Freedom Box, la brique d’une architecture de liberté?

La sixième conférence re:publica se conclut aujourd’hui à Berlin, et les réseaux sociaux alternatifs et décentralisés sont à l’honneur. Ils l’ont notamment été dans l’appel qu’Eben Moglen, professeur de droit et d’histoire à l’Université de Columbia, a lancé hier : c’est le moment, a-t-il dit, de ne pas reculer face aux problématiques les plus pressantes des réseaux sociaux sur l’Internet d’aujourd’hui: la surveillance, les atteintes à la liberté de pensée, et les limitations de la vie privée des individus.

Selon M. Moglen, les réseaux sociaux comme Facebook, les moteurs de recherche comme Google, ou les centres commerciaux en ligne comme Amazon seraient en train de « consommer » les utilisateurs. Les gouvernements de toutes tailles sont désireux de réutiliser le profilage et les prédictions effectuées par ces services afin de cibler certaines activités, et sont en train d’adopter des lois qui leur permettraient de stocker ces données indéfiniment. En particulier, nos appareils mobiles sont toujours en modalité « confession 24/7 ».

« La Stasi aurait bien peu à faire cette fois, M. Zuckerberg fait le travail à sa place, » a souligné M. Moglen, en ajoutant que Facebook est un important magasin de données contenant les pensées et les comportements d’un milliard de personnes, ou des moyens directs de les reconstruire. Le discours de M. Moglen n’a pas non plus épargné Steve Jobs, le « guru » d’Apple récemment décédé, qualifié de « monstre moral » qui avait une profonde aversion pour le partage en toutes ses formes.

Eben Moglen a déclaré qu’il y a un besoin de plus en plus urgent de médias non surveillés, de logiciels libres, et de réseaux non contrôlés par les opérateurs de réseau. Sans ces possibilités, la liberté de pensée sera définitivement perdue, a-t-il dit. L’appel du professeur américain a été particulièrement bien reçu à re:publica, qui se construit année après année comme la plus importante conférence sur l’Internet « alternatif » en Europe.

La conférence re:publica est le dernier endroit où M. Moglen a présenté son projet actuel, Freedom Box – le prototype d’un système de désintermédiation des communications via l’Internet, qui devrait permettre aux utilisateurs d’entrer en contact directement. La Freedom Box Foundation compte présenter bientôt la version bêta et, à la fin de 2012, commercialiser le produit – une petite boîte métallique ressemblant à un vieux modem, qui communique d’un côté avec la prise téléphonique et de l’autre avec l’ordinateur.

La philosophie qui sous-tend le projet Freedom Box est assez simple : Facebook a recueilli l’énergie de nos désirs sociaux et nous a convaincu d’accepter un compromis excessif, en créant une structure qui donne un accès gratuit au Web et à ses contacts humains en échange d’un « espionnage » gratuit et continu. Ce qui ne veut pas dire que Facebook devrait être illégal, mais que ceux qui savent créer et développer doivent « remédier par la technique » à la situation. Selon M. Moglen, nous sommes en mesure de le faire et Facebook sera bientôt obsolète. « Il n’y a aucune raison pourquoi l’architecture d’un réseau social devrait inclure une telle invasion de la vie privée. En fait, le matériel et les logiciels nécessaires pour construire un réseau dans lequel les gens conservent le contrôle direct de ses informations, sans intermédiaires, existe déjà. Il faut juste construire un meilleur système. »

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website