Un guide aux « technologies discrètes » de la gouvernance de l’Internet

9780300181357Les lecteurs du blog ADAM pourraient être intéressés par ma note de lecture du récent livre de Laura DeNardis, The Global War for Internet Governance (en anglais), également disponible sur le site américain d’Amazon.

A Guide to the “Technologically Concealed” in Internet Governance, January 21, 2014

Book Review: Laura DeNardis (2014). The Global War for Internet Governance. New Haven, CT and London : Yale University Press.

The final draft of Laura DeNardis’s most recent book, officially released on January 14th, 2014, had most likely been finalized before Edward Snowden’s recent revelations about the pervasive surveillance implemented by the U. S. National Security Agency entered the media spotlight, which explains the absence of direct references to the controversy throughout the 300-page volume. Yet, because of the Snowden revelations and a number of other issues addressed thoroughly in this extremely important book – from WikiLeaks to the SOPA and PIPA bill projects – the exploration of Internet governance (IG) issues through a “global war” lens has never been more relevant than it is today. Information and communication technologies, the Internet first and foremost, are increasingly mobilized to serve broader economic, political and military aims, ranging from the theft of strategic data to the hijacking of industrial systems. The rise of techniques, devices and infrastructures destined to digital espionage, data collection and aggregation, tracking and surveillance is highlighted not only by the recent Snowden revelations, but also by the construction and the organization of a dedicated, increasingly widespread and lucrative market.

As an interdisciplinary scholar of Internet governance grounded in Science and Technology Studies (STS) myself, I had been very much looking forward to the release of this book, which will undoubtedly prove to be a central reference for Internet governance as an emerging field of study in the coming years. As she had already and so ably done in Protocol Politics (2009), Laura DeNardis builds on her interdisciplinary training as an information engineer and STS scholar to untangle – and richly account for – the “technologically concealed and institutionally complex ecosystem of governance” that permeates today’s Internet. In doing so, she contributes to unveil what media and policymaker accounts of Internet governance all too often cause to stay out of the public radar.

While this book is also, indirectly, a means to revisit and update the debates on “multistakeholderism”, prominent in some IG venues such as the Internet Governance Forum, the author’s main interest rests unambiguously with the “technologically concealed” and its socio-technical agency: the extent to which non-human actors (to put it in STS vocabulary) such as information intermediaries, critical Internet resources, Internet exchange points and security devices play a crucial “governance” role alongside political, national and supra-national institutions and civil society organizations. Throughout the book, Laura DeNardis explores how Internet governance takes shape in the myriad of infrastructures, devices, data fluxes and technical architectures that – discreet, often invisible, yet no less crucial – subtend and build the increasingly public and articulate “network of networks”.

The author’s conceptual framework is shaped by five core research questions: how arrangements of technical architecture are, inherently, arrangements of power and politics, which can be revealed by bringing infrastructures to the foreground; how “traditional power” structures are increasingly mobilizing Internet governance technologies as proxies for content control; how Internet governance is increasingly privatized, enacted by corporations and non-governmental entities, in areas as diverse as privacy, control of online financial flows, censorship, and copyright enforcement; how decisions implemented within technical spaces on the Internet reflect conflicts over competing sets of values, rights, policy norms, as well as ongoing negotiations of the values subtending Internet architecture; and finally, how the variety of “local Internets” and the stability of the global Internet intersect and mutually influence each other, calling for a “carefully planned global governance framework” (p.18), a luxury that the rapid pace of innovation, the impressive scaling, and the diversification of uses have almost never allowed to Internet architecture in its global era.

This five-pronged framework opens the door to Laura DeNardis’s exploration and narrative of Internet governance as an ensemble of controversies and battles over “control points”, a narrative which constitutes the remainder of the book. These control points range from the deepest layers of Internet infrastructure to the “last mile” of user access to the network; from the blocking of financial flows to the deliberate “kill-switches” of Internet-based services; from the “graduated response” termination of domestic Internet access to the attempted use of the Domain Name System for copyright enforcement purposes; from the Internet’s backbone infrastructure to the establishment of interconnection agreements; and finally, the de facto public policy role assumed by private information intermediaries in the variety of instances where they gather, collect, aggregate, select, present data to users and to other actors of the Internet value chain — thereby enacting governance over privacy, freedom of expression, cultural diversity and reputation.

The author’s training as an engineer provides the background and the tools for an exploration of Internet governance that I have described elsewhere as “not afraid of its subject of study” (Musiani, 2012): able to resist the temptation of an excessive “institutionalization” of IG, to avoid recoiling from the dense, intricate, complex, technically-grounded substrate of Internet governance power struggles, and to embrace the challenge of accounting for it in a detailed yet engaging way. While the methodological toolbox and narrative devices of STS are, unambiguously, precious instruments for the author, enabling her to achieve these objectives in a successful manner, this book is not “blatantly” STS. The vocabulary of actor-network, delegation, black boxes, co-production is there as a means, not an end in itself; the references to Geoffrey Bowker and Susan Leigh Star’s work on standards (1996), to Bruno Latour’s musings on technical mediation (1994), to Michel Callon’s sociology of translation (1986), to Tarleton Gillespie’s “politics of platforms” (2010) are tools, not enumerations of the obligatory literature review; the description of socio-technical controversies is ever-present, but weaved discreetly into the narrative.

As Jeanette Hofmann once wrote, Internet governance is a “regulative idea in flux” (2007). Indeed, the search for concepts, tools and categories to make sense of 21st century Internet governance, both as a set of practices and technologies and an academic field of study, is very much open-ended, unresolved and problematic. The conclusion of The Global War for Internet Governance ties together beautifully the variety of “stress factors” that Internet control points will likely keep on being subjected to in the immediate future: increasing international pressure to introduce additional regulation at interconnection points; greater governmental control; technology-embedded threats to privacy; reduction of anonymity and its consequences for freedom of expression; loss of platform interoperability; and finally, “creative” uses and misuses of Internet infrastructure and their impact on the Internet’s security and stability. In this sense, Laura DeNardis’s work is indeed a blueprint for an infrastructure- and architecture-based “Bill of Rights” for the Internet — and extremely interesting, required reading in order to understand more thoroughly the indispensible “backstage” of today’s highly-mediatized Internet politics.

References

Bowker, Geoffrey C. and Susan Leigh Star (1996). “How Things (Actor-Net)work: Classification, Magic and the Ubiquity of Standards”, Philosophia, November 18; 1996.

Callon, Michel (1986). “Elements of a Sociology of Translation”, in John Law (ed.), Power Action and Belief: A New Sociology of Knowledge?, London: Routledge.

DeNardis, Laura (2009). Protocol Politics: The Globalization of Internet Governance. Cambridge, MA: The MIT Press.

Gillespie, Tarleton (2010). “The Politics of ‘Platforms’”, New Media and Society, 12 (3)

Hofmann, Jeanette (2007). “Internet Governance: A Regulative Idea in Flux”, in Ravi Kumar, Jain Bandamutha (eds.), Internet Governance: An Introduction, Hyderabad: The Icfai University Press, pp. 74-108.

Latour, Bruno (1994). “On Technical Mediation”, Common Knowledge, 3 (2): 29-64.

Musiani, Francesca (2012). “Caring About the Plumbing: On the Importance of Architectures in Social Studies of (Peer-to-Peer) Technology”, Journal of Peer Production, 1.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Réseaux distribués communautaires, vers une nouvelle pédagogie?

De quelle(s) manière(s) les débats liés à la liberté de communication sur Internet mettent en scène un « conflit de légitimité démocratique » ?

C’est à partir de cette question que Félix Tréguer analyse la façon dont s’affrontent deux camps censés pour l’un :

« Défendre l’application du droit positif à Internet au nom du primat de la démocratie représentative (et de ses institutions, législatives ou judiciaires par exemple) »

et de l’autre,

« revendiquer des pratiques communicationnelles en marge de la légalité, remettant en cause le droit de la communication au nom, justement, des valeurs démocratiques »

     Référence : Internet, espace d’une citoyenneté insurrectionnelle sur le blog Mediapart Internet & Démocratie, le 3 septembre 2012

Partant de cet exemple et de cette « division latente de tous les débats relatifs à la liberté d’expression sur Internet », Félix Tréguer[1] construit un argumentaire éclairant sur nombre de questions qui nous intéressent au sein de ce projet de recherche notamment celle de savoir par quels biais des citoyens revendiquent des pratiques « démocratiques » à partir de différents services web (décentralisés). En effet, beaucoup de discussions relatives à la liberté d’expression sur Internet s’appuient (uniquement) sur « les débats autour du partage non autorisé d’œuvres soumises au droit d’auteur que de nombreux législateurs et juges cherchent à combattre mais qu’une partie de la population revendique comme une pratique démocratique » (voir notamment les travaux de Philippe Aigrain et les initiatives de la P2P Foundation). Depuis 1999 et la naissance de Napster qui leur a donné une visibilité grand public, les technologies peer-to-peer ou réseaux informatiques distribués ont été « considérés presque exclusivement comme des menaces pour l’industrie des contenus numériques. L’usage principal de ces réseaux par le public étant le partage non autorisé de fichiers musicaux ou vidéo, le problème du droit de propriété intellectuelle, du droit d’auteur notamment, s’est imposé en tant que cadrage médiatique et politique prédominant des réseaux P2P et de leurs usages » (Musiani, 2011). En effet, leurs qualités intrinsèques, en dehors du débat relatif aux données qui circulent sur ce type de réseau, ont souvent été ignorées et la question de leurs places face à une pensée de l’informatique centralisée (les «géants » de Francesca Musiani[2]) s’est bien souvent retrouvée mise à l’index…

« Sharing » – Toronto, Ontario – http://tobanblack.net/blog/ – (CC BY-NC 2.0)

Pourtant, exceptée cette problématique de la propriété des données (sécurité, emplacement des datas) et de leurs utilisations par des tiers (privacy), les « vertus » (Elvin-Koren, 2006), les façons de « faire réseau » de ces technologies distribuées sont aujourd’hui en mesure de nous faire repenser la définition même du politique et de sa pratique. Les cadrages médiatiques et politiques des réseaux distribués pourraient peut être même évoluer et on pourrait trouver de nouveaux éléments de réponse au conflit de légitimité démocratique évoqué précédemment.

Pour en revenir à la problématique de ce billet ; au delà de pointer les rapprochements possibles entre les « manifestations de la citoyenneté insurrectionnelle (terme emprunté à James Holston) dans l’espace urbain et les formes de résistances dont Internet est le théâtre », les questions que soulève Tréguer interrogent la constitution même de nos infrastructures communicationnelles et déplacent le débat sur un plan qui nous semble plus intéressant:

Comment ces infrastructures « font politique »[3] ? En d’autres termes, de quelle manière représentent-elles une certaine structure et un fonctionnement (méthodique, théorique et pratique) d’une communauté, d’une société, d’un groupe social ?

Pourquoi passent-elles aujourd’hui pour des technologies disruptives alors que le principe d’architecture distribuée existe depuis longtemps (voir toujours) et supporte des services web bien connus qui ne semblent pas vraiment « disruptifs » ou ne posent pas de problèmes juridiques particuliers (Skype en tête qui repose en partie sur une architecture distribuée)?

Ce type de questions sur les artefacts et leurs aspects politiques n’est, lui non plus, pas nouveau[4]. Ainsi, dès 1989, Madeleine Akrich[5] soulignait l’importance de regarder les choix techniques sous jacents aux architectures des technologies qu’elle observait en Afrique et ailleurs dans le monde (Akrich, 1989). En 1978, après une année d’immersion dans les usines Citroën parisiennes, Robert Linhart[6] évoquait quant à lui le rapport que les hommes entretiennent entre eux par l’intermédiaire des objets : ce que Marx appelait les rapports de production. Il dénonçait dans cette enquête de sociologue embedded la « dictature des objets », la violence du lieu-usine en lui même et des objets techniques qui le constituent (on pourrait remonter ainsi de suite la chaine des auteurs divers et variés qui ont étudié les objets non-humains et leurs rôles d’acteurs au sein de systèmes sociotechniques…). Beaucoup de chercheurs en SHS / STS ont donc « calmé » quelque peu certaines ardeurs techno-optimistes qui voulait attribuer des fonctions particulières à diverses technologies et/ou en masquer d’autres…

Mais aujourd’hui, après avoir vu apparaître en 2011 de nouvelles « arabités numériques » (Gonzalez-Quijano, 2012) et différents mouvements indignados, occupy ou anonymous qui ont été prétextes à de nombreuses analyses autant optimistes que pessimistes à propos de l’avenir des mouvements citoyens et des « citoyennetés insurrectionnelles » abordées précédemment ; il semble encore plus important de porter un regard clair et objectif sur l’architecture même des services web, sur ce qu’ils permettent, ce qu’ils changent et comment leurs usages changent eux mêmes en retour (à l’heure où j’écris ce billet, owni.fr vient de publier un article à propos du rôle de « l’infrastructure internet » lors de la toute récente campagne présidentielle américaine menée par le camp démocrate et qui a vu la victoire de son candidat Barack Obama. L’intérêt pour ce type de question et l’analyse de ces objets vis à vis de la chose politique semble donc croissant…).

Prenant comme point de départ les discours portés sur les origines numériques des soulèvements arabes de 2011 et le rôle qu’auraient pu y jouer des architectures distribuées, notre travail de thèse consiste à comprendre les dynamiques sociopolitiques inhérentes à une technologie particulière, celle des réseaux distribués mobiles (MESH, MANET) qui correspondent à une architecture informatique décentralisée réellement « mobile » et « mouvante ».

En ce sens, le projet Commotion ou Internet in a suitcase révèle à bien des égards un nombre important d’enjeux inhérents à cette étude des réseaux distribués mobiles. Comme le soutiendra très prochainement Benjamin Loveluck (Cf. note 3), Internet peut-être compris comme un « libéralisme informationnel » qui engendre différentes formes d’auto-organisation. Concernant Commotion et pour étudier de près les acteurs de ce projet et l’ensemble de ses ramifications ; on peut déclarer d’ores et déjà que ce dernier se définit comme une boite à outils et non pas comme une « killer application » mobilo-distribuée qui révolutionnerait le monde de l’information et de la communication.

 

Commotion (COMMunity Open Technology Information Online Network selon la définition de Josh King[7]) est avant tout et pour l’ensemble de son équipe de développement une boite à outil qui rassemble différents principes d’utilisation des NTIC, et notamment celui d’auto-organisation et de plateforme commune uniformisée:

« It’s to pull together all these sort of existing mesh networking open source wireless mesh networking technologies and making sure that they’re easy and secure in writing graphical interfaces and documentation and adding in security encryptions. And the end point of the project is a series of sort of software application bundles for different platform » ;

« Envisionned it as a toolkit or Platform for people to be able to build a wide variety of different network ; […] Commotion is also something that provides an opportunity to do education and outreach around this idea of owning your own infrastructure. […] It’s not just a soft, it’s really a set of principles that are about autonomy and ownership your own communication capabilities » ;

« I think that I view the potential of Commotion as really a way to democratize infrastructure but in a different sense from the circumvention sense »

     (INTERVIEWS Technical & Field Team – Commotion Project – Open Technology Initiative – New America Foundation – Washington DC – Août 2012 – François Huguet)

Pourtant, Commotion est presque toujours mis en avant comme une technologie disruptive (surtout dans les discours journalistiques de 2011, année des soulèvements arabes) intervenant en temps de crises, de blocages, de censures, de guerres, de révolutions:

« Internet in a Suitcase is basically a software program aimed at giving people in conflict or disaster zones the ability to establish a secure, independent wireless network over their computers and cell phones. While the system (which, despite its name, involves neither hardware nor a suitcase) is being tested and is usable right now, [Sascha] Meinrath [directeur de l’Open Technology Initiative à la New America Foundation] and his team of developers around the globe are holding off on releasing it to groups like the Syrian rebels until they are confident that it can resist large-scale hacking by governments. »

     (‘Internet in a Suitcase’ ready for field testing, Foreign Policy, John Reed, 5 Novembre 2012 ;

    Concernant les présentations de Commotion par des journalistes, voir également les articles de Yves Eudes dans Le Monde (30 août 2011), « Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle », celui de Chloé Woitier dans Le Figaro (1er septembre 2011), « Commotion, l’accès libre et anonyme à Internet » et celui de John Markoff et James Glanz dans The New York Times (12 juin 2011) « U.S. Underwrites Internet Detour Around Censors ».

Partant de ces faits, on pourrait presque supposer que c’est de cette manière que l’Open Technology Initiative a pu faire financer le projet Internet in a suitcase – Commotion : en « surfant » en quelques sortes sur le 21st century statecraft, qui, selon les mots de la journaliste de The American Prospect Nancy Scola « Hoping to spread the American tech gospel to the rest of the world »… Mais ce serait réduire Commotion à un simple projet cyberdiplomatique américain et les choses ne sont pas si simples (voir notamment les billets publiés sur ADAM à propos du contrôle des infrastructures et celui qui mentionne l’intervention de Ben Scott à l’International Summit for Community Wireless Network)… Alors à quoi renvoie cette communauté « imaginée » pour reprendre le terme de Bénédict Anderson (1996), utilisatrice de réseaux distribués mobiles, idéaux types de l’auto-organisation sur Internet ? De quoi ces réseaux distribués sont-ils le nom ? Les États Nations pousseraient-ils au développement de tels outils pour modifier les formes d’application de la démocratie ?

La réponse se trouve peut être dans les vertus de cette citoyenneté insurrectionnelle qu’évoque Félix Tréguer après sa lecture de Holston, dans la nécessité de « renouer avec une approche ethnologique dans la politique de la ville, et se nourrir des contestations citoyennes pour engendrer une dynamique de changement social ». La ville, l’espace urbain, apparaît donc comme une composante essentielle et nécessaire de ce type de réseaux et de cette catégorie de soulèvements[8]. Manuel Castells tenait d’ailleurs des propos similaires en juin 2011[9] à propos de cette urbanité, initiatrice de nouvelles formes de communauté à liens plus ou moins faibles mais hyper-connectées:

« cette fois-ci les réseaux numériques pourvoient des formes flexibles et changeantes d’organisation et de débat, d’appel au secours, de distribution d’idées et d’initiatives, de décision collective distribuée. Les braves gens du mouvement ne sont jamais seuls, sont toujours connectés, et donc, ensemble n’ont pas peur. Leur mot : « Toutes ensemble, nous pouvons ». Pouvoir quoi ? Pour le moment, dans le discours du mou­vement, l’essentiel est de pouvoir être ensemble et, ensemble, découvrir une autre démocratie che­min faisant. »

Des propos proches de ceux que tiennent les instigateurs du projet Commotion, lui-même financé par le département d’État américain… Reste donc à chercher le lieu et le moment où cette réflexion sur les architectures, sur leur nécessaire décentralisation[10] s’articule avec la dimension critique et propositionnelle des « insurgés citoyens », l’instant où l’on comprend, ne serait ce qu’un peu, la matérialité des réseaux que nous formons et dont nous sommes des nœuds. Mais quid des compétences requises de la part de ces citoyens (et d’un appareil étatique[11]) en vue d’une participation active dans le mouvement social de transformation, dans cet « être ensemble » nouveau? Quelles compétences doit avoir un usager grand public dans un tel cadre d’utilisation de plateformes d’ « insurrection citoyenne » (on pourrait prendre comme exemple les « cosmopolitismes » multiples que sont les mouvements indignados, occupy, anonymous) ?

D’ores et déjà, il nous semble que les pistes soulevées par Serge Proulx[12] semblent intéressantes à plus d’un titre et posent des questions nécessaires au franchissement de cette étape que représente le devenir citoyen insurrectionnel « médié » par des réseaux distribués mobiles :

« Il apparaît évident que nous sommes dans une époque où triomphe l’industrie de l’infotainment. Les utilisateurs sont très majoritairement des consommateurs plus ou moins passifs des dispositifs numériques. Il reste que si les TIC doivent être pensées comme moyens pour favoriser l’émancipation sociale et maximiser la puissance d’agir des citoyens – qu’ils soient du Sud ou du Nord – il apparaît nécessaire de penser les potentialités civiques de la communication numérique à l’extérieur du cadre exclusif de la consommation (Proulx et Klein, 2012). Le défi pour la démocratisation technique consiste à chercher une troisième voie… Comment approcher des usagers qui se déclarent « intelligents » et « politiquement engagés » mais qui ne veulent pas nécessairement trop investir dans l’apprentissage technique des machines ? Voilà le défi. » (Proulx, 2012).

Et lorsque l’on défini les réseaux distribués mobiles (communautaires) comme étant quelque chose en mesure d’apprendre sur l’idée d’infrastructure à ses utilisateurs et non plus comme un simple logiciel; quand ce même quelque chose se donne à voir et à entendre comme une série de principes à propos de l’autonomie des réseaux de communication, sur la possibilité de redessiner en « relocalisant » l’information, en la distribuant d’une autre façon et en apprenant aux utilisateurs la façon dont ça « circule » dans ces réseaux ; on s’approche peut être de cette troisième voie…

 


[1] Réflexions et articles à retrouver sur le carnet de recherche de Félix Treguer We the Net, espace de réflexion sur les enjeux démocratiques liés à la protection de la liberté de communication sur Internet. Félix Tréguer est doctorant à l’EHESS Paris.

[2] Francesca MUSIANI (2012), Nains sans géants, architecture décentralisée et services Internet, thèse de doctorat (dir. Cécile Méadel, CSI-ENSMP), Ecole nationale supérieure des mines de Paris.

[3] Sur ce sujet, nous suivons avec attention les travaux de Benjamin Loveluck, qui soutiendra sa thèse de doctorat intitulée La liberté par l’information. Généalogie politique du libéralisme informationnel et des formes de l’auto-organisation sur internet le 4 décembre 2012 à l’EHESS Paris.

[4] Voir notamment Winner, L. (1986), « Do artifacts have politics ? », The whale and the reactor : a search for limits in an age of high technology, University of Chicago Press, Chicago, p. 19-39 ; Cooper, G., Woolgar. S. (1999), « Do artefacts have ambivalence : Mose’s bridges, Winner’s bridges and other urban legends in S&TS », Social Studies of Science, SAGE, Londres, p. 433-449.

[5] Akrich, M. (1989), « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et Sociétés, Volume 13, numéro 2, 1989, p. 31-54 ; voir aussi Akrich, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

[6] Linhart, R. (1978), L’Etabli, Editions de Minuit, Paris.

[7] Technical leader à l’Open Technology Initiative, « codeur » de Commotion.

[8] Notons néanmoins que les révoltes arabes, notamment en Egypte s’inscrivent dans une long processus de contestation et de revendications démocratiques débuté en 2004 par des grèves massives d’ouvriers du textile dans une (petite) ville du delta du Nil (Mahallah el-Kubra) et par une « révolution médiatique » débutée quant dans les années 1990 (pareil pour la Tunisie ou le combat ouvrier et syndical (dans des petites provinces) avait fait remonter depuis de nombreuses années des aspirations à plus de démocratie et une remise en cause du système Ben Ali). La révolution arabe de 2011 ne s’est pas faite dans un contexte vierge de toute revendications civiques, politique et socio-économique. Pour de plus amples précisions, voir les travaux de Yves Gonzalez-Quijano et de Tourya Guayybess sur la télévision satellitaire et les mutations médiatiques du monde arabe depuis l’arrivée de l’imprimerie.

[9] Castells, M. (2012), « Ni dieu ni maitre: les réseaux », FMSH-WP-2012-02.

[10] Dans l’ensemble de nos entretiens avec les équipes de Commotion (Field team, Policy team, Technical team, août 2012, Washington DC) les personnes interrogées mettent presque tout le temps en avant les aspects « décentralisés » de leur software, la « plus value » que cela apporte à leurs travaux. Pareil concernant les militants des mouvements occupy européens qui utilisèrent et développèrent durant l’année 2011, des réseaux sociaux décentralisés tels que Lorea et Crabgrass voir Gentès, A., Huguet. F, (2012) « Les alternatives aux réseaux sociaux –  l’architecture distribuée et le design de médias » in Stiegler, B. 2012 Réseaux sociaux, culture politique et ingénierie des réseaux sociaux, Paris, FYP.

[11] « Libérer » le spectre radio pourrait être un vecteur d’innovation à ce niveau là comme l’a été la « libéralisation » de la bande FM dans les années 80. Voir notamment la tribune de Félix Treguer et Jean Cattan (2011) à ce sujet : Le spectre de nos libertés

[12] Proulx, S. (2012), La Puissance d’agir des citoyens à l’ère du numérique : cyberactivisme et nouvelles formes d’expression politiques en ligne, in S. Najar, dir., Mouvements sociaux en ligne et cyberactivisme en Méditerranée, Karthala, Paris.

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Internet et les nouveaux paradigmes de production @ STS Italia

Le quatrième congrès de la Société italienne pour les études sociales des sciences et des techniques (STS Italia) a eu lieu à Rovigo, dans le sud de la Vénétie, du 21 au 23 juin derniers. Celle qui se proposait a priori comme une conférence nationale a en effet réuni plus de cent participants provenants de toute l’Europe, ainsi que des Etats-Unis et de l’Asie, et a été pendant trois jours le forum de débats intéressants, vivants et variés sur le thème « Technologies émergentes, mondes sociaux ». J’ai participé tout particulièrement au quatrième track, organisé par Stefano De Paoli, Cristiano Storni et Maurizio Teli, qui portait sur les contributions de l’approche STS (Science & Technology Studies) à l’étude des nouveaux paradigmes productifs qui prennent forme sur et avec l’Internet.

 

Il s’agissait, pour les exposés présentés au sein de ce track, d’explorer les manières dont la diffusion omniprésente de l’Internet à l’échelle mondiale montre l’émergence de nouveaux arrangements socio-techniques, qui semblent remettre en cause la séparation traditionnelle entre production et consommation. D’une part, nous assistons à l’émergence et la consolidation d’un paradigme de production novateur, où les processus de production sont décentralisés, répartis sur une masse d’acteurs pas forcément individualisés, mais pro-actifs. Parmi les exemples de cette tendance figurent notamment la communauté de contributeurs à Wikipédia, les développeurs de logiciels libres et open source, les folksonomies, les plates-formes de crowdsourcing, le hacktivisme et les communautés Do-It-Yourself.

Comme l’avaient souligné les organisateurs de la session dans leur appel à communications, de nouveaux concepts ont été développés dans une tentative de saisir ces nouvelles pratiques et ces nouveaux agencements sociotechniques: si Toffler (1980) a théorisé à la fin des années 1970 l’émergence du prosumer, à la fois producteur et consommateur de biens, d’autres concepts tels que les « Wikinomics » (Tapscott et Williams, 2006), la « commons-based peer production » (Benkler, 2006), le « produsage » (Bruns, 2008), et des idées comme le Hacktivisme (Auty, 2004) ou les mash-up (Hartmann et al. 2006) ont vu la lumière plus récemment. En parallèle, on assiste par ailleurs à l’émergence de critiques qui mettent en évidence les manières dont ces aspects novateurs pourraient n’être que la perpétuation, plus ou moins évidente, d’une logique capitaliste traditionnelle – ce qui semble alimenter les conflits autour de thèmes tels que le contrôle, la surveillance, l’exploitation de la gestion de la propriété intellectuelle, la déqualification, etc. (Lash, 2002, Terranova, 2000, De Paoli et Storni, 2011).

Au lieu de considérer l’émergence de ces nouveaux paradigmes de production comme une question de fait et une logique déjà stabilisée, ce track a cherché à décrire et à comprendre les pratiques et les dynamiques caractérisant les collectifs socio-techniques qui sous-tendent les phénomènes mentionnés ci-dessus. Il a aussi cherché à discuter de comment celles-ci nous aident à repenser non seulement la traditionnelle division du travail entre production et consommation, mais la signification même des termes production, consommation et bien (communs) dans la société de l’information.

 

En faisant le point sur ses recherches de longue date autour de la technologie et du changement social, David Hakken a questionné la validité d’une de ces notions en train de se faire, celle de « playbor« . Toute une gamme de nouveaux termes est maintenant utilisée pour renvoyer à l’idée que les technologies de réseautage social sont en train de transformer la nature du travail et la production de valeur. Le terme « playbor » a été inventé pour caractériser l’activité volontaire au moyen de laquelle est généré un cash flow substantiel (par exemple, les vidéos YouTube postées, voir créés par les utilisateurs, mais aussi le développement des logiciels libres). Ce terme s’applique également aux activités plus au moins « de loisir », comme le friending ou le liking, qui sont à l’origine de plusieurs pratiques de data mining et de vente de données. De telles pratiques, s’est demandé l’auteur, indiquent-elles l’émergence de nouvelles formes de création de valeur dans les économies capitalistes? Si oui, y a-t-il raison de mettre en relation l’émergence de ces formes avec des changements importants dans les dynamiques de production et reproduction du lien social? Y a-t-il une nouvelle dynamique suffisamment importante pour justifier une utilisation importante de « playbor » et de néologismes similaires (par exemple, prosumption), et une articulation théorique de ce concept? Les réponses à ces questions, a conclu l’auteur, exigent d’adopter une perspective évolutive sur le développement des institutions du travail, du business, du marché. C’est justement une telle perspective que l’anthropologie, croisée avec les STS, peut fournir.

 

Alessandro Gandini, doctorant à l’université de Milan-Bicocca, a discuté à partir des résultats préliminaires de son terrain de thèse – l’analyse de trois réseaux de professionnels de la création en freelance – l’hypothèse principale qui sous-tend son travail. Cette hypothèse est que la réputation – par rapport à d’autres facteurs comme les compétences, l’éducation et le capital social traditionnel, basé sur la confiance – est le facteur clé pour déterminer le revenu des travailleurs indépendants en réseau, à la fois en ligne et hors ligne, au point qu’il peut devenir possible d’argumenter sur l’existence d’une économie de la réputation. L’auteur considère la possibilité d’une relation causale entre la réputation et le revenu dans le secteur de la création, impliquant que la réputation a un effet direct dans la détermination du revenu d’un travailleur indépendant; plus élevé est le statut de la réputation, plus élevé sera le revenu, indépendamment des compétences du travailleur, de son parcours, ou du capital social accumulé dans le réseau.

 

Basée sur une recherche en cours sur la relation entre le « produsage » (hybride entre production et usage) et le développement du logiciel libre, la contribution de Giacomo Poderi a donné un aperçu des façons dont les pratiques d’utilisation et le design se mélangent dans le cas d’un projet de jeu vidéo. En se concentrant sur les façons dont les produsers créent du contenu pour le jeu, et sur comment ces contenus créés par les utilisateurs interagissent avec la conception de base du jeu, cette contribution s’est servie du cas de Battle for Wesnoth (BFW), un jeu vidéo de stratégie, localisé dans un monde fantastique, pour montrer les pratiques de produsage dans les jeux vidéo. Les produsers peuvent contribuer en fournissant des nouveaux éléments de jeu qui construisent le monde fantastique de Wesnoth. Toutefois, puisque la dimension stratégique du jeu consiste à faire correspondre les meilleures unités aux ennemis en difficulté, et à combattre sur des terrains favorables à un moment favorable de la journée, les attributs que les produsers inscrivent dans les contenus qu’ils créent ont le potentiel de changer ce qui peut être considéré comme favorable et ce qui ne l’est pas, dans des spécifiques scénarios de jeu, car ils entrent en relation constante à la fois avec les contenus précédemment créés par les utilisateurs et avec la conception originelle du jeu. Ainsi, chaque nouvelle contribution remet en question la mesure dans laquelle BfW peut être considéré comme un jeu de stratégie « équilibré ». Le collectif cherche constamment à garder le jeu en équilibre, même si l’équilibre n’existe pas – et ne peut pas être rejoint.

 

La présentation de Davide Dusi, de la Fondation Ahref de Trento, a mis en avant la notion de médias sociaux comme « écologie sociale« . Il s’agit du scénario de référence dans lequel l’auteur a analysé un projet de narration relatif à la région Trentin, développé par la Fondation. Le projet utilise une plate-forme participative (Timu), qui permet la production collaborative de l’information, et qui a donné l’occasion aux chercheurs Ahref de suivre la formation d’une « communauté ingénieuse » (Levy, 2008), terme emprunté à la notion américaine de smart communities, sorte de miroirs de l’intelligence collective et créatrices de modèles d’organisation qui ont récemment été appelés « adhocratiques » (Strati, 2008).

 

En conclusion de séance, ma présentation a enfin porté sur les manières dont, dans les services Internet en peer-to-peer, les tentatives d' »élimination des intermédiaires » portent le plus souvent à la création de nouvelles médiations. La complexité de la démarche de décentralisation des services Internet en pair à pair n’impacte pas seulement l’organisation technique de ces dispositifs, mais se révèle l’enjeu central de la recherche de modèles économiques pour les services en architecture distribuée. Dans le cas où ces services arrivent à se poser la question de la durabilité de leurs modèles économiques – dans bien de services P2P,  ce n’est pas (encore) le cas – la question de l’intermédiation se pose à nouveau et avec force. Si ces services préconisent un modèle où un nœud/utilisateur est à la fois un fournisseur et un demandeur de ressources informatiques (temps CPU, espace du disque dur, bande passante), ainsi qu’un producteur et un consommateur de contenus, ma présentation a souhaité montrer comment la recherche de l’ « élimination des intermédiaires » (Elkin-Koren, 2006), que le P2P semble naturellement, implicitement suggérer avec sa récusation de principe du modèle client/serveur, ouvre souvent la voie à d’autres formes d’intermédiation – qui, en redéfinissant l’intermédiaire comme quelque chose de distribué, omniprésent, pervasif et invisible, ne l’effacent pas pour autant.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Janet Abbate, ou Internet et STS

Janet Abbate, 2012, « L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 18.

Dans cet article dont le titre est beaucoup plus large que son objet, Janet Abbate montre en premier lieu que la culture et plus spécifiquement les œuvres de fiction interagissent avec le développement du numérique en général et de l’internet en particulier. Ainsi, explique-t-elle, en s’appuyant sur l’exemple de films ou de romans, que la fiction « décrit un avenir technologique possible, mais aussi le rend culturellement signifiant » et qu’elle donne des mots, comme avatar (de Neal Stephenson) ou cyberspace (de Gibson), pour penser les futurs développements. Le deuxième point abordé par l’article porte sur la disparition progressive de la frontière entre utilisateurs et applications numériques.

Dans ces deux thèmes, qui pourraient sembler non directement connectés, c’est en fait la notion d’agency (traduit ici par agentivité) qui est interrogée. Janet Abbate situe la « puissance d’agir » (une traduction de l’agency qui me paraît meilleure et plus conforme aux approches de la sociologie des sciences et des techniques de l’auteur – voir la discussion dans Proulx, 2009) à la fois dans les artefacts et dans les humains, dans les objets et dans les narrations qui leur sont consacrées, dans les applications elles-mêmes comme dans leur conception. On pourrait certes discuter du caractère entièrement inédit de l’agency des supports culturels et ne pas suivre Janet Abbate lorsqu’elle en prive les médias anciens, du livre au téléphone. Mais c’est plutôt le périmètre de cette « puissance d’agir » qu’il semble intéressant ici de discuter.

L’article interroge les limites de l’approche de Langdon Winner (1986), aujourd’hui qu’est largement admise son idée selon laquelle les technologies ont des qualités politiques et que nous avons fait un pas de plus pour admettre que les technologies font de la politique (Barthe, 2009). Aucun déterminisme technologique derrière cette proposition : la puissance d’agir n’appartient pas plus aux seules machines qu’elle n’est exclusive de l’intervention des acteurs. Elle est bien, selon la sociologie de la traduction mobilisée dans l’article sous le nom de STS (Akrich et al., 2006), le fruit de leurs interactions et de leurs confrontations permanentes. Parler d’une délégation aux machines semble arrêter le processus à la conception des technologies, comme si une fois la délégation opérée, la répartition des forces et des pouvoirs était définitivement fixée. Ainsi, Janet Abbate prend l’exemple des logiciels de filtrage étudié par Eli Pariser qui modifierait radicalement le web disponible et personnalisé auquel chaque internaute accède, pour ne donner à voir qu’un monde « fragmenté et apolitique, centré sur le divertissement et la consommation ». L’agency de ces logiciels résulte des choix de leurs concepteurs et du fonctionnement technique des machines, résultat d’interactions autour des réponses apportées à des questions comme « fixe-t-on des niveaux de filtrage selon les âges ? » ou « doit-on bloquer automatiquement les sites signalés comme étant de contrefaçons ? ». Mais cette puissance d’agir ne s’arrête pas là, elle s’actualise aussi dans les actes des utilisateurs, leur capacité à jouer du filtrage, à l’adapter à leurs propres choix, à le cantonner à certains usages (ou usagers), à faire des erreurs ou à échapper au dispositif, etc. Bien sûr, une partie des choix ou des options qui vont définir le degré de filtrage de « son » internet échapperont à l’utilisateur, soit qu’il s’en moque, soit, plus probablement, qu’il n’ait qu’une connaissance limitée voire nulle des options qu’il a « mécaniquement » validées.

Pourtant pas de « bureaucratie automatique » de la technique là derrière ; si la machine est (souvent) imprévisible et inexplicable, c’est plutôt faute d’avoir dénoué (ou d’avoir pu dénouer) l’écheveau étroitement entremêlé des agences multiples impliquées, ici dans le logiciel de filtrage : lois américaines « mondialisées » de fait, localisation des préférences des navigateurs, comportements dominants des internautes et participations au filtrage… mais peut-être aussi (au risque de barbarismes techniques) détermination des ontologies pertinentes, capacité de la bande passante ou des fermes de serveur des moteurs de recherche, etc. Ainsi, pour reprendre les termes de Janet Abbate, l’internet se construit bien dans un « ballet entre programmateurs, logiciels et utilisateurs » mais si la sociologie de la traduction peut aider à le penser, c’est en clarifiant justement ce « ballet », cet écheveau, en montrant les hypothèses qui ont été successivement faites dans la conception des dispositifs techniques et non en leur prêtant une « autonomie » quelconque.

L’analyse des architectures distribuée gagnerait à prendre en compte les deux aspects étudiés. Pour le premier aspect, les visions normatives autour de ces architectures n’ont cessé de se multiplier, dans leur face noire (l’omni-contrôle, le pillage des ressources intellectuelles…) comme dans leur face lumineuse (le forum athénien étendu à tous, la résistance à l’oppression, le partage généralisé et convivial…) ; on peut parier que la fiction ou les œuvres d’imagination viennent et viendront nourrir les concepteurs des systèmes distribués et qu’ils les nourrissent  et les nourriront en retour, mais aussi que, plus largement, les récits, fictionnels ou non, sur le pair-à-pair interviennent dans l’affrontement actuel entre deux conceptions du pair-à-pair : le P2P comme horizon culturel et démocratique / le P2P comme piratage désastreux des ressources culturelles et cognitives. Il serait donc utile de les suivre, comme le font suivant l’hypothèse de J. Abbate, les concepteurs de ces mêmes technologies.

Pour le second aspect consacré à l’interaction avec les usagers, cela nous interpelle sur les hypothèses à partir desquelles les concepteurs des architectures produisent leurs dispositifs : à quel internaute, à quel monde s’adressent-ils et enferment-ils dans leurs algorithmes ?

 

——–

Références

Janet Abbate, 2012, « L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 18.

Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour, 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses des mines.

Yannick Barthe, 2009, « Les qualités politiques des technologies. Irréversibilité et réversibilité dans la gestion des déchets nucléaires », Tracés, 16

Serge Proulx, « L’intelligence du grand nombre : la puissance d’agir des contributeurs sur Internet – limites et possibilités », 7e colloque international ISKO, « Intelligence collective et organisation des connaissances », Lyon, 24-26 juin 2009.

Langdon Winner, 1980, « Do artefacts have politics », Daedalus, 109, 1, 121-136.