Francesca Musiani, prix de thèse « informatique et libertés » CNIL

Francesca Musiani, l’une des coordinatrices du projet ADAM a remporté, grâce à ses travaux, le prix de la CNIL 2013. Nous tenions ici à la féliciter et à lui rappeler combien elle est un moteur au sein de notre projet de recherche.

Encore bravo Francesca!

Le 5ème Prix de thèse Informatique et Libertés est attribué à Francesca Musiani pour ses travaux sur les architectures pair-à-pair (P2P)

Le jury du Prix de thèse Informatique et Libertés, présidé par M. Jean-Marie Cotteret, membre de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés), a attribué le 5ème prix Informatique et Libertés à Francesca Musiani pour sa thèse intitulée « Nains sans géants. Architecture décentralisée et services Internet ».

Le 5ème prix Informatique et Libertés de la CNIL, qui récompense les travaux de doctorants de 3e cycle et intéressant la protection des données personnelles, a été attribué à Francesca Musiani, postdoctorante au Centre de Sociologie de l’Innovation à MINES ParisTech et affiliée au Berkman Center for Internet and Society de l’Université de Harvard (Etats-Unis).

Le prix récompense ses travaux consacrés à l’exploration du développement des architectures pair-à-pair (P2P). L’objectif de cette thèse est très ambitieux puisqu’il s’agit d’étudier le développement des architectures P2P sous des angles très différents:

  • L’angle technique : les contraintes introduites par ce type d’architectures et les avantages qu’elles apportent ;
  • L’angle juridique : les incidences de ces choix architecturaux sur des obligations légales, notamment en matière de protection de la vie privée et de la propriété intellectuelle ;
  • L’angle économique : les difficultés à développer des modèles d’affaire capables de concurrencer les acteurs dominants qui reposent sur des architectures centralisées ;
  • L’angle sociologique : les interactions entre parties prenantes (notamment développeurs et utilisateurs), la sociologie de l’innovation.

Le Prix de thèse « informatique et libertés » incite au développement des recherches universitaires concernant la protection de la vie privée et des données personnelles. Ce prix s’adresse à de très nombreuses disciplines telles que les sciences humaines, le droit, les sciences politiques, l’économie mais aussi les disciplines technologiques, de l’innovation et du design.

 

http://www.cnil.fr/linstitution/actualite/article/article/le-5eme-prix-de-these-informatique-et-libertes-est-attribue-a-francesca-musiani-pour-ses-travau/

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

À propos de la mort d’Aaron Swartz

Boston Wiki Meetup – CC BY-SA 2.0 Sage Ross (http://www.flickr.com/photos/ragesoss/)

Vendredi dernier, à l’age de 26 ans, Aaron Swartz se donnait la mort à New York. Celui qui passe aujourd’hui pour un prodige de l’informatique et de l’internet (fondateur de Reddit, ami de Lawrence Lessig et membre de l’équipe d’invention des flux RSS et des Creative Commons) avait piraté le site de Jstor. Il était inculpé pour cela. Lister l’ensemble des articles qui discutent du suicide de celui qui est en passe de devenir le « Martyr » du web serait difficile; néanmoins, voici une liste d’articles qui ont retenu notre attention:

Anglais:

Sa vision de l’internet comme un système-réseau complètement distribué était particulièrement intéressante, Cf. cette vidéo:

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

De Boston à Paris, l’ « autopartage peer-to-peer »

La meilleure application « sociale et locale » aux App Awards 2012? Il s’agit de la « porte d’entrée » à Buzzcar, système d’autopartage (ou car sharing) distribué fondé en 2011 à Paris par l’Américaine Robin Chase. Si SETI@home, le pionnier des applications de calcul distribué, mettait à profit les cycles processeur et la capacité de calcul non utilisée des ordinateurs participants, Buzzcar propose de mettre à profit les voitures des appartenants à la communauté aux moments où elles ne sont pas utilisées.

L’idée centrale de Buzzcar est, comme les services de partage de voitures traditionnels, de proposer à ses membres de louer des voitures à l’heure ou à la journée, et donc de payer selon l’usage. Par ailleurs, les ressources du système ne sont pas des voitures spécifiquement achetées par l’entreprise et destinées à la location de la part des clients, mais les voitures des clients elles-mêmes, mises à disposition quand ils le souhaitent. L’originalité du système tiendrait à un mélange de facteurs environnementaux (pas d’ajout de nouveaux véhicules sur la route, pas d’émission de CO2 à la production, et pas de places de parking supplémentaires), d’amélioration de choix (plus de variété, d’accessibilité et de proximité possibles si suffisamment de voitures et d’utilisateurs participent au programme), et surtout, de contrôle de l’utilisateur (il n’est pas nécessaire d’attendre qu’une entreprise de location de voitures s’installe dans sa ville, mais le service d’autopartage peut être créé en inscrivant sa voiture à Buzzcar et en invitant ses amis à rejoindre la communauté).

Pourquoi la France? Robin Chase – déjà PDG de la startup de ride-sharing GoLoco, basée à cambridge, Massachusetts – considère que le marché européen est beaucoup plus « prêt » pour des modifications radicales dans le système de transport que les Etats-Unis. Buzzcar est censée être un mélange des efforts précédents de l’entrepreneure américaine, Zipcar – un système de location « by the hour » de voitures distribuées dans nombre de stations autour de la ville – et GoLoco – un service où les personnes paient pour être transportés par d’autres voitures dans le réseau, dont les conducteurs perçoivent une rémunération monétaire. Buzzcar est une start-up construite sur l’utilisation des « idle cars » de certains utilisateurs par d’autres utilisateurs – sur la base d’un système de rémunération et compensation similaire. Robin Chase décrit son service ainsi:

“It’s peer-to-peer car-sharing. We’re leveraging excess capacity of individuals and giving them a platform for participation,”

Selon elle, le monde n’était pas encore prêt à exploiter pleinement l’autopartage, mais beaucoup de choses sont arrivées au cours des années plus récentes pour le rendre plus faisable (et profitable). La technologie des smartphones rend possible et quasi-instantanée toute opération de réservation – y compris d’une voiture. Robin Chase a donc dédié une attention spéciale à la facilité de téléchargement et d’usage de l’application Buzzcar, pour minimiser les barrières à l’entrée – réelles ou perçue – pour les utilisateurs. L’essor des réseaux sociaux et des services Web a favorisé la culture du partage et de l’échange d’information, non seulement entre amis, mais aussi entre personnes qui ne se connaissent pas. Si les deux tendances ne manquent pas de susciter des interrogations concernant la vie  privéee des utilisateurs, il est indéniable que le car sharing distribué soit en train de prendre de l’aile grâce à cette double dynamique, comme montre le développement du « cousin » de Buzzcar, l’anglais RelayRides, et nombre d’autres projets semblables.

Le marché européen, selon Robin Chase, est bien plus propice que les Etats-Unis à ces nouveaux avancements dans l’autopartage, pour des raisons qui ont trait, en tout premier lieu, à la motivation des usagers. Elle remarque:

“For car owners, the market is people who are looking to save some money on their car […] The cost of owning and operating a car in Europe is maybe 20 percent higher than in the U.S. So therefore I have more motivated owners. If we look at the drivers, the market is people who can be car independent, very much like Zipcar. Out of any 100 people, there’s a higher percentage of those kind of people in France than there are in the U.S.”

La preuve la plus marquante de cette culture du distribué et du partage serait le système Vélib’ et son « successeur » pour les voitures, Autolib’. Robin Chase conclut:

“I want Buzzcar to be here and be part of that ongoing national conversation […] The idea of Buzzcar is the power of many. The company will provide a network of different kinds of cars in different locations to be used by different people in a wide variety of ways. And allowing people to get the car they want, where and when they want it, and to pay only when they use it, will change the way people think about cars.”

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Logique distribuée et construction d’objets

logo LM

Michael Bauwens avait évoqué cet exemple lors du séminaire W2S à la Cantine en décembre (Compte rendu par Francesca Musiani ici).

L’idée est assez intéressante pour être évoquée ici même si elle ne concerne pas vraiment les typologies de réseaux et les infrastructures informatiques qui nous intéressent dans ce projet. Reste que nous voyons apparaitre dans cette présentation de la firme Local Motors des terminologies qui reviennent bien souvent dans nos recherches:

  • Système local d’échange
  • Open Source
  • Commun(s) et/ou common(s)
  • Contributions
  • Communauté(s)
  • Crowsourcind
  • Don-contre-don
  • etc…

Du grain à moudre face à ce projet donc… De quoi éveiller votre curiosité sur les applications pratiques d’un système (P2P), considéré par Bauwens comme le « socialisme du XXIe siècle »…

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

« Dead Drops », la ville devient peer-to-peer

Avec des projets tels que FON, l’intégration d’un Internet pervasif, collaboratif et gratuit au quotidien de nos villes a pris de l’aile. Le dernier projet de l’artiste berlinois Aram Bartholl pourrait bien être le prochain pas vers une ville peer-to-peer.

« Dead Drops » est une installation de supports de stockage intégrés dans la ville. Commençant en Octobre 2010 avec l’installation de cinq clés USB à New York, Bartholl a par la suite lancé un appel à participation afin de cimenter toujours plus des clefs USB dans les murs des villes du monde entier, pour permettre la diffusion, l’échange et la rélocalisation de données de façon anonyme et déconnectée.

« Un-cloud your files in cement! », invite Bartholl sur le site du projet, qui est ainsi présenté: « ‘Dead Drops’ is an anonymous, offline, peer to peer file-sharing network in public space. USB flash drives are embedded into walls, buildings and curbs accessable to anybody in public space. Everyone is invited to drop or find files on a dead drop. Plug your laptop to a wall, house or pole to share your favorite files and data. Each dead drop is installed empty except a readme.txt file explaining the project. ‘Dead Drops’ is open to participation. If you want to install a dead drop in your city/neighborhood follow the ‘how to’ instructions and submit the location and pictures. »

Le site inclut également un Manifesto qui invite à repenser notre conception de domaine public:

« Dead Drops is an anonymous, offline, peer to peer file-sharing network in public space. Anyone can access a Dead Drop and everyone may install a Dead Drop in their neighborhood/city. A Dead Drop must be public accessible. A Dead Drop inside closed buildings or private places with limited or temporary access is not a Dead Drop. A real Dead Drop mounts as  read and writeable mass storage drive without any custom software. Dead Drops don’t need to be synced or connected to each other. Each Dead Drop is singular in its existence. A very beautiful Dead Drop shows only the metal sheath enclosed type-A USB plug and is cemented into walls.You would hardly notice it. Dead Drops don’t need any cables or wireless technology. Your knees on the ground or a dirty jacket on the wall is what it takes share files offline. A Dead Drop is a naked piece of passively powered Universal Serial Bus technology embedded into the city, the only true public space. In an era of growing clouds and fancy new devices without access to local files we need to rethink the freedom and distribution of data. The Dead Drops movement is on its way for change! Free your data to the public domain in cement! Make your own Dead Drop now! Un-cloud your files today!!! »

Ainsi qu’une liste et cartographie des Dead Drops installées jusqu’ici. Où sera la prochaine?

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Creative Commons, le « pouvoir de l’ouvert »

Le mercredi 6 juillet, au Lieu du Design (12ème arrondissement de Paris), Creative Commons et Cap Digital ont présenté un événement célébrant le « pouvoir de l’ouvert » à l’occasion du lancement mondial du livre The Power of Open, dans un contexte de célébration de l’innovation et de la créativité en ligne.

L’équipe Creative Commons, comprenant les membres du projet ADAM Danièle Bourcier et Mélanie Dulong de Rosnay, a tout d’abord introduit à l’audience ce projet de licences novateur. Dans une démarche d’ouverture et de décentralisation, Creative Commons propose des contrats-type pour la mise à disposition d’œuvres en ligne. Inspirés par les licences libres, les mouvements open source et open access, ces contrats facilitent l’utilisation d’œuvres (textes, photos, musique, sites web…). En facilitant ou éliminant les intermédiations dans le cycle de production, distribution et consommation des œuvre, les licences Creative Commons contribuent à diminuer les coûts de transaction : distribution, recherche automatique d’oeuvres, information sur le régime des droits, négociation en cas d’utilisation commerciale, rédaction d’autorisations d’utilisation ou de remix. Plus de détails sur Creative Commons appliqué au contexte français sont disponibles sur le site de Creative Commons France.

Le reste de la soirée a mis à l’honneur deux projets créatifs et novateurs présentés dans le livre The Power of Open, une sélection d’histoires célébrant l’élément « humain » de partage et d’ouverture sous-tendant le projet CC. Le livre peut être téléchargé gratuitement, ou commandé en format papier, sur le site de The Power of Open.

Il y a eu tout d’abord la projection de deux court-métrages de Vincent Moon, réalisateur primé de Paris connu pour ses vidéos de musique qui présentent des artistes indépendants aussi bien que les musiciens célèbres, y compris Tom Jones, R.E.M et Arcade Fire. Il fait également des films et des documentaires qui lui ont valu une réputation internationale. A ses propres dires, Vincent Moon « vit un peu sa vie sous licence Creative Commons »: ses œuvres, présentées dans le livre, sont diffusées sous une License Creative Commons. Le site du réalisateur, véritable vidéothèque en libre, témoigne des valeurs de partage et d’échange qui guident sa démarche.

Ensuite, Pierre Gérard, co-fondateur de Jamendo, a présenté sa start-up: la première plateforme de promotion, de diffusion et de commercialisation de musique « libre », au sens où les artistes décident eux-même de la distribution et de la gestion de leur création. Au moment de leur inscription, ils choisissent une licence Creative Commons. Sur Jamendo, les internautes peuvent librement écouter, télécharger et partager 300 000 titres, de façon légale et gratuite – tandis qu’une diversification des offres de base, pro et pour des usages spécifiques (comme la publicité) assurent un modèle économique durable et des revenus pour les artistes qui souhaitent vendre leurs licences. Plus de détails sur la plateforme sont disponibles sur le site de l’entreprise.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website