Vidéos – ADAM Final Symposium

Cliquez sur l’image pour retrouver les vidéos de la conférence

Vous pouvez désormais retrouver les interventions au colloque final du projet ADAM en vidéo. Effectivement, suite à une captation vidéo, vous retrouverez sur la chaine Dailymotion dédiée au projet ADAM, la plupart des interventions qui ont eu lieu les 2 et 3 octobre 2014 à Mines ParisTech.

———–

You can now watch the different talks of the ADAM final symposium online. All of the conference’s presentation were filmed, and part of the debates is now available on our Dailymotion chanel.

 

>>> https://www.dailymotion.com/projetADAM

There you will find the presentations of:

Here is the introduction by Cécile Méadel (CSI Mines ParisTech) and two keynote:


ADAM project final symposium – Introduction… par projetADAM

ADAM final Symposium – Keynote #2 Niva Elkin… par projetADAM

ADAM final Symposium – Keynote #5 Geert Lovinck… par projetADAM

 

>>> see more here:  https://www.dailymotion.com/projetADAM

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Présentation vidéo de Arkos (navigateur-système d’exploitation décentralisé)

Nous y reviendrons plus longuement prochainement mais nous tenions à faire circuler l’information sur notre plateforme de recherche. Voici donc une présentation d’Arkos, les informations suivantes sont extraites du site web https://arkos.io.

 

What is arkOS?

Not just an operating system.

arkOS is a lightweight Linux-based operating system that runs on a Raspberry Pi. But arkOS more than just an operating system — it is a full software stack managing your self-hosting experience in an intuitive and intelligent way. arkOS does the work for you.

 

A visual gateway to your self-hosted web.

arkOS will allow you to run websites, email accounts, social networking profiles and much more, from its clean and easy-to-use graphical interface. With Genesis, even the most complex task becomes possible. No need to spend hours looking up command line functions — or learning to use Linux itself. Genesis gives you the power to manage your online life like it was meant to be done.

 

Your own private “cloud.”

With arkOS, you can will be able to run and maintain a variety of personal cloud services with the push of a button. Using solutions like ownCloud, you can store your calendar, contacts, files, music, photos and more at home, and manage all of these items. Share them only with the people you want to see them. No more “privacy creep” from services like Google or Facebook – with arkOS, you become the master of your own privacy controls.

 

Your data’s gateway to the Internet.

Don’t want the trouble of buying your own domain? Don’t worry. arkOS will allow you to connect your node to the Internet anyway, through a variety of services like dynamic DNS and port relays. Sometimes your Internet connection might prohibit you hosting your own data. In these circumstances, arkOS will provide ways to connect your node to the greater World Wide Web.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

« La mission de DÉ-centraliser l’Internet » – The New Yorker

http://www.newyorker.com/online/blogs/elements/internet-290.jpg / Illustration by Maximilian Bode

 Un article très intéressant paru en décembre dernier sur le blog « Elements » du magazine bi-hebdomadaire américain The New Yorker (le 13 décembre 2013, en anglais seulement), revient sur le « projet », qu’ils qualifient de « mission » dans le titre, de décentraliser l’Internet… Vaste programme s’il en est…

The Mission to Decentralize the Internet

L’article rédigé par Joshua Kopstein présente à la fois un historique de la décentralisation (ou plutôt de la non-décentralisation) de l’Internet mais également une histoire des non succès de plusieurs services décentralisés qui portaient ou portent toujours en eux de façon intrinsèque, à l’intérieur de leurs codes et de leurs design les, les « valeurs » d’un Internet décentralisé.

L’auteur s’attarde plus longuement sur l’intérêt de trois services innovants et décentralisés: Bitmessage, Bitcoin, Mailpile et ArkOS. Il revient aussi sur les relatifs échecs d’autres services web innovants et décentralisés (Freedom box et le réseau social Diaspora).

La lecture est édifiante et aisée pour les nons-spécialistes, elle présente rapidement certains éléments qui nous occupent au sein de ce projet de recherche. Bonne lecture:

http://www.newyorker.com/online/blogs/elements/2013/12/the-mission-to-decentralize-the-internet.html

extraits:

[…] Solutions like these follow a path different from Mailpile and ArkOS. Their peer-to-peer architecture holds the potential for greatly improved privacy and security on the Internet. But existing apart from commonly used protocols and standards can also preclude any possibility of widespread adoption. Still, Novak said, the transition to an Internet that relies more extensively on decentralized, P2P technology is “an absolutely essential development,” since it would make many attacks by malicious actors—criminals and intelligence agencies alike—impractical.

Though Snowden has raised the profile of privacy technology, it will be up to engineers and their allies to make that technology viable for the masses. “Decentralization must become a viable alternative,” said Cook, the ArkOS developer, “not just to give options to users that can self-host, but also to put pressure on the political and corporate institutions.”

“Discussions about innovation, resilience, open protocols, data ownership and the numerous surrounding issues,” said Redecentralize’s Bolychevsky, “need to become mainstream if we want the Internet to stay free, democratic, and engaging.”

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Pour une ethnographie des réseaux sans fil communautaires: Implémenter des technologies décentralisées pour agir contre la crise à Détroit

Article originellement paru sur la revue Urbanités (géographie et urbanisme) pour leur dossier «  »Crises en ville, villes en crises »

Speramus Meliora, Resurget Cineribus1

 

Ville sauvage Vs. Village sauvage du capitalisme mondialisé

Le jeudi 18 juillet 2013, la ville américaine de Détroit se déclarait officiellement en faillite et présentait publiquement les chiffres vertigineux de sa dette : 18,5 milliards de dollars2. Depuis lors, les défilés de statistiques font croire à un lieu d’apocalypse et d’abandon. La ville a été placée sous le joug d’un administrateur judiciaire et le gouvernement républicain de l’État du Michigan exerce dorénavant un poids politico-économique massif sur la ville démocrate qu’est Détroit. Les institutions municipales doivent rendre compte à une entité nommée par le gouverneur fédéral Rick Snyder en mars 2013 et sont dépossédées de la plupart de leurs compétences. Motor City, ancien fleuron industriel du Midwest américain, fait dorénavant pâle figure et semble être un lieu improbable pour une quelconque reprise. Passée de 1 849 568 habitants en 1950 à 713 777 en 20103, Détroit illustre un nombre important de phénomènes urbains caractéristiques de certaines localités américaines: shrinking cities, white flight, gentrification, dévitalisation progressive des villes-centres, ghettoïsation, ségrégation socio-spatiale4, etc.

Dustin Cable - Weldon Cooper Center for Public Service - University of Virginia.  Cartographie de la ville de Détroit et visualisation des origines ethniques de ses habitants: points bleus = populations blanches ; point verts = populations afro-américaines ; points rouges = asiatiques. La délimitation que l’on observe ici correspond à 8 Mile Road, frontière administrative de la municipalité et début des banlieues aisées qui ceinturent la ville.  Extrait de VANHEMERT, K. [26 août 2013], The Best Map Ever Made of America’s Racial Segregation [http://www.wired.com/design/2013/08/how-segregated-is-your-city-this-eye-opening-map-shows-you#slideid-210281]

Dustin Cable – Weldon Cooper Center for Public Service – University of Virginia.
Cartographie de la ville de Détroit et visualisation des origines ethniques de ses habitants: points bleus = populations blanches ; point verts = populations afro-américaines ; points rouges = asiatiques. La délimitation que l’on observe ici correspond à 8 Mile Road, frontière administrative de la municipalité et début des banlieues aisées qui ceinturent la ville.
Extrait de VANHEMERT, K. [26 août 2013], The Best Map Ever Made of America’s Racial Segregation.

Detroit Free Press – University of Detroit Mercy. Extrait de STAES, J.A. [12 août 2012], Comparing Detroit To Other Cities? Look At The Map! [http://blog.thedetroithub.com/2010/08/12/comparing-detroit-to-other-cities-look-at-the-map/]

Detroit Free Press – University of Detroit Mercy.
Extrait de STAES, J.A. [12 août 2012], Comparing Detroit To Other Cities? Look At The Map!

Combinée à une gestion des dépenses publiques calamiteuse, à l’écroulement de l’industrie automobile et à une corruption longtemps installée à la tête du pouvoir municipal, l’image de la ville semble coller parfaitement à la polysémie du mot « crise ». À Détroit, cette dernière est à la fois économique, politique, sociale et systémique. Pourtant, au sein de cette situation qui ne s’explique pas seulement par les phénomènes évoqués précédemment5 mais surtout par plus de soixante années de déclin socio-économique d’un modèle de ville particulier (Sugrue, 1996), Détroit recèle d’un nombre important de stratégies et de pratiques économiques alternatives qui correspondent à « l’adaptation spontanée des modes de vie des gens aux contraintes et aux opportunités émanant de la crise » (Castells, 2012). Plus que d’autres métropoles ouvrières noires américaines (telles que Baltimore), Détroit compte de nombreuses initiatives économiques, culturelles et sociotechniques qui se revendiquent comme autant de moyens pour s’extirper de la situation de crise urbaine (Gallagher, 2013). Le Paris du Midwest américain est effectivement aujourd’hui réputé pour son attitude « faites-le vous mêmes » (« Do It Yourself ») et ses initiatives d’agriculture urbaine à grande échelle. Mais ces projets socio-agricoles côtoient d’autres initiatives telles que des banques alimentaires coopératives ou bien encore des projets d’associations à but non lucratif qui réinventent ce que nous désignons en France par Éducation Populaire et que les acteurs de ces groupes nomment « community organizing » ou « transformative work ». Après les années glorieuses du fordisme suivies, dès 1960, des ravages de la désindustrialisation, les citoyens de Détroit semblent dépendre aujourd’hui de leur propre ingéniosité pour subvenir à leurs besoins.

Ce mouvement préfigure selon nous une voie intéressante à étudier lorsque l’on aborde la notion de crise et de résilience urbaine6, une économie locale post-industrielle fondée sur l’entraide, le partage mais aussi et surtout sur un nouveau rapport aux infrastructures publiques et privées (télécommunications, transports, éducation, gestion des déchets, etc.). La ville comporte également un nombre important d’événements, de pratiques particulières et de lieux dédiés à l’innovation numérique. Un des axes de développement de sa politique de revitalisation urbaine concerne d’ailleurs l’économie digitale et les industries créatives7.

Au centre de toutes ces initiatives à la fois civiques, technico-économiques et socio-culturelles, une idée fixe : construire des modèles, des projets et des infrastructures8 horizontales (Egyedi & Mehos, 2012), autonomes et décentralisées ; penser un modèle urbain différent, conçu et pris en charge par la participation des citoyens et leur « puissance d’agir » (Proulx, 2012).

S’appuyant sur l’analyse de certains aspects de ces pratiques économiques alternatives, notre recherche vise à comprendre de quelle manière une forme d’infrastructure de communication locale et autonome, les réseaux MESH en l’occurrence (ou réseaux communautaires sans fil9), illustre le lien entre crise économique et apparition ou renforcement de pratiques mises en place par la société civile de Détroit. Dans ce cadre, nous enquêtons sur les communautés mettant en place ce genre de réseaux locaux, sur leurs dynamiques, leurs ambitions, leurs différents projets et de ce fait, sur l’apparition d’une forme de média particulière (Gentès, 2013) dont les aspects politiques sont revendiqués intrinsèquement. Cet article présentera des extraits d’entretiens menés avec différentes personnes engagées dans les déploiements de ces réseaux communautaires sans fil. Nous présenterons ici des extraits d’interviews sous une forme assez « brute » où la notion de « crise » est abordée et où des moyens et/ou des pratiques d’échapper à ce concept sont mentionnés (interviews menés entre mai et juillet 2013). Il s’agit d’extraits d’un « carnet ethnographique » où se mêlent témoignages et analyses brèves dans lequel nous décrivons le plus simplement possible l’histoire et l’écosystème de ces réseaux sans fil et de ces différents acteurs. Il s’agit ici de donner à voir une « photographie » de certains projets techno-médiatiques propres à cette ville en crise. D’une manière plus globale, notre recherche vise à montrer comment ces initiatives mettent en lumière des questionnements relatifs à la matérialité des réseaux de communication existants et aux rôles que jouent les usagers dans l’organisation et l’entretien d’un réseau social numérique (Proulx, 2012), d’une infrastructure de communication. Notre recherche vise également à comprendre de quelles manières ces discours sur les réseaux de télécommunications décentralisés et autonomes appréhendent la notion de co-construction autour des savoirs et ce que Bernard Stiegler appelle l’ère économique de la contribution (Stiegler, 2008). En dehors des termes de « crise », de « catastrophe » et de « faillite », cet article veut présenter des projets innovants et certains détails du contexte dans lequel ces pratiques alternatives se développent. Il souhaite restituer une parole riche et complexe, celle de groupes de citoyens, pivots locaux de la participation civique et qui tendent à être considérés par certains comme les acteurs de la revitalisation urbaine américaine10. Communautés de citoyens qui s’appuient désormais sur les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) pour penser non plus un modèle urbain Top-Down (vertical, penser du haut pour le bas), mais une ville horizontale ; irréductibles groupes d’individus qui conçoivent Motor City non plus comme une « ville sauvage » mais comme le « village sauvage du capitalisme mondialisé »11 qui souffre depuis de nombreuses années des conséquences de l’écroulement d’une industrie orientée seulement sur l’automobile, des atermoiements d’un capitalisme destructeur et d’un trop plein de commentateurs mal informés.

Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0. Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi installé sur un toit du quartier de MidTown à Détroit, juin 2011.

Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0.
Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi installé sur un toit du quartier de MidTown à Détroit, juin 2011.

Enjeux et contexte des « connexions MESH »

ColorLines.com - A Tech Innovation in Detroit: Connect People, Not Computers (septembre 2012) [http://colorlines.com/archives/2012/10/detroit_mesh_networks.html]

ColorLines.com – A Tech Innovation in Detroit: Connect People, Not Computers (septembre 2012)

La mise en place de réseaux MESH (Metro Scale Ad-hoc Network) n’est pas quelque chose de récent. Ce routage (MANET – Mobile Ad-hoc NETwork, mis au point à la fin des années 1990) est issu de la recherche militaire ; il permet de déployer un réseau de communication robuste et indépendant entre ordinateurs, téléphones ou tout autre terminal de communication en circuit fermé et/ou connecté au moins en un point à un réseau Internet et/ou GSM. Ce réseau est maillé, c’est à dire que chacun de ses nœuds peut servir de relais, de point de liaison aux autres nœuds de l’ensemble qui communiquent via ondes radios Wi-Fi. Ainsi, il peut se reconfigurer en permanence et mettre en place des communications dynamiques entre points plus ou moins mobiles (sorte de réseau bluetooth multi-utilisateurs). Jusqu’en 2011, ce type de réseau servait surtout à faire communiquer des capteurs entre eux ou bien à optimiser des zones de couverture Wi-Fi (aéroports par exemple) en réduisant les coûts d’installation de câbles, de modems, etc. En 2011, après les soulèvements arabes, cette technologie apparut alors comme une solution aux cas de censure et de coupure des télécommunications par des régimes autoritaires: l’appareillage mobile des manifestants, composé de smartphones, tablettes, ordinateurs, ainsi que de petites antennes placées sur des toits, pouvait devenir infrastructure de communication. Si chaque objet communiquant pouvait se connecter à au moins un autre objet en co-présence, on pouvait créer un réseau maillé indépendant, autonome et mouvant presque impossible à couper ou à censurer étant donné son caractère spontané, local et décentralisé (ne dépendant pas d’un serveur informatique central, d’une infrastructure globale comme les emblématiques réseaux sociaux Facebook et Twitter). L’Open Technology Initiative (OTI), groupe de travail de la New America Foundation12, think-tank basée à Washington DC, présenta à ce moment là un logiciel de réseautage MESH multi-plateforme baptisé Commotion13 (COMmunity Open Technology Information Online Network). Baptisé dans un premier temps « Internet in a Suitcase », ce projet reçut en 2011 une aide conséquente du département d’État américain. Ces deux principales zones de test et de déploiement sont Détroit et New York (plus précisément le quartier isolé de Red Hook à Brooklyn). Cette technologie n’a donc pas été déployée en priorité au Moyen Orient mais plutôt dans des villes en « crise » aux États Unis (selon ses créateurs, elle n’était pas assez « stable » pour ne pas être utilisée à l’insu des militants libéraux arabes).

À Détroit, l’Open Technology Initiative (OTI) travaille conjointement avec Allied Media Project14, association à but non lucratif, organisatrice de la Allied Media Conference et porteuse d’un nombre important de projets allant de l’éducation aux technologies numériques (vidéo, son, graphisme, programmation électronique, etc.) à la formation de Digital Stewards pour les quartiers de la ville ; projets ayant en commun la promotion de la notion de Digital Justice et une stratégie de revitalisation urbaine horizontale. Ces Digital Stewards, sortes de médiateurs, régisseurs-socioculturels bénévoles, suivent des cours hebdomadaires pendant six mois et mettent au point un projet de revitalisation socio-économique de leurs quartiers via les technologies numériques. Pour intégrer cette formation, ils doivent présenter un projet de développement qui sera approfondi et appuyé par l’expertise de divers intervenants. Nous avons suivi trois de ces groupes (promotion 2013) ayant décidé de déployer des réseaux MESH dans les quartiers où ils résident et ce dans différents buts. L’un de ces groupes, celui du projet ECOSphere basé dans le nord-ouest de la ville et conduit par trois membres de l’association Modern Evolution, considère ce projet d’une façon bien particulière. Les extraits que nous présentons dans cet article sont tous issus des entretiens que nous avons menés avec ces trois personnes. Pour eux, créer un réseau MESH est un prétexte permettant d’envisager une nouvelle forme d’écosystème économique pour la ville de Détroit, un moyen de sortir de la crise de cette ville qu’ils nomment de leurs propres mots « Ground zero » :

Enquêté: Je disais qu’à Modern Evolution, notre boulot consiste à construire des ponts entre toutes les initiatives qui existent déjà, à les doubler, les répliquer […] Avant de parler de viabilité économique, nous avons besoin d’un écosystème numérique. C’est pour cela que nous commençons par le Wi-Fi. Les personnes doivent être connectées. C’est la nouvelle économie […] et la clé, c’est l’accès.

 […] Nous voulons faire une communauté sans fil tous ensemble […] désormais, nous amenons le modèle décentralisé aux gens.

[…] Désormais le Wi-Fi est partout sauf où ? Dans les quartiers chauds, tu vois ce que je veux dire ?

Dans ces premiers extraits, il n’est pas question d’applications ou de services particuliers portés par le réseau communautaire sans fil créé à l’issu de la formation (si ce n’est fournir un accès à Internet via leur infrastructure de communication, via leur réseau MESH). Pour le groupe de Modern Evolution établir un réseau communautaire c’est pourvoir au besoin de connexion dans leur quartier qui est très peu équipé en accès à Internet, c’est partager ce dernier avec d’autres personnes, d’autres habitants du quartier, du block (éloigné de Midtown, zone de revitalisation urbaine prioritaire). Pourtant, contrairement à l’East Side de la ville, peu habité et composé majoritairement de terrains vagues et de maisons abandonnées ; le quartier où se déploie leur projet baptisé ECOSphere (North West Side) possède une densité d’habitation assez importante. Il s’agit des anciens lotissements des agents de maîtrise des usines automobiles Ford. Malgré cette densité, il n’y a que très peu d’accès à Internet, les coûts d’installation et de mise en service d’une connexion étant très élevés. La solution qu’ils essaient donc d’implémenter tâche de contourner ces coûts élevés et de faire comprendre qu’un modèle de partage peut se penser aussi sur d’autres domaines et à d’autres niveaux (sécurité, transport, éducation, tri des déchets, circuit courts alimentaires, etc.), qu’il fait partie des composantes d’un levier de développement socio-économique original:

Enquêté: […] Nous pensions qu’il s’agissait là d’une idée géniale : commencer à rassembler les gens à la manière d’un collecteur de fonds sympathique. Il faut commencer à mettre en commun, de sorte que nous puissions payer notre facture Internet ensemble. Et, si on le fait avec la facture Internet, on pourrait peut être le faire avec notre facture d’électricité ? Tu vois, ça peut éveiller l’intérêt pour ce genre de solutions de financement créatives. En fait, on touche là au principal enjeu de notre projet : l’idéologie. 

[…]

 Si on pouvait installer des antennes en utilisant de l’énergie solaire ou d’autres formes de systèmes énergétiques ; on n’aurait pas à utiliser l’électricité d’un tiers et on serait indépendants.  Avec le MESH, la seule chose dont on ait besoin c’est d’électricité pour faire parler l’antenne à un autre routeur, connecté au réseau.

[…]

 John s’occupe des questions énergétiques, Heru des questions technologiques, moi je m’occupe des financements. Et notre synergie vient de là. Nous nous aidons les uns les autres, et grâce à cela, des solutions intéressantes surgissent.

Créer un réseau communautaire sans fil peut donc apparaître comme un prétexte pour engager des personnes vers des formes d’actions civiques et sociopolitiques qui concernent les infrastructures et les services de la ville (qui sont en piteux état : police et pompiers à effectifs réduits, réseaux de transports et systèmes électriques défaillants, mauvais ramassage des ordures, etc.). Ces réseaux, issus des formations menées par Allied Media et OTI, sont les éléments constitutifs d’un programme de Digital Stewardship, de citoyens relais (médiateurs en technologie numérique) pour les quartiers marginalisés d’une ville particulière, lieu d’écroulement de l’American way of life. Mais on pourrait aussi voir dans le développement de ces technologies une pratique économique alternative au service d’une sorte de résilience urbaine. En effet, conjuguée aux autres pratiques alternatives (notamment agricoles), ces formations et ces projets d’infrastructure et de participation active des citoyens deviennent des moyens de cicatrisation citadine, des réponses au vide laissé par la municipalité en faillite et autant d’opportunités pour les organisations communautaires à but non lucratif de tester des modèles urbains alternatifs. De cette « crise », de ces cendres et du lieu que les membres du projet ECOSphere – Modern Evolution nomment eux mêmes « Ground zero » devrait pouvoir émerger un nouveau rapport à la ville ; une résilience tout à la fois civique et technologique qui refondrait la citadinité de Détroit et poserait les premières pierres d’une cité plus coopérative où participation et engagement du citoyen seraient plus importants. Les infrastructures de communication dont il est ici question visent à construire un modèle civique de ce type et à faire prendre conscience des comportements qu’il exige.

La notion de Digital Justice défendue par Allied Media Projects, issue à la fois de la pensée de Grace Lee Boggs15, de Paulo Freire et de Saul Alinsky16 s’intègre dans cette idée de résilience, de cicatrisation urbaine. Cette justice digitale consiste à défendre quatre piliers caractéristiques dans les projets mis en place mais aussi et surtout la notion de droit fondamental à la communication (en d’autres termes, combattre la fracture numérique). Ces quatre piliers sont : le droit à l’accès (à Internet, aux NTIC), aux médias de manière générale), la participation, le partage et la coopération au sein de groupe de citoyens qu’ils nomment « communities » (habitants du même quartier et/ou personnes rassemblées autour d’un intérêt commun). Pour les personnes que nous avons interrogées, l’idée de reconstruire la vie quotidienne et les pratiques citoyennes autour de pratiques autonomes qui ne reposent pas sur les institutions financières et/ou des formes de gouvernance publique est devenue plus réaliste que le modèle traditionnel de comportement socio-économique. Les réseaux MESH sont un pas en avant vers cette idée de s’organiser en communauté autour d’un intérêt commun, en l’occurrence ici, réduire le coût de l’accès à Internet et, de ce fait, la fracture numérique, pour augmenter la participation citoyenne et l’engagement de chacun.

Enquêté: Ici, c’est le ground zero de l’Amérique, vraiment. Tu sais, cet endroit était un des plus prospères des Etats-Unis à un moment et maintenant, c’est l’un des plus pauvres. Que s’est il passé ? Il s’agit aussi d’une histoire de l’innovation et de révolution en termes de communautés, de social ; lorsque l’on regarde l’histoire, un nombre important de personnes engagées viennent de cette région qui a toujours été un melting pot composé d’ouvriers

[…]

Juste dans la communauté afro-américaine, les trois initiatives les plus « visibles » viennent d’ici. La lutte pour les Droits civiques, The Nation of Islam est née ici, the Republic of New Africa est née ici et les Black Christian Nationalists sont nés ici.

[…]

Maintenant, et si tu vas dans ces fermes urbaines, tu ne verras pas seulement une « race »  ou un seul groupe d’âge. Il y a des jeunes, des noirs, des blancs, des asiatiques, tous travaillent ensemble dans cette logique de partenariat innovante, […] c’est une chose d’aujourd’hui, pas du blabla, ce n’est pas un think tank, c’est un laboratoire à action ici.

Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0. Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi sur une antenne de télévision. Groupe Morning Sides MESH (juin 2011).

Preston Rhea – Licence CC BY-SA 2.0. Montage d’un routeur (antenne) MESH-Wi-Fi sur une antenne de télévision. Groupe Morning Sides MESH (juin 2011).

Selon ces extraits, le caractère multiculturel, ouvrier et politique de la ville explique en partie son caractère de laboratoire techno politique défenseur de la notion de justice digitale comme moyen de palier aux effets de la crise. Y voir le modèle d’Alinsky ferait peut être bondir certains militants originaires de Motor City. Précisons que nous parlons ici des « techniques » d’organisation  qu’Alinsky17 professa tout au long de sa vie, pas forcément de son référentiel politique18. La nouveauté dans ces actions communautaires est de considérer l’infrastructure d’information créée et assurée par l’ensemble de ses « lecteurs »-« spectateurs » comme un projet participatif (« we are the networks, we are the media » déclarèrent les membres de ECOSphere lors d’un interview). S’ils ne prennent pas soin des composantes du réseau (antennes, alimentation électrique, entretien, etc.), s’ils ne s’engagent pas pour le bon fonctionnement de cet objets, alors l’infrastructure fonctionne moins bien. On peut donc qualifier ces objets comme de véritables technologies participatives, de leviers technologiques capables d’implémenter une idée du « care »19 et d’infrastructures fragiles dont il faut prendre soin. Les réseaux MESH font circuler un savoir et des pratiques culturelles spécifiques de façon décentralisée ; ils nous semblent en relation avec une forme nouvelle d’être ensemble qui se développe dans cette ville « en crise ».

De la résilience à la reliance, une nouvelle forme de communauté

En 2011, Manuel Castells, étudiant les cosmopolitismes multiples que sont les mouvements du printemps arabe, des Indignados, Occupy et Anonymous, évoquait de nouvelles formes de communauté à liens plus ou moins faibles mais hyper-connectées : « cette fois-ci les réseaux numériques pourvoient des formes flexibles et changeantes d’organisation et de débat, d’appel au secours, de distribution d’idées et d’initiatives, de décisions collectives distribuées. Les braves gens du mouvement ne sont jamais seuls, sont toujours connectés, et donc, ensemble n’ont pas peur. Leur mot d’ordre : « Tous ensemble, nous pouvons ». Pouvoir quoi ? Pour le moment, dans le discours du mou­vement, l’essentiel est de pouvoir être ensemble et, ensemble, découvrir une autre démocratie che­min faisant. » (op.cit, 2011).

De notre enquête à Détroit, nous retenons dès à présent qu’il y a dans les motivations des individus avec qui nous travaillons une volonté de renouer avec une approche ethnologique dans la politique de la ville tout comme une forte détermination à engendrer une dynamique de changement social issu des actions des citoyens et de leur puissance d’agir. L’important est là aussi de le faire ensemble, d’engager la « communauté » vers un projet plus juste pour la ville, de l’éduquer à la façon dont les différentes infrastructures fonctionnent, aux rôles qu’un utilisateur peut y jouer. « L’ambition » des déploiements de réseaux MESH à Détroit est à chercher de ce côté là, dans la création de nouvelles communautés

Enquêté: […] Nous construisions cela de façon horizontale maintenant, alors que nous parlons. Tu sais, cela ressemble beaucoup à ce que nous sommes, à nos idées […] on se rend compte aujourd’hui que nous ne sommes pas des originaux, qu’on peut se joindre à des personnes qui partagent notre vision des choses dans cette ville. C’est cela que nous avons construit au fond, c’est de cela dont il s’agit ici, c’est ça qui t’a amené ici toi et ta thèse sur les infrastructures décentralisées et horizontales…  

  notre intention dans ce projet, c’était d’apprendre, c’était d’interagir avec les autres organisations qui partagent la même idéologie que nous, puis voir ce que ça peut donner si on travaille tous ensemble à partir de la base.]  

Enquêteur : Dans la ville inversée ?

Enquêté : C’est ça ! Bienvenue dans la ville inversée !]

Le développement d’une citoyenneté active et participante via ces réseaux communautaires sans fil est un fait dans la ville en crise qu’est Détroit, nous l’avons vérifié en passant trois mois aux côtés de ces Digital Stewards, des associations qui les forment et des personnes qui développent ce logiciel de réseautage et de reliance communautaire20. Tout en étant une ville touchée de plein fouet par la faillite et une grande pauvreté, Détroit semble se transformer en exemple de cité post industrielle moderne « où les fausses promesses de consommation et de production sans limites aux dépens de la dignité humaine et du sens de communauté ont été examinées minutieusement, et finalement remplacées par des fondations plus humanistes » (Handelsman, 2011).

Les « Communities », les différentes associations d’Éducation Populaire et ces activistes des infrastructures jouent tous un rôle dans cette entreprise de ré-humanisation des infrastructures de télécommunication, d’agriculture, de transport, d’éducation, de gestion des déchets, de consommation, etc. Les pratiques de transformation fondées sur les mondes du numérique et les réseaux communautaires sans fil que nous observons dans la ville en crise qu’est Détroit illustrent un « vivre Internet » différent. Ils peuvent aussi être considérés comme des preuves du développement de l’économie de la contribution (Stiegler, 2009) vecteur de « puissance d’agir » des citoyens utilisateurs (Proulx, 2012) et nécessaire à une émancipation citoyenne. L’ethnographie des réseaux sans fils communautaires, moyens de résilience face à la crise de Détroit permet également de confirmer le fait que la concentration spatiale des classes populaires peut devenir un support d’émancipation par la « révolte et la révolution »21. Détroit a désormais son propre média supporté par sa propre infrastructure (les réseaux MESH). De ce fait, cette ville donne à réfléchir sur un système politique plus horizontal qui serait une première brique cohérente apportée à l’entreprise que l’on nomme partout « sortir de la crise » et » réengager les citoyens dans l’action civique et politique ».

En France, il faudrait peut être tout simplement se repencher sur ce que l’on met sous le terme d’Éducation Populaire et se dire que le mouvement du même nom, affaibli par l’action gouvernementale depuis de trop nombreuses années, contient lui aussi les ferments d’une citoyenneté plus juste et plus équitable. Une citoyenneté plus apte à faire face à des crises quelles qu’elles soient.

  1. Du latin : « Nous espérons des temps meilleurs, elle renaîtra de ses cendres » ; devise de Détroit (Michigan, États-Unis) inscrite sur le drapeau de la ville après l’incendie ayant ravagé la majeure partie de la ville en 1805. []
  2. Le Monde avec AFP [18 juillet 2013], « La ville américaine de Détroit se déclare en faillite » [http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/07/18/la-ville-americaine-de-detroit-se-declare-en-faillite_3449873_3222.html]. []
  3. Données Brookings, Metropolitan Program, Allan Mallach, d’après le Census American Community Survey, 2010 [http://www.census.gov/acs/www/] []
  4. Sur ce point, voir VANHEMERT, K. [26 août 2013], Wired, « The Best Map Ever Made of America’s Racial Segregation » [http://www.wired.com/design/2013/08/how-segregated-is-your-city-this-eye-opening-map-shows-you#slideid-210281]. []
  5. Sur ce point, voir KLEINE, R. [4 août 2013], Detroit Free Press, “How the State of Michigan helped bankrupt Detroit” [http://www.freep.com/article/20130804/OPINION05/308040048/detroit-financial-crisis-state-of-michigan-causes-bankruptcy]. []
  6. Capacité d’une ville à faire face à un traumatisme, à l’affronter et à trouver les moyens nécessaires pour se reconstruire. []
  7. Sur ce point, voir 2012 Detroit Strategic Framework Plan, Detroit Future City [http://www.detroitlongterm.com]. []
  8. Infrastructures de télécommunications, agricoles, pédagogiques, gestion des déchets, etc. Cf. EGYEDI, T. M. and MEHOS, D. C. (2012), Inverse infrastructures. Disrupting Networks from Below, Edward Elgar, Northampton. []
  9. Metro Scale Ad-Hoc Network, protocole de routage et d’établissement de réseaux locaux sans fil décentralisés où chaque nœud du réseau devient relais pour les autres pairs (« peer-to-peer » mobile, réseaux d’antennes autonomes et/ou d’appareils communiquants tels qu’ordinateurs, smartphones, routeurs Wi-Fi, etc.). Le réseau ainsi établi ne comporte donc pas de point central et est ainsi plus résistant aux coupures et/ou aux contrôles extérieurs. On pourrait comparer ce type de d’infrastructures de communication à un réseau d’utilisateurs connectés entre eux via ondes radio courtes portées (une sorte de réseau bluetooth élargi). Cette technologie à l’origine militaire permet de déployer un réseau de communication robuste et indépendant entre ordinateurs ou téléphones ou terminaux de communication, en circuit fermé, ou connecté au moins en un point à un réseau Internet ou GSM. []
  10. Sur ce point, voir COSME, C. (2012), Politique de la ville, l’expérience américaine, Centre d’analyse stratégique, la documentation Française, Paris. []
  11. Sur ce point, voir GOËTA, S. [1er juin 2012], UrbaNews.fr, “Détroit n’est pas une silencieuse ville sauvage. [La critique, par Aaron Handelsman] [http://www.urbanews.fr/2012/06/01/21179-detroit-nest-pas-une-silencieuse-ville-sauvage-la-critique-par-aaron-handelsman/#.UioDgLwUVTU]. []
  12. http://oti.newamerica.net. []
  13. Sur ce point, voir : GLANZ, J. & MARKOFF, J. [12 juin 2011], The New York Times, « U.S. Underwrites Internet Detour Around Censors » [http://www.nytimes.com/2011/06/12/world/12internet.html?pagewanted=all]. []
  14. http://alliedmedia.org & http://amc.alliedmedia.org []
  15. Activiste et philosophe originaire de Détroit, militante du Black Power dans les années 60. []
  16. Militant et sociologue américain originaire de Chicago, généralement reconnu comme le père fondateur du « community organizing ». []
  17. Sur ce point, voir ALINSKY, S. (1971), Rules for radicals : a practical primer for realistic radicals, Random House, New York. []
  18. Référentiel qui insiste sur la nécessité pour les pauvres de pourvoir à leurs intérêts, même « bourgeois » et « décadents » ; ce qui n’est pas le cas de Lee Boggs évoquée précédemment ni même des personnes interrogées ici qui se définissent proches du référentiel politique des Black Panthers et du Black Power. []
  19. « Prendre soin, prêter attention à ». []
  20. Par « reliance », et à la suite d’Edgar Morin (2004), nous entendons un acte par lequel l’individu se relie aux autres. Morin qualifie effectivement cet acte individuel de « reliance ». Il utilise le concept de reliance dans un sens actif qui met en évidence le lien vivant entre le « bien-penser » et le « bien-agir » : « La pensée complexe est la pensée qui relie. L’éthique complexe est l’éthique de reliance ». []
  21. CLERVAL, A. [17 octobre 2013], L’Humanité.fr, “À Paris, le discours sur la mixité sociale a remplacé la lutte des classes” [http://www.humanite.fr/societe/anne-clerval-paris-le-discours-sur-la-mixite-socia-551401] []

Bibliographie

AKRICH, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

ALINSKY, S. (1971), Rules for radicals : a practical primer for realistic radicals, Random House, New York.

BEAUDOUIN, V. (2011), « Prosumer », Communications, n. 89, p. 131-139.

CARDON, D. (2010), La démocratie Internet Promesses et limites, La République des idées – Seuil, Paris.

CASTELLS, M. (2010 [première édition 1996-1998]), The Information Age: Economy, society and culture, Blackwell, Oxford.

CASTELLS, M. (2011), « Ni dieu ni maître: les réseaux », Leçon inaugurale de la Chaire Analyse interdisciplinaire de la société en réseaux, 28 juin 2011, Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris.

CLERVAL, A. [17 octobre 2013], L’Humanité.fr, “À Paris, le discours sur la mixité sociale a remplacé la lutte des classes” [http://www.humanite.fr/societe/anne-clerval-paris-le-discours-sur-la-mixite-socia-551401].

COSME, C. (2012), Politique de la ville, l’expérience américaine, Centre d’analyse stratégique, la documentation Française, Paris.

DENIS, J. & PONTILLE, D. (2010), Petite sociologie de la signalétique. Les coulisses des panneaux de métro, Presses de l’École des mines, coll « Sciences sociales », Paris.

DUMAZEDIER, J. (1962), Vers une civilisation du loisir ?, Seuil, Paris.

EGYEDI, T. AND MEHOS, D. (2012), Inverse infrastructures Disrupting Networks from Below, Edward Elgar, Northampton.

FEENBERG, A. (2011), « Les dix paradoxes de la technologie », in La Recherche et l’Innovation en France – FutuRIS 2011 (éd. Odile Jacob), Association nationale de la recherche et de la technologie, Paris.

FEENBERG, A. (2004), Repenser la technique, La Découverte M.A.U.S.S, Paris.

FLICHY, P. (2008), « Internet et le débat démocratique », Réseaux, n.150, p. 159-185.

GALLAGHER, J. (2010), Reimagining Detroit : Opportunities for Redefining an American City, Wayne State University Press, Détroit.

GALLAGHER, J. (2013), Revolution Detroit, Strategies for Urban Reinvention, Wayne State University Press, Détroit.

GENTÈS, A. & HUGUET, F. (2012) « Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média », in Réseaux sociaux, culture politique et ingénierie des réseaux sociaux (dir. Stiegler, B.), IRI {FYP} éditions, Paris.

GERBAUDO, P. (2012), Tweets and the Streets, Social Media and Contemporary Activism, Pluto Press, Londres.

GOËTA, S. [1er juin 2012], UrbaNews.fr, “Détroit n’est pas une silencieuse ville sauvage. [La critique, par Aaron Handelsman]” [http://www.urbanews.fr/2012/06/01/21179-detroit-nest-pas-une-silencieuse-ville-sauvage-la-critique-par-aaron-handelsman/#.UioDgLwUVTU].

GONZALEZ-QUIJANO, Y. (2012), Arabités numériques Le printemps du Web arabe, Sindbad Actes Sud, Arles.

HOLSTON, J. (1998), « Spaces of Insurgent Citizenship », Cities and Citizenship, Duke University Press, Durham and London, 1999.

JEANNERET, Y. (2007), Y-a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?, Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq.

KLEINE, R. [4 août 2013], Detroit Free Press, “How the State of Michigan helped bankrupt Detroit” [http://www.freep.com/article/20130804/OPINION05/308040048/detroit-financial-crisis-state-of-michigan-causes-bankruptcy].

LEE-BOGGS, G. & KURASHIGE, S. (2011), The Next American Revolution, Sustainable Activism for the Twenty-first Century, University of California Press, Berkeley.

LOVELUCK, B. (2012), La liberté par l’information. Généalogie politique du libéralisme informationnel et des formes de l’auto-organisation sur internet, Thèse de doctorat (dir. Marcel Gauchet), EHESS, Paris.

MORIN, E. (2006), La Méthode. Volule 6: Éthique, Seuil, Paris.

MUSIANI, F. (2012), Nains sans géants, Architecture décentralisée et services Internet, Thèse de doctorat (dir. Cécile Méadel), Ecole nationale supérieure des mines de Paris.

MUSIANI, F. (2012), Caring about the plumbing: On the importance of architectures in social studies of (peer-to-peer) technology, Peer Production Journal [http://hal.archives-ouvertes.fr/view_by_stamp.php?&halsid=sd01ountu02dq0r3f7thqbkd61&label=CNRS&langue=en&action_todo=view&id=hal-00771863&version=1].

PLENEL, E. [25 août 2013], Mediapart.fr, “L’alarme d’Edgar Morin” [http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/240813/l-alarme-d-edgar-morin?page_article=2]

PROULX, S., L. HEATON, CHOON, M. J. K., AND MILLETTE, M. (2011), « Paradoxical empowerment of producers in the context of informational capitalism », New review of hypermedia and multimedia, vol. 1, n. 17, p. 9-29.

PROULX, S. (2012),  « La puissance d’agir des citoyens à l’ère du numérique: cyberactivisme et nouvelles formes d’expression politique en ligne », in Le cyberactivisme au Maghreb et dans le Monde Arabe (dir. Najar, S.), Karthala, Paris.

PROULX, S. (2009), « Can the use of digital media favour citizen involvement », Global Media and Communication, vol. 3, n. 5, p. 293-307.

STAR, S. L. (1999), « The Ethnography of Infrastructure », American Behavioral Scientist, vol. 3, n. 43, p. 377-391.

STAR, S. L. (2002), « Infrastructure and ethnographic practice: working on the fringes », Scandinavian Journal of Information Systems, vol. 2, n. 14, p. 107-122.

SUGRUE, T. (1996), The Origins of the Urban Crisis, Race and inequality in postwar Detroit, Princeton University Press, Princeton.

VANHEMERT, K. [26 août 2013], Wired, « The Best Map Ever Made of America’s Racial Segregation » [http://www.wired.com/design/2013/08/how-segregated-is-your-city-this-eye-opening-map-shows-you#slideid-210281].

WINNER, L. (1986), « Do artifacts have politics ? », The whale and the reactor : a search for limits in an age of high technology, University of Chicago Press, Chicago, p. 19-39. Anderson, C. (2012), Makers, The New Industrial Revolution, Crown, New York.

WOOLGAR, S. & COOPER, G. (1999), « Do artefacts have ambivalence : Mose’s bridges, Winner’s bridges and other urban legends in S&TS », Social Studies of Science, SAGE, Londres, p. 433-449.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

IXmaps: voir les routes, comprendre l’architecture

logo du projet IXmaps – www.ixmaps.ca

Savez vous par où, par quels « lieux » transitent vos données?

Quelles « routes » elles empruntent?

Qui contrôle ce réseau, cette architecture complexe qu’est Internet?

Cette vidéo de présentation du projet IXmaps tâche de répondre à ces quelques questions. Développé autour de la faculté d’information de L’Université de Toronto, le projet universitaire IXmaps (Université de Toronto, Ontario College of Art and Design, Information Policy Research Program – Canada) est un outil de cartographie et de suivi de paquets qui transitent sur Internet. Il permet de reconstituer le chemin que ces derniers empruntent d’un nœud du réseau vers un autre nœud. On peut ainsi reconstituer l’itinéraire des paquets que l’on envoie à un destinataire lorsqu’on lui transmet un email par exemple. L’outil permet en d’autres termes de voir par quelles « routes » et par quels endroits passent nos informations et de nous en donner un aperçu sur une carte (USA et Canada uniquement).

Après la très médiatique affaire Snowden qui dévoilait les centres de surveillance de la NSA du trafic web américain la vidéo met en image l’organisation de ce trafic et nous rappelle à quel point l’Internet est matériel et éloigné de cette idée de « nuage », de « cloud ». La vidéo présente également certaines caractéristiques du routage des paquets entre États (notamment le « boomerang routing »), de la surveillance du trafic outre atlantique depuis le 11 septembre 2001 et l’établissement du « Patriot Act » (accords entre opérateurs de télécommunications et gouvernement américain) et de l’aspect centralisé et centralisateur de l’architecture globale de l’Internet (l’essentiel du trafic américain transitant par au moins l’un des 18 nœuds centraux du territoire américain).

À regarder:

 

What Is IXmaps? from The New Transparency on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Freifunk [vidéo] – créateur de réseaux MESH

Freifunk, le software-communauté créateur (allemand) de réseaux décentralisés MESH revient sur son fonctionnement et son « projet » dans une vidéo très intéressante à visionner:

Voir aussi: http://wiki.freifunk.net/Kategorie:Fran%C3%A7ais

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Terranet « Be the network » (vidéo)

Nous avions évoqué le projet Terranet il y a quelques temps. Nous venons de découvrir leur nouveau clip de présentation qui explique la démarche et le fonctionnement de cette technologie. La vidéo est très intéressante et ses protagonistes prononcent des mots qui nous intéressent particulièrement (« local network », « Be the network », « existing infrastructures », « less infrastructure », « access », « environnement », « mesh gate », « digital divide » etc.)…

Découvrez la vidéo:

Terranet.se

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Etats-Unis: partager les fréquences blanches pour élargir les accès WiFi publics

Le Washington Post a publié le 4 février un article très intéressant à propos des négociations en cours sur la libéralisation des fréquences blanches du spectre radio américain (écrit par Cecilia Kang).

Leur vidéo explique assez bien le fonctionnement du spectre radio et de ces dites « fréquences blanches ».

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Le « Meshaging »: pourquoi le décentralisé?

Commotion possède un nouveau site Internet (commotionwireless.net) depuis quelques mois seulement (nous avions même eu la chance d’assister aux réunions de pré lancement-test- du site web en août 2012 à Washington). Lors de notre exploration de cette plateforme, nous étions pourtant passés à côté de ce post très intéressant qui présente (et « justifie » dans un sens) le travail et les réflexions des ingénieurs de Commotion (projet mené par l’Open Technology Initiative au sein de la New America Foundation à Washington DC voir ce précédent billet).

Ce texte a plus d’un intérêt car il montre de quelle manière le Work Department (auteur du billet en question) du projet Commotion considère  l’utilisation d’architectures distribuées comme une plus-value. Il cherche également à expliciter le choix de développer des services distribués ET mobiles dans une ville telle que Détroit. Il montre enfin l’attention portée par ces ingénieurs à l’écologie globale dans lequel le système technique qu’ils développent prend place:

 

As we worked through other parts of the Commotion project, we brainstormed ideas for wireless mesh applications. We noticed that our ideas would often replicate existing web services — e.g. a local fileserver for music or movies, or a local message board for neighborhood discussion. We began to wonder what would make a community wireless application more appealing than using a centralized Internet-based application. We agreed that it wouldn’t be enough to offer someone the simple satisfaction of knowing their data is decentralized… there would need to be some other benefits to using a local application.

What would these benefits be? What is special about the architecture of a community wireless mesh network? In pondering these questions, we considered what is provided by these networks — earlier, I mentioned that the networks provide internet connection sharing and local file sharing, but that’s only a part of the story. These networks also provide something much grander: they become community institutions. Unlike the Comcast hardware that is bolted out of arm’s reach on a utility pole, our community wireless equipment lives on our porches, in chicken coops, in our bell towers, and next to our desks. Each piece of equipment has a story behind it. We know who held the ladder while it was being installed and who lent their hammer drill to run a cable up to it.

A community mesh wireless router’s IP address is more than a 32-bit number. It has history and meaning. How can we build applications that reflect and enhance this?

 

LIRE LE TEXTE COMPLET ICI (https://commotionwireless.net/blog/exploring-meshaging)

 

Références:

  • http://oti.newamerica.net/
  • https://commotionwireless.net/
  • http://detroitdjc.org/

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Comment les architectures distribuées parlent d’elles-mêmes ? L’exemple de sept services qui proposent des échanges entre « pairs » – 1/2

 

L’analyse des discours que portent les acteurs de l’innovation dans le domaine des architectures distribuées, sur les services qu’ils développent, sur leurs méthodes de travail et sur la technique elle-même, permet de comprendre comment ils se mettent en scène et de quelle manière ils produisent et font circuler des savoirs sur les technologies décentralisées.

Dans le cadre du projet de recherche ADAM, sept services ont été analysés, à partir de l’étude des textes et des images de leurs sites internet, « vitrines publiques » de leurs productions « front office »[1]. Les applications Serval, Mesh Potato, Bitcoin, Diaspora, Mobiluck, Bump, Skype ont été choisies pour cette étude de cas, parce qu’elles représentent différents types de services, qu’elles reposent sur des architectures techniques différentes et qu’elles permettent de faire un tour d’horizon des services dits peer-to-peer du point de vue de l’échelle des échanges qu’elles permettent aux utilisateurs.

Pour chacun des cas, les occurrences des termes « peer-to-peer » et « distributed architecture » ont été relevées et analysées par rapport à leurs co-textes (c’est-à-dire les textes dans lesquels elles sont insérées ou les textes situés à leur proximité sur la page), dans les sites des services et dans les vidéos de démonstration présentes sur les sites. Pour chacun des cas également, les images ont été analysées en essayant de comprendre comment s’articulaient l’image et son contexte (légende, sous-titre, paragraphe, titre, etc.). En effet, la sémiologie distingue la fonction d’ancrage de la fonction relais dans le rapport entre image et texte. Le texte permet de répondre à la question « qu’est-ce que c’est ? » par rapport à l’image. Lorsque le texte est ancrage, il redit ce que l’image donne à voir, il exerce une forme de redondance par rapport au sens de l’image. Quand il est relais, il fonctionne en complémentarité et permet de faire une interprétation de l’image qui va au-delà de ce qu’elle montre[2]. L’analyse de tous ces complexes « images/textes » et « textes/co-textes » s’est faite à partir d’un modèle « sémiopragmatique », suivant le travail de Roy Harris qui observe comment un signe fait toujours sens par rapport à un contexte donné[3].

« Le signe n’existe, en tant que signe, que pour permettre l’intégration, dans un contexte donné, de certaines activités humaines »[4].

Ce premier billet, d’une série de deux, présente ces sept services du point de vue de l’architecture technique sur laquelle ils reposent et du point de vue de l’échelle des échanges entre utilisateurs qu’ils permettent. Le deuxième billet proposera de regarder quels sont les discours dominants dans la description des services, au regard des termes employés, des exemples et des images choisies, de la construction de scénarios d’usage, etc. Il proposera notamment de regarder quelle est la place du discours sur la technologie, à l’intérieur de ces sites. Pour conclure, il proposera une typologie de ces sites en tant qu’ils se présentent d’une certaine façon comme des espaces de « production de l’innovation ».

Reprenons la description des sept services:

Tout en se défendant de « centraliser » les échanges de données entre utilisateurs, et en proposant des échanges directs, ces sept services ne reposent pas tous sur le même type d’architecture technique (architecture distribuée, architecture centralisée et enfin, architecture hybride) :

  • Serval et Mesh Potato, proposent de créer un réseau mobile de communication par maillage MESH (metro-scale ad hoc network, réseaux ad-hoc décentralisés, sorte de « talkie walkie multi émetteur-récepteur ») ; Bitcoin, propose une monnaie électronique qui n’est pas contrôlée par une autorité centrale et Diaspora, se présente comme un réseau social aux antipodes de Facebook, dans lequel les utilisateurs gardent la main sur leurs données personnelles. Ces services reposent sur des systèmes techniques distribués.

                                                                                             

  • Mobiluck, offre les services d’une messagerie instantanée géolocalisée par une classique triangulation via le système GSM. BUMP permet quant à lui d’échanger et de partager des fichiers entre appareils électroniques. Leur architecture réseau repose sur des systèmes complètement centralisés.

                                  

  • Enfin, Skype, qui permet des appels à distance en VoIP et des échanges de fichiers repose sur un système hybride qui combine une architecture centralisée et la possibilité de transmettre les communications entre pairs pour les rendre plus efficaces (donc un système décentralisé).

                                                 

 

Si on regarde, en revanche, l’échelle des relations entre les utilisateurs, telles qu’elles sont décrites par les différents services, on voit qu’il y a cinq types de représentations de ce que l’utilisateur peut faire du point de vue du périmètre de l’échange.

Soit les échanges se font de téléphone à téléphone, par exemple, sur un territoire réduit qui est fonction du nombre de téléphone connecté entre eux dans le réseau, comme c’est le cas de Serval et de Mesh Potato.

Extrait de la video de démonstration du service Mesh Potato
Si on devait faire une équation pour illustrer ces deux cas, on dirait que la représentation de l’échange consiste en « échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Diaspora, les utilisateurs ont le choix de se connecter à n’importe quel « pod », répertorié dans une base de données, c’est à dire à un « nœud » installé, entretenu et développé par un utilisateur – appelons-le « expert » qui a installé le logiciel sur son disque dur (logiciel open source).
Capture d’écran de la page d’accueil du site de Diaspora
Dans ce cas précis le périmètre des échanges consiste en des ensembles de petits réseaux reliés à un pod, chaque pod étant reliés aux autres pods du réseau. L’équation ici, donnerait « ensembles d’échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Mobiluck et de BUMP, les échanges sont mis en scène comme étant non seulement hyper-localisés (on échange entre individus situés à côté de soi, dans les deux cas), mais aussi directs entre utilisateurs (le cas de BUMP étant frappant, puisque les utilisateurs touchent (trinquent avec) leurs téléphones pour échanger des informations).
Extrait de la video de démonstration du service BUMP « Spread the Bump »
Néanmoins, ces deux services reposent sur des systèmes centralisés. Dans les deux cas, c’est un serveur central qui organise et dirige les échanges. L’équation donne alors : « échanges localisés » reposant sur « système centralisé ».
A l’inverse, le service Bitcoin propose des échanges monétisés, pour n’importe quel service internet (à condition qu’il accepte les bitcoins) à partir d’un réseau très large d’utilisateurs qui permettent la circulation des échanges chiffrés (et cryptés) et ainsi la production de monnaie en rendant disponible la mémoire vive de leur disque dur.
Extrait de la video de démonstration du service Bitcoin
Ici l’équation s’ouvre : « échanges hyper-larges » reposant sur « système décentralisé ».
Pour terminer cette liste, Skype est l’unique système qui repose sur un système hybride, mais qui, comme Bitcoin, permet des échanges avec des utilisateurs quel que soit leur localisation dans le réseau et dans le monde. Cette mise en scène de la possibilité de communiquer en dépit de la distance géographique est prégnante sur le site, qui représente des mappemondes, entourées d’un cercle qui manifeste le circuit discontinu de la communication.
Extrait de la vidéo de démonstration du service Skype
Ici la dernière équation donne : « échanges hyper-larges » reposant sur « système hybride ».
Il reste maintenant à regarder plus attentivement comment ces services « parlent d’eux-mêmes », c’est-à-dire comment ils organisent un espace de discours (le site internet, la vidéo de démonstration) pour se présenter sous un certain angle (sont-ils des propositions techniques? des solutions politiques? des services marchands? des innovations? etc.). La suite dans le prochain billet…

[1] Par « front office » nous entendons faire une différence entre interfaces « visibles » de ces infrastructures informationnelles et les « back office » de ces mêmes services. L’épaisseur pratique et politique de ces « back office », est analysée dans une autre partie de nos travaux de recherche en s’appuyant sur les travaux de Jérôme Denis (http://ses.telecom-paristech.fr/denis/).
[2] Barthes, R., 1964, «Rhétorique de l’image», Communication, 4, pp. 44-45
[3] Harris, R., 1993, Sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS
[4] Idem, p.137

 

Libéra(lisa)tion : architecture distribuée, mobilité, spectre et corps


 

En mai 2011, Félix Treguer et Jean Cattan publiaient un plaidoyer en faveur d’une libération des ondes radios. Pour le résumer très rapidement, cet article intitulé « Le spectre de nos libertés » (publié sur plusieurs sites web Owni, Mediapart, La Quadrature du Net), posait la question suivante :

[…] Et si les internautes devenaient un peu plus que de simples utilisateurs ? En se voyant offrir la possibilité d’investir les fréquences hertziennes, ils pourraient être des fournisseurs, non seulement de contenus, mais également d’accès. Nous serions alors bien plus que des consommateurs et Internet verrait son caractère acentré et multipolaire préservé. […][1]

L’étude des architectures distribuées « mobiles » nous pousse à travailler sur de tels enjeux. Mais la question n’est pas aussi simple qu’elle n’y paraît, du moins l’on pourrait continuer à se poser nombre de questions quand bien même cette libéralisation voyait le jour. Dans le cadre de réseaux « devices as infrastructures », l’infrastructure réseau est constituée uniquement du parc de terminaux (mobiles, sans fils, hybrides ou « fixes ») et de leurs capacités à utiliser le spectre radio comme vecteur d’échanges d’informations entre eux et avec Internet. Reste que, comme le remarque Treguer et Cattan, l’utilisation de cette ressource invisible correspondant au fait de s’appuyer sur des ondes radios pour transporter de l’information ou en recevoir de manière libre et sans contrat est pour l’instant assez verrouillée par les autorités publiques en France et ailleurs dans le monde (exception faite de certains canaux réservés tels que le Citizen Band (CB), fréquence radio dédiée à la pratique du radio amateurisme et d’autres fréquences permettant l’utilisation de certains terminaux de communication tels que les Talkie-Walkie, appareils bluetooth, télécommandes et liaisons domotiques, etc.[2]).

Libérer le spectre radio au sens où l’entendent les acteurs du wifi libre à l’heure actuelle correspond donc, à la fois, à déverrouiller et à « légaliser » les conditions d’utilisation de technologies et des formes de réseaux dans lesquels les nœuds de ces derniers ne sont ni fixes ni persistants (à la différence des antennes relais GSM par exemple). Une « libéra(lisa)tion » du spectre « légaliserait » donc en quelques sortes des architectures réseaux à la fois spontanées et anarchiques, au sens où la hiérarchie entre les équipements du réseau est beaucoup moins marquée qu’avec des équipements fixes et reliés à des câbles en acier qui sont eux mêmes dans des tranchées sous la terre (ou dans des câbles sous l’océan), reliés à d’autres câbles (ou fibres optiques) grâce à de grands serveurs téléphoniques (grands ou supers-nœuds pour faire un parallèle avec les descriptions de protocoles peer to peer)…

Les réseaux wifi ad-hoc maillés (MESH), ces fameuses architectures distribuées mobiles qui nous intéressent tant dans le cadre du projet ADAM rejouent donc quelque chose de l’histoire des radio télécommunications  à plusieurs niveaux :

– ils réinterrogent le rôle de l’Etat en tant que garant du pluralisme formel (parfois censeur) du spectre radio ;

– ils réinterrogent l’accès public et non contrôlé au spectre comme les radios pirates l’avaient fait avant eux (il y a de cela plus de trente ans en France. Ces radios furent reconnues comme la « première exception au monopole public sur l’accès au spectre électrique »[3]) ;

– ils abordent l’idée d’un « débordement ubiquitaire » de l’Internet sur le spectre hertzien et toutes les conséquences qui en découlent.

De fait, les réseaux wifi autonomes (Guifi, Freifunk, Funkfeuer, etc.) ou les projets de réseaux MESH-MANET à grande échelle (Commotion, Serval, Terranet) se placent comme des passagers clandestins difficiles à appréhender pour l’instant et, en quelques sortes, en dehors de la législation puisqu’ils utilisent les fréquences blanches du spectre radio, sortes de « marges » de débordement des fréquences attribuées à différents opérateurs et gérés par l’Etat (voir article de Ophelia Noor à ce sujet[4]). Mais s’ils venaient à changer d’échelle, c’est à dire à passer du projet humanitaire d’urgence[5] ou du projet civico-diplomatico-numérique[6] à un véritable système de communication grand public mondial, est ce que comme le suggèrent Cattan et Treguer[7], l’Etat resterait le gardien de la nature égalitaire des moyens de communication existants et garantirait ainsi l’expression d’un pluralisme réel ?

Effectivement, il semble aujourd’hui nécessaire de repenser l’exploitation du spectre de façon partagée et décentralisée et il est entendu que l’ouverture de ce dernier serait certainement et sous certains aspects « porteuse d’une nouvelle vague d’innovations technologiques, sociales et démocratiques ». Mais quid de la place des utilisateurs et de leurs corps, ainsi que des futurs opérateurs de télécommunications sur ces réseaux mobiles, autonomes et décentralisés?

Qu’en est-il de ces humains transporteurs des devices, prolongement des capacités des communications de l’homme et corps responsables de la stabilité et de la qualité du réseau (dans le cas de réseau MESH, il faut notamment être à disposition des autres appareils pour assurer les sauts d’utilisateurs à utilisateurs comme dans de nombreuses architectures informatiques distribuées telles que Skype) ? Qu’en est il de cette architecture réseau qui s’anthropomorphise et devient en quelques sortes humaine puisque intégrée dans les poches des utilisateurs du réseau ? Qu’en est il des « nouveaux opérateurs » de télécommunication qui ne font plus de bénéfices sur les ventes d’abonnements et leurs promesses de qualité de service à leurs abonnés (qualité d’émission et de réception de fréquences radios qui assurent la qualité des services de télécommunications proposés) ? Qui sont ils ?

Sont ils ces géants du web tels que Google et Microsoft qui financent via leurs fondations des projets de technologies MESH ? Veulent-ils vendre à tout prix leurs systèmes d’exploitation pour terminaux mobiles et modifier l’économie actuelles des TIC ?

Si Télé-, est le préfixe signifiant l’éloignement, « à distance »; et face à cette réinvention du local et des liens faibles entre utilisateurs de TIC, parlera t’on bientôt de  Péri- communication ou de nouvelles communications de proximité ass?

Il ne faut pas oublier de garder à l’esprit que les objets techniques ont un contenu politique au sens où ils constituent des éléments actifs de l’organisation des relations des hommes entre eux et avec leurs environnement[8], le « braconnage[9] » du spectre par les radios pirates des années 70-80 en étaient une belle illustration. Aujourd’hui face à cette renégociation de ce support de communication sur lequel nous pouvons faire circuler des tonnes d’informations, il est nécessaire de s’interroger en profondeur et sur plusieurs niveaux.


[1] Jean Cattan est allocataire de recherche en droit des communications électroniques à la Faculté de droit d’Aix-en-Provence ; Félix Tréguer est chargé des affaires institutionnelles et juridiques à La Quadrature du Net et doctorant à l’EHESS (http://www.wethenet.eu/).

[2] Pour plus d’informations sur l’attribution des assignations des fréquences et Ultra Hautes Fréquences en France voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/UHF

[3] Treguer, F. and Cattan, J. (2011), Le spectre de nos libertés, OWNI, News, Augmented, en ligne : http://owni.fr/2011/09/12/wifi-alternatif-ondes-radio/, dernière consultation le jeudi 12 juillet 2012.

[4] Noor, O. (2011), Le wifi libre entre en résistance, OWNI, News, Augmented, en ligne : http://owni.fr/2011/09/12/wifi-alternatif-ondes-radio/ dernière consultation le jeudi 19 juillet 2012.

[5] L’application SERVAL par exemple et son principe de déploiement d’un réseau MESH lors de catastrophes naturelles où les infrastructures de communication se sont effondrées (http://www.servalproject.org/).

[6] Tels que Commotion Cf. Allard, L. (2012), La diplomatie du téléphone portable à la conquête des pauvres, Le Monde Diplomatique, mai 2012 (http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/ALLARD/47679)

[7] Treguer, F. and Cattan, J. (2011), op.cit.

[8] Akrich, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

[9] De Certeau, M. (1990 (1e éd. 1980)), L’Invention du quotidien, Gallimard, Paris.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Open Garden – Crowdsourcing mobile Wifi

Le vainqueur du concours TechCrunch Disrupt de la start-up la plus innovante qui s’est tenu à New York du19 au 23 mai dernier est un projet intitulé Open Garden Mesh. Il s’agit d’un logiciel de partage de connexion internet entre différents appareils ou en d’autres termes l’établissement d’un réseau ad-hoc où les appareils « autorisés » bénéficient d’un connexion optimale dans un « filet » de connectivité.

Dans un article du Figaro du 13 juin 2012, Sophie Amsili ajoute que:

« Open Garden a développé sa propre technologie pour permettre aux appareils dotés de l’application de se connecter automatiquement entre eux lorsqu’ils se trouvent à proximité. Chacun se transforme alors en routeur au sein d’un réseau «mesh» (un «filet» sans point d’accès central). «Si un appareil de ce réseau a accès à Internet, un autre appareil peut alors en bénéficier», a expliqué Michal Benoliel, cofondateur et PDG d’Open Garden et ancien de Skype lors de la conférence TechCrunch Disrupt à San Francisco où la start-up a été primée.

Un système de crédits

Plus précisément, les appareils interconnectés vont choisir la connexion de meilleure qualité dans le réseau, qu’elle soit Wi-Fi, 3G et 4G. Open Garden pourrait-il alors ouvrir la voie aux «passagers clandestins», ces internautes qui utiliseraient la connexion des autres sans en payer aucune? Conscient de ce problème, la start-up indique travailler sur plusieurs solutions, notamment un système de crédits: quand on ouvre son accès à Internet, on collecte des crédits qu’on peut ensuite utiliser pour se connecter à d’autres appareils. «Vous recevez ce que vous donnez», résume Michal Benoliel.

Disponible sur iPhone, Android, Windows et Mac, l’application est gratuite et est destinée à le rester, a précisé le PDG. Seules certaines fonctionnalités, comme un réseau privé (VPN) et un débit plus élevé, pourraient être payantes.

Open Garden n’est pas la première start-up à vouloir rendre gratuits ou plus libres certains services propres aux nouvelles technologies de l’information. Prédécesseur d’Open Garden, la start-up espagnole Fon, créée en 2006, ambitionne elle aussi de créer une communauté mondiale partageant son réseau wi-fi. Les applications mobiles Viber et Skype permettent quant à elles de passer des appels et des d’envoyer des SMS gratuitement dans le monde entier. »

L’illustration de la technologie Open Garden en vidéo:

 

Nous reviendrons prochainement sur ce projet qui est au cœur des enjeux de nos recherches sur les architectures distribuées mobiles. Notons néanmoins l’actualité de ce type d’architectures mobiles qui après le « buzz » médiatique de Commotion et de Serval révèle les applications toutes récentes et à destination du grand public des réseaux MESH.

 

Sources:

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Bit Torrent en 24 heures

Bit Torrent vient de publier une vidéo sur laquelle sont représentées les connexions au protocole de peer to peer durant 24 heures. Il s’agit en fait d’une carte du monde sur laquelle apparaissent toutes les connexions cumulées de ses clients (BitTorrent ou µTorrent) en une journée, résumées en quelques minutes.

Selon Eric Le Bourlout de 01.net

(…) un peu plus de 60 millions d’enregistrements sur le réseau, chaque point allumé correspondant à un utilisateur. A noter que cette visualisation ne montre pas l’intégralité des connexions à BitTorrent, puisqu’il existe bien d’autres logiciels non officiels pour s’y connecter. Impressionnant !

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Vidéos de la conférence Unlike Us 2 – 8 et 10 mars 2012, Amsterdam, TrouwAmsterdam

 

L’institute of Network Cultures organisait les 8 et 10 mars 2012, un colloque international sur  les alternatives aux réseaux sociaux.

La « chaine TV » des différentes interventions du colloque est à retrouver sur la chaine d’Unlike Us:

 

http://vimeo.com/album/1774005

 



Unlike Us – Understanding Social Media Monopolies and their Alternatives from network cultures on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Qu’est ce qu’un réseau social distribué?

 

Une Bande Dessinée qui présente les caractéristiques d’un réseau social distribué:

What’s a Distributed Social Network?
par Sterling Gee, Bruce Mercado et David Eisenberg.

Versions:

 

Creative Commons License

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License

 

 

D’autres travaux de représentations sont disponibles ici

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious