Socio-économie du « substrat » du réseau

Le projet ADAM fait sa rentrée, avec quelques suggestions de lecture. Car cet été a vu la parution, sur des journaux à comité de lecture en libre accès, online-only et en langue anglaise, de deux articles susceptibles d’intéresser les lecteurs de ce site et plus en général, les spécialistes des médias en réseau qui s’intéressent à l’économie, à l’architecture et à l’organisation du « réseau des réseaux » et des services qu’il héberge.

La première contribution, “This Is Not a Bit-Pipe: A Political Economy of the Substrate Network”, par les chercheuses du Trinity College de Dublin Rachel O’Dwyer et Linda Doyle, est paru dans Fibreculture en juillet dernier. Les auteures y examinent, dans une perspective de politique economique, les rapports de force qui faconnent les « cultures en réseau » d’aujourd’hui. Elles analysent tout particulièrement l’infrastructure qui soutient la production et la circulation des contenus numériques, sur lesquelles la littérature se focalise souvent de manière exclusive; elles souhaitent ainsi mettre en contexte les ressources sociales et techniques du Web, maintes fois réduites à leur dimension utopique. Les auteures soulignent l’importance de comprendre le « réseau » sur lequel nous basons plusieurs de nos activités quotidiennes comme une composition de couches logiques et physiques contingentes, comme un ensemble d’applications et de contenus, des protocoles et des services mis en œuvre au plus haut niveau du logiciel, mais aussi du substrat inférieur ou « couche physique » du réseau, comprenant du matériel physique, comme les canaux, les routeurs, les technologies de stockage et de traitement, et des ressources telles que le spectre, la bande passante, l’espace physique et l’énergie humaine. Ensemble, ces couches forment l’infrastructure sur laquelle le contenu est produit, distribué et extrait. Bien que la reconnaissance, dans la litterature spécialisée, des logiciels et des protocoles comme artefacts « politiques » soit en plein essor, une analyse de la politique des supports physiques est largement absente de ce débat, soulignent Rachel O’Dwyer et Linda Doyle. Le plus souvent, le substrat materiel du réseau est présenté comme le fondement sur lequel est implémentée une architecture politique. Toutefois, de récentes controverses mettant en évidence l’exercice de la souveraineté politique par l’infrastructure de communication (c’est le cas du « printemps arabe »), et les diverses conditions politiques, environnementales et de travail qui alimentent aujourd’hui l’économie de l’information, sont en train de placer les politiques de la couche physique à l’avant-plan. Il devient clair, concluent les auteures, que nous avons besoin d’une politique économique qui accorde son attention aux manières dont le surplus s’accumule au niveau de toutes les couches du réseau: celle du contenu, celle des processus logiques, et celle du substrat du réseau, où les circuits matériels et immatériels de production convergent, et entrent parfois en conflit. Une telle analyse est un enjeu central pour la conceptualisation d’un nouveau cadre théorique pour la culture libre.

Le deuxième article, aussi publié en juillet dernier, est par l’auteure de ce billet. « Caring About the Plumbing: On the Importance of Architectures in Social Studies of (Peer-to-Peer) Technology« , paru dans le numéro inaugural du Journal of Peer Production, souhaite souligner l’importance, pour les recherches en sciences sociales qui prennent pour objet les médias en réseau, de s’« intéresser aux tuyaux », ou, comme Susan Leigh Star l’a très bien formulé, « faire remonter à la surface le travail invisible » sous-tendant les pratiques, les usages et les échanges en réseau – comme partie intégrante et incontournable des processus de constitution, d’organisation et de changement de la networked society. L’article rassemble et discute un ensemble de travaux réunis autour d’un intérêt pour l’architecture du réseau Internet comme dispositif politique, juridique et économique – une « propriété relationnelle », la trame même des comportements et des interactions des usagers en réseau. Ces travaux fournissent une boîte à outils qui permet d’aller rechercher dans les « couches inférieures » d’un réseau certaines des raisons à la base de choix de développement, de réappropriation par les usagers, de formes d’organisation et de régulation. Ils ouvrent la voie à une analyse des trajectoires d’innovation de l’Internet qui contribue à éclairer comment des formes spécifiques de distribution et décentralisation de l’architecture (ou leur manque) influencent procédures, pratiques et usages. Ils peuvent ainsi constituer le fondement d’une perspective méthodologique et d’approche au terrain qui montre les influences réciproques entre le développement de l’architecture et de l’organisation technique des services P2P alternatifs – leurs points de passage obligés, lieux d’échange et de stockage, croisements des flux – et la définition de leurs usagers, en tant que consommateurs, partageurs, producteurs et « gestionnaires » d’informations personnelles et contenus numériques.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Libéra(lisa)tion : architecture distribuée, mobilité, spectre et corps


 

En mai 2011, Félix Treguer et Jean Cattan publiaient un plaidoyer en faveur d’une libération des ondes radios. Pour le résumer très rapidement, cet article intitulé « Le spectre de nos libertés » (publié sur plusieurs sites web Owni, Mediapart, La Quadrature du Net), posait la question suivante :

[…] Et si les internautes devenaient un peu plus que de simples utilisateurs ? En se voyant offrir la possibilité d’investir les fréquences hertziennes, ils pourraient être des fournisseurs, non seulement de contenus, mais également d’accès. Nous serions alors bien plus que des consommateurs et Internet verrait son caractère acentré et multipolaire préservé. […][1]

L’étude des architectures distribuées « mobiles » nous pousse à travailler sur de tels enjeux. Mais la question n’est pas aussi simple qu’elle n’y paraît, du moins l’on pourrait continuer à se poser nombre de questions quand bien même cette libéralisation voyait le jour. Dans le cadre de réseaux « devices as infrastructures », l’infrastructure réseau est constituée uniquement du parc de terminaux (mobiles, sans fils, hybrides ou « fixes ») et de leurs capacités à utiliser le spectre radio comme vecteur d’échanges d’informations entre eux et avec Internet. Reste que, comme le remarque Treguer et Cattan, l’utilisation de cette ressource invisible correspondant au fait de s’appuyer sur des ondes radios pour transporter de l’information ou en recevoir de manière libre et sans contrat est pour l’instant assez verrouillée par les autorités publiques en France et ailleurs dans le monde (exception faite de certains canaux réservés tels que le Citizen Band (CB), fréquence radio dédiée à la pratique du radio amateurisme et d’autres fréquences permettant l’utilisation de certains terminaux de communication tels que les Talkie-Walkie, appareils bluetooth, télécommandes et liaisons domotiques, etc.[2]).

Libérer le spectre radio au sens où l’entendent les acteurs du wifi libre à l’heure actuelle correspond donc, à la fois, à déverrouiller et à « légaliser » les conditions d’utilisation de technologies et des formes de réseaux dans lesquels les nœuds de ces derniers ne sont ni fixes ni persistants (à la différence des antennes relais GSM par exemple). Une « libéra(lisa)tion » du spectre « légaliserait » donc en quelques sortes des architectures réseaux à la fois spontanées et anarchiques, au sens où la hiérarchie entre les équipements du réseau est beaucoup moins marquée qu’avec des équipements fixes et reliés à des câbles en acier qui sont eux mêmes dans des tranchées sous la terre (ou dans des câbles sous l’océan), reliés à d’autres câbles (ou fibres optiques) grâce à de grands serveurs téléphoniques (grands ou supers-nœuds pour faire un parallèle avec les descriptions de protocoles peer to peer)…

Les réseaux wifi ad-hoc maillés (MESH), ces fameuses architectures distribuées mobiles qui nous intéressent tant dans le cadre du projet ADAM rejouent donc quelque chose de l’histoire des radio télécommunications  à plusieurs niveaux :

– ils réinterrogent le rôle de l’Etat en tant que garant du pluralisme formel (parfois censeur) du spectre radio ;

– ils réinterrogent l’accès public et non contrôlé au spectre comme les radios pirates l’avaient fait avant eux (il y a de cela plus de trente ans en France. Ces radios furent reconnues comme la « première exception au monopole public sur l’accès au spectre électrique »[3]) ;

– ils abordent l’idée d’un « débordement ubiquitaire » de l’Internet sur le spectre hertzien et toutes les conséquences qui en découlent.

De fait, les réseaux wifi autonomes (Guifi, Freifunk, Funkfeuer, etc.) ou les projets de réseaux MESH-MANET à grande échelle (Commotion, Serval, Terranet) se placent comme des passagers clandestins difficiles à appréhender pour l’instant et, en quelques sortes, en dehors de la législation puisqu’ils utilisent les fréquences blanches du spectre radio, sortes de « marges » de débordement des fréquences attribuées à différents opérateurs et gérés par l’Etat (voir article de Ophelia Noor à ce sujet[4]). Mais s’ils venaient à changer d’échelle, c’est à dire à passer du projet humanitaire d’urgence[5] ou du projet civico-diplomatico-numérique[6] à un véritable système de communication grand public mondial, est ce que comme le suggèrent Cattan et Treguer[7], l’Etat resterait le gardien de la nature égalitaire des moyens de communication existants et garantirait ainsi l’expression d’un pluralisme réel ?

Effectivement, il semble aujourd’hui nécessaire de repenser l’exploitation du spectre de façon partagée et décentralisée et il est entendu que l’ouverture de ce dernier serait certainement et sous certains aspects « porteuse d’une nouvelle vague d’innovations technologiques, sociales et démocratiques ». Mais quid de la place des utilisateurs et de leurs corps, ainsi que des futurs opérateurs de télécommunications sur ces réseaux mobiles, autonomes et décentralisés?

Qu’en est-il de ces humains transporteurs des devices, prolongement des capacités des communications de l’homme et corps responsables de la stabilité et de la qualité du réseau (dans le cas de réseau MESH, il faut notamment être à disposition des autres appareils pour assurer les sauts d’utilisateurs à utilisateurs comme dans de nombreuses architectures informatiques distribuées telles que Skype) ? Qu’en est il de cette architecture réseau qui s’anthropomorphise et devient en quelques sortes humaine puisque intégrée dans les poches des utilisateurs du réseau ? Qu’en est il des « nouveaux opérateurs » de télécommunication qui ne font plus de bénéfices sur les ventes d’abonnements et leurs promesses de qualité de service à leurs abonnés (qualité d’émission et de réception de fréquences radios qui assurent la qualité des services de télécommunications proposés) ? Qui sont ils ?

Sont ils ces géants du web tels que Google et Microsoft qui financent via leurs fondations des projets de technologies MESH ? Veulent-ils vendre à tout prix leurs systèmes d’exploitation pour terminaux mobiles et modifier l’économie actuelles des TIC ?

Si Télé-, est le préfixe signifiant l’éloignement, « à distance »; et face à cette réinvention du local et des liens faibles entre utilisateurs de TIC, parlera t’on bientôt de  Péri- communication ou de nouvelles communications de proximité ass?

Il ne faut pas oublier de garder à l’esprit que les objets techniques ont un contenu politique au sens où ils constituent des éléments actifs de l’organisation des relations des hommes entre eux et avec leurs environnement[8], le « braconnage[9] » du spectre par les radios pirates des années 70-80 en étaient une belle illustration. Aujourd’hui face à cette renégociation de ce support de communication sur lequel nous pouvons faire circuler des tonnes d’informations, il est nécessaire de s’interroger en profondeur et sur plusieurs niveaux.


[1] Jean Cattan est allocataire de recherche en droit des communications électroniques à la Faculté de droit d’Aix-en-Provence ; Félix Tréguer est chargé des affaires institutionnelles et juridiques à La Quadrature du Net et doctorant à l’EHESS (http://www.wethenet.eu/).

[2] Pour plus d’informations sur l’attribution des assignations des fréquences et Ultra Hautes Fréquences en France voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/UHF

[3] Treguer, F. and Cattan, J. (2011), Le spectre de nos libertés, OWNI, News, Augmented, en ligne : http://owni.fr/2011/09/12/wifi-alternatif-ondes-radio/, dernière consultation le jeudi 12 juillet 2012.

[4] Noor, O. (2011), Le wifi libre entre en résistance, OWNI, News, Augmented, en ligne : http://owni.fr/2011/09/12/wifi-alternatif-ondes-radio/ dernière consultation le jeudi 19 juillet 2012.

[5] L’application SERVAL par exemple et son principe de déploiement d’un réseau MESH lors de catastrophes naturelles où les infrastructures de communication se sont effondrées (http://www.servalproject.org/).

[6] Tels que Commotion Cf. Allard, L. (2012), La diplomatie du téléphone portable à la conquête des pauvres, Le Monde Diplomatique, mai 2012 (http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/ALLARD/47679)

[7] Treguer, F. and Cattan, J. (2011), op.cit.

[8] Akrich, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

[9] De Certeau, M. (1990 (1e éd. 1980)), L’Invention du quotidien, Gallimard, Paris.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Open Garden – Crowdsourcing mobile Wifi

Le vainqueur du concours TechCrunch Disrupt de la start-up la plus innovante qui s’est tenu à New York du19 au 23 mai dernier est un projet intitulé Open Garden Mesh. Il s’agit d’un logiciel de partage de connexion internet entre différents appareils ou en d’autres termes l’établissement d’un réseau ad-hoc où les appareils « autorisés » bénéficient d’un connexion optimale dans un « filet » de connectivité.

Dans un article du Figaro du 13 juin 2012, Sophie Amsili ajoute que:

« Open Garden a développé sa propre technologie pour permettre aux appareils dotés de l’application de se connecter automatiquement entre eux lorsqu’ils se trouvent à proximité. Chacun se transforme alors en routeur au sein d’un réseau «mesh» (un «filet» sans point d’accès central). «Si un appareil de ce réseau a accès à Internet, un autre appareil peut alors en bénéficier», a expliqué Michal Benoliel, cofondateur et PDG d’Open Garden et ancien de Skype lors de la conférence TechCrunch Disrupt à San Francisco où la start-up a été primée.

Un système de crédits

Plus précisément, les appareils interconnectés vont choisir la connexion de meilleure qualité dans le réseau, qu’elle soit Wi-Fi, 3G et 4G. Open Garden pourrait-il alors ouvrir la voie aux «passagers clandestins», ces internautes qui utiliseraient la connexion des autres sans en payer aucune? Conscient de ce problème, la start-up indique travailler sur plusieurs solutions, notamment un système de crédits: quand on ouvre son accès à Internet, on collecte des crédits qu’on peut ensuite utiliser pour se connecter à d’autres appareils. «Vous recevez ce que vous donnez», résume Michal Benoliel.

Disponible sur iPhone, Android, Windows et Mac, l’application est gratuite et est destinée à le rester, a précisé le PDG. Seules certaines fonctionnalités, comme un réseau privé (VPN) et un débit plus élevé, pourraient être payantes.

Open Garden n’est pas la première start-up à vouloir rendre gratuits ou plus libres certains services propres aux nouvelles technologies de l’information. Prédécesseur d’Open Garden, la start-up espagnole Fon, créée en 2006, ambitionne elle aussi de créer une communauté mondiale partageant son réseau wi-fi. Les applications mobiles Viber et Skype permettent quant à elles de passer des appels et des d’envoyer des SMS gratuitement dans le monde entier. »

L’illustration de la technologie Open Garden en vidéo:

 

Nous reviendrons prochainement sur ce projet qui est au cœur des enjeux de nos recherches sur les architectures distribuées mobiles. Notons néanmoins l’actualité de ce type d’architectures mobiles qui après le « buzz » médiatique de Commotion et de Serval révèle les applications toutes récentes et à destination du grand public des réseaux MESH.

 

Sources:

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Discours des applications mobiles et applicabilité de la mobilité « distribuée »

Le 21 avril 2012, Yves Eudes, dans une article intitulé Le logiciel de téléphonie mobile qui défie le contrôle des Etats (cf. article) présentait Serval, une application Androïd censée bouleverser le monde de la téléphonie mobile et des télécommunications en général. De la même manière que d’autres services tels que Commotion et Terranet (cf. vidéo ci dessous), Serval s’appuie sur une topologie de réseau MESH (en anglais « mesh » signifie « maille », ou « filet »), qui est une forme d’organisation de systèmes de communication qualifiant des architectures réseaux dont tous les hôtes (ou « pairs ») sont connectés de proche en proche sans hiérarchie centrale (serveur), formant ainsi une structure en forme de filet (au sein de laquelle l’information est totalement distribuée entre les utilisateurs-clients – forme la plus poussée de distribution informatique mobile).

  • Vidéo de présentation du service Terranet (http://terranet.se)

En cas de pannes, de déconnexions ou de coupures d’un des points du réseau, cette « forme d’organisation » ou « topologie » qui illustre les principes de l’architecture informatique distribuée permet de réduire le nombre de points sensibles à l’intérieur du réseau et donc d’en assurer sa fiabilité, sa robustesse et la continuité des communications. En d’autres termes, si un hôte (un pair) est hors service, ses voisins passeront par une autre route. Cette architecture réseau, issue de la recherche militaire, a été utilisée initialement pour des usages militaires (les spécifications du standard international « MESH » OLSR (Optimized link state routing protocol – RFC 3626) de l’Internet Engineering Task Force (IETF) ont été produites par l’Institut National de Recherche en Informatique et Automatique (INRIA) dans le cadre ouvert du groupe de travail Mobile Ad hoc NETwork (MANET) de l’IETF [créé en 1997]. Néanmoins, il existe plus de 70 schémas d’acheminements d’informations (standards) sur des réseaux MESH – Cf. liste ici).

Pour certains acteurs de ce type de réseaux:

« Comparées aux solutions centralisées classiques sans-fil, les solutions « MESH », ces « réseaux maillés », autorisent un déploiement rapide et simplifié, une grande évolutivité de la couverture et, de par leur maillage, une forte tolérance aux pannes et aux interférences, réduisant significativement les coûts d’installation et d’exploitation des réseaux.

Ces solutions reproduisent l’architecture de l’Internet tout en l’optimisant pour le sans-fil » (www.openmeshproject.org).

Dans une certaine mesure, le titre de l’article d’Yves Eudes semble donc approprié. Désormais, des logiciels, des « applis » mobiles nous permettent de créer et d’utiliser facilement ces topologies réseaux MESH (notons néanmoins que des déploiements à grande échelle n’existe toujours pas et qu’il s’agit de versions « béta » pour l’instant) pour créer des réseaux temporaires entièrement décentralisés échappant à tout contrôle administratif et commercial. Et en effet, en regardant de plus près les réseaux de communication mobiles actuels, on se retrouve souvent confronté à un  modèle top down centralisé où toutes les communications passent par un relais contrôlé par des opérateurs (les antennes relais de téléphonie mobile notamment). Serval quant à lui, tout comme le logiciel Commotion et le service Terranet, utilise les équipements sans fils (wifi) des téléphones pour créer des réseaux point à point totalement libres et où chaque téléphone joue le rôle d’un relais indépendant (une sorte d' »Internet fantôme », ou d' »Internet de l’ombre »). Le parc d’équipement, en d’autres termes, l’ensemble des mobiles deviennent l’infrastructure réseau (devices as infrastructure). Pour TuniBOX, webzine tunisien,

Les conséquences de la démocratisation de cette nouvelle technologie risquent d’être dramatiques pour les opérateurs téléphoniques.

Mais pourquoi donc les opérateurs devraient trembler face à ces technologies?… Suite au billet précédent qui présente la démarche de Janet Abbate (« L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 2012), qu’en est il de ce type de technologie « réseaux MESH » qui semble, selon leurs concepteurs et les journalistes-bloggeurs qui en parlent « décrire un avenir technologique possible, mais aussi le rend(re) culturellement signifiant »? Que savons nous aujourd’hui du « contenu politique » de cette typologie de réseaux device as infrastructure?

Pas grand chose si ce n’est leurs sources de financements, l’endroit où elles sont « pensés » (Etats-Unis, Suède, Australie, Europe), celui où il « ferait sens » qu’elles soient déployés (régimes autoritaires où règnent censure et blocage d’Internet, zones sinistrées par des guerres ou des catastrophes naturelles, zone mal desservies par des infrastructures de communication quelconques) et le fait que l’actualité récente leur ait donné un certain coup de projecteur médiatique. Effectivement, ce type de technologie, comme la plupart des objets techniques, propose des « scripts » qui se veulent prédétermination des mises en scène que les utilisateurs sont appelés à imaginer à partir du dispositif et des « pré-scriptions » qui l’accompagnent (voir Akrich, M. (1987) Comment décrire les objets techniques? Techniques et Culture, 9, 49-64). Ici, on pense immédiatement aux révolutions arabes, à des pays tels que la Syrie, la Tunisie, l’Égypte où Internet fût bloqué pour empêcher la dissémination d’information via les réseaux sociaux et où bon nombre de commentateurs brandissaient la thèse du déterminisme technologique pour expliquer les révolutions (voir la critique de Smaïn Laacher et Cédric Terzi à ce propos). On voit aussi se dessiner la catastrophe nucléaire de Fukushima et le séisme de Haïti en 2010. Le MESH, d’une certaine façon, se présente par ses constructeurs comme LA solution de construction rapide d’infrastructures de communication robustes, autonomes, économiques, auto-configurables et sécurisée. Les problèmes liés à l’autonomie des terminaux mobiles (batteries), ceux liés à l’utilisation d’un spectre radio appartenant de fait à l’État (et ce même si ces technos s’appuient sur les fréquences « blanches » de ce spectre, au centre de nombreux enjeux) sont résolus… En exagérant le trait de façon volontaire, on pourrait presque croire que si tous les utilisateurs de terminaux de communication mobiles installaient ces applis ou logiciels, les FAI et les vilains opérateurs télécom disparaitrait (rendus obsolètes par le « braconnage » des fréquences blanches du spectre radio qui serait autorisé par l’Etat), les dictatures s’effondreraient, la « fracture numérique » disparaitrait et un nouveau rapport aux infrastructures de communication verrait le jour (mais cela ne peut fonctionner à grande échelle qu’à la condition d’une utilisation massive: « plus il y en a, mieux cela fonctionne ». Il faut d’ailleurs en possédait un de terminal, chose pas toujours évidente)… Nous retrouvons ces idées sur le site web de Serval et de Commotion:

Extraits (www.servalproject.org/):

  • if you say the word slowly, it becomes Serve All – which is an aim of our software
  • Communications should not just be for the geographically and financially fortunate — communication should be freely available to everyone.
  • It shouldn’t matter whether you live in a city or in the bush. It shouldn’t matter whether it is economical for a cellular carrier to provide service to your community. It shouldn’t matter whether you can afford cellular rates, or have credit on your phone.
  • Nothing should prevent you from communicating with those near and dear to you. We also believe that people should be able to continue to communicate when they need it most. In the face of earthquake, wild fire or cyclone, communications systems should keep working as well as they can, with whatever infrastructure remains available.

Extraits (https://code.commotionwireless.net/projects)

  • As recent events in Tunisia, Egypt, and Libya have illustrated (and Myanmar demonstrated several years prior), democratic activists around the globe need a secure and reliable platform to ensure their communications cannot be controlled or cut off by authoritarian regimes. To date, technologies meant to circumvent blocked communications have focused predominantly on developing services that run over preexisting communication infrastructures. Although these applications are important, they still require the use of a wireline or wireless network that is prone to monitoring or can be completely shut down by central authorities. Moreover, many of these technologies do not interface well with each other, limiting the ability of activists and the general public to adopt sophisticated circumvention technologies….

Notre travail d’analyse des architectures distribuées au sein du projet ADAM ne vise pas à remettre en cause l’intérêt de ces technologies mobiles, bien au contraire, il s’agit plutôt de s’éloigner d’une vision techno-enthousiaste afin d’analyser réellement l’épaisseur pratique et politique de nos infrastructures de communication, socle bien souvent invisible de nos sociétés contemporaines et d’éclairer, comme le rappelle Cécile Méadel, les visions normative que nous attribuons à des technologies. Nous cherchons à comprendre de quelle manière il est possible de faire un parrallèle entre la terminologie propres aux nouvelles formes de « distributions » d’informations sur Internet et la terminologie politique au sens large (décentralisation, déconcentration, responsabilisation, partage, nouvelles communautés – lien avec mouvements occupy, pirates et anonymous actuels. Y a t’il influence des technologies sur les pratiques et paroles politiques ou s’agit-il du contraire?). Encore une fois, nos travaux visent à prendre en considération les discours mêmes des concepteurs de ces technologies tout comme leurs diffuseurs, leurs « communiquants », leurs « installateurs » et leurs utilisateurs. En ce sens, et toujours à propos des applications distribuées mobiles, nous pourrions évoquer une forme de « peer to peer – distribué mobile » qui existe depuis un certain nombre d’année et qui s’appelle Bluetooth (sur lequel s’appuyait la première version d’un réseau social distribué mobile français: Mobiluck). Ce standard de communication entre appareils basé sur un rayonnement électromagnétique a été amélioré au fil des ans mais l’arrivée de l’Internet mobile (Edge, 3G, 4G, etc.) l’a rendu complètement obsolète (en occident du moins), sauf pour de la connectique simple de types enceintes, télécommandes, oreillettes, kit mains libres voiture, etc. Reste qu’en Afrique, il demeure un standard d’échange de fichiers très utilisé car léger, simple, installé par défaut sur la majorité des terminaux utilisés par les usagers de téléphonie mobile. En 2007, Arnaud Contreras proposait d’ailleurs de l’informatique ubiquitaire à Tombouctou en se focalisant sur les usages des technologies en présence dans cette ville malienne. Son installation « Tombouctou Bluetooth » devenait ainsi une sorte d’outil de protection de sites historiques, dérivé d’un usage très fréquent qui avait été auparavant « braconné » par les maliens (voir à ce sujet les travaux de Aude Maïmouna Guyot sur les outils de cartographie et de géolocalisation au Sénégal, et ceux d’Annie Gentès sur le design d’interactions). L’utilisation du bluetooth est moins « médiatique » que celle de ces réseaux MESH mais tout autant « politique ». Le réseau bluetooth, ici le système imaginé par Contreras devient l’artefact politique par lequel nous allons prêter attention aux sites historiques. Il va les « protéger ».


Tombouctou Bluetooth par a360

Notre travail autour des architectures distribuées mobiles passe aussi par une analyse politico-sémiotique des dispositifs. L’enquête que nous menons passe par ce type de travaux, d’angles d’analyses et d’entretiens. Sont ils révolutionnaires comme l’affirme cette vidéo du service de réseaux MESH (fixe) de Village Telco?

Cela reste à prouver et si c’est le cas, nous tacherons de savoir pourquoi et comment.

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Serval, (enfin!) une « architecture distribuée mobile »

Un projet de service-application mobile complètement distribué voit le jour (enfin!).

Nous reviendrons très prochainement et plus en détail sur ce type de services mais en attendant, voici une petite revue de presse (en français) à propos de Serval projet initié par le chercheur australien Paul Gardner-Stephen et des étudiants de l’INSA Lyon.

 

 

 

 

SITE OFFICIEL: http://www.servalproject.org

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Le peer-to-peer, clé de voûte pour les économies futures ?

Compte-rendu du séminaire W2S par Michel Bauwens à la Cantine, 16 décembre 2011

 

« Ce ne sera pas une conférence sur comment devenir riche avec des startup, » souriait Michel Bauwens au début du séminaire W2S à la Cantine de vendredi 16 décembre. Les deux heures et demi de présentation et de discussion qui ont suivi, ayant pour thème « From Collaborative Prosumer Capitalism to a Commons-based P2P Economy », ont pourtant mis en avant la possibilité d’un véritable modèle économique alternatif basé sur le peer-to-peer (P2P), qui, loin d’être une utopie pour un futur lointain, s’infiltre toujours plus dans nos pratiques quotidiennes et pourrait constituer la clé de la durabilité à moyen et long terme de nos économies et de nos sociétés.

 

Les évolutions de la coopération

Comme M. Bauwens l’a souligné en ouverture de sa présentation, en présentant à l’audience le site du projet de science agraire communautaire nutrientdenseproject.com, le P2P est loin d’être exclusivement ancré dans l’immatériel et le virtuel. Au contraire, il serait à traiter comme un paradigme de partage immédiat, en réseau, de connaissances et d’information. A ce jour, on compte des milliers d’exemples de plateformes P2P, basées sur l’échange de connaissances, de code et de design. Ces plateformes, qui pour la plupart viennent de voir le jour ou sont en train de naître, posent des problèmes autant qu’ils peuvent en résoudre. Pourtant, d’après M. Bauwens, elles forment une sorte de préfiguration sociale du monde à venir. Est-on en train de vivre la troisième révolution de la productivité humaine? La dernière évolution du modèle coopératif repose-t-elle désormais non pas sur la mise en place de systèmes de motivation, mais sur la suppression des obstacles au partage et au commun ?

Si dans le monde pré-moderne la qualité de la coopération était basse (modèle féodal/impérial, relation de pouvoir, confrontation), et dans le monde moderne, moyenne (modèle industriel, de marché, basé sur les échanges monétaire, résultat neutre), Michel Bauwens fait l’hypothèse qu’on entre maintenant dans une « ère P2P » dotée d’une haute qualité de coopération, basée sur la synergie et le « wisdom game ». Les personnes contribuent désormais à des projets communs qui dépassent le simple échange direct, sur la base d’une motivation intrinsèque (tel est le cas de Wikipédia). Dans plusieurs de ces projets, le code reste dans le commun et il y a de la production de commun même dans le cas d’une co-existence avec une logique marchande plus traditionnelle. La division du travail au sens classique évolue vers une distribution des tâches ; on effectue ainsi le déplacement d’une vision panoptique à une vision oloptique – tous peuvent voir les changement apportés par les différents pairs.

Si plusieurs exemples dans l’histoire témoignent de comment, au fur et à mesure que la société se complexifie, des grandes entités finissent par « prendre le dessus » et entrainer des involutions du système, la promesse des projets P2P réside d’après M. Bauwens dans le « global scaling of small group dynamics » : les projets P2P fonctionnent bien en petits groupes, mais « ce qu’on aime » dans ces petits groupes, comme les dynamiques d’égalitarisme, se prête maintenant bien à être mis à l’échelle.

Le P2P peut être conçu comme un système où l’intérêt individuel se marie à l’intérêt collectif – non pas par altruisme, mais par design social. Quelle que ce soit la motivation à la base des actes des individus, un « système d’exploitation universel » (universal operating system) se crée en même temps avec un système social.

 

Pour un dépassement du « capitalisme netarchique »

Partout où la production entre pairs émerge, elle tend à déplacer les modèles d’entreprise basés sur le profit et la propriété intellectuelle. Aujourd’hui, la classe du « capitalisme netarchique » commence à investir dans le P2P parce que « ça marche mieux », remédie à certaines fragilités du système. D’après M. Bauwens, le système classique, basé sur la propriété intellectuelle, ne peut pas perdurer dans le temps : il s’agit du modèle de « capitalisme cognitif » préconisé par Microsoft et l’industrie pharmaceutique, par exemple, où le code source reste fermé et le client paie pour le service ou le produit. Cependant, trois autres modèles sont possibles. Soit les entreprises gardent la propriété intellectuelle, mais ne font pas payer leur produit ou le distribuent gratuitement ; soit elles adoptent une stratégie open source, où les programmeurs sont payé mais le code reste libre ;  soit, enfin, un modèle démonétisé (ce qui n’implique pas pour autant qu’une économie n’existe pas autour) peut être proposé. Ces trois modèles « contre-concurrencent » le modèle classique, sans que leur succès ou leur échec réponde à une loi d’airain : le cas Apple en est, à ce jour, la meilleure preuve.

On assiste dans le scénario actuel à une horizontalisation des institutions verticales, qui donne lieu à une variété de modèles hybrides. Ceux-ci se distinguent pourtant, dans leur ensemble, par l’émergence de trois institutions. En premier lieu, les contributeurs : la valeur n’est pas directement liée à la privatisation, l’innovation se fait dans le commun, le design est également mis en commun et c’est là que la valeur est créée. En deuxième lieu, les « for benefit associations » : il ne s’agit pas là d’ONG classiques, car la notion de rareté est introduite dans le modèle. Ces associations ne dirigent pas la production mais sont en charge de l’infrastructure collective et permettent à la coopération de continuer à exister. C’est le cas d’entités comme Apache et Linux. Enfin, les coalitions entrepreneuriales, qui créent de la valeur sur la base du commun : c’est le cas d’IBM, qui crée de la valeur ajoutée sur la base de Linux. La valeur est donc créée dans le commun, mais réalisée dans le privé.

Ces exemples montrent comment la peer production ne soit pas encore un vrai système de production, puisque elle est encore périphérique par rapport au système de profit. Une tension entre le commun et le privé, entre les sphères de partage et de monétisation – une tension que M. Bauwens appelle la « lutte de classe 2.0 » – s’instaure : pour être dans le marché, il faut artificiellement limiter le commun afin de créer de la rareté. Cela a une contrepartie dans la synergie entre le commun et le secteur privé : si celui-ci a besoin de la coopération sociale qui se fait dans le commun, le commun a besoin de la réalisation de valeur qui se fait dans le privé.

 

Le peer-to-peer, un véritable système de production ?

Plusieurs solutions sont possibles pour faciliter la transition de la production entre pairs vers un statut de véritable système de production. Par exemple, un nouveau type de licence, la « peer production licence » (proposée par Dmytri Kleiner), serait envisageable : si un individu contribue au commun, il peut aussi l’utiliser gratuitement: en revanche, s’il en profite sans contribuer, il contribue sous forme de paiement. De cette façon, les commoners seraient facilités dans leur propre production sociale en lien directe avec la création de valeur. Il devrait également être possible de changer les formes légales des entreprises qui occupent la sphère du marché, en opérant un déplacement des entreprises profit-maximizers à des product-maximizers, favorisant la synergie entre consommateur et producteur. D’après M. Bauwens, il faut que les entreprises « ne soient pas structurellement incitées à être des requins, mais des dauphins. »

Au delà d’un scénario souhaitable, quelle est la situation aujourd’hui ? Un positionnement de « dauphin » est certes difficile à soutenir pour une entreprise tout en pouvant survivre comme telle ; pourtant, il en existe. Dans le continuum qui a pour deux extrêmes la pure production entre pairs d’un côté, et les corporations de l’autre, dix modèles hybrides sont possibles et opèrent actuellement. Le prochain pas serait de convaincre les acteurs d’une économie qui est déjà « sociale » à plus d’un titre, à rejoindre et à s’approprier pleinement de la peer production.

Dans l’optique de la production entre pairs, le capitalisme dans sa connotation actuelle devrait être compris non seulement comme attribution de la rareté (scarcity allocation), mais comme véritable ingénierie de la rareté (scarcity engineering) : le design durable et la maximisation de profit ne pouvant pas aller ensemble, les objets sont intentionnellement crées pour être de durée limitée. Or, une communauté de contributeurs s’attache à produire pour elle-même le meilleur design possible – si les entreprises for-profit s’alignent, il y aura un design durable. La clé est de trouver un système politico-économique qui non seulement tienne l’abondance en compte, mais en fasse son principe fondateur, en dépassant certains systèmes légaux et politiques qui sont intentionnellement contre partage et coopération afin de provoquer artificiellement de la rareté. C’est pour ce scénario que plaident de nouveaux types de mouvements sociaux natifs de la culture digitale et du P2P : le monde civique deviendrait productif dans un monde d’entreprises commons-friendly, où l’Etat soutiendrait non seulement le marché, mais le commun.

Une révolution culturelle préalable doit se passer: les valeurs P2P sont encore perçus comme étant contrecourant, une alternative minoritaire. Mais la compréhension du P2P comme véritable socialisation induite par la technologie mais ne se résumant pas à elle, capable de changer les mentalités humaines, peut se traduire dans des infrastructures ouvertes telles que les espaces de collaboration, les global villages, et des structures matérielles destinées à la « vie ouverte » dans des domaines tout aussi disparates que l’énergie, l’agriculture, l’industrie. C’est sur les pratiques d’ouverture et la mutualisation des connaissances que peut se fonder la prise de conscience qu’il y a suffisamment pour tous – un véritable « point de vue de l’abondance » .

 

Conclusions. Sortir de l’émergence, revendiquer ses moyens de production

La socialisation P2P a commencé dans le virtuel et s’est traduite dans la vie matérielle. Il est maintenant question de faire sortir les pratiques P2P des conditions d’ « émergence » et d’ « alternatif ». Aujourd’hui, beaucoup des projets et de la culture P2P demeurent soumis à la logique dominante, ce qui est le cas de Bitcoin: si le système d’échange est en soi novateur, il continue à être un moyen pour échanger de l’argent qui a un même design de rareté et qui va très probablement souffrir des mêmes limitations que l’argent « classique ».

Le P2P doit acquérir la responsabilité de ses moyens de production. D’après Michel Bauwens, tout en n’étant pas encore à ce point, on n’en est pas loin. Aujourd’hui, pour sauver le capitalisme, il faudra intégrer le « green », mais aussi les innovations qui viennent du P2P. Il est possible de créer aussi des systèmes distribués où l’innovation ne soit pas seulement dans le système, mais dans les valeurs sociaux différents qui le sous-tendent. C’est là que, pour Michel Bauwens, se trouve le défi des années à venir.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

YaCy, la recherche web décentralisée

 

 

 

 

 

YaCy est un moteur de recherche décentralisé participatif permettant à tout utilisateur d’indexer le web. Selon ses concepteurs, « Il peut être utilisé de façon autonome, mais sa principale force est de pouvoir fonctionner en réseaupeer-to-peer, cequi fait que sa puissance s’accroit avec le nombre d’utilisateurs, qu’il est entièrement décentralisé (tous les « peers » sont égaux et il n’y a pas un organisme administratif central) et qu’il n’est pas censurable et ne stocke pas le comportement des utilisateurs ».

Plus d’informations ICI

 

FSCONS: YaCy Demo from Michael Christen on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

High Frequency Trading : infrastructure, concentration et « abus hi-tech »

Ce sera le premier câble sous-marin en fibre optique installé au fond de l’Océan Atlantique depuis dix ans. Mais, à différence de ceux de la fin des années 1990 et du début des années 2000, le nouveau câble transatlantique n’est pas destiné à transporter la voix, les appels téléphoniques ou encore les connexions. Ce nouveau, gigantesque câble sous-marin entre New York et Londres, construit par la société Hibernia Atlantic, sera réservé exclusivement aux transactions financières. Il servira à faire gagner cinq milli-secondes aux traders des deux principales places financières du monde.

Cinq milli-secondes, une éternité dans le monde des transactions informatisées. Un avantage pour les traders, donc – mais s’agit-il également d’un investissement utile aux marchés? L’annonce du projet du nouveau câble par Hibernia Atlantic arrive juste au moment où les gouvernements focalisent leur attention sur les transactions financières super-rapides et automatisées, programmées au moyen de logiciels spécifiques, appelées « high frequency trading », ou HFT. Que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, des deux côtes de l’Atlantique, les autorités de surveillance et de contrôle suspectent quelques chose de louche dans le monde des transactions à haute fréquence: un monde où se dessinent d’importants changements, sous-tendus par des questions de gestion d’infrastructure de calcul, de concentration de ressources informatiques, et peut-être d’abus exercé avec les armes de la technologie avancée.

Nombre d’analystes financiers semblent être d’accord : une concentration de facto oligopolistique des activités d’échange se développe avec les HFT – les technologies d’insertion sur les marchés financiers d’une masse importante d’ordres d’achat et de vente, de manière ultra-rapide. Les traders de l’HFT insèrent dans le marché ces ordres volumineux, en sachant pertinemment que ceux-ci auront pour effet de modifier les prix. Puis ils les effacent, et s’engagent dans des nouvelles transactions pour gagner sur les mouvements de prix qu’ils ont eux-mêmes provoqués. Une technique bien plus raffinée que l’agiotage vieux style et possible seulement grâce aux nouveaux développements des technologies informatiques. Un aspect tout aussi important de ces opérateurs est leur comportement de « free-riders », qui se manifeste lorsque des acteurs individuels, ou une catégorie d’acteurs économiques, retirent un avantage de l’opportunité de ne pas payer le prix correct pour un service, déchargeant les coûts de celui-ci sur le reste des acteurs.

Actuellement, dans les Bourses, les opérateurs ne paient pas pour toutes les opérations mises sur le marché – en nombre très élevé dans le cas des HFT – mais seulement pour celles qui aboutissent effectivement à une transaction. Mais les HFT ont désormais rejoint un degré d’ (omni)présence sur les marchés, en particulier les marchés américains, qui approche 70% du total des opérations d’achat et de vente. Et cette présence, ayant désormais acquis un poids contractuel de taille vis-à-vis les sociétés qui gèrent les systèmes d’exécution des ordres dans les Bourses, a de facto imposé au cours des dernières années une mise à jour de l’infrastructure informatique et technique, d’une ampleur et d’une importance sans précédents, supportée par des investissements de plusieurs milliards de dollars. Investissements qui, semble-t-il, seront à leur tour payés par la société dans son ensemble, sous forme des coûts des services et de la mise en opération des plateformes électroniques des Bourses. La structuration de ces investissements est guidée, d’un point de vue technologique, par la rapidité croissante de l’élaboration et de la transmission des informations (on parle de milli-secondes), afin d’obtenir une gestion la plus rapide possible de toutes les propositions d’achat et de vente.

Ainsi, l’architecture et le dimensionnement des systèmes informatiques et télématiques des Bourses, en termes d’occupation de mémoire et de flux de données, sont fonctions de la quantité des propositions de transaction – beaucoup plus nombreuses des transactions effectivement abouties. Cela parce que les stratégies générales des HFT ont tendance à « sonder » le marché avec des ordres appelés « exécuter ou effacer », qui ont des latences – c’est à dire des durées de vie – extraordinairement courtes (une dizaine de milli-secondes). En sondant le marché avec ces ordres, abandonnés car ils ne sont pas exécutés immédiatement, les systèmes HFT créent une sorte de cartographie de la quasi-immédiate évolution des échanges. Grâce à cette stratégie, les HFT peuvent gagner de l’argent au moyen de rafales hyper-rapides d’ordres d’achat et de vente. Le gain est presque certain, car il est corrélé à un risque presque nul (puisqu’il est calculé en fonction du temps extraordinairement court qui passe entre l’achat et la vente, ou vice-versa).

En fait, les HFT sont en train d’exploiter une niche qui n’est presque pas prise en considération par les régulations actuelles; ils se comportent comme des free-riders du marché boursier, puisqu’ils ne doivent pas se charger des coûts des stratégies qui les amènent à gagner. Ils utilisent massivement les ordres « exécuter ou effacer » pour sonder le marché, mais, au moins pour le moment, le système permet que le coût de ces très nombreux ordres,  immédiatement abandonnés, soit reparti sur tous ceux qui effectivement achètent et vendent. Il serait donc souhaitable, selon certains, que toute proposition de transaction contribue au financement des coûts généraux des systèmes informatiques, dont les dimensions sont modelées sur le volume total des ordres: on est dans la situation paradoxale où seules les transactions abouties, soit une minorité, soutiennent ces coûts d’infrastructure, tandis que le volume toujours plus important du trafic des transactions nécessite la mise en place d’un câble transatlantique ad hoc. Un scénario préoccupant est en train de se dessiner, dans lequel la concentration des échanges boursiers autour d’un petit nombre d’opérateurs de dimensions colossales s’ajoute à l’opacité de leur structure interne et de leurs relations.

Les instances de régulation, quant à elles, n’arrivent pas à monitorer de manière adéquate cette situation, qui finit par augmenter démesurément la volatilité du marché. Pourtant, des réponses devront être bientôt données: les HFT sont-ils les véritables free-riders des marchés d’aujourd’hui? En tirant pleinement avantage de leur suprématie technologique, pourront-ils gérer des positions dominantes jusqu’au point de créer des situations d’abus et manipulation des marchés?

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Rapport de l’ENISA sur la résilience de l’écosystème d’interconnexion de l’Internet: un compte-rendu

L’Internet est, par définition même, un réseau de réseaux interconnectés: la résilience du système d’interconnexion est fondamental pour la résilience de l’Internet. Un rapport publié en avril 2011 par l’ENISA (Agence européenne pour la sécurité des réseaux et de l’information), « Resilience of the Internet Interconnection Ecosystem« , écrit par Chris Hall, avec l’aide de Ross Anderson et Richard Clayton à l’Université de Cambridge et Trimintzios Panagiotis et Evangelos Ouzounis à l’ENISA, analyse cet enjeu fondamental pour la durabilité de l’écosystème Internet. Voici une synthèse de leurs propos.

L’inter-connectivité de l’Internet est un écosystème complexe, avec de nombreuses couches interdépendantes. Son fonctionnement est gouverné par l’intérêt collectif des réseaux de l’Internet, mais il n’existe pas d’organisme central d’exploitation du réseau, capable d’entrer en action lorsque des complications surviennent. L’organisation ouverte et décentralisée qui est l’essence même de l’écosystème est essentielle pour le succès et la résilience de l’Internet. Pourtant, un certain nombre de préoccupations se posent.

Tout d’abord, l’Internet est vulnérable à différents types de défaillances techniques, où des systèmes sont perturbés dans de nombreux endroits simultanément; le service peut être considérablement perturbé par les échecs d’autres services publics, notamment le réseau fournisseur d’électricité; et en raison de sa nature ouverte, l’Internet est soumis à des risques d’attaques à intention perturbatrice (disruptive).

Deuxièmement, des préoccupations concernant la durabilité des modèles d’affaires actuels s’imposent. L’Internet, en tant que service, est bon marché, et ses coûts baissent rapidement, parce que les coûts de prestation de services sont pour la plupart fixes; les coûts marginaux sont faibles, donc la concurrence amène les prix à être toujours plus bas. Certains des plus grands opérateurs soutiennent qu’is sont en train de perdre des sommes considérables, et qu’il n’est pas clair de savoir comment les investissements futurs seront financés. La consolidation pourrait réduire la vingtaine de fournisseurs actuellement présents sur le marché à une poignée. Dès lors, l’introduction d’un système de régulation « lourde » pourrait être nécessaire pour empêcher un système de prix qui dérive d’un monopole.

Troisièmement, la plupart des choses que les fournisseurs de services peuvent faire pour rendre l’Internet plus résistant ne bénéficieraient pas ces fournisseurs en premier , mais à d’autres prestataires de service, conduisant à une possible « tragédie des communs ». De même, les mécanismes de sécurité qui permettraient de réduire la probabilité et l’impact des attaques, des erreurs et des accidents ne sont souvent pas appliquées, parce que personne n’a trouvé le moyen de les implémenter qui donne un avantage suffisant et suffisamment local.

Quatrièmement, on possède peu d’informations fiables sur la taille et la forme de l’infrastructure Internet ou son fonctionnement quotidien. Cela entrave toute tentative d’évaluer sa capacité de résistance en général et de l’analyse de l’impact réel des incidents, en particulier. L’opacité empêche également la recherche et le développement de protocoles systèmes et pratiques améliorés, en rendant difficile de savoir quels sont les enjeux et encore plus difficile de tester les solutions proposées.

Il pourrait donc y avoir des troubles importants à relever ce qui pourrait se présenter comme une menace réelle pour le bien-être économique et social, et cela pourrait faire pression pour que les régulateurs agissent. Pourtant, même si l’origine de l’Internet a été financée par les recherches de la DARPA, l’histoire plus récente de l’interaction du gouvernement avec l’Internet a été problématique. On a assisté aux maladroites tentatives, de la part de plusieurs gouvernements, d’imposer la censure ou la surveillance, tandis que d’autres ont défendu les monopoles de télécommunications locaux ou ont financé d’autres industries ayant été perturbées par l’Internet. En conséquence, les fournisseurs d’accès à Internet, dont la bonne volonté est essentielle pour une régulation efficace, n’ont que très peu de confiance en l’efficacité de l’action étatique.

Toute les décideurs politiques devraient donc procéder avec prudence. A ce stade, il existe quatre types d’activités qui peuvent être utiles au niveau européen.

La première est une meilleure compréhension des échecs, afin que tous puissent en tirer des leçons. Cela signifie d’entreprendre une enquête cohérente et approfondie des pannes majeures, et la publication des résultats. cela implique aussi de mieux comprendre la nature de la réussite, en soutenant les systèmes de mesure à long terme de la performance du réseau, et la recherche concernant cette performance.

La seconde consiste à financer la recherche dans des sujets clés tels que l’interopérabilité et l’inter-domain routing – en mettant l’accent non seulement sur la conception de mécanismes de sécurité, mais aussi sur l’ingénierie du trafic, la redirection et la prioritisation du trafic, surtout pendant une crise, et en développant une compréhension des façons dont des solutions peuvent être déployées dans le monde réel.

Le troisième est de promouvoir les bonnes pratiques. La diversité dans la prestation de services peut être encouragée par des termes explicites dans les contrats du secteur public, et par des pratiques d’audit qui attirent l’attention sur combien on soit actuellement en train de nous baser sur des systèmes qui manquent de diversité. La promotion de tests indépendants d’équipements et de protocoles pourrait également être envisagée.

Le quatrième est l’engagement public. Une plus grande transparence peut aider les utilisateurs d’Internet à devenir des clients plus exigeants, créant des incitations pour l’amélioration, et le public devrait être engagé dans des discussions sur le potentiel des questions controversées comme la hiérarchisation du trafic en cas d’urgence. Enfin, les partenariats public-privé (Public-Private Partnerships, PPP) des différentes parties prenantes, opérateurs, fournisseurs, institutions, sont importants pour une auto-régulation efficace. Si une régulation plus formelle devait s’avérer nécessaire dans le futur – concluent les auteurs du rapport – des décideurs politiques plus informés, qui seraient déjà entrés en rapport avec les industries, pourraient arriver à des meilleures décisions.

Le rapport de l’ENISA est disponible ici.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Serveurs, services et données face à la « récentralisation »

Philippe Aigrain, PDG de la Société pour les Espaces Publics d’Information (Sopinspace) aborde la question de la « recentralisation » du calcul, du stockage et de la gestion de données au cours de son intervention à la conférence PARADISO, Bruxelles, 7-9 Septembre 2011:

« The key components of our open common infrastructure of computing and communication, that is the open personal computer and the neutral end-to-end Internet were designed in the 1970s, based on work conducted before. It took 30 years, and the addition of free software and information commons before their empowerment impact for individuals and groups fully materialized. However, during these 30 years, and in particular the last 15 years, powerful players have been at work to undermine this potential. They used a variety of means: the extension of copyright and patents and the hardening of their enforcement, a focus on innovation that targeted primarily the maintenance or acquisition of dominant positions rather than new user capabilities, and more recently, invoking security to tramp on fundamental rights. I am going to insist on another track of this counter-reform movement. It is particularly important because, in a way, most of us gave it an implicit consent. It is the recentralization of computing, data storage and service provision.

Suddenly, we woke up with centralized social networks such as Facebook, centralized group and document management such as GoogleDocs and centralized media hosting such as YouTube or Megaupload. Whether we, as individuals, as groups, as neighbours, will be able to reclaim servers, services and data is the key issue that will determine the answer to the questions tabled for this last session (Addressing Research Challenges and Other Open Issues, N.d.R.). There is a powerful movement in the US and in Europe for constructing a new decentralized infrastructure for the Internet. »

La communication est disponible dans son entièreté ici.

A lire aussi: l’intéressant article « Declouding Freedom: Reclaiming Servers, Services and Data » cité par Philippe Aigrain lors de son intervention.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Open World Forum 2011: l’open source est stratégique pour les entreprises

La quatrième édition de l’Open World Forum, qui s’est déroulé à Paris du 22 au 24 septembre, a ré-affirmé avec force la valeur « stratégique » de l’open source pour les entreprises.Ce thème a été tout particulièrement présent dans les déclarations des « grands noms » de l’open source et du logiciel libre qui ont pris la parole pendant les trois jours de l’événement.

Louis Montagne, président de l’OWF 2011 et co-fondateur de la firme d’ingénierie applicative af83,a noté comment les entreprises ne peuvent désormais plus se passer de l’open source et du logiciel libre, qu’on retrouve partout, du cœur d’Internet jusqu’aux voitures, et aux téléphones.

Jean-Pierre Laisné, co-président de l’OWF 2011 et Open Source Strategy Director pour Bull, a quant à lui remarqué comment l’open source et Internet soient connectés par leur histoire, l’évolution du protocole TCP/IP n’étant pas bien différente de celle de l’open source. L’open source, il a conclu, change la manière de faire du logiciel, mais aussi la société en général, et crée des tensions ainsi faisant; sa valeur stratégique est indéniable.

Mark Shuttleworth, fondateur et PDG de Canonical, l’entreprise à l’origine du populaire système d’exploitation Linux-based Ubuntu, a quant à lui envisagé le futur des services Internet comme un environnement hybride entre le cloud et un retour aux applications locales, où les utilisateurs jongleront entre une multitude d’appareils connectés. Dans cinq ans, a-t-il conclu, Ubuntu sera mobile, sur les smartphones et les tablettes, tout en contribuant à ré-inventer l’infrastructure des entreprises.

Le site Web de l’Open World Forum 2011.

Une Interview de Mark Shuttleworth par Guillaume Belfiore de Clubic, reprenant les thèmes de la keynote par le PDG de Canonical.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Choke Point Project – Towards a Distributed Internet Infrastructure

News of an interesting up-and-coming Internet mapping project:

« During the recent uprising in Egypt, in February 2011,  the order was given to “turn off” the Internet, sending shock-waves around the world. Murmurs were heard of US security agencies and American politicians asking for access to a similar kill switch. These actions force us to look at who owns the Internet.

The Choke Point Project maps the nodes of control in service of the multitude of global citizens under who authoritarian regimes can act upon without their consent. We are in favor of exploring approaches to the decentralization of access in favor of guaranteeing connectivity as a counter-weight to the control of the Internet by nation states and corporate influence.

A team comprised of web researchers, software developers and data visualization experts aim to gather data from across the web and show the control points, while clearly explaining the issues involved: history of Internet control, current legal situation, choke points, possible strategies for decentralization, reasons for and against kill switches. »

The project is supported by the P2P Foundation.

See more at the Choke Point Project website

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

ST Global Consortium Science & Technology in Society Conference

April 15-16, 2011, Washington DC, USA

Arizona State University, École des Mines de Paris, George Mason University, George Washington University, Georgetown University, Georgia Institute of Technology, and Virginia Tech (Mission Partners: American Association for the Advancement of Science (AAAS) & The National Academies of Science Keck Center)

The conference develops emerging S&T scholars and promotes the academic and professional advancement of graduate students in the traditionally fragmented community of scholars working in S&T policy and social research. Presented each year in the spring, the conference attracts graduate students from around the world to present their research on STP and STS issues and related fields including but not limited to health, energy and environment, space, information and communications, innovation, education, and ethical, legal and social implications of science and technology. Every year, prominent figures from both STP and STS deliver keynote addresses.

The programme includes presentations by Primavera De Filippi (« Cloud Computing: When the Digital Revolution emulates the Industrial Revolution ») and Francesca Musiani, who co-organizes the event (« When social links are network links: The dawn of peer-to-peer social networks and its implications for privacy »).

More on STGlobal

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious