Lutter contre l’exclusion : les oeuvres-réseaux de Wachter & Jud (Gaité Live)

Article paru sur le site Gaité Live le Jeudi 11 avril 2013. Gaitelive est le média en ligne de la Gaité Lyrique qui explore en long, en large et en travers les Cultures Numériques. gaite-live.net
net-mobil-ordinateur
Crédit image : Qaul.net
À l’occasion de leur exposition à la Gaîté Lyrique, François Huguet décrypte le travail des artistes Christoph Wachter et Mathias Jud qui critiquent les systèmes informatiques centralisés générant l’exclusion et la division des individus.

Dissocier les objets techniques que l’Homme produit pour transformer son rapport au monde de l’imaginaire qu’il associe à ces objets et à leurs usages semble chose impossible ; on pourrait même affirmer que les fonctionnalités de ces objets sont « indissolublement liée à une (ou plusieurs) fictionnalité(s) »1. Inspiré par les fictions que déploie Internet depuis sa création, Christoph Wachter et Mathias Jud – duo de net-artistes suisses basés à Berlin – observent les diverses matérialités du réseau des réseaux ; ils interrogent les imaginaires que la toile crée, qu’elle entretient ou qu’elle cherche à cacher. Avec le projet #GLM, sorte d’écho au projet HÔTEL GELEM installé à Montreuil depuis peu, ils continuent un travail initié il y a plusieurs années et qui a pour but d’observer les angles morts de l’urbanisme du web mais également de l’urbanisme au sens propre. Au delà de la simple observation-performance, la démarche de Wachter & Jud vient interroger et « tester » ces fictions dont il sera ici question. Et ils le font au sens propre comme au sens figuré : avec des humains et des machines ; toujours les mains dans le cambouis, dans les tuyaux des infrastructures ou des 0 et 1 de l’informatique… De quoi réjouir les chercheurs en Sciences & Technologies Studies mais de quoi interroger également un public beaucoup plus large sur les relations que l’on tisse avec ces fameuses Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, leur(s) matérialité(s) et leur(s) « politique(s) ».

Depuis 2006, ils ont créé différentes œuvres interactives qui interrogent la question des frontières générées par le web.

Mathias Jud et Christoph Wachter n’en sont pas à leur coup d’essai dans la critique des systèmes informatiques centralisés qui génèrent exclusion et division des individus. Depuis 2006, ils ont créé différentes œuvres interactives qui interrogent la question des frontières générées par le web. Leur projet Zone*Interdite vise par exemple à pointer le paradoxe entre les lieux clairement interdits au public (notamment les camps de prisonniers de Guantanamo à Cuba, celui de Bucca en Irak ou bien la base militaire aérienne de Bagram en Afghanistan) et les images que les Mass Médias diffusent de ces derniers. À partir d’images issues du web, ils ont cartographié et construit l’espace de ces lieux de façon numérique. Ils ont recomposé en trois dimensions ces endroits censés être interdits aux regards et « hautement sensibles » pour les exposer à n’importe quel internaute. Il en va de même pour leur projet Picidae qui cherche de son coté à créer une forme de communauté capable d’échapper à la censure qu’exercent des pays plus ou moins autoritaires sur l’Internet. Picidae est en effet un projet d’infrastructures (des petits serveurs disséminés partout dans le monde) où des utilisateurs « photographient » des sites web interdits par des régimes politiques pour les mettre à disposition de tout le monde sur le serveur pici. Les mécanismes de blocage étant généralement textuels, les impressions-écran des sites répertoriés sur les « listes noires » permettent d’échapper à cette censure et d’avoir accès à leur contenu.


Zone*Interdite, impression-écran d’une marche en 3D dans Guantanamo Bay.

Avec ces deux artistes militants d’un Internet plus libre, il est, au final, bien souvent question de « solutions ».

Avec ces deux artistes militants d’un Internet plus libre, il est, au final, bien souvent question de « solutions ». Solutions face à aux paradoxes de nos rapports aux images, solutions face à des tentatives d’atteintes à la liberté des internautes, solutions face à la question de la « fracture numérique »… Le projet #GLM pour Grassroot Local Meshnet, relève d’ailleurs de cet esprit là. Avec cette œuvre qu’ils présenteront à la Gaité Lyrique tout au long des mois d’avril-mai, ils continuent de creuser la porosité de l’ingénierie de réseaux de communication, d’interroger ses frontières mais aussi de questionner les mécanismes d’exclusion actuels en cherchant à les combattre. #GLM, c’est appliquer le principe communautaire de réseau MESH jusqu’à l’HÔTEL GELEM de Montreuil pour y amener une connexion Internet. L’HÔTEL GELEM est l’un des autres projets de Mathias Jud et Christoph Wachter, il s’agit d’une forme de « tourisme embarqué » où le « touriste » participe aux conditions de vie précaires d’un camp Rom :

« Alors que la majorité d’entre nous recherchent l’exotisme et l’aventure pendant les vacances, pour les gens confrontés à des conditions de vie précaires, la dure réalité est qu’ils doivent faire face aux contraintes liées à la mobilité et à l’improvisation en permanence. HÔTEL GELEM invite à participer à des situations de vie grossières et à former de nouveaux types d’échanges, ainsi qu’à présenter et à prendre en considération des phénomènes qui n’auraient « plus jamais » dû se reproduire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. HÔTEL GELEM propose des endroits où se rencontrent transfiguration romantique et persécutions racistes, et franchit chaque nouveau mur à travers l’Europe, qui dramatiquement, a été divisée par notre société. » [source]


L’hôtel GELEM à Paris.

Qaul est singulier en cela qu’il est projet artistique et possède donc cette posture particulière qui fait de lui un objet capable d’interroger nos pratiques plus qu’un service web ou qu’une application quelconque. 

#GLM vise donc à rattacher ce symbole d’exclusion contemporaine qu’est le camp Rom au réseau Internet via une technologie particulière de réseau maillé ou réseaux MESH (MEtro Scale ad-Hoc network2​). Cette technologie est d’ailleurs à la base d’un autre projet de ces deux artistes militants : Qaul.net. Qaul correspond assez bien à l’une des trajectoires récentes des mondes de l’Internet, à savoir une entreprise de socialisation d’une technique particulière : celle d’établir des réseaux locaux autonomes et des communautés d’utilisateurs avec un objet technique spécifique en l’occurrence l’informatique décentralisée (et mobile). On peut observer de telle initiatives un peu partout sur la planète, les réseaux MESH étant utilisés en Afrique du Sud, en Europe (avec par exemple Freifunk, Funkfeuer, Guifi, etc.)3, aux Etats Unis4, surtout pour partager des connexions à Internet.

Mais Qaul est plus que cela : en tant que logiciel de création de réseaux MESH sans fil et autonomes où le parc d’appareils de communication des utilisateurs devient l’infrastructure (la communication entre les terminaux communicants se fait uniquement via leurs capacités d’émission, de réception et de transmission d’un message entre appareils via WiFi), ce projet artistique se distingue d’un projet politique tel que Commotion qui peut sembler au premier abord être une forme d’application « cyber-diplomatique » américaine issue de la 21st Century Statecraft (1er mandat présidence Obama)5 édictée par la secrétaire d’État Hilary Clinton. Qaul est singulier en cela qu’il est projet artistique et possède donc cette posture particulière qui fait de lui un objet capable d’interroger nos pratiques plus qu’un service web ou qu’une application quelconque.

Qaul (tout comme #GLM dans une autre mesure) est un software « boîte à outils » qui permet à ses utilisateurs de penser leurs propres rapports aux infrastructures de communication qu’ils utilisent et donc de ce fait, aux objets techniques qu’ils manipulent. Mais c’est aussi une réflexion post-printemps arabe qui a trouvé une réponse aux problèmes que la censure et le blocage d’Internet posaient aux militants connectés du Maroc jusqu’à l’Iran. Qaul, logiciel téléchargeable sur n’importe quel type de machines (Mac, Windows, Android, Linux, etc.), peut « devenir » infrastructure de communication.
Interview de Christoph Wachter et Mathias Jud

Réfléchir au fait que la technologie et la question de la « fracture numérique » peuvent s’envisager autrement, qu’une forme nouvelle d’être ensemble est possible.

En effet, les chutes successives de certains régimes autoritaires en 2011 et le supposé rôle des TIC dans ces effondrements6 ont permis de mettre en lumière l’importance des appareils communicants dans les écosystèmes technologiques des pays du Maghreb et du Proche-Orient. Avec les déboulonnements de Ben Ali, de Moubarak et de Kadhafi en 2011, un public extrêmement large comprenait de quoi Internet et les appareils communiquant mobiles étaient « capables » politiquement parlant… Des géants tels que Google ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et ils ont rapidement prêté main forte à certains militants – notamment en Egypte – pour leur permettre de continuer d’utiliser des services comme Twitter7 (ils pouvaient d’autre part bénéficier en investissant, au final, peu d’argent, d’une augmentation du capital sympathie-démocratie de leurs différents services et de leur entreprise en général).

De ce fait, la « fiction » techno-politique qui se construisait à ce moment là – et qui allait continuer à se construire chez les indignés espagnols8 et lors des mouvements Occupy à travers le monde – a permis aux différents projets d’infrastructure MESH de consolider leur projet : une sorte de prise de conscience sur les infrastructures de communication existantes et sur le fait que ce rapport aux infrastructures évolue. Les œuvres de Cristoph Wachter et Mathias Jud relèvent de cette prise de conscience. Dans Qaul et #GLM, l’infrastructure c’est aussi les ondes radios (fréquences WiFi) sur lesquelles transitent les messages, les utilisateurs, leurs appareils et leurs volontés de participer à un réseau local : « l’infrastructure, ça peut être nous les users et nos devices, sans les équipements des opérateurs de téléphonie, c’est à dire les relais GSM, serveurs centraux, câbles téléphoniques, etc. »9.

#GLM et Qaul.net sont des œuvres artistiques visant à montrer qu’une alternative à l’architecture actuelle des principaux services centralisés de communication et d’information est possible. Cette alternative passe par une technologie décentralisée nouvelle, disruptive, gratuite, « open source », virale, c’est-à-dire se répliquant d’appareils à appareils (la technologie possède cette capacité de se transmettre d’un appareil à un autre, sans devoir se connecter à une quelconque entité centrale d’où on téléchargerait un logiciel). L’alternative, c’est en quelque sorte revenir à une infrastructure locale qui permet de partager des choses, de les comprendre, d’assurer la permanence d’un système de communication en local tout en accédant, grâce à ce dernier, à de l’information plus globale. C’est aussi réfléchir au fait que la technologie et la question de la « fracture numérique » peuvent s’envisager autrement, qu’une forme nouvelle d’être ensemble est possible. Et c’est ce qui rend les projets #GLM et Qaul intéressants de notre point de vue : ils ne sont pas véritablement envisagés comme des services, mais comme des « boites à outils », comme des projets politiques de réflexions sur les standards de radiocommunications sans fils actuels, sur la propriété de l’espace public et les capacités civico-pédagogiques des technologies de réseaux sans fils.


Crédit image : Qaul.net

Reste à savoir si ce type de communautés socio-politiques et d’infrastructures réseaux sauront s’étendre et faire en sorte que les technologies de l’information et de la communication deviennent plus « démocratiques ». Qaul et #GLM, en tant qu’œuvres artistiques, interrogent de façon très intelligente tous ces enjeux à la fois culturels, civiques et politiques. Mais reste également à savoir si une forme de citoyenneté insurrectionnelle10 « équipée » de technologies décentralisées, autonomes et mobiles saura faire face aux défis futurs d’Internet, qui tend aujourd’hui à limiter nos libertés et nos interactions sociales en dehors de son méta réseau (qui lui n’est pas du tout une fiction)…

 

[1] Musso, P. (2009), Usages et imaginaires des TIC : la friction de fictions​, in Licoppe, C. (2009), L’évolution des cultures numériques, de la mutation du lien social à l’organisation du travail, {FYP} éditions, Paris, p. 201-210.

[2] Sur ce point, voir ici. Notons également que la technologie MESH ou MANET (Mobile Adhoc NETwork) était très utilisée au départ pour des réseaux de capteurs ou pour le déploiement de systèmes de communications en contextes de crises – catastrophes naturelles (notamment quand les infrastructures existantes se sont « cassées la figure » et qu’il faut déployer un système de communication from scratch).

[3] Voir cet article d’Ophelia Noor à propos des communautés WiFi autonomes (OWNI.fr, 12 Septembre 2011, « Le wifi libre entre en résistance ».)

[4] Voir cet article de Stéphanie Vidal à propos des réseaux WiFi de Détroit (Slate.fr, 3 Septembre 2011, « Du sans fil pour recoudre Detroit ».)

[5] Voir notamment les articles d’Yves Eudes (Le Monde, 30 août 2011, « Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle »), de James Glanz et John Markoff (The New York Times, 12 Juin 2011, « U.S Underwrites Internet Detour around Censors ») et le reportage TV d’Al Jazeera (US Government funding shadow networks, 2012).

[6] Gerbaudo, P. (2012), Tweets and the streets. Social Media and Contemporary Activism, Pluto Press. Londres.

[7] Le speak-to-tweet. Il faut néanmoins se méfier de cette politisation à outrance de l’activisme en ligne, et rappeler les doutes de Sami Ben Gharbia (fondateur de Nawaat, premier portail d’information d’opposition en Tunisie créé en 2004) à propos de « [la] perte de crédibilité des réseaux contestataires constitués à l’origine de manière indépendante et enfin [le] développement d’une sorte d’activisme en ligne parallèle, financé par l’extérieur donc moins « authentique » » ; cités dans : Gonzalez-Quijano, Y. (2012), Arabités numériques. Le printemps du Web arabe, Sindbad – Actes Sud, Arles.

[8] Gentès, A. & Huguet, F. (2012), « Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média », in Stiegler, B. (2012), Réseaux sociaux. Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux, IRI – {FYP} éditions, Paris. Notons que cette « fiction » fait fi des écueils de la révolution de 2009 en Iran, des luttes syndicales menées depuis des décennies dans les pays où se déroulaient les soulèvements et des cas de censure notamment chinois ou russes.

[9] Voir cet article de Pishevar Sunday (TechCrunch.com, 27 Février 2011 « Humans Are The Routers Shervin ».)

[10] Sur ce point, voir les travaux de Félix Tréguer (doctorant en Sciences Politiques à l’EHESS Paris) sur http://www.wethenet.eu.

 

Article paru sur le site Gaité Live (la Magazine de la Gaité Lyrique) le Jeudi 11 avril 2013

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Compte-rendu de la journée d’étude sur les architectures distribuées

Journée d’étude du 11 mars 2013 au CERSA

Le droit et les architectures distribuées:

Concilier libertés et contrôle dans un espace ouvert et décentralisé

 

Présents:

François Huguet (doctorant à Telecom ParisTech), Pauline Le More (Avocate au Barreau de Paris), Melanie Dulong De Rosnay (chargée de recherche à l’ISCC, CNRS), Hervé Le Crosnier (professeur à l’Université de Caen), Felix Tréguer (doctorant à l’EHESS), Primavera De Filippi (chercheuse au CERSA, CNRS), Danièle Bourcier (directrice de recherche au CERSA, CNRS),

 

Déroulement:

 

La journée d’étude a commencé par une présentation et une discussion autour de trois cas d’études:

 

Faroo

Faroo (dont le nom est dérivé du phare d’Alexandrie) est un moteur de recherche entièrement fondé sur des technologies pair-à-pair totalement décentralisées. Bien que le nombre de pages indexées soit encore relativement faible (environ 2 milliards de pages), le moteur de recherche s’avère cependant prometteur. Né en 2007, Faroo est alimenté par plus de 2 millions et demi d’utilisateurs, qui font tourner le logiciel sur leurs dispositifs. Cela permet la création d’une infrastructure plus flexible et dynamique – avec un impact négligeable sur les ressources informatiques: la connexion n’est utilisée que lorsqu’il n’y a pas de transfert de paquets et la charge CPU est pratiquement inexistante.  De plus, Faroo fonctionne avec une table d’indexation distribuée (Distributed Hash Table), ce qui élimine toute possibilité de contrôle centralisé.

Nous nous sommes tout d’abord interrogés sur la question du “free-riding”: est-ce que le fait d’avoir une infrastructure distribuée peut porter au free-riding de l’infrastructure en réseau ? Dès lors que les utilisateurs agrègent leurs ressources afin de créer une infrastructure communautaire qui ensuite va exploiter la bande passante fournie par les FAIs, ces derniers risquent en effet de devoir engager des coûts supplémentaires en raison du trafic généré.

Nous avons ensuite réfléchi à la question de la qualité et la neutralité des résultats fournis. Les résultats des recherches sont en effet déterminés par un algorithme de recherche dont le fonctionnement est accessible à tous (Open Source). Cela a des répercussions importantes sur les résultats des recherches: d’une part, la transparence du fonctionnement permet d’assurer une neutralité algorithmique dans la classification des résultats de recherche, d’autre part, il devient plus difficile de se protéger contre les pratiques de “search engine optimization”. De plus, étant donné qu’il est encore en version beta et avec un nombre d’utilisateurs limité, Faroo a actuellement tendance à ne renvoyer qu’un nombre limité de réponses aux requêtes de recherche puisqu’il n’indexe que les sites que les utilisateurs de Faroo visitent. À cet égard, le fonctionnement de Faroo a été confronté avec le modèle de Seeks (un méta-moteur de recherche qui recueille et réordonne les résultats fournis par d’autres moteurs de recherche – tels que Bing ou Google – pour les re-proposer dans un nouvel ordre, issue d’un compromis entre tous les résultats proposés, l’expérience de l’utilisateur et les recommandations faites par ses pairs).

D’un point de vue juridique, de nombreuses questions ont aussi été soulevées, notamment en ce qui concerne la protection des données personnelles. A priori, Faroo semblerait être un service qui permet aux utilisateurs de préserver leur vie privée, puisque les requêtes sont stockées sur l’ordinateur des utilisateurs, et non pas sur un index centralisé contrôlé par une entreprise qui pourrait les exploiter pour des finalités commerciales ou les communiquer aux autorités de justice.

En ce qui concerne les responsabilités des internautes, Hervé Le Crosnier a questionné la possibilité de considérer Faroo comme un “service d’infrastructure” – et ce qui impliquerait que tout utilisateur contribuant à l’infrastructure serait en quelque sorte “responsable” du fonctionnement de ce service distribué. Pour ce qui en est du droit à la concurrence, nous avons analysé l’effet que Faroo pourrait avoir sur les oligopoles établis (Google, Bing, Yahoo, etc), et sur la possibilité pour une architecture décentralisée telle que Faroo de pénétrer dans le marché des moteurs de recherche, en dépit des effets de réseau existants. La notion de “facilité essentielle” (définie par la CJCE comme toute infrastructure indispensable pour assurer la liaison avec des clients et/ou permettre à des concurrents d’exercer leurs activités, mais dont la duplication est impossible ou déraisonnable, pour des raisons financières ou techniques) a aussi été abordée en ce qui concerne la relation entre concurrence industrielle et concurrence déloyale.

D’un point de vue plus strictement économique, nous nous sommes interrogés sur la soutenabilité de ce système à long terme. Puisque Faroo ne prévoit aucun mécanisme visant à encourager la contribution des utilisateurs au sein de l’architecture en réseau (tel que le système de “tit-for-tat” utilisé par le réseau BitTorent), comment s’assurer que tous ceux qui utilisent le service vont également y contribuer ? Il s’agit essentiellement de considérer le système non seulement comme une architecture répartie, mais aussi comme une plateforme collaborative et participative. En termes financiers, est-ce que Faroo prévoit d’obtenir des profits en échange de ce service ? Et comment les revenus pourraient être redistribués à la communauté de pairs qui contribuent au service – étant donné que la plupart des utilisateurs demeurent anonymes ?

Enfin, dans une perspective politique, nous avons réfléchi sur les discours politiques qui tournent autour de cette plateforme. Faroo a été conçu non seulement afin de proposer une alternative aux autres moteurs de recherche centralisés, mais aussi et surtout afin de préserver la vie privée et l’anonymat des utilisateurs. Faroo peut-il donc être considéré comme une architecture technique d’émancipation citoyenne, conçue pour protéger les internautes contre les abus de pouvoir de la part des entreprises prédatrices et des États qui censurent ou qui surveillent les citoyens sur le Net ?

 

TOR

Tor (The Onion Router) est un réseau distribué conçu pour faciliter la communication anonyme. Basé sur le mécanisme de routage en oignon (onion routing), Tor introduit une nouvelle couche de communication cryptographiée sur le réseau de façon à camoufler non seulement les contenus, mais aussi l’origine et la destination des communications. Le principe du routage en oignon est un mécanisme par lequel les données sont encryptées à plusieurs reprises avec des clés de cryptages différentes, pour être ensuite envoyées à plusieurs nœuds dans le réseau. Les données sont donc protégées par plusieurs couches de cryptographie, qui seront progressivement retirées par chaque nœud, jusqu’à ce qu’elles arrivent à leur destination finale où elles seront à nouveau lisibles. Afin d’assurer une communication anonyme, les données transférées sur le réseau Tor doivent passer au minimum par trois routeurs différents. L’origine des communications n’est connue que des routeurs d’entrée, et la destination des communications n’est connue que des routeurs de sortie. Les autres nœuds du réseau sont des routeurs intermédiaires qui ne connaissent ni la provenance ni la destination des paquets qu’ils transfèrent.

Nous avons commencé par analyser plus en détail le fonctionnement technique du réseau TOR. La communication au sein du réseau est fondée sur 3 couches de routage: avant de rejoindre le site de destination, chaque paquet passe par un premier nœud (qui connait l’adresse IP d’origine), un deuxième nœud (qui ne connait ni la provenance, ni la destination des paquets), et un troisième nœud (qui connait uniquement la destination des paquets). Chaque paquet est crypté avec une clef correspondant à chacun des 3 nœuds intermédiaires, afin que aucun de ces nœuds ne puisse connaître à la fois l’origine et la destination des paquets.

Nous nous sommes ensuite concentrés sur les applications de cette technologie, qui – malgré sa neutralité – est souvent utilisée pour des finalités illégales. Nous avons analysé notamment le cas de Silkroad: une place de marché sur Internet qui a pour particularité d’utiliser le réseau Tor pour assurer l’anonymat à la fois des acheteurs et des vendeurs. Un autre élément permettant l’anonymat se situe dans l’utilisation quasi-exclusive sur le site de Bitcoin, une monnaie électronique dont la possession n’est pas nominative et qui est complètement séparée du système bancaire international. Bien qu’en théorie on puisse acheter et vendre n’importe quelle marchandise sur le site, l’anonymat même relatif du service fait qu’il est utilisé essentiellement pour vendre ou acheter ce qui ne peut que difficilement être acheté ou vendu légalement, notamment desstupéfiants et des armes (voir cet article: Online drug dealers back on Silk Road after mysterious two-week outage).

Cela nous a mené à réfléchir sur les enjeux juridiques soulevés par TOR, qui présente de nombreux avantages et fonctionnalités qui ne sont pas illégales en tant que telles, mais qui entraînent cependant un besoin pour l’État de surveiller les communications qui passent sur le réseau afin de pouvoir assurer l’ordre public. En cas d’utilisation illégale, tel que par exemple le téléchargement d’images pédophiles, la police va récupérer l’adresse IP qui s’est connectée au serveur et va assumer qu’il s’agit de l’adresse du visiteur en question – bien qu’il s’agisse en fait de l’adresse du nœud de sortie. C’est pour cette raison que TOR maintient une liste de tous les nœuds de sorties disponibles à chaque instant.

Le dilemme est donc le suivant : si les nœuds de sortie ne sont pas considérés responsables pour le trafic qu’ils transfèrent, tous les criminels vont être amenés à se présenter comme nœud de sortie afin de pouvoir effectuer des activités illégales sans devoir se cacher. Inversement, si les nœuds de sorties sont considérés responsables du trafic qui leur passe à travers, plus personne ne se proposera en tant que nœud de sortie, et le réseau TOR sera donc amené à mourir.

Pour répondre à ce dilemme, il est tout d’abord nécessaire de distinguer entre le rôle actif ou passif des intermédiaires. Un intermédiaire passif (tel qu’un simple canal qui transfère tout simplement des paquets) est soumis à un régime de responsabilité limitée. Un intermédiaire engagé qui a un rôle plus actif sera par contre soumis à un régime de responsabilité plus stricte. Les architectures décentralisées telles que le réseau TOR utilisent les utilisateurs du réseau comme des simple tuyaux. Le problème c’est que en ne regardant que les logs, il est impossible de déterminer si le nœud de sortie avait un rôle actif ou passif dans la communication.

Nous nous sommes donc interrogés tout d’abord sur la question de la responsabilité juridique des FAI et des hébergeurs – pour étendre ensuite la question à l’usage des VPN et des proxys, pour savoir s’ils sont tenus responsable des activités illicites de leur utilisateurs. Tout d’abord, nous avons remarqué que, alors que – d’après la Directive Européenne sur la conservation des données – les FAIs sont soumis à l’obligation de conserver les données de leurs utilisateurs pendant plusieurs années, afin de les dévoiler aux autorités judiciaires en cas de besoin, cette obligation ne s’étend pas aux VPN qui ne sont pas soumis à la directive et qui ne sont donc a priori pas obligés de logger les communications qu’ils transfèrent. De plus, il n’y a pas actuellement d’obligation particulière de surveiller les communications pour les intermédiaires qui se comportent en tant que “mère conduits” (tel que définis par la directive eCommerce et article. L32-3-3 du Code des postes et télécoms français) – et que l’application d’une couche de chiffrement (ou déchiffrement) ne remet pas en cause ce statut qui est purement technique. Dans le cas d’un VPN, il est possible que l’opérateur du VPN soit contraint à collaborer pour faire identifier l’auteur de communications litigieuses (e.g. en demandant les logs) même si ce cas de figure n’est pas explicitement reconnu dans la Directive eCommerce. De même, un proxy d’anonymisation pourrait être visé par une action en cessation – afin de #bloquer, par exemple, certaines informations en provenance ou à destination d’une adresse IP spécifique. Le manque de jurisprudence rend la spéculation difficile, mais cela pourrait conduire à contraindre un nœud Tor de cesser complètement son activité. Enfin, en ce qui concerne le régime de responsabilité des individus qui agissent en tant qu’intermédiaires sur Internet, la situation change à selon des pays. En France, par exemple, la loi HADOPI considère que toute personne qui ne sécurise pas sa connexion commet un délit de négligence, alors qu’aux États-Unis et en Allemagne, les titulaires de connexion Internet sont exemptés de responsabilité s’ils arrivent à prouver que les activités illégales ont été commises par une autre personne.

La difficulté principale est due au fait qu’il est très difficile d’établir un compromis entre anonymat et sécurité. Il s’agit d’une dichotomie qui ne peut être résolue que par une réponse binaire: veut-on contrôler toutes les communications sur le réseau ou bien accepter la liberté de communications anonymes? Si on veut préserver l’anonymat, il faut renoncer à réguler les communications (en éliminant des lois telles que le droit d’auteur ou le loi contre la diffamation) et sauvegarder le rôle des intermédiaire passifs, au risque de faciliter l’activité de certain criminels. Si on ne veut pas autoriser l’anonymat, il faut dans ce cas responsabiliser tous les intermédiaires, détruire la structure décentralisée du réseau et établir des points de contrôle fiables et centralisés (tels que les FAIs, les hébergeurs).

Enfin, nous avons analysé la possibilité de détourner le réseau Tor, afin d’espionner les communications des utilisateurs du réseau. Il est en effet possible pour le nœud de sortie de savoir exactement à quoi les gens se connectent et quel est le contenu de leurs communications (dans la mesure où elles n’ont pas été cryptées préalablement).

Pour terminer, Hervé Le Crosnier nous a expliqué le mythe de l’utopie numérique, l’idée de pouvoir échapper à toute forme de contrôle grâce aux technologies. En combinant les technologies de cryptage, Tor, Bitcoin, etc, il est possible d’assurer un niveau très élevé d’anonymat, mais ces technologies ne vont protéger que l’émetteur, et non pas les correspondants ou les récepteurs. De plus, faut-il toujours faire confiance aux nœuds d’entrée sur le réseau Tor ? Comment éviter l’infiltration du réseau par des services secrets ou des cyberflics? S’il est vrai qu’il est souvent difficile d’appliquer les règles de droit sur un réseau de nature transnationale tel qu’Internet, la technologie à elle seule ne peut pas non plus réguler le réseau. Il faut se munir de plusieurs outils de protection, mais la sécurité ne peut être assurée que par l’utilisation pratique de ces outils dans un contexte social.

En conclusion, nous avons rappelé que la régulation du réseau ne se fait pas uniquement par des normes juridiques ou techniques, mais aussi par l’intermédiaire de normes sociales. Ces différents systèmes de normes interagissent les uns avec les autres. L’avancée des technologies numériques demande une modification des lois, mais les réformes du droit poussent aussi au développement de nouveaux outils technologiques. En effet, la production de nouvelles règles de  droit peut avoir des effets inattendus: plus elles essaient de contrôler le réseau, plus sera encouragé le développement de réseaux décentralisés visant justement à échapper à ce contrôle. En France, par exemple, la loi HADOPI a poussé de nombreux internautes à utiliser des réseaux pair à pair pour le partage des fichiers en passant par des VPN ou par le réseau TOR. Ces technologies rendent le travail de la police et des services secrets encore plus difficile, notamment lorsqu’il s’agit d’arrêter de vrais criminels ou des terroristes. Il est donc important d’introduire plus de souplesse pour les infractions les moins graves afin de ne pas encourager les infrastructures décentralisées à se développer de manière encore plus sophistiquées pour la réalisation d’infractions encore plus graves.

 commotion_kbabout_measure-03

Commotion

Commotion Wireless est un projet open source basé sur la construction d’un réseau maillé non hierarchisé (topologie mesh-network), Dans ce type de réseau (filaire ou non) tous les hôtes forment ainsi une structure en forme de filet. Chaque nœud doit recevoir, envoyer et relayer les données.  Si un hôte est hors service, ses voisins passeront par une autre route. Un réseau maillé peut relayer les données à l’instar d’un déluge ou un itinéraire, mais dans le second cas le réseau doit prévoir des connexions sans interruption ou calculer une déviation dont les communications sont cryptées, et dont l’aspect décentralisé est censé compliquer toute surveillance (y compris politique).

Contrairement aux connexions fixes, les utilisateurs n’ont pas besoin de s’engager auprès d’un FAI pour participer au réseau, et ils sont seulement identifiables par le matériel utilisé. Chaque appareil connecté au réseau est un nœud du réseau. Il émet et reçoit des informations via ondes wi-fi, et propage ainsi l’étendue du réseau. Le but de ce réseau mesh est de fournir un moyen de communication anonyme, décentralisé, sécurisé, et incontrôlable. Commotion permet de constituer des réseaux mesh autonomes à partir de terminaux fonctionnant sur les fréquences Wi-fi. Bien qu’aucune connexion à un autre réseau (internet par exemple) ne soit nécessaire, tout ordinateurs, téléphones mobiles et smartphones ou autre dispositifs connectés à Internet peuvent en faire profiter l’ensemble du réseau.  Semblable à d’autres réseaux mesh, tels que openmeshproject , Commotion se distingue par le fait qu’il a obtenu 2,3 M$ de Google et 2 M$ de l’état américain.

Ainsi, à différence des deux dispositifs présentés auparavant – qui nécessitent un point de connexion centralisé à un FAI – il s’agit ici d’une forme de décentralisation totale: non seulement au niveau logiciel ou numérique, mais aussi au niveau de l’infrastructure du réseau. Les utilisateurs du réseau mesh n’ont pas besoin de se connecter à un FAI, ils peuvent se connecter directement à leurs pairs. De plus, pour des raisons de sécurité, il est prévu qu’un système de chiffrement soit également mis en place afin d’assurer la protection et l’anonymat des données.

Ainsi, Commotion serait révélateur de cette fuite en avant pour échapper à la surveillance croissante des États. Alors qu’avec TOR, il y a toujours le risque qu’un FAI gère les communications en sortie de réseau, dans le cas du réseau mesh, les utilisateurs peuvent échapper à toute surveillance en évitant directement les FAIs. En effet, bien qu’un gateway soit nécessaire pour se connecter à Internet, il est possible de créer des sous-réseaux communautaires qui seront invisible aux internautes.

Or, en ce qui concerne les applications de Commotion, il a été jusqu’à présent utilisé essentiellement pour fournir des connections Internet dans des pays ou des quartiers pauvres, ou là où des catastrophes naturelles ont détruit les infrastructures du réseau (e.g. Fukushima, Haiti, ouragan Sandy). Commotion est utilisé aussi comme un projet communautaire avec un objectif pédagogique.

D’un point de vue technique, l’architecture mesh du réseau est en quelque sorte une reconstitution du réseau Internet tel qu’il avait été originellement conçu, comme un outil militaire qui peut se ré-organiser de manière dynamique selon des disponibilités d’infrastructures. L’avantage du réseau mesh par rapport au réseau Internet est qu’il est indépendant, plus robuste et résilient.

Nous nous sommes ensuite intéressés à l’applicabilité du droit sur ce type de réseaux. S’il n’y a plus d’entité centralisé (tel que les FAIs) qui peuvent gérer les communications, la surveillance doit se faire au niveau du dispositif. Il s’agit des technologies de trusted computing qui permettent de tracer et de déterminer la légitimité de chaque action des utilisateurs. Cela se retrouve dans la manière dont l’architecture d’Internet est en train d’évoluer, se transformant progressivement en un réseau de plus en plus intégré verticalement – avec un contrôle qui va du cloud computing au dispositif des internautes.

Pour conclure, nous prévoyons un développement rapide des réseaux mesh dans les années à venir, avec la multiplication des capteurs et des émetteurs qui peuvent être stratégiquement positionnés dans la ville, et le déploiement de dispositifs mobiles de plus en plus petits qui peuvent se transporter facilement (par ex.. wearable computing).

Le problème est que le déploiment d’un réseau mesh de grande dimension ne pourra se faire que si l’État décide de libérer les fréquences blanches (fréquences actuellement non utilisées) car les fréquences Wifi seront rapidement saturées. En parallèle avec les radios libres, la libéralisation du spectre a permis des évolutions politiques importantes, bien que aujourd’hui – 20 ans plus tard – il y a eu de nombreuses déceptions par rapport aux attentes initiales.

Felix Tréguer nous informe que, au niveau européen, il n’y a qu’une très faible prise de conscience des enjeux économiques et politiques liés à la libéralisation des fréquences radios. Alors que le Parlement est relativement sensible à l’utilisation des fréquences blanches pour réduire la fracture numérique, la Commission se place plutôt dans une logique d’ouverture orientées vers le partage des fréquences entre les grands opérateurs. Bien que la Commission soit sensible aux arguments sur la nécessité d’accroître l’accès à Internet, elle s’oriente uniquement d’un point de vue économique, dans le but de créer un grand marché numérique pour relier les internautes aux grandes plateformes commerciales. D’après lui,  le problème est lié au fait que les personnes qui s’occupent de ces questions sont des ingénieurs qui ne comprennent pas toujours suffisamment l’importance de se mobiliser au plan politique. Inversement, il est parfois difficile pour les membres de la société civile mieux insérés dans les milieux institutionnels de maîtriser l’ensemble des enjeux techniques.

 

BitTorrent Live, le streaming version distribuée…

La fameuse évolution du tout aussi fameux logiciel de partage de fichiers en pair-à-pair BitTorrent vient d’être officiellement « lancée » lors du SXSW d’Austin – Texas (8-17 mars 2013; notons que le projet avait été annoncé par Bram Cohen, créateur de Bittorrent l’année dernière au MusicTech Summit de San Francisco avec le projet de « tuer la télévision »…).

Il s’agit en fait d’une version béta de ce logiciel de Streaming en pair à pair où, comme l’explique le blog officiel de Bittorrent:

For anyone with mobile video or webcams, for anyone in the moment, on the ground, or on the front lines; for everyone with the need to break news or break it down in real time: BitTorrent Live is now open. Get involved.

BitTorrent Live is a peer-to-peer live streaming protocol. It’s based on the principles of the BitTorrent protocol. And it’s designed to make real-time reporting, and open expression accessible to all. BitTorrent Live eliminates bandwidth, cost, and infrastructure as broadcast barriers. The more people that tune in, the more resilient your stream.

Since November, we’ve been working with a number of digital creators and broadcasters in a closed Beta program. As Bram notes, “We’ve demonstrated scaling and improved stability during our invite-only period, and are excited to open our service up to anyone who wants it. Thanks to all our early users for their support.”

Thanks to you, it’s open to all. Live streaming by the people, for the people.

BitTorrent Live is still in Beta. But it’s one of the ways we’re working on solving for free expression and creative sustainability on behalf of artists, publishers, and broadcasters. Check out Live, and other BitTorrent artist tools, over at Labs.

BitTorrent Live correspondrait donc à un service de streaming vidéo basé sur le principe du protocole peer to peer Bittorrent à savoir un partage en temps réel de données entre utilisateurs de ce logiciel. L’enjeu semble de taille: tuer la télé donc mais aussi tacher de détronner Youtube et Ustream… Pour l’instant on parle de version béta et apparemment les test semblent plus concluants que ceux effectués l’année dernière… L’idée semblerait donc aussi de permettre la diffusion de vidéo en live en:

« s’affranchissant d’infrastructure, de bande passante, et de tout ce que cela englobe, notamment en matière d’investissement financier. En clair, « plus les gens regardent votre émission, plus le flux est résistant » explique la plateforme. La base est donc la même que celle qui garantit un téléchargement rapide et fluide d’un fichier qui transite par BitTorrent, à condition que les seeders soient au rendez-vous.

BitTorrent Live est donc présenté comme un service de « retransmission directe par les gens, pour les gens ». Déjà testé en bêta fermée, il peut désormais être utilisé par le biais d’une plateforme Web complétée par un guide en ligne. Reste désormais à voir comment les plateformes de vidéo et autres adeptes du podcast vont potentiellement exploiter ce nouvel outil, dont seule une popularité conséquente pourra garantir son bon fonctionnement, protocole BitTorrent oblige.

Audrey Oeillet, sur Clubic.com, 12 mars 2013

Reste à voir donc… Mais nous gardons les yeux et les oreilles grand ouverts!

 

Sources:

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Qaul.net

687474703a2f2f7777772e7161756c2e6e65742f696d672f7161756c2d6e65742e706e67

 

Découvert hier grâce à la veille de Primavera de Filippi, Qaul.net semble être une application capable de créer des réseaux « from scratch »; du moins lorsque l’on les infrastructures existantes sont ou ont été coupées par une action de censure ou des catastrophes naturelles…

qaul.net implements a redundant, open communication principle, in which wireless-enabled computers and mobile devices can directly form a spontaneous network. Text messaging, file sharing and voice calls are possible independent of internet and cellular networks. Qaul.net can spread like a virus, and an Open Source Community can modify it freely.

In a time of communication blackouts in places like Egypt, Burma, and Tibet, and given the large power outages often caused by natural disasters, qaul.net has taken on the challenge of critically examining existing communication pathways while simultaneously exploring new horizons.

Les créateurs de ce projet Christop Wachter & Mathias Jud seront le jeudi 14 Mars à Paris (CNAM – Musée des Arts et métiers, 18h30, gratuit sur réservation) pour une conférence sur « L’e-inclusion ou comment lutter contre la fracture numérique ? » Nous ne manquerons pas de les rencontrer à ce moment là pour comprendre en quoi leur projet se rapproche de projets tels que Commotion, Terranet ou Serval; et ce en quoi il se différencie.

D’ici là, leur vidéo de présentation nous semble intéressante. Elle se rapproche de l’analyse que nous effectuons sur les réseaux MESH (voir ici, ici et ici). Nous enquêtons donc!…

Plus de détails à retrouver bientôt ici!

 

qaul.net
Christoph Wachter & Mathias Jud
www.wachter-jud.net

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Centralisé vs Distribué (poster comparatif et lexique) – Justé Peciulyté

Justé Peciulyté est actuellement  étudiante en Master 2 recherche « Design, Médias, Technologie », spécialité Design & environnements à  l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (dans ce cursus, le semestre 3 se compose d’une large série de séminaires placés sous la direction d’Annie Gentès à Telecom ParisTech). Ses recherches portent sur les multiples relations du corps-environnements-technologies.

En 2012 elle a travaillé sur une comparaison et une définition des termes relatifs à la construction de réseaux de communication sans fils. Étant assez remarquable, grâce à l’autorisation de Justé, nous vous livrons ici ce travail de définition, d’illustration et de visualisation entre architectures centralisées et architectures distribuées.

WLAN vs WMN_poster

Ce travail de comparaison illustré se double d’un lexique précis reprenant l’ensemble des termes utilisés dans ce poster et qui ont permis de problématiser ce sujet, cette comparaison. Il est à retrouver ici:

WLAN vs WMN_lexiqueWLAN vs WMN_poster

L’ensemble de ces documents créés par Justé Peciulyté sont placés sous licence

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 France.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Le « Meshaging »: pourquoi le décentralisé?

Commotion possède un nouveau site Internet (commotionwireless.net) depuis quelques mois seulement (nous avions même eu la chance d’assister aux réunions de pré lancement-test- du site web en août 2012 à Washington). Lors de notre exploration de cette plateforme, nous étions pourtant passés à côté de ce post très intéressant qui présente (et « justifie » dans un sens) le travail et les réflexions des ingénieurs de Commotion (projet mené par l’Open Technology Initiative au sein de la New America Foundation à Washington DC voir ce précédent billet).

Ce texte a plus d’un intérêt car il montre de quelle manière le Work Department (auteur du billet en question) du projet Commotion considère  l’utilisation d’architectures distribuées comme une plus-value. Il cherche également à expliciter le choix de développer des services distribués ET mobiles dans une ville telle que Détroit. Il montre enfin l’attention portée par ces ingénieurs à l’écologie globale dans lequel le système technique qu’ils développent prend place:

 

As we worked through other parts of the Commotion project, we brainstormed ideas for wireless mesh applications. We noticed that our ideas would often replicate existing web services — e.g. a local fileserver for music or movies, or a local message board for neighborhood discussion. We began to wonder what would make a community wireless application more appealing than using a centralized Internet-based application. We agreed that it wouldn’t be enough to offer someone the simple satisfaction of knowing their data is decentralized… there would need to be some other benefits to using a local application.

What would these benefits be? What is special about the architecture of a community wireless mesh network? In pondering these questions, we considered what is provided by these networks — earlier, I mentioned that the networks provide internet connection sharing and local file sharing, but that’s only a part of the story. These networks also provide something much grander: they become community institutions. Unlike the Comcast hardware that is bolted out of arm’s reach on a utility pole, our community wireless equipment lives on our porches, in chicken coops, in our bell towers, and next to our desks. Each piece of equipment has a story behind it. We know who held the ladder while it was being installed and who lent their hammer drill to run a cable up to it.

A community mesh wireless router’s IP address is more than a 32-bit number. It has history and meaning. How can we build applications that reflect and enhance this?

 

LIRE LE TEXTE COMPLET ICI (https://commotionwireless.net/blog/exploring-meshaging)

 

Références:

  • http://oti.newamerica.net/
  • https://commotionwireless.net/
  • http://detroitdjc.org/

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Les nouveaux « méga-silos » qui fragmentent l’Internet

Le « futuriste » Bruce Sterling parle à Alexis C. Madrigal de The Atlantic, le 27 décembre 2012,  des raisons pour lesquelles, en 2012, parler de « l’Internet » n’a plus beaucoup de sens à son avis.

Your technology will work perfectly within the silo and with an individual stacks’s (temporary) allies. But it will be perfectly broken at the interfaces between itself and its competitors.

That moment where you are trying to  do something that has no reason not to work, but it just doesn’t and there is no way around it without changing some piece of your software to fit more neatly within the silo?

That’s gonna happen a lot: 2013 as the year of tactically broken bridges.

Lire la suite: http://www.theatlantic.com/technology/archive/2012/12/bruce-sterling-on-why-it-stopped-making-sense-to-talk-about-the-internet-in-2012/266674/

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

La Syrie a disparu… de l’Internet mondial

À suivre sur Twitter via le hashtag #SyriaBlackout

La nouvelle est arrivée hier à 10:26 UTC via une brève d’une entreprise qui surveille le statut de l’Internet mondial (Remesys). En effet, sur la table globale de routage du web, les 84 portes d’entrées sur la Syrie (les 84 blocs d’adressage IP assignés à ce pays en proie à une guerre depuis 2011) étaient devenues inaccessibles. L’infrastructure mondiale de l’Internet a donc été amputé en quelque part, le réseau à perdu les branches syriennes de ses rhizomes…

Qu’est ce que cette coupure signifie dans un pays à feu et à sang et où un régime de terreur cherche à contrôler l’information? Les militants syriens trouveront-ils des solutions décentralisées pour contourner ce blocage de l’Internet comme souhaiter le faire la technologie Commotion, Internet in a suitcase dans cet article du New York Times du 12 juin 2011?

Les prochains jours nous le diront, mais gageons dès à présent que c’est mauvais signe. Très mauvais signe… Ce type de coupure a souvent lieu lorsque les régimes politiques autoritaires deviennent nerveux à propos de la façon dont ils sont perçus de par le Monde (Mubarak, raïs déchu égyptien se permettait bien souvent d’agir de la sorte mais la dernière coupure en janvier 2011 avait cristallisé les revendications démocratiques de la place Tahrir et de ses militants connectés).

Plus d’informations ici (allthingsd.com article de Arik Hesseldahl)

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Réseaux distribués communautaires, vers une nouvelle pédagogie?

De quelle(s) manière(s) les débats liés à la liberté de communication sur Internet mettent en scène un « conflit de légitimité démocratique » ?

C’est à partir de cette question que Félix Tréguer analyse la façon dont s’affrontent deux camps censés pour l’un :

« Défendre l’application du droit positif à Internet au nom du primat de la démocratie représentative (et de ses institutions, législatives ou judiciaires par exemple) »

et de l’autre,

« revendiquer des pratiques communicationnelles en marge de la légalité, remettant en cause le droit de la communication au nom, justement, des valeurs démocratiques »

     Référence : Internet, espace d’une citoyenneté insurrectionnelle sur le blog Mediapart Internet & Démocratie, le 3 septembre 2012

Partant de cet exemple et de cette « division latente de tous les débats relatifs à la liberté d’expression sur Internet », Félix Tréguer[1] construit un argumentaire éclairant sur nombre de questions qui nous intéressent au sein de ce projet de recherche notamment celle de savoir par quels biais des citoyens revendiquent des pratiques « démocratiques » à partir de différents services web (décentralisés). En effet, beaucoup de discussions relatives à la liberté d’expression sur Internet s’appuient (uniquement) sur « les débats autour du partage non autorisé d’œuvres soumises au droit d’auteur que de nombreux législateurs et juges cherchent à combattre mais qu’une partie de la population revendique comme une pratique démocratique » (voir notamment les travaux de Philippe Aigrain et les initiatives de la P2P Foundation). Depuis 1999 et la naissance de Napster qui leur a donné une visibilité grand public, les technologies peer-to-peer ou réseaux informatiques distribués ont été « considérés presque exclusivement comme des menaces pour l’industrie des contenus numériques. L’usage principal de ces réseaux par le public étant le partage non autorisé de fichiers musicaux ou vidéo, le problème du droit de propriété intellectuelle, du droit d’auteur notamment, s’est imposé en tant que cadrage médiatique et politique prédominant des réseaux P2P et de leurs usages » (Musiani, 2011). En effet, leurs qualités intrinsèques, en dehors du débat relatif aux données qui circulent sur ce type de réseau, ont souvent été ignorées et la question de leurs places face à une pensée de l’informatique centralisée (les «géants » de Francesca Musiani[2]) s’est bien souvent retrouvée mise à l’index…

« Sharing » – Toronto, Ontario – http://tobanblack.net/blog/ – (CC BY-NC 2.0)

Pourtant, exceptée cette problématique de la propriété des données (sécurité, emplacement des datas) et de leurs utilisations par des tiers (privacy), les « vertus » (Elvin-Koren, 2006), les façons de « faire réseau » de ces technologies distribuées sont aujourd’hui en mesure de nous faire repenser la définition même du politique et de sa pratique. Les cadrages médiatiques et politiques des réseaux distribués pourraient peut être même évoluer et on pourrait trouver de nouveaux éléments de réponse au conflit de légitimité démocratique évoqué précédemment.

Pour en revenir à la problématique de ce billet ; au delà de pointer les rapprochements possibles entre les « manifestations de la citoyenneté insurrectionnelle (terme emprunté à James Holston) dans l’espace urbain et les formes de résistances dont Internet est le théâtre », les questions que soulève Tréguer interrogent la constitution même de nos infrastructures communicationnelles et déplacent le débat sur un plan qui nous semble plus intéressant:

Comment ces infrastructures « font politique »[3] ? En d’autres termes, de quelle manière représentent-elles une certaine structure et un fonctionnement (méthodique, théorique et pratique) d’une communauté, d’une société, d’un groupe social ?

Pourquoi passent-elles aujourd’hui pour des technologies disruptives alors que le principe d’architecture distribuée existe depuis longtemps (voir toujours) et supporte des services web bien connus qui ne semblent pas vraiment « disruptifs » ou ne posent pas de problèmes juridiques particuliers (Skype en tête qui repose en partie sur une architecture distribuée)?

Ce type de questions sur les artefacts et leurs aspects politiques n’est, lui non plus, pas nouveau[4]. Ainsi, dès 1989, Madeleine Akrich[5] soulignait l’importance de regarder les choix techniques sous jacents aux architectures des technologies qu’elle observait en Afrique et ailleurs dans le monde (Akrich, 1989). En 1978, après une année d’immersion dans les usines Citroën parisiennes, Robert Linhart[6] évoquait quant à lui le rapport que les hommes entretiennent entre eux par l’intermédiaire des objets : ce que Marx appelait les rapports de production. Il dénonçait dans cette enquête de sociologue embedded la « dictature des objets », la violence du lieu-usine en lui même et des objets techniques qui le constituent (on pourrait remonter ainsi de suite la chaine des auteurs divers et variés qui ont étudié les objets non-humains et leurs rôles d’acteurs au sein de systèmes sociotechniques…). Beaucoup de chercheurs en SHS / STS ont donc « calmé » quelque peu certaines ardeurs techno-optimistes qui voulait attribuer des fonctions particulières à diverses technologies et/ou en masquer d’autres…

Mais aujourd’hui, après avoir vu apparaître en 2011 de nouvelles « arabités numériques » (Gonzalez-Quijano, 2012) et différents mouvements indignados, occupy ou anonymous qui ont été prétextes à de nombreuses analyses autant optimistes que pessimistes à propos de l’avenir des mouvements citoyens et des « citoyennetés insurrectionnelles » abordées précédemment ; il semble encore plus important de porter un regard clair et objectif sur l’architecture même des services web, sur ce qu’ils permettent, ce qu’ils changent et comment leurs usages changent eux mêmes en retour (à l’heure où j’écris ce billet, owni.fr vient de publier un article à propos du rôle de « l’infrastructure internet » lors de la toute récente campagne présidentielle américaine menée par le camp démocrate et qui a vu la victoire de son candidat Barack Obama. L’intérêt pour ce type de question et l’analyse de ces objets vis à vis de la chose politique semble donc croissant…).

Prenant comme point de départ les discours portés sur les origines numériques des soulèvements arabes de 2011 et le rôle qu’auraient pu y jouer des architectures distribuées, notre travail de thèse consiste à comprendre les dynamiques sociopolitiques inhérentes à une technologie particulière, celle des réseaux distribués mobiles (MESH, MANET) qui correspondent à une architecture informatique décentralisée réellement « mobile » et « mouvante ».

En ce sens, le projet Commotion ou Internet in a suitcase révèle à bien des égards un nombre important d’enjeux inhérents à cette étude des réseaux distribués mobiles. Comme le soutiendra très prochainement Benjamin Loveluck (Cf. note 3), Internet peut-être compris comme un « libéralisme informationnel » qui engendre différentes formes d’auto-organisation. Concernant Commotion et pour étudier de près les acteurs de ce projet et l’ensemble de ses ramifications ; on peut déclarer d’ores et déjà que ce dernier se définit comme une boite à outils et non pas comme une « killer application » mobilo-distribuée qui révolutionnerait le monde de l’information et de la communication.

 

Commotion (COMMunity Open Technology Information Online Network selon la définition de Josh King[7]) est avant tout et pour l’ensemble de son équipe de développement une boite à outil qui rassemble différents principes d’utilisation des NTIC, et notamment celui d’auto-organisation et de plateforme commune uniformisée:

« It’s to pull together all these sort of existing mesh networking open source wireless mesh networking technologies and making sure that they’re easy and secure in writing graphical interfaces and documentation and adding in security encryptions. And the end point of the project is a series of sort of software application bundles for different platform » ;

« Envisionned it as a toolkit or Platform for people to be able to build a wide variety of different network ; […] Commotion is also something that provides an opportunity to do education and outreach around this idea of owning your own infrastructure. […] It’s not just a soft, it’s really a set of principles that are about autonomy and ownership your own communication capabilities » ;

« I think that I view the potential of Commotion as really a way to democratize infrastructure but in a different sense from the circumvention sense »

     (INTERVIEWS Technical & Field Team – Commotion Project – Open Technology Initiative – New America Foundation – Washington DC – Août 2012 – François Huguet)

Pourtant, Commotion est presque toujours mis en avant comme une technologie disruptive (surtout dans les discours journalistiques de 2011, année des soulèvements arabes) intervenant en temps de crises, de blocages, de censures, de guerres, de révolutions:

« Internet in a Suitcase is basically a software program aimed at giving people in conflict or disaster zones the ability to establish a secure, independent wireless network over their computers and cell phones. While the system (which, despite its name, involves neither hardware nor a suitcase) is being tested and is usable right now, [Sascha] Meinrath [directeur de l’Open Technology Initiative à la New America Foundation] and his team of developers around the globe are holding off on releasing it to groups like the Syrian rebels until they are confident that it can resist large-scale hacking by governments. »

     (‘Internet in a Suitcase’ ready for field testing, Foreign Policy, John Reed, 5 Novembre 2012 ;

    Concernant les présentations de Commotion par des journalistes, voir également les articles de Yves Eudes dans Le Monde (30 août 2011), « Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle », celui de Chloé Woitier dans Le Figaro (1er septembre 2011), « Commotion, l’accès libre et anonyme à Internet » et celui de John Markoff et James Glanz dans The New York Times (12 juin 2011) « U.S. Underwrites Internet Detour Around Censors ».

Partant de ces faits, on pourrait presque supposer que c’est de cette manière que l’Open Technology Initiative a pu faire financer le projet Internet in a suitcase – Commotion : en « surfant » en quelques sortes sur le 21st century statecraft, qui, selon les mots de la journaliste de The American Prospect Nancy Scola « Hoping to spread the American tech gospel to the rest of the world »… Mais ce serait réduire Commotion à un simple projet cyberdiplomatique américain et les choses ne sont pas si simples (voir notamment les billets publiés sur ADAM à propos du contrôle des infrastructures et celui qui mentionne l’intervention de Ben Scott à l’International Summit for Community Wireless Network)… Alors à quoi renvoie cette communauté « imaginée » pour reprendre le terme de Bénédict Anderson (1996), utilisatrice de réseaux distribués mobiles, idéaux types de l’auto-organisation sur Internet ? De quoi ces réseaux distribués sont-ils le nom ? Les États Nations pousseraient-ils au développement de tels outils pour modifier les formes d’application de la démocratie ?

La réponse se trouve peut être dans les vertus de cette citoyenneté insurrectionnelle qu’évoque Félix Tréguer après sa lecture de Holston, dans la nécessité de « renouer avec une approche ethnologique dans la politique de la ville, et se nourrir des contestations citoyennes pour engendrer une dynamique de changement social ». La ville, l’espace urbain, apparaît donc comme une composante essentielle et nécessaire de ce type de réseaux et de cette catégorie de soulèvements[8]. Manuel Castells tenait d’ailleurs des propos similaires en juin 2011[9] à propos de cette urbanité, initiatrice de nouvelles formes de communauté à liens plus ou moins faibles mais hyper-connectées:

« cette fois-ci les réseaux numériques pourvoient des formes flexibles et changeantes d’organisation et de débat, d’appel au secours, de distribution d’idées et d’initiatives, de décision collective distribuée. Les braves gens du mouvement ne sont jamais seuls, sont toujours connectés, et donc, ensemble n’ont pas peur. Leur mot : « Toutes ensemble, nous pouvons ». Pouvoir quoi ? Pour le moment, dans le discours du mou­vement, l’essentiel est de pouvoir être ensemble et, ensemble, découvrir une autre démocratie che­min faisant. »

Des propos proches de ceux que tiennent les instigateurs du projet Commotion, lui-même financé par le département d’État américain… Reste donc à chercher le lieu et le moment où cette réflexion sur les architectures, sur leur nécessaire décentralisation[10] s’articule avec la dimension critique et propositionnelle des « insurgés citoyens », l’instant où l’on comprend, ne serait ce qu’un peu, la matérialité des réseaux que nous formons et dont nous sommes des nœuds. Mais quid des compétences requises de la part de ces citoyens (et d’un appareil étatique[11]) en vue d’une participation active dans le mouvement social de transformation, dans cet « être ensemble » nouveau? Quelles compétences doit avoir un usager grand public dans un tel cadre d’utilisation de plateformes d’ « insurrection citoyenne » (on pourrait prendre comme exemple les « cosmopolitismes » multiples que sont les mouvements indignados, occupy, anonymous) ?

D’ores et déjà, il nous semble que les pistes soulevées par Serge Proulx[12] semblent intéressantes à plus d’un titre et posent des questions nécessaires au franchissement de cette étape que représente le devenir citoyen insurrectionnel « médié » par des réseaux distribués mobiles :

« Il apparaît évident que nous sommes dans une époque où triomphe l’industrie de l’infotainment. Les utilisateurs sont très majoritairement des consommateurs plus ou moins passifs des dispositifs numériques. Il reste que si les TIC doivent être pensées comme moyens pour favoriser l’émancipation sociale et maximiser la puissance d’agir des citoyens – qu’ils soient du Sud ou du Nord – il apparaît nécessaire de penser les potentialités civiques de la communication numérique à l’extérieur du cadre exclusif de la consommation (Proulx et Klein, 2012). Le défi pour la démocratisation technique consiste à chercher une troisième voie… Comment approcher des usagers qui se déclarent « intelligents » et « politiquement engagés » mais qui ne veulent pas nécessairement trop investir dans l’apprentissage technique des machines ? Voilà le défi. » (Proulx, 2012).

Et lorsque l’on défini les réseaux distribués mobiles (communautaires) comme étant quelque chose en mesure d’apprendre sur l’idée d’infrastructure à ses utilisateurs et non plus comme un simple logiciel; quand ce même quelque chose se donne à voir et à entendre comme une série de principes à propos de l’autonomie des réseaux de communication, sur la possibilité de redessiner en « relocalisant » l’information, en la distribuant d’une autre façon et en apprenant aux utilisateurs la façon dont ça « circule » dans ces réseaux ; on s’approche peut être de cette troisième voie…

 


[1] Réflexions et articles à retrouver sur le carnet de recherche de Félix Treguer We the Net, espace de réflexion sur les enjeux démocratiques liés à la protection de la liberté de communication sur Internet. Félix Tréguer est doctorant à l’EHESS Paris.

[2] Francesca MUSIANI (2012), Nains sans géants, architecture décentralisée et services Internet, thèse de doctorat (dir. Cécile Méadel, CSI-ENSMP), Ecole nationale supérieure des mines de Paris.

[3] Sur ce sujet, nous suivons avec attention les travaux de Benjamin Loveluck, qui soutiendra sa thèse de doctorat intitulée La liberté par l’information. Généalogie politique du libéralisme informationnel et des formes de l’auto-organisation sur internet le 4 décembre 2012 à l’EHESS Paris.

[4] Voir notamment Winner, L. (1986), « Do artifacts have politics ? », The whale and the reactor : a search for limits in an age of high technology, University of Chicago Press, Chicago, p. 19-39 ; Cooper, G., Woolgar. S. (1999), « Do artefacts have ambivalence : Mose’s bridges, Winner’s bridges and other urban legends in S&TS », Social Studies of Science, SAGE, Londres, p. 433-449.

[5] Akrich, M. (1989), « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et Sociétés, Volume 13, numéro 2, 1989, p. 31-54 ; voir aussi Akrich, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

[6] Linhart, R. (1978), L’Etabli, Editions de Minuit, Paris.

[7] Technical leader à l’Open Technology Initiative, « codeur » de Commotion.

[8] Notons néanmoins que les révoltes arabes, notamment en Egypte s’inscrivent dans une long processus de contestation et de revendications démocratiques débuté en 2004 par des grèves massives d’ouvriers du textile dans une (petite) ville du delta du Nil (Mahallah el-Kubra) et par une « révolution médiatique » débutée quant dans les années 1990 (pareil pour la Tunisie ou le combat ouvrier et syndical (dans des petites provinces) avait fait remonter depuis de nombreuses années des aspirations à plus de démocratie et une remise en cause du système Ben Ali). La révolution arabe de 2011 ne s’est pas faite dans un contexte vierge de toute revendications civiques, politique et socio-économique. Pour de plus amples précisions, voir les travaux de Yves Gonzalez-Quijano et de Tourya Guayybess sur la télévision satellitaire et les mutations médiatiques du monde arabe depuis l’arrivée de l’imprimerie.

[9] Castells, M. (2012), « Ni dieu ni maitre: les réseaux », FMSH-WP-2012-02.

[10] Dans l’ensemble de nos entretiens avec les équipes de Commotion (Field team, Policy team, Technical team, août 2012, Washington DC) les personnes interrogées mettent presque tout le temps en avant les aspects « décentralisés » de leur software, la « plus value » que cela apporte à leurs travaux. Pareil concernant les militants des mouvements occupy européens qui utilisèrent et développèrent durant l’année 2011, des réseaux sociaux décentralisés tels que Lorea et Crabgrass voir Gentès, A., Huguet. F, (2012) « Les alternatives aux réseaux sociaux –  l’architecture distribuée et le design de médias » in Stiegler, B. 2012 Réseaux sociaux, culture politique et ingénierie des réseaux sociaux, Paris, FYP.

[11] « Libérer » le spectre radio pourrait être un vecteur d’innovation à ce niveau là comme l’a été la « libéralisation » de la bande FM dans les années 80. Voir notamment la tribune de Félix Treguer et Jean Cattan (2011) à ce sujet : Le spectre de nos libertés

[12] Proulx, S. (2012), La Puissance d’agir des citoyens à l’ère du numérique : cyberactivisme et nouvelles formes d’expression politiques en ligne, in S. Najar, dir., Mouvements sociaux en ligne et cyberactivisme en Méditerranée, Karthala, Paris.

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

« Le routage, enjeu de cyberstratégie »

Une intéressante interview du chercheur Kavé Salamatian par Dominique Lacroix, analyste et blogueur pour Le Monde, explore les « mille lieux sous les liens hypertextes, dans un monde invisible où de grands acteurs se disputent le contrôle des réseaux. »

Quelques extraits:

« Si l’on comparait l’Internet à un continent, il serait peuplé d’Autonomous systems, les AS, qui en seraient les pays, séparés par des frontières, avec chacun sa législation, sa politique de routage. Il apparaît aujourd’hui que l’Internet est un espace stratégique dont l’importance dépasse les seuls enjeux techniques et technologiques. Il devient donc crucial de comprendre son architecture et la compréhension du routage est fondamentale pour cela. »

« L’Internet est un réseau virtuel bâti sur du réel. C’est un nuage qui prend solidement ses assises dans du béton. Par ses fibres optiques, par ses satellites, par l’environnement politique, légal et économique, l’Internet présente des contraintes physiques, géographiques, économiques, politiques qui ont nécessité des investissements colossaux. La géographie de l’Internet, ce qu’on appelle la cyber-géographie est un enjeu majeur de la cyber-stratégie. »

 

Lire la suite sur le blog de D. Lacroix.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Under Tomorrows Sky

http://undertomorrowssky.liamyoung.org/

Au détour de sa revue du web d’aujourd’hui, sur owni.fr, Pierre Alonso, pointe une très (très) intéressante vidéo issu d’un projet de Liam Young, un jeune urbaniste anglais basé à Londres qui se pose beaucoup de questions sur la ville du futur et sur ses supposées infrastructures de communication.

Le projet en question s’appelle « Under tomorrows sky » et correspond à un think tank rassemblant urbanistes, designers, auteurs, illustrateurs, chercheurs et spécialistes des effets spéciaux dans l’optique d’imaginer la ville de demain et l’ensemble de ces rhizomes dans différents contexte sociopolitiques… Voici la vidéo dénichée par Pierre Alonso qui illustre bien le fantasme d’une infrastructure de communication à la fois complètement mobile, distribuée, pirate, irradiante, volante, anticensure, etc…

Un wifi pirate volant

Imaginez un Napster volant, un nuage de drones qui irradierait un réseau pirate pour échanger des fichiers. La question ne serait plus qui possède ce réseau, mais « où est ce réseau », comme l’explique l’équipe Pirate Bay.

Les loupiotes fluorescentes pilotées à distance flottent dans le ciel. On en deviendrait presque lyrique, surtout avec cette BO.

extraits de http://revue-du-web.owni.fr/2012/10/25/un-wifi-pirate-volant/

Ces satanés drones repointent donc le bout de leurs antennes et font flotter encore le mythe d’architectures distribués mobiles et mouvantes… Ce n’est pas vraiment nouveau puisque il y a peu, nous nous penchions sur le projet Matternet qui souhaitait apporter des solutions aux problèmes de transport (notamment de médicament) en Afrique (« We are creating the next paradigm for transportation using a network of unmanned aerial vehicles » – www.matternet.us) ou bien sur celui de Tacocopter (beaucoup moins problématique…) de la livraison de Tacos par drones dans la baie de San Francisco (« Flying Robots Deliver Tacos To Your Location. Our unmanned delivery agents are fast and work tirelessly » – www.tacocopter.com)… Sérieux ou pas vraiment? à suivre dans tous les cas!

S’il prêtait une oreille au projet « Under tomorrows sky« , Philip K.Dick se retournerait certainement (de plaisir) dans sa tombe… Ses romans commencent à prendre forme dans notre réalité!

extraits:

UNDER TOMORROWS SKY IS A FICTIONAL, FUTURE CITY. SPECULATIVE ARCHITECT LIAM YOUNG OF THE LONDON BASED TOMORROWS THOUGHTS TODAY HAS ASSEMBLED A THINK TANK OF SCIENTISTS, TECHNOLOGISTS, FUTURISTS, ILLUSTRATORS, SCIENCE FICTION AUTHORS AND SPECIAL EFFECTS ARTISTS TO COLLECTIVELY DEVELOP THIS IMAGINARY PLACE, THE LANDSCAPES THAT SURROUND IT AND THE STORIES IT CONTAINS. ACROSS THE COURSE OF THE EXHIBITION INVITED GUESTS WILL WORK WITH THE CITY AS A STAGE SET TO DEVELOP A COLLECTION OF NARRATIVES, FILMS AND ILLUSTRATIONS. WANDER THROUGH THIS NEAR FUTURE WORLD AND EXPLORE THE POSSIBILITIES AND CONSEQUENCES OF TODAY’S EMERGING BIOLOGICAL AND TECHNOLOGICAL RESEARCH

http://undertomorrowssky.liamyoung.org

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Network (Barcelone, octobre 2012)

Barcelona bathed in golden light – Marcel Germain – wirelesssummit.org

Du 4 au 7 octobre 2012, se tenait à Barcelone le sommet international des réseaux communautaires sans fils (International Summit for Community Wireless Network #IS4CWN).

Quatre jours durant, l’Université Polytechnique de Catalogne a vu défiler une partie importante des acteurs à la fois professionnels et institutionnels de ce type de réseaux distribués qui se révèlent être bien plus que de simples technologies différentes de celles dites  « centralisées ».

Cet évènement, deux ans après le sommet tenu à Vienne en 2010, était une occasion importante pour l’ensemble des acteurs de ce secteur de se rencontrer, de consolider des relations déjà existantes et de mutualiser des actions globales de concertation et de communication de la communauté « MESH network, MESH technology ».

Tour d’horizon de ces quelques jours de « réseautage » au sens propre comme au sens figuré…

Making Policy Matter

Le sommet s’est ouvert le jeudi 4 octobre 2012 sur diverses présentation notamment celles de Sascha Meinrath (directeur de l’Open Technology Initiative – New America Foundation, l’un des fondateurs du projet Commotion) et de Ben Scott (Senior Advisor de l’Open Technology Institute et Visiting Fellow au Think Tank berlinois Stiftung Neue Verantwortung). Ce dernier faisait notamment partie de l’équipe rassemblée en 2009-2010 autour d’Hillary Clinton au sein du département d’État américain qui visait à établir le « 21’st Century Statecraft » (qui de façon très schématique pourrait se définir comme le programme de réflexion autour de l’utilisation des nouvelles technologies en termes de « développement » et de « diplomatie », voir à ce sujet les travaux de Laurence Allard, Univ Paris 3 IRCAV & enseignante Lille 3).

Scott rappela dans sa présentation le rôle et le regard qu’ont les États sur le développement technique. À partir de son expérience, il présenta la manière dont des observatoires nationaux jouent un rôle au sein des processus d’innovation et de développement technique au sein de leurs pays mais aussi en dehors de leurs frontières. Très intéressante, cette communication rappelait au passage les déclarations d’Hillary Clinton à propos des technologies de l’information et de la communication:

We are working at the State Department to ensure that our government is using the most innovative technologies not only to speak and listen across borders, not only to keep technologies up and going, but to widen opportunities, especially for those who are too often left on the margins.

agenda-setting 2009 – July 15 speech to the Council of Foreign Relations, Hillary Clinton (http://prospect.org/article/next-diplomatic-cable)

L’intervention s’acheva sur une mise en perspective de ces logiques de partenariats Etats-fondations-entreprises-projets de recherche-initiatives privées. Les mots clés du sommet commençaient à être dans toutes les bouches: Civil society, building networks, empowering communities, educating governments, shaping markets through good public policy… L’idée de décentralisation des services internet était aussi très présente dans le discours de Scott, tout comme le terme d' »Internet du futur ».

Crédits photos: François Huguet

Le reste de la journée permit d’introduire l’ensemble des personnes présentent au sommet et de présenter, chacun leurs tours (lors de Community Network Lightning Talks) leurs projets, la spécificité de leurs déploiement, des « écologies » socio-techniques dans lesquelles ils s’installent, le type de communautés dans lesquelles leurs réseaux distribuées sont implantés ou souhaitent s’implanter et les enjeux relatifs à ces déploiements (sécurité, redistribution des accès à Internet, innovations et comportements inattendus suite aux premiers test, etc.). Nous vîmes défiler nombre de projets notamment l’Athens wireless Metropolitan Network, Freifunk, Funkfeuer, Wlan slovenija, Arig, Commotion, Guifi, et Serval (il était malheureusement impossible d’assister à toutes les interventions étant donné que plusieurs ateliers se déroulaient en même temps).

Un « Hacklab » visant à s’échanger et à configurer diverses machines informatiques était aussi installé dans les sous sols de l’UPC. Sur les tables de ce laboratoire plus ou moins improvisé trônaient des routeurs, des ordinateurs, des fers à souder, des smartphones, des antennes radios, des tupperwares… Nul doute que beaucoup de réseautage s’est fait autour de tous ces objets et du « bidouillage » qu’on y  effectue bien souvent lorsqu’il s’agit de créer des réseaux communautaires sans fils… Mon ordinateur dont le logo de la marque est une pomme m’attira de cordiales railleries et des incitations à me tourner vers le libre, l’open source. Mais il me permit aussi de récolter d’autres « mots clés »:

DIY, Open Source, Open Standard, build your own infrastructures, your antennas, your interfaces, etc…

Crédits photos: François Huguet

La première journée du colloque s’acheva sur une communication d’Amelia Andersdotter, eurodéputée et membre du Parti pirate suédois (également directrice de l’EPFSUG, European Parliament Free Software User Group). Andersdotter évoqua le programme européen à propos du spectre radio et les discussions qu’il a suscité au sein des délibérations du parlement européen (tout est encore et malheureusement très flou… Sur ce sujet, suivre les actions de La Quadrature du Net et de Félix Treguer, à la pointe (entre autres) de l’actualité sur les négociations autour du spectre radio au niveau français et européen).

Collective Awareness Platforms for Sustainability and Social Innovation & White Spaces

La journée du vendredi 5 octobre débuta sur une intervention de Fabrizio Sestini (Scientific Officer, European Commission DG Information Society), responsable de l’initiative et de l’appel à projets « Collective Awareness Platforms for Sustainability and Social Innovation (CAPS) » à la Commission Européenne (DG Communications Networks, Content and Technology). Sestini présenta les grandes lignes de cette initiative en mesure de financer nombre de projets qui étaient présents au sommet tout en interrogeant les innovateurs sur leurs logiques et leurs dynamiques de recherche. Un moment parfait pour de jeunes projets d’arriver à trouver des financements européens à la hauteur de leurs besoins. Derrière cette intervention, différents ateliers étaient proposés notamment un à propos de l’utilisation des fréquences blanches du spectre radio.

L’après midi était consacré à l’étude de plusieurs cas de développement notamment en cas de crises humanitaires (déploiements de réseaux MESH à Haïti et en Colombie, enjeux, perspectives et développements). Les retours critiques des différents projets étaient très intéressants à observer mais encore une fois, les discussions tournaient autour des protocoles de routage, de la façon dont on peut les améliorer, les rendre plus stables, éviter les pièges dus à des configurations géographiques particulières, etc.

 

Crédits photos: François Huguet

Epic Fail & Toolkits for Community Outreach and Organizing

La journée du samedi fût pour moi et mes intérêts de recherche, la plus intéressante de ce « colloque-sommet professionnel ». Il s’agissait ici de retours d’innovateurs sur leurs expériences, sur les erreurs commises lors de ces recherches, sur les « epic fail » de leurs premiers tests, et des premiers déploiements de réseaux sans fils décentralisés à travers le monde. Outre le fait de porter un regard plein d’humour sur leurs expériences, l’idée de cette communication réflexive était de mettre en avant les erreurs à ne pas commettre et à lier les différents projets entre eux. Effectivement, l’ensemble des militants des « community wireless networks » semblent avoir en commun le fait de s’être déjà électrocutés en branchant des antennes radio sur le toit de leurs immeubles ou d’être tombés d’une échelle en essayant de fixer des routeurs sur le mur de leurs maisons… Crédits photos: François HuguetL’objet technique créé par ces communautés de développeurs étant quelque chose d’assez « matériel » lorsqu’il s’agit d’installer des antennes sur le toit de bâtiments, on notait ici tout comme dans le hacklab, un intérêt très important pour le matériel et pour la « tangibilité » des infrastructures de communication.

Suite à cette première discussion, des ateliers se mirent en place et je suivis celui de Greta Byrum, Nina Bianchi et Jonathan Baldwin intitulé « Toolkits for Community Outreach and Organizing ». Après nous avoir présenté les actions de la Detroit Digital Justice Coalition (voir également l’article de Stéphanie Vidal à propos des nouvelles dynamiques de rénovation urbaines basées sur le développement du numérique à Détroit) et le travail de Jonathan Baldwin, développeur d’une application MESH de cartographie collaborative dans le quartier de Red Hook (Brooklyn, NYC), les discussions se transformèrent en atelier de simulation des activités qu’ils réalisent avec leurs publics lors des différentes actions de sensibilisation.

Effectivement, Baldwin, Byrum et Bianchi sont plus des pédagogues et des militants que des techniciens acharnés qui veulent développer LA killer application et LE business model capable de révolutionner le marché de l’Internet. Proches de tout les mouvements Maker faire, Do it Yourself, Community working, etc. leur objectif est plus social et civique que purement économique. Nous discutâmes longuement de leur référentiels professionnels et d’autres termes firent leur apparition au fil des discussions: John Dewey, pragmastisme, pédagogie active

Chez eux, comme chez la plupart des personnes que nous avons interrogé lors de ce sommet où lors de notre enquête au sein de l’Open Technology Initiative à Washington, l’outil technologique (les technologies MESH, ici le software commotion) est plus considéré comme un moyen que comme un fin, l’objectif est de reconstruire un lien qui s’est brisé en quelque part et le cas de la ville de Détroit est assez édifiant: le gouvernement fédéral s’était totalement désengagé de l’écroulement économico-industriel de la ville… On parle donc de boite à outils pour reconstruire, bricoler des choses qui se sont un brisées… A commencer par le lien social. Notons qu’en termes de références et au détour d’un échange, un des intervenants fit référence au travail de David Simon à propos de Baltimore et de la Nouvelle Orléans, deux villes en souffrance analysées dans les séries télévisées produites par HBO et qui sont un pur exercice d’ethnographie urbaine. Les références sont à chercher dans des travaux plutôt atypiques donc…

Le MESH est elle une « technologie pansement », un outil de développement civique créateur de nouvelles formes de communautés d’utilisateurs plus autonomes vis à vis de leurs structures de communication? La chose reste à vérifier mais ce sont les lignes qui émergent de ce type de rassemblement. Lignes que l’on retrouve dans beaucoup de « mouvements socio-culturels » actuels qui ont pour objet de mobilisation et d’action les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication: Fab Labs, Hack Labs, Maker faire, DIY, Anons, etc.

 

 

Détails références:

  • Nancy SCOLA – The Next Diplomatic Cable – http://prospect.org/article/next-diplomatic-cable
  • Laurence ALLARD – La diplomatie du téléphone portable à la conquête des pauvres – http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/ALLARD/47679
  • Laurence ALLARD – Du Coca au Nokia ? Smart power, philanthrocapitalisme et téléphonie mobile – http://www.mobactu.fr/?p=396
  • Stéphanie VIDAL – Du sans fil pour recoudre Detroit– http://www.slate.fr/story/43031/detroit-wifi

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

De l’intermédiaire vers le contrôle de l’infrastructure globale

Mana Neyestani © – page Facebook: https://www.facebook.com/ManaNeyestani?fref=ts

Dans le billet précédent, Francesca Musiani discutait très justement de la responsabilité des intermédiaires de l’Internet dans le cas de publications de contenus « insultants » ; du moins capables de provoquer des réactions « tangibles » dans la sphère publique (et non « virtuelles » ; elle s’appuyait sur l’exemple des heurts violents en Lybie et en Égypte suite à la publication du teaser d’un supposé film intitulé Innocence of Muslims sur la plateforme vidéo YouTube appartenant à Google[1]).

Certes la position de ces intermédiaires est plus que délicate dans le cadre « d’affaires » comme celle-ci[2] ; Cécile Méadel insistait d’ailleurs (dans les commentaires du billet) sur le fait que ces mêmes géants du web, Google, Facebook, Twitter, etc. reconnaissent la possibilité qu’ils ont de bloquer des contenus (stratégies Notice and Take down et Follow the money mis en place pour lutter, par exemple, contre la “contrefaçon” des contenus dont la propriété intellectuelle est protégée ou contre des données pédopornographiques). Face à ces évènements, se pose donc à nouveau la question de savoir qui est « légitime » pour retirer ou laisser en ligne des contenus offusquants car à l’heure actuelle, seuls ces géants du web semblent dotés d’un pouvoir de retrait, pour le meilleur et pour le pire mais à chaque fois au détriment de leurs utilisateurs et des internautes. Alors que révèlent de plus les « dessous » de cette affaire (ou plutôt les « tuyaux » par lesquels elle a été médiatisée)?

            Pour qui s’intéresse aux questions culturelles et politiques du monde arabe contemporain, Yves Gonzalez-Quijano propose, sur son édifiant carnet de recherche, une lecture tout à fait particulière de cette affaire à la fois linguistique et socio-politique.

 […] un des aspects les plus étonnants de cette nouvelle crise entre le « monde musulman » et « l’Occident » tient sans nul doute à cette étonnante alliance entre la bêtise des hommes (ceux qui sèment la haine de l’islam) et les armes dites « intelligentes » (lire Of stupid men and smart machines sur le site Jadaliyya.

Entre autres conséquences, cette nouvelle « affaire » va également contribuer à faire évoluer l’image publique des réseaux sociaux et de leur utilisation. Là aussi, le temps de l’innocence a pris fin et on note […] un sentiment de plus en plus plus mitigé vis-à-vis des réseaux sociaux et plus largement des technologies numériques, capables, on l’observe de plus en plus, du pire comme du meilleur.

En plus d’illustrer les nécessaires opérations de traduction (au sens large) à effectuer dans le cadre de cette crise, Yves Gonzalez-Quijano avance dans cet article plusieurs éléments qui nous amènent à nous interroger sur la « possession » des infrastructures de télécommunication. Effectivement, quelques jours après cette affaire, l’Iran décidait de verrouiller Internet prétextant le « mal » que provoquent les géants-américains de l’Internet (mettant en exergue la diffusion (sur YouTube donc Google, donc Gmail…) du film scandale mentionné précédemment. Prétexte plutôt absurde en Iran, pays majoritairement chiite et n’ayant pas le même rapport aux représentations du prophète que l’iconoclasme sunnite[3]). Depuis lors, l’Iran serait soit disant déconnecté du réseau mondial et désormais, en tant qu’Etat, à la tête d’une sorte d’Intranet géant (et « hallal », soit « licite » en opposition à l’Internet mondial jugé corrompu (Google et Gmail en ligne de mire) par les autorités iraniennes (voir à ce sujet l’article de Pierre Alonso sur le verrouillage de l’Internet en Iran. Quelques jours avant les déclarations du ministre iranien délégué aux Communications et aux technologies de l’information, Reza Taghipour, la liste de discussion de TOR, The Onion Router (plus d’informations ici) commençait à se préoccuper de cette possibilité et débattait des solutions techniques à opposer à ce blocage qui a surtout comme explication la volonté iranienne de se couper du réseau mondial, non pas pour hallaliser quoi que ce soit mais plutôt pour se prévenir d’attaques du type Stuxnet Olympic Games, programme de piratage informatique développé et lancé en 2011 par les américains et les israéliens afin de compromettre le programme nucléaire iranien (voir l’article d’Olivier Tesquet à ce sujet). Loin d’un soit disant « choc des civilisations » prédit par Huntington, des mythes de « guerres culturelles » ou religieuses, de protéger des utilisateurs des « dangers » que représentent les réseaux sociaux, l’enjeu est surtout ici industriel et terriblement « technologique ». L’objectif : contrôler les « tuyaux de l’information » et tout ce qu’on fait circuler à l’intérieur (encore une fois, on se préoccupe très peu des utilisateurs).

On en revient donc encore une fois à Francesca Musiani et à ce qu’elle déclarait à propos des infrastructures et de l’importance de leur études en SHS (article Caring about the plumbing: On the importance of architectures in social studies of (peer-to-peer) technology:

ARCHITECTURES MATTER!

En regardant cette « affaire » Innocence of muslims et la décision iranienne de se couper du réseau mondial avec un autre angle d’analyse et nos lunettes d’infrastructures studies ; on se rend compte qu’il s’agit peut être ici de contrôler des architectures « physiques » (les câbles, les fils, la fibre optique, les tranchés, etc.) et que ce faisant, des intermédiaires publics pourront bloquer (un peu) les modes de circulation de toutes ces données sur le web qui échappent, la plupart du temps, à n’importe quel type de contrôle (D’ailleurs, un tribunal portugais a jugé récemment les échanges peer to peer légaux).

Mais quel(s) câble(s) vont-ils et pensent-ils couper en se référant à cette carte ? Comment pensent ils contrôler les autres types de connexions pouvant être établies via radio-transmission transfrontalière, ou satellitaire? Pourquoi le faire maintenant ? Apparemment, le type de surveillance qu’ils veulent appliquer est assez simple et la liste de diffusion de TOR planche sur des solutions à opposer à ce blocage (ce qui semble compliqué d’après les rapports de tentatives des codeurs-développeurs militants bénévoles du routage en oignon). Ce dernier est basé sur une sorte de barrière entre espaces ‘public’ (visible par tous), et privé (visible localement seulement) selon certaines « familles d’adresses ». Les conventions de ces espaces sont spécifiées dans RFC 1918 (RFC : Request For Comments). Selon Tawfik Nassar, consultant en informatique,

Toute adresse IP (Internet Protocol) 10.X.X.X est une adresse privée. Les adresses 192.168.X.X aussi… C’est-à-dire qu’on peut avoir des millions de machines dans le monde ayant le même numéro (ex : 10.1.1.1) sans que cela provoque une confusion même lorsqu’elles sont connectées au réseau Internet (pourvu que le numéro de chacune soit unique dans son propre réseau local).

En réalité, chacune de ces machines est obligatoirement connectée au web à travers une machine qui, elle, a un numéro ‘public’ – donc unique sur le web (un « nœud central »). C’est à partir de cette machine qu’on pourrait filtrer / router les infos du web vers les machines de son ‘réseau local’ (ayant des numéros privés). Personne non plus de l’extérieur ne pourrait avoir accès aux machines internes… À moins que la machine de routage fasse les traductions d’adresses (public/privé) nécessaires à ces communications. C’est presque le cas lorsqu’on est à St Nom la Bretèche (Yvelines) avec un routeur WiFi (lui-même connecté à une machine Orange quelque part à Rambouillet)… Sauf que ces machines sont toutes sympas et laissent tout passer… Enfin… Pour le moment…

Une telle opération s’est produite en janvier 2011 en Égypte : les robinets de l’information furent tout simplement « coupés » lorsque le régime Moubarak s’aperçut qu’il n’était plus en mesure de contrôler la vitesse de circulation de l’information sur le web. Très rapidement, l’affaire fit grand bruit et Google, via l’intermédiaire d’un de leurs employés, Wael Ghoneim, créa des solutions pour continuer de pouvoir utiliser le web via des canaux détournés tels que le système GSM (le speak to tweet développé avec Twitter) ou les bon vieux modems téléphoniques (en passant par les numéros de téléphones de FAI étrangers). Mubarak avait dû rouvrir les vannes pour garder la face quelques jours de plus… On connaît tous l’écho que les réseaux sociaux lors du printemps arabe. Alors que faire face au retour de bâton des plomberies de la communication et à la peur qu’un plombier fou vienne tout couper sous prétexte que c’est « bon » pour les utilisateurs?

Étant ces jours-ci à Barcelone pour l’International Summit for Community Wireless Networks, je me rends compte que c’est, entre autres, ce genre de questions et de problématiques qui ont amené au financements de projets de réseaux communautaires sans fils de grandes envergures (de type Commotion ou CONFINE, c’est toujours le cas après l’intervention de Fabrizio Sestini – Programme manager at the European Commission DG INFSO, currently in charge of the multidisciplinary initiatives on « Collective Awareness platforms for Sustainability and Social Innovation » and « Internet Science). Ce type d’initiative est plutôt simple à résumer : au delà de créer un software performant capable de gérer la compatibilité et la communication entre divers types de devices, ces projets se veulent pédagogiques et se définissent comme des toolkits capables d’amener les utilisateurs à créer leurs propres réseaux communautaires, à les entretenir et à les étendre. Ils se veulent outils de développement civique, social, technique, politique et culturel (l’exemple de Détroit utilisant Commotion et de la Detroit Digital Justice Coalition est probant) et « esquisses » de l’internet du futur (plus localisé, plus « pris en charge » par ses utilisateurs, plus responsabilisé). Mais de quoi sont ils le nom précisément ?

C’est au croisement de ces problématiques que s’articule notre travail de recherche. Nous y reviendrons dans un autre billet prochainement (Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Network Barcelona) et tout au long du projet ADAM pour essayer de définir le nom de ce type de réseaux décentralisés, sans fils et mobiles.


[1] Notons dès à présent que ce film, en fait la bande annonce d’un long métrage qui ne verra certainement jamais le jour, fût tournée en 2011 et que les conditions de sa production puis de sa publication ultra médiatisée sont plus que douteuses. Voir notamment l’article de Gawker à ce sujet celui d’Arte Journal du Globe et du Point.

[2] Et comme le rappelle Yves Gonzalez-Quijano (cpa.hypothèses.org), “Inutile de revenir sur les détails d’un « scénario », celui de la fabrication de cette crise, laquelle n’a de toute manière pas encore livré tous ses secrets”.

[3] Citons ici également, un autre article publié en octobre 2011 par Yves Gonzalez-Quijano sur cpa.hypotheses.org (à lire ici http://cpa.hypotheses.org/3015) qui relativise l’actualité de l’iconoclasme sunnite: “Lors d’un débat consacré par la chaîne saoudienne (très halal) Al-Arabiya, deux juristes importants, Saleh Al-Luhaydân (صالح بن محمد اللحيدان) et Hatem Al-Sharif (حاتم الشريف) ont ainsi publiquement relativisé le tabou d’une représentation des figures majeures de l’islam, tels que les prophètes ou ceux qu’on appelle les « Compagnons » (Sahaba). Ils sont même allés jusqu’à reconnaître qu’elle n’était pas forcément illicite…”


François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

International Summit for Community Wireless Networks (Streaming)

Suivez en direct l’International Summit for Community Wireless Networks

4-7 October 2012 | Universitat Politècnica de Catalunya Barcelona, Spain

 

Cet évènement rassemble la majeure partie des initiatives de réseaux décentralisés mobiles à travers le monde (Commotion, Serval, Guifi, Freifunk, Funkfeur, Tidepools, etc.). Nous reviendrons dans un billet plus long sur cette conférence mais d’ores et déja, vous pouvez suivre les conférences et les discussions grace à un streaming en direct.

 

Sponsors de ce colloque:

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Infrastructure, « services basés sur l’IP » et l’Internet comme service public

Qu’est-ce qu’un « service basé sur l’IP » (Internet Protocol -IP- enabled service)? La réponse à cette question par les décideurs politiques californiens – et, sous couvert, par une poignée de firmes de communication – pourrait bien, selon la professeure de Harvard Susan Crawford, ex-cadre de l’ICANN, avoir des implications pour le futur du haut débit en Californie, et probablement ailleurs aux Etats-Unis.
Les frontières plus ou moins inclusives de cette définition affectent les manières dont on qualifie les logiciels, les équipements et l’infrastructure qui sous-tendent l’accès des internautes à l’information et aux données – et avec cela, la définition et la possibilité d’accès elles-mêmes.

Le projet de loi que les législateurs de Californie viennent d’accepter, et envoyer pour signature au gouverneur, est en principe centré sur la déréglementation de la Voix sur l’IP (VoIP). Mais le problème, note Susan Crawford, c’est que le projet de loi couvre de facto tous les « services basés sur l’IP. » Or, conformément aux régulations fédérales actuellement en vigueur, les « services basés sur l’IP » comprennent non seulement les contenus et les fonctions qui utilisent des câbles et des ondes, mais aussi les câbles physiques et les antennes elles-mêmes. D’un point de vue légal, cette définition permettrait actuellement de définir en tant que « services basés sur l’IP » tout moyen et contenu de communication, à partir des tuyaux enfouis dans le sol jusqu’à n’importe quel site Web. La Federal Communications Commission, l’autorité de régulation des communications américaine, a re-nommé toutes les communications utilisant le protocole Internet « services basés sur l’IP ». Ce qui, remarque S. Crawford, est comme appeler une autoroute un « parcours compatible avec les voitures électriques, et puis ne la rendre disponible que pour que les gens riches parce que les voitures électriques sont vraiment cool ».

La FCC a entrepris cette activité de « re-nommage » dans l’hypothèse que la concurrence entre les différents types de fournisseurs de communications (téléphone, câble, sans fil) permettrait de protéger les consommateurs en maintenant les prix bas et une qualité de service élevée, et que la réglementation traditionnelle des communications n’était, par conséquent, pas nécessaire. Mais le moment est venu, constate S. Crawford, de constater que cette prédiction ne s’est pas réalisée. La situation des Etats-Unis est actuellement celle d’un pays où les fournisseurs de services mobiles et filaires se sont partagé le marché: AT&T et Verizon abandonnent le câblage des résidences privées, et se concentrent exclusivement sur les réseaux sans fil; tandis que Comcast et Time Warner ont le contrôle des services filaires monopolistiques locaux. Un tel scénario semble propice à l’avènement d’un two-sided market où l’opérateur de communications non seulement ferait payer le consommateur pour l’accès au réseau, mais chargerait également les fournisseurs de services pour l’accès *au* consommateur. Le projet de loi californien semble le résultat de l’influence de ces firmes sur les autorités législatives et de régulation de l’Etat, afin de minimiser la régulation d’un « monopole sur un besoin fondamental ».

Ce qui ramène à l’une des grandes questions de gouvernance de l’Internet: les câbles, les antennes, les tuyaux, bien qu’ils soient propriété d’un ou plusieurs acteurs qui cherchent à en tirer profit, sont-ils à traiter comme un service public, dotés d’une valeur de bien commun, en tant qu’infrastructure qui permet à la richess de l’information et des données sur le réseau de prospérer? L’argument juridique des firmes en question est généralement qu’elles doivent être considérées en tant que « speakers » grâce au Premier Amendement – comme la presse, par exemple – et que par conséquent, toute tentative de les réguler est inconstitutionnelle. Bien qu’il soit probable qu’on entendra répéter maintes et maintes fois cette affirmation dans les années à venir, souligne Susan Crawford, les consommateurs (et électeurs) devraient continuer à insister pour qu’elles soient traitées comme des services publics (utilities), telles l’eau et l’électricité, dont les installations ont été construites en utilisant les biens publics, et sont soumises à un certain degré de surveillance et de réglementation. Sans ce contrôle – conclut S. Crawford – aucune des sociétés Internet qui ont fait la fortune de la Silicon Valley n’aurait été fondée.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website