Lutter contre l’exclusion : les oeuvres-réseaux de Wachter & Jud (Gaité Live)

Article paru sur le site Gaité Live le Jeudi 11 avril 2013. Gaitelive est le média en ligne de la Gaité Lyrique qui explore en long, en large et en travers les Cultures Numériques. gaite-live.net
net-mobil-ordinateur
Crédit image : Qaul.net
À l’occasion de leur exposition à la Gaîté Lyrique, François Huguet décrypte le travail des artistes Christoph Wachter et Mathias Jud qui critiquent les systèmes informatiques centralisés générant l’exclusion et la division des individus.

Dissocier les objets techniques que l’Homme produit pour transformer son rapport au monde de l’imaginaire qu’il associe à ces objets et à leurs usages semble chose impossible ; on pourrait même affirmer que les fonctionnalités de ces objets sont « indissolublement liée à une (ou plusieurs) fictionnalité(s) »1. Inspiré par les fictions que déploie Internet depuis sa création, Christoph Wachter et Mathias Jud – duo de net-artistes suisses basés à Berlin – observent les diverses matérialités du réseau des réseaux ; ils interrogent les imaginaires que la toile crée, qu’elle entretient ou qu’elle cherche à cacher. Avec le projet #GLM, sorte d’écho au projet HÔTEL GELEM installé à Montreuil depuis peu, ils continuent un travail initié il y a plusieurs années et qui a pour but d’observer les angles morts de l’urbanisme du web mais également de l’urbanisme au sens propre. Au delà de la simple observation-performance, la démarche de Wachter & Jud vient interroger et « tester » ces fictions dont il sera ici question. Et ils le font au sens propre comme au sens figuré : avec des humains et des machines ; toujours les mains dans le cambouis, dans les tuyaux des infrastructures ou des 0 et 1 de l’informatique… De quoi réjouir les chercheurs en Sciences & Technologies Studies mais de quoi interroger également un public beaucoup plus large sur les relations que l’on tisse avec ces fameuses Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, leur(s) matérialité(s) et leur(s) « politique(s) ».

Depuis 2006, ils ont créé différentes œuvres interactives qui interrogent la question des frontières générées par le web.

Mathias Jud et Christoph Wachter n’en sont pas à leur coup d’essai dans la critique des systèmes informatiques centralisés qui génèrent exclusion et division des individus. Depuis 2006, ils ont créé différentes œuvres interactives qui interrogent la question des frontières générées par le web. Leur projet Zone*Interdite vise par exemple à pointer le paradoxe entre les lieux clairement interdits au public (notamment les camps de prisonniers de Guantanamo à Cuba, celui de Bucca en Irak ou bien la base militaire aérienne de Bagram en Afghanistan) et les images que les Mass Médias diffusent de ces derniers. À partir d’images issues du web, ils ont cartographié et construit l’espace de ces lieux de façon numérique. Ils ont recomposé en trois dimensions ces endroits censés être interdits aux regards et « hautement sensibles » pour les exposer à n’importe quel internaute. Il en va de même pour leur projet Picidae qui cherche de son coté à créer une forme de communauté capable d’échapper à la censure qu’exercent des pays plus ou moins autoritaires sur l’Internet. Picidae est en effet un projet d’infrastructures (des petits serveurs disséminés partout dans le monde) où des utilisateurs « photographient » des sites web interdits par des régimes politiques pour les mettre à disposition de tout le monde sur le serveur pici. Les mécanismes de blocage étant généralement textuels, les impressions-écran des sites répertoriés sur les « listes noires » permettent d’échapper à cette censure et d’avoir accès à leur contenu.


Zone*Interdite, impression-écran d’une marche en 3D dans Guantanamo Bay.

Avec ces deux artistes militants d’un Internet plus libre, il est, au final, bien souvent question de « solutions ».

Avec ces deux artistes militants d’un Internet plus libre, il est, au final, bien souvent question de « solutions ». Solutions face à aux paradoxes de nos rapports aux images, solutions face à des tentatives d’atteintes à la liberté des internautes, solutions face à la question de la « fracture numérique »… Le projet #GLM pour Grassroot Local Meshnet, relève d’ailleurs de cet esprit là. Avec cette œuvre qu’ils présenteront à la Gaité Lyrique tout au long des mois d’avril-mai, ils continuent de creuser la porosité de l’ingénierie de réseaux de communication, d’interroger ses frontières mais aussi de questionner les mécanismes d’exclusion actuels en cherchant à les combattre. #GLM, c’est appliquer le principe communautaire de réseau MESH jusqu’à l’HÔTEL GELEM de Montreuil pour y amener une connexion Internet. L’HÔTEL GELEM est l’un des autres projets de Mathias Jud et Christoph Wachter, il s’agit d’une forme de « tourisme embarqué » où le « touriste » participe aux conditions de vie précaires d’un camp Rom :

« Alors que la majorité d’entre nous recherchent l’exotisme et l’aventure pendant les vacances, pour les gens confrontés à des conditions de vie précaires, la dure réalité est qu’ils doivent faire face aux contraintes liées à la mobilité et à l’improvisation en permanence. HÔTEL GELEM invite à participer à des situations de vie grossières et à former de nouveaux types d’échanges, ainsi qu’à présenter et à prendre en considération des phénomènes qui n’auraient « plus jamais » dû se reproduire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. HÔTEL GELEM propose des endroits où se rencontrent transfiguration romantique et persécutions racistes, et franchit chaque nouveau mur à travers l’Europe, qui dramatiquement, a été divisée par notre société. » [source]


L’hôtel GELEM à Paris.

Qaul est singulier en cela qu’il est projet artistique et possède donc cette posture particulière qui fait de lui un objet capable d’interroger nos pratiques plus qu’un service web ou qu’une application quelconque. 

#GLM vise donc à rattacher ce symbole d’exclusion contemporaine qu’est le camp Rom au réseau Internet via une technologie particulière de réseau maillé ou réseaux MESH (MEtro Scale ad-Hoc network2​). Cette technologie est d’ailleurs à la base d’un autre projet de ces deux artistes militants : Qaul.net. Qaul correspond assez bien à l’une des trajectoires récentes des mondes de l’Internet, à savoir une entreprise de socialisation d’une technique particulière : celle d’établir des réseaux locaux autonomes et des communautés d’utilisateurs avec un objet technique spécifique en l’occurrence l’informatique décentralisée (et mobile). On peut observer de telle initiatives un peu partout sur la planète, les réseaux MESH étant utilisés en Afrique du Sud, en Europe (avec par exemple Freifunk, Funkfeuer, Guifi, etc.)3, aux Etats Unis4, surtout pour partager des connexions à Internet.

Mais Qaul est plus que cela : en tant que logiciel de création de réseaux MESH sans fil et autonomes où le parc d’appareils de communication des utilisateurs devient l’infrastructure (la communication entre les terminaux communicants se fait uniquement via leurs capacités d’émission, de réception et de transmission d’un message entre appareils via WiFi), ce projet artistique se distingue d’un projet politique tel que Commotion qui peut sembler au premier abord être une forme d’application « cyber-diplomatique » américaine issue de la 21st Century Statecraft (1er mandat présidence Obama)5 édictée par la secrétaire d’État Hilary Clinton. Qaul est singulier en cela qu’il est projet artistique et possède donc cette posture particulière qui fait de lui un objet capable d’interroger nos pratiques plus qu’un service web ou qu’une application quelconque.

Qaul (tout comme #GLM dans une autre mesure) est un software « boîte à outils » qui permet à ses utilisateurs de penser leurs propres rapports aux infrastructures de communication qu’ils utilisent et donc de ce fait, aux objets techniques qu’ils manipulent. Mais c’est aussi une réflexion post-printemps arabe qui a trouvé une réponse aux problèmes que la censure et le blocage d’Internet posaient aux militants connectés du Maroc jusqu’à l’Iran. Qaul, logiciel téléchargeable sur n’importe quel type de machines (Mac, Windows, Android, Linux, etc.), peut « devenir » infrastructure de communication.
Interview de Christoph Wachter et Mathias Jud

Réfléchir au fait que la technologie et la question de la « fracture numérique » peuvent s’envisager autrement, qu’une forme nouvelle d’être ensemble est possible.

En effet, les chutes successives de certains régimes autoritaires en 2011 et le supposé rôle des TIC dans ces effondrements6 ont permis de mettre en lumière l’importance des appareils communicants dans les écosystèmes technologiques des pays du Maghreb et du Proche-Orient. Avec les déboulonnements de Ben Ali, de Moubarak et de Kadhafi en 2011, un public extrêmement large comprenait de quoi Internet et les appareils communiquant mobiles étaient « capables » politiquement parlant… Des géants tels que Google ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et ils ont rapidement prêté main forte à certains militants – notamment en Egypte – pour leur permettre de continuer d’utiliser des services comme Twitter7 (ils pouvaient d’autre part bénéficier en investissant, au final, peu d’argent, d’une augmentation du capital sympathie-démocratie de leurs différents services et de leur entreprise en général).

De ce fait, la « fiction » techno-politique qui se construisait à ce moment là – et qui allait continuer à se construire chez les indignés espagnols8 et lors des mouvements Occupy à travers le monde – a permis aux différents projets d’infrastructure MESH de consolider leur projet : une sorte de prise de conscience sur les infrastructures de communication existantes et sur le fait que ce rapport aux infrastructures évolue. Les œuvres de Cristoph Wachter et Mathias Jud relèvent de cette prise de conscience. Dans Qaul et #GLM, l’infrastructure c’est aussi les ondes radios (fréquences WiFi) sur lesquelles transitent les messages, les utilisateurs, leurs appareils et leurs volontés de participer à un réseau local : « l’infrastructure, ça peut être nous les users et nos devices, sans les équipements des opérateurs de téléphonie, c’est à dire les relais GSM, serveurs centraux, câbles téléphoniques, etc. »9.

#GLM et Qaul.net sont des œuvres artistiques visant à montrer qu’une alternative à l’architecture actuelle des principaux services centralisés de communication et d’information est possible. Cette alternative passe par une technologie décentralisée nouvelle, disruptive, gratuite, « open source », virale, c’est-à-dire se répliquant d’appareils à appareils (la technologie possède cette capacité de se transmettre d’un appareil à un autre, sans devoir se connecter à une quelconque entité centrale d’où on téléchargerait un logiciel). L’alternative, c’est en quelque sorte revenir à une infrastructure locale qui permet de partager des choses, de les comprendre, d’assurer la permanence d’un système de communication en local tout en accédant, grâce à ce dernier, à de l’information plus globale. C’est aussi réfléchir au fait que la technologie et la question de la « fracture numérique » peuvent s’envisager autrement, qu’une forme nouvelle d’être ensemble est possible. Et c’est ce qui rend les projets #GLM et Qaul intéressants de notre point de vue : ils ne sont pas véritablement envisagés comme des services, mais comme des « boites à outils », comme des projets politiques de réflexions sur les standards de radiocommunications sans fils actuels, sur la propriété de l’espace public et les capacités civico-pédagogiques des technologies de réseaux sans fils.


Crédit image : Qaul.net

Reste à savoir si ce type de communautés socio-politiques et d’infrastructures réseaux sauront s’étendre et faire en sorte que les technologies de l’information et de la communication deviennent plus « démocratiques ». Qaul et #GLM, en tant qu’œuvres artistiques, interrogent de façon très intelligente tous ces enjeux à la fois culturels, civiques et politiques. Mais reste également à savoir si une forme de citoyenneté insurrectionnelle10 « équipée » de technologies décentralisées, autonomes et mobiles saura faire face aux défis futurs d’Internet, qui tend aujourd’hui à limiter nos libertés et nos interactions sociales en dehors de son méta réseau (qui lui n’est pas du tout une fiction)…

 

[1] Musso, P. (2009), Usages et imaginaires des TIC : la friction de fictions​, in Licoppe, C. (2009), L’évolution des cultures numériques, de la mutation du lien social à l’organisation du travail, {FYP} éditions, Paris, p. 201-210.

[2] Sur ce point, voir ici. Notons également que la technologie MESH ou MANET (Mobile Adhoc NETwork) était très utilisée au départ pour des réseaux de capteurs ou pour le déploiement de systèmes de communications en contextes de crises – catastrophes naturelles (notamment quand les infrastructures existantes se sont « cassées la figure » et qu’il faut déployer un système de communication from scratch).

[3] Voir cet article d’Ophelia Noor à propos des communautés WiFi autonomes (OWNI.fr, 12 Septembre 2011, « Le wifi libre entre en résistance ».)

[4] Voir cet article de Stéphanie Vidal à propos des réseaux WiFi de Détroit (Slate.fr, 3 Septembre 2011, « Du sans fil pour recoudre Detroit ».)

[5] Voir notamment les articles d’Yves Eudes (Le Monde, 30 août 2011, « Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle »), de James Glanz et John Markoff (The New York Times, 12 Juin 2011, « U.S Underwrites Internet Detour around Censors ») et le reportage TV d’Al Jazeera (US Government funding shadow networks, 2012).

[6] Gerbaudo, P. (2012), Tweets and the streets. Social Media and Contemporary Activism, Pluto Press. Londres.

[7] Le speak-to-tweet. Il faut néanmoins se méfier de cette politisation à outrance de l’activisme en ligne, et rappeler les doutes de Sami Ben Gharbia (fondateur de Nawaat, premier portail d’information d’opposition en Tunisie créé en 2004) à propos de « [la] perte de crédibilité des réseaux contestataires constitués à l’origine de manière indépendante et enfin [le] développement d’une sorte d’activisme en ligne parallèle, financé par l’extérieur donc moins “authentique” » ; cités dans : Gonzalez-Quijano, Y. (2012), Arabités numériques. Le printemps du Web arabe, Sindbad – Actes Sud, Arles.

[8] Gentès, A. & Huguet, F. (2012), « Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média », in Stiegler, B. (2012), Réseaux sociaux. Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux, IRI – {FYP} éditions, Paris. Notons que cette « fiction » fait fi des écueils de la révolution de 2009 en Iran, des luttes syndicales menées depuis des décennies dans les pays où se déroulaient les soulèvements et des cas de censure notamment chinois ou russes.

[9] Voir cet article de Pishevar Sunday (TechCrunch.com, 27 Février 2011 « Humans Are The Routers Shervin ».)

[10] Sur ce point, voir les travaux de Félix Tréguer (doctorant en Sciences Politiques à l’EHESS Paris) sur http://www.wethenet.eu.

 

Article paru sur le site Gaité Live (la Magazine de la Gaité Lyrique) le Jeudi 11 avril 2013

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Compte-rendu de la journée d’étude sur les architectures distribuées

Journée d’étude du 11 mars 2013 au CERSA

Le droit et les architectures distribuées:

Concilier libertés et contrôle dans un espace ouvert et décentralisé

 

Présents:

François Huguet (doctorant à Telecom ParisTech), Pauline Le More (Avocate au Barreau de Paris), Melanie Dulong De Rosnay (chargée de recherche à l’ISCC, CNRS), Hervé Le Crosnier (professeur à l’Université de Caen), Felix Tréguer (doctorant à l’EHESS), Primavera De Filippi (chercheuse au CERSA, CNRS), Danièle Bourcier (directrice de recherche au CERSA, CNRS),

 

Déroulement:

 

La journée d’étude a commencé par une présentation et une discussion autour de trois cas d’études:

 

Faroo

Faroo (dont le nom est dérivé du phare d’Alexandrie) est un moteur de recherche entièrement fondé sur des technologies pair-à-pair totalement décentralisées. Bien que le nombre de pages indexées soit encore relativement faible (environ 2 milliards de pages), le moteur de recherche s’avère cependant prometteur. Né en 2007, Faroo est alimenté par plus de 2 millions et demi d’utilisateurs, qui font tourner le logiciel sur leurs dispositifs. Cela permet la création d’une infrastructure plus flexible et dynamique – avec un impact négligeable sur les ressources informatiques: la connexion n’est utilisée que lorsqu’il n’y a pas de transfert de paquets et la charge CPU est pratiquement inexistante.  De plus, Faroo fonctionne avec une table d’indexation distribuée (Distributed Hash Table), ce qui élimine toute possibilité de contrôle centralisé.

Nous nous sommes tout d’abord interrogés sur la question du “free-riding”: est-ce que le fait d’avoir une infrastructure distribuée peut porter au free-riding de l’infrastructure en réseau ? Dès lors que les utilisateurs agrègent leurs ressources afin de créer une infrastructure communautaire qui ensuite va exploiter la bande passante fournie par les FAIs, ces derniers risquent en effet de devoir engager des coûts supplémentaires en raison du trafic généré.

Nous avons ensuite réfléchi à la question de la qualité et la neutralité des résultats fournis. Les résultats des recherches sont en effet déterminés par un algorithme de recherche dont le fonctionnement est accessible à tous (Open Source). Cela a des répercussions importantes sur les résultats des recherches: d’une part, la transparence du fonctionnement permet d’assurer une neutralité algorithmique dans la classification des résultats de recherche, d’autre part, il devient plus difficile de se protéger contre les pratiques de “search engine optimization”. De plus, étant donné qu’il est encore en version beta et avec un nombre d’utilisateurs limité, Faroo a actuellement tendance à ne renvoyer qu’un nombre limité de réponses aux requêtes de recherche puisqu’il n’indexe que les sites que les utilisateurs de Faroo visitent. À cet égard, le fonctionnement de Faroo a été confronté avec le modèle de Seeks (un méta-moteur de recherche qui recueille et réordonne les résultats fournis par d’autres moteurs de recherche – tels que Bing ou Google – pour les re-proposer dans un nouvel ordre, issue d’un compromis entre tous les résultats proposés, l’expérience de l’utilisateur et les recommandations faites par ses pairs).

D’un point de vue juridique, de nombreuses questions ont aussi été soulevées, notamment en ce qui concerne la protection des données personnelles. A priori, Faroo semblerait être un service qui permet aux utilisateurs de préserver leur vie privée, puisque les requêtes sont stockées sur l’ordinateur des utilisateurs, et non pas sur un index centralisé contrôlé par une entreprise qui pourrait les exploiter pour des finalités commerciales ou les communiquer aux autorités de justice.

En ce qui concerne les responsabilités des internautes, Hervé Le Crosnier a questionné la possibilité de considérer Faroo comme un “service d’infrastructure” – et ce qui impliquerait que tout utilisateur contribuant à l’infrastructure serait en quelque sorte “responsable” du fonctionnement de ce service distribué. Pour ce qui en est du droit à la concurrence, nous avons analysé l’effet que Faroo pourrait avoir sur les oligopoles établis (Google, Bing, Yahoo, etc), et sur la possibilité pour une architecture décentralisée telle que Faroo de pénétrer dans le marché des moteurs de recherche, en dépit des effets de réseau existants. La notion de “facilité essentielle” (définie par la CJCE comme toute infrastructure indispensable pour assurer la liaison avec des clients et/ou permettre à des concurrents d’exercer leurs activités, mais dont la duplication est impossible ou déraisonnable, pour des raisons financières ou techniques) a aussi été abordée en ce qui concerne la relation entre concurrence industrielle et concurrence déloyale.

D’un point de vue plus strictement économique, nous nous sommes interrogés sur la soutenabilité de ce système à long terme. Puisque Faroo ne prévoit aucun mécanisme visant à encourager la contribution des utilisateurs au sein de l’architecture en réseau (tel que le système de “tit-for-tat” utilisé par le réseau BitTorent), comment s’assurer que tous ceux qui utilisent le service vont également y contribuer ? Il s’agit essentiellement de considérer le système non seulement comme une architecture répartie, mais aussi comme une plateforme collaborative et participative. En termes financiers, est-ce que Faroo prévoit d’obtenir des profits en échange de ce service ? Et comment les revenus pourraient être redistribués à la communauté de pairs qui contribuent au service – étant donné que la plupart des utilisateurs demeurent anonymes ?

Enfin, dans une perspective politique, nous avons réfléchi sur les discours politiques qui tournent autour de cette plateforme. Faroo a été conçu non seulement afin de proposer une alternative aux autres moteurs de recherche centralisés, mais aussi et surtout afin de préserver la vie privée et l’anonymat des utilisateurs. Faroo peut-il donc être considéré comme une architecture technique d’émancipation citoyenne, conçue pour protéger les internautes contre les abus de pouvoir de la part des entreprises prédatrices et des États qui censurent ou qui surveillent les citoyens sur le Net ?

 

TOR

Tor (The Onion Router) est un réseau distribué conçu pour faciliter la communication anonyme. Basé sur le mécanisme de routage en oignon (onion routing), Tor introduit une nouvelle couche de communication cryptographiée sur le réseau de façon à camoufler non seulement les contenus, mais aussi l’origine et la destination des communications. Le principe du routage en oignon est un mécanisme par lequel les données sont encryptées à plusieurs reprises avec des clés de cryptages différentes, pour être ensuite envoyées à plusieurs nœuds dans le réseau. Les données sont donc protégées par plusieurs couches de cryptographie, qui seront progressivement retirées par chaque nœud, jusqu’à ce qu’elles arrivent à leur destination finale où elles seront à nouveau lisibles. Afin d’assurer une communication anonyme, les données transférées sur le réseau Tor doivent passer au minimum par trois routeurs différents. L’origine des communications n’est connue que des routeurs d’entrée, et la destination des communications n’est connue que des routeurs de sortie. Les autres nœuds du réseau sont des routeurs intermédiaires qui ne connaissent ni la provenance ni la destination des paquets qu’ils transfèrent.

Nous avons commencé par analyser plus en détail le fonctionnement technique du réseau TOR. La communication au sein du réseau est fondée sur 3 couches de routage: avant de rejoindre le site de destination, chaque paquet passe par un premier nœud (qui connait l’adresse IP d’origine), un deuxième nœud (qui ne connait ni la provenance, ni la destination des paquets), et un troisième nœud (qui connait uniquement la destination des paquets). Chaque paquet est crypté avec une clef correspondant à chacun des 3 nœuds intermédiaires, afin que aucun de ces nœuds ne puisse connaître à la fois l’origine et la destination des paquets.

Nous nous sommes ensuite concentrés sur les applications de cette technologie, qui – malgré sa neutralité – est souvent utilisée pour des finalités illégales. Nous avons analysé notamment le cas de Silkroad: une place de marché sur Internet qui a pour particularité d’utiliser le réseau Tor pour assurer l’anonymat à la fois des acheteurs et des vendeurs. Un autre élément permettant l’anonymat se situe dans l’utilisation quasi-exclusive sur le site de Bitcoin, une monnaie électronique dont la possession n’est pas nominative et qui est complètement séparée du système bancaire international. Bien qu’en théorie on puisse acheter et vendre n’importe quelle marchandise sur le site, l’anonymat même relatif du service fait qu’il est utilisé essentiellement pour vendre ou acheter ce qui ne peut que difficilement être acheté ou vendu légalement, notamment desstupéfiants et des armes (voir cet article: Online drug dealers back on Silk Road after mysterious two-week outage).

Cela nous a mené à réfléchir sur les enjeux juridiques soulevés par TOR, qui présente de nombreux avantages et fonctionnalités qui ne sont pas illégales en tant que telles, mais qui entraînent cependant un besoin pour l’État de surveiller les communications qui passent sur le réseau afin de pouvoir assurer l’ordre public. En cas d’utilisation illégale, tel que par exemple le téléchargement d’images pédophiles, la police va récupérer l’adresse IP qui s’est connectée au serveur et va assumer qu’il s’agit de l’adresse du visiteur en question – bien qu’il s’agisse en fait de l’adresse du nœud de sortie. C’est pour cette raison que TOR maintient une liste de tous les nœuds de sorties disponibles à chaque instant.

Le dilemme est donc le suivant : si les nœuds de sortie ne sont pas considérés responsables pour le trafic qu’ils transfèrent, tous les criminels vont être amenés à se présenter comme nœud de sortie afin de pouvoir effectuer des activités illégales sans devoir se cacher. Inversement, si les nœuds de sorties sont considérés responsables du trafic qui leur passe à travers, plus personne ne se proposera en tant que nœud de sortie, et le réseau TOR sera donc amené à mourir.

Pour répondre à ce dilemme, il est tout d’abord nécessaire de distinguer entre le rôle actif ou passif des intermédiaires. Un intermédiaire passif (tel qu’un simple canal qui transfère tout simplement des paquets) est soumis à un régime de responsabilité limitée. Un intermédiaire engagé qui a un rôle plus actif sera par contre soumis à un régime de responsabilité plus stricte. Les architectures décentralisées telles que le réseau TOR utilisent les utilisateurs du réseau comme des simple tuyaux. Le problème c’est que en ne regardant que les logs, il est impossible de déterminer si le nœud de sortie avait un rôle actif ou passif dans la communication.

Nous nous sommes donc interrogés tout d’abord sur la question de la responsabilité juridique des FAI et des hébergeurs – pour étendre ensuite la question à l’usage des VPN et des proxys, pour savoir s’ils sont tenus responsable des activités illicites de leur utilisateurs. Tout d’abord, nous avons remarqué que, alors que – d’après la Directive Européenne sur la conservation des données – les FAIs sont soumis à l’obligation de conserver les données de leurs utilisateurs pendant plusieurs années, afin de les dévoiler aux autorités judiciaires en cas de besoin, cette obligation ne s’étend pas aux VPN qui ne sont pas soumis à la directive et qui ne sont donc a priori pas obligés de logger les communications qu’ils transfèrent. De plus, il n’y a pas actuellement d’obligation particulière de surveiller les communications pour les intermédiaires qui se comportent en tant que “mère conduits” (tel que définis par la directive eCommerce et article. L32-3-3 du Code des postes et télécoms français) – et que l’application d’une couche de chiffrement (ou déchiffrement) ne remet pas en cause ce statut qui est purement technique. Dans le cas d’un VPN, il est possible que l’opérateur du VPN soit contraint à collaborer pour faire identifier l’auteur de communications litigieuses (e.g. en demandant les logs) même si ce cas de figure n’est pas explicitement reconnu dans la Directive eCommerce. De même, un proxy d’anonymisation pourrait être visé par une action en cessation – afin de #bloquer, par exemple, certaines informations en provenance ou à destination d’une adresse IP spécifique. Le manque de jurisprudence rend la spéculation difficile, mais cela pourrait conduire à contraindre un nœud Tor de cesser complètement son activité. Enfin, en ce qui concerne le régime de responsabilité des individus qui agissent en tant qu’intermédiaires sur Internet, la situation change à selon des pays. En France, par exemple, la loi HADOPI considère que toute personne qui ne sécurise pas sa connexion commet un délit de négligence, alors qu’aux États-Unis et en Allemagne, les titulaires de connexion Internet sont exemptés de responsabilité s’ils arrivent à prouver que les activités illégales ont été commises par une autre personne.

La difficulté principale est due au fait qu’il est très difficile d’établir un compromis entre anonymat et sécurité. Il s’agit d’une dichotomie qui ne peut être résolue que par une réponse binaire: veut-on contrôler toutes les communications sur le réseau ou bien accepter la liberté de communications anonymes? Si on veut préserver l’anonymat, il faut renoncer à réguler les communications (en éliminant des lois telles que le droit d’auteur ou le loi contre la diffamation) et sauvegarder le rôle des intermédiaire passifs, au risque de faciliter l’activité de certain criminels. Si on ne veut pas autoriser l’anonymat, il faut dans ce cas responsabiliser tous les intermédiaires, détruire la structure décentralisée du réseau et établir des points de contrôle fiables et centralisés (tels que les FAIs, les hébergeurs).

Enfin, nous avons analysé la possibilité de détourner le réseau Tor, afin d’espionner les communications des utilisateurs du réseau. Il est en effet possible pour le nœud de sortie de savoir exactement à quoi les gens se connectent et quel est le contenu de leurs communications (dans la mesure où elles n’ont pas été cryptées préalablement).

Pour terminer, Hervé Le Crosnier nous a expliqué le mythe de l’utopie numérique, l’idée de pouvoir échapper à toute forme de contrôle grâce aux technologies. En combinant les technologies de cryptage, Tor, Bitcoin, etc, il est possible d’assurer un niveau très élevé d’anonymat, mais ces technologies ne vont protéger que l’émetteur, et non pas les correspondants ou les récepteurs. De plus, faut-il toujours faire confiance aux nœuds d’entrée sur le réseau Tor ? Comment éviter l’infiltration du réseau par des services secrets ou des cyberflics? S’il est vrai qu’il est souvent difficile d’appliquer les règles de droit sur un réseau de nature transnationale tel qu’Internet, la technologie à elle seule ne peut pas non plus réguler le réseau. Il faut se munir de plusieurs outils de protection, mais la sécurité ne peut être assurée que par l’utilisation pratique de ces outils dans un contexte social.

En conclusion, nous avons rappelé que la régulation du réseau ne se fait pas uniquement par des normes juridiques ou techniques, mais aussi par l’intermédiaire de normes sociales. Ces différents systèmes de normes interagissent les uns avec les autres. L’avancée des technologies numériques demande une modification des lois, mais les réformes du droit poussent aussi au développement de nouveaux outils technologiques. En effet, la production de nouvelles règles de  droit peut avoir des effets inattendus: plus elles essaient de contrôler le réseau, plus sera encouragé le développement de réseaux décentralisés visant justement à échapper à ce contrôle. En France, par exemple, la loi HADOPI a poussé de nombreux internautes à utiliser des réseaux pair à pair pour le partage des fichiers en passant par des VPN ou par le réseau TOR. Ces technologies rendent le travail de la police et des services secrets encore plus difficile, notamment lorsqu’il s’agit d’arrêter de vrais criminels ou des terroristes. Il est donc important d’introduire plus de souplesse pour les infractions les moins graves afin de ne pas encourager les infrastructures décentralisées à se développer de manière encore plus sophistiquées pour la réalisation d’infractions encore plus graves.

 commotion_kbabout_measure-03

Commotion

Commotion Wireless est un projet open source basé sur la construction d’un réseau maillé non hierarchisé (topologie mesh-network), Dans ce type de réseau (filaire ou non) tous les hôtes forment ainsi une structure en forme de filet. Chaque nœud doit recevoir, envoyer et relayer les données.  Si un hôte est hors service, ses voisins passeront par une autre route. Un réseau maillé peut relayer les données à l’instar d’un déluge ou un itinéraire, mais dans le second cas le réseau doit prévoir des connexions sans interruption ou calculer une déviation dont les communications sont cryptées, et dont l’aspect décentralisé est censé compliquer toute surveillance (y compris politique).

Contrairement aux connexions fixes, les utilisateurs n’ont pas besoin de s’engager auprès d’un FAI pour participer au réseau, et ils sont seulement identifiables par le matériel utilisé. Chaque appareil connecté au réseau est un nœud du réseau. Il émet et reçoit des informations via ondes wi-fi, et propage ainsi l’étendue du réseau. Le but de ce réseau mesh est de fournir un moyen de communication anonyme, décentralisé, sécurisé, et incontrôlable. Commotion permet de constituer des réseaux mesh autonomes à partir de terminaux fonctionnant sur les fréquences Wi-fi. Bien qu’aucune connexion à un autre réseau (internet par exemple) ne soit nécessaire, tout ordinateurs, téléphones mobiles et smartphones ou autre dispositifs connectés à Internet peuvent en faire profiter l’ensemble du réseau.  Semblable à d’autres réseaux mesh, tels que openmeshproject , Commotion se distingue par le fait qu’il a obtenu 2,3 M$ de Google et 2 M$ de l’état américain.

Ainsi, à différence des deux dispositifs présentés auparavant – qui nécessitent un point de connexion centralisé à un FAI – il s’agit ici d’une forme de décentralisation totale: non seulement au niveau logiciel ou numérique, mais aussi au niveau de l’infrastructure du réseau. Les utilisateurs du réseau mesh n’ont pas besoin de se connecter à un FAI, ils peuvent se connecter directement à leurs pairs. De plus, pour des raisons de sécurité, il est prévu qu’un système de chiffrement soit également mis en place afin d’assurer la protection et l’anonymat des données.

Ainsi, Commotion serait révélateur de cette fuite en avant pour échapper à la surveillance croissante des États. Alors qu’avec TOR, il y a toujours le risque qu’un FAI gère les communications en sortie de réseau, dans le cas du réseau mesh, les utilisateurs peuvent échapper à toute surveillance en évitant directement les FAIs. En effet, bien qu’un gateway soit nécessaire pour se connecter à Internet, il est possible de créer des sous-réseaux communautaires qui seront invisible aux internautes.

Or, en ce qui concerne les applications de Commotion, il a été jusqu’à présent utilisé essentiellement pour fournir des connections Internet dans des pays ou des quartiers pauvres, ou là où des catastrophes naturelles ont détruit les infrastructures du réseau (e.g. Fukushima, Haiti, ouragan Sandy). Commotion est utilisé aussi comme un projet communautaire avec un objectif pédagogique.

D’un point de vue technique, l’architecture mesh du réseau est en quelque sorte une reconstitution du réseau Internet tel qu’il avait été originellement conçu, comme un outil militaire qui peut se ré-organiser de manière dynamique selon des disponibilités d’infrastructures. L’avantage du réseau mesh par rapport au réseau Internet est qu’il est indépendant, plus robuste et résilient.

Nous nous sommes ensuite intéressés à l’applicabilité du droit sur ce type de réseaux. S’il n’y a plus d’entité centralisé (tel que les FAIs) qui peuvent gérer les communications, la surveillance doit se faire au niveau du dispositif. Il s’agit des technologies de trusted computing qui permettent de tracer et de déterminer la légitimité de chaque action des utilisateurs. Cela se retrouve dans la manière dont l’architecture d’Internet est en train d’évoluer, se transformant progressivement en un réseau de plus en plus intégré verticalement – avec un contrôle qui va du cloud computing au dispositif des internautes.

Pour conclure, nous prévoyons un développement rapide des réseaux mesh dans les années à venir, avec la multiplication des capteurs et des émetteurs qui peuvent être stratégiquement positionnés dans la ville, et le déploiement de dispositifs mobiles de plus en plus petits qui peuvent se transporter facilement (par ex.. wearable computing).

Le problème est que le déploiment d’un réseau mesh de grande dimension ne pourra se faire que si l’État décide de libérer les fréquences blanches (fréquences actuellement non utilisées) car les fréquences Wifi seront rapidement saturées. En parallèle avec les radios libres, la libéralisation du spectre a permis des évolutions politiques importantes, bien que aujourd’hui – 20 ans plus tard – il y a eu de nombreuses déceptions par rapport aux attentes initiales.

Felix Tréguer nous informe que, au niveau européen, il n’y a qu’une très faible prise de conscience des enjeux économiques et politiques liés à la libéralisation des fréquences radios. Alors que le Parlement est relativement sensible à l’utilisation des fréquences blanches pour réduire la fracture numérique, la Commission se place plutôt dans une logique d’ouverture orientées vers le partage des fréquences entre les grands opérateurs. Bien que la Commission soit sensible aux arguments sur la nécessité d’accroître l’accès à Internet, elle s’oriente uniquement d’un point de vue économique, dans le but de créer un grand marché numérique pour relier les internautes aux grandes plateformes commerciales. D’après lui,  le problème est lié au fait que les personnes qui s’occupent de ces questions sont des ingénieurs qui ne comprennent pas toujours suffisamment l’importance de se mobiliser au plan politique. Inversement, il est parfois difficile pour les membres de la société civile mieux insérés dans les milieux institutionnels de maîtriser l’ensemble des enjeux techniques.

 

Liaisons dangereuses? Gouvernements, entreprises et gouvernance d’Internet

Cet article, en anglais, est également paru sur la nouvelle-née Internet Policy Review. Merci a Frédéric Dubois, Uta Meier-Hahn, Primavera de Filippi et Joris van Hoboken pour leurs relectures.

Dangerous Liaisons? Governments, companies and Internet governance

18 Feb 2013 by Francesca Musiani

Private actors in the information technology sector are currently playing an increasingly important role in content mediation, as well as in regulation of online forms of expression, with implications for both internet rights and economic freedom.

The latest Google Transparency Report (Google, 2013) released on January 24, 2013, sends a clear and somewhat disquieting message to the advocates of a more transparent internet governance worldwide. Several governments in the European Union are submitting a steadily increasing number of requests to the giant of online information search, with two purposes: the acquisition of several types of sensitive information about internet users – including their IP addresses, browsing and navigation history, and email communications – and removal of specific content. This “dramatic” (EDRi-gram, 2013) increase raises questions about the very nature of the relationship, or partnership, between political institutions and the ‘majors’ of the IT sector. This is true for online privacy, but also for the legitimacy and transparency of the net’s gatekeepers and overall, for internet governance – an ongoing multi-stakeholder development of shared principles, norms, rules, decision making procedures and programmes, that shape the evolution and utilisation of the internet.

Privatisation of internet governance

Quoted by the BBC, Privacy International’s head of international advocacy, Carly Nyst, says: “The information we hand over to companies like Google paints a detailed picture of who we are – from our political and religious views to our friendships, associations and locations. Governments must stop treating the user data held by corporations as a treasure trove of information they can mine whenever they please, with little or no judicial authorisation.” (BBC, 2013) While privacy concerns that may derive from third party access of such information are perhaps the first that come to mind, this article focusses mainly on the second most relevant result from the report: the fact that private companies such as Google are increasingly mobilised or solicited by governments to act as content mediators and de facto core actors in internet governance. The Report’s statistics are the latest – but not the last – illustration of how internet governance is increasingly being handled by private companies, and of industry’s “heightened role in regulating content and governing expression as well as responding to restrictions on expression” (DeNardis, 2012), most often under mandate or instructions of governments.

This phenomenon, which internet governance scholar Laura DeNardis has recently and concisely described as the “privatisation of internet governance” (DeNardis, 2010), is not a new dynamic, inasmuch as industry and the technical community have always played a fundamental role in how the internet is designed and managed, be it by contributing to standard-setting or infrastructure management. However, in a scenario in which users are taking advantage of increasingly sophisticated technology, the centralisation and concentration characterising today’s most widespread internet services are contributing to the accentuation of this tendency: “a small number of internet service providers concentrate a large part of the people’s online activities and time, their personal data and social networks, they exercise a considerable power on their users through the mere application of their terms of uses. […] Some services even play roles that used to be the monopoly of states, such as guaranteeing their users’ identity or maintaining social order online” (Arsène, 2012).

Indeed, as the journalist and co-founder of Global Voices Online, Rebecca MacKinnon, has pointed out, the millions of users – and the pervasiveness in their lives – of the Googles and Facebooks of today make these companies comparable to virtual “countries”, traditionally coinciding with the scope and jurisdiction of nation states (MacKinnon, 2012). There are indications that “various types of private ordering increasingly perform internet governance functions […] Private industry internet governance often takes place at the level of infrastructure management, an area fairly invisible to the public. In other areas, the role of private industry in ordering the flow of information over the internet is much more visible and well understood” (DeNardis, 2010). This is certainly the case for content removal actions, requested by governments or intergovernmental organisations and enacted by private companies, which constitute most of Google’s Transparency Report – and prominently feature EU states.

Internet intermediaries as information gatekeepers

The extent of the control (and as a consequence, the responsibility vis-à-vis the users) of the great information services, intermediaries and gatekeepers of today’s internet on user-generated, online-published content has been particularly evident in September 2012, when Google, owner of the very popular video streaming service YouTube, decided to block access to the infamous video Innocence of Muslims, ridiculing the Prophet Muhammad, in two of the countries that have experienced severe upheavals, Egypt and Libya – while at the same time choosing not to remove it completely from its website. In that occasion, Peter Spiro, a professor of law at Temple University, in the United States, had declared to the New York Times: “Google is the world’s gatekeeper for information, so if Google wants to define the First Amendment to exclude this sort of material then there’s not a lot the rest of the world can do about it [and] it makes this episode an even more significant one if Google broadens the block” (Cain Miller, 2012). Indeed, in this prominent case and in all of those mentioned in the recent transparency report, Google’s actions as a content mediator demonstrate the “court-of-law-like powers of internet information intermediaries, de facto able to decide what content remains public, and what is taken out” (Musiani, 2012).

The crucial role of the private sector in internet governance has also come to the attention of the media on the occasion of the 2010 WikiLeaks U.S. diplomatic cables controversy. EveryDNS suspended its domain name resolution service, impeding the correct functioning of one of the internet’s “phone books” for the WikiLeaks website and thus effectively preventing the non-technically savvy public around the world from accessing it, eliciting reactions such as “This has come about through the actions of the U.S. Government. The government’s statements about Wikileaks have forced companies to analyze their Terms of Service […] In the name of security, our government has decided to force others to block information that they fear would have terrible, terrible impacts” (Williams, 2010).

Amazon blocked its hosting of the wikileaks.org website after an inquiry by the U.S. Senate Homeland Security Committee, prompting Ryan Calo, a lecturer at Stanford University’s Center for Internet and Society, to declare to Reuters that under U.S. law, Amazon would likely have been shielded from any possible prosecution by the government: “It would set a dangerous precedent were companies like Amazon to take down things merely because the senator or another government entity started to ask questions about them” (Pelofsky, 2010).

Online financial services firms PayPal, Visa and MasterCard blocked the financial flow of money to WikiLeaks.

Taken together, these measures de facto cancelled WikiLeaks’ visibility on the internet and prevented public access to ‘leaked’ content. Regardless of the delicate or classified status of that particular content, the WikiLeaks case raises broader questions about the amount of control that internet companies can exert alongside governments on what should, and should not, be publicly and freely expressed online, and highlights the difficult positions that content platforms are sometimes put in – because of the responsibility that their “privileged gatekeeper status” entails.

Informal dimensions of internet governance

The increasing importance of the private sector in internet governance should not be exclusively read in terms of its potential restrictions to freedom of expression, threats to internet users’ privacy, and accountability to the public. The role of private industry is also, and historically, a positive one of market-spurred innovation and technical effectiveness in networked distribution, communication and interaction (DeNardis, 2010).

At the same time, “network providers deploy network-address translators that let several devices share the same address. To protect their networks against attacks, organizations put firewalls that block potentially harmful applications at the borders of their private networks. To increase their profits, network providers use technologies that enable them to identify and control the applications and the content passing through their networks” (Van Schewick, 2011).

All of these actions, in addition to the uses of internet infrastructure for content mediation, as discussed above, are an integral part of internet governance, albeit a more informal one. These private actions are often de-prioritised in internet governance discourse to make way for more institutionalised or forms of governance that are politically more traditional: governments, international and supranational organisations, multi-stakeholder fora, and organised civil society.

As information studies scholar Michel van Eeten interestingly pointed out, “A very large part of the internet governance field’s scholarly literature tends to focus almost exclusively on these formal international institutions involved in explicit discussions of the global governance of the internet. On the other hand, the term ‘internet governance’ is not normally applied to studies of many real-world activities and problems that play a crucial role in shaping and regulating the way the internet really works” (Van Eeten, 2009).

Internet governance discourse in Europe

A quick ‘mapping’ glance at internet governance at the European regional level seems to confirm the institutional orientation in the political and scholarly treatment of the internet governance field.

An online search on “Europe” and “internet governance” on Google and Yahoo!, for example, returns query results that are heavily centred on the activities of the Council of Europe (CoE) in this field; activities that are framed in the broader macro-area of ‘Human Rights and the Rule of Law’, implicitly according priority to the ways in which the existing and established international law and human rights system is addressing these emerging topics (CoE, 2013a). Zooming in some more, the most recent news on display concerns the CoE’s collaborations with other international or supranational organisations, from the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) to the Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), from the Internet Governance Forum (IGF) to the European Broadcasting Union (EBU) (CoEa, 2013).

One needs to go back to April 2012 to find a notice that implicitly addresses private governance: the CoE’s adoption of recommendations for search engines to “increase transparency in the way access to information is provided, in particular the criteria used to select, rank or remove search results” (CoE, 2013b). The European Dialogue on Internet Governance, an annual convening of an “informal and inclusive discussion and exchange on public policy issues related to Internet Governance (IG) between stakeholders from all over Europe” (IFLA, 2013), whose next meeting will be held in Lisbon, Portugal on June 20 and 21 (EuroDIG, 2013), is also prominently featured in search results on European internet governance, as well as the core European Union governing instances, the Parliament and the Commission.

Internet governance to make dangerous liaisons explicit

The traditional instruments of the international political and legal system, such as conventions, treaties, charts and intergovernmental agreements, certainly hold a crucial role in internet governance, both as an arena of political experimentation and a field of study. Still, the “inherently political” qualities of search engine algorithm development, video content removals, blocking of domain names – actions that originate and rest with the private sector’s handling of the internet’s infrastructure – should not be neglected in our assessment of the field of internet governance today.

This is of particular importance, as these actions are often enacted in collaboration or under the mandate of governmental and supranational institutions, in dangerous liaisons whose details, conventions and compromises often escape the public radar. As legal scholar Kevin Werbach reminds us, quite originally within his field, “Two forces are in tension as the internet evolves. One pushes toward interconnected common platforms; the other pulls toward fragmentation and proprietary alternatives. Their interplay drives many of the contentious issues in cyberlaw, intellectual property, and telecommunications policy, including the fight over ‘network neutrality’ for broadband providers, debates over global internet governance, and battles over copyright online” (Werbach, 2009).

With possible implications for the resurgence of proprietary values, the diminishment of internet governance transparency, and the use of internet governance techniques for a competitive advantage on the market (DeNardis, 2012), the private sector is today at the crossroads of this tension, and plays a crucial role in how it will unfold in the close-future internet governance at the local, regional and global levels.

Bibliography

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Réseaux distribués communautaires, vers une nouvelle pédagogie?

De quelle(s) manière(s) les débats liés à la liberté de communication sur Internet mettent en scène un « conflit de légitimité démocratique » ?

C’est à partir de cette question que Félix Tréguer analyse la façon dont s’affrontent deux camps censés pour l’un :

« Défendre l’application du droit positif à Internet au nom du primat de la démocratie représentative (et de ses institutions, législatives ou judiciaires par exemple) »

et de l’autre,

« revendiquer des pratiques communicationnelles en marge de la légalité, remettant en cause le droit de la communication au nom, justement, des valeurs démocratiques »

     Référence : Internet, espace d’une citoyenneté insurrectionnelle sur le blog Mediapart Internet & Démocratie, le 3 septembre 2012

Partant de cet exemple et de cette « division latente de tous les débats relatifs à la liberté d’expression sur Internet », Félix Tréguer[1] construit un argumentaire éclairant sur nombre de questions qui nous intéressent au sein de ce projet de recherche notamment celle de savoir par quels biais des citoyens revendiquent des pratiques « démocratiques » à partir de différents services web (décentralisés). En effet, beaucoup de discussions relatives à la liberté d’expression sur Internet s’appuient (uniquement) sur « les débats autour du partage non autorisé d’œuvres soumises au droit d’auteur que de nombreux législateurs et juges cherchent à combattre mais qu’une partie de la population revendique comme une pratique démocratique » (voir notamment les travaux de Philippe Aigrain et les initiatives de la P2P Foundation). Depuis 1999 et la naissance de Napster qui leur a donné une visibilité grand public, les technologies peer-to-peer ou réseaux informatiques distribués ont été « considérés presque exclusivement comme des menaces pour l’industrie des contenus numériques. L’usage principal de ces réseaux par le public étant le partage non autorisé de fichiers musicaux ou vidéo, le problème du droit de propriété intellectuelle, du droit d’auteur notamment, s’est imposé en tant que cadrage médiatique et politique prédominant des réseaux P2P et de leurs usages » (Musiani, 2011). En effet, leurs qualités intrinsèques, en dehors du débat relatif aux données qui circulent sur ce type de réseau, ont souvent été ignorées et la question de leurs places face à une pensée de l’informatique centralisée (les «géants » de Francesca Musiani[2]) s’est bien souvent retrouvée mise à l’index…

“Sharing” – Toronto, Ontario – http://tobanblack.net/blog/ – (CC BY-NC 2.0)

Pourtant, exceptée cette problématique de la propriété des données (sécurité, emplacement des datas) et de leurs utilisations par des tiers (privacy), les « vertus » (Elvin-Koren, 2006), les façons de « faire réseau » de ces technologies distribuées sont aujourd’hui en mesure de nous faire repenser la définition même du politique et de sa pratique. Les cadrages médiatiques et politiques des réseaux distribués pourraient peut être même évoluer et on pourrait trouver de nouveaux éléments de réponse au conflit de légitimité démocratique évoqué précédemment.

Pour en revenir à la problématique de ce billet ; au delà de pointer les rapprochements possibles entre les « manifestations de la citoyenneté insurrectionnelle (terme emprunté à James Holston) dans l’espace urbain et les formes de résistances dont Internet est le théâtre », les questions que soulève Tréguer interrogent la constitution même de nos infrastructures communicationnelles et déplacent le débat sur un plan qui nous semble plus intéressant:

Comment ces infrastructures « font politique »[3] ? En d’autres termes, de quelle manière représentent-elles une certaine structure et un fonctionnement (méthodique, théorique et pratique) d’une communauté, d’une société, d’un groupe social ?

Pourquoi passent-elles aujourd’hui pour des technologies disruptives alors que le principe d’architecture distribuée existe depuis longtemps (voir toujours) et supporte des services web bien connus qui ne semblent pas vraiment « disruptifs » ou ne posent pas de problèmes juridiques particuliers (Skype en tête qui repose en partie sur une architecture distribuée)?

Ce type de questions sur les artefacts et leurs aspects politiques n’est, lui non plus, pas nouveau[4]. Ainsi, dès 1989, Madeleine Akrich[5] soulignait l’importance de regarder les choix techniques sous jacents aux architectures des technologies qu’elle observait en Afrique et ailleurs dans le monde (Akrich, 1989). En 1978, après une année d’immersion dans les usines Citroën parisiennes, Robert Linhart[6] évoquait quant à lui le rapport que les hommes entretiennent entre eux par l’intermédiaire des objets : ce que Marx appelait les rapports de production. Il dénonçait dans cette enquête de sociologue embedded la « dictature des objets », la violence du lieu-usine en lui même et des objets techniques qui le constituent (on pourrait remonter ainsi de suite la chaine des auteurs divers et variés qui ont étudié les objets non-humains et leurs rôles d’acteurs au sein de systèmes sociotechniques…). Beaucoup de chercheurs en SHS / STS ont donc « calmé » quelque peu certaines ardeurs techno-optimistes qui voulait attribuer des fonctions particulières à diverses technologies et/ou en masquer d’autres…

Mais aujourd’hui, après avoir vu apparaître en 2011 de nouvelles « arabités numériques » (Gonzalez-Quijano, 2012) et différents mouvements indignados, occupy ou anonymous qui ont été prétextes à de nombreuses analyses autant optimistes que pessimistes à propos de l’avenir des mouvements citoyens et des « citoyennetés insurrectionnelles » abordées précédemment ; il semble encore plus important de porter un regard clair et objectif sur l’architecture même des services web, sur ce qu’ils permettent, ce qu’ils changent et comment leurs usages changent eux mêmes en retour (à l’heure où j’écris ce billet, owni.fr vient de publier un article à propos du rôle de « l’infrastructure internet » lors de la toute récente campagne présidentielle américaine menée par le camp démocrate et qui a vu la victoire de son candidat Barack Obama. L’intérêt pour ce type de question et l’analyse de ces objets vis à vis de la chose politique semble donc croissant…).

Prenant comme point de départ les discours portés sur les origines numériques des soulèvements arabes de 2011 et le rôle qu’auraient pu y jouer des architectures distribuées, notre travail de thèse consiste à comprendre les dynamiques sociopolitiques inhérentes à une technologie particulière, celle des réseaux distribués mobiles (MESH, MANET) qui correspondent à une architecture informatique décentralisée réellement « mobile » et « mouvante ».

En ce sens, le projet Commotion ou Internet in a suitcase révèle à bien des égards un nombre important d’enjeux inhérents à cette étude des réseaux distribués mobiles. Comme le soutiendra très prochainement Benjamin Loveluck (Cf. note 3), Internet peut-être compris comme un « libéralisme informationnel » qui engendre différentes formes d’auto-organisation. Concernant Commotion et pour étudier de près les acteurs de ce projet et l’ensemble de ses ramifications ; on peut déclarer d’ores et déjà que ce dernier se définit comme une boite à outils et non pas comme une « killer application » mobilo-distribuée qui révolutionnerait le monde de l’information et de la communication.

 

Commotion (COMMunity Open Technology Information Online Network selon la définition de Josh King[7]) est avant tout et pour l’ensemble de son équipe de développement une boite à outil qui rassemble différents principes d’utilisation des NTIC, et notamment celui d’auto-organisation et de plateforme commune uniformisée:

« It’s to pull together all these sort of existing mesh networking open source wireless mesh networking technologies and making sure that they’re easy and secure in writing graphical interfaces and documentation and adding in security encryptions. And the end point of the project is a series of sort of software application bundles for different platform » ;

« Envisionned it as a toolkit or Platform for people to be able to build a wide variety of different network ; […] Commotion is also something that provides an opportunity to do education and outreach around this idea of owning your own infrastructure. […] It’s not just a soft, it’s really a set of principles that are about autonomy and ownership your own communication capabilities » ;

« I think that I view the potential of Commotion as really a way to democratize infrastructure but in a different sense from the circumvention sense »

     (INTERVIEWS Technical & Field Team – Commotion Project – Open Technology Initiative – New America Foundation – Washington DC – Août 2012 – François Huguet)

Pourtant, Commotion est presque toujours mis en avant comme une technologie disruptive (surtout dans les discours journalistiques de 2011, année des soulèvements arabes) intervenant en temps de crises, de blocages, de censures, de guerres, de révolutions:

« Internet in a Suitcase is basically a software program aimed at giving people in conflict or disaster zones the ability to establish a secure, independent wireless network over their computers and cell phones. While the system (which, despite its name, involves neither hardware nor a suitcase) is being tested and is usable right now, [Sascha] Meinrath [directeur de l’Open Technology Initiative à la New America Foundation] and his team of developers around the globe are holding off on releasing it to groups like the Syrian rebels until they are confident that it can resist large-scale hacking by governments. »

     (‘Internet in a Suitcase’ ready for field testing, Foreign Policy, John Reed, 5 Novembre 2012 ;

    Concernant les présentations de Commotion par des journalistes, voir également les articles de Yves Eudes dans Le Monde (30 août 2011), « Commotion, le projet d’un Internet hors de tout contrôle », celui de Chloé Woitier dans Le Figaro (1er septembre 2011), « Commotion, l’accès libre et anonyme à Internet » et celui de John Markoff et James Glanz dans The New York Times (12 juin 2011) « U.S. Underwrites Internet Detour Around Censors ».

Partant de ces faits, on pourrait presque supposer que c’est de cette manière que l’Open Technology Initiative a pu faire financer le projet Internet in a suitcase – Commotion : en « surfant » en quelques sortes sur le 21st century statecraft, qui, selon les mots de la journaliste de The American Prospect Nancy Scola « Hoping to spread the American tech gospel to the rest of the world »… Mais ce serait réduire Commotion à un simple projet cyberdiplomatique américain et les choses ne sont pas si simples (voir notamment les billets publiés sur ADAM à propos du contrôle des infrastructures et celui qui mentionne l’intervention de Ben Scott à l’International Summit for Community Wireless Network)… Alors à quoi renvoie cette communauté « imaginée » pour reprendre le terme de Bénédict Anderson (1996), utilisatrice de réseaux distribués mobiles, idéaux types de l’auto-organisation sur Internet ? De quoi ces réseaux distribués sont-ils le nom ? Les États Nations pousseraient-ils au développement de tels outils pour modifier les formes d’application de la démocratie ?

La réponse se trouve peut être dans les vertus de cette citoyenneté insurrectionnelle qu’évoque Félix Tréguer après sa lecture de Holston, dans la nécessité de « renouer avec une approche ethnologique dans la politique de la ville, et se nourrir des contestations citoyennes pour engendrer une dynamique de changement social ». La ville, l’espace urbain, apparaît donc comme une composante essentielle et nécessaire de ce type de réseaux et de cette catégorie de soulèvements[8]. Manuel Castells tenait d’ailleurs des propos similaires en juin 2011[9] à propos de cette urbanité, initiatrice de nouvelles formes de communauté à liens plus ou moins faibles mais hyper-connectées:

« cette fois-ci les réseaux numériques pourvoient des formes flexibles et changeantes d’organisation et de débat, d’appel au secours, de distribution d’idées et d’initiatives, de décision collective distribuée. Les braves gens du mouvement ne sont jamais seuls, sont toujours connectés, et donc, ensemble n’ont pas peur. Leur mot : « Toutes ensemble, nous pouvons ». Pouvoir quoi ? Pour le moment, dans le discours du mou­vement, l’essentiel est de pouvoir être ensemble et, ensemble, découvrir une autre démocratie che­min faisant. »

Des propos proches de ceux que tiennent les instigateurs du projet Commotion, lui-même financé par le département d’État américain… Reste donc à chercher le lieu et le moment où cette réflexion sur les architectures, sur leur nécessaire décentralisation[10] s’articule avec la dimension critique et propositionnelle des « insurgés citoyens », l’instant où l’on comprend, ne serait ce qu’un peu, la matérialité des réseaux que nous formons et dont nous sommes des nœuds. Mais quid des compétences requises de la part de ces citoyens (et d’un appareil étatique[11]) en vue d’une participation active dans le mouvement social de transformation, dans cet « être ensemble » nouveau? Quelles compétences doit avoir un usager grand public dans un tel cadre d’utilisation de plateformes d’ « insurrection citoyenne » (on pourrait prendre comme exemple les « cosmopolitismes » multiples que sont les mouvements indignados, occupy, anonymous) ?

D’ores et déjà, il nous semble que les pistes soulevées par Serge Proulx[12] semblent intéressantes à plus d’un titre et posent des questions nécessaires au franchissement de cette étape que représente le devenir citoyen insurrectionnel « médié » par des réseaux distribués mobiles :

« Il apparaît évident que nous sommes dans une époque où triomphe l’industrie de l’infotainment. Les utilisateurs sont très majoritairement des consommateurs plus ou moins passifs des dispositifs numériques. Il reste que si les TIC doivent être pensées comme moyens pour favoriser l’émancipation sociale et maximiser la puissance d’agir des citoyens – qu’ils soient du Sud ou du Nord – il apparaît nécessaire de penser les potentialités civiques de la communication numérique à l’extérieur du cadre exclusif de la consommation (Proulx et Klein, 2012). Le défi pour la démocratisation technique consiste à chercher une troisième voie… Comment approcher des usagers qui se déclarent « intelligents » et « politiquement engagés » mais qui ne veulent pas nécessairement trop investir dans l’apprentissage technique des machines ? Voilà le défi. » (Proulx, 2012).

Et lorsque l’on défini les réseaux distribués mobiles (communautaires) comme étant quelque chose en mesure d’apprendre sur l’idée d’infrastructure à ses utilisateurs et non plus comme un simple logiciel; quand ce même quelque chose se donne à voir et à entendre comme une série de principes à propos de l’autonomie des réseaux de communication, sur la possibilité de redessiner en “relocalisant” l’information, en la distribuant d’une autre façon et en apprenant aux utilisateurs la façon dont ça “circule” dans ces réseaux ; on s’approche peut être de cette troisième voie…

 


[1] Réflexions et articles à retrouver sur le carnet de recherche de Félix Treguer We the Net, espace de réflexion sur les enjeux démocratiques liés à la protection de la liberté de communication sur Internet. Félix Tréguer est doctorant à l’EHESS Paris.

[2] Francesca MUSIANI (2012), Nains sans géants, architecture décentralisée et services Internet, thèse de doctorat (dir. Cécile Méadel, CSI-ENSMP), Ecole nationale supérieure des mines de Paris.

[3] Sur ce sujet, nous suivons avec attention les travaux de Benjamin Loveluck, qui soutiendra sa thèse de doctorat intitulée La liberté par l’information. Généalogie politique du libéralisme informationnel et des formes de l’auto-organisation sur internet le 4 décembre 2012 à l’EHESS Paris.

[4] Voir notamment Winner, L. (1986), « Do artifacts have politics ? », The whale and the reactor : a search for limits in an age of high technology, University of Chicago Press, Chicago, p. 19-39 ; Cooper, G., Woolgar. S. (1999), « Do artefacts have ambivalence : Mose’s bridges, Winner’s bridges and other urban legends in S&TS », Social Studies of Science, SAGE, Londres, p. 433-449.

[5] Akrich, M. (1989), « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et Sociétés, Volume 13, numéro 2, 1989, p. 31-54 ; voir aussi Akrich, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

[6] Linhart, R. (1978), L’Etabli, Editions de Minuit, Paris.

[7] Technical leader à l’Open Technology Initiative, « codeur » de Commotion.

[8] Notons néanmoins que les révoltes arabes, notamment en Egypte s’inscrivent dans une long processus de contestation et de revendications démocratiques débuté en 2004 par des grèves massives d’ouvriers du textile dans une (petite) ville du delta du Nil (Mahallah el-Kubra) et par une « révolution médiatique » débutée quant dans les années 1990 (pareil pour la Tunisie ou le combat ouvrier et syndical (dans des petites provinces) avait fait remonter depuis de nombreuses années des aspirations à plus de démocratie et une remise en cause du système Ben Ali). La révolution arabe de 2011 ne s’est pas faite dans un contexte vierge de toute revendications civiques, politique et socio-économique. Pour de plus amples précisions, voir les travaux de Yves Gonzalez-Quijano et de Tourya Guayybess sur la télévision satellitaire et les mutations médiatiques du monde arabe depuis l’arrivée de l’imprimerie.

[9] Castells, M. (2012), « Ni dieu ni maitre: les réseaux », FMSH-WP-2012-02.

[10] Dans l’ensemble de nos entretiens avec les équipes de Commotion (Field team, Policy team, Technical team, août 2012, Washington DC) les personnes interrogées mettent presque tout le temps en avant les aspects « décentralisés » de leur software, la « plus value » que cela apporte à leurs travaux. Pareil concernant les militants des mouvements occupy européens qui utilisèrent et développèrent durant l’année 2011, des réseaux sociaux décentralisés tels que Lorea et Crabgrass voir Gentès, A., Huguet. F, (2012) “Les alternatives aux réseaux sociaux –  l’architecture distribuée et le design de médias” in Stiegler, B. 2012 Réseaux sociaux, culture politique et ingénierie des réseaux sociaux, Paris, FYP.

[11] « Libérer » le spectre radio pourrait être un vecteur d’innovation à ce niveau là comme l’a été la « libéralisation » de la bande FM dans les années 80. Voir notamment la tribune de Félix Treguer et Jean Cattan (2011) à ce sujet : Le spectre de nos libertés

[12] Proulx, S. (2012), La Puissance d’agir des citoyens à l’ère du numérique : cyberactivisme et nouvelles formes d’expression politiques en ligne, in S. Najar, dir., Mouvements sociaux en ligne et cyberactivisme en Méditerranée, Karthala, Paris.

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

La pluralité des “frontières” de l’Internet

Communication introductive du séminaire « Borders and the Internet », 9 novembre 2012, Institute for the Study of Diplomacy (ISD)/Mortara Center for International Studies, Georgetown University School of Foreign Service. Ce séminaire, que j’ai conçu, introduit et animé, doit beaucoup à la journée d’études “Internet et frontières” organisée par Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS le 20 juin 2011.

The Plurality of Internet Borders

Francesca Musiani (Yahoo ! Fellow in Residence, ISD)

The conception of communication tools and media as instruments able to « overcome boundaries » has driven communicative efforts for centuries – well before the inception of the Internet. The promises (and, some may argue, the successes) of digital networked technologies have renewed this endeavor, by suggesting the possibility of global social networks and real-time, transnational access to information. It should not be neglected, however, that social tensions and boundaries pervade the “virtual” communications of today, that are still shaped by a number of cultural, national and structural borders. These points of tension, collision, constraint should not necessarily be understood in a negative way, but may be considered as an occasion to consider digital contents and infrastructures in terms of continuity, shifts, displacements – perhaps a more constructive approach, notwithstanding the radical novelty brought by the Internet in several areas of our life, than the labeling of Internet-related phenomena as revolutions and counter-revolutions, as bright and dark sides.

The notion of border is in itself plural and open – and in relation to the “network of networks”, it can be understood in many ways. Borders in the most classical sense, that of State frontiers and the extent of their political influence, can be discussed vis-à-vis the Internet just as they have been discussed for other transnational resources that can be defined as commons – like oceans and space. They are venues for tension and negotiation: they are the places where contradictory stances, digital divides, desires for a less unilateral governance of the Internet, come into play.

Matters of Internet and jurisdiction have been one of the core governance issues to be discussed since the Internet has become a global, public “facility”. The question of jurisdiction and the Internet connects to the broader Internet governance question concerning the possibility – and if yes, to what extent – to relate the Internet to traditional legal and political concepts. (Almost) all Internet content can be accessed from (almost) everywhere, which puts all users of the Net in the position of being subject to the jurisdiction of every State. Every time that new content is uploaded on the World Wide Web, it is extremely problematic to predict whether it will violate a national law somewhere else than the country where the upload physically took place. What domestic law should be applied in particular events, and which one should be enforced? Inversely, is it possible to predict how the enforcement of a specific law in a national context will affect the rights of other users elsewhere?

Geopolitical borders raise the question of the relationship of the Internet – more generally, of information/communication infrastructures – to law, to national political strategies, to the risks of “balkanization” of the Internet, i.e., the risk of turning the network of networks into a set of “islands” instead of a true interconnected, interoperable network. Or then again, they raise questions about the specificity and characteristics of « cyberconflicts », inviting to explore the realities of cyberwar and cyberattacks. And cybersecurity: beyond its definition in a political and military sense, what new challenges are raised by Internet technology that erases some borders and creates new ones, such as traceability, fragmentation, encryption?

These borders, those related to geopolitical issues, are the subject that first comes to our minds when we consider how the concept of borders may relate to the Internet – if only because we are at a workshop promoted by an institute for the study of diplomacy, and a centre for international studies. Indeed, more than a colleague that works in diplomacy and with whom I’ve talked since the announcement of this workshop assumed that this was going to be our main subject today. Yet, our speakers and myself would like to undertake a slightly different exercise with you – and draw your attention to other types of Internet borders, with the hope that in doing so, we can foster a stimulating discussion on how they interact, cross, influence one another – and our very experience(s) of the Internet.

The first type of Internet borders that I wish to draw your attention to are interfaces, not only in a technical sense, between real and virtual, between people and machines. They are places of exchange that making « otherness » strongly visible at the same time as they bring, remotely, people closer. Since the very beginnings of informatics and of the Internet, at a time when its users were also its designers, to the so-called era of the “Web 2.0”, the history of interfaces and human-computer interaction shows the extent to which the use of the Internet by the public is largely shaped, in a normative sense, by the interfaces that are proposed to them by IT “giants” – and it shows that opening the doors for interactivity does not necessarily lead to meaningful interaction.

Internet borders are the barriers to interoperability and direct, peer-to-peer connections. Even if the concept of decentralization is embedded to some extent at the very core of the Internet, today’s “network of networks” integrates this principle only partially. The dominant organizational model for Internet-based services involves large clusters of servers controlled by the « giants » of the IT sector. The search for alternatives is in progress, aiming at different ways to achieve effectiveness and sustainability. In this quest, a number of developers look back to the evergreen qualities of a relatively old technology, peer-to-peer (P2P), that leverages the socio-technical resources of the network’s periphery, in a way that is, in fact, closer to the pre-commercial Internet. Internet borders are the technical and juridical barriers that prevent the “edges” of the network – users’ computers – to organize autonomously in decentralized networks, and totally or partially overcome the necessity of mandatory, centralized coordinating entities.

The Internet opens gates, facilitates spaces of transfer and exchange, provides or enhances mediation tools for sharing and co-construction of knowledge. Networked information technologies reconfigure patterns of interaction with mass culture, and have the potential to both empower users and extend the reach and scope of culture industries. However, the Internet it is also the bearer of cultural borders. In particular, the past few decades – the same decades that have witnessed the Internet’s steadfast development – have witnessed a significant expansion of control over copyrighted content. Copyright is now associated with an unprecedented variety of human-generated content – extending from more « classical » forms of art such as novels, sculptures, paintings to citizen journalism outputs or digital artwork. Recent term extensions have opened the doors for copyright to last longer than ever before. The rights conferred by copyright have become broader, while the exceptions and limitations to copyright that previously existed within national laws have been progressively narrowed. Techno-juridical systems destined to restrain by law what the technology enables and promotes by design are mushrooming all around the world – from France’s infamous Hadopi to the aborted SOPA and PIPA law projects in the United States.

Finally, Internet borders are the boundaries of online identity, of privacy of digital data, of the acceptability of online behavior, of rights and copyright(s). As Georgetown Law professor Julie Cohen argues in her recent book, Configuring the Networked Self, « the everyday behaviors of ordinary people require spaces where they can be enacted, tools with which they can be pursued, and meaningful legal guarantees in which they can claim shelter. This requires more careful attention to the semantic structure of the networked information environment. » The amount of information that is being collected today, about individuals and groups, has grown exponentially and is increasingly pervasive, ranging from online purchases’ history to browsing habits, from intellectual preferences to health conditions. This pool of personal information lasts longer and travels farther than ever before; it is « stored in digital databases, exchanged in markets, and “mined” by both government and private actors for insights into individual and group behavior ». The increase in data-processing activity goes hand-in hand with a number of evolutions in how we are identified as people, consumers and citizens – with the diffusion of authentication regimes linked to online identity in order to control access to spaces and resources, both real and digital. The aggregation of these data creates comprehensive and persistent records of individual activity. Governments are involved in many of these activities ; however, the vast majority of data-mining, authentication, and monitoring initiatives do not originate with them, but with the private sector’s initiatives so as to learn more about current and prospective customers, control access to ressources both virtual and real, and manage network traffic. Moreover, the increasingly widespread diffusion of cameras, networked personal devices, and social-networking platforms means that individuals and social groups themselves actively participate in many of these activities.

Ultimately, the notion of “border” and its multiple meanings all refer back to a crucial question: what evolutions – perhaps more so than they are revolutions – in the nexus of human values and the global Internet? This workshop explores the forms of shaping – and sharing – of the “network of networks” that are revealed by the Internet borders of today.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Comment les architectures distribuées parlent d’elles-mêmes ? L’exemple de sept services qui proposent des échanges entre « pairs » – 1/2

 

L’analyse des discours que portent les acteurs de l’innovation dans le domaine des architectures distribuées, sur les services qu’ils développent, sur leurs méthodes de travail et sur la technique elle-même, permet de comprendre comment ils se mettent en scène et de quelle manière ils produisent et font circuler des savoirs sur les technologies décentralisées.

Dans le cadre du projet de recherche ADAM, sept services ont été analysés, à partir de l’étude des textes et des images de leurs sites internet, « vitrines publiques » de leurs productions « front office »[1]. Les applications Serval, Mesh Potato, Bitcoin, Diaspora, Mobiluck, Bump, Skype ont été choisies pour cette étude de cas, parce qu’elles représentent différents types de services, qu’elles reposent sur des architectures techniques différentes et qu’elles permettent de faire un tour d’horizon des services dits peer-to-peer du point de vue de l’échelle des échanges qu’elles permettent aux utilisateurs.

Pour chacun des cas, les occurrences des termes « peer-to-peer » et « distributed architecture » ont été relevées et analysées par rapport à leurs co-textes (c’est-à-dire les textes dans lesquels elles sont insérées ou les textes situés à leur proximité sur la page), dans les sites des services et dans les vidéos de démonstration présentes sur les sites. Pour chacun des cas également, les images ont été analysées en essayant de comprendre comment s’articulaient l’image et son contexte (légende, sous-titre, paragraphe, titre, etc.). En effet, la sémiologie distingue la fonction d’ancrage de la fonction relais dans le rapport entre image et texte. Le texte permet de répondre à la question « qu’est-ce que c’est ? » par rapport à l’image. Lorsque le texte est ancrage, il redit ce que l’image donne à voir, il exerce une forme de redondance par rapport au sens de l’image. Quand il est relais, il fonctionne en complémentarité et permet de faire une interprétation de l’image qui va au-delà de ce qu’elle montre[2]. L’analyse de tous ces complexes « images/textes » et « textes/co-textes » s’est faite à partir d’un modèle « sémiopragmatique », suivant le travail de Roy Harris qui observe comment un signe fait toujours sens par rapport à un contexte donné[3].

« Le signe n’existe, en tant que signe, que pour permettre l’intégration, dans un contexte donné, de certaines activités humaines »[4].

Ce premier billet, d’une série de deux, présente ces sept services du point de vue de l’architecture technique sur laquelle ils reposent et du point de vue de l’échelle des échanges entre utilisateurs qu’ils permettent. Le deuxième billet proposera de regarder quels sont les discours dominants dans la description des services, au regard des termes employés, des exemples et des images choisies, de la construction de scénarios d’usage, etc. Il proposera notamment de regarder quelle est la place du discours sur la technologie, à l’intérieur de ces sites. Pour conclure, il proposera une typologie de ces sites en tant qu’ils se présentent d’une certaine façon comme des espaces de “production de l’innovation”.

Reprenons la description des sept services:

Tout en se défendant de « centraliser » les échanges de données entre utilisateurs, et en proposant des échanges directs, ces sept services ne reposent pas tous sur le même type d’architecture technique (architecture distribuée, architecture centralisée et enfin, architecture hybride) :

  • Serval et Mesh Potato, proposent de créer un réseau mobile de communication par maillage MESH (metro-scale ad hoc network, réseaux ad-hoc décentralisés, sorte de « talkie walkie multi émetteur-récepteur ») ; Bitcoin, propose une monnaie électronique qui n’est pas contrôlée par une autorité centrale et Diaspora, se présente comme un réseau social aux antipodes de Facebook, dans lequel les utilisateurs gardent la main sur leurs données personnelles. Ces services reposent sur des systèmes techniques distribués.

                                                                                             

  • Mobiluck, offre les services d’une messagerie instantanée géolocalisée par une classique triangulation via le système GSM. BUMP permet quant à lui d’échanger et de partager des fichiers entre appareils électroniques. Leur architecture réseau repose sur des systèmes complètement centralisés.

                                  

  • Enfin, Skype, qui permet des appels à distance en VoIP et des échanges de fichiers repose sur un système hybride qui combine une architecture centralisée et la possibilité de transmettre les communications entre pairs pour les rendre plus efficaces (donc un système décentralisé).

                                                 

 

Si on regarde, en revanche, l’échelle des relations entre les utilisateurs, telles qu’elles sont décrites par les différents services, on voit qu’il y a cinq types de représentations de ce que l’utilisateur peut faire du point de vue du périmètre de l’échange.

Soit les échanges se font de téléphone à téléphone, par exemple, sur un territoire réduit qui est fonction du nombre de téléphone connecté entre eux dans le réseau, comme c’est le cas de Serval et de Mesh Potato.

Extrait de la video de démonstration du service Mesh Potato
Si on devait faire une équation pour illustrer ces deux cas, on dirait que la représentation de l’échange consiste en « échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Diaspora, les utilisateurs ont le choix de se connecter à n’importe quel « pod », répertorié dans une base de données, c’est à dire à un « nœud » installé, entretenu et développé par un utilisateur – appelons-le « expert » qui a installé le logiciel sur son disque dur (logiciel open source).
Capture d’écran de la page d’accueil du site de Diaspora
Dans ce cas précis le périmètre des échanges consiste en des ensembles de petits réseaux reliés à un pod, chaque pod étant reliés aux autres pods du réseau. L’équation ici, donnerait « ensembles d’échanges localisés » reposant sur « système distribué ».
Dans le cas de Mobiluck et de BUMP, les échanges sont mis en scène comme étant non seulement hyper-localisés (on échange entre individus situés à côté de soi, dans les deux cas), mais aussi directs entre utilisateurs (le cas de BUMP étant frappant, puisque les utilisateurs touchent (trinquent avec) leurs téléphones pour échanger des informations).
Extrait de la video de démonstration du service BUMP “Spread the Bump”
Néanmoins, ces deux services reposent sur des systèmes centralisés. Dans les deux cas, c’est un serveur central qui organise et dirige les échanges. L’équation donne alors : « échanges localisés » reposant sur « système centralisé ».
A l’inverse, le service Bitcoin propose des échanges monétisés, pour n’importe quel service internet (à condition qu’il accepte les bitcoins) à partir d’un réseau très large d’utilisateurs qui permettent la circulation des échanges chiffrés (et cryptés) et ainsi la production de monnaie en rendant disponible la mémoire vive de leur disque dur.
Extrait de la video de démonstration du service Bitcoin
Ici l’équation s’ouvre : « échanges hyper-larges » reposant sur « système décentralisé ».
Pour terminer cette liste, Skype est l’unique système qui repose sur un système hybride, mais qui, comme Bitcoin, permet des échanges avec des utilisateurs quel que soit leur localisation dans le réseau et dans le monde. Cette mise en scène de la possibilité de communiquer en dépit de la distance géographique est prégnante sur le site, qui représente des mappemondes, entourées d’un cercle qui manifeste le circuit discontinu de la communication.
Extrait de la vidéo de démonstration du service Skype
Ici la dernière équation donne : « échanges hyper-larges » reposant sur « système hybride ».
Il reste maintenant à regarder plus attentivement comment ces services “parlent d’eux-mêmes”, c’est-à-dire comment ils organisent un espace de discours (le site internet, la vidéo de démonstration) pour se présenter sous un certain angle (sont-ils des propositions techniques? des solutions politiques? des services marchands? des innovations? etc.). La suite dans le prochain billet…

[1] Par « front office » nous entendons faire une différence entre interfaces « visibles » de ces infrastructures informationnelles et les « back office » de ces mêmes services. L’épaisseur pratique et politique de ces « back office », est analysée dans une autre partie de nos travaux de recherche en s’appuyant sur les travaux de Jérôme Denis (http://ses.telecom-paristech.fr/denis/).
[2] Barthes, R., 1964, «Rhétorique de l’image», Communication, 4, pp. 44-45
[3] Harris, R., 1993, Sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS
[4] Idem, p.137

 

De l’intermédiaire vers le contrôle de l’infrastructure globale

Mana Neyestani © – page Facebook: https://www.facebook.com/ManaNeyestani?fref=ts

Dans le billet précédent, Francesca Musiani discutait très justement de la responsabilité des intermédiaires de l’Internet dans le cas de publications de contenus « insultants » ; du moins capables de provoquer des réactions « tangibles » dans la sphère publique (et non « virtuelles » ; elle s’appuyait sur l’exemple des heurts violents en Lybie et en Égypte suite à la publication du teaser d’un supposé film intitulé Innocence of Muslims sur la plateforme vidéo YouTube appartenant à Google[1]).

Certes la position de ces intermédiaires est plus que délicate dans le cadre « d’affaires » comme celle-ci[2] ; Cécile Méadel insistait d’ailleurs (dans les commentaires du billet) sur le fait que ces mêmes géants du web, Google, Facebook, Twitter, etc. reconnaissent la possibilité qu’ils ont de bloquer des contenus (stratégies Notice and Take down et Follow the money mis en place pour lutter, par exemple, contre la “contrefaçon” des contenus dont la propriété intellectuelle est protégée ou contre des données pédopornographiques). Face à ces évènements, se pose donc à nouveau la question de savoir qui est « légitime » pour retirer ou laisser en ligne des contenus offusquants car à l’heure actuelle, seuls ces géants du web semblent dotés d’un pouvoir de retrait, pour le meilleur et pour le pire mais à chaque fois au détriment de leurs utilisateurs et des internautes. Alors que révèlent de plus les « dessous » de cette affaire (ou plutôt les « tuyaux » par lesquels elle a été médiatisée)?

            Pour qui s’intéresse aux questions culturelles et politiques du monde arabe contemporain, Yves Gonzalez-Quijano propose, sur son édifiant carnet de recherche, une lecture tout à fait particulière de cette affaire à la fois linguistique et socio-politique.

 […] un des aspects les plus étonnants de cette nouvelle crise entre le « monde musulman » et « l’Occident » tient sans nul doute à cette étonnante alliance entre la bêtise des hommes (ceux qui sèment la haine de l’islam) et les armes dites « intelligentes » (lire Of stupid men and smart machines sur le site Jadaliyya.

Entre autres conséquences, cette nouvelle « affaire » va également contribuer à faire évoluer l’image publique des réseaux sociaux et de leur utilisation. Là aussi, le temps de l’innocence a pris fin et on note […] un sentiment de plus en plus plus mitigé vis-à-vis des réseaux sociaux et plus largement des technologies numériques, capables, on l’observe de plus en plus, du pire comme du meilleur.

En plus d’illustrer les nécessaires opérations de traduction (au sens large) à effectuer dans le cadre de cette crise, Yves Gonzalez-Quijano avance dans cet article plusieurs éléments qui nous amènent à nous interroger sur la « possession » des infrastructures de télécommunication. Effectivement, quelques jours après cette affaire, l’Iran décidait de verrouiller Internet prétextant le « mal » que provoquent les géants-américains de l’Internet (mettant en exergue la diffusion (sur YouTube donc Google, donc Gmail…) du film scandale mentionné précédemment. Prétexte plutôt absurde en Iran, pays majoritairement chiite et n’ayant pas le même rapport aux représentations du prophète que l’iconoclasme sunnite[3]). Depuis lors, l’Iran serait soit disant déconnecté du réseau mondial et désormais, en tant qu’Etat, à la tête d’une sorte d’Intranet géant (et « hallal », soit « licite » en opposition à l’Internet mondial jugé corrompu (Google et Gmail en ligne de mire) par les autorités iraniennes (voir à ce sujet l’article de Pierre Alonso sur le verrouillage de l’Internet en Iran. Quelques jours avant les déclarations du ministre iranien délégué aux Communications et aux technologies de l’information, Reza Taghipour, la liste de discussion de TOR, The Onion Router (plus d’informations ici) commençait à se préoccuper de cette possibilité et débattait des solutions techniques à opposer à ce blocage qui a surtout comme explication la volonté iranienne de se couper du réseau mondial, non pas pour hallaliser quoi que ce soit mais plutôt pour se prévenir d’attaques du type Stuxnet Olympic Games, programme de piratage informatique développé et lancé en 2011 par les américains et les israéliens afin de compromettre le programme nucléaire iranien (voir l’article d’Olivier Tesquet à ce sujet). Loin d’un soit disant « choc des civilisations » prédit par Huntington, des mythes de « guerres culturelles » ou religieuses, de protéger des utilisateurs des « dangers » que représentent les réseaux sociaux, l’enjeu est surtout ici industriel et terriblement « technologique ». L’objectif : contrôler les « tuyaux de l’information » et tout ce qu’on fait circuler à l’intérieur (encore une fois, on se préoccupe très peu des utilisateurs).

On en revient donc encore une fois à Francesca Musiani et à ce qu’elle déclarait à propos des infrastructures et de l’importance de leur études en SHS (article Caring about the plumbing: On the importance of architectures in social studies of (peer-to-peer) technology:

ARCHITECTURES MATTER!

En regardant cette « affaire » Innocence of muslims et la décision iranienne de se couper du réseau mondial avec un autre angle d’analyse et nos lunettes d’infrastructures studies ; on se rend compte qu’il s’agit peut être ici de contrôler des architectures « physiques » (les câbles, les fils, la fibre optique, les tranchés, etc.) et que ce faisant, des intermédiaires publics pourront bloquer (un peu) les modes de circulation de toutes ces données sur le web qui échappent, la plupart du temps, à n’importe quel type de contrôle (D’ailleurs, un tribunal portugais a jugé récemment les échanges peer to peer légaux).

Mais quel(s) câble(s) vont-ils et pensent-ils couper en se référant à cette carte ? Comment pensent ils contrôler les autres types de connexions pouvant être établies via radio-transmission transfrontalière, ou satellitaire? Pourquoi le faire maintenant ? Apparemment, le type de surveillance qu’ils veulent appliquer est assez simple et la liste de diffusion de TOR planche sur des solutions à opposer à ce blocage (ce qui semble compliqué d’après les rapports de tentatives des codeurs-développeurs militants bénévoles du routage en oignon). Ce dernier est basé sur une sorte de barrière entre espaces ‘public’ (visible par tous), et privé (visible localement seulement) selon certaines « familles d’adresses ». Les conventions de ces espaces sont spécifiées dans RFC 1918 (RFC : Request For Comments). Selon Tawfik Nassar, consultant en informatique,

Toute adresse IP (Internet Protocol) 10.X.X.X est une adresse privée. Les adresses 192.168.X.X aussi… C’est-à-dire qu’on peut avoir des millions de machines dans le monde ayant le même numéro (ex : 10.1.1.1) sans que cela provoque une confusion même lorsqu’elles sont connectées au réseau Internet (pourvu que le numéro de chacune soit unique dans son propre réseau local).

En réalité, chacune de ces machines est obligatoirement connectée au web à travers une machine qui, elle, a un numéro ‘public’ – donc unique sur le web (un « nœud central »). C’est à partir de cette machine qu’on pourrait filtrer / router les infos du web vers les machines de son ‘réseau local’ (ayant des numéros privés). Personne non plus de l’extérieur ne pourrait avoir accès aux machines internes… À moins que la machine de routage fasse les traductions d’adresses (public/privé) nécessaires à ces communications. C’est presque le cas lorsqu’on est à St Nom la Bretèche (Yvelines) avec un routeur WiFi (lui-même connecté à une machine Orange quelque part à Rambouillet)… Sauf que ces machines sont toutes sympas et laissent tout passer… Enfin… Pour le moment…

Une telle opération s’est produite en janvier 2011 en Égypte : les robinets de l’information furent tout simplement « coupés » lorsque le régime Moubarak s’aperçut qu’il n’était plus en mesure de contrôler la vitesse de circulation de l’information sur le web. Très rapidement, l’affaire fit grand bruit et Google, via l’intermédiaire d’un de leurs employés, Wael Ghoneim, créa des solutions pour continuer de pouvoir utiliser le web via des canaux détournés tels que le système GSM (le speak to tweet développé avec Twitter) ou les bon vieux modems téléphoniques (en passant par les numéros de téléphones de FAI étrangers). Mubarak avait dû rouvrir les vannes pour garder la face quelques jours de plus… On connaît tous l’écho que les réseaux sociaux lors du printemps arabe. Alors que faire face au retour de bâton des plomberies de la communication et à la peur qu’un plombier fou vienne tout couper sous prétexte que c’est « bon » pour les utilisateurs?

Étant ces jours-ci à Barcelone pour l’International Summit for Community Wireless Networks, je me rends compte que c’est, entre autres, ce genre de questions et de problématiques qui ont amené au financements de projets de réseaux communautaires sans fils de grandes envergures (de type Commotion ou CONFINE, c’est toujours le cas après l’intervention de Fabrizio Sestini – Programme manager at the European Commission DG INFSO, currently in charge of the multidisciplinary initiatives on “Collective Awareness platforms for Sustainability and Social Innovation” and “Internet Science). Ce type d’initiative est plutôt simple à résumer : au delà de créer un software performant capable de gérer la compatibilité et la communication entre divers types de devices, ces projets se veulent pédagogiques et se définissent comme des toolkits capables d’amener les utilisateurs à créer leurs propres réseaux communautaires, à les entretenir et à les étendre. Ils se veulent outils de développement civique, social, technique, politique et culturel (l’exemple de Détroit utilisant Commotion et de la Detroit Digital Justice Coalition est probant) et « esquisses » de l’internet du futur (plus localisé, plus « pris en charge » par ses utilisateurs, plus responsabilisé). Mais de quoi sont ils le nom précisément ?

C’est au croisement de ces problématiques que s’articule notre travail de recherche. Nous y reviendrons dans un autre billet prochainement (Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Network Barcelona) et tout au long du projet ADAM pour essayer de définir le nom de ce type de réseaux décentralisés, sans fils et mobiles.


[1] Notons dès à présent que ce film, en fait la bande annonce d’un long métrage qui ne verra certainement jamais le jour, fût tournée en 2011 et que les conditions de sa production puis de sa publication ultra médiatisée sont plus que douteuses. Voir notamment l’article de Gawker à ce sujet celui d’Arte Journal du Globe et du Point.

[2] Et comme le rappelle Yves Gonzalez-Quijano (cpa.hypothèses.org), “Inutile de revenir sur les détails d’un « scénario », celui de la fabrication de cette crise, laquelle n’a de toute manière pas encore livré tous ses secrets”.

[3] Citons ici également, un autre article publié en octobre 2011 par Yves Gonzalez-Quijano sur cpa.hypotheses.org (à lire ici http://cpa.hypotheses.org/3015) qui relativise l’actualité de l’iconoclasme sunnite: “Lors d’un débat consacré par la chaîne saoudienne (très halal) Al-Arabiya, deux juristes importants, Saleh Al-Luhaydân (صالح بن محمد اللحيدان) et Hatem Al-Sharif (حاتم الشريف) ont ainsi publiquement relativisé le tabou d’une représentation des figures majeures de l’islam, tels que les prophètes ou ceux qu’on appelle les « Compagnons » (Sahaba). Ils sont même allés jusqu’à reconnaître qu’elle n’était pas forcément illicite…”


François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Bloquer ou pas bloquer? Les contenus “insultants” et les intermédiaires de l’Internet

Ci-dessous le texte de mon intervention au séminaire “Religion, Freedom of Expression, and Outrage” organisé par le Master in Foreign Service de l’université de Georgetown. J’y discute de la position délicate des intermédiaires de l’Internet, entre capacité de controle, responsabilité et “soft power”, dans les cas de publication de contenus “insultants” sur des services en ligne comme Facebook, Twitter ou – comme l’a montré récemment le vidéo ridiculisant Mahomet – Google.

 

Google and Video Blocking: Control (and Responsibility) of Information Intermediaries on the Internet

Francesca Musiani

Religion, Freedom of Expression, and Outrage – Panel Discussion

 

The “Embassy Riots” that have shaken the Arab world a couple of weeks ago, following the publication on the Internet of an “American-made video” (better defined as a video made by an individual with American citizenship) ridiculing the Prophet Muhammad, offer one further, important occasion to reflect on one of the very relevant questions of our connected world – the extent of the control (and the responsibility) that the great information services, intermediaries and gatekeepers of today’s Internet exert on user-generated, online-published content. Google’s decision to selectively block the video in violence-stricken countries, while not removing it from the service altogether, raises, indeed, fundamental questions about the control that Internet companies have over online forms of expression. Should the companies themselves decide what standards govern what is seen on the Internet? How consistently should these policies be applied, and are de facto applied? What to do of “critical precedents”, like this one, in the future?

This most recent debate stems from the decision by Google – the “giant” of online search, which owns the very popular video streaming service YouTube – to block access to the infamous video in two of the countries that have experienced the most severe upheavals, Egypt and Libya, while at the same time choosing not to remove it completely from its Web site. Google’s decision is based on a number of conflicting dynamics. On one hand, its capacity, stated by contract, to block access to content on a country-by-country basis. On the other, its stated approach to have a “bias in favor of free expression – not just because it’s a key tenet of free societies, but also because more information generally means more choice, more power, more economic opportunity and more freedom for people” – an ideology that has been upheld repeatedly by Google’s top leaders in the recent past, including a number of very vocal reproaches to China’s online censorship efforts, and refusals to remove content deemed as delicate or unacceptable by governments – including the United States. This is reflected in YouTube’s terms of service: according to them, hate speech is speech against individuals, not against groups. All of this is enshrined in the company’s obviously steady lack of willingness to play any part, even indirectly, in fueling violence that has already resulted in American deaths.

In short, as the video mocks Islam but not Muslim people and is therefore, by Google’s own admission, “clearly within the company’s guidelines”, it has been allowed to stay on the site in most of the world – while “given the very difficult situation in Libya and Egypt”, a Google representative has remarked, the company has “temporarily restricted access” in both countries.

The New York Times has recently reported the opinion of Peter Spiro, a constitutional and international law professor at Temple University in Philadelphia. The scholar was adamant in saying that “Google is the world’s gatekeeper for information, so if Google wants to define the First Amendment to exclude this sort of material then there’s not a lot the rest of the world can do about it (and) it makes this episode an even more significant one if Google broadens the block.” Indeed, in addition to emphasizing the amount of control that Internet companies can exert alongside governments (sometimes, superseding them) on what should, and should not, be publicly and freely expressed online, the Embassy Riots also highlight the difficult positions that content platforms are sometimes put in – because of the responsibility that their “privileged gatekeeper status” entails.

All Web companies that allow people to post content online — Facebook, Twitter, Google — grapple with issues involving content. The questions are complicated by the absence of geographical boundaries on the Internet, that require companies to navigate through a highly heterogeneous ensemble of laws and cultural traditions. Web companies receive dozens of requests a month to remove content. Google, in particular, has continually referred to its guidelines to remove only content that breaks laws or its terms of service, and only at the explicit request of users, governments or courts. In this light, blocking the anti-Islam video was exceptional, although “the decision to block in those two countries specifically is kind of hard to second guess, considering the severity of the violence in those two areas,” pointed out Kevin Bankston, director of the free expression project at the DC-based Center for Democracy and Technology. Some wonder what precedent this might set. Rebecca MacKinnon, co-founder of Global Voices, a worldwide network of bloggers, has remarked that “it depends on whether this is the beginning of a trend or an extremely exceptional response to an extremely exceptional situation.”

Google’s response to the “Embassy Riots” can be read as perplexing and disquieting, if the enormous weight of the Internet company ends up pushing for the first one of these alternatives. To quote Kevin Bankston again, the video blocking may send the message that “if you violently object to speech you disagree with, you can get it censored.” It may also be read in a more positive light, as an attempt by one of the Internet’s foremost “giants” to craft more articulate, complex and nuanced policies on content removal, user rights, and the power of intermediaries – even when it is less risky, not just for the users but for the company itself, to take a more extreme stance of absolute openness or absolute restriction. Time will tell what is going to build on this episode, be it a critical precedent or an isolated case – but one thing may be concluded for now: it demonstrates, not for the first time, the court-of-law-like powers of Internet information intermediaries, de facto able to decide what content remains public, and what is taken out. But the techno-juridical framework governing online freedom of expression – and with it, transparency and accountability of individuals, companies and governments – is still very much in the making.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Architectures distribuées: du Cloud au P2P

Qu’est-ce qu’une architecture distribuée? Alors que le terme n’a pas été défini de manière officielle ni par la NIST (National Institute of Standards and Technology) ni par l’AFNOR (Association française de normalisation), nous nous sommes engagés à explorer quel est le vrai sens de ce terme.

Définie par Wikipedia comme toute architecture dont les ressources ne se trouvent pas au même endroit ou sur la même machine, le concept d’architecture distribuée (ou informatique distribuée) s’oppose habituellement à celui d’architecture centralisée représentée par les architectures traditionnelles client-serveur.

Or, une analyse plus approfondie nous a mené à penser qu’il existe plusieurs types architectures distribuées qui se distinguent selon leur nature et leur fonctions.

Il s’agit tout d’abord de distinguer entre les architectures distribuées au niveau de leur infrastructure technique – implémentée dans une optique distribuée (tel est le cas du Pair à Pair ou du Cloud Computing) et les architectures distribuées au niveau de leur contenus – produits ou développés dans une approche distribuée (tel est le cas de la plupart des plateformes de production collaboratives à la Wikipédia). Pour des raisons de clarté et de simplicité, nous avons décidé, dans le cadre de notre recherche, de nous concentrer uniquement sur les architectures distribuées au niveau de l’infrastructure.

Il s’agit ensuite d’analyser le niveau de centralisation de ces architectures – qui peuvent se situer sur un continuum entre centralisation totale – avec une gouvernance de type hiérarchique où les ressources sont contrôlées et gérées par une entité centrale (tel est le cas du Cloud Computing) et décentralisation totale – avec une gouvernance de type égalitaire où les ressources sont contrôlées et gérées par un système symétrique de pairs (tel est le cas de la plupart des réseaux P2P). Sans vouloir prendre de position immédiate – afin de ne devoir exclure a priori aucune de ces architectures de la portée de notre recherche – nous avons décidé d’analyser les enjeux sociaux-économiques, juridiques et techniques posées par chacune de ces architectures, afin de déterminer si, et comment, elles se différencient les unes par rapport aux autres.

Cloud Computing

Dans le scénario traditionnel client-serveur, les fichiers sont stockés dans un serveur central, d’où ils peuvent être téléchargés et importés par un client. Certains dispositifs sont donc chargés de fournir les données que d’autres dispositifs utilisent. Au premier abord, le Cloud Computing ressemble à un environnement traditionnel d’hébergement où un serveur central existe dans le Cloud (i.e. dans un datacenter) comme une ou plusieurs instances de serveur. En réalité, cependant, le modèle de Cloud Computing est beaucoup plus sophistiqué.

Défini par la NIST comme un service à la demande, qui comporte une mutualisation mesurable de ressources informatiques (en terme de consommation), rapidement élastiques (à selon d’une variation des besoins) et accessibles sur l’ensemble d’un réseau, lorsque l’on parle de Cloud Computing, on ne parle pas d’une technologie nouvelle, mais plutot d’une nouvelle façon de présenter des technologies qui existaient auparavant.

Le Cloud Computing, c’est tout simplement un nouveau modèle économique : une nouvelle façon de livrer des ressources informatiques (physiques ou virtuelles) fournies en tant que service. Le Cloud Computing représente ainsi une véritable révolution qui consiste en une nouvelle forme d’ « informatique à la demande » (utility computing).

Il existe, toujours selon la NIST, trois différentes catégories de services Cloud Computing:


  • Infrastructure as a Service (IaaS), pour la fourniture d’infrastructures de calcul et de stockage en ligne ;

  • Platform as a Service (PaaS), pour la fourniture de plateformes de développement en ligne dans un environnement contrôlé ;

  • Software as a Service (SaaS), pour la fourniture d’applications accessibles en ligne, sans avoir besoin d’installer aucun logiciel.

Ces ressources informatiques sont externalisées sur des serveurs distants, où elles seront  ensuite partagées et mutualisées à l’intérieur de machines virtuelles  afin de pouvoir être successivement exploitées à n’importe quel moment et sur n’importe quel ordinateur ou appareil numérique – le tout, suivant des systèmes complexes d’infogérance qui reposent sur des mécanismes d’isolement logiques pour séparer et protéger les données des différents clients.

Une caractéristique essentielle des services de Cloud Computing est l’implication de différents acteurs qui entrent en jeu pour fournir un service aux clients:

1. Les opérateurs du Cloud Computing qui fournissent des ressources aux prestataire de services ;

2. Les prestataires de services (ou Cloud brokers) qui s’appuient sur une ou plusieurs plateformes de Cloud Computing pour fournir un service aux utilisateurs finaux ;

3. Les utilisateurs finaux qui utilisent effectivement les services fournis par les prestataires de services hébergés sur des plateformes de Cloud Computing.


En termes d’enjeux, bien qu’offrant une série d’avantages aux utilisateurs du réseau, le Cloud Computing comporte cependant des risques importants dans la mesure où les ressources informatiques sont désormais détenues par des grandes entreprises qui opèrent dans une optique de marché orientée vers la maximisation des profits. Le paysage numérique se transforme ainsi en un réseau de plus en plus centralisé, où la production et la diffusion d’information sont réglementées par un très petit nombre de grandes entreprises. Alors que les ressources se déplacent vers des systèmes centralisés avec une énorme puissance de traitement et de stockage des données, les dispositifs des utilisateurs se transforment eux en de simples « terminaux » de moins en moins performants. Cela comporte des implications importantes pour les utilisateurs du réseau, qui perdent non seulement le contrôle sur leur propres données, mais aussi la possibilité de déterminer la façon dont celles-ci seront utilisées par eux-mêmes ou par d’autres.

Pair à Pair

Les technologies pair à pair se distinguent fortement du modèle traditionnel client-serveur, caracterisés par un serveur qui fournir des ressources aux clients qui les consomment. Par opposition, dans un système pair à pair (P2P), les pairs sont à la fois consommateur et le fournisseur de ressources.

Les réseaux P2P rassemblent et relient entre elles les ressources des utilisateurs connectés au réseau de façon à créer une infrastructure dynamique et performante sans aucun investissement de nature financière ou autre. Les pairs participant au réseau mettent une partie de leurs ressources à la disposition des autres pairs connectés au réseau, qui vont gérer le partage et la redistribution de ces ressources. Étant donné que ces pairs sont tous égaux entre eux, ils participent tous de la même manière au réseau : tous ont une responsabilité égale dans le traitement des données sans aucune distinction de type client / serveur.

Comme dans le cas du Cloud Computing, les dispositifs P2P mettent en place une architecture virtuelle et distribuée qui subsiste au-dessus (et indépendamment) des réseaux physiques. Plusieurs couches de virtualisation sont utilisées pour faciliter les tâches de découvertes et d’indexation des ressources (i.e. pour identifier les autres pairs connectés et pour déterminer l’emplacement des fichiers). Une fois l’emplacement des ressources identifiés, les contenus sont souvent échangés directement sur le protocole Internet sous-jacent du réseau. Les systèmes de P2P anonymes mettent en œuvre des couches supplémentaires de routage (e.g. onion routing) de manière à occulter la véritable source de ces ressources.


Néanmoins, en opposition avec le Cloud Computing où les applications sont accessibles en ligne, pour pouvoir accéder aux réseaux P2P, les utilisateurs doivent installer une application qui utilise un protocole commun de réseau afin de s’intégrer dans un réseau de pairs distribué. C’est ainsi que les utilisateurs peuvent accéder aux ressources du réseau, tout en maintenant le contrôle des fichiers et des applications installés sur leurs propres dispositifs. Dans la mesure où ils détiennent le contrôle sur l’infrastructure et les moyens de communication, ainsi que sur les contenus qui en résultent, les membres d’un réseau pair à pair sont moins susceptibles de se faire exploiter par les grands fournisseurs de services Internet. Enfin, en vue de leurs architectures décentralisées, ces systèmes facilitent le partage d’informations, tout en rendant la censure et la surveillance très difficile.


Architectures distribuées


En dépit de leurs différences substantielles, ces deux types d’architectures distribuées présentent des problématiques juridiques communes, notamment en ce qui concerne:

(1) La sécurité

(2) Le droit à la vie privée et la confidentialité des données

(3) La police des communications et des contenus (droits d’auteur et autres lois assimilées)

(4) L’identification et la responsabilisation des acteurs

(5) La question de la transnationalité.

Étant donné notre désir d’étudier ces questions plus en détails, nous avons décidé de nous concentrer plus en détail sur les architectures distribuées qui sont les plus susceptibles de soulever ce genre de problématiques.

C’est ainsi que nous sommes arrivés à rédiger notre propre définition d’architecture distribuée – comme se référant à toute architecture qui ne possède pas de noeud central, dont les ressources sont réparties au sein d’un réseau, au travers duquel elles communiquent et interagissent.


De Boston à Paris, l’ “autopartage peer-to-peer”

La meilleure application “sociale et locale” aux App Awards 2012? Il s’agit de la “porte d’entrée” à Buzzcar, système d’autopartage (ou car sharing) distribué fondé en 2011 à Paris par l’Américaine Robin Chase. Si SETI@home, le pionnier des applications de calcul distribué, mettait à profit les cycles processeur et la capacité de calcul non utilisée des ordinateurs participants, Buzzcar propose de mettre à profit les voitures des appartenants à la communauté aux moments où elles ne sont pas utilisées.

L’idée centrale de Buzzcar est, comme les services de partage de voitures traditionnels, de proposer à ses membres de louer des voitures à l’heure ou à la journée, et donc de payer selon l’usage. Par ailleurs, les ressources du système ne sont pas des voitures spécifiquement achetées par l’entreprise et destinées à la location de la part des clients, mais les voitures des clients elles-mêmes, mises à disposition quand ils le souhaitent. L’originalité du système tiendrait à un mélange de facteurs environnementaux (pas d’ajout de nouveaux véhicules sur la route, pas d’émission de CO2 à la production, et pas de places de parking supplémentaires), d’amélioration de choix (plus de variété, d’accessibilité et de proximité possibles si suffisamment de voitures et d’utilisateurs participent au programme), et surtout, de contrôle de l’utilisateur (il n’est pas nécessaire d’attendre qu’une entreprise de location de voitures s’installe dans sa ville, mais le service d’autopartage peut être créé en inscrivant sa voiture à Buzzcar et en invitant ses amis à rejoindre la communauté).

Pourquoi la France? Robin Chase – déjà PDG de la startup de ride-sharing GoLoco, basée à cambridge, Massachusetts – considère que le marché européen est beaucoup plus “prêt” pour des modifications radicales dans le système de transport que les Etats-Unis. Buzzcar est censée être un mélange des efforts précédents de l’entrepreneure américaine, Zipcar – un système de location “by the hour” de voitures distribuées dans nombre de stations autour de la ville – et GoLoco – un service où les personnes paient pour être transportés par d’autres voitures dans le réseau, dont les conducteurs perçoivent une rémunération monétaire. Buzzcar est une start-up construite sur l’utilisation des “idle cars” de certains utilisateurs par d’autres utilisateurs – sur la base d’un système de rémunération et compensation similaire. Robin Chase décrit son service ainsi:

“It’s peer-to-peer car-sharing. We’re leveraging excess capacity of individuals and giving them a platform for participation,”

Selon elle, le monde n’était pas encore prêt à exploiter pleinement l’autopartage, mais beaucoup de choses sont arrivées au cours des années plus récentes pour le rendre plus faisable (et profitable). La technologie des smartphones rend possible et quasi-instantanée toute opération de réservation – y compris d’une voiture. Robin Chase a donc dédié une attention spéciale à la facilité de téléchargement et d’usage de l’application Buzzcar, pour minimiser les barrières à l’entrée – réelles ou perçue – pour les utilisateurs. L’essor des réseaux sociaux et des services Web a favorisé la culture du partage et de l’échange d’information, non seulement entre amis, mais aussi entre personnes qui ne se connaissent pas. Si les deux tendances ne manquent pas de susciter des interrogations concernant la vie  privéee des utilisateurs, il est indéniable que le car sharing distribué soit en train de prendre de l’aile grâce à cette double dynamique, comme montre le développement du “cousin” de Buzzcar, l’anglais RelayRides, et nombre d’autres projets semblables.

Le marché européen, selon Robin Chase, est bien plus propice que les Etats-Unis à ces nouveaux avancements dans l’autopartage, pour des raisons qui ont trait, en tout premier lieu, à la motivation des usagers. Elle remarque:

“For car owners, the market is people who are looking to save some money on their car […] The cost of owning and operating a car in Europe is maybe 20 percent higher than in the U.S. So therefore I have more motivated owners. If we look at the drivers, the market is people who can be car independent, very much like Zipcar. Out of any 100 people, there’s a higher percentage of those kind of people in France than there are in the U.S.”

La preuve la plus marquante de cette culture du distribué et du partage serait le système Vélib’ et son “successeur” pour les voitures, Autolib’. Robin Chase conclut:

“I want Buzzcar to be here and be part of that ongoing national conversation […] The idea of Buzzcar is the power of many. The company will provide a network of different kinds of cars in different locations to be used by different people in a wide variety of ways. And allowing people to get the car they want, where and when they want it, and to pay only when they use it, will change the way people think about cars.”

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Infrastructure, “services basés sur l’IP” et l’Internet comme service public

Qu’est-ce qu’un “service basé sur l’IP” (Internet Protocol -IP- enabled service)? La réponse à cette question par les décideurs politiques californiens – et, sous couvert, par une poignée de firmes de communication – pourrait bien, selon la professeure de Harvard Susan Crawford, ex-cadre de l’ICANN, avoir des implications pour le futur du haut débit en Californie, et probablement ailleurs aux Etats-Unis.
Les frontières plus ou moins inclusives de cette définition affectent les manières dont on qualifie les logiciels, les équipements et l’infrastructure qui sous-tendent l’accès des internautes à l’information et aux données – et avec cela, la définition et la possibilité d’accès elles-mêmes.

Le projet de loi que les législateurs de Californie viennent d’accepter, et envoyer pour signature au gouverneur, est en principe centré sur la déréglementation de la Voix sur l’IP (VoIP). Mais le problème, note Susan Crawford, c’est que le projet de loi couvre de facto tous les “services basés sur l’IP.” Or, conformément aux régulations fédérales actuellement en vigueur, les “services basés sur l’IP” comprennent non seulement les contenus et les fonctions qui utilisent des câbles et des ondes, mais aussi les câbles physiques et les antennes elles-mêmes. D’un point de vue légal, cette définition permettrait actuellement de définir en tant que “services basés sur l’IP” tout moyen et contenu de communication, à partir des tuyaux enfouis dans le sol jusqu’à n’importe quel site Web. La Federal Communications Commission, l’autorité de régulation des communications américaine, a re-nommé toutes les communications utilisant le protocole Internet “services basés sur l’IP”. Ce qui, remarque S. Crawford, est comme appeler une autoroute un “parcours compatible avec les voitures électriques, et puis ne la rendre disponible que pour que les gens riches parce que les voitures électriques sont vraiment cool”.

La FCC a entrepris cette activité de “re-nommage” dans l’hypothèse que la concurrence entre les différents types de fournisseurs de communications (téléphone, câble, sans fil) permettrait de protéger les consommateurs en maintenant les prix bas et une qualité de service élevée, et que la réglementation traditionnelle des communications n’était, par conséquent, pas nécessaire. Mais le moment est venu, constate S. Crawford, de constater que cette prédiction ne s’est pas réalisée. La situation des Etats-Unis est actuellement celle d’un pays où les fournisseurs de services mobiles et filaires se sont partagé le marché: AT&T et Verizon abandonnent le câblage des résidences privées, et se concentrent exclusivement sur les réseaux sans fil; tandis que Comcast et Time Warner ont le contrôle des services filaires monopolistiques locaux. Un tel scénario semble propice à l’avènement d’un two-sided market où l’opérateur de communications non seulement ferait payer le consommateur pour l’accès au réseau, mais chargerait également les fournisseurs de services pour l’accès *au* consommateur. Le projet de loi californien semble le résultat de l’influence de ces firmes sur les autorités législatives et de régulation de l’Etat, afin de minimiser la régulation d’un “monopole sur un besoin fondamental”.

Ce qui ramène à l’une des grandes questions de gouvernance de l’Internet: les câbles, les antennes, les tuyaux, bien qu’ils soient propriété d’un ou plusieurs acteurs qui cherchent à en tirer profit, sont-ils à traiter comme un service public, dotés d’une valeur de bien commun, en tant qu’infrastructure qui permet à la richess de l’information et des données sur le réseau de prospérer? L’argument juridique des firmes en question est généralement qu’elles doivent être considérées en tant que “speakers” grâce au Premier Amendement – comme la presse, par exemple – et que par conséquent, toute tentative de les réguler est inconstitutionnelle. Bien qu’il soit probable qu’on entendra répéter maintes et maintes fois cette affirmation dans les années à venir, souligne Susan Crawford, les consommateurs (et électeurs) devraient continuer à insister pour qu’elles soient traitées comme des services publics (utilities), telles l’eau et l’électricité, dont les installations ont été construites en utilisant les biens publics, et sont soumises à un certain degré de surveillance et de réglementation. Sans ce contrôle – conclut S. Crawford – aucune des sociétés Internet qui ont fait la fortune de la Silicon Valley n’aurait été fondée.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Socio-économie du “substrat” du réseau

Le projet ADAM fait sa rentrée, avec quelques suggestions de lecture. Car cet été a vu la parution, sur des journaux à comité de lecture en libre accès, online-only et en langue anglaise, de deux articles susceptibles d’intéresser les lecteurs de ce site et plus en général, les spécialistes des médias en réseau qui s’intéressent à l’économie, à l’architecture et à l’organisation du “réseau des réseaux” et des services qu’il héberge.

La première contribution, “This Is Not a Bit-Pipe: A Political Economy of the Substrate Network”, par les chercheuses du Trinity College de Dublin Rachel O’Dwyer et Linda Doyle, est paru dans Fibreculture en juillet dernier. Les auteures y examinent, dans une perspective de politique economique, les rapports de force qui faconnent les “cultures en réseau” d’aujourd’hui. Elles analysent tout particulièrement l’infrastructure qui soutient la production et la circulation des contenus numériques, sur lesquelles la littérature se focalise souvent de manière exclusive; elles souhaitent ainsi mettre en contexte les ressources sociales et techniques du Web, maintes fois réduites à leur dimension utopique. Les auteures soulignent l’importance de comprendre le “réseau” sur lequel nous basons plusieurs de nos activités quotidiennes comme une composition de couches logiques et physiques contingentes, comme un ensemble d’applications et de contenus, des protocoles et des services mis en œuvre au plus haut niveau du logiciel, mais aussi du substrat inférieur ou “couche physique” du réseau, comprenant du matériel physique, comme les canaux, les routeurs, les technologies de stockage et de traitement, et des ressources telles que le spectre, la bande passante, l’espace physique et l’énergie humaine. Ensemble, ces couches forment l’infrastructure sur laquelle le contenu est produit, distribué et extrait. Bien que la reconnaissance, dans la litterature spécialisée, des logiciels et des protocoles comme artefacts “politiques” soit en plein essor, une analyse de la politique des supports physiques est largement absente de ce débat, soulignent Rachel O’Dwyer et Linda Doyle. Le plus souvent, le substrat materiel du réseau est présenté comme le fondement sur lequel est implémentée une architecture politique. Toutefois, de récentes controverses mettant en évidence l’exercice de la souveraineté politique par l’infrastructure de communication (c’est le cas du “printemps arabe”), et les diverses conditions politiques, environnementales et de travail qui alimentent aujourd’hui l’économie de l’information, sont en train de placer les politiques de la couche physique à l’avant-plan. Il devient clair, concluent les auteures, que nous avons besoin d’une politique économique qui accorde son attention aux manières dont le surplus s’accumule au niveau de toutes les couches du réseau: celle du contenu, celle des processus logiques, et celle du substrat du réseau, où les circuits matériels et immatériels de production convergent, et entrent parfois en conflit. Une telle analyse est un enjeu central pour la conceptualisation d’un nouveau cadre théorique pour la culture libre.

Le deuxième article, aussi publié en juillet dernier, est par l’auteure de ce billet. “Caring About the Plumbing: On the Importance of Architectures in Social Studies of (Peer-to-Peer) Technology“, paru dans le numéro inaugural du Journal of Peer Production, souhaite souligner l’importance, pour les recherches en sciences sociales qui prennent pour objet les médias en réseau, de s’« intéresser aux tuyaux », ou, comme Susan Leigh Star l’a très bien formulé, « faire remonter à la surface le travail invisible » sous-tendant les pratiques, les usages et les échanges en réseau – comme partie intégrante et incontournable des processus de constitution, d’organisation et de changement de la networked society. L’article rassemble et discute un ensemble de travaux réunis autour d’un intérêt pour l’architecture du réseau Internet comme dispositif politique, juridique et économique – une « propriété relationnelle », la trame même des comportements et des interactions des usagers en réseau. Ces travaux fournissent une boîte à outils qui permet d’aller rechercher dans les « couches inférieures » d’un réseau certaines des raisons à la base de choix de développement, de réappropriation par les usagers, de formes d’organisation et de régulation. Ils ouvrent la voie à une analyse des trajectoires d’innovation de l’Internet qui contribue à éclairer comment des formes spécifiques de distribution et décentralisation de l’architecture (ou leur manque) influencent procédures, pratiques et usages. Ils peuvent ainsi constituer le fondement d’une perspective méthodologique et d’approche au terrain qui montre les influences réciproques entre le développement de l’architecture et de l’organisation technique des services P2P alternatifs – leurs points de passage obligés, lieux d’échange et de stockage, croisements des flux – et la définition de leurs usagers, en tant que consommateurs, partageurs, producteurs et « gestionnaires » d’informations personnelles et contenus numériques.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Libéra(lisa)tion : architecture distribuée, mobilité, spectre et corps


 

En mai 2011, Félix Treguer et Jean Cattan publiaient un plaidoyer en faveur d’une libération des ondes radios. Pour le résumer très rapidement, cet article intitulé “Le spectre de nos libertés” (publié sur plusieurs sites web Owni, Mediapart, La Quadrature du Net), posait la question suivante :

[…] Et si les internautes devenaient un peu plus que de simples utilisateurs ? En se voyant offrir la possibilité d’investir les fréquences hertziennes, ils pourraient être des fournisseurs, non seulement de contenus, mais également d’accès. Nous serions alors bien plus que des consommateurs et Internet verrait son caractère acentré et multipolaire préservé. […][1]

L’étude des architectures distribuées « mobiles » nous pousse à travailler sur de tels enjeux. Mais la question n’est pas aussi simple qu’elle n’y paraît, du moins l’on pourrait continuer à se poser nombre de questions quand bien même cette libéralisation voyait le jour. Dans le cadre de réseaux « devices as infrastructures », l’infrastructure réseau est constituée uniquement du parc de terminaux (mobiles, sans fils, hybrides ou « fixes ») et de leurs capacités à utiliser le spectre radio comme vecteur d’échanges d’informations entre eux et avec Internet. Reste que, comme le remarque Treguer et Cattan, l’utilisation de cette ressource invisible correspondant au fait de s’appuyer sur des ondes radios pour transporter de l’information ou en recevoir de manière libre et sans contrat est pour l’instant assez verrouillée par les autorités publiques en France et ailleurs dans le monde (exception faite de certains canaux réservés tels que le Citizen Band (CB), fréquence radio dédiée à la pratique du radio amateurisme et d’autres fréquences permettant l’utilisation de certains terminaux de communication tels que les Talkie-Walkie, appareils bluetooth, télécommandes et liaisons domotiques, etc.[2]).

Libérer le spectre radio au sens où l’entendent les acteurs du wifi libre à l’heure actuelle correspond donc, à la fois, à déverrouiller et à « légaliser » les conditions d’utilisation de technologies et des formes de réseaux dans lesquels les nœuds de ces derniers ne sont ni fixes ni persistants (à la différence des antennes relais GSM par exemple). Une « libéra(lisa)tion » du spectre « légaliserait » donc en quelques sortes des architectures réseaux à la fois spontanées et anarchiques, au sens où la hiérarchie entre les équipements du réseau est beaucoup moins marquée qu’avec des équipements fixes et reliés à des câbles en acier qui sont eux mêmes dans des tranchées sous la terre (ou dans des câbles sous l’océan), reliés à d’autres câbles (ou fibres optiques) grâce à de grands serveurs téléphoniques (grands ou supers-nœuds pour faire un parallèle avec les descriptions de protocoles peer to peer)…

Les réseaux wifi ad-hoc maillés (MESH), ces fameuses architectures distribuées mobiles qui nous intéressent tant dans le cadre du projet ADAM rejouent donc quelque chose de l’histoire des radio télécommunications  à plusieurs niveaux :

– ils réinterrogent le rôle de l’Etat en tant que garant du pluralisme formel (parfois censeur) du spectre radio ;

– ils réinterrogent l’accès public et non contrôlé au spectre comme les radios pirates l’avaient fait avant eux (il y a de cela plus de trente ans en France. Ces radios furent reconnues comme la « première exception au monopole public sur l’accès au spectre électrique »[3]) ;

– ils abordent l’idée d’un « débordement ubiquitaire » de l’Internet sur le spectre hertzien et toutes les conséquences qui en découlent.

De fait, les réseaux wifi autonomes (Guifi, Freifunk, Funkfeuer, etc.) ou les projets de réseaux MESH-MANET à grande échelle (Commotion, Serval, Terranet) se placent comme des passagers clandestins difficiles à appréhender pour l’instant et, en quelques sortes, en dehors de la législation puisqu’ils utilisent les fréquences blanches du spectre radio, sortes de « marges » de débordement des fréquences attribuées à différents opérateurs et gérés par l’Etat (voir article de Ophelia Noor à ce sujet[4]). Mais s’ils venaient à changer d’échelle, c’est à dire à passer du projet humanitaire d’urgence[5] ou du projet civico-diplomatico-numérique[6] à un véritable système de communication grand public mondial, est ce que comme le suggèrent Cattan et Treguer[7], l’Etat resterait le gardien de la nature égalitaire des moyens de communication existants et garantirait ainsi l’expression d’un pluralisme réel ?

Effectivement, il semble aujourd’hui nécessaire de repenser l’exploitation du spectre de façon partagée et décentralisée et il est entendu que l’ouverture de ce dernier serait certainement et sous certains aspects « porteuse d’une nouvelle vague d’innovations technologiques, sociales et démocratiques ». Mais quid de la place des utilisateurs et de leurs corps, ainsi que des futurs opérateurs de télécommunications sur ces réseaux mobiles, autonomes et décentralisés?

Qu’en est-il de ces humains transporteurs des devices, prolongement des capacités des communications de l’homme et corps responsables de la stabilité et de la qualité du réseau (dans le cas de réseau MESH, il faut notamment être à disposition des autres appareils pour assurer les sauts d’utilisateurs à utilisateurs comme dans de nombreuses architectures informatiques distribuées telles que Skype) ? Qu’en est il de cette architecture réseau qui s’anthropomorphise et devient en quelques sortes humaine puisque intégrée dans les poches des utilisateurs du réseau ? Qu’en est il des « nouveaux opérateurs » de télécommunication qui ne font plus de bénéfices sur les ventes d’abonnements et leurs promesses de qualité de service à leurs abonnés (qualité d’émission et de réception de fréquences radios qui assurent la qualité des services de télécommunications proposés) ? Qui sont ils ?

Sont ils ces géants du web tels que Google et Microsoft qui financent via leurs fondations des projets de technologies MESH ? Veulent-ils vendre à tout prix leurs systèmes d’exploitation pour terminaux mobiles et modifier l’économie actuelles des TIC ?

Si Télé-, est le préfixe signifiant l’éloignement, “à distance”; et face à cette réinvention du local et des liens faibles entre utilisateurs de TIC, parlera t’on bientôt de  Péri- communication ou de nouvelles communications de proximité ass?

Il ne faut pas oublier de garder à l’esprit que les objets techniques ont un contenu politique au sens où ils constituent des éléments actifs de l’organisation des relations des hommes entre eux et avec leurs environnement[8], le « braconnage[9] » du spectre par les radios pirates des années 70-80 en étaient une belle illustration. Aujourd’hui face à cette renégociation de ce support de communication sur lequel nous pouvons faire circuler des tonnes d’informations, il est nécessaire de s’interroger en profondeur et sur plusieurs niveaux.


[1] Jean Cattan est allocataire de recherche en droit des communications électroniques à la Faculté de droit d’Aix-en-Provence ; Félix Tréguer est chargé des affaires institutionnelles et juridiques à La Quadrature du Net et doctorant à l’EHESS (http://www.wethenet.eu/).

[2] Pour plus d’informations sur l’attribution des assignations des fréquences et Ultra Hautes Fréquences en France voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/UHF

[3] Treguer, F. and Cattan, J. (2011), Le spectre de nos libertés, OWNI, News, Augmented, en ligne : http://owni.fr/2011/09/12/wifi-alternatif-ondes-radio/, dernière consultation le jeudi 12 juillet 2012.

[4] Noor, O. (2011), Le wifi libre entre en résistance, OWNI, News, Augmented, en ligne : http://owni.fr/2011/09/12/wifi-alternatif-ondes-radio/ dernière consultation le jeudi 19 juillet 2012.

[5] L’application SERVAL par exemple et son principe de déploiement d’un réseau MESH lors de catastrophes naturelles où les infrastructures de communication se sont effondrées (http://www.servalproject.org/).

[6] Tels que Commotion Cf. Allard, L. (2012), La diplomatie du téléphone portable à la conquête des pauvres, Le Monde Diplomatique, mai 2012 (http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/ALLARD/47679)

[7] Treguer, F. and Cattan, J. (2011), op.cit.

[8] Akrich, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

[9] De Certeau, M. (1990 (1e éd. 1980)), L’Invention du quotidien, Gallimard, Paris.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média

Critique du livre Les Réseaux sociaux – Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux et de l’article Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média – Annie Gentès, François Huguet – Collection du Nouveau Monde industriel sous la direction de Bernard Stiegler (éditions Fyp, Paris, 2012) sur Nonfiction.fr

 

Des réseaux pas si sociaux, un ouvrage collectif qui remet en question nombre d’idées reçues sur notre façon de vivre le “Web social” par Maxime Vaudano, étudiant à l’école supérieure de journalisme de Lille. Retrouvez la critique ici.

Les alternatives aux réseaux sociaux – l’architecture distribuée et le design de média-Gentes, HuguetCulture politique et ingénierie des réseaux sociaux (direction Bernard STIEGLER) Annie GENTES & François HUGUET

 

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Internet et les nouveaux paradigmes de production @ STS Italia

Le quatrième congrès de la Société italienne pour les études sociales des sciences et des techniques (STS Italia) a eu lieu à Rovigo, dans le sud de la Vénétie, du 21 au 23 juin derniers. Celle qui se proposait a priori comme une conférence nationale a en effet réuni plus de cent participants provenants de toute l’Europe, ainsi que des Etats-Unis et de l’Asie, et a été pendant trois jours le forum de débats intéressants, vivants et variés sur le thème “Technologies émergentes, mondes sociaux”. J’ai participé tout particulièrement au quatrième track, organisé par Stefano De Paoli, Cristiano Storni et Maurizio Teli, qui portait sur les contributions de l’approche STS (Science & Technology Studies) à l’étude des nouveaux paradigmes productifs qui prennent forme sur et avec l’Internet.

 

Il s’agissait, pour les exposés présentés au sein de ce track, d’explorer les manières dont la diffusion omniprésente de l’Internet à l’échelle mondiale montre l’émergence de nouveaux arrangements socio-techniques, qui semblent remettre en cause la séparation traditionnelle entre production et consommation. D’une part, nous assistons à l’émergence et la consolidation d’un paradigme de production novateur, où les processus de production sont décentralisés, répartis sur une masse d’acteurs pas forcément individualisés, mais pro-actifs. Parmi les exemples de cette tendance figurent notamment la communauté de contributeurs à Wikipédia, les développeurs de logiciels libres et open source, les folksonomies, les plates-formes de crowdsourcing, le hacktivisme et les communautés Do-It-Yourself.

Comme l’avaient souligné les organisateurs de la session dans leur appel à communications, de nouveaux concepts ont été développés dans une tentative de saisir ces nouvelles pratiques et ces nouveaux agencements sociotechniques: si Toffler (1980) a théorisé à la fin des années 1970 l’émergence du prosumer, à la fois producteur et consommateur de biens, d’autres concepts tels que les “Wikinomics” (Tapscott et Williams, 2006), la “commons-based peer production” (Benkler, 2006), le “produsage” (Bruns, 2008), et des idées comme le Hacktivisme (Auty, 2004) ou les mash-up (Hartmann et al. 2006) ont vu la lumière plus récemment. En parallèle, on assiste par ailleurs à l’émergence de critiques qui mettent en évidence les manières dont ces aspects novateurs pourraient n’être que la perpétuation, plus ou moins évidente, d’une logique capitaliste traditionnelle – ce qui semble alimenter les conflits autour de thèmes tels que le contrôle, la surveillance, l’exploitation de la gestion de la propriété intellectuelle, la déqualification, etc. (Lash, 2002, Terranova, 2000, De Paoli et Storni, 2011).

Au lieu de considérer l’émergence de ces nouveaux paradigmes de production comme une question de fait et une logique déjà stabilisée, ce track a cherché à décrire et à comprendre les pratiques et les dynamiques caractérisant les collectifs socio-techniques qui sous-tendent les phénomènes mentionnés ci-dessus. Il a aussi cherché à discuter de comment celles-ci nous aident à repenser non seulement la traditionnelle division du travail entre production et consommation, mais la signification même des termes production, consommation et bien (communs) dans la société de l’information.

 

En faisant le point sur ses recherches de longue date autour de la technologie et du changement social, David Hakken a questionné la validité d’une de ces notions en train de se faire, celle de “playbor“. Toute une gamme de nouveaux termes est maintenant utilisée pour renvoyer à l’idée que les technologies de réseautage social sont en train de transformer la nature du travail et la production de valeur. Le terme “playbor” a été inventé pour caractériser l’activité volontaire au moyen de laquelle est généré un cash flow substantiel (par exemple, les vidéos YouTube postées, voir créés par les utilisateurs, mais aussi le développement des logiciels libres). Ce terme s’applique également aux activités plus au moins “de loisir”, comme le friending ou le liking, qui sont à l’origine de plusieurs pratiques de data mining et de vente de données. De telles pratiques, s’est demandé l’auteur, indiquent-elles l’émergence de nouvelles formes de création de valeur dans les économies capitalistes? Si oui, y a-t-il raison de mettre en relation l’émergence de ces formes avec des changements importants dans les dynamiques de production et reproduction du lien social? Y a-t-il une nouvelle dynamique suffisamment importante pour justifier une utilisation importante de “playbor” et de néologismes similaires (par exemple, prosumption), et une articulation théorique de ce concept? Les réponses à ces questions, a conclu l’auteur, exigent d’adopter une perspective évolutive sur le développement des institutions du travail, du business, du marché. C’est justement une telle perspective que l’anthropologie, croisée avec les STS, peut fournir.

 

Alessandro Gandini, doctorant à l’université de Milan-Bicocca, a discuté à partir des résultats préliminaires de son terrain de thèse – l’analyse de trois réseaux de professionnels de la création en freelance – l’hypothèse principale qui sous-tend son travail. Cette hypothèse est que la réputation – par rapport à d’autres facteurs comme les compétences, l’éducation et le capital social traditionnel, basé sur la confiance – est le facteur clé pour déterminer le revenu des travailleurs indépendants en réseau, à la fois en ligne et hors ligne, au point qu’il peut devenir possible d’argumenter sur l’existence d’une économie de la réputation. L’auteur considère la possibilité d’une relation causale entre la réputation et le revenu dans le secteur de la création, impliquant que la réputation a un effet direct dans la détermination du revenu d’un travailleur indépendant; plus élevé est le statut de la réputation, plus élevé sera le revenu, indépendamment des compétences du travailleur, de son parcours, ou du capital social accumulé dans le réseau.

 

Basée sur une recherche en cours sur la relation entre le “produsage” (hybride entre production et usage) et le développement du logiciel libre, la contribution de Giacomo Poderi a donné un aperçu des façons dont les pratiques d’utilisation et le design se mélangent dans le cas d’un projet de jeu vidéo. En se concentrant sur les façons dont les produsers créent du contenu pour le jeu, et sur comment ces contenus créés par les utilisateurs interagissent avec la conception de base du jeu, cette contribution s’est servie du cas de Battle for Wesnoth (BFW), un jeu vidéo de stratégie, localisé dans un monde fantastique, pour montrer les pratiques de produsage dans les jeux vidéo. Les produsers peuvent contribuer en fournissant des nouveaux éléments de jeu qui construisent le monde fantastique de Wesnoth. Toutefois, puisque la dimension stratégique du jeu consiste à faire correspondre les meilleures unités aux ennemis en difficulté, et à combattre sur des terrains favorables à un moment favorable de la journée, les attributs que les produsers inscrivent dans les contenus qu’ils créent ont le potentiel de changer ce qui peut être considéré comme favorable et ce qui ne l’est pas, dans des spécifiques scénarios de jeu, car ils entrent en relation constante à la fois avec les contenus précédemment créés par les utilisateurs et avec la conception originelle du jeu. Ainsi, chaque nouvelle contribution remet en question la mesure dans laquelle BfW peut être considéré comme un jeu de stratégie “équilibré”. Le collectif cherche constamment à garder le jeu en équilibre, même si l’équilibre n’existe pas – et ne peut pas être rejoint.

 

La présentation de Davide Dusi, de la Fondation Ahref de Trento, a mis en avant la notion de médias sociaux comme “écologie sociale“. Il s’agit du scénario de référence dans lequel l’auteur a analysé un projet de narration relatif à la région Trentin, développé par la Fondation. Le projet utilise une plate-forme participative (Timu), qui permet la production collaborative de l’information, et qui a donné l’occasion aux chercheurs Ahref de suivre la formation d’une “communauté ingénieuse” (Levy, 2008), terme emprunté à la notion américaine de smart communities, sorte de miroirs de l’intelligence collective et créatrices de modèles d’organisation qui ont récemment été appelés “adhocratiques” (Strati, 2008).

 

En conclusion de séance, ma présentation a enfin porté sur les manières dont, dans les services Internet en peer-to-peer, les tentatives d'”élimination des intermédiaires” portent le plus souvent à la création de nouvelles médiations. La complexité de la démarche de décentralisation des services Internet en pair à pair n’impacte pas seulement l’organisation technique de ces dispositifs, mais se révèle l’enjeu central de la recherche de modèles économiques pour les services en architecture distribuée. Dans le cas où ces services arrivent à se poser la question de la durabilité de leurs modèles économiques – dans bien de services P2P,  ce n’est pas (encore) le cas – la question de l’intermédiation se pose à nouveau et avec force. Si ces services préconisent un modèle où un nœud/utilisateur est à la fois un fournisseur et un demandeur de ressources informatiques (temps CPU, espace du disque dur, bande passante), ainsi qu’un producteur et un consommateur de contenus, ma présentation a souhaité montrer comment la recherche de l’ « élimination des intermédiaires » (Elkin-Koren, 2006), que le P2P semble naturellement, implicitement suggérer avec sa récusation de principe du modèle client/serveur, ouvre souvent la voie à d’autres formes d’intermédiation – qui, en redéfinissant l’intermédiaire comme quelque chose de distribué, omniprésent, pervasif et invisible, ne l’effacent pas pour autant.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website