Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Networks (2, 4 Octobre 2013, Berlin)

Potsdamer Platz, Berlin, Deutschland par Par Paolo Margari
http://2013.wirelesssummit.org

Du 2 au 4 octobre 2013 se déroulait à Berlin le 9ème Sommet International des Réseaux Communautaires sans Fil (International Summit for Community Wireless Networks #IS4CWN 2013). Ayant lieu au sein de l’hackerspace Berlinois C-Base, organisé par Freifunk (projets MESH implanté à Berlin), l’Open Technology Initiative (New America Foundation – porteurs du projet Commotion), la Heinrich Böll Foundation et Chambana.net (Acorn Active Media et Urbana-Champaign Independent Media Center), cet évènement rassemblait la majeure partie des initiatives internationales concernant les réseaux sans fils communautaires – MESH – MANET (États-Unis, Europe, Asie, Afrique, Amérique du Sud).

Plaidoyer international pour un Internet décentralisé et pour un autre regard sur les technologies de l’information et de la communication, ce rendez-vous auquel nous participions déjà l’année dernière (voir ici), demeure édifiant pour qui s’intéresse à un Internet « différent » et aux nombreuses questions que son aspect « infrastructurel » pose. Trois jours durant, les personnes impliquées de près ou de loin dans des projets d’infrastructures de télécommunication alternatives ont pu échanger, discuter, débattre des enjeux que leurs activités soulèvent. Entre récits d’expériences, présentations des appareils utilisées, discussions sur les codes et les protocoles de routage ou bien encore keynote plus « poussées » et plus « réflexives », cet évènement était extrêmement intéressant et tout à fait instructif sur l’avenir des réseaux communautaires sans fil et sur le(s) regard(s) que l’on porte de par le monde sur les infrastructures de communications et d’accès à Internet.

À l’heure où le FBI démontait méthodiquement les couches de the Silk Road (sorte d’Amazon crypté utilisant TOR pour construire une plateforme de produits illicites où l’on payait en BitCoin) pour remonter à son fondateur Dread Pirate Robert, les « activistes » des réseaux MESH échangeaient pour tacher de bâtir des « Internets » locaux plus robustes, plus « libres », plus « justes » partout dans le Monde. Et tout cela sans l’aide de (presque aucun) fil.

THE FUTURE OF WIRELESS

Comme à Barcelone où se déroulait l’édition précédente de l’IS4CWN (au sein de l’université polytechnique de Barcelone) le colloque s’est ouvert par une présentation du président de l’IS4CWN Sascha Meinrath (fondateur de l’Open Technology Initiative et l’initiateur du projet Commotion, vice président de la New America Foundation). Il fût cette année précédé de Björn Böhning, membre du SPD Allemand et adjoint à la municipalité de Berlin. En tant qu’élu pour la ville de Berlin, Böhning présenta le contexte socio-politique des réseaux MESH au sein de la capitale allemande, leurs nombreux intérêts et pourquoi ils représentent selon lui et la municipalité un levier de développement éco-politique intéressant à l’échelle d’une ville (son intervention était intitulée « Free Wi-Fi in Berlin: The case of new, creative alliances and active infrastructure policy in the digital society » – Freifunk, projet de réseau MESH allemand est très intégré dans cette ville). Suite à ces deux Keynote Adress (aux accents plus « politiques » que vraiment scientifiques), la conférence se divisait en différentes sessions. Nous avons suivi celle menée par Darby Hickey (OTI) qui s’intitulait « Women and Community Wireless: adressing challenges, Sharing Successes« .

La session se concentrait sur les liens que l’on peut faire entre le développement de réseaux sans fil « libres » et la question de l’empowerment des femmes. Le panel de discutantes était varié et présentait des femmes venues d’Inde (Sushinata Sahooa case in India (IRMA India) : promote gender equality and empower women), d’Argentine (Jessica GiudiceTo organize workshop to help people to participate. building their nodes, putting them on the rooftop), des Etats-Unis (Jenny Ryan : California Bay area (Oakland) – Digital anthropology intersection between community online and social grassroots networks initiative impliquée dans le projet Open Garden) et d’Europe (Anne Wizorek). Ce premier panel introduisait un des axes forts de ce colloque: À quoi peuvent servir les CWNs?

Historically, women have made huge contributions to human technology, yet communication tools do not always benefit gender inclusion and equality. These structural forces play out uniquely in tech realms to weaken efforts to build vibrant community technology like wireless projects. Both the everyday sexism of society that translates into tech spaces and the Internet, as well as the unique facets of discrimination in these realms, result in fewer women being involved in wireless projects. Those that are involved can feel isolated, even sometimes attacked or sidelined.

If community wireless networks are to realize their potential for galvanizing grassroots communications and community ownership, we must tackle these issues pro-actively.

L’après midi, nous avons assité à la présentation de différents projets MESH. L’idée de ces panels étaient de faire discuter entre eux les protagonistes de réseaux décentralisés (Détroit, Las Vegas (USA), Oaxaca (Mexique) et Kinshasa (RD Congo)). Selon les lieux, l’approche se révèle très différente; à la fois dans l’approche technologique, économique ou bien politique. L’intérêt de cet évènement est certainement ici d’ailleurs: faire du réseautage de réseaux. Nous connaissons bien le travail du groupe Morning Sides pour avoir travaillé avec eux en juin 2013 à Détroit. Monique Tate et Ulysses Jones étaient à Berlin pour présenter leur projet mené dans les quartiers Est de la ville de détroit. Pour une présentation rapide de leur activités et de leur approche, voir la vidéo de leur talk à l’Allied Media Conference de Détroit en 2013:

Morning Side Detroit – AMC 2013 from Francois Huguet on Vimeo.

De ces discussions nous retiendrons surtout l’intérêt que présente le projet Rhizomatica. Basé au Mexique, ce dernier vise à offrir des technologies de communication à des régions rurales non équipées en infrastructures (trop éloignées des grands canaux, trop couteuses à équipées pour des grands opérateurs qui ne feraient pas de profit sur de tels investissements). La discussion qui s’en est suivi concernait notamment les aspects légaux d’accès à l’infrastructure. La question de la négociation-attribution autour des fréquences blanches du spectre radio afin de développer des systèmes de communication sans fil (utilisant notamment la fréquence GSM) était au cœur des enjeux évoqués par les discutants, qu’ils soient du Congo, des États-Unis ou du Mexique. Cet enjeu légal se retrouvera tout au long de la conférence, il sera d’ailleurs repris longuement par Amélia Andersdotter le lendemain soir.

http://rhizomatica.org

RHIZOMATICA (http://rhizomatica.org)

According to the ITU, 2-3 billion people around the world lack affordable mobile telephone services that facilitate critical communications and access to information. Due to market saturation in developed countries and economic disincentive in the developing world and especially rural areas, mobile coverage proliferation is slowing dramatically worldwide. And yet most telecom regulations forbid the provision of strictly rural service, effectively killing any chance for micro-telco’s to thrive.

Currently, only very large, powerful companies have access to the mobile spectrum and the concessions to provide cellular service. But their business model and the technology that these traditional providers use have proven unable to solve the problem of connecting much  of the world. We want to break this oligopoly and allow communities to become service providers as well.

Thanks to a variety of open-source efforts developed in the last few years, it has become technologically and economically feasible for a community or an individual to provide carrier-grade cellular service to thousands of people. Yet no one has so far applied these technologies in the real-world, much less created the needed regulatory reforms.

We work as a bridge between the potential users of the technology and the engineers and developers of these efforts to ensure the technology is deployed and appropriate for use in the developing world.

La fin de l’après midi consistait en une session-workshop qui présentait différentes approches pédagogiques pour construire un réseau. Andy Gunn (OTI), Diana Nucera (Allied Media Projects Detroit) et Theresa Landrum (personnes rencontrés à Détroit ou à Washington lors de notre travail d’enquête) présentaient leurs travaux mais surtout leurs différentes approches de leurs projets, leurs techniques pédagogiques pour faire comprendre et adopter les réseaux sans fils communutaires. Une séance réflexive où es échecs furent autant abordés que les réussites. L’objectif était ici de s’intéresser au « comment » sensibiliser les personnes et les publics peu concernés par ces questionnements aux enjeux des CWNs. Que mettre en place et comment le faire pour qu’un intérêt se développe envers ces « devices as infrastructures networks ». Le travail d’enquête, de sondage, d’intervention dans les écoles mais surtout de vulgarisation s’est avéré central pour l’ensemble des participants aux workshop. Le changement principal de cette édition était d’ailleurs là. L’IS4CWN 2013 laissait la part belle à la parole de « communities organizers » et non plus aux ingénieurs-programmeurs-codeurs qui ne se soucient souvent peu du déploiement et de l’adoption de leurs programmes. Les discussions entre ces deux monde ont permis de perméabiliser ces deux mondes, et nous avons été témoins de beaucoup d’échanges entre ingénieurs et « implémenteurs » de ces technologies à propos des interfaces, des (niveaux de) discours qu’il faut avoir face à des adopteurs-hébergeurs supposés de services MESH. Nous y reviendrons prochainement.

La fin de la journée était un retour sur expérience (sorte de rétrospective) menée par les deux créateurs de Freifunk (le réseau communautaire allemand fêtait ses 10 ans en 2013).

Coalition-building for Community Wireless Networks

Le jeudi 3 octobre, le réseautage des réseaux communautaires sans fils continuait… Jenny Ryan, conduisait une session où la parole était de nouveau aux retours sur expériences et aux discussions entre différents protagonistes de projets.

How do free network projects create and cultivate collaborative working relationships with a diversity of community organizations? How do we find a balancing point between existing institutional structures and emerging grassroots endeavors? How do we create stronger relationships with each other for sharing our experiences, ideas, knowledge, and code?

L’après midi, un atelier passionnant sur ce que les « commons » signifient eut lieu avec comme modérateur Greg Bloom, activiste américain basé à Washington DC. Nous avons pu discuter à ce moment là de la notion de « community » très implanté aux USA et faisant sens pour les personnes engagés dans les projets américains (« community » -« communities » termes qui font moins sens en Europe, du moins si on cherche à les circonscrire à une aire géographique, à un lieu précis). Au sein de notre travail de thèse qui vise à montrer comment les initiatives MESH (Architectures distribuées mobiles) mettent en lumière des questionnements relatifs à la matérialité des réseaux de communication existants et aux rôles que jouent les usagers dans l’organisation d’un réseau social numérique, cette notion de « community » est quelque peu problématique. Notre recherche vise en effet à comprendre de quelles manières ces discours sur les réseaux de télécommunications décentralisés et autonomes appréhendent la notion de co-construction autour des savoirs et ce que Bernard Stiegler appelle l’ère économique de la contribution. Mais cette notion de community pour nous au centre des déploiements de réseaux MESH sur le territoire américain reste absente de la façon dont on appréhende la co-construction en Europe. Cette discussion fût donc riche d’enseignement même si cette notion semble rester pour certains assez floue, elle permit néanmoins de mettre en perspective ce terme et d’interroger les personnes qui l’utilisent.

Amelia Andersdotter – https://ameliaandersdotter.eu/

Devant intervenir le vendredi matin, Amelia Andersdotter, membre du Parti pirate suédois, élue eurodéputée aux élections européennes de 2009 (plus jeune députée du parlement européen), est intervenu finalement en fin d’après midi le jeudi 3. Critiquant la politique de Neelie Kroes (European Commissioner for Digital Agenda), Andersdotter dressa les contours d’une politique à propos d’Internet extrêmement réfléchie et précise. Meinrath l’a introduit comme la personne politique connaissant, selon lui, le mieux la question technique et celle de la gouvernance d’Internet. En connaissant l’impact qu’elle a eu sur le rejet de la loi ACTA au sein du parlement européen, nous étions particulièrement attentifs à sa communication intitulée: « Bottom-Up and Top-Down: crossroads between Brussels and Communities« . Qui plus est, sa communication faisait écho au récent article de Primavera de Filippi : « Des outils de communication pair-à-pair aux outils de fabrications numérique: les enjeux juridiques de la décentralisation« 

Crisis x Architectures Décentralisées

La dernière journée du colloque concernait en grande partie les usages des réseaux MESH liés aux crises. Le premier atelier du vendredi matin mettait en parallèle des projets menés en Inde, en Thaïlande et à New York. Nous y avons retrouvé Anthony Schloss que nous avons interviewé en juin 2013 à Détroit.

Representatives from intERLab’s DUMBONET Emergency MANET project in Thailand, Women In Science and Engineering in India, and the Red Hook Initiative’s Red Hook Wi-Fi mesh network in Brooklyn, New York, introduced their experience with wireless networks in disaster situations. The panel then discussed shared expectations, findings, and lessons learned in the design and implementation of wireless networks for disaster scenario communications, with a focus on adoption of these networks by marginalized communities to make them most effective when disaster strikes.

The panel’s varied participants provide a depth of understanding to all facets of disaster communications. The intERLab representatives, Apinun Tunpan and Kanchana Kanchanasut, shared research, design, and implementation of mobile ad hoc networks for use in preemptive disaster response in rural Thailand. Sai Dandekar from WISE India contributes a study of the social and legal protection of critical information infrastructure and how women can participate in sustaining it. Anthony Schloss and Katherine Ortiz from the Red Hook Initiative’s Digital Stewards program in Red Hook, Brooklyn are expanding a wireless mesh network that served as critical communications infrastructure in the immediate aftermath of Hurricane Sandy in November 2012. The Digital Stewards program is designed to train local youth to organize their community and maintain the wireless technology that supports the network in Red Hook.

La dernière partie du colloque s’est achevé sur une discussion croisée entre Sascha Meinrath, Ramon Roca, Juergen Neumann et Joseph Bonicioli. Responsables de projets MESH d’envergures (Commotion, Confine, Guifi, Freifunk) ces protagonistes croisaient encore une fois ici leurs points de vue et leurs aspirations pour le futur. Que peuvent les CWNs? que dessinent ‘ils? sont ils une nouvelle forme d’Internet ou le rapport que les utilisateurs auront à Internet dans le futur? nous ne le savons pas encore, mais nul doute que les contours d’un Internet plus décentralisé et plus juste se dessinent lors des IS4CWN.

  • http://oti.newamerica.ne
  • http://2013.wirelesssummit.org/
  • http://freifunk.net/
  • https://projectmeshnet.wordpress.com/

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Publié par

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *