Vidéos – ADAM Final Symposium

Cliquez sur l’image pour retrouver les vidéos de la conférence

Vous pouvez désormais retrouver les interventions au colloque final du projet ADAM en vidéo. Effectivement, suite à une captation vidéo, vous retrouverez sur la chaine Dailymotion dédiée au projet ADAM, la plupart des interventions qui ont eu lieu les 2 et 3 octobre 2014 à Mines ParisTech.

———–

You can now watch the different talks of the ADAM final symposium online. All of the conference’s presentation were filmed, and part of the debates is now available on our Dailymotion chanel.

 

>>> https://www.dailymotion.com/projetADAM

There you will find the presentations of:

Here is the introduction by Cécile Méadel (CSI Mines ParisTech) and two keynote:


ADAM project final symposium – Introduction… par projetADAM

ADAM final Symposium – Keynote #2 Niva Elkin… par projetADAM

ADAM final Symposium – Keynote #5 Geert Lovinck… par projetADAM

 

>>> see more here:  https://www.dailymotion.com/projetADAM

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

À propos de la mort d’Aaron Swartz

Boston Wiki Meetup – CC BY-SA 2.0 Sage Ross (http://www.flickr.com/photos/ragesoss/)

Vendredi dernier, à l’age de 26 ans, Aaron Swartz se donnait la mort à New York. Celui qui passe aujourd’hui pour un prodige de l’informatique et de l’internet (fondateur de Reddit, ami de Lawrence Lessig et membre de l’équipe d’invention des flux RSS et des Creative Commons) avait piraté le site de Jstor. Il était inculpé pour cela. Lister l’ensemble des articles qui discutent du suicide de celui qui est en passe de devenir le « Martyr » du web serait difficile; néanmoins, voici une liste d’articles qui ont retenu notre attention:

Anglais:

Sa vision de l’internet comme un système-réseau complètement distribué était particulièrement intéressante, Cf. cette vidéo:

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Comment les architectures distribuées parlent d’elles-mêmes ? L’exemple de sept services qui proposent des échanges entre « pairs » – 1/2

 

L’analyse des discours que portent les acteurs de l’innovation dans le domaine des architectures distribuées, sur les services qu’ils développent, sur leurs méthodes de travail et sur la technique elle-même, permet de comprendre comment ils se mettent en scène et de quelle manière ils produisent et font circuler des savoirs sur les technologies décentralisées.

Dans le cadre du projet de recherche ADAM, sept services ont été analysés, à partir de l’étude des textes et des images de leurs sites internet, « vitrines publiques » de leurs productions « front office »[1]. Les applications Serval, Mesh Potato, Bitcoin, Diaspora, Mobiluck, Bump, Skype ont été choisies pour cette étude de cas, parce qu’elles représentent différents types de services, qu’elles reposent sur des architectures techniques différentes et qu’elles permettent de faire un tour d’horizon des services dits peer-to-peer du point de vue de l’échelle des échanges qu’elles permettent aux utilisateurs.

Pour chacun des cas, les occurrences des termes « peer-to-peer » et « distributed architecture » ont été relevées et analysées par rapport à leurs co-textes (c’est-à-dire les textes dans lesquels elles sont insérées ou les textes situés à leur proximité sur la page), dans les sites des services et dans les vidéos de démonstration présentes sur les sites. Pour chacun des cas également, les images ont été analysées en essayant de comprendre comment s’articulaient l’image et son contexte (légende, sous-titre, paragraphe, titre, etc.). En effet, la sémiologie distingue la fonction d’ancrage de la fonction relais dans le rapport entre image et texte. Le texte permet de répondre à la question « qu’est-ce que c’est ? » par rapport à l’image. Lorsque le texte est ancrage, il redit ce que l’image donne à voir, il exerce une forme de redondance par rapport au sens de l’image. Quand il est relais, il fonctionne en complémentarité et permet de faire une interprétation de l’image qui va au-delà de ce qu’elle montre[2]. L’analyse de tous ces complexes « images/textes » et « textes/co-textes » s’est faite à partir d’un modèle « sémiopragmatique », suivant le travail de Roy Harris qui observe comment un signe fait toujours sens par rapport à un contexte donné[3].

« Le signe n’existe, en tant que signe, que pour permettre l’intégration, dans un contexte donné, de certaines activités humaines »[4].

Ce premier billet, d’une série de deux, présente ces sept services du point de vue de l’architecture technique sur laquelle ils reposent et du point de vue de l’échelle des échanges entre utilisateurs qu’ils permettent. Le deuxième billet proposera de regarder quels sont les discours dominants dans la description des services, au regard des termes employés, des exemples et des images choisies, de la construction de scénarios d’usage, etc. Il proposera notamment de regarder quelle est la place du discours sur la technologie, à l’intérieur de ces sites. Pour conclure, il proposera une typologie de ces sites en tant qu’ils se présentent d’une certaine façon comme des espaces de « production de l’innovation ».

Reprenons la description des sept services:

Tout en se défendant de « centraliser » les échanges de données entre utilisateurs, et en proposant des échanges directs, ces sept services ne reposent pas tous sur le même type d’architecture technique (architecture distribuée, architecture centralisée et enfin, architecture hybride) :

  • Serval et Mesh Potato, proposent de créer un réseau mobile de communication par maillage MESH (metro-scale ad hoc network, réseaux ad-hoc décentralisés, sorte de « talkie walkie multi émetteur-récepteur ») ; Bitcoin, propose une monnaie électronique qui n’est pas contrôlée par une autorité centrale et Diaspora, se présente comme un réseau social aux antipodes de Facebook, dans lequel les utilisateurs gardent la main sur leurs données personnelles. Ces services reposent sur des systèmes techniques distribués.

                                                                                             

  • Mobiluck, offre les services d’une messagerie instantanée géolocalisée par une classique triangulation via le système GSM. BUMP permet quant à lui d’échanger et de partager des fichiers entre appareils électroniques. Leur architecture réseau repose sur des systèmes complètement centralisés.

                                  

  • Enfin, Skype, qui permet des appels à distance en VoIP et des échanges de fichiers repose sur un système hybride qui combine une architecture centralisée et la possibilité de transmettre les communications entre pairs pour les rendre plus efficaces (donc un système décentralisé).

                                                 

 

Si on regarde, en revanche, l’échelle des relations entre les utilisateurs, telles qu’elles sont décrites par les différents services, on voit qu’il y a cinq types de représentations de ce que l’utilisateur peut faire du point de vue du périmètre de l’échange.

Soit les échanges se font de téléphone à téléphone, par exemple, sur un territoire réduit qui est fonction du nombre de téléphone connecté entre eux dans le réseau, comme c’est le cas de Serval et de Mesh Potato.

Extrait de la video de démonstration du service Mesh Potato
Si on devait faire une équation pour illustrer ces deux cas, on dirait que la représentation de l’échange consiste en « échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Diaspora, les utilisateurs ont le choix de se connecter à n’importe quel « pod », répertorié dans une base de données, c’est à dire à un « nœud » installé, entretenu et développé par un utilisateur – appelons-le « expert » qui a installé le logiciel sur son disque dur (logiciel open source).
Capture d’écran de la page d’accueil du site de Diaspora
Dans ce cas précis le périmètre des échanges consiste en des ensembles de petits réseaux reliés à un pod, chaque pod étant reliés aux autres pods du réseau. L’équation ici, donnerait « ensembles d’échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Mobiluck et de BUMP, les échanges sont mis en scène comme étant non seulement hyper-localisés (on échange entre individus situés à côté de soi, dans les deux cas), mais aussi directs entre utilisateurs (le cas de BUMP étant frappant, puisque les utilisateurs touchent (trinquent avec) leurs téléphones pour échanger des informations).
Extrait de la video de démonstration du service BUMP « Spread the Bump »
Néanmoins, ces deux services reposent sur des systèmes centralisés. Dans les deux cas, c’est un serveur central qui organise et dirige les échanges. L’équation donne alors : « échanges localisés » reposant sur « système centralisé ».
A l’inverse, le service Bitcoin propose des échanges monétisés, pour n’importe quel service internet (à condition qu’il accepte les bitcoins) à partir d’un réseau très large d’utilisateurs qui permettent la circulation des échanges chiffrés (et cryptés) et ainsi la production de monnaie en rendant disponible la mémoire vive de leur disque dur.
Extrait de la video de démonstration du service Bitcoin
Ici l’équation s’ouvre : « échanges hyper-larges » reposant sur « système décentralisé ».
Pour terminer cette liste, Skype est l’unique système qui repose sur un système hybride, mais qui, comme Bitcoin, permet des échanges avec des utilisateurs quel que soit leur localisation dans le réseau et dans le monde. Cette mise en scène de la possibilité de communiquer en dépit de la distance géographique est prégnante sur le site, qui représente des mappemondes, entourées d’un cercle qui manifeste le circuit discontinu de la communication.
Extrait de la vidéo de démonstration du service Skype
Ici la dernière équation donne : « échanges hyper-larges » reposant sur « système hybride ».
Il reste maintenant à regarder plus attentivement comment ces services « parlent d’eux-mêmes », c’est-à-dire comment ils organisent un espace de discours (le site internet, la vidéo de démonstration) pour se présenter sous un certain angle (sont-ils des propositions techniques? des solutions politiques? des services marchands? des innovations? etc.). La suite dans le prochain billet…

[1] Par « front office » nous entendons faire une différence entre interfaces « visibles » de ces infrastructures informationnelles et les « back office » de ces mêmes services. L’épaisseur pratique et politique de ces « back office », est analysée dans une autre partie de nos travaux de recherche en s’appuyant sur les travaux de Jérôme Denis (http://ses.telecom-paristech.fr/denis/).
[2] Barthes, R., 1964, «Rhétorique de l’image», Communication, 4, pp. 44-45
[3] Harris, R., 1993, Sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS
[4] Idem, p.137

 

« Le peer-to-peer alternatif, entre histoire et bruit médiatique »

Vidéo de l’intervention de Francesca Musiani au séminaire HITI (Histoire de l’Innovation et des Technologies de l’Information) du 5 avril 2011, sur le thème \ »Le peer-to-peer alternatif, entre histoire et bruit médiatique\ »

(Merci aux étudiants du Master HCEAI/Histoire, Communication, Entreprises et Affaires Internationales de la Sorbonne!)


Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

« Les vertus d’une technologie de réseau »

Musiani, F. (2010). Peer-to-peer: au-delà du piratage, les vertus d’une technologie de réseau. Le Prisme à Idées, 3: 23-27.

Nombre de projets de recherche et de start-up dévoilent actuellement les limites de l’argument qui assimile technologie peer-to-peer (P2P) et piratage. Applications P2P alternatives et légales mettent à profit les vertus du P2P : endurance, stabilité et efficacité de distribution.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website