamutha (eds.), Internet Governance: An Introduction, Hyderabad: The Icfai University Press, pp. 74-108.

Latour, Bruno (1994). “On Technical Mediation”, Common Knowledge, 3 (2): 29-64.

Musiani, Francesca (2012). “Caring About the Plumbing: On the Importance of Architectures in Social Studies of (Peer-to-Peer) Technology”, Journal of Peer Production, 1.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Présentation vidéo de Arkos (navigateur-système d’exploitation décentralisé)

Nous y reviendrons plus longuement prochainement mais nous tenions à faire circuler l’information sur notre plateforme de recherche. Voici donc une présentation d’Arkos, les informations suivantes sont extraites du site web https://arkos.io.

 

What is arkOS?

Not just an operating system.

arkOS is a lightweight Linux-based operating system that runs on a Raspberry Pi. But arkOS more than just an operating system — it is a full software stack managing your self-hosting experience in an intuitive and intelligent way. arkOS does the work for you.

 

A visual gateway to your self-hosted web.

arkOS will allow you to run websites, email accounts, social networking profiles and much more, from its clean and easy-to-use graphical interface. With Genesis, even the most complex task becomes possible. No need to spend hours looking up command line functions — or learning to use Linux itself. Genesis gives you the power to manage your online life like it was meant to be done.

 

Your own private “cloud.”

With arkOS, you can will be able to run and maintain a variety of personal cloud services with the push of a button. Using solutions like ownCloud, you can store your calendar, contacts, files, music, photos and more at home, and manage all of these items. Share them only with the people you want to see them. No more “privacy creep” from services like Google or Facebook – with arkOS, you become the master of your own privacy controls.

 

Your data’s gateway to the Internet.

Don’t want the trouble of buying your own domain? Don’t worry. arkOS will allow you to connect your node to the Internet anyway, through a variety of services like dynamic DNS and port relays. Sometimes your Internet connection might prohibit you hosting your own data. In these circumstances, arkOS will provide ways to connect your node to the greater World Wide Web.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

« La mission de DÉ-centraliser l’Internet » – The New Yorker

http://www.newyorker.com/online/blogs/elements/internet-290.jpg / Illustration by Maximilian Bode

 Un article très intéressant paru en décembre dernier sur le blog « Elements » du magazine bi-hebdomadaire américain The New Yorker (le 13 décembre 2013, en anglais seulement), revient sur le « projet », qu’ils qualifient de « mission » dans le titre, de décentraliser l’Internet… Vaste programme s’il en est…

The Mission to Decentralize the Internet

L’article rédigé par Joshua Kopstein présente à la fois un historique de la décentralisation (ou plutôt de la non-décentralisation) de l’Internet mais également une histoire des non succès de plusieurs services décentralisés qui portaient ou portent toujours en eux de façon intrinsèque, à l’intérieur de leurs codes et de leurs design les, les « valeurs » d’un Internet décentralisé.

L’auteur s’attarde plus longuement sur l’intérêt de trois services innovants et décentralisés: Bitmessage, Bitcoin, Mailpile et ArkOS. Il revient aussi sur les relatifs échecs d’autres services web innovants et décentralisés (Freedom box et le réseau social Diaspora).

La lecture est édifiante et aisée pour les nons-spécialistes, elle présente rapidement certains éléments qui nous occupent au sein de ce projet de recherche. Bonne lecture:

http://www.newyorker.com/online/blogs/elements/2013/12/the-mission-to-decentralize-the-internet.html

extraits:

[…] Solutions like these follow a path different from Mailpile and ArkOS. Their peer-to-peer architecture holds the potential for greatly improved privacy and security on the Internet. But existing apart from commonly used protocols and standards can also preclude any possibility of widespread adoption. Still, Novak said, the transition to an Internet that relies more extensively on decentralized, P2P technology is “an absolutely essential development,” since it would make many attacks by malicious actors—criminals and intelligence agencies alike—impractical.

Though Snowden has raised the profile of privacy technology, it will be up to engineers and their allies to make that technology viable for the masses. “Decentralization must become a viable alternative,” said Cook, the ArkOS developer, “not just to give options to users that can self-host, but also to put pressure on the political and corporate institutions.”

“Discussions about innovation, resilience, open protocols, data ownership and the numerous surrounding issues,” said Redecentralize’s Bolychevsky, “need to become mainstream if we want the Internet to stay free, democratic, and engaging.”

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Pour une ethnographie des réseaux sans fil communautaires: Implémenter des technologies décentralisées pour agir contre la crise à Détroit

Article originellement paru sur la revue Urbanités (géographie et urbanisme) pour leur dossier «  »Crises en ville, villes en crises »

Speramus Meliora, Resurget Cineribus1

 

Ville sauvage Vs. Village sauvage du capitalisme mondialisé

Le jeudi 18 juillet 2013, la ville américaine de Détroit se déclarait officiellement en faillite et présentait publiquement les chiffres vertigineux de sa dette : 18,5 milliards de dollars2. Depuis lors, les défilés de statistiques font croire à un lieu d’apocalypse et d’abandon. La ville a été placée sous le joug d’un administrateur judiciaire et le gouvernement républicain de l’État du Michigan exerce dorénavant un poids politico-économique massif sur la ville démocrate qu’est Détroit. Les institutions municipales doivent rendre compte à une entité nommée par le gouverneur fédéral Rick Snyder en mars 2013 et sont dépossédées de la plupart de leurs compétences. Motor City, ancien fleuron industriel du Midwest américain, fait dorénavant pâle figure et semble être un lieu improbable pour une quelconque reprise. Passée de 1 849 568 habitants en 1950 à 713 777 en 20103, Détroit illustre un nombre important de phénomènes urbains caractéristiques de certaines localités américaines: shrinking cities, white flight, gentrification, dévitalisation progressive des villes-centres, ghettoïsation, ségrégation socio-spatiale4, etc.

Dustin Cable - Weldon Cooper Center for Public Service - University of Virginia.  Cartographie de la ville de Détroit et visualisation des origines ethniques de ses habitants: points bleus = populations blanches ; point verts = populations afro-américaines ; points rouges = asiatiques. La délimitation que l’on observe ici correspond à 8 Mile Road, frontière administrative de la municipalité et début des banlieues aisées qui ceinturent la ville.  Extrait de VANHEMERT, K. [26 août 2013], The Best Map Ever Made of America’s Racial Segregation [http://www.wired.com/design/2013/08/how-segregated-is-your-city-this-eye-opening-map-shows-you#slideid-210281]

Dustin Cable – Weldon Cooper Center for Public Service – University of Virginia.
Cartographie de la ville de Détroit et visualisation des origines ethniques de ses habitants: points bleus = populations blanches ; point verts = populations afro-américaines ; points rouges = asiatiques. La délimitation que l’on observe ici correspond à 8 Mile Road, frontière administrative de la municipalité et début des banlieues aisées qui ceinturent la ville.
Extrait de VANHEMERT, K. [26 août 2013], The Best Map Ever Made of America’s Racial Segregation.

Detroit Free Press – University of Detroit Mercy. Extrait de STAES, J.A. [12 août 2012], Comparing Detroit To Other Cities? Look At The Map! [http://blog.thedetroithub.com/2010/08/12/comparing-detroit-to-other-cities-look-at-the-map/]

Detroit Free Press – University of Detroit Mercy.
Extrait de STAES, J.A. [12 août 2012], Comparing Detroit To Other Cities? Look At The Map!

Combinée à une gestion des dépenses publiques calamiteuse, à l’écroulement de l’industrie automobile et à une corruption longtemps installée à la tête du pouvoir municipal, l’image de la ville semble coller parfaitement à la polysémie du mot « crise ». À Détroit, cette dernière est à la fois économique, politique, sociale et systémique. Pourtant, au sein de cette situation qui ne s’explique pas seulement par les phénomènes évoqués précédemment5 mais surtout par plus de soixante années de déclin socio-économique d’un modèle de ville particulier (Sugrue, 1996), Détroit recèle d’un nombre important de stratégies et de pratiques économiques alternatives qui correspondent à « l’adaptation spontanée des modes de vie des gens aux contraintes et aux opportunités émanant de la crise » (Castells, 2012). Plus que d’autres métropoles ouvrières noires américaines (telles que Baltimore), Détroit compte de nombreuses initiatives économiques, culturelles et sociotechniques qui se revendiquent comme autant de moyens pour s’extirper de la situation de crise urbaine (Gallagher, 2013). Le Paris du Midwest américain est effectivement aujourd’hui réputé pour son attitude « faites-le vous mêmes » (« Do It Yourself ») et ses initiatives d’agriculture urbaine à grande échelle. Mais ces projets socio-agricoles côtoient d’autres initiatives telles que des banques alimentaires coopératives ou bien encore des projets d’associations à but non lucratif qui réinventent ce que nous désignons en France par Éducation Populaire et que les acteurs de ces groupes nomment « community organizing » ou « transformative work ». Après les années glorieuses du fordisme suivies, dès 1960, des ravages de la désindustrialisation, les citoyens de Détroit semblent dépendre aujourd’hui de leur propre ingéniosité pour subvenir à leurs besoins.

Ce mouvement préfigure selon nous une voie intéressante à étudier lorsque l’on aborde la notion de crise et de résilience urbaine6, une économie locale post-industrielle fondée sur l’entraide, le partage mais aussi et surtout sur un nouveau rapport aux infrastructures publiques et privées (télécommunications, transports, éducation, gestion des déchets, etc.). La ville comporte également un nombre important d’événements, de pratiques particulières et de lieux dédiés à l’innovation numérique. Un des axes de développement de sa politique de revitalisation urbaine concerne d’ailleurs l’économie digitale et les industries créatives7.

Au centre de toutes ces initiatives à la fois civiques, technico-économiques et socio-culturelles, une idée fixe : construire des modèles, des projets et des infrastructures8 horizontales (Egyedi & Mehos, 2012), autonomes et décentralisées ; penser un modèle urbain différent, conçu et pris en charge par la participation des citoyens et leur « puissance d’agir » (Proulx, 2012).

S’appuyant sur l’analyse de certains aspects de ces pratiques économiques alternatives, notre recherche vise à comprendre de quelle manière une forme d’infrastructure de communication locale et autonome, les réseaux MESH en l’occurrence (ou réseaux communautaires sans fil9), illustre le lien entre crise économique et apparition ou renforcement de pratiques mises en place par la société civile de Détroit. Dans ce cadre, nous enquêtons sur les communautés mettant en place ce genre de réseaux locaux, sur leurs dynamiques, leurs ambitions, leurs différents projets et de ce fait, sur l’apparition d’une forme de média particulière (Gentès, 2013) dont les aspects politiques sont revendiqués intrinsèquement. Cet article présentera des extraits d’entretiens menés avec différentes personnes engagées dans les déploiements de ces réseaux communautaires sans fil. Nous présenterons ici des extraits d’interviews sous une forme assez « brute » où la notion de « crise » est abordée et où des moyens et/ou des pratiques d’échapper à ce concept sont mentionnés (interviews menés entre mai et juillet 2013). Il s’agit d’extraits d’un « carnet ethnographique » où se mêlent témoignages et analyses brèves dans lequel nous décrivons le plus simplement possible l’histoire et l’écosystème de ces réseaux sans fil et de ces différents acteurs. Il s’agit ici de donner à voir une « photographie » de certains projets techno-médiatiques propres à cette ville en crise. D’une manière plus globale, notre recherche vise à montrer comment ces initiatives mettent en lumière des questionnements relatifs à la matérialité des réseaux de communication existants et aux rôles que jouent les usagers dans l’organisation et l’entretien d’un réseau social numérique (Proulx, 2012), d’une infrastructure de communication. Notre recherche vise également à comprendre de quelles manières ces discours sur les réseaux de télécommunications décentralisés et autonomes appréhendent la notion de co-construction autour des savoirs et ce que Bernard Stiegler appelle l’ère économique de la contribution (Stiegler, 2008). En dehors des termes de « crise », de « catastrophe » et de « faillite », cet article veut présenter des projets innovants et certains détails du contexte dans lequel ces pratiques alternatives se développent. Il souhaite restituer une parole riche et complexe, celle de groupes de citoyens, pivots locaux de la participation civique et qui tendent à être considérés par certains comme les acteurs de la revitalisation urbaine américaine10. Communautés de citoyens qui s’appuient désormais sur les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) pour penser non plus un modèle urbain Top-Down (vertical, penser du haut pour le bas), mais une ville horizontale ; irréductibles groupes d’individus qui conçoivent Motor City non plus comme une « ville sauvage » mais comme le « village sauvage du capitalisme mondialisé »11 qui souffre depuis de nombreuses années des conséquences de l’écroulement d’une industrie orientée seulement sur l’automobile, des atermoiements d’un capitalisme destructeur et d’un trop plein de commentateurs mal informés.

Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0. Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi installé sur un toit du quartier de MidTown à Détroit, juin 2011.

Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0.
Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi installé sur un toit du quartier de MidTown à Détroit, juin 2011.

Enjeux et contexte des « connexions MESH »

ColorLines.com - A Tech Innovation in Detroit: Connect People, Not Computers (septembre 2012) [http://colorlines.com/archives/2012/10/detroit_mesh_networks.html]

ColorLines.com – A Tech Innovation in Detroit: Connect People, Not Computers (septembre 2012)

La mise en place de réseaux MESH (Metro Scale Ad-hoc Network) n’est pas quelque chose de récent. Ce routage (MANET – Mobile Ad-hoc NETwork, mis au point à la fin des années 1990) est issu de la recherche militaire ; il permet de déployer un réseau de communication robuste et indépendant entre ordinateurs, téléphones ou tout autre terminal de communication en circuit fermé et/ou connecté au moins en un point à un réseau Internet et/ou GSM. Ce réseau est maillé, c’est à dire que chacun de ses nœuds peut servir de relais, de point de liaison aux autres nœuds de l’ensemble qui communiquent via ondes radios Wi-Fi. Ainsi, il peut se reconfigurer en permanence et mettre en place des communications dynamiques entre points plus ou moins mobiles (sorte de réseau bluetooth multi-utilisateurs). Jusqu’en 2011, ce type de réseau servait surtout à faire communiquer des capteurs entre eux ou bien à optimiser des zones de couverture Wi-Fi (aéroports par exemple) en réduisant les coûts d’installation de câbles, de modems, etc. En 2011, après les soulèvements arabes, cette technologie apparut alors comme une solution aux cas de censure et de coupure des télécommunications par des régimes autoritaires: l’appareillage mobile des manifestants, composé de smartphones, tablettes, ordinateurs, ainsi que de petites antennes placées sur des toits, pouvait devenir infrastructure de communication. Si chaque objet communiquant pouvait se connecter à au moins un autre objet en co-présence, on pouvait créer un réseau maillé indépendant, autonome et mouvant presque impossible à couper ou à censurer étant donné son caractère spontané, local et décentralisé (ne dépendant pas d’un serveur informatique central, d’une infrastructure globale comme les emblématiques réseaux sociaux Facebook et Twitter). L’Open Technology Initiative (OTI), groupe de travail de la New America Foundation12, think-tank basée à Washington DC, présenta à ce moment là un logiciel de réseautage MESH multi-plateforme baptisé Commotion13 (COMmunity Open Technology Information Online Network). Baptisé dans un premier temps « Internet in a Suitcase », ce projet reçut en 2011 une aide conséquente du département d’État américain. Ces deux principales zones de test et de déploiement sont Détroit et New York (plus précisément le quartier isolé de Red Hook à Brooklyn). Cette technologie n’a donc pas été déployée en priorité au Moyen Orient mais plutôt dans des villes en « crise » aux États Unis (selon ses créateurs, elle n’était pas assez « stable » pour ne pas être utilisée à l’insu des militants libéraux arabes).

À Détroit, l’Open Technology Initiative (OTI) travaille conjointement avec Allied Media Project14, association à but non lucratif, organisatrice de la Allied Media Conference et porteuse d’un nombre important de projets allant de l’éducation aux technologies numériques (vidéo, son, graphisme, programmation électronique, etc.) à la formation de Digital Stewards pour les quartiers de la ville ; projets ayant en commun la promotion de la notion de Digital Justice et une stratégie de revitalisation urbaine horizontale. Ces Digital Stewards, sortes de médiateurs, régisseurs-socioculturels bénévoles, suivent des cours hebdomadaires pendant six mois et mettent au point un projet de revitalisation socio-économique de leurs quartiers via les technologies numériques. Pour intégrer cette formation, ils doivent présenter un projet de développement qui sera approfondi et appuyé par l’expertise de divers intervenants. Nous avons suivi trois de ces groupes (promotion 2013) ayant décidé de déployer des réseaux MESH dans les quartiers où ils résident et ce dans différents buts. L’un de ces groupes, celui du projet ECOSphere basé dans le nord-ouest de la ville et conduit par trois membres de l’association Modern Evolution, considère ce projet d’une façon bien particulière. Les extraits que nous présentons dans cet article sont tous issus des entretiens que nous avons menés avec ces trois personnes. Pour eux, créer un réseau MESH est un prétexte permettant d’envisager une nouvelle forme d’écosystème économique pour la ville de Détroit, un moyen de sortir de la crise de cette ville qu’ils nomment de leurs propres mots « Ground zero » :

Enquêté: Je disais qu’à Modern Evolution, notre boulot consiste à construire des ponts entre toutes les initiatives qui existent déjà, à les doubler, les répliquer […] Avant de parler de viabilité économique, nous avons besoin d’un écosystème numérique. C’est pour cela que nous commençons par le Wi-Fi. Les personnes doivent être connectées. C’est la nouvelle économie […] et la clé, c’est l’accès.

 […] Nous voulons faire une communauté sans fil tous ensemble […] désormais, nous amenons le modèle décentralisé aux gens.

[…] Désormais le Wi-Fi est partout sauf où ? Dans les quartiers chauds, tu vois ce que je veux dire ?

Dans ces premiers extraits, il n’est pas question d’applications ou de services particuliers portés par le réseau communautaire sans fil créé à l’issu de la formation (si ce n’est fournir un accès à Internet via leur infrastructure de communication, via leur réseau MESH). Pour le groupe de Modern Evolution établir un réseau communautaire c’est pourvoir au besoin de connexion dans leur quartier qui est très peu équipé en accès à Internet, c’est partager ce dernier avec d’autres personnes, d’autres habitants du quartier, du block (éloigné de Midtown, zone de revitalisation urbaine prioritaire). Pourtant, contrairement à l’East Side de la ville, peu habité et composé majoritairement de terrains vagues et de maisons abandonnées ; le quartier où se déploie leur projet baptisé ECOSphere (North West Side) possède une densité d’habitation assez importante. Il s’agit des anciens lotissements des agents de maîtrise des usines automobiles Ford. Malgré cette densité, il n’y a que très peu d’accès à Internet, les coûts d’installation et de mise en service d’une connexion étant très élevés. La solution qu’ils essaient donc d’implémenter tâche de contourner ces coûts élevés et de faire comprendre qu’un modèle de partage peut se penser aussi sur d’autres domaines et à d’autres niveaux (sécurité, transport, éducation, tri des déchets, circuit courts alimentaires, etc.), qu’il fait partie des composantes d’un levier de développement socio-économique original:

Enquêté: […] Nous pensions qu’il s’agissait là d’une idée géniale : commencer à rassembler les gens à la manière d’un collecteur de fonds sympathique. Il faut commencer à mettre en commun, de sorte que nous puissions payer notre facture Internet ensemble. Et, si on le fait avec la facture Internet, on pourrait peut être le faire avec notre facture d’électricité ? Tu vois, ça peut éveiller l’intérêt pour ce genre de solutions de financement créatives. En fait, on touche là au principal enjeu de notre projet : l’idéologie. 

[…]

 Si on pouvait installer des antennes en utilisant de l’énergie solaire ou d’autres formes de systèmes énergétiques ; on n’aurait pas à utiliser l’électricité d’un tiers et on serait indépendants.  Avec le MESH, la seule chose dont on ait besoin c’est d’électricité pour faire parler l’antenne à un autre routeur, connecté au réseau.

[…]

 John s’occupe des questions énergétiques, Heru des questions technologiques, moi je m’occupe des financements. Et notre synergie vient de là. Nous nous aidons les uns les autres, et grâce à cela, des solutions intéressantes surgissent.

Créer un réseau communautaire sans fil peut donc apparaître comme un prétexte pour engager des personnes vers des formes d’actions civiques et sociopolitiques qui concernent les infrastructures et les services de la ville (qui sont en piteux état : police et pompiers à effectifs réduits, réseaux de transports et systèmes électriques défaillants, mauvais ramassage des ordures, etc.). Ces réseaux, issus des formations menées par Allied Media et OTI, sont les éléments constitutifs d’un programme de Digital Stewardship, de citoyens relais (médiateurs en technologie numérique) pour les quartiers marginalisés d’une ville particulière, lieu d’écroulement de l’American way of life. Mais on pourrait aussi voir dans le développement de ces technologies une pratique économique alternative au service d’une sorte de résilience urbaine. En effet, conjuguée aux autres pratiques alternatives (notamment agricoles), ces formations et ces projets d’infrastructure et de participation active des citoyens deviennent des moyens de cicatrisation citadine, des réponses au vide laissé par la municipalité en faillite et autant d’opportunités pour les organisations communautaires à but non lucratif de tester des modèles urbains alternatifs. De cette « crise », de ces cendres et du lieu que les membres du projet ECOSphere – Modern Evolution nomment eux mêmes « Ground zero » devrait pouvoir émerger un nouveau rapport à la ville ; une résilience tout à la fois civique et technologique qui refondrait la citadinité de Détroit et poserait les premières pierres d’une cité plus coopérative où participation et engagement du citoyen seraient plus importants. Les infrastructures de communication dont il est ici question visent à construire un modèle civique de ce type et à faire prendre conscience des comportements qu’il exige.

La notion de Digital Justice défendue par Allied Media Projects, issue à la fois de la pensée de Grace Lee Boggs15, de Paulo Freire et de Saul Alinsky16 s’intègre dans cette idée de résilience, de cicatrisation urbaine. Cette justice digitale consiste à défendre quatre piliers caractéristiques dans les projets mis en place mais aussi et surtout la notion de droit fondamental à la communication (en d’autres termes, combattre la fracture numérique). Ces quatre piliers sont : le droit à l’accès (à Internet, aux NTIC), aux médias de manière générale), la participation, le partage et la coopération au sein de groupe de citoyens qu’ils nomment « communities » (habitants du même quartier et/ou personnes rassemblées autour d’un intérêt commun). Pour les personnes que nous avons interrogées, l’idée de reconstruire la vie quotidienne et les pratiques citoyennes autour de pratiques autonomes qui ne reposent pas sur les institutions financières et/ou des formes de gouvernance publique est devenue plus réaliste que le modèle traditionnel de comportement socio-économique. Les réseaux MESH sont un pas en avant vers cette idée de s’organiser en communauté autour d’un intérêt commun, en l’occurrence ici, réduire le coût de l’accès à Internet et, de ce fait, la fracture numérique, pour augmenter la participation citoyenne et l’engagement de chacun.

Enquêté: Ici, c’est le ground zero de l’Amérique, vraiment. Tu sais, cet endroit était un des plus prospères des Etats-Unis à un moment et maintenant, c’est l’un des plus pauvres. Que s’est il passé ? Il s’agit aussi d’une histoire de l’innovation et de révolution en termes de communautés, de social ; lorsque l’on regarde l’histoire, un nombre important de personnes engagées viennent de cette région qui a toujours été un melting pot composé d’ouvriers

[…]

Juste dans la communauté afro-américaine, les trois initiatives les plus « visibles » viennent d’ici. La lutte pour les Droits civiques, The Nation of Islam est née ici, the Republic of New Africa est née ici et les Black Christian Nationalists sont nés ici.

[…]

Maintenant, et si tu vas dans ces fermes urbaines, tu ne verras pas seulement une « race »  ou un seul groupe d’âge. Il y a des jeunes, des noirs, des blancs, des asiatiques, tous travaillent ensemble dans cette logique de partenariat innovante, […] c’est une chose d’aujourd’hui, pas du blabla, ce n’est pas un think tank, c’est un laboratoire à action ici.

Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0. Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi sur une antenne de télévision. Groupe Morning Sides MESH (juin 2011).

Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0. Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi sur une antenne de télévision. Groupe Morning Sides MESH (juin 2011).

Selon ces extraits, le caractère multiculturel, ouvrier et politique de la ville explique en partie son caractère de laboratoire techno politique défenseur de la notion de justice digitale comme moyen de palier aux effets de la crise. Y voir le modèle d’Alinsky ferait peut être bondir certains militants originaires de Motor City. Précisons que nous parlons ici des « techniques » d’organisation  qu’Alinsky17 professa tout au long de sa vie, pas forcément de son référentiel politique18. La nouveauté dans ces actions communautaires est de considérer l’infrastructure d’information créée et assurée par l’ensemble de ses « lecteurs »-« spectateurs » comme un projet participatif (« we are the networks, we are the media » déclarèrent les membres de ECOSphere lors d’un interview). S’ils ne prennent pas soin des composantes du réseau (antennes, alimentation électrique, entretien, etc.), s’ils ne s’engagent pas pour le bon fonctionnement de cet objets, alors l’infrastructure fonctionne moins bien. On peut donc qualifier ces objets comme de véritables technologies participatives, de leviers technologiques capables d’implémenter une idée du « care »19 et d’infrastructures fragiles dont il faut prendre soin. Les réseaux MESH font circuler un savoir et des pratiques culturelles spécifiques de façon décentralisée ; ils nous semblent en relation avec une forme nouvelle d’être ensemble qui se développe dans cette ville « en crise ».

De la résilience à la reliance, une nouvelle forme de communauté

En 2011, Manuel Castells, étudiant les cosmopolitismes multiples que sont les mouvements du printemps arabe, des Indignados, Occupy et Anonymous, évoquait de nouvelles formes de communauté à liens plus ou moins faibles mais hyper-connectées : « cette fois-ci les réseaux numériques pourvoient des formes flexibles et changeantes d’organisation et de débat, d’appel au secours, de distribution d’idées et d’initiatives, de décisions collectives distribuées. Les braves gens du mouvement ne sont jamais seuls, sont toujours connectés, et donc, ensemble n’ont pas peur. Leur mot d’ordre : « Tous ensemble, nous pouvons ». Pouvoir quoi ? Pour le moment, dans le discours du mou­vement, l’essentiel est de pouvoir être ensemble et, ensemble, découvrir une autre démocratie che­min faisant. » (op.cit, 2011).

De notre enquête à Détroit, nous retenons dès à présent qu’il y a dans les motivations des individus avec qui nous travaillons une volonté de renouer avec une approche ethnologique dans la politique de la ville tout comme une forte détermination à engendrer une dynamique de changement social issu des actions des citoyens et de leur puissance d’agir. L’important est là aussi de le faire ensemble, d’engager la « communauté » vers un projet plus juste pour la ville, de l’éduquer à la façon dont les différentes infrastructures fonctionnent, aux rôles qu’un utilisateur peut y jouer. « L’ambition » des déploiements de réseaux MESH à Détroit est à chercher de ce côté là, dans la création de nouvelles communautés

Enquêté: […] Nous construisions cela de façon horizontale maintenant, alors que nous parlons. Tu sais, cela ressemble beaucoup à ce que nous sommes, à nos idées […] on se rend compte aujourd’hui que nous ne sommes pas des originaux, qu’on peut se joindre à des personnes qui partagent notre vision des choses dans cette ville. C’est cela que nous avons construit au fond, c’est de cela dont il s’agit ici, c’est ça qui t’a amené ici toi et ta thèse sur les infrastructures décentralisées et horizontales…  

  notre intention dans ce projet, c’était d’apprendre, c’était d’interagir avec les autres organisations qui partagent la même idéologie que nous, puis voir ce que ça peut donner si on travaille tous ensemble à partir de la base.]  

Enquêteur : Dans la ville inversée ?

Enquêté : C’est ça ! Bienvenue dans la ville inversée !]

Le développement d’une citoyenneté active et participante via ces réseaux communautaires sans fil est un fait dans la ville en crise qu’est Détroit, nous l’avons vérifié en passant trois mois aux côtés de ces Digital Stewards, des associations qui les forment et des personnes qui développent ce logiciel de réseautage et de reliance communautaire20. Tout en étant une ville touchée de plein fouet par la faillite et une grande pauvreté, Détroit semble se transformer en exemple de cité post industrielle moderne « où les fausses promesses de consommation et de production sans limites aux dépens de la dignité humaine et du sens de communauté ont été examinées minutieusement, et finalement remplacées par des fondations plus humanistes » (Handelsman, 2011).

Les « Communities », les différentes associations d’Éducation Populaire et ces activistes des infrastructures jouent tous un rôle dans cette entreprise de ré-humanisation des infrastructures de télécommunication, d’agriculture, de transport, d’éducation, de gestion des déchets, de consommation, etc. Les pratiques de transformation fondées sur les mondes du numérique et les réseaux communautaires sans fil que nous observons dans la ville en crise qu’est Détroit illustrent un « vivre Internet » différent. Ils peuvent aussi être considérés comme des preuves du développement de l’économie de la contribution (Stiegler, 2009) vecteur de « puissance d’agir » des citoyens utilisateurs (Proulx, 2012) et nécessaire à une émancipation citoyenne. L’ethnographie des réseaux sans fils communautaires, moyens de résilience face à la crise de Détroit permet également de confirmer le fait que la concentration spatiale des classes populaires peut devenir un support d’émancipation par la « révolte et la révolution »21. Détroit a désormais son propre média supporté par sa propre infrastructure (les réseaux MESH). De ce fait, cette ville donne à réfléchir sur un système politique plus horizontal qui serait une première brique cohérente apportée à l’entreprise que l’on nomme partout « sortir de la crise » et » réengager les citoyens dans l’action civique et politique ».

En France, il faudrait peut être tout simplement se repencher sur ce que l’on met sous le terme d’Éducation Populaire et se dire que le mouvement du même nom, affaibli par l’action gouvernementale depuis de trop nombreuses années, contient lui aussi les ferments d’une citoyenneté plus juste et plus équitable. Une citoyenneté plus apte à faire face à des crises quelles qu’elles soient.

  1. Du latin : « Nous espérons des temps meilleurs, elle renaîtra de ses cendres » ; devise de Détroit (Michigan, États-Unis) inscrite sur le drapeau de la ville après l’incendie ayant ravagé la majeure partie de la ville en 1805. []
  2. Le Monde avec AFP [18 juillet 2013], « La ville américaine de Détroit se déclare en faillite » [http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/07/18/la-ville-americaine-de-detroit-se-declare-en-faillite_3449873_3222.html]. []
  3. Données Brookings, Metropolitan Program, Allan Mallach, d’après le Census American Community Survey, 2010 [http://www.census.gov/acs/www/] []
  4. Sur ce point, voir VANHEMERT, K. [26 août 2013], Wired, « The Best Map Ever Made of America’s Racial Segregation » [http://www.wired.com/design/2013/08/how-segregated-is-your-city-this-eye-opening-map-shows-you#slideid-210281]. []
  5. Sur ce point, voir KLEINE, R. [4 août 2013], Detroit Free Press, “How the State of Michigan helped bankrupt Detroit” [http://www.freep.com/article/20130804/OPINION05/308040048/detroit-financial-crisis-state-of-michigan-causes-bankruptcy]. []
  6. Capacité d’une ville à faire face à un traumatisme, à l’affronter et à trouver les moyens nécessaires pour se reconstruire. []
  7. Sur ce point, voir 2012 Detroit Strategic Framework Plan, Detroit Future City [http://www.detroitlongterm.com]. []
  8. Infrastructures de télécommunications, agricoles, pédagogiques, gestion des déchets, etc. Cf. EGYEDI, T. M. and MEHOS, D. C. (2012), Inverse infrastructures. Disrupting Networks from Below, Edward Elgar, Northampton. []
  9. Metro Scale Ad-Hoc Network, protocole de routage et d’établissement de réseaux locaux sans fil décentralisés où chaque nœud du réseau devient relais pour les autres pairs (« peer-to-peer » mobile, réseaux d’antennes autonomes et/ou d’appareils communiquants tels qu’ordinateurs, smartphones, routeurs Wi-Fi, etc.). Le réseau ainsi établi ne comporte donc pas de point central et est ainsi plus résistant aux coupures et/ou aux contrôles extérieurs. On pourrait comparer ce type de d’infrastructures de communication à un réseau d’utilisateurs connectés entre eux via ondes radio courtes portées (une sorte de réseau bluetooth élargi). Cette technologie à l’origine militaire permet de déployer un réseau de communication robuste et indépendant entre ordinateurs ou téléphones ou terminaux de communication, en circuit fermé, ou connecté au moins en un point à un réseau Internet ou GSM. []
  10. Sur ce point, voir COSME, C. (2012), Politique de la ville, l’expérience américaine, Centre d’analyse stratégique, la documentation Française, Paris. []
  11. Sur ce point, voir GOËTA, S. [1er juin 2012], UrbaNews.fr, “Détroit n’est pas une silencieuse ville sauvage. [La critique, par Aaron Handelsman] [http://www.urbanews.fr/2012/06/01/21179-detroit-nest-pas-une-silencieuse-ville-sauvage-la-critique-par-aaron-handelsman/#.UioDgLwUVTU]. []
  12. http://oti.newamerica.net. []
  13. Sur ce point, voir : GLANZ, J. & MARKOFF, J. [12 juin 2011], The New York Times, « U.S. Underwrites Internet Detour Around Censors » [http://www.nytimes.com/2011/06/12/world/12internet.html?pagewanted=all]. []
  14. http://alliedmedia.org & http://amc.alliedmedia.org []
  15. Activiste et philosophe originaire de Détroit, militante du Black Power dans les années 60. []
  16. Militant et sociologue américain originaire de Chicago, généralement reconnu comme le père fondateur du « community organizing ». []
  17. Sur ce point, voir ALINSKY, S. (1971), Rules for radicals : a practical primer for realistic radicals, Random House, New York. []
  18. Référentiel qui insiste sur la nécessité pour les pauvres de pourvoir à leurs intérêts, même « bourgeois » et « décadents » ; ce qui n’est pas le cas de Lee Boggs évoquée précédemment ni même des personnes interrogées ici qui se définissent proches du référentiel politique des Black Panthers et du Black Power. []
  19. « Prendre soin, prêter attention à ». []
  20. Par « reliance », et à la suite d’Edgar Morin (2004), nous entendons un acte par lequel l’individu se relie aux autres. Morin qualifie effectivement cet acte individuel de « reliance ». Il utilise le concept de reliance dans un sens actif qui met en évidence le lien vivant entre le « bien-penser » et le « bien-agir » : « La pensée complexe est la pensée qui relie. L’éthique complexe est l’éthique de reliance ». []
  21. CLERVAL, A. [17 octobre 2013], L’Humanité.fr, “À Paris, le discours sur la mixité sociale a remplacé la lutte des classes” [http://www.humanite.fr/societe/anne-clerval-paris-le-discours-sur-la-mixite-socia-551401] []

Bibliographie

AKRICH, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

ALINSKY, S. (1971), Rules for radicals : a practical primer for realistic radicals, Random House, New York.

BEAUDOUIN, V. (2011), « Prosumer », Communications, n. 89, p. 131-139.

CARDON, D. (2010), La démocratie Internet Promesses et limites, La République des idées – Seuil, Paris.

CASTELLS, M. (2010 [première édition 1996-1998]), The Information Age: Economy, society and culture, Blackwell, Oxford.

CASTELLS, M. (2011), « Ni dieu ni maître: les réseaux », Leçon inaugurale de la Chaire Analyse interdisciplinaire de la société en réseaux, 28 juin 2011, Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris.

CLERVAL, A. [17 octobre 2013], L’Humanité.fr, “À Paris, le discours sur la mixité sociale a remplacé la lutte des classes” [http://www.humanite.fr/societe/anne-clerval-paris-le-discours-sur-la-mixite-socia-551401].

COSME, C. (2012), Politique de la ville, l’expérience américaine, Centre d’analyse stratégique, la documentation Française, Paris.

DENIS, J. & PONTILLE, D. (2010), Petite sociologie de la signalétique. Les coulisses des panneaux de métro, Presses de l’École des mines, coll « Sciences sociales », Paris.

DUMAZEDIER, J. (1962), Vers une civilisation du loisir ?, Seuil, Paris.

EGYEDI, T. AND MEHOS, D. (2012), Inverse infrastructures Disrupting Networks from Below, Edward Elgar, Northampton.

FEENBERG, A. (2011), « Les dix paradoxes de la technologie », in La Recherche et l’Innovation en France – FutuRIS 2011 (éd. Odile Jacob), Association nationale de la recherche et de la technologie, Paris.

FEENBERG, A. (2004), Repenser la technique, La Découverte M.A.U.S.S, Paris.

FLICHY, P. (2008), « Internet et le débat démocratique », Réseaux, n.150, p. 159-185.

GALLAGHER, J. (2010), Reimagining Detroit : Opportunities for Redefining an American City, Wayne State University Press, Détroit.

GALLAGHER, J. (2013), Revolution Detroit, Strategies for Urban Reinvention, Wayne State University Press, Détroit.

GENTÈS, A. & HUGUET, F. (2012) « Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média », in Réseaux sociaux, culture politique et ingénierie des réseaux sociaux (dir. Stiegler, B.), IRI {FYP} éditions, Paris.

GERBAUDO, P. (2012), Tweets and the Streets, Social Media and Contemporary Activism, Pluto Press, Londres.

GOËTA, S. [1er juin 2012], UrbaNews.fr, “Détroit n’est pas une silencieuse ville sauvage. [La critique, par Aaron Handelsman]” [http://www.urbanews.fr/2012/06/01/21179-detroit-nest-pas-une-silencieuse-ville-sauvage-la-critique-par-aaron-handelsman/#.UioDgLwUVTU].

GONZALEZ-QUIJANO, Y. (2012), Arabités numériques Le printemps du Web arabe, Sindbad Actes Sud, Arles.

HOLSTON, J. (1998), « Spaces of Insurgent Citizenship », Cities and Citizenship, Duke University Press, Durham and London, 1999.

JEANNERET, Y. (2007), Y-a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq.

KLEINE, R. [4 août 2013], Detroit Free Press, “How the State of Michigan helped bankrupt Detroit” [http://www.freep.com/article/20130804/OPINION05/308040048/detroit-financial-crisis-state-of-michigan-causes-bankruptcy].

LEE-BOGGS, G. & KURASHIGE, S. (2011), The Next American Revolution, Sustainable Activism for the Twenty-first Century, University of California Press, Berkeley.

LOVELUCK, B. (2012), La liberté par l’information. Généalogie politique du libéralisme informationnel et des formes de l’auto-organisation sur internet, Thèse de doctorat (dir. Marcel Gauchet), EHESS, Paris.

MORIN, E. (2006), La Méthode. Volule 6: Éthique, Seuil, Paris.

MUSIANI, F. (2012), Nains sans géants, Architecture décentralisée et services Internet, Thèse de doctorat (dir. Cécile Méadel), Ecole nationale supérieure des mines de Paris.

MUSIANI, F. (2012), Caring about the plumbing: On the importance of architectures in social studies of (peer-to-peer) technology, Peer Production Journal [http://hal.archives-ouvertes.fr/view_by_stamp.php?&halsid=sd01ountu02dq0r3f7thqbkd61&label=CNRS&langue=en&action_todo=view&id=hal-00771863&version=1].

PLENEL, E. [25 août 2013], Mediapart.fr, “L’alarme d’Edgar Morin” [http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/240813/l-alarme-d-edgar-morin?page_article=2]

PROULX, S., L. HEATON, CHOON, M. J. K., AND MILLETTE, M. (2011), « Paradoxical empowerment of producers in the context of informational capitalism », New review of hypermedia and multimedia, vol. 1, n. 17, p. 9-29.

PROULX, S. (2012),  « La puissance d’agir des citoyens à l’ère du numérique: cyberactivisme et nouvelles formes d’expression politique en ligne », in Le cyberactivisme au Maghreb et dans le Monde Arabe (dir. Najar, S.), Karthala, Paris.

PROULX, S. (2009), « Can the use of digital media favour citizen involvement », Global Media and Communication, vol. 3, n. 5, p. 293-307.

STAR, S. L. (1999), « The Ethnography of Infrastructure », American Behavioral Scientist, vol. 3, n. 43, p. 377-391.

STAR, S. L. (2002), « Infrastructure and ethnographic practice: working on the fringes », Scandinavian Journal of Information Systems, vol. 2, n. 14, p. 107-122.

SUGRUE, T. (1996), The Origins of the Urban Crisis, Race and inequality in postwar Detroit, Princeton University Press, Princeton.

VANHEMERT, K. [26 août 2013], Wired, « The Best Map Ever Made of America’s Racial Segregation » [http://www.wired.com/design/2013/08/how-segregated-is-your-city-this-eye-opening-map-shows-you#slideid-210281].

WINNER, L. (1986), « Do artifacts have politics ? », The whale and the reactor : a search for limits in an age of high technology, University of Chicago Press, Chicago, p. 19-39. Anderson, C. (2012), Makers, The New Industrial Revolution, Crown, New York.

WOOLGAR, S. & COOPER, G. (1999), « Do artefacts have ambivalence : Mose’s bridges, Winner’s bridges and other urban legends in S&TS », Social Studies of Science, SAGE, Londres, p. 433-449.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Networks (2, 4 Octobre 2013, Berlin)

Potsdamer Platz, Berlin, Deutschland par Par Paolo Margari
http://2013.wirelesssummit.org

Du 2 au 4 octobre 2013 se déroulait à Berlin le 9ème Sommet International des Réseaux Communautaires sans Fil (International Summit for Community Wireless Networks #IS4CWN 2013). Ayant lieu au sein de l’hackerspace Berlinois C-Base, organisé par Freifunk (projets MESH implanté à Berlin), l’Open Technology Initiative (New America Foundation – porteurs du projet Commotion), la Heinrich Böll Foundation et Chambana.net (Acorn Active Media et Urbana-Champaign Independent Media Center), cet évènement rassemblait la majeure partie des initiatives internationales concernant les réseaux sans fils communautaires – MESH – MANET (États-Unis, Europe, Asie, Afrique, Amérique du Sud).

Plaidoyer international pour un Internet décentralisé et pour un autre regard sur les technologies de l’information et de la communication, ce rendez-vous auquel nous participions déjà l’année dernière (voir ici), demeure édifiant pour qui s’intéresse à un Internet « différent » et aux nombreuses questions que son aspect « infrastructurel » pose. Trois jours durant, les personnes impliquées de près ou de loin dans des projets d’infrastructures de télécommunication alternatives ont pu échanger, discuter, débattre des enjeux que leurs activités soulèvent. Entre récits d’expériences, présentations des appareils utilisées, discussions sur les codes et les protocoles de routage ou bien encore keynote plus « poussées » et plus « réflexives », cet évènement était extrêmement intéressant et tout à fait instructif sur l’avenir des réseaux communautaires sans fil et sur le(s) regard(s) que l’on porte de par le monde sur les infrastructures de communications et d’accès à Internet.

À l’heure où le FBI démontait méthodiquement les couches de the Silk Road (sorte d’Amazon crypté utilisant TOR pour construire une plateforme de produits illicites où l’on payait en BitCoin) pour remonter à son fondateur Dread Pirate Robert, les « activistes » des réseaux MESH échangeaient pour tacher de bâtir des « Internets » locaux plus robustes, plus « libres », plus « justes » partout dans le Monde. Et tout cela sans l’aide de (presque aucun) fil.

THE FUTURE OF WIRELESS

Comme à Barcelone où se déroulait l’édition précédente de l’IS4CWN (au sein de l’université polytechnique de Barcelone) le colloque s’est ouvert par une présentation du président de l’IS4CWN Sascha Meinrath (fondateur de l’Open Technology Initiative et l’initiateur du projet Commotion, vice président de la New America Foundation). Il fût cette année précédé de Björn Böhning, membre du SPD Allemand et adjoint à la municipalité de Berlin. En tant qu’élu pour la ville de Berlin, Böhning présenta le contexte socio-politique des réseaux MESH au sein de la capitale allemande, leurs nombreux intérêts et pourquoi ils représentent selon lui et la municipalité un levier de développement éco-politique intéressant à l’échelle d’une ville (son intervention était intitulée « Free Wi-Fi in Berlin: The case of new, creative alliances and active infrastructure policy in the digital society » – Freifunk, projet de réseau MESH allemand est très intégré dans cette ville). Suite à ces deux Keynote Adress (aux accents plus « politiques » que vraiment scientifiques), la conférence se divisait en différentes sessions. Nous avons suivi celle menée par Darby Hickey (OTI) qui s’intitulait « Women and Community Wireless: adressing challenges, Sharing Successes« .

La session se concentrait sur les liens que l’on peut faire entre le développement de réseaux sans fil « libres » et la question de l’empowerment des femmes. Le panel de discutantes était varié et présentait des femmes venues d’Inde (Sushinata Sahooa case in India (IRMA India) : promote gender equality and empower women), d’Argentine (Jessica GiudiceTo organize workshop to help people to participate. building their nodes, putting them on the rooftop), des Etats-Unis (Jenny Ryan : California Bay area (Oakland) – Digital anthropology intersection between community online and social grassroots networks initiative impliquée dans le projet Open Garden) et d’Europe (Anne Wizorek). Ce premier panel introduisait un des axes forts de ce colloque: À quoi peuvent servir les CWNs?

Historically, women have made huge contributions to human technology, yet communication tools do not always benefit gender inclusion and equality. These structural forces play out uniquely in tech realms to weaken efforts to build vibrant community technology like wireless projects. Both the everyday sexism of society that translates into tech spaces and the Internet, as well as the unique facets of discrimination in these realms, result in fewer women being involved in wireless projects. Those that are involved can feel isolated, even sometimes attacked or sidelined.

If community wireless networks are to realize their potential for galvanizing grassroots communications and community ownership, we must tackle these issues pro-actively.

L’après midi, nous avons assité à la présentation de différents projets MESH. L’idée de ces panels étaient de faire discuter entre eux les protagonistes de réseaux décentralisés (Détroit, Las Vegas (USA), Oaxaca (Mexique) et Kinshasa (RD Congo)). Selon les lieux, l’approche se révèle très différente; à la fois dans l’approche technologique, économique ou bien politique. L’intérêt de cet évènement est certainement ici d’ailleurs: faire du réseautage de réseaux. Nous connaissons bien le travail du groupe Morning Sides pour avoir travaillé avec eux en juin 2013 à Détroit. Monique Tate et Ulysses Jones étaient à Berlin pour présenter leur projet mené dans les quartiers Est de la ville de détroit. Pour une présentation rapide de leur activités et de leur approche, voir la vidéo de leur talk à l’Allied Media Conference de Détroit en 2013:

Morning Side Detroit – AMC 2013 from Francois Huguet on Vimeo.

De ces discussions nous retiendrons surtout l’intérêt que présente le projet Rhizomatica. Basé au Mexique, ce dernier vise à offrir des technologies de communication à des régions rurales non équipées en infrastructures (trop éloignées des grands canaux, trop couteuses à équipées pour des grands opérateurs qui ne feraient pas de profit sur de tels investissements). La discussion qui s’en est suivi concernait notamment les aspects légaux d’accès à l’infrastructure. La question de la négociation-attribution autour des fréquences blanches du spectre radio afin de développer des systèmes de communication sans fil (utilisant notamment la fréquence GSM) était au cœur des enjeux évoqués par les discutants, qu’ils soient du Congo, des États-Unis ou du Mexique. Cet enjeu légal se retrouvera tout au long de la conférence, il sera d’ailleurs repris longuement par Amélia Andersdotter le lendemain soir.

http://rhizomatica.org

RHIZOMATICA (http://rhizomatica.org)

According to the ITU, 2-3 billion people around the world lack affordable mobile telephone services that facilitate critical communications and access to information. Due to market saturation in developed countries and economic disincentive in the developing world and especially rural areas, mobile coverage proliferation is slowing dramatically worldwide. And yet most telecom regulations forbid the provision of strictly rural service, effectively killing any chance for micro-telco’s to thrive.

Currently, only very large, powerful companies have access to the mobile spectrum and the concessions to provide cellular service. But their business model and the technology that these traditional providers use have proven unable to solve the problem of connecting much  of the world. We want to break this oligopoly and allow communities to become service providers as well.

Thanks to a variety of open-source efforts developed in the last few years, it has become technologically and economically feasible for a community or an individual to provide carrier-grade cellular service to thousands of people. Yet no one has so far applied these technologies in the real-world, much less created the needed regulatory reforms.

We work as a bridge between the potential users of the technology and the engineers and developers of these efforts to ensure the technology is deployed and appropriate for use in the developing world.

La fin de l’après midi consistait en une session-workshop qui présentait différentes approches pédagogiques pour construire un réseau. Andy Gunn (OTI), Diana Nucera (Allied Media Projects Detroit) et Theresa Landrum (personnes rencontrés à Détroit ou à Washington lors de notre travail d’enquête) présentaient leurs travaux mais surtout leurs différentes approches de leurs projets, leurs techniques pédagogiques pour faire comprendre et adopter les réseaux sans fils communutaires. Une séance réflexive où es échecs furent autant abordés que les réussites. L’objectif était ici de s’intéresser au « comment » sensibiliser les personnes et les publics peu concernés par ces questionnements aux enjeux des CWNs. Que mettre en place et comment le faire pour qu’un intérêt se développe envers ces « devices as infrastructures networks ». Le travail d’enquête, de sondage, d’intervention dans les écoles mais surtout de vulgarisation s’est avéré central pour l’ensemble des participants aux workshop. Le changement principal de cette édition était d’ailleurs là. L’IS4CWN 2013 laissait la part belle à la parole de « communities organizers » et non plus aux ingénieurs-programmeurs-codeurs qui ne se soucient souvent peu du déploiement et de l’adoption de leurs programmes. Les discussions entre ces deux monde ont permis de perméabiliser ces deux mondes, et nous avons été témoins de beaucoup d’échanges entre ingénieurs et « implémenteurs » de ces technologies à propos des interfaces, des (niveaux de) discours qu’il faut avoir face à des adopteurs-hébergeurs supposés de services MESH. Nous y reviendrons prochainement.

La fin de la journée était un retour sur expérience (sorte de rétrospective) menée par les deux créateurs de Freifunk (le réseau communautaire allemand fêtait ses 10 ans en 2013).

Coalition-building for Community Wireless Networks

Le jeudi 3 octobre, le réseautage des réseaux communautaires sans fils continuait… Jenny Ryan, conduisait une session où la parole était de nouveau aux retours sur expériences et aux discussions entre différents protagonistes de projets.

How do free network projects create and cultivate collaborative working relationships with a diversity of community organizations? How do we find a balancing point between existing institutional structures and emerging grassroots endeavors? How do we create stronger relationships with each other for sharing our experiences, ideas, knowledge, and code?

L’après midi, un atelier passionnant sur ce que les « commons » signifient eut lieu avec comme modérateur Greg Bloom, activiste américain basé à Washington DC. Nous avons pu discuter à ce moment là de la notion de « community » très implanté aux USA et faisant sens pour les personnes engagés dans les projets américains (« community » -« communities » termes qui font moins sens en Europe, du moins si on cherche à les circonscrire à une aire géographique, à un lieu précis). Au sein de notre travail de thèse qui vise à montrer comment les initiatives MESH (Architectures distribuées mobiles) mettent en lumière des questionnements relatifs à la matérialité des réseaux de communication existants et aux rôles que jouent les usagers dans l’organisation d’un réseau social numérique, cette notion de « community » est quelque peu problématique. Notre recherche vise en effet à comprendre de quelles manières ces discours sur les réseaux de télécommunications décentralisés et autonomes appréhendent la notion de co-construction autour des savoirs et ce que Bernard Stiegler appelle l’ère économique de la contribution. Mais cette notion de community pour nous au centre des déploiements de réseaux MESH sur le territoire américain reste absente de la façon dont on appréhende la co-construction en Europe. Cette discussion fût donc riche d’enseignement même si cette notion semble rester pour certains assez floue, elle permit néanmoins de mettre en perspective ce terme et d’interroger les personnes qui l’utilisent.

Amelia Andersdotter – https://ameliaandersdotter.eu/

Devant intervenir le vendredi matin, Amelia Andersdotter, membre du Parti pirate suédois, élue eurodéputée aux élections européennes de 2009 (plus jeune députée du parlement européen), est intervenu finalement en fin d’après midi le jeudi 3. Critiquant la politique de Neelie Kroes (European Commissioner for Digital Agenda), Andersdotter dressa les contours d’une politique à propos d’Internet extrêmement réfléchie et précise. Meinrath l’a introduit comme la personne politique connaissant, selon lui, le mieux la question technique et celle de la gouvernance d’Internet. En connaissant l’impact qu’elle a eu sur le rejet de la loi ACTA au sein du parlement européen, nous étions particulièrement attentifs à sa communication intitulée: « Bottom-Up and Top-Down: crossroads between Brussels and Communities« . Qui plus est, sa communication faisait écho au récent article de Primavera de Filippi : « Des outils de communication pair-à-pair aux outils de fabrications numérique: les enjeux juridiques de la décentralisation« 

Crisis x Architectures Décentralisées

La dernière journée du colloque concernait en grande partie les usages des réseaux MESH liés aux crises. Le premier atelier du vendredi matin mettait en parallèle des projets menés en Inde, en Thaïlande et à New York. Nous y avons retrouvé Anthony Schloss que nous avons interviewé en juin 2013 à Détroit.

Representatives from intERLab’s DUMBONET Emergency MANET project in Thailand, Women In Science and Engineering in India, and the Red Hook Initiative’s Red Hook Wi-Fi mesh network in Brooklyn, New York, introduced their experience with wireless networks in disaster situations. The panel then discussed shared expectations, findings, and lessons learned in the design and implementation of wireless networks for disaster scenario communications, with a focus on adoption of these networks by marginalized communities to make them most effective when disaster strikes.

The panel’s varied participants provide a depth of understanding to all facets of disaster communications. The intERLab representatives, Apinun Tunpan and Kanchana Kanchanasut, shared research, design, and implementation of mobile ad hoc networks for use in preemptive disaster response in rural Thailand. Sai Dandekar from WISE India contributes a study of the social and legal protection of critical information infrastructure and how women can participate in sustaining it. Anthony Schloss and Katherine Ortiz from the Red Hook Initiative’s Digital Stewards program in Red Hook, Brooklyn are expanding a wireless mesh network that served as critical communications infrastructure in the immediate aftermath of Hurricane Sandy in November 2012. The Digital Stewards program is designed to train local youth to organize their community and maintain the wireless technology that supports the network in Red Hook.

La dernière partie du colloque s’est achevé sur une discussion croisée entre Sascha Meinrath, Ramon Roca, Juergen Neumann et Joseph Bonicioli. Responsables de projets MESH d’envergures (Commotion, Confine, Guifi, Freifunk) ces protagonistes croisaient encore une fois ici leurs points de vue et leurs aspirations pour le futur. Que peuvent les CWNs? que dessinent ‘ils? sont ils une nouvelle forme d’Internet ou le rapport que les utilisateurs auront à Internet dans le futur? nous ne le savons pas encore, mais nul doute que les contours d’un Internet plus décentralisé et plus juste se dessinent lors des IS4CWN.

  • http://oti.newamerica.ne
  • http://2013.wirelesssummit.org/
  • http://freifunk.net/
  • https://projectmeshnet.wordpress.com/

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Live stream de l’International Summit for Community Wireless Networks (IS4CWN 2013)

En attendant le compte rendu de l’IS4CWN 2013 qui se déroule en ce moment à Berlin, vous pouvez suivre l’ensemble des conférences (main session) en live stream sur http://c-base.org/

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Commotion & Serval – de l’utilité des réseaux MESH

Expliquer clairement la manière dont fonctionnent des « architectures distribuées mobiles » est souvent affaire complexe… Qui plus est, les différentes formes de routage de réseaux Wi-Fi Ad-hoc (par inondation, par « nœuds fixes » annuaires, via le protocole OLSR – Optimized Link State Routing, etc.) font souvent en sorte qu’expliquer ces « infrastructures réseaux » devient un exercice pénible et  technique. Commotion et Serval, deux logiciels permettant d’établir des réseaux MESH (Metro Scale Ad-Hoc Network), des architectures distribuées mobiles en d’autres termes, viennent de sortir des vidéos expliquant clairement le service qu’ils souhaitent déployer grâce à leurs logiciels et les projets qu’ils mènent à travers le monde.

Pour Serval, il s’agit de

Serval is a telecommunications system comprised of at least two mobile phones that are able to work outside of regular mobile phone tower range due thanks to the Serval App and Serval Mesh. Some of the most exciting benefits of this are:

COMMUNICATE ANYTIME: Mobile phones stop working when cellular infrastructure fails. The Serval Mesh changes this, allowing mobile phones to form impromptu networks consisting only of phones. This allows people nearby to keep communicating when needed most.

COMMUNICATE ANYWHERE: Cellular networks are not available everywhere. In Australia for example, around 75% of the land area lacks mobile coverage. Letting mobile phones form stand-alone networks provides a cost-effective solution for communities in these remote areas to enjoy mobile communications.

COMMUNICATE PRIVATELY: In this modern world private conversation with friends, families and service providers is vital, whether discussing medical issues or other private subjects. The Serval Mesh is built on a foundation engineered to support security. Voice calls and text messages are always end-to-end encrypted using strong 256-bit ECC cryptography. Encrypted calls work even on low-cost Android phones.

COMMUNICATE WITHE PEOPLE: The Serval Mesh is about enabling people to communicate with one another, regardless of what circumstances may befall them, or where they live in the world. Because at the end of the day, relationship with one another is what life is all about.

Pour Commotion, il s’agit de quelque chose de différent:

Commotion Wireless is a mesh network, designed to run independently with smartphones, computers, routers, and other devices. It’s also a community network. Digital Stewards guide their neighborhoods onto their own wireless services, with New America’s Open Technology Institute sharing tools and resources with them.

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

IXmaps: voir les routes, comprendre l’architecture

logo du projet IXmaps – www.ixmaps.ca

Savez vous par où, par quels « lieux » transitent vos données?

Quelles « routes » elles empruntent?

Qui contrôle ce réseau, cette architecture complexe qu’est Internet?

Cette vidéo de présentation du projet IXmaps tâche de répondre à ces quelques questions. Développé autour de la faculté d’information de L’Université de Toronto, le projet universitaire IXmaps (Université de Toronto, Ontario College of Art and Design, Information Policy Research Program – Canada) est un outil de cartographie et de suivi de paquets qui transitent sur Internet. Il permet de reconstituer le chemin que ces derniers empruntent d’un nœud du réseau vers un autre nœud. On peut ainsi reconstituer l’itinéraire des paquets que l’on envoie à un destinataire lorsqu’on lui transmet un email par exemple. L’outil permet en d’autres termes de voir par quelles « routes » et par quels endroits passent nos informations et de nous en donner un aperçu sur une carte (USA et Canada uniquement).

Après la très médiatique affaire Snowden qui dévoilait les centres de surveillance de la NSA du trafic web américain la vidéo met en image l’organisation de ce trafic et nous rappelle à quel point l’Internet est matériel et éloigné de cette idée de « nuage », de « cloud ». La vidéo présente également certaines caractéristiques du routage des paquets entre États (notamment le « boomerang routing »), de la surveillance du trafic outre atlantique depuis le 11 septembre 2001 et l’établissement du « Patriot Act » (accords entre opérateurs de télécommunications et gouvernement américain) et de l’aspect centralisé et centralisateur de l’architecture globale de l’Internet (l’essentiel du trafic américain transitant par au moins l’un des 18 nœuds centraux du territoire américain).

À regarder:

 

What Is IXmaps? from The New Transparency on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Réinventer l' »annuaire téléphonique » de l’Internet? Institutions, Industries, Infrastructures

Image 2Le 19 Avril 2013, Francesca Musiani, en sa qualité de Yahoo! Fellow à l’Institut d’études diplomatiques de la School of Foreign Service, Georgetown University (Washington, DC) a organisé une conférence intitulée «Réinventer l' »annuaire téléphonique » de l’Internet? Institutions, Industries, Infrastructures ». Depuis la création de l’Internet, l’utilisation de noms de domaine, adresses, protocoles et autres infrastructures sous-jacentes au « réseau des réseaux » comme instruments de pouvoir et de gouvernance a joué un rôle crucial dans le maintien de sa stabilité, face à toutes ses évolutions. Dans l’Internet d’aujourd’hui, ces outils sont de plus en plus mis à profit par des entités politiques à des fins différents de ceux pour lesquels ils ont été initialement conçus. Cette conférence, dont on présente un compte-rendu détaillé en anglais, a abordé plusieurs thèmes chers à ADAM dans son exploration des implications politiques, sociales et techniques du « turn to infrastructure » dans la gouvernance de l’Internet. Les participants à cette conférence se sont concentrés sur un aspect particulièrement controversé de l’infrastructure Internet: le système de noms de domaine (DNS), ou l' »annuaire téléphonique » de l’Internet. Une version PDF du rapport est disponible sur le site de l’Institut d’études diplomatiques.

Reinventing the Internet’s Phone Book? Institutions, Industry and Infrastructure

A Conference Account

Francesca Musiani (2012-13 Yahoo! Fellow in Residence, ISD, Georgetown University)

With the collaboration of Chris Haley & Allison Maranuk (2012-13 Yahoo! Junior Fellows, MSFS, Georgetown University)

Note to the Reader: This account is intended as a follow-up resource for conference participants, for individuals who expressed interest but were unable to attend the conference, and more broadly for people interested in Internet governance, particularly DNS governance, issues. While we have paid a great deal of attention in being as accurate as possible, in no case portions of this text should be considered as direct quotes from the speakers’ remarks. Thank you to all the speakers and moderators for sharing their insights, and to Chris and Allison for the diligent note-taking. I take full responsibility for whatever inaccuracy is left. FM

On April 19, 2013, the Institute for the Study of Diplomacy at Georgetown University’s School of Foreign Service hosted a conference entitled “Reinventing the Internet’s Phone Book? Institutions, Industry and Infrastructure”. Since the Internet’s foundation, the use of domain names, addresses, protocols, and other underlying infrastructures as instruments of power and governance has been crucial in maintaining stability throughout its evolution. In today’s Internet landscape, these tools are increasingly being leveraged by political entities for purposes other than those for which they were designed. This conference set out to explore the political, social, and technical implications of this tendency, by focusing on a particularly controversial aspect of Internet infrastructure: the Domain Name System (DNS), or the Internet’s “phone book.” Three organizations and institutions co-sponsored the event: the Yahoo! Fund on Communications Technology, International Values, and the Global Internet; American University’s School of International Service; and the Global Internet Governance Academic Network (GigaNet).

 

Internet governance by infrastructure: the case of the Domain Name System

Francesca Musiani, Yahoo! Fellow in Residence at the ISD for 2012-13 and the event’s host, first introduced the topic of the day’s discussion. This required, initially, to briefly touch upon the definition of Internet governance, which she described, based on the 2005 definition by the Working Group on Internet Governance, as the development and application, by relevant actors in their respective roles, of shared principles, norms, rules, decision-making procedures, and programs that shape the evolution and use of the Internet. This definition, despite its inclusiveness, has been contested by differing groups across political and ideological lines. One of the main debates concerns the authority and participation of certain actors. In particular, the role of governments is central and ambiguous, and other aspects of internet governance are controlled by transnational organizations. One should be careful about simplifying ideological extremes in discussing IG: the public is sometimes under the impression, fostered by media, that IG is entirely performed by a handful of institutions – which is not the case. All of this often leads to neglect or disregard what is, instead, a crucial aspect of Internet governance: there are a number of components of the Internet’s infrastructure and technical architecture in the design of which are embedded, to some extent, arrangements of governance. These are technologies and processes beneath the layer of content and inherently designed to keep the Internet operational: Internet Protocol addresses are an example, and there are many more, but the one the conference wishes to address is the Domain Name System, or DNS.

The DNS translates between alphanumeric domain names and their associated IP addresses necessary for routing packets of information over the Internet. For this reason, it is oftentimes called the Internet’s “phone book”. It is a wide database management system, arranged hierarchically but distributed globally, across countless servers. The Internet’s root name servers contain a master file known as the root zone file, listing the IP addresses and associated names of the official DNS servers for all top‐level domains (TLDs). The management of the DNS has always been a central task of Internet governance, and ICANN is ultimately responsible for managing the assignment of domain names (delegated through Internet registrars), and for controlling the root server system and the root zone file.

There have been a number of controversies in this area, involving institutional and international power struggles over DNS control, and issues of legitimacy, democracy, and jurisdiction. Notably, debates have addressed the historical ties between ICANN and the United States government in face of increasing internet globalization; this controversy continues to be a heated topic in Internet governance discussions. There are additional policy implications in the DNS: it was originally restricted to ASCII characters, precluding the possibility of domain names in many language scripts such as Arabic, Chinese or Russian. Internationalized domain names (IDNs) have now been introduced. Furthermore, in 2011, ICANN’s board voted to end most restrictions on the generic top-level domain names (gTLD) from the 22 currently available.Companies and organizations will now be able to choose essentially arbitrary top-level Internet domains, with implications for consumers’ relationships to brands and ways to find information on the Internet. Further DNS issues concern the relationship between domain names and freedom of expression, security, and trademark dispute resolution for domain names.

While this covers quite a lot of ground already, this conference aimed at taking one further step. In recent years, we witness a number of (more or less successful) attempts, by political and private entities, to co-opt infrastructures of internet governance for purposes other than the ones they were initially designed for. Not only is there governance of infrastructure, but governance is carried out by infrastructure… using infrastructure in “creative ways”, so to speak. As DeNardis (2011) explains: “Forces of globalization and technological change have diminished the capacity of sovereign nation states and media content producers to directly control information flows. This loss of control over content and the failure of laws and markets to regain this control have redirected political and economic battles into the realm of infrastructure.” Examples of how content mediation controversies have shifted into the realm of Internet governance infrastructure can be found, for example, in the intentional outages of basic telecommunications and Internet infrastructures, enacted by governments via private actors, whether via protocols, application blocking, or termination of access services. The government-initiated Internet outages in Egypt and Libya, in the face of revolution and uprisings, have illustrated this and may have set a dangerous precedent.

However, the domain name system is perhaps, nowadays, the best illustration of this “governance by infrastructure” tendency. Domain name seizures that use the domain name system to redirect queries away from an entire web site, rather than just the infringing content, have been considered as a suitable means of intellectual property rights enforcement. DNS-based enforcement was also at the heart of controversies and Internet boycotts over the legislative efforts to pass the Protect IP Act (PIPA) and the Stop Online Privacy Act (SOPA). Governance by infrastructure enacted by private actors was also visible during the WikiLeaks saga, when Amazon and EveryDNS blocked Wikileaks’ web hosting and domain name resolution services. The conference addresses these controversies, with the aim of understanding the extent to which matters of Internet governance using infrastructure entail not only issues of economic freedom – but of Internet freedoms.

 

The DNS today: enforcement, security and mobilizations

The first panel, moderated by Derrick Cogburn, Associate Professor, School of International Service, American University, featured panelists Steve Crocker, CEO, Shinkuro, Inc. & Chair, ICANN Board, Matthew Schruers, CCIA & Adjunct Professor, Georgetown University, Scott McCormick, Consultant, McCormick ICT International, and Luke Pelican, Consultant, Ammori Group.

Dr. Steve Crocker, an internet pioneer and author of the first Request for Comments of the Internet Engineering Task Force (IETF), has been involved in the development of internet since its startup in the late 60s and 70s. His opening remarks, he suggested, would probably be a counterpoint to the introductory talk and most of the day’s discussions.

It is interesting to see how attractive the idea of Internet governance has become to such diverse groups, and the range of issues it covers. It could be useful to ask again the question: what is it that has to be governed? There are three main sets of issues.

First of all, we all have a shared interest in the system. A threat to its security is bad for the public as a whole, and maintaining operation of it is important to everyone: the system has to continue to work. Contrary to popular belief, many threats are in fact not malicious, they are accidents or otherwise caused by the overloading of the system or some of its components, and its disruption via single or multiple points of failure. Secondly, some coordination of scarce resources is needed; however, the extent to which there are scarce resources on the Net is, in fact, debatable. The Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) is responsible for maintaining unique identifiers in the domain name space. Originally there were 4 domains, and eventually, it was decided to attach human-friendly names to those numbers. In the beginning, the majority of the connections were in the US, with only a  few international connections; since the beginning, however, there was the idea of a system as distributed as possible and over time, pressures increased to expand it. Originally, there were about 4 billion IP addresses available. In the DNS’s early days, it was thought that this number would last forever – now, the IPv4 system is close to depletion. We will now see a rise of the IPv6 system, which will take some transition, and in this transition period, there may be some issues as IPv4 and IPv6 are not born interoperable. Thirdly, some governance is needed for the suppression of undesired behavior, from impolite speech to identify theft, from espionage to extortion and of course, child pornography. This is a controversial area, of course, because “one man’s freedom is another man’s pain”.

As the Internet began to grow, there was some conversation about who would be in charge of all this. First, Jon Postel single-handedly managed the system, simply updating the hosts.txt directory when needed. Of course, this quickly became too much, so ICANN was created and incorporated as a non-profit in California. It has relations with the US government due to the renewal of its contract with the Commerce Department to perform the Internet Assigned Numbers Authority (IANA) functions. Today, Internet governance brings in a lot of people who want to use the Internet as a pawn in their own objectives, but are not acting in the internet’s best interest. What has made the Internet blossom is to make it as unrestricted as possible (in stark contrast to the telephone system), leaving innovation at the edges, and the same principle applies to the DNS. As there is no technical reason to either change the structure or to prohibit additional domain name systems from being created, ICANN’s last “big decision” has been to lift most restrictions on gTLDs and opening up an application process.

Law scholar Matthew Schruers centered his remarks on the relationship between copyright and Internet architecture. As the internet expands, the scope of government power is far more limited. Governments found it easier to regulate information intermediaries, rather than the source itself. The scope of the power of the government to regulate the Internet is more about its ability to regulate the intermediaries rather than the specific sources of information. There are four regulation forces, or tools: law, norms, architecture and markets. We are increasingly witnessing attempts to regulate architecture in order to regulate something else. SOPA and PIPA were the extension of Congress strategies to regulate intermediaries, and this included the DNS. Within these debates, and given the very different levels of technical competence on the Hill, the phone book model became really important, because it could clearly convey the idea that these laws were like removing pages from the phone book. As we will see later, SOPA and PIPA did not come into force because of widespread public outcry. These law projects would have allowed law enforcement agencies to seize domain names as if they were physical property; by removing the domain name, users would still be able to get to the website by using the IP address, but wouldn’t be able to get to it by typing in the alphanumeric address – and for most people this is a big enough obstacle.

The way in which architecture regulates is not the same way in which law regulates. Norms for a particular type of conduct are very fluid, in terms of the community and how it applies; laws enforce themselves in a leaky way (especially IP law), and they need to be enforced by a judicial system. Architectural enforcement is, in this sense, “perfect”: with laws, compliance is voluntary, we comply with them by choice; while with architecture-based enforcement, compliance is coerced, there is no choice. Finally, law is inherently nuanced, and there are exceptions to it; architecture is absolute, it allows a possibility or it doesn’t, and there is no capacity for exceptions. The US Government is an example of this: recently, it used an intermediary, Go Daddy, to seize domain names in Spain; in Spain, this was lawful but in the US it was not. Another example is the Dajaz1 website, which sometimes let out pre-releases of songs (often leaked to the website by the music promoters), so the RIAA urged the US government to seize the domain via the Utah-based Fast Domain, Inc. It turned out that the legal basis, in both of these cases, was not sound, and the sites were reinstated, but in the end, free speech was suppressed a priori for two years.

Luke Pelican introduced the SOPA/PIPA controversy and the role of civil society in successfully putting a stop to the legislation. Both bills (the acronyms stand respectively for Stop Online Piracy Act and PROTECT IP, itself an acronym of Preventing Real Online Threats to Economic Creativity and Theft of Intellectual Property Act) were aimed at combating digital piracy, and presented to the public as legislation that would help protect US jobs and industries. Critics, on the other hand, said these bills undermined Internet freedom and threatened free speech, and could actually harm the US economy, as startup companies dependent on user-created content were more likely to be sued under the legislation.

Further complicating the controversy were challenges in explaining some of the technical problems to the general public. Companies, public interest groups, and technical experts reviewed the technical provisions in the bills and raised their concerns publicly, concerns which other groups turned into meaningful action. Fight for the Future, an activist group, led a campaign against a related copyright bill in October 2011, arguing that if the bill became a law, then people like Justin Bieber could have been sent to jail instead of becoming musical successes. The “Bieber in Jail” campaign received a lot of attention from various media groups and shows like the Colbert Report. During American Censorship Day, a protest of SOPA and PIPA held on November 16, 2011, several advocacy groups framed the issue of these bills as the imposition of an American censorship system rather than about the problem of piracy. The blogging platform Tumblr auto-censored its site as part of this awareness campaign and encouraged their users to contact Congress. Overall, the American Censorship Day protests resulted in 84,000 phone calls and over a million emails to Congress, one of the biggest public outcries over an Internet-related issue. It seemed to be a forgone conclusion that these bills would pass, so, on January 18, 2012, over 115,000 websites joined in a massive web “blackout” as part of a concerted effort to stop the legislation. DNS blocking provisions were included both in SOPA and in PIPA; eventually, the sponsor of the SOPA said he would remove these provisions, after talking with technical experts. The SOPA/PIPA case is likely to have encouraged more people, including lawmakers and regulators, to learn some of the technical aspects of the Internet’s daily workings, and have a better understanding of how this facility we use daily works in practice. And this is a positive outcome that exceeds the stalling of the bill.

 

New actors in Internet governance: privatization, infrastructure, alternatives

The afternoon panel, moderated by Nanette Levinson, Associate Professor, School of International Service, American University, broadened the discussion to evolutions in Internet governance and actor participation in it, from the private sector’s increasingly crucial role in content regulation, and in placing restrictions on freedom of expression, to peer production collectives proposing “creative disruption” as a response to infrastructure-based enforcement. The discussion featured panelists Fiona Alexander, Associate Administrator, Office of International Affairs, National Telecommunications and Information Administration; Matthew Hindman, Associate Professor, George Washington University; Francesca Musiani, Yahoo! Fellow, ISD, and Shane Tews, Chief Policy Officer, 463 Communications.

Francesca Musiani, Yahoo! Fellow at the ISD, presented preliminary findings from her current research project. She argued that, in a discussion about new actors and changing balances in IG, it was worth including a discussion about the people who think about “second-degree” governance by infrastructure: people who, instead of addressing the DNS in its current form, look for ways to build an alternative one.

Between 2010 and 2011, the WikiLeaks case prompts a new wave of discussions about a “new competing root-server”, able to rival ICANN. An alternative domain name registry is envisaged, a decentralized, peer-to-peer (P2P) system in which volunteer users would each run a portion of the DNS on their own computer, so that any domain made temporarily inaccessible may still be accessible on the alternative registry. Instead of simply adding a number of DNS options to the ones already accepted and administrated by ICANN and its registrars, this project would try to supersede ICANN in favor of a distributed, user infrastructure-based model. There are a number of issues and open questions with this project. There are two fundamental operations that are served by the DNS: name registration and name resolution, that are usually though of jointly, but one could foresee replacing just one of them. The function that a P2P DNS project would be tackling (alternative root? .p2p top-level domain?) needs to be stabilized. P2P architecture does not allow for simultaneous optimization of all needed features, but calls for compromises. Finally, even if the alternative takes hold, a long co-existence should be expected.

There are social and political conditions of feasibility for radical alternatives such as P2P DNS. In the case that any of the decentralized DNS projects matures to the stage of relevant user appropriation, the crucial issue may become trust of users in other users: users will need to rely on other peers in the network to direct them, and it is one thing to trust OpenDNS, Google etc. but completely another thing to do the same with a random computer. And finally, it is a matter of governance: the original questions that cause P2P DNS proposals to proliferate are deeply political: they are about control, freedom, and censorship. Technical solutions to controversial issues that have a political component to them should, at some point, be accompanied by evolutions of institutions, lest the governance of the Internet be reduced to a war of surveillance and counter-surveillance technologies, of infrastructure cooptation and counter-cooptation.

 

The “Turn to Infrastructure” and the future of IG

In the conference’s final keynote, Laura DeNardis, Associate Professor in the School of Communication at American University, tied together the themes discussed during the day, placing particular emphasis on recently raised concerns about the future of Internet governance, and on the need to preserve interoperability. Most of these issues are discussed in her book “The Global War for Internet Governance”, forthcoming with Yale University Press. The book describes the different layers of how internet governance works; outlines the current state of global debates, and the balance of global political and economic powers related to Internet governance, civil liberties and national security, innovation policies and the preservation of the decentralized nature of the Internet.

Internet governance functions, even though technologically complex and often outside of public view, are becoming political proxies for global political struggles and conflicting values. In this context, the DNS is one important (and relatively well-working) component of a broader Internet global ecosystem. The very definition of Internet governance is contested but it is generally referred to as the design and administration of the technologies necessary to keep the Internet operational, as well as the debates around those technologies, such as critical Internet resources, standards, and protocols needed to operate the network. There is an intersection between Internet architecture and content mediation; people’s Internet access is cut off (or access restrictions are discussed) to control content sharing and communication. The evolutions in Internet connectivity, a highly private area mostly under the control of Internet companies and their agreements, raise a number of concerns in terms of stability and censorship. The conference has addressed three main themes.

First, “arrangements of technical architecture are arrangements of power” And “Infrastructure is never just infrastructure,” and is also about some understanding of complex technical systems such as the DNS; large-scale debates and mobilization, such as  the SOPA and PIPA debates; the technical complexity is often paralleled by the complexity of institutions; political structures are often embedded technological hybrids. As science and technology studies Susan Leigh Star once said, we need to invert the common sense notion of infrastructure, taking what has often been seen as ‘boring’ and behind the scenes, bringing it to the floor. Internet governance scholars such as the organizers of this conference, all involved in GigaNet, embrace this perspective in relation to Internet governance.

Second, information technology infrastructure is becoming a proxy for power control, a move that is bound to have a number of unintended consequences. Corporate media producers have lost power over the monetization of their content and are looking to infrastructure as a means of reacquiring that power; some global choke points, despite the Internet’s overall decentralization, do exist and the extent to which they are subject to “stress fractures” deserves close consideration. While these control points – some virtual, some material, most often a hybrid of both – do exist, there is often not enough public understanding of how technology works.

Third, the multi-stakeholder discussion often reveals its limits, mostly in contexts of privatization of internet governance. Much Internet governance is being done through new forms, not governments; examples are regional internet registries and private telecom companies managing the Internet’s backbone. Privatized areas are enacting policies and we are often moving from governments to private sector as Internet governance’s crucial actor. From “delegated censorship” to “delegated law enforcement”, the spotlight is on private entities.

These three themes raise the question of what are the challenges to the future of Internet governance, and therefore, to Internet freedom. First, there needs to be a focus on issues of interoperability, which is easy to take for granted.  In many ways, we have more connectivity than ever. But there is not interoperability between social media platforms, Internet voice software, or cloud computing services in the same way there is in email or web services. For example, Skype, while an excellent application, is based in part on proprietary approaches. There is a shift from an open, unified web in which the publication of open standards has helped foster innovation and compatibility among products to an environment that de-prioritizes interoperability and places constraints on interconnection. Constraints on interoperability are constraints on innovation itself.

The DNS is a foundational technical system necessary for the Internet’s operation, handling billions of queries per day, and it is increasingly used for content blocking functions for which it was not designed. If DNS query resolution is not universally consistent, this may have serious implications for the universality and stability of the global Internet.

To conclude, the Internet is governed while being in a state of constant flux, and a very complex system; its governance entails issues of both private control and civil liberties; it requires technical design as well as new institutional reforms; this governance is not fixed, anymore than technical architecture is fixed. The consequences of changes to this system should be carefully examined as we move forward.

 

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Les nouveaux gTLDs: le défi de l’Europe

Cet article, en anglais, a également paru sur l’Internet Policy Review le 6 juin 2013. Merci à Frédéric Dubois, Uta Meier-Hahn et deux relecteurs pour leurs commentaires et retours.

New global top-level domain names: Europe, the challenger

06 Jun 2013 by Francesca Musiani

“There are roughly two dozens now, but soon, there could be hundreds[1],” writes the Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), the organisation responsible for managing and coordinating the system of unique identifiers and names on the internet – on its webpage dedicated to the creation and forthcoming implementation of the new generic top-level domain names (gTLDs).

gTLDs are the highest level of domain names in the domain name system (DNS), including .com, .net and .org; their number has been restricted to twenty-two for several years, and ICANN has implemented several restrictions on the ways in which they are operated. Thanks to the new gTLDs programme, businesses and organisations are now able to apply for their own customised top-level domain names, thereby greatly expanding their current number. ICANN’s move is the most recent controversial one in a subfield of internet governance, the management of the Domain Name System (DNS) of the “network of networks”, which is already rife with political and economic controversies. What are the implications of this “turn” to new gTLDs? This article attempts to outline them, and, it addresses the impact of the new gTLDs programme on Europe’s action-taking in the internet governance realm. The article also considers the likely impact of the new programme on ICANN’s governance and weight vis-à-vis other important internet governance actors.

The Domain Name System and ICANN: an internet governance “hot potato”

The Domain Name System of the internet establishes the domain name space in the same way that the Internet Protocol establishes the Internet address space[2]. The DNS translates between alphanumeric domain names and their associated internet protocol (IP) addresses necessary for routing packets of information over the internet. For this reason, it is oftentimes called the internet’s “phone book”.

The DNS, through this address resolution process, handles billions of queries per day. In a very simplified way, the DNS can be described as a wide database management system, arranged hierarchically but distributed globally, across countless servers. The internet’s root name servers contain a master file, the root zone file, listing the IP addresses and associated names of the official DNS servers for all top‐level domains. The management of the DNS has always been a central task of internet governance, and ICANN is ultimately responsible for managing the assignment of domain names (delegated through internet registrars), and for controlling the root server system and the root zone file.

There have been a number of controversies in this area, that continue to this day, involving institutional and international power struggles over DNS control, and issues of legitimacy, democracy, and jurisdiction. Notably, debates have addressed the extent to which the privileged historical ties between ICANN and the United States government continue to exist, despite the  increasing internationalisation of the internet, which may call for a more prominent role of other countries in ICANN governance; this controversy continues to be a heated topic in internet governance discussions. There are additional policy implications in the DNS: it was originally restricted to ASCII characters, precluding the possibility of domain names in many language scripts such as Arabic, Chinese or Russian. Internationalised domain names (IDNs) have been introduced in May 2010. Further DNS issues concern the relationship between domain names and freedom of expression, security, and trademark dispute resolution for domain names.

The DNS is perhaps, nowadays, the best illustration of governments’ and companies’ tendency to govern or manage the internet by co-opting infrastructures of internet governance for purposes other than the ones they were initially designed for[3]. Domain name seizures that use the DNS to redirect queries away from an entire web site, rather than just the infringing content, have been considered as a suitable means of intellectual property rights enforcement – to be carried out by internet registries, internet registrars, or even DNS operators such as internet service providers. DNS-based enforcement was at the heart of controversies and internet boycotts over the legislative efforts to pass the Protect IP Act (PIPA) and the Stop Online Privacy Act (SOPA) (Ammori, 2011). Governance by infrastructure enacted through the DNS by private actors was also visible during the WikiLeaks saga, when Amazon and EveryDNS blocked Wikileaks’ web hosting and domain name resolution services[4].

Generic top-level domain names

Top-level domains are the highest level of domains in the DNS,  installed in the root zone of the name space; generic TLDs, a category of these highest-level domains[5], are familiar to the public as widely used internet addresses’ suffixes such as .com, .net, and .org. They can be either unsponsored – domains that operate under policies established by ICANN “on behalf” of the global internet community – or sponsored, proposed and funded by private agencies or organisations that establish and enforce the rules restricting the use of the domain. The number of gTLDs has been slightly increasing since ICANN’s inception, but has stabilised at twenty-two for several years.

Over the years, the demand for more gTLDs has been constant, just as has ICANN’s consideration of many proposals, by different actors, for practical ways to go about their implementation. These proposals range from adoption of policies for unrestricted gTLDs to chartered gTLDs for specialised uses by dedicated organisations. ICANN’s new gTLD programme, approved in June 2011 under the banner of “promot[ing] competition in the domain name market while ensuring internet security and stability[6]”, ends most restrictions on gTLDs and allows businesses and other organisations to apply for their own customised top-level domain names. This constitutes the first significant expansion of the system in existence today, and has the potential of carrying important implications for the future of the DNS, if not in the way the internet operates, in terms of potential changes in “the way people find information on the internet or how businesses plan and structure their online presence[7] ».

The unveiling of the new gTLDs programme

Roughly a year after its announcement of the programme, ICANN held a press conference in London to mark the “Reveal Day[8],” during which its Senior Vice President Kurt Pritz noted that over 500 companies and organisations had applied for nearly 2,000 TLDs. The announcement was not exempt from controversy, for a number of reasons. United States-based organisations and companies accounted for more than half of the applications, with the domain name registry Donuts applying for more than three times the number of gTLDs as the next largest applicant[9]. This US focus is possibly attributable to an issue of cost: ICANN set the fee for each TLD application at $185,000, while noting that financial assistance to organisations that wanted to register for TLDs but could not meet the applications fees was provided, and the geographical spread was, in fact, wider than it expected – ICANN’s CEO, Rod Beckstrom, was quoted as saying that “To have 17 applications from Africa is actually encouraging, it’s a significant expansion[10]”.

While emphasising the positive side of the programme’s goals (“enhancing competition and consumer choice, and enabling the benefits of innovation[11]”, in addition to increased control, innovative business models, and even community engagement and geographic celebration[12]), ICANN had been adamant about the responsibilities that applying for a new gTLD would entail. These include the preservation of some financial stability over a minimum of three years, compliance with all the obligations of the registry agreement with ICANN (with enhanced restrictions when running a community-based TLD), and employment of highly skilled technical operators. Thus, ICANN compared these responsibilities to those of Verisign[13], the American company currently operating two of the internet’s thirteen root name servers: “When you apply for a new gTLD you are applying to run a registry business. You will be responsible for a critical and highly visible piece of internet infrastructure. Just as Verisign is responsible for all the domain names registered in the .com top-level domain, so you would be responsible for all the domain names registered in your .something gTLD[14].” Additional risks were identified in unforeseen competition from unexpected sectors, and the “uncharted territory” that the new sector, with its lack of already-tested and proven business models, could entail for its pioneers.[15]

New gTLDs are just around the corner?

The first implementation within the new gTLDs programme – i.e., the actual insertion of a new TLD into the internet root to render them operational – may be happening within a few months. July 1st, 2013, has been proposed as the earliest possible date and a pilot program is currently underway. This is earlier than what had previously been anticipated, and for applicants as well as some users, it has been welcomed news; however, all dates remain tentative. In particular, ICANN has underlined – at the very moment in which a March briefing by the organisation was announcing the schedule of the first release – that priority will be given to its core mission of preserving the technical stability of the internet’s naming and addressing system, which seems to imply that the first implementation will be delayed if its broad impact cannot be thoroughly assessed or raises concerns. IT consultant and former ICANN member, Stephane Van Gelder, noted that “Security and Stability Reviews are ongoing as the program ramps up towards launch, with constant monitoring of the potential technical impact of new gTLDs going live. This will only happen once ICANN is satisfied that doing so carries no technical risk to the Internet[16]. »

Earlier this year, ICANN’s Governmental Advisory Committee – the body that provides advice and input from governments to ICANN on issues of public policy, especially where there may be an interaction between ICANN’s activities and national laws, or international agreements – gave the ICANN Board its thoughts on the first batch of applications. While two applications received outright objections[17], governmental advice came for the most part in the form of “safeguards”. The Governmental Advisory Committee noted that specific categories of TLDs require additional protections or restrictions to be implemented; for example, it asked for the singular and plural versions of the same basic string not to be considered separately (e.g., .game and .games). It also requested that the signing of any new gTLD contract be dependent upon the completion of the new registrar contract currently being finalised[18].

European perplexities on content and procedures

The European Commission (EC) is not elated by the ways in which the program is being carried out, and has expressed perplexities on both the content of some applications and the procedures with which ICANN has handled government objections to new gTLDs[19]. On November 29, 2012, the EC, in the person of Linda Corugedo Steneberg, Director at the Communications Networks, Content and Technology Directorate, issued a letter to ICANN[20] with a list of 58 applications deemed problematic, including .sex, .sexy, .free, .green, .eco, .health, .doctor, .baby, .sale and .security[21].

However, the letter also pointed out that the EC’s initiative should not be considered as an Early Warning, i.e., a notice from ICANN’s Governmental Advisory Committee members that an application is seen as potentially sensitive or problematic by one or more governments[22]; instead, the listing of a new gTLD was to be considered as a signal that further discussions between the EC and the relevant applicant were necessary. The letter has also been interpreted as an implicit critique of ICANN’s procedures, pointing out that even if the Governmental Advisory Committee does not officially advise against these applications, the EC may decide to take other action against them: “the fact that the letter […] explicitly states that the warnings are definitely not official Early Warnings […] sends a worrying signal that the EC is not in the mood to play by ICANN’s rules[23].” In addition, the EC expressed its disappointment about the limited number of applications coming from developing countries, making explicit that “this is clearly an area where ICANN needs to re-focus its efforts[24].”

In the larger context of the relationship between sovereign governments and ICANN, the European Commission’s action is considered quite significant, because by explicitly opting out of the Early Warning process and naming its own list of potentially problematic gTLD applications, the EC is bypassing the Governmental Advisory Committee as ICANN’s prescribed process for governments and intergovernmental bodies to provide input on domain name policy matters. FairWinds Partners, a digital strategy consulting firm, interestingly concludes in this regard that “the European Commission brought new gTLD applications into the legal realm of legislation and policy, quietly implying that ICANN has no jurisdiction in such matters. The European Commission has sent the message that it is not within ICANN’s purview to oversee issues that impact a nation’s (or in this case, a union of nations) economy, culture, freedoms of speech and expression, or industry regulations – this power rests with the sovereign governments of those nations[25].” FairWinds further states that, in addition to echoing past criticisms of ICANN processes, the EC’s action “raises issues of adjudication: if other governments follow the European Commission’s lead or even take a step further by deeming whether or not a new gTLD is allowed to exist independently of ICANN’s assessment, who holds the ultimate authority to determine the fate of the gTLD, ICANN or the government?[26]” The letter of the EC could set a critical precedent.

ICANN weighing even more in the internet governance arena?

In a number of ways, the new gTLD programme makes ICANN even more central an actor in internet governance. By framing the programme as a promoter of competition in the domain name market, while at the same time seeking to maintain internet security and stability, ICANN’s activities and policies also have the potential, as the organisation itself underlines, to influence the way internet users find information online, or the ways in which companies arrange and display their online presence.

As a consequence, ICANN is now, more than ever, under scrutiny of international actors, of which the European Commission is a notable example. Despite claims by ICANN that “this is a not-for-profit initiative [and if] the fee collection exceeds ICANN’s expenses, the community will be consulted as to how that excess should be used[27],” there are concerns that “what can’t be overlooked today is the fact that [the new gTLDs’] unveiling will be most beneficial for big business. Companies that don’t find themselves on or anywhere near the Fortune 500 list probably don’t have hundreds of thousands of dollars set aside for a rainy day, especially if that day approaches but the forecast is mixed[28]”. The fee set by ICANN may discourage most smaller businesses for applying, while it will not be a major issue for bigger players.

Moreover, the argument is made that the actual implementation of the new gTLDs, that ICANN is pushing for July, may be premature, causing problems for the very internet security and DNS stability that ICANN is claiming to preserve. The concern comes from one of ICANN’s long-time supporters, Verisign. The company notes in a recent report[29] the little consideration ICANN has given to registry operators that will need to prepare for the changes, including dealing with security implications that may affect the working of the whole internet[30]. Verisign appears to be implying that ICANN may be using the (excessively?) speedy implementation of the new gTLDs programme to reinforce its own powerful position in the internet governance landscape – and, to pursue this primarily political objective, may maintain this “neck-breaking” schedule to the detriment of internet stability, if necessary. Will the implementation of the new gTLDs reassure those who, as Verisign, feel that the programme displays an increasingly “ICANN-centric role[31]” in the governance of a critical area of internet infrastructure? Only the close future will tell, but one thing is certain: the new gTLD programme has important implications for both the stability and security of the internet’s infrastructure, and the ways in which users experience the internet daily – from online search habits to e-commerce. As such, it should be implemented gradually and cautiously; ICANN has fifteen years of experience on which it can build to ensure that this is the case.

References

[1] http://newgtlds.icann.org/en/about/program

[2] Laura DeNardis, “The Emerging Field of Internet Governance”, in William Dutton (ed.) Oxford Handbook of Internet Studies. Oxford: Oxford University Press, 2013 [pre-print version available here http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1678343].

[3] The author has organised a recent conference on the topic at the Institute for the Study of Diplomacy, Georgetown University, http://internetphonebook.eventbrite.com/

[4] Cfr. my recent article on the Internet Policy Review, http://policyreview.info/articles/analysis/dangerous-liaisons-governments-companies-and-internet-governance

[5] Another one, perhaps the most popular among internet users, is ccTLD or “country code top-level domain”, including .us, .de and .fr.

[6] http://newgtlds.icann.org/en/applicants/customer-service/faqs/faqs-en

[7] Id.

[8] http://www.icann.org/en/news/press/kits/reveal-day-13jun12-en.htm

[9] Natasha Lomas (April 9, 2013). Donuts, A Register for New gTLDs, Raises Tens of Billions in Series B So It can Bid for More .Names. TechCrunch, http://techcrunch.com/2013/04/09/donuts-series-b/

[10] Ingrid Lunden (June 13, 2012). Icann Applicants For New TLDs Revealed As Part Of ‘Reveal Day’: The Full List. TechCrunch, http://techcrunch.com/2012/06/13/icann-applicants-for-new-tlds-revealed-the-full-list/

[11] http://newgtlds.icann.org/en/about/program

[12] http://newgtlds.icann.org/en/about/benefits-risks

[13] http://www.verisigninc.com/

[14] http://newgtlds.icann.org/en/about/benefits-risks

[15] Id.

[16] Stéphane Van Gelder (27 March 2013). First new gTLDs could be seen as early as July. NetNames, http://www.netnames.com/blog/2013/03/first-new-gtlds-could-be-seen-as-early-as-july/

[17] The two are .gcc (contested by some of the Gulf countries, claiming similarity between this string and the Gulf Cooperation Council) and .africa, submitted by DotConnectAfrica (for lack of official support by governments from the region, given to another identical application)

[18] ICANN’s Governmental Advisory Committee (11 April 2013). GAC Communique – Beijing, People’s Republic of China. https://gacweb.icann.org/download/attachments/27132037/Beijing%20Communique%20april2013_Final.pdf

[19] Kevin Murphy (November 27, 2012). Europe rejects ICANN’s authority as it warns of problems with 58 new gTLDs. Domain Incite, http://domainincite.com/11130-europe-rejects-icanns-authority-as-it-warns-of-problems-with-58-new-gtlds

[20] European Commission (November 29, 2012). Interim position of the European Commission concerning the applications for New gTLDs. http://www.icann.org/en/news/correspondence/steneberg-to-icann-board-27nov12-en

[21] Murphy, ibid.

[22] http://newgtlds.icann.org/en/applicants/gac-early-warning

[23] Murphy, ibid.

[24] European Commission, ibid. and David Goldstein (December 4, 2012) Europe Lists gTLD Applications of Concern Plus Disappointment in Developing Countries Applications (http://www.domainpulse.com/2012/12/04/eu-gtld-applications-concern/)

[25] FairWinds Partners (December 3, 2012). As the GAC’s World Turns. gTLD Strategy, http://www.gtldstrategy.com/policy-updates/as-the-gac%E2%80%99s-world-turns

[26] Id.

[27] http://newgtlds.icann.org/en/applicants/customer-service/faqs/faqs-en

[28] Jonah Berger (29 June 2011). ICANN Approves New gTLDs: SEO Implications. http://blog.performics.com/icann-approves-new-gtlds-seo-implications/

[29] United States Security and Exchange Commission (March 28, 2013). Form 8-K Current Report, Verisign, Inc. https://investor.verisign.com/secfiling.cfm?filingID=1014473-13-12&CIK=1014473

[30] Id. and Loek Essers & Grant Gross (April 2, 2013). Groups say ICANN unprepared for gTLD launch. InfoWorld, http://www.infoworld.com/t/internet/groups-say-icann-unprepared-gtld-launch-215675

[31] Id.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Freifunk [vidéo] – créateur de réseaux MESH

Freifunk, le software-communauté créateur (allemand) de réseaux décentralisés MESH revient sur son fonctionnement et son « projet » dans une vidéo très intéressante à visionner:

Voir aussi: http://wiki.freifunk.net/Kategorie:Fran%C3%A7ais

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Terranet « Be the network » (vidéo)

Nous avions évoqué le projet Terranet il y a quelques temps. Nous venons de découvrir leur nouveau clip de présentation qui explique la démarche et le fonctionnement de cette technologie. La vidéo est très intéressante et ses protagonistes prononcent des mots qui nous intéressent particulièrement (« local network », « Be the network », « existing infrastructures », « less infrastructure », « access », « environnement », « mesh gate », « digital divide » etc.)…

Découvrez la vidéo:

Terranet.se

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious