Imaginaires cinématographiques

By John McNab - Licence CC BY-NC-SA 2.0
The First Batman by John McNab - Licence CC BY-NC-SA 2.0

Dans un article publié le 12 septembre 2011 sur OWNI.fr , la journaliste Ophelia Noor, pose la question suivante :

“Et si l’accès à l’internet, en mode sans fil, était un “bien commun” librement partagé par tous ?”

 

C’est effectivement ce que proposent de plus en plus de réseaux communautaires associatifs tels que Freifunk à Berlin, FunkFeuer en Autriche, So Cal Free Net à San Diego et Guifinet en Catalogne (catalogue complet des réseaux sans fils ici). Mais, au delà de ces initiatives « militantes » et de la philosophie qu’elles défendent, nous pourrions relever plusieurs éléments capables d’illustrer “l’imaginaire” de ces technologies sans fils, de ces nouvelles formes de communications, d’échanges, de partages et d’architectures réseaux.

La discussion que nous abordons ici et sur laquelle nous reviendrons tout au long de ce projet ANR dépasse largement le cas des réseaux sociaux, alternatifs ou non. Pour Annie Gentès, “elle prend sa source dans l’origine même de l’internet, de sa structure, de ses protocoles et de son mode de gouvernance. Elle confronte deux idéologies : celle de l’informatique centralisée et celle de l’informatique répartie. Même si le trafic sur Internet fonctionne en accord avec le principe de la distribution généralisée, il a désormais pris la forme d’une concentration autour de puissantes agglomérations de serveurs qui détiennent l’information, fournissent l’accès aux contenus et/ou gèrent le trafic sur le réseau. Cette logique se renforce d’autant plus avec l’avènement actuel du cloud computing. Au contraire, l’informatique répartie (en d’autres termes le principe d’architecture distribuée ; modèle de réseau informatique structuré afin que les communications et/ou échanges se fassent entre nœuds qui ont la même responsabilité dans le système) résiste pour des raisons à la fois techniques et politiques. La confrontation des deux « idéologies », centralisée vs distribuée, est particulièrement sensible dans le cas du peer-to-peer” (Extrait des Entretiens du Nouveau Monde Industriel – IRI – Centre Georges Pompidou, à paraitre).

Mais ce que nous souhaitons aborder ici, c’est l’univers de référence de nouvelles topologies de réseaux distribués mobiles (d’où l’expression “d’imaginaires” de technologies sans fils). De fait, la question soulevée par Ophelia Noor et reprise par les militants de réseaux alternatifs cités précédemment impose de repenser le tissu social et les infrastructures urbaines classiques. Stéphanie Vidal, doctorante au CoDesign Lab & Media Studies de Telecom ParisTech le remarquait dans un article paru sur Slate.fr le 3 septembre 2011 à propos de la reconstruction de Detroit:

la Detroit Digital Justice Coalition (DDJC) veut réduire la dépendance des habitants face aux géants des télécommunications et cimenter les communautés grâce à la maîtrise des technologies numériques. Les extraits de leur petit magazine Zine font office de manifeste:

«Les communauté de réseau sont à l’image des communautés agricoles. De la même façon que l’on peut réclamer des terres inutilisées pour y faire pousser notre nourriture, nous pouvons utiliser le réseau wifi public pour communiquer gratuitement. Comme pour le jardinage, construire et maintenir un réseau communautaire demandent des efforts et des aptitudes. […]

Au même titre que les associations qui œuvrent pour la justice sociale en montant des jardins communautaires ou des réseaux locaux de distribution de nourriture, la DDJC essaie de constituer des petits systèmes réplicables, redimensionnables, et décentralisés permettant de produire et de consommer l’information de manière démocratique. A Detroit, le projet Wireless Community Network se pose comme une alternative donnant aux individus l’accès à Internet et la possibilité de créer des réseaux locaux répondant aux besoins spécifiques de la communauté, tout en limitant le nombre de souscriptions auprès des opérateurs.»

“Coalition”, “Justice sociale”, “communautés”, “alternative”, “démocratie”… Autant de mots qui apparaissent également dans la bouche des super héros de cinéma lorsqu’il s’agit de se battre contre les “méchants”… Car c’est bien ce dont il est question ici: il semble que les créateurs de ces technologies, de ces “infrastructures alternatives” se réfèrent bien souvent au vocable des super héros (mais aussi de situationnistes tels que Guy Debord) pour référencer leur travail et leurs ambitions.

Premier exemple significatif, celui des réseaux MANET (Mobile Ad-Hoc NETwork – architectures distribuées mobiles) et de ses récentes améliorations apportées par la communauté Freifunk. Visant à remplacer le protocole de routage destiné aux réseaux maillés, sans fil ou mobiles “OSLR” (en anglais « Optimized Link State Routing Protocol »), la communauté Freifunk a baptisé son nouveau protocole B.A.T.M.A.N (“Better Approach To Mobile Adhoc Networking”).

L’idée centrale de B.A.T.M.A.N (d’après leur espace wiki) “réside dans le fait de partager les informations sur les meilleures connexions entre tous les nœuds B.A.T.M.A.N. dans le réseau complet. Grâce à cela, la nécessité d’informer l’ensemble des nœuds B.A.T.M.A.N. à chaque modification du réseau maillé disparaît. Chacun des nœuds regarde uniquement, d’où viennent les données reçues par leur partenaire de communication, et renvoient les données correspondantes via le même chemin. Sur le chemin vers la destination, les données seront transmises de cette manière de proche en proche. Scientifiquement parlant, cette approche est semblable à l’orientation des fourmis par les phéromones. Par conséquent il en résulte un réseau d’intelligence collective“…

Ici, c’est l’acronyme du protocole de réseau qui dérive du personnage de bande dessinée créé par Bob Kane et Bill Finger en 1939. Batman, avatar du millionnaire Bruce Wayne, est un justicier masqué censé rendre un semblant de justice dans une ville, Gotham City, en proie aux voyous. Humour potache ou véritable référentiel capable de suggérer une certaine idée de justice, du moins de “faire le bien” dans un monde où les réseaux wifis fournis par les FAI seraient des bandits, des opérateurs “voyous” obnubilés par l’idée de faire de l’argent et de contrôler totalement les réseaux?…

Deuxième exemple probant, celui d’un masque bien particulier utilisé depuis un certain temps par les Anonymous, groupe de désobéissance civile et de hackers informatiques né sur le forum 4chan et popularisés via leurs attaques liées à la protection de Wikileaks et des militants tunisiens et égyptiens du printemps arabe.

L’imagerie développée par les Anonymous puise dans plusieurs films mais surtout dans celui de James McTeigue “V for Vendetta“, adaptation d’une bande dessinée de Alan Moore et David Lloyd publiée en 1990. Cette adaptation d’une œuvre majeure du géant des “comics” américains DC fut réalisée en 2006 avec la participation des pères de la trilogie “Matrix”, les frères Wachowski (autre “mine référentielle anti-système établi” pour des militants informatiques, gamers, etc.). L’identité visuelle des Anonymous ainsi que celle des mouvements de désobéissance civile en général ont repris à la bande dessinée de Moore, le visage de V (lui même inspiré du visage de Guy Fawkes, révolutionnaire catholique anglais instigateur de la conspiration des poudres en 1605) et ses codes plutôt anarchistes du moins anti Establishment.

Les références pourraient être très nombreuses, les Anonymous émettant des messages proches des codes de la série télévisée américaine Dark Angel (avec la superhéroïne Jessica Alba), et des thèses défendus par George Orwell dans 1984 (on pourrait également évoquer K. Dick, Gibson et Asimov en ce qui concerne la littérature). Les mêmes codes et les mêmes références ont été et sont toujours autant utilisées dans le milieu des réseaux sociaux alternatifs proches des mouvements des Indignés espagnols par exemple (voir les réseaux sociaux distribuées tels que Lorea, très utilisés par les espagnols ces derniers temps).

Nous reviendrons à nouveau sur cette question des imaginaires de création et de référentiels tout au long de ce projet mais ce que nous pouvons en retenir dès à présent est ce que relevaient Felix Treguer and Jean Cattan Le 7 mai 2011 toujours sur Owni.fr:

Des groupes d’utilisateurs sont sur les rangs pour défendre ces acquis et cette culture de la communication libre. Pour que ces réseaux citoyens continuent à innover techniquement et à se développer en dehors de toute pression étatique ou commerciale, il est nécessaire de ne plus se limiter à la « junk band » et de pouvoir accéder à d’autres parties du spectre radio. (…)

Le principal problème est que l’État, ou les instances de régulations, se comportent comme les nounous des ondes radios. Or la mise sous licence du spectre est la vache à lait de ministres des finances aux abois. Il ne faut pas oublier que les ondes radio sont un bien commun, comme l’air qu’on respire.

 

Une fois encore, l’architecture distribuée apparait comme un enjeu primordial des développement de l’Internet et ce à plusieurs niveaux: sociotechniques, politiques, économiques mais aussi culturels car elle semble se présenter (du moins selon ses militants) comme une organisation des systèmes informatiques et des communications plus “juste”, plus “démocratique”, plus “équitable”. La question de la mobilité à l’intérieur de ces réseaux cristallise d’autant plus les problématiques liées aux libertés des individus au sein des réseaux.

 

Affaire(s) à suivre donc…

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Stockage en ligne, distribué ou centralisé?

« L’industrie du stockage en ligne des données ne s’est jamais sentie aussi bien », note en 2010 Yannick Guerrini du populaire site de vente de matériel informatique, Tom’s Hardware, et de plus en plus de discussions s’engagent sur le Web quant au nombre croissant d’alternatives proposées par les firmes du secteur. De façon intéressante, certaines d’entre elles concernent une comparaison entre le “vainqueur” du moment, le service de cloud storage Dropbox, et ses alternatives distribuées (Image par Melanie Pinola sur LifeHacker.com). Plusieurs aspects de l’expérience utilisateur sont en jeu, de la sécurité du système à la privacy des données stockées, de la vitesse des téléchargements en amont et en aval à la rapidité et la qualité des échanges effectués.

Retrouvez ces discussions sur LifeHacker.com, le forum de Dropbox, le forum de Revision3, et MakeUseOf.com.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

“Flux et reflux: la caverne de l’Internet”

A l’occasion de la pause estivale, nous nous permettons un post un peu ludique, qui rejoint toutefois notre intérêt pour les représentations figuratives, voire artistiques, des réseaux :-)

“Flux et reflux, la caverne de l’Internet” est un projet de l'”artiste sociologue” Fred Forest. Du site officiel du projet:

“Pionnier de l’art vidéo, de l’art des médias et des réseaux, Fred Forest, né en 1933, initie dans les années 70 le concept d’art sociologique, puis dans les années 80 celui d’esthétique de la communication. L’ensemble des dispositifs ou des méthodes d’intervention sur le social constitue son terrain de recherches. La dimension éthique et esthétique se rejoignent pour placer l’humain au cœur de sa démarche notamment par l’implication de divers publics dans ses actions. Sa pratique est celle d’actions interférant dans les systèmes de communication. La question de la mémoire est omniprésente. (…)

Son projet pour les Moulins interroge la caverne de Platon à l’heure d’Internet. Les ombres que les hommes de la caverne prennent pour la réalité dans l’allégorie de Platon, sont transposées sous des formes contemporaines, par une mise en scène de la déambulation du public et de leurs ombres, de textes et de projections vidéos fonctionnant alternativement. D’autres ombres et participations arrivent par le réseau de connexions internet dans le monde. En effet un kit de connexion, sous la forme d’un studio d’enregistrement minimal et d’un mode d’emploi, est proposé aux 120 Instituts Français dans le monde, en collaboration avec l’Institut Français à Paris, ainsi qu’à d’autres lieux, comme les expositions en cours de Fred Forest à New York et Sao Paolo. Un double réseau est ainsi activé, par la présence physique des visiteurs dans l’exposition aux Moulins et par celui, virtuel, des publics connectés.

Fred Forest élabore un gigantesque réseau mondial, dont les participants virtuels et réels donnent forme à l’exposition, connexion par connexion. L’artiste a pensé son projet comme un scénario dont les acteurs participants réalisent le film en le renouvelant constamment. Cette création collective est une métaphore d’une dynamique démocratique. Un cheminement à l’image d’une plongée initiatique dans le ventre d’une société caractérisée par l’information.”

L’exposition se déroule aux Moulins Albigeois – 41 rue Porta – 81000 Albi, et sur le site web http://www.flux-et-reflux.org. Elle est ouverte du mercredi au dimanche de 14h à 19h, et fermée les lundi, mardi et jours fériés.

Bonne découverte!

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Le protocole Peer-to-peer

Dans un article du 11 mars 2011 publié sur Le Monde.fr, Laurent Checola se penche sur les enjeux relatifs au peer to peer à l’heure actuelle.

Il interroge notamment Patrick Waelbroeck, enseignant chercheur à Telecom ParisTech et propose une infographie intitulée “Que sont devenus les services de téléchargement ?” assez claire et bien réalisées.

 

Liens: article du 11 mars 2011 publié sur Le Monde.fr

InfographieQue sont devenus les services de téléchargement ?

 

A propos d’infographie, celle réalisée par Cisco IBSG (ci dessous) est assez éclairante sur les enjeux de l’Internet des objets.

 

 

 

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Dramaturgie du distribué : Facebook Open Graph

La conférence :

Le 21 avril 2010, à la conférence organisée par Facebook, F8 Conference, à San Francisco, Mark Zuckerberg et Bret Taylor, qui est le directeur produit de Facebook (et ancien CEO de Friendfeed, agrégateur de réseaux sociaux) présentaient leur nouvelle API : Open Graph. Les propriétés techniques sont intéressantes mais surtout l’expression symbolique de ces propriétés technique : la représentation du réseau est fondée sur une vue à plat de noeuds tous connectés sans distinction, ni hiérarchie. Facebook use de la dramaturgie du distribué. https://www.facebook.com/f8

Le nom : “open graph” :

On peut lire l’article sur la théorie des graphes en français dans wikipedia, mais celui en anglais est plus simple pour les non-mathématiciens : http://en.wikipedia.org/wiki/Graph_theory.

Bien sûr le titre fait appel à la culture à la fois des mathématiciens mais aussi est sans doute surtout dans ce contexte, celle des programmeurs et spécialistes des réseaux. La théorie des graphes est en effet indispensable à la représentation des réseaux de communication et à l’organisation des données. En associant “open” avec “graph” FaceBook donne à penser que l’on peut connecter tout avec tout et que le protocole est suffisamment robuste pour être extensible ad infinitum.

Variation sur un thème : comment représenter une “sphère infinie, dont le centre est partout et la circonférence nulle part  ? (Blaise Pascal, Les Pensées, 1669)

L’idée de l’infini introduite par l'”open” est sans doute peu représentable. Les responsables de la communication de FaceBook ont imaginé de re-figurer le réseau en jouant sur les couleurs des noeuds et des liens : figure du couple, figure des Etats-Unis, figure du dialogue (assez ambivalente : qui mange qui ?)

Rendre visible l’invisible, l’exemple de Nearfield.org

 

Ingerborg talking about The Bubbles of radio - Crédits photos: Amanda Steggell (http://www.testingtesting.org/)
Ingerborg talking about The Bubbles of radio - amanda steggell testing testing - http://www.testingtesting.org

 

 

Comme le remarque Nicolas Nova[1] dans son article intitulé “Visualiser le “Ghost in the field” de l’urbanité numérique” et publié sur OWNI le 23 mai 2011:

 

Ce qui frappe dans “l’urbanité numérique”, c’est son invisibilité. Or cette couche informationnelle omniprésente existe bien. Comme le soulignait le géographe Boris Beaude dans un colloque sur ce thème, “il serait dangereux et anachronique de considérer les technologies de communication numériques comme irréelles“.

 

Mais de quelle manière et par quels artefact ces technologies sont en mesure de se manifester? Comment illustrer leurs présences? Comment les matérialiser, les rendre “visibles”? Un des enjeux de ce projet est effectivement de donner des outils de design pour aider à constituer un référentiel utile pour le développement ultérieur de services s’appuyant sur des technologies peer to peer. Proposer des formes de visualisation de technologies d’intelligence ambiante doit permettre de soumettre ces dernières à la lecture et aux commentaires des acteurs intéressés (voir billet ” Pourquoi un abécédaire des AD?” par Cécile Méadel le 7 juin 2011).

Les extraits suivants proposent des pistes de réflexion sur le fait de “rendre visible l’invisible”. Nous nous reporterons également à l’article de Nicolas Nova cité précédemment.

NEARFIELD.ORG

Ce projet mené par Timo Arnall et développé avec des élèves de l’école de d’architecture et de design d’Oslo interroge la diversité des ondes qui s’entremêlent dans l’espace urbain. Un projet de ce module d’étude intitulé “The bubbles of radio” et mené par Ingeborg Marie Dehs Thomas (élève en Master de Design) se concentre plus précisément sur la représentation des ondes existantes: GSM, Wifi, RFID, ZigBee, DMB, Bluetooth. Dehs Thomas construit un véritable bestiaires des ondes censées nous envelopper et pénétrer totalement nos environnements.

 

Plus d’informations sur le Touch Project et sur le projet de Ingeborg Marie Dehs Thomas “Fictionnal radio spaces“.

 

Le projet Light painting wifi explore quant à lui  la présence des réseaux wifi dans nos environnements. La vidéo réalisée pour ce projet explique très bien le concept.

 

Immaterials: Light painting WiFi from Timo on Vimeo.

 

 


[1] Chercheur et consultant à Lift Lab spécialisé en design d’interaction. Il réalise des études sur les usages et les pratiques pour nourrir la conception de produits numériques (jeu vidéo, téléphonie mobile, web, robotique et objets communicants) pour des clients tels que Nokia Design, SEB, Swisscom ou Orange. Il enseigne également à l’ENSCI (Paris), à la HEAD (Genève) et est enfin responsable éditorial de Lift, conférence internationale sur l’innovation et les usages des technologies. Il est l’auteur de “Les Médias Géolocalisés : les nouveaux paysages numériques” et “Les Flops technologiques- Comprendre les échecs pour innover” (FYP Editions).

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Pourquoi un “abécédaire” des AD ?

Les réseaux pair à pair n’existent pas sans imaginaire au sens propre : schémas, graphiques, photos, mises en situations, vidéo. Le portail de recherche centralisera une base de ressources visuelles sur les dimensions, techniques, sociales et culturelles des réseaux pair à pair. Il s’agit de récolter, d’analyser et d’exposer les différentes représentations graphiques qui permettront de constituer un abécédaire (à la manière d’un what’s what) de ces architectures et de leurs services dévoilant à la fois les techniques et les valeurs sous-jacentes ainsi que les usages pressentis par les auteurs de ces représentations.

L’objectif de ce dispositif expérimental est triple:

  • rendre compte de la complexité d’une technique qui peine à faire comprendre sa spécificité par rapport aux architectures réseaux centralisés ;
  • donner des outils de design et d’ingénierie des connaissances dans ce domaine technique, aider à constituer un référentiel utile pour le développement ultérieur de services s’appuyant sur ces technologies ;
  • l’interprétation de cette visualisation comme son utilisation ne sont pas données et sont à construire avec les acteurs. La mise en ligne permettra de les soumettre à la lecture et aux commentaires des acteurs intéressés.