Taïwan manifeste en peer-to-peer : les réseaux MESH comme infrastructures de contestation, d’organisation et de débat

photo extraite de « Unblockable? Unstoppable? FireChat messaging app unites China and Taiwan in free speech… and it’s not pretty » – 31 mars 2014 – www.techinasia.com [http://www.techinasia.com/unblockable-unstoppable-firechat-messaging-app-unites-china-and-taiwan-in-free-speech-and-its-not-pretty/]

Le dimanche 30 mars 2014, des milliers de personnes manifestaient dans les rues Taïwanaises contre le président Ma Ying-jeou et un projet d’accord commercial avec la Chine[1]. Dès le lendemain, un article de Tech in Asia décrivait certains des comportements communicationnels des manifestants et l’impact d’une technologie tout à fait singulière qui équipe désormais les contestataires de la révolution des Tournesols, une application pour iPhone nommée FireChat. Cette dernière s’empare pour la première fois de la fonction Multipeer Connectivity Framework d’iOS7[2] (« partage de connexion » en français) et elle semble en mesure de bousculer à la fois les habitudes communicatives des manifestants, leurs manières de « chorégraphier » les mouvements sociaux[3] et leurs interactions avec les internautes chinois.

Retour sur un cas d’usage tout à fait inédit et plein d’enseignements sur les architectures distribuées mobiles mais également sur les infrastructures de communication participatives et le rôle des médias sociaux lors de contestations politiques citoyennes.

Après l’occupation du Parlement taïwanais par des étudiants débutée il y a plus de deux semaines, le mouvement des tournesols[4] a pris ce dimanche une ampleur bien plus importante. Plusieurs centaines de milliers de citoyens opposés à un traité de libre-échange entre Taïwan et la Chine ont défilé dans les rues de Taipei (87 000 selon les estimations de la police Taïwanaise, 500 000 selon les médias[5]).

Premier partenaire commercial de Taïwan, la République populaire de Chine cherche à maintenir à tout prix des relations politico-économiques avec l’île de la République de Chine afin d’ouvrir son gigantesque marché contre une ouverture de celui de Taïwan pour ses propres entreprises. Pour Stéphane Corcuff, Maître de conférences en Science Politique et directeur de l’antenne de Taipei du Centre d’Études Français sur la Chine contemporaine (UMR- Ministère des Affaires Etrangères / CNRS – Institut Français de Recherche à l’Etranger), ces manifestations révèlent surtout des craintes fortes de la population Taïwanaise. Interrogé par Le Monde le vendredi 28 mars 2014[6], il déclarait:

« Les étudiants se mobilisent contre des procédés de négociation qu’ils considèrent comme opaques et porteurs de risques pour la société taïwanaise. Derrière ce malaise, il y a la triple question de leur liberté, de leur souveraineté et de leur identité face à l’irrédentisme chinois. […]

Mais un nombre croissant de gens craignent que la Chine gagne une force d’influence considérable grâce à cet accord économique — jusqu’à dicter sa politique au président taïwanais Ma Ying-jeou, pensent-ils. On en arrive aujourd’hui à ce soupçon que Ma veuille « vendre Taïwan à la Chine », qu’on a vu s’exprimer dans différents slogans »

13509411553_5946ff052c_b-720x450
photo extraite de « Unblockable? Unstoppable? FireChat messaging app unites China and Taiwan in free speech… and it’s not pretty » – 31 mars 2014 – www.techinasia.com [op.cit]

De San Francisco à Taïwan…

Bien loin de l’ile de Formose, de ces slogans et de ces mouvements contestataires socioéconomiques et culturels, tout près de « la glorieuse constellation des figures de la Silicon Valley »[7] ; les ingénieurs de chez Open Garden qui regroupent deux français (Micha Benoliel, fondateur d’Open Garden et Christophe Daligault, responsable communication) doivent se frotter les mains et se gratter les yeux tellement leur « petite » appli FireChat, dérivée de leur produit phare, Open Garden, un logiciel gratuit qui permet de partager sa connexion internet de manière extrêmement simple, est en train de faire parler d’elle et d’attirer l’attention des médias internationaux (concernant le milieu techno-scientifique, le 28 mars 2014, la MIT Technology Review se penchait sur le « cas » FireChat et ne tarissait pas d’éloges à son encontre)…

Lancée depuis San Francisco le 20 mars 2014, FireChat est en passe de devenir l’une des applications téléchargeable gratuitement phares de l’AppStore, catégorie arme de discussion massive Très bien classée dans les rangs des services de messagerie instantanée les plus téléchargées dans le monde (parfois numéro 1, et la plupart du temps dans le top 5) l’appli a été pensée, selon Christophe Daligault, comme une « proof of concept » (appli prototype) de services mobiles pour des situations ou des utilisateurs vont en boite de nuit, assistent à des évènements sportifs ou des festivals, lieux où les réseaux GSM sont bien souvent saturés. « On se rend compte aujourd’hui que des personnes ont pris en main cette technologie et en ont fait d’autres choses ». Eux qui avaient pensé ce « prototype d’appli » pour les festivaliers du Coachella (festival de musique en Californie qui aura lieu du 11 au 13 avril 2014), ils se sont retrouvés ce week end avec un début de killer application très utilisée par des manifestants ayant l’habitude de manipuler ce genre de dispositifs de communication (taux de pénétration d’internet à Taïwan en 2012: 75.4 %[8])…

L’article de Tech in Asia intitulé « Unblockable? Unstoppable? FireChat messaging app unites China and Taiwan in free speech… and it’s not pretty » revient longuement sur l’utilisation de ce service durant les manifestations à Taïwan et sur l’adoption de ce service de messagerie « prototype » qui ne nécessite pas de connexion à Internet pour fonctionner et s’appuie plutôt sur le nombre d’utilisateurs en présence au moment où des services de messagerie internet centralisé (WhatsApp, Viber, Facebook Messenger, etc.) ne fonctionnent plus étant donné la saturation du réseau téléphonique. Rien de véritablement nouveau de ce coté là, les applications ou logiciels « MESH » (réseaux maillés, peer-to-peer en mobilité) ont déjà fait parlé d’elles ces dernières années (voir également le projet Qaul.net de Christoph Wachter et Mathias Jud – duo de net-artistes suisses basés à Berlin) Les mouvements Occupy et les printemps arabes de ces dernières années ont d’ailleurs cristallisé à un moment donné les enjeux de ces services pensés sur des architectures informatiques distribuées et mobiles. C’est notamment le cas de Commotion[9], qui promettait en 2011, un internet « embarquable » dans une valise pour lutter contre les censures des régimes autoritaires arabes ou birmans[10]. Mais de manière assez étrange, peu d’applications grands publics avaient vu le jour à ce moment là et le déploiement de ce type de logiciels-applications était plutôt réservé à une élite composée de développeurs – bidouilleurs de réseaux (reste que les déploiements de réseaux MESH via le logiciel Commotion sont tout à fait intéressants dans les villes en crises aux Etats Unis, sur ce point, voir ici). Le mouvement Occupy de New York avait bien vu son lot d’application en tout genre pour voter ou bien signaler son approbation aux votes d’assemblées directe (voir notamment le Inhuman Microphone et le People’s Skype de Jonathan Baldwin) mais un tel phénomène d’adoption d’une technologie n’avait jamais eu lieu jusqu’à la semaine dernière dans les rangs des manifestants de Taïwan (reste, bien entendu, que la composante numérique a bien entendu joué un rôle très important dans les soulèvements des pays arabes en 2011-2012, mais c’est ici un autre sujet)…

 firechat-650x365

Firechat

De Taïwan à la Chine…

En 11 jours, FireChat semble avoir dépassé l’autre service de messagerie instantanée Line (17 millions d’utilisateurs à Taïwan pour une population de 23 millions d’habitants) dans le top des applis les plus téléchargées sur l’île de Formose. L’explication de ce taux de pénétration exceptionnel est plutôt simple : FireChat n’a rien d’extraordinaire si ce n’est d’offrir un service fonctionnel de mise en communication directe entre appareils (nearby mode) et donc la possibilité de créer des réseaux maillés de petites tailles (réseaux bluetooth multi utilisateurs élargi et à plus grande échelle, 30 mètres maximum. À Taïwan, ils servent aux manifestants à communiquer au milieu de la foule, à indiquer leurs positions, les déplacements et directions à suivre lors de défilés). On comprend ce genre d’intérêt lorsque l’on s’est retrouvé une ou plusieurs fois au sein d’événement où notre réseau téléphonique ne passe plus et où on ne peut plus joindre nos amis présents dans une foule compacte, ou bien lorsque le réseau est inexistant mais que se servir de nos terminaux de communication comme de talkies walkies nous aiderait bien…

TechOrangeScreenie
photo extraite de « Unblockable? Unstoppable? FireChat messaging app unites China and Taiwan in free speech… and it’s not pretty » – 31 mars 2014 – www.techinasia.com [op.cit]

C’est d’ailleurs ici l’ambition première de FireChat, explorer les usages du nearby mode qui devait servir aux festivaliers du Coachella (similaire aux utilisations de Twitter lors du soulèvement égyptien de 2011 par exemple, voir, notamment, les travaux de Paolo Gerbaudo à ce sujet, mais ici, on utilise un service décentralisé qui permet de créer un réseau ad-hoc ne nécessitant aucune connexion à internet), mais l’interface qu’il propose depuis le 23 mars 2014 aux utilisateurs asiatiques a aussi un mode « plus global – everybody mode ».

Sans mettre en relation les personnes en présence, ce mode « everybody » regroupe arbitrairement des groupes de 80 utilisateurs se trouvant dans une région définie tout aussi arbitrairement par les codeurs d’Open Garden. Étant une appli « proof of concept », c’est à dire, pas vraiment finalisée mais lancée sur le marché pour voir de quelle manière les utilisateurs s’emparent de ses fonctionnalités, les développeurs de FireChat, ne se sont pas attardés trop longtemps à définir des zones géographiques précises des groupes de conversations « globales » (par exemple, outre-Atlantique, les Etats Unis et le Canada forment une seule zone de tchat sur le mode « everyone »). Il leur semblait normal de regrouper au sein d’une même zone les Taïwanais, les Chinois et les habitants de Hong Kong. Sauf que discuter entre taïwanais et chinois n’était plus quelque chose à l’ordre du jour depuis un certain temps et qu’aucune appli ou réseau social ne permettait de créer un grand « forum » de débat autour des points de vue politiques des citoyens lambda de Chine et de Taïwan.

http://cdn.techinasia.com/wp-content/uploads/2014/03/FireChatPNG-720x637.png
photo extraite de « Unblockable? Unstoppable? FireChat messaging app unites China and Taiwan in free speech… and it’s not pretty » – 31 mars 2014 – www.techinasia.com [op.cit]

Les résultats ne sont pas « jolis-jolis » comme le déclare le journaliste Josh Horwitz, on retrouve surtout énormément de trollage et de bashing entre les deux vieux ennemis chinois discutant de politique transfrontalière mais si l’on jette un autre point de vue sur ces évènements, en les observant notamment au travers des travaux récents d’Antonio Casilli, on peut porter un nouveau regard sur un dialogue qui aurait été rompu entre ces deux populations et qui grâce à ces mobilisations politique trouverait un nouvel espace de recomposition. Pour l’instant cet espace n’est pas fermé ; comme le montre la photo précédente, en mode « everyone », on débat sur des thèmes particuliers comme celui de la définition de « liberté ». Les insultes doivent fuser et les trolls doivent s’en donner à cœur joie… Mais face au blocage de Sina Weibo (le Twitter-Facebook chinois) et de WeChat (appli de messagerie instantanée la plus populaire de Chine) des contenus déviants de la ligne officielle du parti chinois, FireChat apparaît comme un espace de débat inédit ou pourrait se recomposer un dialogue démocratique.

Il faudra donc que les manifestants des deux bords soient capables de dépasser le trollage et les simples indications de géolocalisation durant les manifestations (« je suis à tel croisement, ici c’est calme la manifestation ») pour composer un espace de dialogue, d’argumentation et de débat public (ce qui est certainement en cours si l’on pouvait « déplier » l’ensemble des conversations « everybody mode » de FireChat). Les autorités pourront aussi très rapidement bloquer cette appli et la possibilité de parler entre Taïwanais et Chinois (fermer les « robinets de l’internet » comme Moubarak le faisait si bien en Egypte lorsque des utilisateurs du web prenaient trop la parole, ou bien encore couper des services tels que ceux de Blackberry lors d’émeutes décision des autorités britanniques en 2011, deux techniques finalement peu efficaces).

N’empêche que, en tant que Proof of concept application, son statut actuel selon Christophe Daligault, responsable communication d’Open Garden et de FireChat, cette appli vient de montrer que des contextes d’usages très politiques rendaient plus que pertinents certains types de technologies de communication. Et il est intéressant de constater, à nouveau, que les formes d’architectures des services de communication que nous utilisons ont voir avec le type de contexte d’adoption de ces technologies[11] et le type de débat public qui s’en suit. N’est ce pas après les émeutes de Seattle que s’est formé le réseau IndyMedia pour couvrir autrement les contre-manifestations de 1999, lors de la réunion de l’OMC et du FMI? N’est ce pas dans des villes en crise comme Détroit, Philadelphie ou Athènes que se développent des infrastructures de communication participatives et distribuées ?

Les analyses de Susan Benesh et de Diana Mutz, tout comme celles d’Antonio Casilli montrent désormais qu’il faut prêter plus attention aux environnements des prises de paroles en ligne afin de comprendre des phénomènes socio-politiques contemporains. Ce qui se joue à Taïwan en ce moment au travers l’arène de discussion FireChat est fascinant : des formes de discours traversent des communautés autrefois fermées sur elles-mêmes grâce à des infrastructures de communication tout à fait particulières. Une forme de parole libre est en train d’échapper à des modes de contrôle et de censure « descendants », des internautes ont exploité une application prototype pour construire une arène de débat. En 2009, Casilli évoquait déjà l’usage des TIC lors de mouvements de protestation en Corée du Sud en présentant le mouvement des bougies (chotbul en coréen) qui avait paralysé la capitale coréenne de mai à août 2009 pour protester contre un accord commercial entre les Etats Unis et leur pays.

À l’heure où l’Europe est en pleine négociation avec les Etats-Unis sur le marché transatlantique, pourrait-on s’attendre (ou pas) à de telles mobilisations en Europe? Les « cultures numériques » des jeunes générations européennes pourraient elles êtres en mesure de s’organiser de cette manière ? Avec quels types d’outils et dans quelles langues ? L’exemple Taïwanais de l’utilisation de messagerie instantanée pose beaucoup de questions.

Et si l’avenir du débat public était assuré par les citoyens eux mêmes qui constitueraient eux mêmes l’infrastructure de communication décentralisée de cette démocratie participative ?

Affaire à suivre…


[1] Sur ce point, voir : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/03/30/manifestation-massive-a-taiwan-contre-un-pacte-commercial-avec-la-chine_4392194_3216.html

[2] Fonction du système d’exploitation des téléphones Apple qui permet de créer un réseau ad hoc entre appareils. Ce protocole permet d’établir un réseau maillé (ou « mesh ») en utilisant des connexions directes entre appareils (via ondes WiFi ou Bluetooth), pour créer une sorte de réseau local dont la taille dépend du nombre des appareils ainsi interconnectés. Cette fonctionnalité des terminaux Mobiles Apple était jusqu’ici très peu utilisée et permettait simplement de faire bénéficier d’une connexion internet à un autre terminal en « partage de connexion ». FireChat utilise ce framework pour créer un service, une application à part entière de messagerie instantannée fonctionnant sans internet, en pair à pair, d’appareils à appareils.

[3] Gerbaudo, P. (2012), Tweets and the Streets Social Media and Contemporary Activism, Pluto Press, Londres.

[4] On retient désormais très bien les leçons de Gene Sharp quand au fait de nommer avec une couleur ou une fleur des mouvements de résistance et/ou des soulèvements citoyens non-violents : révolution orange en Ukraine, des roses en Géorgie, des Tulipes au Kirghizstan, révolution du Jasmin en Tunisie, du Cèdre au Liban révolution verte en Iran, etc…

[7] Dominique Cardon dans la préface française de Turner, F. (2012), Aux Sources de l’utopie numérique, De la contre-culture à la cyberculture: Steward Brand, un homme d’influence, C&F éditions, Caen.

[9] Sur ce point, voir: https://commotionwireless.net/

[11] Sur ce point, rappelons qu’en 2008-2009, Mobiluck, un service de messagerie instantanée via bluetooth faisait un véritable carton dans les galeries commerçantes Saoudiennes et apparaissait comme l’application la plus appropriée pour « draguer en présence », sans intermédiaires et sans abonnement à un réseau téléphonique.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

McAfee songe au P2P pour contourner la surveillance NSA?

Le créateur de la célèbre entreprise d’anti-virus, McAfee, songerait au peer-to-peer pour contourner la surveillance NSA. Des dispositifs appelés D-central, mobiles et transportables (ainsi que relativement économiques) permettront de créer des réseaux privés et encryptés.

Lire plus de détails ici.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

IXmaps: voir les routes, comprendre l’architecture

logo du projet IXmaps – www.ixmaps.ca

Savez vous par où, par quels « lieux » transitent vos données?

Quelles « routes » elles empruntent?

Qui contrôle ce réseau, cette architecture complexe qu’est Internet?

Cette vidéo de présentation du projet IXmaps tâche de répondre à ces quelques questions. Développé autour de la faculté d’information de L’Université de Toronto, le projet universitaire IXmaps (Université de Toronto, Ontario College of Art and Design, Information Policy Research Program – Canada) est un outil de cartographie et de suivi de paquets qui transitent sur Internet. Il permet de reconstituer le chemin que ces derniers empruntent d’un nœud du réseau vers un autre nœud. On peut ainsi reconstituer l’itinéraire des paquets que l’on envoie à un destinataire lorsqu’on lui transmet un email par exemple. L’outil permet en d’autres termes de voir par quelles « routes » et par quels endroits passent nos informations et de nous en donner un aperçu sur une carte (USA et Canada uniquement).

Après la très médiatique affaire Snowden qui dévoilait les centres de surveillance de la NSA du trafic web américain la vidéo met en image l’organisation de ce trafic et nous rappelle à quel point l’Internet est matériel et éloigné de cette idée de « nuage », de « cloud ». La vidéo présente également certaines caractéristiques du routage des paquets entre États (notamment le « boomerang routing »), de la surveillance du trafic outre atlantique depuis le 11 septembre 2001 et l’établissement du « Patriot Act » (accords entre opérateurs de télécommunications et gouvernement américain) et de l’aspect centralisé et centralisateur de l’architecture globale de l’Internet (l’essentiel du trafic américain transitant par au moins l’un des 18 nœuds centraux du territoire américain).

À regarder:

 

What Is IXmaps? from The New Transparency on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Interview vidéo de Mathias Jud & Christoph Wachter – Qaul.net

dissemination-et-capter

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous vous parlions de Qaul.net récemment, ce projet développé par deux net-artistes suisses et qui utilise la technologie de réseaux maillés MESH. Au détour d’une recherche sur Internet, nous avons découvert cette vidéo où ils expliquent leur démarche.

  • http://qaul.net
  • http://www.wachter-jud.net
  • http://www.hotel-gelem.net

A noter: Christoph Wachter et Mathias Jud sont actuellement en résidence à Paris  dans le cadre du cycle « technologies au quotidien » de la Gaité Lyrique. Ils présenteront leur projet du 12 avril au 12 mai 2013 à la Gaité Lyrique, plus d’informations ici.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

À propos de la mort d’Aaron Swartz

Boston Wiki Meetup – CC BY-SA 2.0 Sage Ross (http://www.flickr.com/photos/ragesoss/)

Vendredi dernier, à l’age de 26 ans, Aaron Swartz se donnait la mort à New York. Celui qui passe aujourd’hui pour un prodige de l’informatique et de l’internet (fondateur de Reddit, ami de Lawrence Lessig et membre de l’équipe d’invention des flux RSS et des Creative Commons) avait piraté le site de Jstor. Il était inculpé pour cela. Lister l’ensemble des articles qui discutent du suicide de celui qui est en passe de devenir le « Martyr » du web serait difficile; néanmoins, voici une liste d’articles qui ont retenu notre attention:

Anglais:

Sa vision de l’internet comme un système-réseau complètement distribué était particulièrement intéressante, Cf. cette vidéo:

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

La Syrie a disparu… de l’Internet mondial

À suivre sur Twitter via le hashtag #SyriaBlackout

La nouvelle est arrivée hier à 10:26 UTC via une brève d’une entreprise qui surveille le statut de l’Internet mondial (Remesys). En effet, sur la table globale de routage du web, les 84 portes d’entrées sur la Syrie (les 84 blocs d’adressage IP assignés à ce pays en proie à une guerre depuis 2011) étaient devenues inaccessibles. L’infrastructure mondiale de l’Internet a donc été amputé en quelque part, le réseau à perdu les branches syriennes de ses rhizomes…

Qu’est ce que cette coupure signifie dans un pays à feu et à sang et où un régime de terreur cherche à contrôler l’information? Les militants syriens trouveront-ils des solutions décentralisées pour contourner ce blocage de l’Internet comme souhaiter le faire la technologie Commotion, Internet in a suitcase dans cet article du New York Times du 12 juin 2011?

Les prochains jours nous le diront, mais gageons dès à présent que c’est mauvais signe. Très mauvais signe… Ce type de coupure a souvent lieu lorsque les régimes politiques autoritaires deviennent nerveux à propos de la façon dont ils sont perçus de par le Monde (Mubarak, raïs déchu égyptien se permettait bien souvent d’agir de la sorte mais la dernière coupure en janvier 2011 avait cristallisé les revendications démocratiques de la place Tahrir et de ses militants connectés).

Plus d’informations ici (allthingsd.com article de Arik Hesseldahl)

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Chris Soghoian et la « privacy intégraliste »

Portrait en français d’un Américain pas comme les autres: Chris Soghoian, préconiseur de la vie privée « en version intégrale » sur les réseaux informatiques, ex-Fellow du Berkman Center for Internet and Society de Harvard, travaillant actuellement pour l’historique American Civil Liberties Union (ACLU).

Retrouvez l’article de Yves Eudes sur Le Monde du 15 novembre dernier.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

De l’intermédiaire vers le contrôle de l’infrastructure globale

Mana Neyestani © – page Facebook: https://www.facebook.com/ManaNeyestani?fref=ts

Dans le billet précédent, Francesca Musiani discutait très justement de la responsabilité des intermédiaires de l’Internet dans le cas de publications de contenus « insultants » ; du moins capables de provoquer des réactions « tangibles » dans la sphère publique (et non « virtuelles » ; elle s’appuyait sur l’exemple des heurts violents en Lybie et en Égypte suite à la publication du teaser d’un supposé film intitulé Innocence of Muslims sur la plateforme vidéo YouTube appartenant à Google[1]).

Certes la position de ces intermédiaires est plus que délicate dans le cadre « d’affaires » comme celle-ci[2] ; Cécile Méadel insistait d’ailleurs (dans les commentaires du billet) sur le fait que ces mêmes géants du web, Google, Facebook, Twitter, etc. reconnaissent la possibilité qu’ils ont de bloquer des contenus (stratégies Notice and Take down et Follow the money mis en place pour lutter, par exemple, contre la “contrefaçon” des contenus dont la propriété intellectuelle est protégée ou contre des données pédopornographiques). Face à ces évènements, se pose donc à nouveau la question de savoir qui est « légitime » pour retirer ou laisser en ligne des contenus offusquants car à l’heure actuelle, seuls ces géants du web semblent dotés d’un pouvoir de retrait, pour le meilleur et pour le pire mais à chaque fois au détriment de leurs utilisateurs et des internautes. Alors que révèlent de plus les « dessous » de cette affaire (ou plutôt les « tuyaux » par lesquels elle a été médiatisée)?

            Pour qui s’intéresse aux questions culturelles et politiques du monde arabe contemporain, Yves Gonzalez-Quijano propose, sur son édifiant carnet de recherche, une lecture tout à fait particulière de cette affaire à la fois linguistique et socio-politique.

 […] un des aspects les plus étonnants de cette nouvelle crise entre le « monde musulman » et « l’Occident » tient sans nul doute à cette étonnante alliance entre la bêtise des hommes (ceux qui sèment la haine de l’islam) et les armes dites « intelligentes » (lire Of stupid men and smart machines sur le site Jadaliyya.

Entre autres conséquences, cette nouvelle « affaire » va également contribuer à faire évoluer l’image publique des réseaux sociaux et de leur utilisation. Là aussi, le temps de l’innocence a pris fin et on note […] un sentiment de plus en plus plus mitigé vis-à-vis des réseaux sociaux et plus largement des technologies numériques, capables, on l’observe de plus en plus, du pire comme du meilleur.

En plus d’illustrer les nécessaires opérations de traduction (au sens large) à effectuer dans le cadre de cette crise, Yves Gonzalez-Quijano avance dans cet article plusieurs éléments qui nous amènent à nous interroger sur la « possession » des infrastructures de télécommunication. Effectivement, quelques jours après cette affaire, l’Iran décidait de verrouiller Internet prétextant le « mal » que provoquent les géants-américains de l’Internet (mettant en exergue la diffusion (sur YouTube donc Google, donc Gmail…) du film scandale mentionné précédemment. Prétexte plutôt absurde en Iran, pays majoritairement chiite et n’ayant pas le même rapport aux représentations du prophète que l’iconoclasme sunnite[3]). Depuis lors, l’Iran serait soit disant déconnecté du réseau mondial et désormais, en tant qu’Etat, à la tête d’une sorte d’Intranet géant (et « hallal », soit « licite » en opposition à l’Internet mondial jugé corrompu (Google et Gmail en ligne de mire) par les autorités iraniennes (voir à ce sujet l’article de Pierre Alonso sur le verrouillage de l’Internet en Iran. Quelques jours avant les déclarations du ministre iranien délégué aux Communications et aux technologies de l’information, Reza Taghipour, la liste de discussion de TOR, The Onion Router (plus d’informations ici) commençait à se préoccuper de cette possibilité et débattait des solutions techniques à opposer à ce blocage qui a surtout comme explication la volonté iranienne de se couper du réseau mondial, non pas pour hallaliser quoi que ce soit mais plutôt pour se prévenir d’attaques du type Stuxnet Olympic Games, programme de piratage informatique développé et lancé en 2011 par les américains et les israéliens afin de compromettre le programme nucléaire iranien (voir l’article d’Olivier Tesquet à ce sujet). Loin d’un soit disant « choc des civilisations » prédit par Huntington, des mythes de « guerres culturelles » ou religieuses, de protéger des utilisateurs des « dangers » que représentent les réseaux sociaux, l’enjeu est surtout ici industriel et terriblement « technologique ». L’objectif : contrôler les « tuyaux de l’information » et tout ce qu’on fait circuler à l’intérieur (encore une fois, on se préoccupe très peu des utilisateurs).

On en revient donc encore une fois à Francesca Musiani et à ce qu’elle déclarait à propos des infrastructures et de l’importance de leur études en SHS (article Caring about the plumbing: On the importance of architectures in social studies of (peer-to-peer) technology:

ARCHITECTURES MATTER!

En regardant cette « affaire » Innocence of muslims et la décision iranienne de se couper du réseau mondial avec un autre angle d’analyse et nos lunettes d’infrastructures studies ; on se rend compte qu’il s’agit peut être ici de contrôler des architectures « physiques » (les câbles, les fils, la fibre optique, les tranchés, etc.) et que ce faisant, des intermédiaires publics pourront bloquer (un peu) les modes de circulation de toutes ces données sur le web qui échappent, la plupart du temps, à n’importe quel type de contrôle (D’ailleurs, un tribunal portugais a jugé récemment les échanges peer to peer légaux).

Mais quel(s) câble(s) vont-ils et pensent-ils couper en se référant à cette carte ? Comment pensent ils contrôler les autres types de connexions pouvant être établies via radio-transmission transfrontalière, ou satellitaire? Pourquoi le faire maintenant ? Apparemment, le type de surveillance qu’ils veulent appliquer est assez simple et la liste de diffusion de TOR planche sur des solutions à opposer à ce blocage (ce qui semble compliqué d’après les rapports de tentatives des codeurs-développeurs militants bénévoles du routage en oignon). Ce dernier est basé sur une sorte de barrière entre espaces ‘public’ (visible par tous), et privé (visible localement seulement) selon certaines « familles d’adresses ». Les conventions de ces espaces sont spécifiées dans RFC 1918 (RFC : Request For Comments). Selon Tawfik Nassar, consultant en informatique,

Toute adresse IP (Internet Protocol) 10.X.X.X est une adresse privée. Les adresses 192.168.X.X aussi… C’est-à-dire qu’on peut avoir des millions de machines dans le monde ayant le même numéro (ex : 10.1.1.1) sans que cela provoque une confusion même lorsqu’elles sont connectées au réseau Internet (pourvu que le numéro de chacune soit unique dans son propre réseau local).

En réalité, chacune de ces machines est obligatoirement connectée au web à travers une machine qui, elle, a un numéro ‘public’ – donc unique sur le web (un « nœud central »). C’est à partir de cette machine qu’on pourrait filtrer / router les infos du web vers les machines de son ‘réseau local’ (ayant des numéros privés). Personne non plus de l’extérieur ne pourrait avoir accès aux machines internes… À moins que la machine de routage fasse les traductions d’adresses (public/privé) nécessaires à ces communications. C’est presque le cas lorsqu’on est à St Nom la Bretèche (Yvelines) avec un routeur WiFi (lui-même connecté à une machine Orange quelque part à Rambouillet)… Sauf que ces machines sont toutes sympas et laissent tout passer… Enfin… Pour le moment…

Une telle opération s’est produite en janvier 2011 en Égypte : les robinets de l’information furent tout simplement « coupés » lorsque le régime Moubarak s’aperçut qu’il n’était plus en mesure de contrôler la vitesse de circulation de l’information sur le web. Très rapidement, l’affaire fit grand bruit et Google, via l’intermédiaire d’un de leurs employés, Wael Ghoneim, créa des solutions pour continuer de pouvoir utiliser le web via des canaux détournés tels que le système GSM (le speak to tweet développé avec Twitter) ou les bon vieux modems téléphoniques (en passant par les numéros de téléphones de FAI étrangers). Mubarak avait dû rouvrir les vannes pour garder la face quelques jours de plus… On connaît tous l’écho que les réseaux sociaux lors du printemps arabe. Alors que faire face au retour de bâton des plomberies de la communication et à la peur qu’un plombier fou vienne tout couper sous prétexte que c’est « bon » pour les utilisateurs?

Étant ces jours-ci à Barcelone pour l’International Summit for Community Wireless Networks, je me rends compte que c’est, entre autres, ce genre de questions et de problématiques qui ont amené au financements de projets de réseaux communautaires sans fils de grandes envergures (de type Commotion ou CONFINE, c’est toujours le cas après l’intervention de Fabrizio Sestini – Programme manager at the European Commission DG INFSO, currently in charge of the multidisciplinary initiatives on « Collective Awareness platforms for Sustainability and Social Innovation » and « Internet Science). Ce type d’initiative est plutôt simple à résumer : au delà de créer un software performant capable de gérer la compatibilité et la communication entre divers types de devices, ces projets se veulent pédagogiques et se définissent comme des toolkits capables d’amener les utilisateurs à créer leurs propres réseaux communautaires, à les entretenir et à les étendre. Ils se veulent outils de développement civique, social, technique, politique et culturel (l’exemple de Détroit utilisant Commotion et de la Detroit Digital Justice Coalition est probant) et « esquisses » de l’internet du futur (plus localisé, plus « pris en charge » par ses utilisateurs, plus responsabilisé). Mais de quoi sont ils le nom précisément ?

C’est au croisement de ces problématiques que s’articule notre travail de recherche. Nous y reviendrons dans un autre billet prochainement (Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Network Barcelona) et tout au long du projet ADAM pour essayer de définir le nom de ce type de réseaux décentralisés, sans fils et mobiles.


[1] Notons dès à présent que ce film, en fait la bande annonce d’un long métrage qui ne verra certainement jamais le jour, fût tournée en 2011 et que les conditions de sa production puis de sa publication ultra médiatisée sont plus que douteuses. Voir notamment l’article de Gawker à ce sujet celui d’Arte Journal du Globe et du Point.

[2] Et comme le rappelle Yves Gonzalez-Quijano (cpa.hypothèses.org), “Inutile de revenir sur les détails d’un « scénario », celui de la fabrication de cette crise, laquelle n’a de toute manière pas encore livré tous ses secrets”.

[3] Citons ici également, un autre article publié en octobre 2011 par Yves Gonzalez-Quijano sur cpa.hypotheses.org (à lire ici http://cpa.hypotheses.org/3015) qui relativise l’actualité de l’iconoclasme sunnite: “Lors d’un débat consacré par la chaîne saoudienne (très halal) Al-Arabiya, deux juristes importants, Saleh Al-Luhaydân (صالح بن محمد اللحيدان) et Hatem Al-Sharif (حاتم الشريف) ont ainsi publiquement relativisé le tabou d’une représentation des figures majeures de l’islam, tels que les prophètes ou ceux qu’on appelle les « Compagnons » (Sahaba). Ils sont même allés jusqu’à reconnaître qu’elle n’était pas forcément illicite…”


François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Freedom Box, la brique d’une architecture de liberté?

La sixième conférence re:publica se conclut aujourd’hui à Berlin, et les réseaux sociaux alternatifs et décentralisés sont à l’honneur. Ils l’ont notamment été dans l’appel qu’Eben Moglen, professeur de droit et d’histoire à l’Université de Columbia, a lancé hier : c’est le moment, a-t-il dit, de ne pas reculer face aux problématiques les plus pressantes des réseaux sociaux sur l’Internet d’aujourd’hui: la surveillance, les atteintes à la liberté de pensée, et les limitations de la vie privée des individus.

Selon M. Moglen, les réseaux sociaux comme Facebook, les moteurs de recherche comme Google, ou les centres commerciaux en ligne comme Amazon seraient en train de « consommer » les utilisateurs. Les gouvernements de toutes tailles sont désireux de réutiliser le profilage et les prédictions effectuées par ces services afin de cibler certaines activités, et sont en train d’adopter des lois qui leur permettraient de stocker ces données indéfiniment. En particulier, nos appareils mobiles sont toujours en modalité « confession 24/7 ».

« La Stasi aurait bien peu à faire cette fois, M. Zuckerberg fait le travail à sa place, » a souligné M. Moglen, en ajoutant que Facebook est un important magasin de données contenant les pensées et les comportements d’un milliard de personnes, ou des moyens directs de les reconstruire. Le discours de M. Moglen n’a pas non plus épargné Steve Jobs, le « guru » d’Apple récemment décédé, qualifié de « monstre moral » qui avait une profonde aversion pour le partage en toutes ses formes.

Eben Moglen a déclaré qu’il y a un besoin de plus en plus urgent de médias non surveillés, de logiciels libres, et de réseaux non contrôlés par les opérateurs de réseau. Sans ces possibilités, la liberté de pensée sera définitivement perdue, a-t-il dit. L’appel du professeur américain a été particulièrement bien reçu à re:publica, qui se construit année après année comme la plus importante conférence sur l’Internet « alternatif » en Europe.

La conférence re:publica est le dernier endroit où M. Moglen a présenté son projet actuel, Freedom Box – le prototype d’un système de désintermédiation des communications via l’Internet, qui devrait permettre aux utilisateurs d’entrer en contact directement. La Freedom Box Foundation compte présenter bientôt la version bêta et, à la fin de 2012, commercialiser le produit – une petite boîte métallique ressemblant à un vieux modem, qui communique d’un côté avec la prise téléphonique et de l’autre avec l’ordinateur.

La philosophie qui sous-tend le projet Freedom Box est assez simple : Facebook a recueilli l’énergie de nos désirs sociaux et nous a convaincu d’accepter un compromis excessif, en créant une structure qui donne un accès gratuit au Web et à ses contacts humains en échange d’un « espionnage » gratuit et continu. Ce qui ne veut pas dire que Facebook devrait être illégal, mais que ceux qui savent créer et développer doivent « remédier par la technique » à la situation. Selon M. Moglen, nous sommes en mesure de le faire et Facebook sera bientôt obsolète. « Il n’y a aucune raison pourquoi l’architecture d’un réseau social devrait inclure une telle invasion de la vie privée. En fait, le matériel et les logiciels nécessaires pour construire un réseau dans lequel les gens conservent le contrôle direct de ses informations, sans intermédiaires, existe déjà. Il faut juste construire un meilleur système. »

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Qu’est ce qu’un réseau social distribué?

 

Une Bande Dessinée qui présente les caractéristiques d’un réseau social distribué:

What’s a Distributed Social Network?
par Sterling Gee, Bruce Mercado et David Eisenberg.

Versions:

 

Creative Commons License

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License

 

 

D’autres travaux de représentations sont disponibles ici

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

« Privacy as invisibility »

Musiani, F. (2011). Privacy as Invisibility: Pervasive Surveillance and the Privatization of Peer-to-Peer Systems. CSI Working Papers Series, N° 21.

This article addresses the ongoing, increasing privatization of peer-to-peer (P2P) file sharing systems – the emergence of systems that users may only join by personal, friend-to-friend invitation. It argues that, within P2P systems, privacy is increasingly coinciding with “mere” invisibility vis-à-vis the rest of the Internet ecosystem, because of a trend that has shaped the recent history of P2P technology: the alternation between forms of pervasive surveillance of such systems, and reactions by developers and users to such restrictive measures. Yet, it also suggests that the richness of today’s landscape of P2P technology development and use, mainly in the field of Internet-based services, opens up new dimensions to the conceptualization of privacy, and may give room to a more articulate definition of it; one that includes not only the need of protection from external attacks, and the temporary outcomes of the competition between surveillance and counter-surveillance measures, but also issues such as user empowerment through better control over personal information, reconfiguration of data management practices, and removal of intermediaries in sharing and communication activities.

The paper is available for download here. Work in progress – please do not quote.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

« When Social Links Are Network Links »

Musiani, F. (2010). When Social Links Are Network Links: the Dawn of Peer-to-Peer Social Networks and Its Implications for Privacy. Observatorio, 4(3): 185-207.

Despite the success they enjoy among Internet users today, social networking tools are currently subject to several controversies, notably concerning the uses their administrators make of users’ private data. Today, many projects and applications propose decentralised alternatives to such services, among which one of the most promising appears to be the construction of the social network on a peer-to-peer (P2P) architecture. This paper addresses and analyses the first steps of applications at the crossroads between social networks and P2P networks. More specifically, it discusses how such applications anticipate modifications in the management of users’ right to privacy, by harnessing both anonymity and knowledge of identity – aspects generally identified with P2P networks and social networks, respectively – depending on the different functionalities and layers of the application.