Rapport de l’ENISA sur la résilience de l’écosystème d’interconnexion de l’Internet: un compte-rendu

L’Internet est, par définition même, un réseau de réseaux interconnectés: la résilience du système d’interconnexion est fondamental pour la résilience de l’Internet. Un rapport publié en avril 2011 par l’ENISA (Agence européenne pour la sécurité des réseaux et de l’information), « Resilience of the Internet Interconnection Ecosystem« , écrit par Chris Hall, avec l’aide de Ross Anderson et Richard Clayton à l’Université de Cambridge et Trimintzios Panagiotis et Evangelos Ouzounis à l’ENISA, analyse cet enjeu fondamental pour la durabilité de l’écosystème Internet. Voici une synthèse de leurs propos.

L’inter-connectivité de l’Internet est un écosystème complexe, avec de nombreuses couches interdépendantes. Son fonctionnement est gouverné par l’intérêt collectif des réseaux de l’Internet, mais il n’existe pas d’organisme central d’exploitation du réseau, capable d’entrer en action lorsque des complications surviennent. L’organisation ouverte et décentralisée qui est l’essence même de l’écosystème est essentielle pour le succès et la résilience de l’Internet. Pourtant, un certain nombre de préoccupations se posent.

Tout d’abord, l’Internet est vulnérable à différents types de défaillances techniques, où des systèmes sont perturbés dans de nombreux endroits simultanément; le service peut être considérablement perturbé par les échecs d’autres services publics, notamment le réseau fournisseur d’électricité; et en raison de sa nature ouverte, l’Internet est soumis à des risques d’attaques à intention perturbatrice (disruptive).

Deuxièmement, des préoccupations concernant la durabilité des modèles d’affaires actuels s’imposent. L’Internet, en tant que service, est bon marché, et ses coûts baissent rapidement, parce que les coûts de prestation de services sont pour la plupart fixes; les coûts marginaux sont faibles, donc la concurrence amène les prix à être toujours plus bas. Certains des plus grands opérateurs soutiennent qu’is sont en train de perdre des sommes considérables, et qu’il n’est pas clair de savoir comment les investissements futurs seront financés. La consolidation pourrait réduire la vingtaine de fournisseurs actuellement présents sur le marché à une poignée. Dès lors, l’introduction d’un système de régulation « lourde » pourrait être nécessaire pour empêcher un système de prix qui dérive d’un monopole.

Troisièmement, la plupart des choses que les fournisseurs de services peuvent faire pour rendre l’Internet plus résistant ne bénéficieraient pas ces fournisseurs en premier , mais à d’autres prestataires de service, conduisant à une possible « tragédie des communs ». De même, les mécanismes de sécurité qui permettraient de réduire la probabilité et l’impact des attaques, des erreurs et des accidents ne sont souvent pas appliquées, parce que personne n’a trouvé le moyen de les implémenter qui donne un avantage suffisant et suffisamment local.

Quatrièmement, on possède peu d’informations fiables sur la taille et la forme de l’infrastructure Internet ou son fonctionnement quotidien. Cela entrave toute tentative d’évaluer sa capacité de résistance en général et de l’analyse de l’impact réel des incidents, en particulier. L’opacité empêche également la recherche et le développement de protocoles systèmes et pratiques améliorés, en rendant difficile de savoir quels sont les enjeux et encore plus difficile de tester les solutions proposées.

Il pourrait donc y avoir des troubles importants à relever ce qui pourrait se présenter comme une menace réelle pour le bien-être économique et social, et cela pourrait faire pression pour que les régulateurs agissent. Pourtant, même si l’origine de l’Internet a été financée par les recherches de la DARPA, l’histoire plus récente de l’interaction du gouvernement avec l’Internet a été problématique. On a assisté aux maladroites tentatives, de la part de plusieurs gouvernements, d’imposer la censure ou la surveillance, tandis que d’autres ont défendu les monopoles de télécommunications locaux ou ont financé d’autres industries ayant été perturbées par l’Internet. En conséquence, les fournisseurs d’accès à Internet, dont la bonne volonté est essentielle pour une régulation efficace, n’ont que très peu de confiance en l’efficacité de l’action étatique.

Toute les décideurs politiques devraient donc procéder avec prudence. A ce stade, il existe quatre types d’activités qui peuvent être utiles au niveau européen.

La première est une meilleure compréhension des échecs, afin que tous puissent en tirer des leçons. Cela signifie d’entreprendre une enquête cohérente et approfondie des pannes majeures, et la publication des résultats. cela implique aussi de mieux comprendre la nature de la réussite, en soutenant les systèmes de mesure à long terme de la performance du réseau, et la recherche concernant cette performance.

La seconde consiste à financer la recherche dans des sujets clés tels que l’interopérabilité et l’inter-domain routing – en mettant l’accent non seulement sur la conception de mécanismes de sécurité, mais aussi sur l’ingénierie du trafic, la redirection et la prioritisation du trafic, surtout pendant une crise, et en développant une compréhension des façons dont des solutions peuvent être déployées dans le monde réel.

Le troisième est de promouvoir les bonnes pratiques. La diversité dans la prestation de services peut être encouragée par des termes explicites dans les contrats du secteur public, et par des pratiques d’audit qui attirent l’attention sur combien on soit actuellement en train de nous baser sur des systèmes qui manquent de diversité. La promotion de tests indépendants d’équipements et de protocoles pourrait également être envisagée.

Le quatrième est l’engagement public. Une plus grande transparence peut aider les utilisateurs d’Internet à devenir des clients plus exigeants, créant des incitations pour l’amélioration, et le public devrait être engagé dans des discussions sur le potentiel des questions controversées comme la hiérarchisation du trafic en cas d’urgence. Enfin, les partenariats public-privé (Public-Private Partnerships, PPP) des différentes parties prenantes, opérateurs, fournisseurs, institutions, sont importants pour une auto-régulation efficace. Si une régulation plus formelle devait s’avérer nécessaire dans le futur – concluent les auteurs du rapport – des décideurs politiques plus informés, qui seraient déjà entrés en rapport avec les industries, pourraient arriver à des meilleures décisions.

Le rapport de l’ENISA est disponible ici.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website