Discours des applications mobiles et applicabilité de la mobilité “distribuée”

Le 21 avril 2012, Yves Eudes, dans une article intitulé Le logiciel de téléphonie mobile qui défie le contrôle des Etats (cf. article) présentait Serval, une application Androïd censée bouleverser le monde de la téléphonie mobile et des télécommunications en général. De la même manière que d’autres services tels que Commotion et Terranet (cf. vidéo ci dessous), Serval s’appuie sur une topologie de réseau MESH (en anglais “mesh” signifie “maille”, ou “filet”), qui est une forme d’organisation de systèmes de communication qualifiant des architectures réseaux dont tous les hôtes (ou “pairs”) sont connectés de proche en proche sans hiérarchie centrale (serveur), formant ainsi une structure en forme de filet (au sein de laquelle l’information est totalement distribuée entre les utilisateurs-clients – forme la plus poussée de distribution informatique mobile).

  • Vidéo de présentation du service Terranet (http://terranet.se)

En cas de pannes, de déconnexions ou de coupures d’un des points du réseau, cette “forme d’organisation” ou “topologie” qui illustre les principes de l’architecture informatique distribuée permet de réduire le nombre de points sensibles à l’intérieur du réseau et donc d’en assurer sa fiabilité, sa robustesse et la continuité des communications. En d’autres termes, si un hôte (un pair) est hors service, ses voisins passeront par une autre route. Cette architecture réseau, issue de la recherche militaire, a été utilisée initialement pour des usages militaires (les spécifications du standard international « MESH » OLSR (Optimized link state routing protocol – RFC 3626) de l’Internet Engineering Task Force (IETF) ont été produites par l’Institut National de Recherche en Informatique et Automatique (INRIA) dans le cadre ouvert du groupe de travail Mobile Ad hoc NETwork (MANET) de l’IETF [créé en 1997]. Néanmoins, il existe plus de 70 schémas d’acheminements d’informations (standards) sur des réseaux MESH – Cf. liste ici).

Pour certains acteurs de ce type de réseaux:

“Comparées aux solutions centralisées classiques sans-fil, les solutions « MESH », ces “réseaux maillés”, autorisent un déploiement rapide et simplifié, une grande évolutivité de la couverture et, de par leur maillage, une forte tolérance aux pannes et aux interférences, réduisant significativement les coûts d’installation et d’exploitation des réseaux.

Ces solutions reproduisent l’architecture de l’Internet tout en l’optimisant pour le sans-fil(www.openmeshproject.org).

Dans une certaine mesure, le titre de l’article d’Yves Eudes semble donc approprié. Désormais, des logiciels, des “applis” mobiles nous permettent de créer et d’utiliser facilement ces topologies réseaux MESH (notons néanmoins que des déploiements à grande échelle n’existe toujours pas et qu’il s’agit de versions “béta” pour l’instant) pour créer des réseaux temporaires entièrement décentralisés échappant à tout contrôle administratif et commercial. Et en effet, en regardant de plus près les réseaux de communication mobiles actuels, on se retrouve souvent confronté à un  modèle top down centralisé où toutes les communications passent par un relais contrôlé par des opérateurs (les antennes relais de téléphonie mobile notamment). Serval quant à lui, tout comme le logiciel Commotion et le service Terranet, utilise les équipements sans fils (wifi) des téléphones pour créer des réseaux point à point totalement libres et où chaque téléphone joue le rôle d’un relais indépendant (une sorte d'”Internet fantôme”, ou d'”Internet de l’ombre”). Le parc d’équipement, en d’autres termes, l’ensemble des mobiles deviennent l’infrastructure réseau (devices as infrastructure). Pour TuniBOX, webzine tunisien,

Les conséquences de la démocratisation de cette nouvelle technologie risquent d’être dramatiques pour les opérateurs téléphoniques.

Mais pourquoi donc les opérateurs devraient trembler face à ces technologies?… Suite au billet précédent qui présente la démarche de Janet Abbate (« L’histoire de l’internet au prisme des STS », Le Temps des médias, 2012), qu’en est il de ce type de technologie “réseaux MESH” qui semble, selon leurs concepteurs et les journalistes-bloggeurs qui en parlent “décrire un avenir technologique possible, mais aussi le rend(re) culturellement signifiant”? Que savons nous aujourd’hui du “contenu politique” de cette typologie de réseaux device as infrastructure?

Pas grand chose si ce n’est leurs sources de financements, l’endroit où elles sont “pensés” (Etats-Unis, Suède, Australie, Europe), celui où il “ferait sens” qu’elles soient déployés (régimes autoritaires où règnent censure et blocage d’Internet, zones sinistrées par des guerres ou des catastrophes naturelles, zone mal desservies par des infrastructures de communication quelconques) et le fait que l’actualité récente leur ait donné un certain coup de projecteur médiatique. Effectivement, ce type de technologie, comme la plupart des objets techniques, propose des “scripts” qui se veulent prédétermination des mises en scène que les utilisateurs sont appelés à imaginer à partir du dispositif et des “pré-scriptions” qui l’accompagnent (voir Akrich, M. (1987) Comment décrire les objets techniques? Techniques et Culture, 9, 49-64). Ici, on pense immédiatement aux révolutions arabes, à des pays tels que la Syrie, la Tunisie, l’Égypte où Internet fût bloqué pour empêcher la dissémination d’information via les réseaux sociaux et où bon nombre de commentateurs brandissaient la thèse du déterminisme technologique pour expliquer les révolutions (voir la critique de Smaïn Laacher et Cédric Terzi à ce propos). On voit aussi se dessiner la catastrophe nucléaire de Fukushima et le séisme de Haïti en 2010. Le MESH, d’une certaine façon, se présente par ses constructeurs comme LA solution de construction rapide d’infrastructures de communication robustes, autonomes, économiques, auto-configurables et sécurisée. Les problèmes liés à l’autonomie des terminaux mobiles (batteries), ceux liés à l’utilisation d’un spectre radio appartenant de fait à l’État (et ce même si ces technos s’appuient sur les fréquences “blanches” de ce spectre, au centre de nombreux enjeux) sont résolus… En exagérant le trait de façon volontaire, on pourrait presque croire que si tous les utilisateurs de terminaux de communication mobiles installaient ces applis ou logiciels, les FAI et les vilains opérateurs télécom disparaitrait (rendus obsolètes par le “braconnage” des fréquences blanches du spectre radio qui serait autorisé par l’Etat), les dictatures s’effondreraient, la “fracture numérique” disparaitrait et un nouveau rapport aux infrastructures de communication verrait le jour (mais cela ne peut fonctionner à grande échelle qu’à la condition d’une utilisation massive: “plus il y en a, mieux cela fonctionne”. Il faut d’ailleurs en possédait un de terminal, chose pas toujours évidente)… Nous retrouvons ces idées sur le site web de Serval et de Commotion:

Extraits (www.servalproject.org/):

  • if you say the word slowly, it becomes Serve All – which is an aim of our software
  • Communications should not just be for the geographically and financially fortunate — communication should be freely available to everyone.
  • It shouldn’t matter whether you live in a city or in the bush. It shouldn’t matter whether it is economical for a cellular carrier to provide service to your community. It shouldn’t matter whether you can afford cellular rates, or have credit on your phone.
  • Nothing should prevent you from communicating with those near and dear to you. We also believe that people should be able to continue to communicate when they need it most. In the face of earthquake, wild fire or cyclone, communications systems should keep working as well as they can, with whatever infrastructure remains available.

Extraits (https://code.commotionwireless.net/projects)

  • As recent events in Tunisia, Egypt, and Libya have illustrated (and Myanmar demonstrated several years prior), democratic activists around the globe need a secure and reliable platform to ensure their communications cannot be controlled or cut off by authoritarian regimes. To date, technologies meant to circumvent blocked communications have focused predominantly on developing services that run over preexisting communication infrastructures. Although these applications are important, they still require the use of a wireline or wireless network that is prone to monitoring or can be completely shut down by central authorities. Moreover, many of these technologies do not interface well with each other, limiting the ability of activists and the general public to adopt sophisticated circumvention technologies….

Notre travail d’analyse des architectures distribuées au sein du projet ADAM ne vise pas à remettre en cause l’intérêt de ces technologies mobiles, bien au contraire, il s’agit plutôt de s’éloigner d’une vision techno-enthousiaste afin d’analyser réellement l’épaisseur pratique et politique de nos infrastructures de communication, socle bien souvent invisible de nos sociétés contemporaines et d’éclairer, comme le rappelle Cécile Méadel, les visions normative que nous attribuons à des technologies. Nous cherchons à comprendre de quelle manière il est possible de faire un parrallèle entre la terminologie propres aux nouvelles formes de “distributions” d’informations sur Internet et la terminologie politique au sens large (décentralisation, déconcentration, responsabilisation, partage, nouvelles communautés – lien avec mouvements occupy, pirates et anonymous actuels. Y a t’il influence des technologies sur les pratiques et paroles politiques ou s’agit-il du contraire?). Encore une fois, nos travaux visent à prendre en considération les discours mêmes des concepteurs de ces technologies tout comme leurs diffuseurs, leurs “communiquants”, leurs “installateurs” et leurs utilisateurs. En ce sens, et toujours à propos des applications distribuées mobiles, nous pourrions évoquer une forme de “peer to peer – distribué mobile” qui existe depuis un certain nombre d’année et qui s’appelle Bluetooth (sur lequel s’appuyait la première version d’un réseau social distribué mobile français: Mobiluck). Ce standard de communication entre appareils basé sur un rayonnement électromagnétique a été amélioré au fil des ans mais l’arrivée de l’Internet mobile (Edge, 3G, 4G, etc.) l’a rendu complètement obsolète (en occident du moins), sauf pour de la connectique simple de types enceintes, télécommandes, oreillettes, kit mains libres voiture, etc. Reste qu’en Afrique, il demeure un standard d’échange de fichiers très utilisé car léger, simple, installé par défaut sur la majorité des terminaux utilisés par les usagers de téléphonie mobile. En 2007, Arnaud Contreras proposait d’ailleurs de l’informatique ubiquitaire à Tombouctou en se focalisant sur les usages des technologies en présence dans cette ville malienne. Son installation “Tombouctou Bluetooth” devenait ainsi une sorte d’outil de protection de sites historiques, dérivé d’un usage très fréquent qui avait été auparavant “braconné” par les maliens (voir à ce sujet les travaux de Aude Maïmouna Guyot sur les outils de cartographie et de géolocalisation au Sénégal, et ceux d’Annie Gentès sur le design d’interactions). L’utilisation du bluetooth est moins “médiatique” que celle de ces réseaux MESH mais tout autant “politique”. Le réseau bluetooth, ici le système imaginé par Contreras devient l’artefact politique par lequel nous allons prêter attention aux sites historiques. Il va les “protéger”.


Tombouctou Bluetooth par a360

Notre travail autour des architectures distribuées mobiles passe aussi par une analyse politico-sémiotique des dispositifs. L’enquête que nous menons passe par ce type de travaux, d’angles d’analyses et d’entretiens. Sont ils révolutionnaires comme l’affirme cette vidéo du service de réseaux MESH (fixe) de Village Telco?

Cela reste à prouver et si c’est le cas, nous tacherons de savoir pourquoi et comment.

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Freedom Box, la brique d’une architecture de liberté?

La sixième conférence re:publica se conclut aujourd’hui à Berlin, et les réseaux sociaux alternatifs et décentralisés sont à l’honneur. Ils l’ont notamment été dans l’appel qu’Eben Moglen, professeur de droit et d’histoire à l’Université de Columbia, a lancé hier : c’est le moment, a-t-il dit, de ne pas reculer face aux problématiques les plus pressantes des réseaux sociaux sur l’Internet d’aujourd’hui: la surveillance, les atteintes à la liberté de pensée, et les limitations de la vie privée des individus.

Selon M. Moglen, les réseaux sociaux comme Facebook, les moteurs de recherche comme Google, ou les centres commerciaux en ligne comme Amazon seraient en train de « consommer » les utilisateurs. Les gouvernements de toutes tailles sont désireux de réutiliser le profilage et les prédictions effectuées par ces services afin de cibler certaines activités, et sont en train d’adopter des lois qui leur permettraient de stocker ces données indéfiniment. En particulier, nos appareils mobiles sont toujours en modalité « confession 24/7 ».

« La Stasi aurait bien peu à faire cette fois, M. Zuckerberg fait le travail à sa place, » a souligné M. Moglen, en ajoutant que Facebook est un important magasin de données contenant les pensées et les comportements d’un milliard de personnes, ou des moyens directs de les reconstruire. Le discours de M. Moglen n’a pas non plus épargné Steve Jobs, le « guru » d’Apple récemment décédé, qualifié de « monstre moral » qui avait une profonde aversion pour le partage en toutes ses formes.

Eben Moglen a déclaré qu’il y a un besoin de plus en plus urgent de médias non surveillés, de logiciels libres, et de réseaux non contrôlés par les opérateurs de réseau. Sans ces possibilités, la liberté de pensée sera définitivement perdue, a-t-il dit. L’appel du professeur américain a été particulièrement bien reçu à re:publica, qui se construit année après année comme la plus importante conférence sur l’Internet « alternatif » en Europe.

La conférence re:publica est le dernier endroit où M. Moglen a présenté son projet actuel, Freedom Box – le prototype d’un système de désintermédiation des communications via l’Internet, qui devrait permettre aux utilisateurs d’entrer en contact directement. La Freedom Box Foundation compte présenter bientôt la version bêta et, à la fin de 2012, commercialiser le produit – une petite boîte métallique ressemblant à un vieux modem, qui communique d’un côté avec la prise téléphonique et de l’autre avec l’ordinateur.

La philosophie qui sous-tend le projet Freedom Box est assez simple : Facebook a recueilli l’énergie de nos désirs sociaux et nous a convaincu d’accepter un compromis excessif, en créant une structure qui donne un accès gratuit au Web et à ses contacts humains en échange d’un « espionnage » gratuit et continu. Ce qui ne veut pas dire que Facebook devrait être illégal, mais que ceux qui savent créer et développer doivent « remédier par la technique » à la situation. Selon M. Moglen, nous sommes en mesure de le faire et Facebook sera bientôt obsolète. « Il n’y a aucune raison pourquoi l’architecture d’un réseau social devrait inclure une telle invasion de la vie privée. En fait, le matériel et les logiciels nécessaires pour construire un réseau dans lequel les gens conservent le contrôle direct de ses informations, sans intermédiaires, existe déjà. Il faut juste construire un meilleur système. »

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Serval, (enfin!) une “architecture distribuée mobile”

Un projet de service-application mobile complètement distribué voit le jour (enfin!).

Nous reviendrons très prochainement et plus en détail sur ce type de services mais en attendant, voici une petite revue de presse (en français) à propos de Serval projet initié par le chercheur australien Paul Gardner-Stephen et des étudiants de l’INSA Lyon.

 

 

 

 

SITE OFFICIEL: http://www.servalproject.org

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

“Privacy by Design”: la technologie au service de la vie privée

Compte-rendu de l’atelier ANR « Privacy by Design (PbD) . Mettre la technologie au service de la vie privée : Enjeux, limites et perspectives », Paris, 23 mars 2012

L’atelier « Privacy by Design (PbD) . Mettre la technologie au service de la vie privée : Enjeux, limites et perspectives », organisé pour et avec le concours de l’Agence Nationale de la Recherche, a eu lieu le 23 mars 2012 à Le Ponant de Paris, près du Parc André Citroen dans le 15ème arrondissement de Paris. Il se proposait d’examiner la notion de « Privacy by Design » (PbD), un principe qui souligne la nécessité de prendre en compte le respect de la vie privée des personnes dès les premières phases de conception des technologies de l’information et de la communication (TIC) et des technologies de sécurité et de surveillance, ainsi que de la mise en place des services de réseautage social. L’atelier a réuni des chercheurs en sciences politiques, des juristes, des sociologues, des philosophes, des économistes, des ingénieurs et des spécialistes de l’informatique ainsi que des industriels et des représentants des organismes de protection des données personnelles.

Les données personnelles, au cœur de la société de l’information

Pour les organisateurs de l’atelier, les données personnelles constituent de loin « la » composante essentielle de la société de l’information, de la société de surveillance et de l’économie numérique, car elles sont au cœur à la fois des systèmes d’identification électronique (e-ID), des réseaux sociaux, et des dispositifs de surveillance et de traçage, dont la principale caractéristique est d’être de plus en plus intelligents. Leur exploitation intensive questionne cependant la vie privée des individus à une pluralité de niveaux. L’existence et le fonctionnement même de ce qu’on appelle le « web relationnel », dans son état actuel, dépend d’une utilisation massive des informations et des données personnelles, créant à la fois de nouveaux services et opportunités économiques et de nouveaux types de risques. Les données personnelles constituent également les ressources stratégiques des activités de sécurité et justice, et sont à ce titre stockées et traitées dans de multiples bases de données et échangées entre différentes agences de sécurité, en tant qu’instrument essentiel de la lutte contre le terrorisme et le crime organisé.

La fabrication d’une norme techno-juridique de privacy

Le PbD, pouvant se traduire en français par l’expression « la prise en compte de la vie privée dès la conception », a été présenté comme le principe selon lequel toute technologie exploitant les données personnelles doit intégrer la protection de la vie privée dès sa conception, et s’y conformer tout au long de son cycle de vie. C’est une forme de prévention du risque d’exploitation abusive de ces données qui se met en place, en intégrant un dispositif technique de protection dès la conception des solutions et services.

Le PbD est en train de devenir l’un des piliers techno-juridiques destinés à garantir la protection des données personnelles et la privacy des individus. Comme ont souligné Ann Cavoukian, Commissaire de l’Office de la protection des données d’Ontario au Canada (en vidéoconférence), et sa directrice politique Michelle Chibba, le PbD est désormais propulsé outre-Atlantique comme un principe obligatoire à intégrer dans toutes les TIC et les technologies de sécurité comme la vidéosurveillance, basées sur la collecte, l’analyse et l’échange des données personnelles. Au niveau de l’Union Européenne, la Commissaire européenne chargée de la justice, le Contrôleur Européen de la Protection des Données (CEPD) et le G29 on récemment exprimé le souhait que ce principe soit intégré à la législation européenne, en tant que principe concernant toute institution ou organisation, publique ou privée, pour qui les données personnelles constituent une importante ressource fonctionnelle et stratégique.

Un concept à explorer pour un cadre juridique européen en évolution

Le sens précis du concept de PbD, son efficacité, son coût, sa transposition juridique, la méthodologie qui permet de l’intégrer concrètement dans des systèmes technologiques et ses impacts individuels et sociétaux ne sont pas encore clairement adressés par ces mêmes autorités qui plaident pour son introduction dans les solutions technologiques. Il est pourtant nécessaire, a-t-on souligné à plusieurs reprises pendant l’atelier, de les examiner de façon précise afin de pouvoir évaluer l’apport de ce concept à la protection de la vie privée des individus, tant sur le plan de l’efficacité que de l’impact social, éthique et juridique, dans un contexte où l’explosion et la globalisation des nouvelles technologies ont rendu nécessaires la révision et la mise à jour de la directive européenne 95/46 relative à la protection des données personnelles, un des principaux instruments de droit communautaire encadrant la privacy. Cette révision a abouti à une refonte du cadre européen, qui sera dorénavant fondé sur deux actes juridiques : un règlement général sur la protection des données et une directive portant sur la protection des données utilisées dans le cadre des affaires de police et justice pénale. C’est dans cette nouvelle configuration que la Commission européenne prévoit de rendre obligatoire l’approche « protection des données personnelles dès la conception », et propose l’adoption du PbD pour tous les produits/services et systèmes exploitant ce type de données.

Du PbD à la “Privacy by Using”

Une table ronde particulièrement intéressante (et vive!) a porté sur les enjeux économiques du PbD entre marché et régulation. Alain Rallet et Fabrice Rochelandet de l’Université Paris XI ont discuté l’efficacité du PbD. En termes économiques, la régulation de la privacy poursuit soit une minimisation du coût social, soit une maximisation du bien-être social. Cependant, il y a beaucoup de mal à identifier les “pollueurs” et les “pollués” en termes de privacy, ce qui gêne beaucoup les économistes. Les données personnelles sont traitées en tant que biens informationnels et on en suit les fuites, les confinements, la diversité de régulations. La PbD est l’une de ces régulations, de type ex ante : on intervient avec un ensemble de choix de design et de conception avant qu’un endommagement soit fait – puisse être fait. Les coûts de la PbD sont surtout supportés pas les technology providers, les ISPs, etc. Mais comment définir l’efficacité des standards PbD? Qui met en place ces standards? Quel est le rôle des experts et qui sont-ils ? Aussi, il y a la possibilité de règles trop laxistes ou trop strictes. Comment fixe-t-on la norme optimale? Les défis résident surtout dans les changements technologiques rapides, qui le sont tout particulièrement dans le domaine des services Internet, et dans le renouvellement des usages qui peuvent rendre les normes obsolètes. A. Rallet et F. Rochelandet ont également souligné la possibilité d’un « effet parapluie percé » dans la mise en œuvre du PbD : si on peut le protéger avec des firmes de grande taille, d’autres acteurs sont plus difficilement contrôlables. Quels types de sanctions légales peut-il y avoir dans ces cas? Le problème de l’ « illusion du contrôle » sur lequel travaille beaucoup Alessandro Acquisti à la Carnegie Mellon University, est aussi à considérer : les individus sont surtout intéressés par l’existence du contrôle elle-même, pas par l’objet qui est le résultat de ce contrôle. Les renouvellements fréquents des paramétrisations dans les réseaux sociaux en sont un exemple.

Enfin, le PbD change comme problématique par rapport aux types de réseau. Dans les réseaux sociaux, on a un paradoxe économique : ceux-ci ont leur principe de business dans le matching des individus grâce aux données personnelles, et il y a fort consensus entre les utilisateurs et les service providers par rapport à cette dynamique. Comment un paradigme PbD peut-il s’insérer dans ce discours ? La conclusion d’A. Rallet et F. Rochelandet est donc qu’il est souhaitable de reformuler le PbD comme « Privacy by Using », un processus adaptatif dans lequel l’utilisateur occupe une place centrale : la construction et la prise en compte d’outils pour en savoir plus sur des questions de privacy, et incorporer celles-ci dans les outils dans un deuxième temps. Autrement, on risque de construire la PbD « comme quelque chose qu’on n’a pas… à donner à quelqu’un qui n’en veut pas. »

Un label, pas une méthode… mais des vraies conséquences

Si Philippe Mouttou de Thalès a invité à prolonger dans le cas de la PbD, en particulier dans le champ de la vidéosurveillance, le principe fondateur de quarante-cinq années de droit européen qui consiste à mettre « l’individu en premier », l’intervention de Nicolas Desrumaux, de l’Université de Lille 2, a porté la discussion sur le PbD sur un plan plus controversé en invitant l’audience à questionner l’ontologie de ce concept d’un point de vue plus juridique, « acceptable comme philosophie mais peut-être pas d’une exceptionnelle utilité ». D’après l’orateur, il faut se poser nombre d’autres questions avant : en premier lieu, de quoi parle-t-on? Le PbD serait à l’heure actuelle plutôt un processus, l’importation d’un concept marchand de partage d’information dans un contexte européen surtout intéressé par la protection. Le débat sur la privacy se base souvent sur des idéaux parfois difficile à traduire en pratique : le flou qui existe autour de ces idéaux serait maintenant en train de porter préjudice à la stabilisation de la notion même de PbD? Quand même, il existe des véritables enjeux politiques, normatifs et économiques autour de cette notion en devenir : la détermination voir l’imposition de standards industriels, la dissémination et la mise en place de spécifications, des verrous juridiques à faire sauter, de la discrimination entre intérêts contradictoires. Le PbD est préconisé par des institutions ad hoc au moment même que la validité du concept n’est pas véritablement démontrée. En conclusion, selon N. Desrumaux, le PdB n’est pas (encore?) une norme juridique car il ne possède pas de protocole de validation scientifique, et serait même nuisible, dans sa forme actuelle, à l’application du droit : un label est offert, mais pas une méthode, car l’application de ce label ne préconise pas de garanties.

La conclusion de Robert Picard, du Ministère des Finances, a noté comment les deux mots clé de cette table ronde, régulation et marché, ont sous-tendu des réflexions variées et polémiques : variété et polémique à attribuer au fait que, si le concept et l’ontologie même du PbD sont fortement débattus, il existe déjà autour de ce concept des objets, des marchés, des réalités économiques : il faut dès lors assurer un suivi et une mise en œuvre de la part des instances de régulation nationales, européennes et internationales. L’articulation entre normes et standards techniques reste à construire : les premières sont très strictes, mais leur rapport avec la technique demeure peu clair. Le PbD est l’un des chantiers les plus intéressants pour expérimenter avec cette articulation.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Vidéos de la conférence Unlike Us 2 – 8 et 10 mars 2012, Amsterdam, TrouwAmsterdam

 

L’institute of Network Cultures organisait les 8 et 10 mars 2012, un colloque international sur  les alternatives aux réseaux sociaux.

La “chaine TV” des différentes interventions du colloque est à retrouver sur la chaine d’Unlike Us:

 

http://vimeo.com/album/1774005

 



Unlike Us – Understanding Social Media Monopolies and their Alternatives from network cultures on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Agrégation, intermédiation, collage : les « faces cachées » de la propriété des idées

Si les débats sur la propriété des idées se concentrent le plus souvent sur la musique, d’autres objets et dispositifs sont actuellement le théâtre de ces reconfigurations. De l’art numérique aux sites agrégateurs et réélaborateurs de textes : l’essence de la créativité serait-elle le réagencement de l’existant?

Cet article a également paru sur Silicon Maniacs. Merci à Mael Inizan pour sa relecture.

Qu’ont en commun le blogueur Jim Romenesko et l’artiste Richard Prince ? Le célèbre site d’information Huffington Post et Free, une exposition au New Museum de New York ? On donnera un indice aux lecteurs de ce billet avec cette Pensée de Blaise Pascal : « Qu’on ne dise pas que je n’ai rien dit de nouveau: la disposition des matières est nouvelle. »

Chacun à leur façon, ces personnages et évènements sont en effet des exemples des « faces cachées » d’un débat historique, renouvelé et amplifié par le numérique : celui sur la propriété des idées. Si la lumière des projecteurs se concentre le plus souvent sur la musique, d’autres objets et dispositifs se confrontent actuellement à des reconfigurations de la propriété intellectuelle, de l’art numérique aux sites agrégateurs et réélaborateurs de textes, nouvelles et images.

De la curation à l’over-aggregation ?

Jim Romenesko, blogueur pour le site Poynter depuis douze ans, est un spécialiste de la curation et de l’intermédiation, à savoir le repérage de contenus intéressants sur des sites tiers, résumés ensuite en quelques lignes et référencés par un lien vers la source originelle. En août 2011, il quitte le Poynter alors qu’il est accusé de plagiat en série. D’après la directrice du site, son style chercherait délibérément à donner l’impression que les mots qu’il utilise « lui appartiennent », alors qu’il s’agit des mêmes mots utilisés par sa source. Le fait de reconnaître de manière transparente l’origine de ses informations ne suffit pas : si les mots sont les mêmes, il ne faut pas seulement attribuer, mais les mettre entre guillemets.

Un mois plus tôt, le site Web « agrégateur de contenus » new-yorkais Huffington Post se défendait d’une accusation de over-aggregation – c’est-à-dire de « prélèvement excessif » d’articles écrits pour d’autres sites – en renvoyant la journaliste responsable de la réécriture du paraphrase et en s’excusant auprès de l’auteur original. Un commentateur soulignait à cette occasion : « Si vous ne savez pas gérer l’art de l’agrégation, il vaut mieux en rester à la science (…) Si on le fait bien, c’est un instrument très utile qui aide les lecteurs et profite à la source originelle. Si on le fait mal, c’est au mieux une confusion et au pire, du vol. »

L’ « ethos du prêt »

On reste à New York, mais on change de domaine. Ou peut-être pas ?

Richard Prince est un artiste qui construit sa carrière sur l’appropriation d’images créées par d’autres. Ses œuvres sont des collages de photos et de pages de journaux, parfois tragiques, parfois drôles, mais toujours subversifs. Depuis mars 2011, Prince est aussi au centre d’un des cas judiciaires relatifs au droit d’auteur le plus en vue dans le monde de l’art : un juge fédéral a estimé que l’artiste avait violé la loi en prenant des photographies d’un livre sur les Rastafari et en les utilisant sans permission pour créer une série de collages et peintures, vendues par la suite jusqu’à deux millions de dollars.

Quelles sont les limites de l’appropriation, semble demander le cas Prince ? Question qui, suite à la décision du juge Batts, a causé plus d’un frisson au secteur de l’art contemporain. D’autant plus que l’étendue de l’ « ethos du prêt » semble désormais être très importante dans ce milieu. L’exposition Free, qui s’est conclue au New Museum en janvier 2011, avait ainsi pour principe fondateur cette idée d’« emprunter » la culture, en la reliant directement aux multiples manières dont l’Internet est en train de reconfigurer le concept d’appropriation de l’information, la notion d’espace public, la distribution de la connaissance. La commissaire d’exposition, Lauren Cornell, définissait à cette occasion le travail de l’artiste comme une démarche se construisant chaque jour plus sur « la copie, l’emprunt et le recadrage », comme moyens de participer pleinement et activement dans une culture qui est désormais « largement distribuée, hybride, internationalisée », comme le numérique – et grâce au numérique.

A l’aube du nouveau millénaire, David Koepsell était l’un des premiers auteurs à s’attaquer à la question de l’articulation entre propriété des idées et « cyberespace », en proposant une conception unifiée (p. 92), simplifiée de la propriété intellectuelle qui puisse s’appliquer à tout objet « créé intentionnellement par l’Homme », indépendamment de son usage prévu ou projeté. En 1935, Walter Benjamin rédigeait L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, centré sur la déperdition de l’aura propre de l’œuvre unique, face à la possibilité de sa reproductibilité et déclinaison dans de multiples variantes, permise par les technologies émergentes. Nombre d’acteurs dans des domaines variés, de l’art à la recherche académique et au journalisme, pourraient bien être en train d’écrire un nouveau chapitre de ces ouvrages célèbres, qui porterait cette fois non plus seulement sur la reproduction de l’œuvre, mais sur sa production elle-même. On citera à titre d’exemple les activités de Creative Commons, l’organisation no-profit qui propose un ensemble d’options de droit d’auteur précises, mais adaptées à l’harmonisation, à la flexibilité et à l’ouverture.

De la reproduction à la production de l’œuvre

La citation, l’intertextualité, la parodie, l’allusion sont présentes depuis toujours dans la production artistique, mais ces pratiques se sont multipliées avec l’augmentation de sources telles que les photographies, les journaux et les photocopies, avant de devenir une stratégie quotidienne pour les écrivains et les artistes ayant « grandis » avec internet. Outre la facilité de repérage et d’appropriation de l’information, deux autres phénomènes sont catalysés par internet : la diffusion rapide et le contrôle pervasif, dont l’’effet secondaire est de faciliter identifications et revendications de plagiats alimentant ainsi le brouillage de la frontière entre « original » et « non-original ». L’écrivain Marie Darrieussecq, au centre de l’une des querelles littéraires les plus en vue de ces dernières années, a fait récemment de l’histoire de ces « brouillages » le sujet de son Rapport de police. Accusations de plagiat et autres modes de surveillance de la fiction (2010).

Aucune de ces questions n’a été inventée par internet. Le « réseau des réseaux » met seulement en lumière des questions toujours flottantes, liées à la propriété des idées, au rôle des intermédiaires, à la légitimité de l’inspiration, à la frontière entre celle-ci et la copie. Il révèle la fragilité d’une notion telle que celle de la « propriété », modelée sur la possession d’objets matériaux, physiques, quand elle s’applique aux idées, tout particulièrement aux idées sur internet – avec sa matérialité et sa pluralité de « lieux » qui restent souvent cachés sous le virtuel.

Que possède-t-on vraiment, quand on possède une idée ?

Ce que la propriété intellectuelle tutelle n’est en fait pas l’idée en soi, mais son expression. Si l’existence d’une idée séparée de son expression est en soi un des grands sujets de controverse pour la philosophie, dans le cas de l’art, qui est avant tout expression, la question devient particulièrement centrale. Si l’essentiel est d’avoir une idée originale, comment la définit-on ? Comment sera-t-on reconnu comme étant à l’origine de cette idée ? En quoi l’inventeur d’un slogan banal, mais jouissant d’un succès retentissant et immédiat – et dont un juge décide que quiconque aurait pu l’inventer et ne lui attribue aucun droit – est-il différent du créateur d’un artefact qui n’est à rigueur qu’un agrandissement d’un produit commercial existant, mais est reconnu (et payé) comme un artiste célèbre ?

Ce ne sont là que quelques-unes des éternelles questions dont internet n’est pas le créateur, mais le multiplicateur. Questions auxquelles, pour le moment, il n’apporte qu’une réponse ou plutôt une suggestion : comprendre que l’essence de la créativité n’est pas le « partir de zéro », mais le patrimoine, la mémoire, l’archive.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média

Vient de paraitre (2012) in Réseaux sociaux – Culture politique et ingénierie des réseaux sociaux – Collection du Nouveau Monde industriel sous la direction de Bernard Stiegler (IRI)

Les alternatives aux réseaux sociaux : l’architecture distribuée et le design de média par Annie Gentès & François Huguet

Extraits: […] « La confrontation entre architecture centralisée et architecture distribuée n’est ainsi pas qu’un choix entre deux « styles » ou deux idéologies techno-politiques. Elle met en jeu fondamentalement deux définitions du travail d’architecture comme « économie du temps productif [1]». Il s’agit pour les concepteurs d’architecture distribuée de permettre aux différents acteurs de jouer avec les paramètres de façon synchronique : maintenir la diversité des systèmes techniques connectés, et diachronique : ne pas préjuger des formes, des services et des dispositifs que les utilisateurs développeront à leur tour.

Par ailleurs, comme technologies de l’information et de la communication, ces infrastructures distribuées mettent en œuvre des modèles de communication (liés à la sociabilité, la mémoire, la décision, la création) mais elles s’en remettent à « l’utilisateur final » (expression fondamentale du secteur qui dit bien comment ces technologies se pensent dans une indécision stratégique) pour proposer ce que les formes de communication seront finalement. Autrement dit, elles sont considérées comme des supports au service d’une écriture, d’un texte. Elles s’effacent au bénéfice de cette inscription. » […]

Plus d’informations sur l’ouvrage.

[1] Huyghe, Pierre-Damien, Commencer à deux, op.cit p.34.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

“Le modèle Internet en question (années 1970-2010)”

Vient de paraître:

Francesca Musiani et Valérie Schafer (2011). « Le modèle Internet en question (années 1970-2010) », Flux 3/2011 (n° 85-86), p. 62-71.

Cet article se propose de montrer comment le « modèle Internet » – écosystème en évolution constante, sous l’effet du développement du Web, de ses usages commerciaux et grand public, des (re)compositions de la chaîne de valeur Internet – pose, depuis le développement d’Arpanet à la fin des années 1960 jusqu’à nos jours, des questions de modélisation et de gestion des flux. L’étude des négociations et controverses dont l’architecture Internet a fait l’objet par le passé, les tensions auxquelles elle est soumise actuellement et les discussions autour de ses futurs, témoignent du fait que ce modèle, loin d’être statique ou de s’être imposé de lui-même, a constamment co-évolué avec les modifications des usages, leur massification, les choix techniques, économiques, politiques, sociaux effectués par les différentes parties prenantes. Les questions de modélisation et de neutralité de l’Internet invitent à repenser sa matérialité et sa spatialité, le rôle crucial des protocoles et des infrastructures dans le fonctionnement d’un « réseau des réseaux », où le virtuel n’est pas affranchi des tensions qui traversent la société réelle.

L’article peut être consulté à www.cairn.info/revue-flux-2011-3-page-62.htm.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

SOPA et Megaupload: quelle responsabilité pour les “intermédiaires” de l’Internet?

Retour sur la mobilisation anti-SOPA et le cas Megaupload :

L’accès à Internet comme « droit » face à la responsabilité des intermédiaires

 

Le blocage DNS, par ordre de l’FBI américain, de dix-huit sites de streaming et téléchargement direct de fichiers vidéo parmi lesquels figurent le populaire Megaupload et son « cousin » Megavideo, semble parler clair : l’offensive aux bastions de la piraterie sur Internet, intouchables jusqu’à maintenant, a (re)commencé en grand style. D’autres sites s’apparentant à Megaupload tomberont, et seront certainement « vengés » et rapidement remplacés par des alternatives similaires ; les utilisateurs, quant à eux, vont à court terme digérer l’affaire avec quelques recherches en ligne, à la chasse d’autres sites. Pourtant, on commence à peine à mesurer l’ampleur potentielle des conséquences à moyen terme du blocage. Certes, le Sénat des Etats-Unis a, pour le moment et suite à un important mouvement en faveur de la libre diffusion de la culture guidé par Wikipédia, décidé de différer les discussions sur les controversées lois anti-piratage SOPA et PIPA, après qu’une décision similaire avait déjà été prise par la Chambre des représentants états-unienne. Mais les principaux experts de droit d’auteur sur Internet se trouvent d’accord : la prochaine manœuvre des industries du copyright sera d’essayer de restreindre la liberté d’action de sites qui nous semblent être aujourd’hui entièrement dans le champ de la légalité, comme Google, Facebook, YouTube. De quoi nourrir ultérieurement un débat récemment ravivé par Vint Cerf : l’accès à l’Internet, no strings attached, est-il un droit de l’homme ?

 

Les intermédiaires de l’Internet sous attaque?

L’enjeu central de l’affaire SOPA/PIPA et de la fermeture de Megaupload semble donc être l’ « effet domino » de décisions politico-judiciaires qui, partant d’une action policière nationale (des Etats-Unis dans ce cas), se reflètent au niveau global. C’est l’inquiétude de la commissaire européenne en charge de la société numérique Neelie Kroes, qui note comment l’action unilatérale des autorités états-uniennes ait un impact immédiat et important sur les usagers européens – y compris ceux qui utilisaient Megaupload légalement. En effet, le site avait aussi, pour beaucoup d’internautes partout dans le monde, une fonction de « disque dur virtuel » qui incluait le stockage de fichiers légaux, photos et documents personnels, qui sont au moins pour le moment perdus – sans même que les autorités du pays dont ils sont citoyens ne l’aient décidé. Un des paradoxes des multiples facettes de l’Internet : un instrument d’accès global à de l’information qui est, par ailleurs, contenue et gérée par des serveurs physiques – contrainte par leur matérialité, sujette aux limitations et aux juridictions des pays qui les hébergent.

Les 180 millions d’abonnés de Megaupload ne seront pas en manque d’alternatives suite à sa fermeture. D’ailleurs, ces utilisateurs étaient souvent dirigés vers la musique, les films, les BD de leur choix par des liens présents sur des sites tels que forums et blogs, qui renvoient souvent vers d’autres possibilités de téléchargement direct et de streaming : ceux-ci ne manqueront pas de s’enrichir rapidement et efficacement de contenus et d’utilisateurs ; tout comme il sera facile, pour de nouveaux services du même genre, de voir la lumière et de se substituer aux géants abattus. Pourtant, plusieurs experts partagent l’impression que ces effets immédiats soient loin de résumer à eux seuls l’impact des événements récents. La fermeture de Megaupload et frères serait la preuve du fait que l’industrie du copyright a décidé de lancer une nouvelle offensive, sans précédents depuis les « Napster wars » du début des années 2000, qui impliquerait de s’attaquer à d’autres sites semblables, à l’heure actuelle pleinement insérés dans la « légalité » de la distribution de contenus via l’Internet.

 

Vers des restrictions plus importantes pour les plateformes

Une procédure judiciaire aux résultats incertains suivra maintenant de près la fermeture des sites. Ce qui signifie que, en théorie, leurs administrateurs pourraient être libérés de toute accusation, et les sites ouverts à nouveau. L’ambigu Kim Dotcom (a.k.a. Schmitz), l’un des fondateurs de Megaupload, déclarait par ailleurs à l’audience préliminaire de son procès, le 20 janvier dernier, qu’il n’avait « rien à cacher ». Jusqu’ici, aucun site semblable à Megaupload n’a été condamné par un juge : les fermetures ont toujours été causées par des saisies préventives. Pourtant, une condamnation semble, dans ce cas, plus probable qu’un acquittement. En effet, jusqu’à présent, les sites de streaming et équivalents se sont justifiés en soutenant de n’être que des « purs intermédiaires », et que la responsabilité des actes illicites doit retomber sur les usagers téléchargeant les fichiers piratés sur les sites. Cet argument a déjà été utilisé par le site de torrent The Pirate Bay, qui a pourtant déjà subi une condamnation bien qu’il s’exposât à moins de risques, se limitant à indexer les fichiers sur un moteur de recherche au lieu de les héberger directement sur le site comme fait Megaupload. Les autorités sont en train d’affirmer le principe selon lequel ces sites sont illégaux car l’organisation de leur modèle d’affaires est entièrement centrée – qui plus est, avec profit – sur les activités pirates.

Par ailleurs, l’argument de la « pure intermédiation » et de la responsabilité de l’usager soutient aujourd’hui une bonne partie du modèle Internet dans sa forme actuelle ; c’est l’argument qui permet à des plateformes telles que Google, Facebook, YouTube de poursuivre leurs opérations sans encourir à tout moment le risque d’amendes très importantes à cause des actions que leurs usagers effectuent sur et au moyen de la plateforme. Il en va de même pour les fournisseurs d’accès à Internet (FAI). Il y a donc le risque concret d’une réaction disproportionnée : pour défendre le système de copyright dans sa forme actuelle, les modalités d’accès et d’utilisation de sites Internet non orientés au piratage pourraient être largement réduites, voir carrément empêchées. L’attaque des autorités américaines à Megaupload et aux autres sites serait-il une réaction à la vaste mobilisation de l’Internet contre la proposition SOPA/PIPA – projet de loi qui souhaite précisément augmenter les responsabilités de tous les sites pour la distribution et la diffusion de contenus vis-à-vis le piratage en ligne ?

 

Internet, un « droit » ? Sûrement une opportunité

L’effet principal, à moyen terme, de la chute des géants du streaming pourrait donc dépasser le cadre des copyright wars pour investir un des enjeux fondamentaux de l’Internet : l’accès au réseau des réseaux est-il un droit de l’homme, à problématiser et protéger en conséquence, même et surtout face aux intérêts de certains acteurs ? Cette question, largement débattue dans plusieurs arènes internationales, a été récemment posée par Vint Cerf sous un angle novateur et controversé. En effet, l’ « évangéliste en chef » de Google fait l’argument que l’Internet serait à classer parmi les technologies « facilitatrices » des droits de l’homme, en tant que moyen de poursuivre un but, plutôt que d’être défini en soi comme droit de l’homme.

Si cette perspective est intéressante et invite à poursuivre la réflexion, il nous semble légitime, en suivant Sean Ludwig, de réaffirmer quelque chose de très simple : quelqu’un doté d’un accès non restreint à l’Internet a la possibilité de connaître et changer le monde beaucoup plus que quelqu’un qui n’a pas cet accès. Au delà des débats sur l’Internet comme droit fondamental, ce serait opportun qu’une telle prise de conscience devienne une priorité, ou au moins partie intégrante, des processus de décision politique et judiciaire concernant le réseau des réseaux. Peut-être pourra-t-on ainsi éviter des desseins de loi qui, dans le but de poursuivre des usages partiellement illicites, risquent d’endommager sérieusement l’ « écologie Internet », son ouverture, et ses opportunités d’innovation.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Bitcoin, décentralisation et déflation sur ParisTech Review

Un intéressant article de Pierre Noizat, directeur général de Paymium, est paru il y a quelques jours sur ParisTech Review. Il y est question de confiance et de décentralisation comme préconditions au développement d’une “économie bitcoin” fondée sur le consensus social.

Voir l’article sur le site de la revue.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

La véritable innovation sur l’Internet est la création distribuée: de contenus et de règles

Un intéressant article de Mary Joyce (à lire sur le site du Meta-Activism Project et sur le site OWNI.eu) fait l’argument que, dans l’économie Internet “sans imagination” d’aujourd’hui, la véritable innovation est dans l’organisation de la production plutôt que dans les modèles d’affaires. La véritable innovation de et sur l’Internet réside, plutôt que dans la monétisation, dans la création distribuée de contenus par les utilisateurs.

Quelques extraits de l’article:

“We idolize the billionaire geniuses of the Internet, people like Mark Zuckerberg of Facebook, Larry Page and Sergey Brin of Google, and Jeff Bezos of Amazon.  We associate their companies with innovation and creativity and, on a technical level, this is true.  But financially these firms have not innovated.  They have made their money by tweaking the most boring old media monetization models.”

“Profitable Internet companies are selling physical goods… or digital services… or you. As renowned security author Bruce Schneier said at a European security conference last year, ‘Don’t make the mistake of thinking you’re Facebook’s customer, you’re not – you’re the product. Its customers are the advertisers.'”

“While there hasn’t been an innovation in media monetization since the newspaper ad there has been an innovation in media production: user-generated content. Social media companies that do make money, like Facebook, are providing the service of content creation in a social context.”

“These companies are successful, they are profitable, but they are not financially innovative.  Now, it is possible that there really has not been a new way to make money off of media since the mid-19th century.  Thinkers like Clay Shirky, in his book Cognitive Surplus, and Yochai Benkler, in his book The Wealth of Networks, point to a future where media creation can take place outside the market as user-generated content. (…) The economic value of the Internet has not yet been realized.”

Voir aussi l’article “Power in a Centerless World” par le même auteur: “Power in a centerless world will be distributed more democratically, but also more chaotically. New rules will need to be created, but it is the users who will need to create and enforce them.”

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Logique distribuée et construction d’objets

logo LM

Michael Bauwens avait évoqué cet exemple lors du séminaire W2S à la Cantine en décembre (Compte rendu par Francesca Musiani ici).

L’idée est assez intéressante pour être évoquée ici même si elle ne concerne pas vraiment les typologies de réseaux et les infrastructures informatiques qui nous intéressent dans ce projet. Reste que nous voyons apparaitre dans cette présentation de la firme Local Motors des terminologies qui reviennent bien souvent dans nos recherches:

  • Système local d’échange
  • Open Source
  • Commun(s) et/ou common(s)
  • Contributions
  • Communauté(s)
  • Crowsourcind
  • Don-contre-don
  • etc…

Du grain à moudre face à ce projet donc… De quoi éveiller votre curiosité sur les applications pratiques d’un système (P2P), considéré par Bauwens comme le “socialisme du XXIe siècle”…

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

TOR: le détournement d’une technologie détournée

Tor est un réseau distribué conçu pour faciliter la communication anonyme. Il a été développé par la Marine des États-Unis pour que le gouvernement américain puisse communiquer des données en toute sécurité sur Internet. L’outil a ensuite été abandonné et mis à disposition du public sous licence open source. Alors qu’il avait été initialement adopté pour protéger les données personnelles des utilisateurs contre l’ingérence des gouvernements, le réseau Tor est aujourd’hui une technologie utilisée par certains gouvernements pour surveiller les utilisateurs sur Internet.

Communiquer sur Internet comporte des enjeux de différentes natures. Tout d’abord, Internet étant une architecture distribuée, la trajectoire des paquets ne peut pas être déterminée a priori – quel que soit le protocole utilisé. Il est donc impossible de s’assurer qu’un message envoyé par Internet ne sera pas intercepté  – ou pire modifié – par un tiers. Ensuite, tout message envoyé sur Internet comporte un transfert de paquets sur plusieurs serveurs qui sont au courant soit de la provenance, soit de la destination de ces paquets. Ces adresses (provenance et destination) sont sauvegardées sur les serveurs et peuvent être ensuite récupérées pour identifier l’identité des personnes ayant envoyé ou reçu ces paquets. Enfin, étant donné que le transfert de paquets sur Internet ne peut se faire que par l’intermédiaire des fournisseurs d’accès à Internet, ces derniers ont la possibilité de contrôler, et pourquoi pas de filtrer, tout ce qui passe sur leurs réseaux. Il n’y a donc aucune garantie qu’un message arrive effectivement à destination sans avoir été préalablement censuré.

Ces risques en matière de sécurité et de confidentialité des communications sur Internet ont amené plusieurs organisations, et notamment la Marine des États-Unis, à développer un logiciel dont l’objectif était d’assurer la sécurité des communications et l’anonymat des participants. Le réseau Tor a ainsi été conçu comme un outil destiné à protéger les communications du gouvernement américain contre toute interception ou détournement.

Si les gouvernements se soucient de protéger leurs propres communications, ils ne se soucient guère de garantir la même protection aux citoyens qui communiquent sur Internet. Bien au contraire : depuis que l’Internet s’est transformé en moyen de communication de masse, les gouvernements de tous les pays essaient de contrôler et de réglementer les communications sur Internet, sous le prétexte de protéger les utilisateurs et d’assurer l’ordre public aussi bien dans le monde physique que dans le monde numérique.

Le premier détournement

Le droit à la vie privée et la liberté d’expression sont aujourd’hui de plus en plus en danger sur Internet. Face aux nombreuses atteintes à la vie privée instaurées par des lois visant à limiter l’échange des contenus protégés par le droit d’auteur, ainsi que les différentes limitations imposées sur la diffusion de contenus illégaux (les œuvres protégées par le droit d’auteur, ou des contenus relevant de la pornographie, de la pédophilie, etc) ou diffamatoires, les utilisateurs doivent apprendre à protéger leur droits par leur propres moyens.

Alors qu’il avait été abandonné par le gouvernement des États-Unis, le développement de Tor a été repris par l’Electronic Frontier Foundation (EFF) dans le but de produire un instrument qui garantisse l’anonymat des utilisateurs. Tor a ainsi été détourné par la société civile qui a transformé un outil conçu pour aider le gouvernement à communiquer des informations à l’insu des yeux indiscrets, en un outil conçu pour la protection de la vie privée des utilisateurs et pour la défense de la liberté d’expression contre les interférences des gouvernements.

Aujourd’hui, Tor est un logiciel destiné à garantir l’anonymat des communications en ligne. Basé sur un réseau de volontaires du monde entier, Tor introduit une nouvelle couche de communication cryptographiée sur le réseau de façon à camoufler non seulement les contenus, mais aussi l’origine et la destination des communications. En ce qui concerne la vie privée, cela permet d’empêcher la surveillance des réseaux et l’analyse du trafic Internet par les fournisseurs d’accès, tout en permettant aux utilisateurs de communiquer des informations de manière anonyme. En matière de liberté d’expression, Tor est un outil qui peut également être utilisé pour contourner la censure, étant donné qu’il permet aux utilisateurs d’accéder à des serveurs bloqués par des firewalls nationaux ou institutionnels, et de communiquer des informations au public de manière anonyme, sans risque de se faire appréhender.

Le fonctionnement du réseau Tor

En règle générale, la cryptographie à elle seule ne suffit pas à garantir l’anonymat des utilisateurs, car il est toujours possible d’identifier la source et la destination des paquets circulant sur Internet. Basé sur le mécanisme de routage en oignon (onion routing), le réseau Tor a donc été construit pour empêcher quiconque de connaître à la fois l’origine et la destination des paquets.

Le principe du routage en oignon est un mécanisme par lequel les données sont encryptées à plusieurs reprises avec des clés de cryptages différentes, pour être ensuite envoyées à plusieurs nœuds dans le réseau. Les données sont donc protégées par plusieurs couches de cryptographie, qui seront progressivement retirées par chaque nœud, jusqu’à ce qu’elles arrivent à leur destination finale où elles seront à nouveau lisibles.

Afin d’assurer une communication anonyme, les données transférées sur le réseau Tor doivent passer au minimum par trois routeurs différents. L’origine des communications n’est connue que des routeurs d’entrée et la destination des communications n’est connue que des routeurs de sortie. Les autres nœuds du réseau sont des routeurs intermédiaires qui ne connaissent ni la provenance ni la destination des paquets qu’ils transfèrent.

Les routeurs d’entrée sont les nœuds auxquels l’utilisateur se connecte pour accéder au réseau Tor. Étant donné que l’adresse IP des utilisateurs est par nécessité visible, cela constitue un point faible et les utilisateurs doivent vérifier qu’ils ne se connectent pas à un nœud doté de mauvaises intentions. Tor a donc introduit une série d’annuaires officiels afin de fournir aux utilisateurs une liste de nœuds Tor certifiés auxquels l’utilisateur peut faire confiance. Dès lors qu’un utilisateur désire communiquer ou recevoir des informations de manière anonyme, le logiciel Tor construit ainsi un chemin aléatoire composé de trois nœuds différents qui s’occuperont de transférer les paquets de leur adresse d’origine jusqu’à leur destination finale – qui elle ne sera connue que par les routeurs de sortie.

Les abus du réseau Tor

L’anonymat garanti par le réseau Tor est cependant une arme à double tranchant. Puisque le trafic ne peut être tracé que jusqu’à l’adresse IP des routeurs de sortie, les utilisateurs peuvent théoriquement abuser du réseau pour accéder à des contenus de façon illicite ; par exemple pour obtenir gratuitement des œuvres protégées par le droit d’auteur, pour consulter des contenus illicites (e.g. à caractère pornographique ou pédophile), ainsi que pour publier des contenus diffamatoires ou s’impliquer dans des activités illégales telles que des opérations criminelles ou la diffusion de courriels non sollicités (spamming).

Les autorités publiques américaines cherchent donc à réglementer l’utilisation de cette technologie afin d’en limiter les abus. D’une part, il a été soutenu que chaque nœud de sortie devrait être tenu responsable pour le trafic qu’il transfère. Cette approche est susceptible de compromettre la viabilité du réseau car cela réduirait considérablement le nombre de routeurs de sortie disponibles, multipliant ainsi la congestion du réseau. De nombreuses takedown notices ont déjà été envoyés à plusieurs institutions, en s’appuyant sur les dispositions du DMCA (Digital Millennium Copyright Act) leur demandant de fermer leurs routeurs de sortie et d’empêcher les utilisateurs d’en ouvrir de nouveaux. Bien que l’EFF insiste sur le fait que les routeurs Tor relèvent des “havres de paix” (Safe Harbour) du DMCA en tant que simple routeur (mere transit), une réponse juridique définitive n’a pas encore été fournie. Si la loi n’aborde pas explicitement la question concernant la responsabilité juridique des routeurs de sortie, le réseau Tor risque de perdre en fonctionnalité suite aux effets secondaires (chilling effects) générés.

Le problème est de savoir s’il faut interdire l’anonymat au sein du réseau, en dépit des recours légitimes à cet anonymat, ou si la technologie doit être au contraire défendue, en dépit du fait que l’anonymat permet aux utilisateurs d’effectuer des opérations illégales (ou plutôt leur facilite la tâche). La question n’a toujours pas été correctement tranchée d’un point de vue législatif ou jurisprudentiel et la légalité du réseau Tor demeure jusqu’à présent incertaine.

Le deuxième détournement

Plutôt que de légiférer sur la légalité du réseau, la solution adoptée par certains gouvernements a été d’utiliser Tor, non plus dans le but de garantir l’anonymat des communications, mais, au contraire, dans le but de retourner la technologie à leur propre avantage en exploitant les failles de sécurité caractéristiques du routage en oignon. Plutôt que de combattre cette nouvelle technologie, l’idée la plus surprenante, bien que peu orthodoxe de ces gouvernements, a été d’utiliser le réseau contre lui-même afin de contrôler le trafic et de surveiller les communications des utilisateurs.

En effet, bien que le réseau Tor soit destiné à garantir l’anonymat des utilisateurs, il rencontre quelques problèmes de sécurité liés à la manière dont il a été conçu. Puisque Tor ne contrôle que ce qu’il se passe à l’intérieur du réseau, il ne peut pas protéger les utilisateurs contre le contrôle et le monitorage du trafic en entrée ou en sortie du réseau. Notamment, le trafic en sortie ne peut pas être encrypté car il ne serait alors pas compris par le serveur de destination. Ainsi, lorsque le réseau est utilisé avec des protocoles non sécurisés (tels que POP, IMAP, FTP, Telnet, etc), les routeurs de sortie peuvent analyser le trafic des utilisateurs pour identifier des informations sensibles tels que leur identifiant et leur mot de passe non cryptés. Bien que cela ne révèle pas nécessairement l’identité des utilisateurs, ces derniers doivent toutefois avoir connaissance des risques et prendre leurs précautions lorsqu’ils se connectent au réseau. Le danger est d’autant plus grand que l’utilisation d’une application tierce non sécurisée, quelle qu’elle soit, par un utilisateur du réseau Tor, peut permettre d’identifier l’adresse IP de cet utilisateur et d’associer ensuite cette même adresse IP à toutes les communications provenant de cet utilisateur (the bad apple attack).

Les routeurs de sortie peuvent également modifier le contenu des paquets qui voyagent à travers eux, afin par exemple de filtrer ou de censurer certains types d’informations, ou, pire encore, d’effectuer des attaques de type “Man In The Middle” (ou MITMune attaque qui a pour objectif d’intercepter les communications entre deux parties sans qu’aucune d’entre elle ne puisse s’en douter) dans le but d’usurper l’identité du serveur de destination.

Cette technique a été utilisée par certains contributeurs de Wikileaks, qui opéraient sur plusieurs routeurs de sortie au sein du réseau Tor dans l’espoir d’obtenir des informations confidentielles (voir Appelbaum’s lostinthenoise.net network). Julian Assange a lui-même avoué que de nombreux documents sur Wikileaks ont été obtenus en analysant le trafic de plusieurs réseaux pair-à-pair, Tor étant probablement le plus intéressant.

Mais cela ne se limite pas aux individus. Les gouvernements des États-Unis, de Chine et de Russie sont connus pour opérer sur le réseau Tor avec de nombreux nœuds de sortie, dont le nombre n’a cessé d’augmenter depuis 2007.

Bien que l’analyse du trafic sur les routeurs de sortie soit ordinairement réalisée à l’insu des utilisateurs, une telle opération a été récemment divulguée par plusieurs revues, telles Forbes et Wired. C’est le cas du projet Vigilant, un groupe de surveillance qui, paraît-il, analyse le trafic de plusieurs fournisseurs d’accès Internet aux États-Unis pour identifier les opérations (terroristes ou autres) qui pourraient nuire à la sécurité nationale.

D’après le récit de Forbes, “One of Project Vigilant’s manifold methods for gathering intelligence includes collecting information from a dozen regional U.S. Internet service providers (ISPs). Because the ISPs included a provision allowing them to share users’ Internet activities with third parties in their end user license agreements, Vigilant was able to legally gather data from those Internet carriers and use it to craft reports for federal agencies. A Vigilant press release says that the organization tracks more than 250 million IP addresses a day and can “develop portfolios on any name, screen name or IP address.”

Le projet Vigilant regroupe une communauté d’analystes bénévoles dont la mission est celle de recueillir et d’analyser un maximum de données sur le réseau Tor, afin de remettre ces informations au gouvernement fédéral. Si ce rapport a été réfuté comme largement exagéré, l’existence du projet Vigilant est, elle, bel et bien documentée : “Project Vigilant is funded by BBHC Global, an information security firm based in the Midwest, and private donations.  According to BBHC manager, Steven Ruhe, “In the fight against terror, the U.S needs all the help it can get, even if that assistance comes from unpaid volunteers. For the past 14 years, a significant volunteer group of U.S. citizens has been operating in near total secrecy to monitor and report illegal or potentially harmful activity on the Web.”

Il est difficile d’imaginer que, si Tor est en effet utilisé pour communiquer de façon anonyme et contourner les firewalls ou censures imposées par les gouvernements, ces derniers ne s’emploient pas à exploiter le réseau pour analyser le trafic et identifier les utilisateurs mal intentionnés.

Évidemment, ce risque n’existe que pour les utilisateurs qui ne prennent pas les précautions nécessaires pour protéger leurs communications. Il suffit en effet d’utiliser un protocole sécurisé lors du transfert des données pour s’assurer que personne ne peut contrôler les paquets et découvrir l’identité des utilisateurs communiquant sur le réseau Tor. C’est pour cela que ce risque ne concerne vraisemblablement que les personnes qui n’ont effectivement rien à cacher et qui n’ont donc aucun intérêt à communiquer de façon anonyme et à l’insu des gouvernements. Quoi qu’il en soit, en donnant l’impression qu’il est possible de communiquer en toute sécurité sans aucun effort, le réseau Tor est un outil qui peut potentiellement être détourné par les gouvernements afin de superviser les communications d’un grand nombre d’utilisateurs.

Le peer-to-peer, clé de voûte pour les économies futures ?

Compte-rendu du séminaire W2S par Michel Bauwens à la Cantine, 16 décembre 2011

 

« Ce ne sera pas une conférence sur comment devenir riche avec des startup, » souriait Michel Bauwens au début du séminaire W2S à la Cantine de vendredi 16 décembre. Les deux heures et demi de présentation et de discussion qui ont suivi, ayant pour thème « From Collaborative Prosumer Capitalism to a Commons-based P2P Economy », ont pourtant mis en avant la possibilité d’un véritable modèle économique alternatif basé sur le peer-to-peer (P2P), qui, loin d’être une utopie pour un futur lointain, s’infiltre toujours plus dans nos pratiques quotidiennes et pourrait constituer la clé de la durabilité à moyen et long terme de nos économies et de nos sociétés.

 

Les évolutions de la coopération

Comme M. Bauwens l’a souligné en ouverture de sa présentation, en présentant à l’audience le site du projet de science agraire communautaire nutrientdenseproject.com, le P2P est loin d’être exclusivement ancré dans l’immatériel et le virtuel. Au contraire, il serait à traiter comme un paradigme de partage immédiat, en réseau, de connaissances et d’information. A ce jour, on compte des milliers d’exemples de plateformes P2P, basées sur l’échange de connaissances, de code et de design. Ces plateformes, qui pour la plupart viennent de voir le jour ou sont en train de naître, posent des problèmes autant qu’ils peuvent en résoudre. Pourtant, d’après M. Bauwens, elles forment une sorte de préfiguration sociale du monde à venir. Est-on en train de vivre la troisième révolution de la productivité humaine? La dernière évolution du modèle coopératif repose-t-elle désormais non pas sur la mise en place de systèmes de motivation, mais sur la suppression des obstacles au partage et au commun ?

Si dans le monde pré-moderne la qualité de la coopération était basse (modèle féodal/impérial, relation de pouvoir, confrontation), et dans le monde moderne, moyenne (modèle industriel, de marché, basé sur les échanges monétaire, résultat neutre), Michel Bauwens fait l’hypothèse qu’on entre maintenant dans une « ère P2P » dotée d’une haute qualité de coopération, basée sur la synergie et le « wisdom game ». Les personnes contribuent désormais à des projets communs qui dépassent le simple échange direct, sur la base d’une motivation intrinsèque (tel est le cas de Wikipédia). Dans plusieurs de ces projets, le code reste dans le commun et il y a de la production de commun même dans le cas d’une co-existence avec une logique marchande plus traditionnelle. La division du travail au sens classique évolue vers une distribution des tâches ; on effectue ainsi le déplacement d’une vision panoptique à une vision oloptique – tous peuvent voir les changement apportés par les différents pairs.

Si plusieurs exemples dans l’histoire témoignent de comment, au fur et à mesure que la société se complexifie, des grandes entités finissent par « prendre le dessus » et entrainer des involutions du système, la promesse des projets P2P réside d’après M. Bauwens dans le « global scaling of small group dynamics » : les projets P2P fonctionnent bien en petits groupes, mais « ce qu’on aime » dans ces petits groupes, comme les dynamiques d’égalitarisme, se prête maintenant bien à être mis à l’échelle.

Le P2P peut être conçu comme un système où l’intérêt individuel se marie à l’intérêt collectif – non pas par altruisme, mais par design social. Quelle que ce soit la motivation à la base des actes des individus, un « système d’exploitation universel » (universal operating system) se crée en même temps avec un système social.

 

Pour un dépassement du « capitalisme netarchique »

Partout où la production entre pairs émerge, elle tend à déplacer les modèles d’entreprise basés sur le profit et la propriété intellectuelle. Aujourd’hui, la classe du « capitalisme netarchique » commence à investir dans le P2P parce que « ça marche mieux », remédie à certaines fragilités du système. D’après M. Bauwens, le système classique, basé sur la propriété intellectuelle, ne peut pas perdurer dans le temps : il s’agit du modèle de « capitalisme cognitif » préconisé par Microsoft et l’industrie pharmaceutique, par exemple, où le code source reste fermé et le client paie pour le service ou le produit. Cependant, trois autres modèles sont possibles. Soit les entreprises gardent la propriété intellectuelle, mais ne font pas payer leur produit ou le distribuent gratuitement ; soit elles adoptent une stratégie open source, où les programmeurs sont payé mais le code reste libre ;  soit, enfin, un modèle démonétisé (ce qui n’implique pas pour autant qu’une économie n’existe pas autour) peut être proposé. Ces trois modèles « contre-concurrencent » le modèle classique, sans que leur succès ou leur échec réponde à une loi d’airain : le cas Apple en est, à ce jour, la meilleure preuve.

On assiste dans le scénario actuel à une horizontalisation des institutions verticales, qui donne lieu à une variété de modèles hybrides. Ceux-ci se distinguent pourtant, dans leur ensemble, par l’émergence de trois institutions. En premier lieu, les contributeurs : la valeur n’est pas directement liée à la privatisation, l’innovation se fait dans le commun, le design est également mis en commun et c’est là que la valeur est créée. En deuxième lieu, les « for benefit associations » : il ne s’agit pas là d’ONG classiques, car la notion de rareté est introduite dans le modèle. Ces associations ne dirigent pas la production mais sont en charge de l’infrastructure collective et permettent à la coopération de continuer à exister. C’est le cas d’entités comme Apache et Linux. Enfin, les coalitions entrepreneuriales, qui créent de la valeur sur la base du commun : c’est le cas d’IBM, qui crée de la valeur ajoutée sur la base de Linux. La valeur est donc créée dans le commun, mais réalisée dans le privé.

Ces exemples montrent comment la peer production ne soit pas encore un vrai système de production, puisque elle est encore périphérique par rapport au système de profit. Une tension entre le commun et le privé, entre les sphères de partage et de monétisation – une tension que M. Bauwens appelle la « lutte de classe 2.0 » – s’instaure : pour être dans le marché, il faut artificiellement limiter le commun afin de créer de la rareté. Cela a une contrepartie dans la synergie entre le commun et le secteur privé : si celui-ci a besoin de la coopération sociale qui se fait dans le commun, le commun a besoin de la réalisation de valeur qui se fait dans le privé.

 

Le peer-to-peer, un véritable système de production ?

Plusieurs solutions sont possibles pour faciliter la transition de la production entre pairs vers un statut de véritable système de production. Par exemple, un nouveau type de licence, la « peer production licence » (proposée par Dmytri Kleiner), serait envisageable : si un individu contribue au commun, il peut aussi l’utiliser gratuitement: en revanche, s’il en profite sans contribuer, il contribue sous forme de paiement. De cette façon, les commoners seraient facilités dans leur propre production sociale en lien directe avec la création de valeur. Il devrait également être possible de changer les formes légales des entreprises qui occupent la sphère du marché, en opérant un déplacement des entreprises profit-maximizers à des product-maximizers, favorisant la synergie entre consommateur et producteur. D’après M. Bauwens, il faut que les entreprises « ne soient pas structurellement incitées à être des requins, mais des dauphins. »

Au delà d’un scénario souhaitable, quelle est la situation aujourd’hui ? Un positionnement de « dauphin » est certes difficile à soutenir pour une entreprise tout en pouvant survivre comme telle ; pourtant, il en existe. Dans le continuum qui a pour deux extrêmes la pure production entre pairs d’un côté, et les corporations de l’autre, dix modèles hybrides sont possibles et opèrent actuellement. Le prochain pas serait de convaincre les acteurs d’une économie qui est déjà « sociale » à plus d’un titre, à rejoindre et à s’approprier pleinement de la peer production.

Dans l’optique de la production entre pairs, le capitalisme dans sa connotation actuelle devrait être compris non seulement comme attribution de la rareté (scarcity allocation), mais comme véritable ingénierie de la rareté (scarcity engineering) : le design durable et la maximisation de profit ne pouvant pas aller ensemble, les objets sont intentionnellement crées pour être de durée limitée. Or, une communauté de contributeurs s’attache à produire pour elle-même le meilleur design possible – si les entreprises for-profit s’alignent, il y aura un design durable. La clé est de trouver un système politico-économique qui non seulement tienne l’abondance en compte, mais en fasse son principe fondateur, en dépassant certains systèmes légaux et politiques qui sont intentionnellement contre partage et coopération afin de provoquer artificiellement de la rareté. C’est pour ce scénario que plaident de nouveaux types de mouvements sociaux natifs de la culture digitale et du P2P : le monde civique deviendrait productif dans un monde d’entreprises commons-friendly, où l’Etat soutiendrait non seulement le marché, mais le commun.

Une révolution culturelle préalable doit se passer: les valeurs P2P sont encore perçus comme étant contrecourant, une alternative minoritaire. Mais la compréhension du P2P comme véritable socialisation induite par la technologie mais ne se résumant pas à elle, capable de changer les mentalités humaines, peut se traduire dans des infrastructures ouvertes telles que les espaces de collaboration, les global villages, et des structures matérielles destinées à la « vie ouverte » dans des domaines tout aussi disparates que l’énergie, l’agriculture, l’industrie. C’est sur les pratiques d’ouverture et la mutualisation des connaissances que peut se fonder la prise de conscience qu’il y a suffisamment pour tous – un véritable « point de vue de l’abondance » .

 

Conclusions. Sortir de l’émergence, revendiquer ses moyens de production

La socialisation P2P a commencé dans le virtuel et s’est traduite dans la vie matérielle. Il est maintenant question de faire sortir les pratiques P2P des conditions d’ « émergence » et d’ « alternatif ». Aujourd’hui, beaucoup des projets et de la culture P2P demeurent soumis à la logique dominante, ce qui est le cas de Bitcoin: si le système d’échange est en soi novateur, il continue à être un moyen pour échanger de l’argent qui a un même design de rareté et qui va très probablement souffrir des mêmes limitations que l’argent « classique ».

Le P2P doit acquérir la responsabilité de ses moyens de production. D’après Michel Bauwens, tout en n’étant pas encore à ce point, on n’en est pas loin. Aujourd’hui, pour sauver le capitalisme, il faudra intégrer le « green », mais aussi les innovations qui viennent du P2P. Il est possible de créer aussi des systèmes distribués où l’innovation ne soit pas seulement dans le système, mais dans les valeurs sociaux différents qui le sous-tendent. C’est là que, pour Michel Bauwens, se trouve le défi des années à venir.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

YaCy, la recherche web décentralisée

 

 

 

 

 

YaCy est un moteur de recherche décentralisé participatif permettant à tout utilisateur d’indexer le web. Selon ses concepteurs, “Il peut être utilisé de façon autonome, mais sa principale force est de pouvoir fonctionner en réseaupeer-to-peer, cequi fait que sa puissance s’accroit avec le nombre d’utilisateurs, qu’il est entièrement décentralisé (tous les “peers” sont égaux et il n’y a pas un organisme administratif central) et qu’il n’est pas censurable et ne stocke pas le comportement des utilisateurs”.

Plus d’informations ICI

 

FSCONS: YaCy Demo from Michael Christen on Vimeo.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious