De l’intermédiaire vers le contrôle de l’infrastructure globale

Mana Neyestani © – page Facebook: https://www.facebook.com/ManaNeyestani?fref=ts

Dans le billet précédent, Francesca Musiani discutait très justement de la responsabilité des intermédiaires de l’Internet dans le cas de publications de contenus « insultants » ; du moins capables de provoquer des réactions « tangibles » dans la sphère publique (et non « virtuelles » ; elle s’appuyait sur l’exemple des heurts violents en Lybie et en Égypte suite à la publication du teaser d’un supposé film intitulé Innocence of Muslims sur la plateforme vidéo YouTube appartenant à Google[1]).

Certes la position de ces intermédiaires est plus que délicate dans le cadre « d’affaires » comme celle-ci[2] ; Cécile Méadel insistait d’ailleurs (dans les commentaires du billet) sur le fait que ces mêmes géants du web, Google, Facebook, Twitter, etc. reconnaissent la possibilité qu’ils ont de bloquer des contenus (stratégies Notice and Take down et Follow the money mis en place pour lutter, par exemple, contre la “contrefaçon” des contenus dont la propriété intellectuelle est protégée ou contre des données pédopornographiques). Face à ces évènements, se pose donc à nouveau la question de savoir qui est « légitime » pour retirer ou laisser en ligne des contenus offusquants car à l’heure actuelle, seuls ces géants du web semblent dotés d’un pouvoir de retrait, pour le meilleur et pour le pire mais à chaque fois au détriment de leurs utilisateurs et des internautes. Alors que révèlent de plus les « dessous » de cette affaire (ou plutôt les « tuyaux » par lesquels elle a été médiatisée)?

            Pour qui s’intéresse aux questions culturelles et politiques du monde arabe contemporain, Yves Gonzalez-Quijano propose, sur son édifiant carnet de recherche, une lecture tout à fait particulière de cette affaire à la fois linguistique et socio-politique.

 […] un des aspects les plus étonnants de cette nouvelle crise entre le « monde musulman » et « l’Occident » tient sans nul doute à cette étonnante alliance entre la bêtise des hommes (ceux qui sèment la haine de l’islam) et les armes dites « intelligentes » (lire Of stupid men and smart machines sur le site Jadaliyya.

Entre autres conséquences, cette nouvelle « affaire » va également contribuer à faire évoluer l’image publique des réseaux sociaux et de leur utilisation. Là aussi, le temps de l’innocence a pris fin et on note […] un sentiment de plus en plus plus mitigé vis-à-vis des réseaux sociaux et plus largement des technologies numériques, capables, on l’observe de plus en plus, du pire comme du meilleur.

En plus d’illustrer les nécessaires opérations de traduction (au sens large) à effectuer dans le cadre de cette crise, Yves Gonzalez-Quijano avance dans cet article plusieurs éléments qui nous amènent à nous interroger sur la « possession » des infrastructures de télécommunication. Effectivement, quelques jours après cette affaire, l’Iran décidait de verrouiller Internet prétextant le « mal » que provoquent les géants-américains de l’Internet (mettant en exergue la diffusion (sur YouTube donc Google, donc Gmail…) du film scandale mentionné précédemment. Prétexte plutôt absurde en Iran, pays majoritairement chiite et n’ayant pas le même rapport aux représentations du prophète que l’iconoclasme sunnite[3]). Depuis lors, l’Iran serait soit disant déconnecté du réseau mondial et désormais, en tant qu’Etat, à la tête d’une sorte d’Intranet géant (et « hallal », soit « licite » en opposition à l’Internet mondial jugé corrompu (Google et Gmail en ligne de mire) par les autorités iraniennes (voir à ce sujet l’article de Pierre Alonso sur le verrouillage de l’Internet en Iran. Quelques jours avant les déclarations du ministre iranien délégué aux Communications et aux technologies de l’information, Reza Taghipour, la liste de discussion de TOR, The Onion Router (plus d’informations ici) commençait à se préoccuper de cette possibilité et débattait des solutions techniques à opposer à ce blocage qui a surtout comme explication la volonté iranienne de se couper du réseau mondial, non pas pour hallaliser quoi que ce soit mais plutôt pour se prévenir d’attaques du type Stuxnet Olympic Games, programme de piratage informatique développé et lancé en 2011 par les américains et les israéliens afin de compromettre le programme nucléaire iranien (voir l’article d’Olivier Tesquet à ce sujet). Loin d’un soit disant « choc des civilisations » prédit par Huntington, des mythes de « guerres culturelles » ou religieuses, de protéger des utilisateurs des « dangers » que représentent les réseaux sociaux, l’enjeu est surtout ici industriel et terriblement « technologique ». L’objectif : contrôler les « tuyaux de l’information » et tout ce qu’on fait circuler à l’intérieur (encore une fois, on se préoccupe très peu des utilisateurs).

On en revient donc encore une fois à Francesca Musiani et à ce qu’elle déclarait à propos des infrastructures et de l’importance de leur études en SHS (article Caring about the plumbing: On the importance of architectures in social studies of (peer-to-peer) technology:

ARCHITECTURES MATTER!

En regardant cette « affaire » Innocence of muslims et la décision iranienne de se couper du réseau mondial avec un autre angle d’analyse et nos lunettes d’infrastructures studies ; on se rend compte qu’il s’agit peut être ici de contrôler des architectures « physiques » (les câbles, les fils, la fibre optique, les tranchés, etc.) et que ce faisant, des intermédiaires publics pourront bloquer (un peu) les modes de circulation de toutes ces données sur le web qui échappent, la plupart du temps, à n’importe quel type de contrôle (D’ailleurs, un tribunal portugais a jugé récemment les échanges peer to peer légaux).

Mais quel(s) câble(s) vont-ils et pensent-ils couper en se référant à cette carte ? Comment pensent ils contrôler les autres types de connexions pouvant être établies via radio-transmission transfrontalière, ou satellitaire? Pourquoi le faire maintenant ? Apparemment, le type de surveillance qu’ils veulent appliquer est assez simple et la liste de diffusion de TOR planche sur des solutions à opposer à ce blocage (ce qui semble compliqué d’après les rapports de tentatives des codeurs-développeurs militants bénévoles du routage en oignon). Ce dernier est basé sur une sorte de barrière entre espaces ‘public’ (visible par tous), et privé (visible localement seulement) selon certaines « familles d’adresses ». Les conventions de ces espaces sont spécifiées dans RFC 1918 (RFC : Request For Comments). Selon Tawfik Nassar, consultant en informatique,

Toute adresse IP (Internet Protocol) 10.X.X.X est une adresse privée. Les adresses 192.168.X.X aussi… C’est-à-dire qu’on peut avoir des millions de machines dans le monde ayant le même numéro (ex : 10.1.1.1) sans que cela provoque une confusion même lorsqu’elles sont connectées au réseau Internet (pourvu que le numéro de chacune soit unique dans son propre réseau local).

En réalité, chacune de ces machines est obligatoirement connectée au web à travers une machine qui, elle, a un numéro ‘public’ – donc unique sur le web (un « nœud central »). C’est à partir de cette machine qu’on pourrait filtrer / router les infos du web vers les machines de son ‘réseau local’ (ayant des numéros privés). Personne non plus de l’extérieur ne pourrait avoir accès aux machines internes… À moins que la machine de routage fasse les traductions d’adresses (public/privé) nécessaires à ces communications. C’est presque le cas lorsqu’on est à St Nom la Bretèche (Yvelines) avec un routeur WiFi (lui-même connecté à une machine Orange quelque part à Rambouillet)… Sauf que ces machines sont toutes sympas et laissent tout passer… Enfin… Pour le moment…

Une telle opération s’est produite en janvier 2011 en Égypte : les robinets de l’information furent tout simplement « coupés » lorsque le régime Moubarak s’aperçut qu’il n’était plus en mesure de contrôler la vitesse de circulation de l’information sur le web. Très rapidement, l’affaire fit grand bruit et Google, via l’intermédiaire d’un de leurs employés, Wael Ghoneim, créa des solutions pour continuer de pouvoir utiliser le web via des canaux détournés tels que le système GSM (le speak to tweet développé avec Twitter) ou les bon vieux modems téléphoniques (en passant par les numéros de téléphones de FAI étrangers). Mubarak avait dû rouvrir les vannes pour garder la face quelques jours de plus… On connaît tous l’écho que les réseaux sociaux lors du printemps arabe. Alors que faire face au retour de bâton des plomberies de la communication et à la peur qu’un plombier fou vienne tout couper sous prétexte que c’est « bon » pour les utilisateurs?

Étant ces jours-ci à Barcelone pour l’International Summit for Community Wireless Networks, je me rends compte que c’est, entre autres, ce genre de questions et de problématiques qui ont amené au financements de projets de réseaux communautaires sans fils de grandes envergures (de type Commotion ou CONFINE, c’est toujours le cas après l’intervention de Fabrizio Sestini – Programme manager at the European Commission DG INFSO, currently in charge of the multidisciplinary initiatives on “Collective Awareness platforms for Sustainability and Social Innovation” and “Internet Science). Ce type d’initiative est plutôt simple à résumer : au delà de créer un software performant capable de gérer la compatibilité et la communication entre divers types de devices, ces projets se veulent pédagogiques et se définissent comme des toolkits capables d’amener les utilisateurs à créer leurs propres réseaux communautaires, à les entretenir et à les étendre. Ils se veulent outils de développement civique, social, technique, politique et culturel (l’exemple de Détroit utilisant Commotion et de la Detroit Digital Justice Coalition est probant) et « esquisses » de l’internet du futur (plus localisé, plus « pris en charge » par ses utilisateurs, plus responsabilisé). Mais de quoi sont ils le nom précisément ?

C’est au croisement de ces problématiques que s’articule notre travail de recherche. Nous y reviendrons dans un autre billet prochainement (Compte rendu de l’International Summit for Community Wireless Network Barcelona) et tout au long du projet ADAM pour essayer de définir le nom de ce type de réseaux décentralisés, sans fils et mobiles.


[1] Notons dès à présent que ce film, en fait la bande annonce d’un long métrage qui ne verra certainement jamais le jour, fût tournée en 2011 et que les conditions de sa production puis de sa publication ultra médiatisée sont plus que douteuses. Voir notamment l’article de Gawker à ce sujet celui d’Arte Journal du Globe et du Point.

[2] Et comme le rappelle Yves Gonzalez-Quijano (cpa.hypothèses.org), “Inutile de revenir sur les détails d’un « scénario », celui de la fabrication de cette crise, laquelle n’a de toute manière pas encore livré tous ses secrets”.

[3] Citons ici également, un autre article publié en octobre 2011 par Yves Gonzalez-Quijano sur cpa.hypotheses.org (à lire ici http://cpa.hypotheses.org/3015) qui relativise l’actualité de l’iconoclasme sunnite: “Lors d’un débat consacré par la chaîne saoudienne (très halal) Al-Arabiya, deux juristes importants, Saleh Al-Luhaydân (صالح بن محمد اللحيدان) et Hatem Al-Sharif (حاتم الشريف) ont ainsi publiquement relativisé le tabou d’une représentation des figures majeures de l’islam, tels que les prophètes ou ceux qu’on appelle les « Compagnons » (Sahaba). Ils sont même allés jusqu’à reconnaître qu’elle n’était pas forcément illicite…”


François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

International Summit for Community Wireless Networks (Streaming)

Suivez en direct l’International Summit for Community Wireless Networks

4-7 October 2012 | Universitat Politècnica de Catalunya Barcelona, Spain

 

Cet évènement rassemble la majeure partie des initiatives de réseaux décentralisés mobiles à travers le monde (Commotion, Serval, Guifi, Freifunk, Funkfeur, Tidepools, etc.). Nous reviendrons dans un billet plus long sur cette conférence mais d’ores et déja, vous pouvez suivre les conférences et les discussions grace à un streaming en direct.

 

Sponsors de ce colloque:

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Bloquer ou pas bloquer? Les contenus “insultants” et les intermédiaires de l’Internet

Ci-dessous le texte de mon intervention au séminaire “Religion, Freedom of Expression, and Outrage” organisé par le Master in Foreign Service de l’université de Georgetown. J’y discute de la position délicate des intermédiaires de l’Internet, entre capacité de controle, responsabilité et “soft power”, dans les cas de publication de contenus “insultants” sur des services en ligne comme Facebook, Twitter ou – comme l’a montré récemment le vidéo ridiculisant Mahomet – Google.

 

Google and Video Blocking: Control (and Responsibility) of Information Intermediaries on the Internet

Francesca Musiani

Religion, Freedom of Expression, and Outrage – Panel Discussion

 

The “Embassy Riots” that have shaken the Arab world a couple of weeks ago, following the publication on the Internet of an “American-made video” (better defined as a video made by an individual with American citizenship) ridiculing the Prophet Muhammad, offer one further, important occasion to reflect on one of the very relevant questions of our connected world – the extent of the control (and the responsibility) that the great information services, intermediaries and gatekeepers of today’s Internet exert on user-generated, online-published content. Google’s decision to selectively block the video in violence-stricken countries, while not removing it from the service altogether, raises, indeed, fundamental questions about the control that Internet companies have over online forms of expression. Should the companies themselves decide what standards govern what is seen on the Internet? How consistently should these policies be applied, and are de facto applied? What to do of “critical precedents”, like this one, in the future?

This most recent debate stems from the decision by Google – the “giant” of online search, which owns the very popular video streaming service YouTube – to block access to the infamous video in two of the countries that have experienced the most severe upheavals, Egypt and Libya, while at the same time choosing not to remove it completely from its Web site. Google’s decision is based on a number of conflicting dynamics. On one hand, its capacity, stated by contract, to block access to content on a country-by-country basis. On the other, its stated approach to have a “bias in favor of free expression – not just because it’s a key tenet of free societies, but also because more information generally means more choice, more power, more economic opportunity and more freedom for people” – an ideology that has been upheld repeatedly by Google’s top leaders in the recent past, including a number of very vocal reproaches to China’s online censorship efforts, and refusals to remove content deemed as delicate or unacceptable by governments – including the United States. This is reflected in YouTube’s terms of service: according to them, hate speech is speech against individuals, not against groups. All of this is enshrined in the company’s obviously steady lack of willingness to play any part, even indirectly, in fueling violence that has already resulted in American deaths.

In short, as the video mocks Islam but not Muslim people and is therefore, by Google’s own admission, “clearly within the company’s guidelines”, it has been allowed to stay on the site in most of the world – while “given the very difficult situation in Libya and Egypt”, a Google representative has remarked, the company has “temporarily restricted access” in both countries.

The New York Times has recently reported the opinion of Peter Spiro, a constitutional and international law professor at Temple University in Philadelphia. The scholar was adamant in saying that “Google is the world’s gatekeeper for information, so if Google wants to define the First Amendment to exclude this sort of material then there’s not a lot the rest of the world can do about it (and) it makes this episode an even more significant one if Google broadens the block.” Indeed, in addition to emphasizing the amount of control that Internet companies can exert alongside governments (sometimes, superseding them) on what should, and should not, be publicly and freely expressed online, the Embassy Riots also highlight the difficult positions that content platforms are sometimes put in – because of the responsibility that their “privileged gatekeeper status” entails.

All Web companies that allow people to post content online — Facebook, Twitter, Google — grapple with issues involving content. The questions are complicated by the absence of geographical boundaries on the Internet, that require companies to navigate through a highly heterogeneous ensemble of laws and cultural traditions. Web companies receive dozens of requests a month to remove content. Google, in particular, has continually referred to its guidelines to remove only content that breaks laws or its terms of service, and only at the explicit request of users, governments or courts. In this light, blocking the anti-Islam video was exceptional, although “the decision to block in those two countries specifically is kind of hard to second guess, considering the severity of the violence in those two areas,” pointed out Kevin Bankston, director of the free expression project at the DC-based Center for Democracy and Technology. Some wonder what precedent this might set. Rebecca MacKinnon, co-founder of Global Voices, a worldwide network of bloggers, has remarked that “it depends on whether this is the beginning of a trend or an extremely exceptional response to an extremely exceptional situation.”

Google’s response to the “Embassy Riots” can be read as perplexing and disquieting, if the enormous weight of the Internet company ends up pushing for the first one of these alternatives. To quote Kevin Bankston again, the video blocking may send the message that “if you violently object to speech you disagree with, you can get it censored.” It may also be read in a more positive light, as an attempt by one of the Internet’s foremost “giants” to craft more articulate, complex and nuanced policies on content removal, user rights, and the power of intermediaries – even when it is less risky, not just for the users but for the company itself, to take a more extreme stance of absolute openness or absolute restriction. Time will tell what is going to build on this episode, be it a critical precedent or an isolated case – but one thing may be concluded for now: it demonstrates, not for the first time, the court-of-law-like powers of Internet information intermediaries, de facto able to decide what content remains public, and what is taken out. But the techno-juridical framework governing online freedom of expression – and with it, transparency and accountability of individuals, companies and governments – is still very much in the making.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

L’ “Infrastructure Turn” dans l’étude de la gouvernance de l’Internet

Au cours de sa note de lecture du nouveau livre de Brett Frischmann, “Infrastructure: The Social Value of Shared Resources”, Laura DeNardis soulève des points importants sur la gouvernance de et avec l’infrastructure de l’Internet – on est en train d’assister, souligne-t-elle, à un “turn to infrastructure” dans les études de l’IG.

L’entrée de blog de Laura DeNardis sur le site de Concurring Opinions:

“Drawing from economic theory, Brett Frischmann’s excellent new book Infrastructure: The Social Value of Shared Resources (Oxford University Press 2012) has crafted an elaborate theory of infrastructure that creates an intellectual foundation for addressing some of the most critical policy issues of our time: transportation, communication, environmental protection and beyond. I wish to take the discussion about Frischmann’s book into a slightly different direction, moving away from the question of how infrastructure shapes our social and economic lives into the question of how infrastructure is increasingly co-opted as a form of governance itself.

Arrangements of technical architecture have always inherently been arrangements of power. This is certainly the case for the technologies of Internet governance designed to keep the Internet operational. This governance is not necessarily about governments but about technical design decisions, the policies of private industry and the decisions of new global institutions. By “Infrastructures of Internet governance,” I mean the technologies and processes beneath the layer of content and inherently designed to keep the Internet operational. Some of these architectures include Internet technical protocols; critical Internet resources like Internet addresses, domain names, and autonomous system numbers; the Internet’s domain name system; and network-layer systems related to access, Internet exchange points (IXPs) and Internet security intermediaries. I have published several books about the inherent politics embedded in the design of this governance infrastructure.  But here I wish to address something different. These same Internet governance infrastructures are increasingly being co-opted for political purposes completely irrelevant to their primary Internet governance function.

The most pressing policy debates in Internet governance increasingly do not involve governance of the Internet’s infrastructure but governance using the Internet’s infrastructure.  Governments and large media companies have lost control over content through laws and policies and are recognizing infrastructure as a mechanism for regaining this control.  This is certainly the case for intellectual property rights enforcement. Copyright enforcement has moved well beyond addressing specific infringing content or individuals into Internet governance-based infrastructural enforcement. The most obvious examples include the graduated response methods that terminate the Internet access of individuals that repeatedly violate copyright laws and the domain name seizures that use the Internet’s domain name system (DNS) to redirect queries away from an entire web site rather than just the infringing content. These techniques are ultimately carried out by Internet registries, Internet registrars, or even by non-authoritative DNS operators such as Internet service providers. Domain name seizures in the United States often originate with the Immigration and Customs Enforcement agency. DNS-based enforcement was also at the heart of controversies and Internet boycotts over the legislative efforts to pass the Protect IP Act (PIPA) and the Stop Online Privacy Act (SOPA).

An even more pronounced connection between infrastructure and governance occurs in so-called “kill-switch” interventions in which governments, via private industry, enact outages of basic telecommunications and Internet infrastructures, whether via protocols, application blocking, or terminating entire cell phone or Internet access services. From Egypt to the Bay Area Rapid Transit service blockages, the collateral damage of these outages to freedom of expression and public safety is of great concern. The role of private industry in enacting governance via infrastructure was also obviously visible during the WikiLeaks CableGate saga during which financial services firms like PayPal, Visa and MasterCard opted to block the financial flow of money to WikiLeaks and Amazon and EveryDNS blocked web hosting and domain name resolution services, respectively.

This turn to governance via infrastructures of Internet governance raises several themes for this online symposium. The first theme relates to the privatization of governance whereby industry is voluntarily or obligatorily playing a heightened role in regulating content and governing expression as well as responding to restrictions on expression. Concerns here involve not only the issue of legitimacy and public accountability but also the possibly undue economic burden placed on private information intermediaries to carry out this governance. The question about private ordering is not just a question of Internet freedom but of economic freedom for the companies providing basic Internet infrastructures. The second theme relates to the future of free expression. Legal lenses into freedom of expression often miss the infrastructure-based governance sinews that already permeate the Internet’s underlying technical architecture. The third important theme involves the question of what this technique of governance via infrastructure will mean for the technical infrastructure itself.  As an engineer as well as a social scientist, my concern is for the effects of these practices on Internet stability and security, particularly the co-opting of the Internet’s domain name system for content mediation functions for which the DNS was never intended. The stability of the Internet’s infrastructure is not a given but something that must be protected from the unintended consequences of these new governance approaches.”

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Diaspora en open source

Le réseau social en P2P, Diaspora, dont nous avons déjà parlé, sous pression après les importants financements qu’il avait réussi à lever, passe en open source, ce que d’aucuns considèrent comme rendant tangible son échec présent: son incapacité à générer un effet de réseau indispensable à son succès auprès du grand public.

La conclusion laisse encore une porte ouverte pour l’avenir de Diaspora: “I remain cautiously optimistic that the open source community can create something great out of the code the founders released into the wild. Perhaps the existing code will be forked and become the basis for a new project that lacks Diaspora’s baggage. But no matter the outcome, its troubled development will stand as a crowdfunding cautionary tale about the dangers of promising much more than you can deliver.”

Traduction française ici, par la Revue Réseaux TIC

De Boston à Paris, l’ “autopartage peer-to-peer”

La meilleure application “sociale et locale” aux App Awards 2012? Il s’agit de la “porte d’entrée” à Buzzcar, système d’autopartage (ou car sharing) distribué fondé en 2011 à Paris par l’Américaine Robin Chase. Si SETI@home, le pionnier des applications de calcul distribué, mettait à profit les cycles processeur et la capacité de calcul non utilisée des ordinateurs participants, Buzzcar propose de mettre à profit les voitures des appartenants à la communauté aux moments où elles ne sont pas utilisées.

L’idée centrale de Buzzcar est, comme les services de partage de voitures traditionnels, de proposer à ses membres de louer des voitures à l’heure ou à la journée, et donc de payer selon l’usage. Par ailleurs, les ressources du système ne sont pas des voitures spécifiquement achetées par l’entreprise et destinées à la location de la part des clients, mais les voitures des clients elles-mêmes, mises à disposition quand ils le souhaitent. L’originalité du système tiendrait à un mélange de facteurs environnementaux (pas d’ajout de nouveaux véhicules sur la route, pas d’émission de CO2 à la production, et pas de places de parking supplémentaires), d’amélioration de choix (plus de variété, d’accessibilité et de proximité possibles si suffisamment de voitures et d’utilisateurs participent au programme), et surtout, de contrôle de l’utilisateur (il n’est pas nécessaire d’attendre qu’une entreprise de location de voitures s’installe dans sa ville, mais le service d’autopartage peut être créé en inscrivant sa voiture à Buzzcar et en invitant ses amis à rejoindre la communauté).

Pourquoi la France? Robin Chase – déjà PDG de la startup de ride-sharing GoLoco, basée à cambridge, Massachusetts – considère que le marché européen est beaucoup plus “prêt” pour des modifications radicales dans le système de transport que les Etats-Unis. Buzzcar est censée être un mélange des efforts précédents de l’entrepreneure américaine, Zipcar – un système de location “by the hour” de voitures distribuées dans nombre de stations autour de la ville – et GoLoco – un service où les personnes paient pour être transportés par d’autres voitures dans le réseau, dont les conducteurs perçoivent une rémunération monétaire. Buzzcar est une start-up construite sur l’utilisation des “idle cars” de certains utilisateurs par d’autres utilisateurs – sur la base d’un système de rémunération et compensation similaire. Robin Chase décrit son service ainsi:

“It’s peer-to-peer car-sharing. We’re leveraging excess capacity of individuals and giving them a platform for participation,”

Selon elle, le monde n’était pas encore prêt à exploiter pleinement l’autopartage, mais beaucoup de choses sont arrivées au cours des années plus récentes pour le rendre plus faisable (et profitable). La technologie des smartphones rend possible et quasi-instantanée toute opération de réservation – y compris d’une voiture. Robin Chase a donc dédié une attention spéciale à la facilité de téléchargement et d’usage de l’application Buzzcar, pour minimiser les barrières à l’entrée – réelles ou perçue – pour les utilisateurs. L’essor des réseaux sociaux et des services Web a favorisé la culture du partage et de l’échange d’information, non seulement entre amis, mais aussi entre personnes qui ne se connaissent pas. Si les deux tendances ne manquent pas de susciter des interrogations concernant la vie  privéee des utilisateurs, il est indéniable que le car sharing distribué soit en train de prendre de l’aile grâce à cette double dynamique, comme montre le développement du “cousin” de Buzzcar, l’anglais RelayRides, et nombre d’autres projets semblables.

Le marché européen, selon Robin Chase, est bien plus propice que les Etats-Unis à ces nouveaux avancements dans l’autopartage, pour des raisons qui ont trait, en tout premier lieu, à la motivation des usagers. Elle remarque:

“For car owners, the market is people who are looking to save some money on their car […] The cost of owning and operating a car in Europe is maybe 20 percent higher than in the U.S. So therefore I have more motivated owners. If we look at the drivers, the market is people who can be car independent, very much like Zipcar. Out of any 100 people, there’s a higher percentage of those kind of people in France than there are in the U.S.”

La preuve la plus marquante de cette culture du distribué et du partage serait le système Vélib’ et son “successeur” pour les voitures, Autolib’. Robin Chase conclut:

“I want Buzzcar to be here and be part of that ongoing national conversation […] The idea of Buzzcar is the power of many. The company will provide a network of different kinds of cars in different locations to be used by different people in a wide variety of ways. And allowing people to get the car they want, where and when they want it, and to pay only when they use it, will change the way people think about cars.”

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Des réseaux sociaux plus protecteurs de la vie privée…

Du site de la CNIL:

Les réseaux sociaux peuvent être de formidables outils de communication à disposition des internautes. Toutefois, ils présentent également des risques d’atteinte à la vie privée si les données publiées ne sont pas maîtrisées ou si leurs éditeurs ne mettent pas en œuvre toutes les mesures nécessaires pour protéger les données de leurs membres.   Plusieurs réseaux sociaux ont mis en place des dispositifs plus protecteurs de la vie privée de leurs membres. La CNIL invite l’ensemble des acteurs à s’inspirer de ces bonnes pratiques et propose de les accompagner vers une meilleure conformité.

Le fonctionnement de la majorité des réseaux sociaux repose sur la mise à disposition d’un service gratuit en contrepartie d’une collecte d’informations pour une utilisation commerciale (analyse des profils et de la navigation sur internet pour délivrer de la publicité ciblée, transmissions de données à des tiers, …). Or, il est difficile de déterminer le devenir de ces informations une fois qu’elles sont sur le réseau.

C’est pourquoi le G29 (groupe des CNIL européennes) a précisé les règles applicables aux réseaux sociaux dans un avis du 12 juin 2009. Les CNIL européennes leur demandent notamment de :

  • définir des paramètres par défaut limitant la diffusion des données des internautes
  • mettre en place des mesures pour protéger les mineurs
  • supprimer les comptes qui sont restés inactifs pendant une longue période
  • permettre aux personnes, même si elles ne sont pas membres des réseaux sociaux, de bénéficier d’un droit de suppression des données qui les concernent
  • proposer aux internautes d’utiliser un pseudonyme, plutôt que leur identité réelle
  • mettre en place un outil accessible aux membres et aux non membres, sur la page d’accueil des réseaux sociaux, permettant de déposer des plaintes relatives à la vie privée.

L’ensemble de ces règles n’est malheureusement pas toujours respecté. Aussi, la CNIL tient à souligner la démarche entreprise par certains réseaux sociaux tel que le réseau social Famicity qui s’est engagé à suivre l’ensemble des règles protectrices de la vie privée émises par le G29. La CNIL a accompagné cette mise en conformité de Famicity.

L’initiative du réseau social Diaspora peut également être soulignée. Il s’agit d’un réseau social libre où le contrôle des données personnelles par les utilisateurs est a priori garanti par plusieurs techniques.

D’autres sites proposent également des mesures protectrices, en particulier des mineurs, il s’agit par exemple de Mondokiddo, de le Mini réseau, de l’Univers de Wilby ou de Yoocasa.

La CNIL participe ainsi à la mise en conformité des gestionnaires de réseaux sociaux, et invite à la diffusion de ces bonnes pratiques, à destination notamment des mineurs..

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Infrastructure, “services basés sur l’IP” et l’Internet comme service public

Qu’est-ce qu’un “service basé sur l’IP” (Internet Protocol -IP- enabled service)? La réponse à cette question par les décideurs politiques californiens – et, sous couvert, par une poignée de firmes de communication – pourrait bien, selon la professeure de Harvard Susan Crawford, ex-cadre de l’ICANN, avoir des implications pour le futur du haut débit en Californie, et probablement ailleurs aux Etats-Unis.
Les frontières plus ou moins inclusives de cette définition affectent les manières dont on qualifie les logiciels, les équipements et l’infrastructure qui sous-tendent l’accès des internautes à l’information et aux données – et avec cela, la définition et la possibilité d’accès elles-mêmes.

Le projet de loi que les législateurs de Californie viennent d’accepter, et envoyer pour signature au gouverneur, est en principe centré sur la déréglementation de la Voix sur l’IP (VoIP). Mais le problème, note Susan Crawford, c’est que le projet de loi couvre de facto tous les “services basés sur l’IP.” Or, conformément aux régulations fédérales actuellement en vigueur, les “services basés sur l’IP” comprennent non seulement les contenus et les fonctions qui utilisent des câbles et des ondes, mais aussi les câbles physiques et les antennes elles-mêmes. D’un point de vue légal, cette définition permettrait actuellement de définir en tant que “services basés sur l’IP” tout moyen et contenu de communication, à partir des tuyaux enfouis dans le sol jusqu’à n’importe quel site Web. La Federal Communications Commission, l’autorité de régulation des communications américaine, a re-nommé toutes les communications utilisant le protocole Internet “services basés sur l’IP”. Ce qui, remarque S. Crawford, est comme appeler une autoroute un “parcours compatible avec les voitures électriques, et puis ne la rendre disponible que pour que les gens riches parce que les voitures électriques sont vraiment cool”.

La FCC a entrepris cette activité de “re-nommage” dans l’hypothèse que la concurrence entre les différents types de fournisseurs de communications (téléphone, câble, sans fil) permettrait de protéger les consommateurs en maintenant les prix bas et une qualité de service élevée, et que la réglementation traditionnelle des communications n’était, par conséquent, pas nécessaire. Mais le moment est venu, constate S. Crawford, de constater que cette prédiction ne s’est pas réalisée. La situation des Etats-Unis est actuellement celle d’un pays où les fournisseurs de services mobiles et filaires se sont partagé le marché: AT&T et Verizon abandonnent le câblage des résidences privées, et se concentrent exclusivement sur les réseaux sans fil; tandis que Comcast et Time Warner ont le contrôle des services filaires monopolistiques locaux. Un tel scénario semble propice à l’avènement d’un two-sided market où l’opérateur de communications non seulement ferait payer le consommateur pour l’accès au réseau, mais chargerait également les fournisseurs de services pour l’accès *au* consommateur. Le projet de loi californien semble le résultat de l’influence de ces firmes sur les autorités législatives et de régulation de l’Etat, afin de minimiser la régulation d’un “monopole sur un besoin fondamental”.

Ce qui ramène à l’une des grandes questions de gouvernance de l’Internet: les câbles, les antennes, les tuyaux, bien qu’ils soient propriété d’un ou plusieurs acteurs qui cherchent à en tirer profit, sont-ils à traiter comme un service public, dotés d’une valeur de bien commun, en tant qu’infrastructure qui permet à la richess de l’information et des données sur le réseau de prospérer? L’argument juridique des firmes en question est généralement qu’elles doivent être considérées en tant que “speakers” grâce au Premier Amendement – comme la presse, par exemple – et que par conséquent, toute tentative de les réguler est inconstitutionnelle. Bien qu’il soit probable qu’on entendra répéter maintes et maintes fois cette affirmation dans les années à venir, souligne Susan Crawford, les consommateurs (et électeurs) devraient continuer à insister pour qu’elles soient traitées comme des services publics (utilities), telles l’eau et l’électricité, dont les installations ont été construites en utilisant les biens publics, et sont soumises à un certain degré de surveillance et de réglementation. Sans ce contrôle – conclut S. Crawford – aucune des sociétés Internet qui ont fait la fortune de la Silicon Valley n’aurait été fondée.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Socio-économie du “substrat” du réseau

Le projet ADAM fait sa rentrée, avec quelques suggestions de lecture. Car cet été a vu la parution, sur des journaux à comité de lecture en libre accès, online-only et en langue anglaise, de deux articles susceptibles d’intéresser les lecteurs de ce site et plus en général, les spécialistes des médias en réseau qui s’intéressent à l’économie, à l’architecture et à l’organisation du “réseau des réseaux” et des services qu’il héberge.

La première contribution, “This Is Not a Bit-Pipe: A Political Economy of the Substrate Network”, par les chercheuses du Trinity College de Dublin Rachel O’Dwyer et Linda Doyle, est paru dans Fibreculture en juillet dernier. Les auteures y examinent, dans une perspective de politique economique, les rapports de force qui faconnent les “cultures en réseau” d’aujourd’hui. Elles analysent tout particulièrement l’infrastructure qui soutient la production et la circulation des contenus numériques, sur lesquelles la littérature se focalise souvent de manière exclusive; elles souhaitent ainsi mettre en contexte les ressources sociales et techniques du Web, maintes fois réduites à leur dimension utopique. Les auteures soulignent l’importance de comprendre le “réseau” sur lequel nous basons plusieurs de nos activités quotidiennes comme une composition de couches logiques et physiques contingentes, comme un ensemble d’applications et de contenus, des protocoles et des services mis en œuvre au plus haut niveau du logiciel, mais aussi du substrat inférieur ou “couche physique” du réseau, comprenant du matériel physique, comme les canaux, les routeurs, les technologies de stockage et de traitement, et des ressources telles que le spectre, la bande passante, l’espace physique et l’énergie humaine. Ensemble, ces couches forment l’infrastructure sur laquelle le contenu est produit, distribué et extrait. Bien que la reconnaissance, dans la litterature spécialisée, des logiciels et des protocoles comme artefacts “politiques” soit en plein essor, une analyse de la politique des supports physiques est largement absente de ce débat, soulignent Rachel O’Dwyer et Linda Doyle. Le plus souvent, le substrat materiel du réseau est présenté comme le fondement sur lequel est implémentée une architecture politique. Toutefois, de récentes controverses mettant en évidence l’exercice de la souveraineté politique par l’infrastructure de communication (c’est le cas du “printemps arabe”), et les diverses conditions politiques, environnementales et de travail qui alimentent aujourd’hui l’économie de l’information, sont en train de placer les politiques de la couche physique à l’avant-plan. Il devient clair, concluent les auteures, que nous avons besoin d’une politique économique qui accorde son attention aux manières dont le surplus s’accumule au niveau de toutes les couches du réseau: celle du contenu, celle des processus logiques, et celle du substrat du réseau, où les circuits matériels et immatériels de production convergent, et entrent parfois en conflit. Une telle analyse est un enjeu central pour la conceptualisation d’un nouveau cadre théorique pour la culture libre.

Le deuxième article, aussi publié en juillet dernier, est par l’auteure de ce billet. “Caring About the Plumbing: On the Importance of Architectures in Social Studies of (Peer-to-Peer) Technology“, paru dans le numéro inaugural du Journal of Peer Production, souhaite souligner l’importance, pour les recherches en sciences sociales qui prennent pour objet les médias en réseau, de s’« intéresser aux tuyaux », ou, comme Susan Leigh Star l’a très bien formulé, « faire remonter à la surface le travail invisible » sous-tendant les pratiques, les usages et les échanges en réseau – comme partie intégrante et incontournable des processus de constitution, d’organisation et de changement de la networked society. L’article rassemble et discute un ensemble de travaux réunis autour d’un intérêt pour l’architecture du réseau Internet comme dispositif politique, juridique et économique – une « propriété relationnelle », la trame même des comportements et des interactions des usagers en réseau. Ces travaux fournissent une boîte à outils qui permet d’aller rechercher dans les « couches inférieures » d’un réseau certaines des raisons à la base de choix de développement, de réappropriation par les usagers, de formes d’organisation et de régulation. Ils ouvrent la voie à une analyse des trajectoires d’innovation de l’Internet qui contribue à éclairer comment des formes spécifiques de distribution et décentralisation de l’architecture (ou leur manque) influencent procédures, pratiques et usages. Ils peuvent ainsi constituer le fondement d’une perspective méthodologique et d’approche au terrain qui montre les influences réciproques entre le développement de l’architecture et de l’organisation technique des services P2P alternatifs – leurs points de passage obligés, lieux d’échange et de stockage, croisements des flux – et la définition de leurs usagers, en tant que consommateurs, partageurs, producteurs et « gestionnaires » d’informations personnelles et contenus numériques.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Libéra(lisa)tion : architecture distribuée, mobilité, spectre et corps


 

En mai 2011, Félix Treguer et Jean Cattan publiaient un plaidoyer en faveur d’une libération des ondes radios. Pour le résumer très rapidement, cet article intitulé “Le spectre de nos libertés” (publié sur plusieurs sites web Owni, Mediapart, La Quadrature du Net), posait la question suivante :

[…] Et si les internautes devenaient un peu plus que de simples utilisateurs ? En se voyant offrir la possibilité d’investir les fréquences hertziennes, ils pourraient être des fournisseurs, non seulement de contenus, mais également d’accès. Nous serions alors bien plus que des consommateurs et Internet verrait son caractère acentré et multipolaire préservé. […][1]

L’étude des architectures distribuées « mobiles » nous pousse à travailler sur de tels enjeux. Mais la question n’est pas aussi simple qu’elle n’y paraît, du moins l’on pourrait continuer à se poser nombre de questions quand bien même cette libéralisation voyait le jour. Dans le cadre de réseaux « devices as infrastructures », l’infrastructure réseau est constituée uniquement du parc de terminaux (mobiles, sans fils, hybrides ou « fixes ») et de leurs capacités à utiliser le spectre radio comme vecteur d’échanges d’informations entre eux et avec Internet. Reste que, comme le remarque Treguer et Cattan, l’utilisation de cette ressource invisible correspondant au fait de s’appuyer sur des ondes radios pour transporter de l’information ou en recevoir de manière libre et sans contrat est pour l’instant assez verrouillée par les autorités publiques en France et ailleurs dans le monde (exception faite de certains canaux réservés tels que le Citizen Band (CB), fréquence radio dédiée à la pratique du radio amateurisme et d’autres fréquences permettant l’utilisation de certains terminaux de communication tels que les Talkie-Walkie, appareils bluetooth, télécommandes et liaisons domotiques, etc.[2]).

Libérer le spectre radio au sens où l’entendent les acteurs du wifi libre à l’heure actuelle correspond donc, à la fois, à déverrouiller et à « légaliser » les conditions d’utilisation de technologies et des formes de réseaux dans lesquels les nœuds de ces derniers ne sont ni fixes ni persistants (à la différence des antennes relais GSM par exemple). Une « libéra(lisa)tion » du spectre « légaliserait » donc en quelques sortes des architectures réseaux à la fois spontanées et anarchiques, au sens où la hiérarchie entre les équipements du réseau est beaucoup moins marquée qu’avec des équipements fixes et reliés à des câbles en acier qui sont eux mêmes dans des tranchées sous la terre (ou dans des câbles sous l’océan), reliés à d’autres câbles (ou fibres optiques) grâce à de grands serveurs téléphoniques (grands ou supers-nœuds pour faire un parallèle avec les descriptions de protocoles peer to peer)…

Les réseaux wifi ad-hoc maillés (MESH), ces fameuses architectures distribuées mobiles qui nous intéressent tant dans le cadre du projet ADAM rejouent donc quelque chose de l’histoire des radio télécommunications  à plusieurs niveaux :

– ils réinterrogent le rôle de l’Etat en tant que garant du pluralisme formel (parfois censeur) du spectre radio ;

– ils réinterrogent l’accès public et non contrôlé au spectre comme les radios pirates l’avaient fait avant eux (il y a de cela plus de trente ans en France. Ces radios furent reconnues comme la « première exception au monopole public sur l’accès au spectre électrique »[3]) ;

– ils abordent l’idée d’un « débordement ubiquitaire » de l’Internet sur le spectre hertzien et toutes les conséquences qui en découlent.

De fait, les réseaux wifi autonomes (Guifi, Freifunk, Funkfeuer, etc.) ou les projets de réseaux MESH-MANET à grande échelle (Commotion, Serval, Terranet) se placent comme des passagers clandestins difficiles à appréhender pour l’instant et, en quelques sortes, en dehors de la législation puisqu’ils utilisent les fréquences blanches du spectre radio, sortes de « marges » de débordement des fréquences attribuées à différents opérateurs et gérés par l’Etat (voir article de Ophelia Noor à ce sujet[4]). Mais s’ils venaient à changer d’échelle, c’est à dire à passer du projet humanitaire d’urgence[5] ou du projet civico-diplomatico-numérique[6] à un véritable système de communication grand public mondial, est ce que comme le suggèrent Cattan et Treguer[7], l’Etat resterait le gardien de la nature égalitaire des moyens de communication existants et garantirait ainsi l’expression d’un pluralisme réel ?

Effectivement, il semble aujourd’hui nécessaire de repenser l’exploitation du spectre de façon partagée et décentralisée et il est entendu que l’ouverture de ce dernier serait certainement et sous certains aspects « porteuse d’une nouvelle vague d’innovations technologiques, sociales et démocratiques ». Mais quid de la place des utilisateurs et de leurs corps, ainsi que des futurs opérateurs de télécommunications sur ces réseaux mobiles, autonomes et décentralisés?

Qu’en est-il de ces humains transporteurs des devices, prolongement des capacités des communications de l’homme et corps responsables de la stabilité et de la qualité du réseau (dans le cas de réseau MESH, il faut notamment être à disposition des autres appareils pour assurer les sauts d’utilisateurs à utilisateurs comme dans de nombreuses architectures informatiques distribuées telles que Skype) ? Qu’en est il de cette architecture réseau qui s’anthropomorphise et devient en quelques sortes humaine puisque intégrée dans les poches des utilisateurs du réseau ? Qu’en est il des « nouveaux opérateurs » de télécommunication qui ne font plus de bénéfices sur les ventes d’abonnements et leurs promesses de qualité de service à leurs abonnés (qualité d’émission et de réception de fréquences radios qui assurent la qualité des services de télécommunications proposés) ? Qui sont ils ?

Sont ils ces géants du web tels que Google et Microsoft qui financent via leurs fondations des projets de technologies MESH ? Veulent-ils vendre à tout prix leurs systèmes d’exploitation pour terminaux mobiles et modifier l’économie actuelles des TIC ?

Si Télé-, est le préfixe signifiant l’éloignement, “à distance”; et face à cette réinvention du local et des liens faibles entre utilisateurs de TIC, parlera t’on bientôt de  Péri- communication ou de nouvelles communications de proximité ass?

Il ne faut pas oublier de garder à l’esprit que les objets techniques ont un contenu politique au sens où ils constituent des éléments actifs de l’organisation des relations des hommes entre eux et avec leurs environnement[8], le « braconnage[9] » du spectre par les radios pirates des années 70-80 en étaient une belle illustration. Aujourd’hui face à cette renégociation de ce support de communication sur lequel nous pouvons faire circuler des tonnes d’informations, il est nécessaire de s’interroger en profondeur et sur plusieurs niveaux.


[1] Jean Cattan est allocataire de recherche en droit des communications électroniques à la Faculté de droit d’Aix-en-Provence ; Félix Tréguer est chargé des affaires institutionnelles et juridiques à La Quadrature du Net et doctorant à l’EHESS (http://www.wethenet.eu/).

[2] Pour plus d’informations sur l’attribution des assignations des fréquences et Ultra Hautes Fréquences en France voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/UHF

[3] Treguer, F. and Cattan, J. (2011), Le spectre de nos libertés, OWNI, News, Augmented, en ligne : http://owni.fr/2011/09/12/wifi-alternatif-ondes-radio/, dernière consultation le jeudi 12 juillet 2012.

[4] Noor, O. (2011), Le wifi libre entre en résistance, OWNI, News, Augmented, en ligne : http://owni.fr/2011/09/12/wifi-alternatif-ondes-radio/ dernière consultation le jeudi 19 juillet 2012.

[5] L’application SERVAL par exemple et son principe de déploiement d’un réseau MESH lors de catastrophes naturelles où les infrastructures de communication se sont effondrées (http://www.servalproject.org/).

[6] Tels que Commotion Cf. Allard, L. (2012), La diplomatie du téléphone portable à la conquête des pauvres, Le Monde Diplomatique, mai 2012 (http://www.monde-diplomatique.fr/2012/05/ALLARD/47679)

[7] Treguer, F. and Cattan, J. (2011), op.cit.

[8] Akrich, M. (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, vol. 9, p. 49-64.

[9] De Certeau, M. (1990 (1e éd. 1980)), L’Invention du quotidien, Gallimard, Paris.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média

Critique du livre Les Réseaux sociaux – Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux et de l’article Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média – Annie Gentès, François Huguet – Collection du Nouveau Monde industriel sous la direction de Bernard Stiegler (éditions Fyp, Paris, 2012) sur Nonfiction.fr

 

Des réseaux pas si sociaux, un ouvrage collectif qui remet en question nombre d’idées reçues sur notre façon de vivre le “Web social” par Maxime Vaudano, étudiant à l’école supérieure de journalisme de Lille. Retrouvez la critique ici.

Les alternatives aux réseaux sociaux – l’architecture distribuée et le design de média-Gentes, HuguetCulture politique et ingénierie des réseaux sociaux (direction Bernard STIEGLER) Annie GENTES & François HUGUET

 

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Internet et les nouveaux paradigmes de production @ STS Italia

Le quatrième congrès de la Société italienne pour les études sociales des sciences et des techniques (STS Italia) a eu lieu à Rovigo, dans le sud de la Vénétie, du 21 au 23 juin derniers. Celle qui se proposait a priori comme une conférence nationale a en effet réuni plus de cent participants provenants de toute l’Europe, ainsi que des Etats-Unis et de l’Asie, et a été pendant trois jours le forum de débats intéressants, vivants et variés sur le thème “Technologies émergentes, mondes sociaux”. J’ai participé tout particulièrement au quatrième track, organisé par Stefano De Paoli, Cristiano Storni et Maurizio Teli, qui portait sur les contributions de l’approche STS (Science & Technology Studies) à l’étude des nouveaux paradigmes productifs qui prennent forme sur et avec l’Internet.

 

Il s’agissait, pour les exposés présentés au sein de ce track, d’explorer les manières dont la diffusion omniprésente de l’Internet à l’échelle mondiale montre l’émergence de nouveaux arrangements socio-techniques, qui semblent remettre en cause la séparation traditionnelle entre production et consommation. D’une part, nous assistons à l’émergence et la consolidation d’un paradigme de production novateur, où les processus de production sont décentralisés, répartis sur une masse d’acteurs pas forcément individualisés, mais pro-actifs. Parmi les exemples de cette tendance figurent notamment la communauté de contributeurs à Wikipédia, les développeurs de logiciels libres et open source, les folksonomies, les plates-formes de crowdsourcing, le hacktivisme et les communautés Do-It-Yourself.

Comme l’avaient souligné les organisateurs de la session dans leur appel à communications, de nouveaux concepts ont été développés dans une tentative de saisir ces nouvelles pratiques et ces nouveaux agencements sociotechniques: si Toffler (1980) a théorisé à la fin des années 1970 l’émergence du prosumer, à la fois producteur et consommateur de biens, d’autres concepts tels que les “Wikinomics” (Tapscott et Williams, 2006), la “commons-based peer production” (Benkler, 2006), le “produsage” (Bruns, 2008), et des idées comme le Hacktivisme (Auty, 2004) ou les mash-up (Hartmann et al. 2006) ont vu la lumière plus récemment. En parallèle, on assiste par ailleurs à l’émergence de critiques qui mettent en évidence les manières dont ces aspects novateurs pourraient n’être que la perpétuation, plus ou moins évidente, d’une logique capitaliste traditionnelle – ce qui semble alimenter les conflits autour de thèmes tels que le contrôle, la surveillance, l’exploitation de la gestion de la propriété intellectuelle, la déqualification, etc. (Lash, 2002, Terranova, 2000, De Paoli et Storni, 2011).

Au lieu de considérer l’émergence de ces nouveaux paradigmes de production comme une question de fait et une logique déjà stabilisée, ce track a cherché à décrire et à comprendre les pratiques et les dynamiques caractérisant les collectifs socio-techniques qui sous-tendent les phénomènes mentionnés ci-dessus. Il a aussi cherché à discuter de comment celles-ci nous aident à repenser non seulement la traditionnelle division du travail entre production et consommation, mais la signification même des termes production, consommation et bien (communs) dans la société de l’information.

 

En faisant le point sur ses recherches de longue date autour de la technologie et du changement social, David Hakken a questionné la validité d’une de ces notions en train de se faire, celle de “playbor“. Toute une gamme de nouveaux termes est maintenant utilisée pour renvoyer à l’idée que les technologies de réseautage social sont en train de transformer la nature du travail et la production de valeur. Le terme “playbor” a été inventé pour caractériser l’activité volontaire au moyen de laquelle est généré un cash flow substantiel (par exemple, les vidéos YouTube postées, voir créés par les utilisateurs, mais aussi le développement des logiciels libres). Ce terme s’applique également aux activités plus au moins “de loisir”, comme le friending ou le liking, qui sont à l’origine de plusieurs pratiques de data mining et de vente de données. De telles pratiques, s’est demandé l’auteur, indiquent-elles l’émergence de nouvelles formes de création de valeur dans les économies capitalistes? Si oui, y a-t-il raison de mettre en relation l’émergence de ces formes avec des changements importants dans les dynamiques de production et reproduction du lien social? Y a-t-il une nouvelle dynamique suffisamment importante pour justifier une utilisation importante de “playbor” et de néologismes similaires (par exemple, prosumption), et une articulation théorique de ce concept? Les réponses à ces questions, a conclu l’auteur, exigent d’adopter une perspective évolutive sur le développement des institutions du travail, du business, du marché. C’est justement une telle perspective que l’anthropologie, croisée avec les STS, peut fournir.

 

Alessandro Gandini, doctorant à l’université de Milan-Bicocca, a discuté à partir des résultats préliminaires de son terrain de thèse – l’analyse de trois réseaux de professionnels de la création en freelance – l’hypothèse principale qui sous-tend son travail. Cette hypothèse est que la réputation – par rapport à d’autres facteurs comme les compétences, l’éducation et le capital social traditionnel, basé sur la confiance – est le facteur clé pour déterminer le revenu des travailleurs indépendants en réseau, à la fois en ligne et hors ligne, au point qu’il peut devenir possible d’argumenter sur l’existence d’une économie de la réputation. L’auteur considère la possibilité d’une relation causale entre la réputation et le revenu dans le secteur de la création, impliquant que la réputation a un effet direct dans la détermination du revenu d’un travailleur indépendant; plus élevé est le statut de la réputation, plus élevé sera le revenu, indépendamment des compétences du travailleur, de son parcours, ou du capital social accumulé dans le réseau.

 

Basée sur une recherche en cours sur la relation entre le “produsage” (hybride entre production et usage) et le développement du logiciel libre, la contribution de Giacomo Poderi a donné un aperçu des façons dont les pratiques d’utilisation et le design se mélangent dans le cas d’un projet de jeu vidéo. En se concentrant sur les façons dont les produsers créent du contenu pour le jeu, et sur comment ces contenus créés par les utilisateurs interagissent avec la conception de base du jeu, cette contribution s’est servie du cas de Battle for Wesnoth (BFW), un jeu vidéo de stratégie, localisé dans un monde fantastique, pour montrer les pratiques de produsage dans les jeux vidéo. Les produsers peuvent contribuer en fournissant des nouveaux éléments de jeu qui construisent le monde fantastique de Wesnoth. Toutefois, puisque la dimension stratégique du jeu consiste à faire correspondre les meilleures unités aux ennemis en difficulté, et à combattre sur des terrains favorables à un moment favorable de la journée, les attributs que les produsers inscrivent dans les contenus qu’ils créent ont le potentiel de changer ce qui peut être considéré comme favorable et ce qui ne l’est pas, dans des spécifiques scénarios de jeu, car ils entrent en relation constante à la fois avec les contenus précédemment créés par les utilisateurs et avec la conception originelle du jeu. Ainsi, chaque nouvelle contribution remet en question la mesure dans laquelle BfW peut être considéré comme un jeu de stratégie “équilibré”. Le collectif cherche constamment à garder le jeu en équilibre, même si l’équilibre n’existe pas – et ne peut pas être rejoint.

 

La présentation de Davide Dusi, de la Fondation Ahref de Trento, a mis en avant la notion de médias sociaux comme “écologie sociale“. Il s’agit du scénario de référence dans lequel l’auteur a analysé un projet de narration relatif à la région Trentin, développé par la Fondation. Le projet utilise une plate-forme participative (Timu), qui permet la production collaborative de l’information, et qui a donné l’occasion aux chercheurs Ahref de suivre la formation d’une “communauté ingénieuse” (Levy, 2008), terme emprunté à la notion américaine de smart communities, sorte de miroirs de l’intelligence collective et créatrices de modèles d’organisation qui ont récemment été appelés “adhocratiques” (Strati, 2008).

 

En conclusion de séance, ma présentation a enfin porté sur les manières dont, dans les services Internet en peer-to-peer, les tentatives d'”élimination des intermédiaires” portent le plus souvent à la création de nouvelles médiations. La complexité de la démarche de décentralisation des services Internet en pair à pair n’impacte pas seulement l’organisation technique de ces dispositifs, mais se révèle l’enjeu central de la recherche de modèles économiques pour les services en architecture distribuée. Dans le cas où ces services arrivent à se poser la question de la durabilité de leurs modèles économiques – dans bien de services P2P,  ce n’est pas (encore) le cas – la question de l’intermédiation se pose à nouveau et avec force. Si ces services préconisent un modèle où un nœud/utilisateur est à la fois un fournisseur et un demandeur de ressources informatiques (temps CPU, espace du disque dur, bande passante), ainsi qu’un producteur et un consommateur de contenus, ma présentation a souhaité montrer comment la recherche de l’ « élimination des intermédiaires » (Elkin-Koren, 2006), que le P2P semble naturellement, implicitement suggérer avec sa récusation de principe du modèle client/serveur, ouvre souvent la voie à d’autres formes d’intermédiation – qui, en redéfinissant l’intermédiaire comme quelque chose de distribué, omniprésent, pervasif et invisible, ne l’effacent pas pour autant.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Open Garden – Crowdsourcing mobile Wifi

Le vainqueur du concours TechCrunch Disrupt de la start-up la plus innovante qui s’est tenu à New York du19 au 23 mai dernier est un projet intitulé Open Garden Mesh. Il s’agit d’un logiciel de partage de connexion internet entre différents appareils ou en d’autres termes l’établissement d’un réseau ad-hoc où les appareils “autorisés” bénéficient d’un connexion optimale dans un “filet” de connectivité.

Dans un article du Figaro du 13 juin 2012, Sophie Amsili ajoute que:

“Open Garden a développé sa propre technologie pour permettre aux appareils dotés de l’application de se connecter automatiquement entre eux lorsqu’ils se trouvent à proximité. Chacun se transforme alors en routeur au sein d’un réseau «mesh» (un «filet» sans point d’accès central). «Si un appareil de ce réseau a accès à Internet, un autre appareil peut alors en bénéficier», a expliqué Michal Benoliel, cofondateur et PDG d’Open Garden et ancien de Skype lors de la conférence TechCrunch Disrupt à San Francisco où la start-up a été primée.

Un système de crédits

Plus précisément, les appareils interconnectés vont choisir la connexion de meilleure qualité dans le réseau, qu’elle soit Wi-Fi, 3G et 4G. Open Garden pourrait-il alors ouvrir la voie aux «passagers clandestins», ces internautes qui utiliseraient la connexion des autres sans en payer aucune? Conscient de ce problème, la start-up indique travailler sur plusieurs solutions, notamment un système de crédits: quand on ouvre son accès à Internet, on collecte des crédits qu’on peut ensuite utiliser pour se connecter à d’autres appareils. «Vous recevez ce que vous donnez», résume Michal Benoliel.

Disponible sur iPhone, Android, Windows et Mac, l’application est gratuite et est destinée à le rester, a précisé le PDG. Seules certaines fonctionnalités, comme un réseau privé (VPN) et un débit plus élevé, pourraient être payantes.

Open Garden n’est pas la première start-up à vouloir rendre gratuits ou plus libres certains services propres aux nouvelles technologies de l’information. Prédécesseur d’Open Garden, la start-up espagnole Fon, créée en 2006, ambitionne elle aussi de créer une communauté mondiale partageant son réseau wi-fi. Les applications mobiles Viber et Skype permettent quant à elles de passer des appels et des d’envoyer des SMS gratuitement dans le monde entier.”

L’illustration de la technologie Open Garden en vidéo:

 

Nous reviendrons prochainement sur ce projet qui est au cœur des enjeux de nos recherches sur les architectures distribuées mobiles. Notons néanmoins l’actualité de ce type d’architectures mobiles qui après le “buzz” médiatique de Commotion et de Serval révèle les applications toutes récentes et à destination du grand public des réseaux MESH.

 

Sources:

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Bit Torrent en 24 heures

Bit Torrent vient de publier une vidéo sur laquelle sont représentées les connexions au protocole de peer to peer durant 24 heures. Il s’agit en fait d’une carte du monde sur laquelle apparaissent toutes les connexions cumulées de ses clients (BitTorrent ou µTorrent) en une journée, résumées en quelques minutes.

Selon Eric Le Bourlout de 01.net

(…) un peu plus de 60 millions d’enregistrements sur le réseau, chaque point allumé correspondant à un utilisateur. A noter que cette visualisation ne montre pas l’intégralité des connexions à BitTorrent, puisqu’il existe bien d’autres logiciels non officiels pour s’y connecter. Impressionnant !

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Facebook & Pipe – nouvelle génération du peer to peer?

“Couverture” ou “application-portail d’entrée”? Facebook deviendrait il un support nouvelle génération du Peer to peer?

Après une entrée en bourse dont beaucoup de personnes parlent encore aujourd’hui, le réseau social #1 se voit devenir  une forme de support d’une application d’échanges de fichier “décentralisée” intitulée Pipe (en référence aux tuyaux du jeu vidéo Mario Bros, où le plombier italien déambulait en 2D au sein de tuyaux verts). “Décentralisée” semble un terme un peu exagéré du fait que les connexions entre utilisateurs de pipe se font via Facebook, donc via le répertoire de ce réseau social qui n’est pas du tout décentralisé… Nous attendons donc plus de précisions à propos du fonctionnement et de l’architecture de cette application.

Ce service est toute récent (encore en test- version béta fermée) mais on peut en avoir un léger aperçu au travers de cette vidéo:

et celle-ci:

Voir également cet article de softonic.

Peu d’information sdonc si ce n’est celles qui figurent sur son site web et qui nous semblent fort intéressantes:

What is Pipe?

The Pipe application provides a really simple and intuitive UI, literally a pipe coming out of the computer screen into which the user just drags and drops a file. On the other side, the file emerges out of the friend’s Pipe, magically. In this way, Pipe creates a direct, real-time connection between two devices with no intermediary server. Pipe starts as an application on Facebook, and is then migrating to mobile devices and tablets (verrons nous donc apparaitre une version “mobile” qui permettrait de faire de l’échange de fichiers de façon directe?).

 

Why Pipe?

As surprising as it sounds, there’s currently no easy and effective way to transfer a file to a friend via Facebook. Pipe has taken a common feature of communication – attaching a file – and turned it into something simple and fun to use. What could be easier than dropping a file into the Pipe and have it appear at the other end, via the Pipe? Privacy is guaranteed as it’s a direct connection from one device to the other, between friends.

 

Key Facts

  • Pipe is an application on the Facebook platform
  • Send and receive files with any online friend
  • Live connection to send files back & forth
  • Support for any file format, up to 1GB*
  • Only the sender needs to be on Pipe
  • Invite a friend to Pipe with a simple file transfer
  • Direct connection with no intermediary server

* The limit is based on the available memory in your browser cache.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious