Le Cloud: une architecture virtualisée

Dans l’analyse des modèles d’architecture en réseau, dont l’architecture distribuée est un cas spécifique, il nous a paru intéressant d’explorer les questions de l’architecture du cloud computing qui actuellement pose des questions juridiques de grande ampleur. Nous avons donc participé à un Atelier de l’ADIJ dédié aux problèmes juridiques du Cloud, et qui s’intéresse essentiellement au Cloud d’entreprise.  La question commune d’emblée évidente est que le pair à pair et le cloud essaient de résoudre chacun de leur façon la mutualisation de ressources face aux capacités limitées. Ils ont aussi en commun l’élasticité du modèle, la modulabilité, le self-provisioning. Un deuxième aspect commun est celui du sort des données personnelles. Alors que dans le cas du pair à pair, les données personnelles des utilisateurs sont par nécessité transmises dans un réseau de pairs, dans le cas du Cloud Computing, les données personnelles sont stockés dans des data centers dont la localisation exacte est souvent inconnue aux utilisateurs et dont la sécurité est incertaine. C’est ainsi que la CNIL qui a participé à cet Atelier a aussi mis en place un Groupe de travail interne sur ce thème. Nous reprenons ici les principaux points de cet Atelier qui se rapportent à nos interrogations.

Le 3 novembre 2011, l’atelier « Cloud Computing » de l’Association pour le Développement de l’Informatique juridique (ADIJ) animé par H.F. Jul-Hansen, B. Delmasx-Linel& D. Feldman  a  terminé sa première tranche de réflexions à l’Espace Hamelin.  L’atelier, qui avait été lancé le 23 septembre 2010, a accueilli durant ses séances de nombreux avocats et représentants de sociétés leaders du Cloud Computing (tel que Microsoft, Google, IBM, WMWare, etc) qui se sont réunis tous autour d’une même table pour entreprendre une discussion ouverte et constructive sur les atouts, les risques et les enjeux juridiques du Cloud Computing. L’atelier s’est terminé avec un compte-rendu de ce qui a été dit dans les séances précédentes.

Avant même de se mettre d’accord sur une définition, le groupe était divisé sur la question : s’agit-il  ou non d’une révolution technique ? N’était ce pas plutôt une innovation (voire un coup) commerciale ? Il est dit notamment que le terme « Cloud Computing » ne veut  rien dire en soi, que  c’est un outil de marketing qui fait vendre des services, mais qui fait aussi peur aux clients. Le Cloud Computing est sans doute une révolution mais elle n’est pas technique. La virtualisation de l’architecture et la mutualisation des données permettent une plus grande élasticité et flexibilité des ressources informatiques, mais leur déplacement sur le réseau comporte une perte de maîtrise qui comporte des risques importants. Les problématiques juridiques principales concernent essentiellement le droit à la vie privée, la sécurité des données, et l’encadrement contractuel. La question est de savoir si ces problèmes sont inhérents au Cloud Computing, ou s’ils sont dus simplement à la jeunesse de ces architectures.

I.               Encadrement contractuel

La difficulté majeure est celle de formuler des contrats qui puissent prendre en compte tout problème potentiel. Alors que dans le cas des Clouds publics (versus Clouds privés), l’utilisation de contrats-type est a priori possible, la négociation des contrats pour les Clouds privés est beaucoup plus complexe. Les Clouds hybrides, eux, essaient de trouver un équilibre entre l’exportation des données en dehors de l’entreprise et le maintien de certaines opérations au sein de l’entreprise.

Le problème de fond se trouve dans l’opposition entre les utilisateurs qui exigent un maximum de garanties et les prestataires de services en amont qui ne veulent assumer aucune responsabilité. Les intermédiaires se voient donc obligés de gérer et de mettre en balance les intérêts de tous leurs partenaires. Si le contrat est déséquilibré, il y a souvent un problème au niveau de l’expression des besoins.

L’encadrement contractuel est d’autant plus difficile qu’il n y a pas de transparence entre les opérateurs. Les utilisateurs communiquent exclusivement avec un intermédiaire (e.g. Dropbox), sans connaître l’identité ni des prestataires en amont (e.g. Amazon dans le cas de Dropbox) ni des responsables de l’infogérance et de l’hypervision (e.g. Xen dans le cas d’Amazon).

II.             Sécurité des données

Les problèmes de sécurité concernent  l’accessibilité et la confidentialité des données. Bien que les mêmes problèmes existaient auparavant, les risques sont perçu comme étant beaucoup plus graves dans le cadre du Cloud à cause de la distance et de l’échelle des opérations. Des centres de données  (data centers) accumulent de plus en plus de données qui ne sont accessibles que par l’intermédiaire du service Cloud. Dès lors qu’il y a une panne, de nombreux utilisateurs en souffrent et personne ne peut faire quoi que ce soit, si ce n’est attendre que les prestataires résolvent le problème. Ceci entraine un malaise psychologique du à la perte de maitrise.

Ainsi, bien que le Cloud offre d’énormes avantages en termes de disponibilité et accessibilité des données, il comporte aussi de gros désavantages du à la perte de maitrise et au manque d’interopérabilité. Plusieurs fournisseurs de services, notamment Google et Blackberry, ont déjà été confrontés à de tels risques.

Il ne s’agit là pourtant pas d’une nouvelle ménace, mais plutôt d’une confirmation que ces risques existent toujours. Alors que le Cloud ne multiplie pas la probabilité de perte des données, il en multiplie l’ampleur. Des problèmes, aussi minimes soient-ils, risquent d’entrainer des conséquences très importantes puisque le Cloud opère sur une grande échelle. De plus, bien que ces problèmes se posent à la même fréquence dans le Cloud ou ailleurs, leur nombre est susceptible d’augmenter avec le nombre d’intermédiaires.

Pour  sécuriser les données, il est donc encore plus nécessaire d’investir en redondance, mais aussi d’éduquer les utilisateurs à sauvegarder leurs données dès lors qu’ils ne sont pas prêts à accepter les risques.

III.           Droit à la vie privée

Les problématiques liées à la protection de la vie privée des utilisateurs sont de grande actualité dans le cadre du Cloud Computing. De plus en plus de juristes travaillent sur les questions relatives au Cloud Computing et à la protection des données personnelles. Les enjeux sont essentiellement dus au fait que les règles sur le traitement des données personnelles varient énormément selon des pays. Le cadre règlementaire européen est beaucoup plus strict que celui des Etats-Unis par exemple. Alors que ces problèmes existaient bien avant l’arrivée du Cloud Computing, le Cloud en a été un révélateur efficace.  Ainsi, bien qu’il n’ait pas modifié les comportements habituels des fournisseurs de services en termes de traitement des données, il a cependant acquis une connotation négative dans l’esprit des clients.

Il devient donc nécessaire de rassurer les clients. Alors que certains fournisseurs de service ne se préoccupent pas de contrôler l’emplacement de leurs serveurs ou de leurs prestataires, d’autres se sont engagés à proposer des offres qui garantissent que tous les serveurs soient en Europe, et en font ainsi un atout concurrentiel. De plus, même si rien n’a changé d’un point de vue pratique, les contrats d’infogérance (l’externalisation de tout ou partie de la gestion et de l’exploitation du service informatique à un prestataire informatique tiers)  se voient maintenant obligés de contempler tous les problèmes liés à la sécurité et à la confidentialité des données – bien que cela aurait du être fait bien avant l’arrivée du Cloud Computing.

Ces dangers ne sont pas seulement théoriques, comme l’ont prouvé récemment Sony, Amazon, Google et Blackberry. Avant d’acheter un service, de plus en plus de clients s’interrogent pour savoir si les fournisseurs de services sont bien assurés contre les risques associés au Cloud Computing. Des instituts d’assurance ont donc été appelés à intervenir pour amortir ces nouveaux risques.

La question principale est de savoir si ce sont les prestataires de service ou les utilisateurs finaux qui doivent s’assurer contre la perte ou la fuite des données. Les clients exigent souvent que les prestataires assument tous les risques, bien que cela soit difficile à mettre en œuvre. Plutôt que d’essayer de créer un contrat qui mette les garanties entièrement sur le dos des prestataires, il serait préférable de changer le modèle adopté pour satisfaire les besoins des clients (par exemple, en passant d’un Cloud public à un Cloud hybride). Obliger les fournisseur à s’assurer contre les risques liés à la perte des données et au respect de la vie privée risque de se traduire en une forme de forfaitisation, où le coût de l’assurance est partiellement reversé sur les clients qui se voient donc obligés de payer un premium pour assurer la sécurité de leurs données. De plus, bien qu’il soit important de répartir les responsabilités sur les différents prestataires, l’utilisateur peut aussi s’assurer par ses propres moyens. Ceci permettrait des négociations plus équilibrées entre tous les acteurs qui participent au service.

Enfin, un autre point intéressant porte sur la standardisation. L’idée serait de gérer les problèmes de sécurité et de confidentialité des données en s’appuyant sur une série de normes ou de standards. OVH, par exemple, a annoncé vouloir rechercher une certification ISO pour ses offres de Cloud privé, dans le but de fournir de meilleures garanties de sécurité aux clients.

La standardisation permet aux clients de contrôler la fiabilité des prestataires par l’intermédiaire de l’audit d’un tiers. Différents types de certifications sont déjà utilisés par plusieurs fournisseurs de services Cloud, tel que la certification SAS 70 par exemple, mais la plupart ne couvrent que les aspects financiers du service. Le problème est que les certifications proviennent d’entreprises privées, et il est donc toujours nécessaire de se mettre d’accord sur les standards à utiliser.

Aujourd’hui, le développement de normes ou de standards capables de garantir l’efficacité et la sécurité d’un service n’a pas beaucoup avancé dans le cadre du Cloud Computing. Cela est probablement du au fait que l’on est encore en phase de compétition dans le secteur. La standardisation des offres arrivera probablement à une phase successive, lorsque le marché commencera à se stabiliser. Est-ce que le Cloud est architecture nouvelle qui induit de nouveaux rapports assurantiels et contractuels ?

À la fin de cet atelier, nous avons compris que le Cloud Computing et les réseaux pair à pair ont plusieurs caractéristiques en commun. Tous les deux sont basés sur la virtualisation et la mutualisation des ressources et tous les deux présentent une architecture distribuée, dynamique et élastique – bien que l’architecture du Cloud est déterminée par les besoins des clients, alors que celle des réseaux pair à pair dépend de la disponibilité des ressources. Cependant il nous semble intéressant d’analyser en quoi ces deux architectures, qui sont toutes deux distribuées, se différencient. Il nous semble que, alors que le pair à pair est une architecture distribuée décentralisé, le Cloud est lui une architecture distribuée de façon centralisé.

Danièle Bourcier et Primavera De Filippi

Du pair-à-pair au compte-à-compte: le défi de Dwolla

Les transactions financières en ligne du futur pourront-elles se passer des cartes de crédit, en puisant directement dans les comptes bancaires au moyen d’échanges pair-à-pair ? C’est l’idée à la base de la start-up Dwolla, créée par Ben Milne à Des Moines, Iowa, aux Etats-Unis. Comme souligne son fondateur, Dwolla “essaye de créer la Visa du futur, plutôt que le prochain PayPal (…) un réseau humain basé sur une façon novatrice de concevoir le futur des paiements. (…) les paiements sont effectués directement à partir de votre compte bancaire. Aucune carte de crédit, ni de débit, est acceptée. Et parce qu’elles n’existent pas dans le système, nous n’avons pas besoin de faire rentrer les frais relatifs dans le système.”

Nombre de défis attendent Dwolla dans un futur proche. Comment rentrer légalement, à plein titre, dans un secteur “puissamment régulé”, comme est celui des échanges monétaires ? Quels acteurs solliciter comme partenaires dans une initiative qui se propose, de facto, d’esquiver complètement un système très rémunérateur pour qui le gère ? Quelles solutions proposer en termes de sécurité, la grande inconnue des systèmes de transaction directe à la Bitcoin, pour que les usagers s’engagent dans le système avec confiance ?

Entre un business model comportant des frais modestes mais fixes – indépendants de l’entité de la transaction – et le développement d’un système Dwolla pour les téléphones mobiles, Milne semble être en train d’ouvrir des directions prometteuses pour sa firme. Et, en paraphrasant David Clark, il suggère que sa carte gagnante pourrait être la prise de conscience, de la part des nouvelles générations, qu’un marché durable est un marché où les gens dépensent l’argent qu’ils possèdent : “We don’t believe in credit cards.  We believe in authorization and in lower cost transfers.  Our generation actually understands that when you buy sh*t, it comes out of your bank account and you have to pay for that.” Sous la pression du “compte-à-compte”, le crédit doit-il trembler ?

Le site de Dwolla.

Une intéressante interview au fondateur de Dwolla, Ben Milne

Un article sur le rapport entre Dwolla et son plus célèbre “cousin”, Bitcoin.

Image par DigitalTrends.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

High Frequency Trading : infrastructure, concentration et “abus hi-tech”

Ce sera le premier câble sous-marin en fibre optique installé au fond de l’Océan Atlantique depuis dix ans. Mais, à différence de ceux de la fin des années 1990 et du début des années 2000, le nouveau câble transatlantique n’est pas destiné à transporter la voix, les appels téléphoniques ou encore les connexions. Ce nouveau, gigantesque câble sous-marin entre New York et Londres, construit par la société Hibernia Atlantic, sera réservé exclusivement aux transactions financières. Il servira à faire gagner cinq milli-secondes aux traders des deux principales places financières du monde.

Cinq milli-secondes, une éternité dans le monde des transactions informatisées. Un avantage pour les traders, donc – mais s’agit-il également d’un investissement utile aux marchés? L’annonce du projet du nouveau câble par Hibernia Atlantic arrive juste au moment où les gouvernements focalisent leur attention sur les transactions financières super-rapides et automatisées, programmées au moyen de logiciels spécifiques, appelées “high frequency trading”, ou HFT. Que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, des deux côtes de l’Atlantique, les autorités de surveillance et de contrôle suspectent quelques chose de louche dans le monde des transactions à haute fréquence: un monde où se dessinent d’importants changements, sous-tendus par des questions de gestion d’infrastructure de calcul, de concentration de ressources informatiques, et peut-être d’abus exercé avec les armes de la technologie avancée.

Nombre d’analystes financiers semblent être d’accord : une concentration de facto oligopolistique des activités d’échange se développe avec les HFT – les technologies d’insertion sur les marchés financiers d’une masse importante d’ordres d’achat et de vente, de manière ultra-rapide. Les traders de l’HFT insèrent dans le marché ces ordres volumineux, en sachant pertinemment que ceux-ci auront pour effet de modifier les prix. Puis ils les effacent, et s’engagent dans des nouvelles transactions pour gagner sur les mouvements de prix qu’ils ont eux-mêmes provoqués. Une technique bien plus raffinée que l’agiotage vieux style et possible seulement grâce aux nouveaux développements des technologies informatiques. Un aspect tout aussi important de ces opérateurs est leur comportement de “free-riders”, qui se manifeste lorsque des acteurs individuels, ou une catégorie d’acteurs économiques, retirent un avantage de l’opportunité de ne pas payer le prix correct pour un service, déchargeant les coûts de celui-ci sur le reste des acteurs.

Actuellement, dans les Bourses, les opérateurs ne paient pas pour toutes les opérations mises sur le marché – en nombre très élevé dans le cas des HFT – mais seulement pour celles qui aboutissent effectivement à une transaction. Mais les HFT ont désormais rejoint un degré d’ (omni)présence sur les marchés, en particulier les marchés américains, qui approche 70% du total des opérations d’achat et de vente. Et cette présence, ayant désormais acquis un poids contractuel de taille vis-à-vis les sociétés qui gèrent les systèmes d’exécution des ordres dans les Bourses, a de facto imposé au cours des dernières années une mise à jour de l’infrastructure informatique et technique, d’une ampleur et d’une importance sans précédents, supportée par des investissements de plusieurs milliards de dollars. Investissements qui, semble-t-il, seront à leur tour payés par la société dans son ensemble, sous forme des coûts des services et de la mise en opération des plateformes électroniques des Bourses. La structuration de ces investissements est guidée, d’un point de vue technologique, par la rapidité croissante de l’élaboration et de la transmission des informations (on parle de milli-secondes), afin d’obtenir une gestion la plus rapide possible de toutes les propositions d’achat et de vente.

Ainsi, l’architecture et le dimensionnement des systèmes informatiques et télématiques des Bourses, en termes d’occupation de mémoire et de flux de données, sont fonctions de la quantité des propositions de transaction – beaucoup plus nombreuses des transactions effectivement abouties. Cela parce que les stratégies générales des HFT ont tendance à “sonder” le marché avec des ordres appelés “exécuter ou effacer”, qui ont des latences – c’est à dire des durées de vie – extraordinairement courtes (une dizaine de milli-secondes). En sondant le marché avec ces ordres, abandonnés car ils ne sont pas exécutés immédiatement, les systèmes HFT créent une sorte de cartographie de la quasi-immédiate évolution des échanges. Grâce à cette stratégie, les HFT peuvent gagner de l’argent au moyen de rafales hyper-rapides d’ordres d’achat et de vente. Le gain est presque certain, car il est corrélé à un risque presque nul (puisqu’il est calculé en fonction du temps extraordinairement court qui passe entre l’achat et la vente, ou vice-versa).

En fait, les HFT sont en train d’exploiter une niche qui n’est presque pas prise en considération par les régulations actuelles; ils se comportent comme des free-riders du marché boursier, puisqu’ils ne doivent pas se charger des coûts des stratégies qui les amènent à gagner. Ils utilisent massivement les ordres “exécuter ou effacer” pour sonder le marché, mais, au moins pour le moment, le système permet que le coût de ces très nombreux ordres,  immédiatement abandonnés, soit reparti sur tous ceux qui effectivement achètent et vendent. Il serait donc souhaitable, selon certains, que toute proposition de transaction contribue au financement des coûts généraux des systèmes informatiques, dont les dimensions sont modelées sur le volume total des ordres: on est dans la situation paradoxale où seules les transactions abouties, soit une minorité, soutiennent ces coûts d’infrastructure, tandis que le volume toujours plus important du trafic des transactions nécessite la mise en place d’un câble transatlantique ad hoc. Un scénario préoccupant est en train de se dessiner, dans lequel la concentration des échanges boursiers autour d’un petit nombre d’opérateurs de dimensions colossales s’ajoute à l’opacité de leur structure interne et de leurs relations.

Les instances de régulation, quant à elles, n’arrivent pas à monitorer de manière adéquate cette situation, qui finit par augmenter démesurément la volatilité du marché. Pourtant, des réponses devront être bientôt données: les HFT sont-ils les véritables free-riders des marchés d’aujourd’hui? En tirant pleinement avantage de leur suprématie technologique, pourront-ils gérer des positions dominantes jusqu’au point de créer des situations d’abus et manipulation des marchés?

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Quitter Facebook et rester connectés : l’aube des réseaux sociaux décentralisés

Cet article est également paru sur Silicon Maniacs. Merci à Mael Inizan pour son assistance. Image originale par Rishibando.

Lors de la conférence de développeurs Facebook (f8) du 22 septembre dernier, le PDG de la firme, Mark Zuckerberg, présente la nouvelle version du populaire réseau social : il déclare que les nouvelles fonctionnalités de Facebook permettront dorénavant un partage « sans frictions » (frictionless sharing). Cette annonce est suivie par le dévoilement d’un reformatage radical des profils des utilisateurs, ainsi que d’un historique (timeline) qui liste en ordre chronologique toutes les informations que les utilisateurs ont partagées dans le passé au moyen du site. Zuckerberg note également que les applications tierces ayant accès au service pourraient dans le futur (avec l’accord des utilisateurs) partager automatiquement toute action entreprise par l’usager, que ce soit l’écoute d’une chanson ou le visionnage d’une vidéo.

Blogueurs et commentateurs des technologies sociales notent promptement les « inévitables frictions du frictionless sharing », et remarquent comment la conception de partage « excessivement facile » préconisée par le nouveau Facebook ne tient pas compte des motivations qui amènent les individus à sélectionner les informations qu’ils veulent – ou ne veulent pas – partager. Le nouveau Facebook soulève également des questions de protection et de confidentialité des données personnelles de l’utilisateur, ainsi que du contrôle exercé par celui-ci sur les opérations de partage et d’échange au moyen des outils sociaux. Comme plusieurs fois dans le passé, la question se pose : comment les utilisateurs pourraient-ils quitter Facebook et rester connectés ? Récemment, plusieurs projets de recherche et applications commerciales ont tenté de répondre à cette question en offrant des solutions alternatives, permettant de contourner au moins certains des risques posés par l’inconstante politique de confidentialité du « géant » Facebook.

Qu’est-ce qu’un réseau social décentralisé ?

Ce qui est souvent reproché aux services tels que Facebook, Google+ ou YouTube est la façon dont leurs conditions d’utilisation leur permettent de devenir indéfiniment propriétaires de tout ce qui est écrit ou téléchargé par les usagers sur et au moyen du service. Et ceci, sans s’exprimer clairement sur la manière dont ces données sont exploitées – donnant souvent à des applications externes la permission d’y accéder, et suivant parfois une stratégie commerciale « interne ».

Le contrôle de ces services sur les données personnelles des utilisateurs est facilité par le modèle technique sur lequel ils se basent, de type dit client/serveur. Avec des services tels que Google+ ou Facebook, chaque fois qu’un usager exécute une recherche ou met un album photo en ligne pour le montrer à ses amis, ces données sont envoyées aux serveurs de la firme, et téléchargées avant de rejoindre leur destinataire prévu, contribuant à façonner un Internet « concentré » autour de puissants centres de données appartenant aux fournisseurs de services.

En revanche, le principe à la base des réseaux sociaux décentralisés (ou acentrés) est de laisser l’utilisateur du service maître de ses données, en lui donnant la possibilité d’héberger lui-même, sur son propre ordinateur, son profil, la liste de ses amis, les contenus numériques qu’il désire partager (textes, photos, vidéos). Soit les données ne quittent jamais la machine de l’utilisateur, soit elles le font en mode crypté, lors d’échanges directs, d’ordinateur à ordinateur, avec d’autres utilisateurs autorisés. Le modèle technique sous-jacent à ces applications répond à une logique de pair-à-pair (peer-to-peer, P2P) ; en éliminant les intermédiaires dans les activités de partage et de réseautage en ligne, des liens directs sont établis entre les utilisateurs, en reflétant au niveau de l’architecture technique le principe d’échange direct qui, dans un réseau social, motive les utilisateurs à partager.

Les débuts décentralisés d’internet

La mobilisation d’un modèle de réseau décentralisé – qui élimine la dualité entre le fournisseur de service et l’utilisateur, typique du modèle serveur/client, en la remplaçant par une situation où chaque client est aussi un serveur – loin d’être une nouveauté absolue, peut être considérée comme un retour aux origines de l’Internet. Depuis les débuts du « réseau des réseaux », en effet, le principe de décentralisation a été à la base des transmissions et communications qui y circulent. Pourtant, l’introduction du Web en 1990 a progressivement conduit à une large diffusion des modèles basés sur une architecture client-serveur ; les services Internet les plus répandus et les plus diffusés (réseaux sociaux, outils de messagerie instantanés, services de stockage de données numériques…) sont conçus à partir de modèles économiques et techniques dans lesquels l’utilisateur final demande une information, une donnée ou un service à de puissants centres de serveurs, qui stockent l’information et gèrent le trafic sur le réseau. Ainsi, même si sur internet le trafic fonctionne sur le principe de la distribution généralisée, il est aujourd’hui concentré autour de serveurs qui délivrent l’accès au contenu. Cependant, la décentralisation – la conception du réseau de manière à ce que les communications et les échanges aient lieu entre des nœuds jouant un rôle symétrique dans le système – demeure une des alternatives possibles, et peut-être celle qui est le plus à même d’assurer la durabilité du réseau internet.

Diaspora* et ses frères

Si la décentralisation des réseaux sociaux a pour la première fois trouvé un écho dans les médias avec l’histoire de Diaspora* – réseau où des ordinateurs totalement indépendants dits « graines » sont amenés à se connecter directement entre eux tout en abritant leur propre profil – nombre de projets relèvent actuellement le défi de créer le réseau social décentralisé qui puisse s’ériger à compétiteur crédible et fiable de Facebook. NoseRub est un protocole de réseau social décentralisé permettant aux utilisateurs du réseau de garder les informations de leur profil sur leurs propres terminaux, et à leurs terminaux d’interagir et de se synchroniser automatiquement. Le projet Appleseed, parti de la volonté de considérer l’utilisateur comme un «citoyen du net plutôt qu’un consommateur à cibler», est de nouveau sur les rails après des difficultés financières, et vise à construire un modèle de réseau distribué sur lequel le profil d’un site Appleseed soit capable de se lier avec un profil sur un autre site Appleseed, permettant une interaction directe entre les deux. En France, le projet Turbulences propose une solution technologique open-source, utilisable par une variété d’acteurs institutionnels et du secteur privé afin d’assembler et de lancer leur service de réseau social, intégré aux services en ligne existants au travers de protocoles et de standards libres.

Une véritable alternative?

L’« alternative » proposée par ces projets de réseaux sociaux décentralisés prendra-t-elle suffisamment pied pour constituer un véritable défi pour le « géant » Facebook, le forçant à reconsidérer ses politiques de confidentialité souvent controversées et sa conception un peu inquiétante de « partage sans friction » ? Le point d’interrogation principal concerne sans doute la réceptivité des utilisateurs à la possibilité de migrer non seulement vers une autre plate-forme, mais aussi vers une application dont la prise en main et les bénéfices d’utilisation sont peut-être moins immédiats, comportant la gestion en autonomie de son propre « petit serveur ». Les critiques dont Facebook fait l’objet rendent pourtant la question légitime et intéressante, bien que sa réponse ne soit pas encore claire: après tout, en travaillant à faire coïncider les liens sociaux avec les liens de réseau, les différents projets qui expérimentent avec la décentralisation appliquée aux réseaux sociaux représentent peut-être la première réelle tentative d’optimisation, à la fois sociale et technique, des outils de réseautage social.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Rapport de l’ENISA sur la résilience de l’écosystème d’interconnexion de l’Internet: un compte-rendu

L’Internet est, par définition même, un réseau de réseaux interconnectés: la résilience du système d’interconnexion est fondamental pour la résilience de l’Internet. Un rapport publié en avril 2011 par l’ENISA (Agence européenne pour la sécurité des réseaux et de l’information), “Resilience of the Internet Interconnection Ecosystem“, écrit par Chris Hall, avec l’aide de Ross Anderson et Richard Clayton à l’Université de Cambridge et Trimintzios Panagiotis et Evangelos Ouzounis à l’ENISA, analyse cet enjeu fondamental pour la durabilité de l’écosystème Internet. Voici une synthèse de leurs propos.

L’inter-connectivité de l’Internet est un écosystème complexe, avec de nombreuses couches interdépendantes. Son fonctionnement est gouverné par l’intérêt collectif des réseaux de l’Internet, mais il n’existe pas d’organisme central d’exploitation du réseau, capable d’entrer en action lorsque des complications surviennent. L’organisation ouverte et décentralisée qui est l’essence même de l’écosystème est essentielle pour le succès et la résilience de l’Internet. Pourtant, un certain nombre de préoccupations se posent.

Tout d’abord, l’Internet est vulnérable à différents types de défaillances techniques, où des systèmes sont perturbés dans de nombreux endroits simultanément; le service peut être considérablement perturbé par les échecs d’autres services publics, notamment le réseau fournisseur d’électricité; et en raison de sa nature ouverte, l’Internet est soumis à des risques d’attaques à intention perturbatrice (disruptive).

Deuxièmement, des préoccupations concernant la durabilité des modèles d’affaires actuels s’imposent. L’Internet, en tant que service, est bon marché, et ses coûts baissent rapidement, parce que les coûts de prestation de services sont pour la plupart fixes; les coûts marginaux sont faibles, donc la concurrence amène les prix à être toujours plus bas. Certains des plus grands opérateurs soutiennent qu’is sont en train de perdre des sommes considérables, et qu’il n’est pas clair de savoir comment les investissements futurs seront financés. La consolidation pourrait réduire la vingtaine de fournisseurs actuellement présents sur le marché à une poignée. Dès lors, l’introduction d’un système de régulation “lourde” pourrait être nécessaire pour empêcher un système de prix qui dérive d’un monopole.

Troisièmement, la plupart des choses que les fournisseurs de services peuvent faire pour rendre l’Internet plus résistant ne bénéficieraient pas ces fournisseurs en premier , mais à d’autres prestataires de service, conduisant à une possible « tragédie des communs ». De même, les mécanismes de sécurité qui permettraient de réduire la probabilité et l’impact des attaques, des erreurs et des accidents ne sont souvent pas appliquées, parce que personne n’a trouvé le moyen de les implémenter qui donne un avantage suffisant et suffisamment local.

Quatrièmement, on possède peu d’informations fiables sur la taille et la forme de l’infrastructure Internet ou son fonctionnement quotidien. Cela entrave toute tentative d’évaluer sa capacité de résistance en général et de l’analyse de l’impact réel des incidents, en particulier. L’opacité empêche également la recherche et le développement de protocoles systèmes et pratiques améliorés, en rendant difficile de savoir quels sont les enjeux et encore plus difficile de tester les solutions proposées.

Il pourrait donc y avoir des troubles importants à relever ce qui pourrait se présenter comme une menace réelle pour le bien-être économique et social, et cela pourrait faire pression pour que les régulateurs agissent. Pourtant, même si l’origine de l’Internet a été financée par les recherches de la DARPA, l’histoire plus récente de l’interaction du gouvernement avec l’Internet a été problématique. On a assisté aux maladroites tentatives, de la part de plusieurs gouvernements, d’imposer la censure ou la surveillance, tandis que d’autres ont défendu les monopoles de télécommunications locaux ou ont financé d’autres industries ayant été perturbées par l’Internet. En conséquence, les fournisseurs d’accès à Internet, dont la bonne volonté est essentielle pour une régulation efficace, n’ont que très peu de confiance en l’efficacité de l’action étatique.

Toute les décideurs politiques devraient donc procéder avec prudence. A ce stade, il existe quatre types d’activités qui peuvent être utiles au niveau européen.

La première est une meilleure compréhension des échecs, afin que tous puissent en tirer des leçons. Cela signifie d’entreprendre une enquête cohérente et approfondie des pannes majeures, et la publication des résultats. cela implique aussi de mieux comprendre la nature de la réussite, en soutenant les systèmes de mesure à long terme de la performance du réseau, et la recherche concernant cette performance.

La seconde consiste à financer la recherche dans des sujets clés tels que l’interopérabilité et l’inter-domain routing – en mettant l’accent non seulement sur la conception de mécanismes de sécurité, mais aussi sur l’ingénierie du trafic, la redirection et la prioritisation du trafic, surtout pendant une crise, et en développant une compréhension des façons dont des solutions peuvent être déployées dans le monde réel.

Le troisième est de promouvoir les bonnes pratiques. La diversité dans la prestation de services peut être encouragée par des termes explicites dans les contrats du secteur public, et par des pratiques d’audit qui attirent l’attention sur combien on soit actuellement en train de nous baser sur des systèmes qui manquent de diversité. La promotion de tests indépendants d’équipements et de protocoles pourrait également être envisagée.

Le quatrième est l’engagement public. Une plus grande transparence peut aider les utilisateurs d’Internet à devenir des clients plus exigeants, créant des incitations pour l’amélioration, et le public devrait être engagé dans des discussions sur le potentiel des questions controversées comme la hiérarchisation du trafic en cas d’urgence. Enfin, les partenariats public-privé (Public-Private Partnerships, PPP) des différentes parties prenantes, opérateurs, fournisseurs, institutions, sont importants pour une auto-régulation efficace. Si une régulation plus formelle devait s’avérer nécessaire dans le futur – concluent les auteurs du rapport – des décideurs politiques plus informés, qui seraient déjà entrés en rapport avec les industries, pourraient arriver à des meilleures décisions.

Le rapport de l’ENISA est disponible ici.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

“Dead Drops”, la ville devient peer-to-peer

Avec des projets tels que FON, l’intégration d’un Internet pervasif, collaboratif et gratuit au quotidien de nos villes a pris de l’aile. Le dernier projet de l’artiste berlinois Aram Bartholl pourrait bien être le prochain pas vers une ville peer-to-peer.

“Dead Drops” est une installation de supports de stockage intégrés dans la ville. Commençant en Octobre 2010 avec l’installation de cinq clés USB à New York, Bartholl a par la suite lancé un appel à participation afin de cimenter toujours plus des clefs USB dans les murs des villes du monde entier, pour permettre la diffusion, l’échange et la rélocalisation de données de façon anonyme et déconnectée.

“Un-cloud your files in cement!”, invite Bartholl sur le site du projet, qui est ainsi présenté: “‘Dead Drops’ is an anonymous, offline, peer to peer file-sharing network in public space. USB flash drives are embedded into walls, buildings and curbs accessable to anybody in public space. Everyone is invited to drop or find files on a dead drop. Plug your laptop to a wall, house or pole to share your favorite files and data. Each dead drop is installed empty except a readme.txt file explaining the project. ‘Dead Drops’ is open to participation. If you want to install a dead drop in your city/neighborhood follow the ‘how to’ instructions and submit the location and pictures.”

Le site inclut également un Manifesto qui invite à repenser notre conception de domaine public:

Dead Drops is an anonymous, offline, peer to peer file-sharing network in public space. Anyone can access a Dead Drop and everyone may install a Dead Drop in their neighborhood/city. A Dead Drop must be public accessible. A Dead Drop inside closed buildings or private places with limited or temporary access is not a Dead Drop. A real Dead Drop mounts as  read and writeable mass storage drive without any custom software. Dead Drops don’t need to be synced or connected to each other. Each Dead Drop is singular in its existence. A very beautiful Dead Drop shows only the metal sheath enclosed type-A USB plug and is cemented into walls.You would hardly notice it. Dead Drops don’t need any cables or wireless technology. Your knees on the ground or a dirty jacket on the wall is what it takes share files offline. A Dead Drop is a naked piece of passively powered Universal Serial Bus technology embedded into the city, the only true public space. In an era of growing clouds and fancy new devices without access to local files we need to rethink the freedom and distribution of data. The Dead Drops movement is on its way for change! Free your data to the public domain in cement! Make your own Dead Drop now! Un-cloud your files today!!!”

Ainsi qu’une liste et cartographie des Dead Drops installées jusqu’ici. Où sera la prochaine?

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Serveurs, services et données face à la “récentralisation”

Philippe Aigrain, PDG de la Société pour les Espaces Publics d’Information (Sopinspace) aborde la question de la “recentralisation” du calcul, du stockage et de la gestion de données au cours de son intervention à la conférence PARADISO, Bruxelles, 7-9 Septembre 2011:

“The key components of our open common infrastructure of computing and communication, that is the open personal computer and the neutral end-to-end Internet were designed in the 1970s, based on work conducted before. It took 30 years, and the addition of free software and information commons before their empowerment impact for individuals and groups fully materialized. However, during these 30 years, and in particular the last 15 years, powerful players have been at work to undermine this potential. They used a variety of means: the extension of copyright and patents and the hardening of their enforcement, a focus on innovation that targeted primarily the maintenance or acquisition of dominant positions rather than new user capabilities, and more recently, invoking security to tramp on fundamental rights. I am going to insist on another track of this counter-reform movement. It is particularly important because, in a way, most of us gave it an implicit consent. It is the recentralization of computing, data storage and service provision.

Suddenly, we woke up with centralized social networks such as Facebook, centralized group and document management such as GoogleDocs and centralized media hosting such as YouTube or Megaupload. Whether we, as individuals, as groups, as neighbours, will be able to reclaim servers, services and data is the key issue that will determine the answer to the questions tabled for this last session (Addressing Research Challenges and Other Open Issues, N.d.R.). There is a powerful movement in the US and in Europe for constructing a new decentralized infrastructure for the Internet.”

La communication est disponible dans son entièreté ici.

A lire aussi: l’intéressant article “Declouding Freedom: Reclaiming Servers, Services and Data” cité par Philippe Aigrain lors de son intervention.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Imaginaires cinématographiques

By John McNab - Licence CC BY-NC-SA 2.0
The First Batman by John McNab - Licence CC BY-NC-SA 2.0

Dans un article publié le 12 septembre 2011 sur OWNI.fr , la journaliste Ophelia Noor, pose la question suivante :

“Et si l’accès à l’internet, en mode sans fil, était un “bien commun” librement partagé par tous ?”

 

C’est effectivement ce que proposent de plus en plus de réseaux communautaires associatifs tels que Freifunk à Berlin, FunkFeuer en Autriche, So Cal Free Net à San Diego et Guifinet en Catalogne (catalogue complet des réseaux sans fils ici). Mais, au delà de ces initiatives « militantes » et de la philosophie qu’elles défendent, nous pourrions relever plusieurs éléments capables d’illustrer “l’imaginaire” de ces technologies sans fils, de ces nouvelles formes de communications, d’échanges, de partages et d’architectures réseaux.

La discussion que nous abordons ici et sur laquelle nous reviendrons tout au long de ce projet ANR dépasse largement le cas des réseaux sociaux, alternatifs ou non. Pour Annie Gentès, “elle prend sa source dans l’origine même de l’internet, de sa structure, de ses protocoles et de son mode de gouvernance. Elle confronte deux idéologies : celle de l’informatique centralisée et celle de l’informatique répartie. Même si le trafic sur Internet fonctionne en accord avec le principe de la distribution généralisée, il a désormais pris la forme d’une concentration autour de puissantes agglomérations de serveurs qui détiennent l’information, fournissent l’accès aux contenus et/ou gèrent le trafic sur le réseau. Cette logique se renforce d’autant plus avec l’avènement actuel du cloud computing. Au contraire, l’informatique répartie (en d’autres termes le principe d’architecture distribuée ; modèle de réseau informatique structuré afin que les communications et/ou échanges se fassent entre nœuds qui ont la même responsabilité dans le système) résiste pour des raisons à la fois techniques et politiques. La confrontation des deux « idéologies », centralisée vs distribuée, est particulièrement sensible dans le cas du peer-to-peer” (Extrait des Entretiens du Nouveau Monde Industriel – IRI – Centre Georges Pompidou, à paraitre).

Mais ce que nous souhaitons aborder ici, c’est l’univers de référence de nouvelles topologies de réseaux distribués mobiles (d’où l’expression “d’imaginaires” de technologies sans fils). De fait, la question soulevée par Ophelia Noor et reprise par les militants de réseaux alternatifs cités précédemment impose de repenser le tissu social et les infrastructures urbaines classiques. Stéphanie Vidal, doctorante au CoDesign Lab & Media Studies de Telecom ParisTech le remarquait dans un article paru sur Slate.fr le 3 septembre 2011 à propos de la reconstruction de Detroit:

la Detroit Digital Justice Coalition (DDJC) veut réduire la dépendance des habitants face aux géants des télécommunications et cimenter les communautés grâce à la maîtrise des technologies numériques. Les extraits de leur petit magazine Zine font office de manifeste:

«Les communauté de réseau sont à l’image des communautés agricoles. De la même façon que l’on peut réclamer des terres inutilisées pour y faire pousser notre nourriture, nous pouvons utiliser le réseau wifi public pour communiquer gratuitement. Comme pour le jardinage, construire et maintenir un réseau communautaire demandent des efforts et des aptitudes. […]

Au même titre que les associations qui œuvrent pour la justice sociale en montant des jardins communautaires ou des réseaux locaux de distribution de nourriture, la DDJC essaie de constituer des petits systèmes réplicables, redimensionnables, et décentralisés permettant de produire et de consommer l’information de manière démocratique. A Detroit, le projet Wireless Community Network se pose comme une alternative donnant aux individus l’accès à Internet et la possibilité de créer des réseaux locaux répondant aux besoins spécifiques de la communauté, tout en limitant le nombre de souscriptions auprès des opérateurs.»

“Coalition”, “Justice sociale”, “communautés”, “alternative”, “démocratie”… Autant de mots qui apparaissent également dans la bouche des super héros de cinéma lorsqu’il s’agit de se battre contre les “méchants”… Car c’est bien ce dont il est question ici: il semble que les créateurs de ces technologies, de ces “infrastructures alternatives” se réfèrent bien souvent au vocable des super héros (mais aussi de situationnistes tels que Guy Debord) pour référencer leur travail et leurs ambitions.

Premier exemple significatif, celui des réseaux MANET (Mobile Ad-Hoc NETwork – architectures distribuées mobiles) et de ses récentes améliorations apportées par la communauté Freifunk. Visant à remplacer le protocole de routage destiné aux réseaux maillés, sans fil ou mobiles “OSLR” (en anglais « Optimized Link State Routing Protocol »), la communauté Freifunk a baptisé son nouveau protocole B.A.T.M.A.N (“Better Approach To Mobile Adhoc Networking”).

L’idée centrale de B.A.T.M.A.N (d’après leur espace wiki) “réside dans le fait de partager les informations sur les meilleures connexions entre tous les nœuds B.A.T.M.A.N. dans le réseau complet. Grâce à cela, la nécessité d’informer l’ensemble des nœuds B.A.T.M.A.N. à chaque modification du réseau maillé disparaît. Chacun des nœuds regarde uniquement, d’où viennent les données reçues par leur partenaire de communication, et renvoient les données correspondantes via le même chemin. Sur le chemin vers la destination, les données seront transmises de cette manière de proche en proche. Scientifiquement parlant, cette approche est semblable à l’orientation des fourmis par les phéromones. Par conséquent il en résulte un réseau d’intelligence collective“…

Ici, c’est l’acronyme du protocole de réseau qui dérive du personnage de bande dessinée créé par Bob Kane et Bill Finger en 1939. Batman, avatar du millionnaire Bruce Wayne, est un justicier masqué censé rendre un semblant de justice dans une ville, Gotham City, en proie aux voyous. Humour potache ou véritable référentiel capable de suggérer une certaine idée de justice, du moins de “faire le bien” dans un monde où les réseaux wifis fournis par les FAI seraient des bandits, des opérateurs “voyous” obnubilés par l’idée de faire de l’argent et de contrôler totalement les réseaux?…

Deuxième exemple probant, celui d’un masque bien particulier utilisé depuis un certain temps par les Anonymous, groupe de désobéissance civile et de hackers informatiques né sur le forum 4chan et popularisés via leurs attaques liées à la protection de Wikileaks et des militants tunisiens et égyptiens du printemps arabe.

L’imagerie développée par les Anonymous puise dans plusieurs films mais surtout dans celui de James McTeigue “V for Vendetta“, adaptation d’une bande dessinée de Alan Moore et David Lloyd publiée en 1990. Cette adaptation d’une œuvre majeure du géant des “comics” américains DC fut réalisée en 2006 avec la participation des pères de la trilogie “Matrix”, les frères Wachowski (autre “mine référentielle anti-système établi” pour des militants informatiques, gamers, etc.). L’identité visuelle des Anonymous ainsi que celle des mouvements de désobéissance civile en général ont repris à la bande dessinée de Moore, le visage de V (lui même inspiré du visage de Guy Fawkes, révolutionnaire catholique anglais instigateur de la conspiration des poudres en 1605) et ses codes plutôt anarchistes du moins anti Establishment.

Les références pourraient être très nombreuses, les Anonymous émettant des messages proches des codes de la série télévisée américaine Dark Angel (avec la superhéroïne Jessica Alba), et des thèses défendus par George Orwell dans 1984 (on pourrait également évoquer K. Dick, Gibson et Asimov en ce qui concerne la littérature). Les mêmes codes et les mêmes références ont été et sont toujours autant utilisées dans le milieu des réseaux sociaux alternatifs proches des mouvements des Indignés espagnols par exemple (voir les réseaux sociaux distribuées tels que Lorea, très utilisés par les espagnols ces derniers temps).

Nous reviendrons à nouveau sur cette question des imaginaires de création et de référentiels tout au long de ce projet mais ce que nous pouvons en retenir dès à présent est ce que relevaient Felix Treguer and Jean Cattan Le 7 mai 2011 toujours sur Owni.fr:

Des groupes d’utilisateurs sont sur les rangs pour défendre ces acquis et cette culture de la communication libre. Pour que ces réseaux citoyens continuent à innover techniquement et à se développer en dehors de toute pression étatique ou commerciale, il est nécessaire de ne plus se limiter à la « junk band » et de pouvoir accéder à d’autres parties du spectre radio. (…)

Le principal problème est que l’État, ou les instances de régulations, se comportent comme les nounous des ondes radios. Or la mise sous licence du spectre est la vache à lait de ministres des finances aux abois. Il ne faut pas oublier que les ondes radio sont un bien commun, comme l’air qu’on respire.

 

Une fois encore, l’architecture distribuée apparait comme un enjeu primordial des développement de l’Internet et ce à plusieurs niveaux: sociotechniques, politiques, économiques mais aussi culturels car elle semble se présenter (du moins selon ses militants) comme une organisation des systèmes informatiques et des communications plus “juste”, plus “démocratique”, plus “équitable”. La question de la mobilité à l’intérieur de ces réseaux cristallise d’autant plus les problématiques liées aux libertés des individus au sein des réseaux.

 

Affaire(s) à suivre donc…

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Stockage en ligne, distribué ou centralisé?

« L’industrie du stockage en ligne des données ne s’est jamais sentie aussi bien », note en 2010 Yannick Guerrini du populaire site de vente de matériel informatique, Tom’s Hardware, et de plus en plus de discussions s’engagent sur le Web quant au nombre croissant d’alternatives proposées par les firmes du secteur. De façon intéressante, certaines d’entre elles concernent une comparaison entre le “vainqueur” du moment, le service de cloud storage Dropbox, et ses alternatives distribuées (Image par Melanie Pinola sur LifeHacker.com). Plusieurs aspects de l’expérience utilisateur sont en jeu, de la sécurité du système à la privacy des données stockées, de la vitesse des téléchargements en amont et en aval à la rapidité et la qualité des échanges effectués.

Retrouvez ces discussions sur LifeHacker.com, le forum de Dropbox, le forum de Revision3, et MakeUseOf.com.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Les services distribués “vont mobiles”

Plusieurs projets distribués « filaires » qui ont retenu notre attention ces dernières années proposent récemment des versions « mobiles » de leurs applications.

Le service de stockage distribué Wuala (LaCie) est disponible en version mobile pour Android depuis mars 2011,

 

 

 

 

 

tandis que le moteur de recherche décentralisé Faroo lance en août 2011 la deuxième version de son application mobile.

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui sera le prochain? :)

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Open World Forum 2011: l’open source est stratégique pour les entreprises

La quatrième édition de l’Open World Forum, qui s’est déroulé à Paris du 22 au 24 septembre, a ré-affirmé avec force la valeur “stratégique” de l’open source pour les entreprises.Ce thème a été tout particulièrement présent dans les déclarations des “grands noms” de l’open source et du logiciel libre qui ont pris la parole pendant les trois jours de l’événement.

Louis Montagne, président de l’OWF 2011 et co-fondateur de la firme d’ingénierie applicative af83,a noté comment les entreprises ne peuvent désormais plus se passer de l’open source et du logiciel libre, qu’on retrouve partout, du cœur d’Internet jusqu’aux voitures, et aux téléphones.

Jean-Pierre Laisné, co-président de l’OWF 2011 et Open Source Strategy Director pour Bull, a quant à lui remarqué comment l’open source et Internet soient connectés par leur histoire, l’évolution du protocole TCP/IP n’étant pas bien différente de celle de l’open source. L’open source, il a conclu, change la manière de faire du logiciel, mais aussi la société en général, et crée des tensions ainsi faisant; sa valeur stratégique est indéniable.

Mark Shuttleworth, fondateur et PDG de Canonical, l’entreprise à l’origine du populaire système d’exploitation Linux-based Ubuntu, a quant à lui envisagé le futur des services Internet comme un environnement hybride entre le cloud et un retour aux applications locales, où les utilisateurs jongleront entre une multitude d’appareils connectés. Dans cinq ans, a-t-il conclu, Ubuntu sera mobile, sur les smartphones et les tablettes, tout en contribuant à ré-inventer l’infrastructure des entreprises.

Le site Web de l’Open World Forum 2011.

Une Interview de Mark Shuttleworth par Guillaume Belfiore de Clubic, reprenant les thèmes de la keynote par le PDG de Canonical.

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Le Peer to peer (hybride) au cinéma

Après The Social Network, film fiction sur l’origine du plus célèbre des réseaux sociaux, Napster va faire à son tour l’objet d’un film (documentaire cette fois ci).

A l’origine, Napster était un service peer-to-peer destiné uniquement à l’échange de fichiers musicaux (créé par Shawn Fanning, alors qu’il était encore à la Northeastern University de Boston, et Sean Parker interprété par Justin Timberlake dans The Social Network). Le service original Napster a fonctionné entre juin 1999 et juillet 2001. Sa technologie a permis aux gens d’échanger facilement des chansons au format MP3,ce qui a conduit l’industrie musicale à porter des accusations de violation massive du droit d’auteur. Bien que le programme ait été fermé par décision judiciaire, il a ouvert la voie à de nombreux programmes P2P décentralisés,qui se sont révélés plus difficiles à contrôler (Kazaa, Gnutella, les divers Torrent, etc.).

Notons néanmoins que le service Napster possède une architecture  distribuée un peu différente où les éléments du réseau annoncent les fichiers dont ils disposent à un serveur central, qu’ils contactent pour obtenir les coordonnées (adresse IP et n° de port) d’un élément possédant les fichiers recherchés. Le serveur a donc un rôle de facilitation des échanges entre les pairs, mais ces derniers n'”assument” pas totalement et de façon autonome leur double rôle de clients et de serveurs.

Plus d’informations sur le documentaire à venir ici.

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

“Flux et reflux: la caverne de l’Internet”

A l’occasion de la pause estivale, nous nous permettons un post un peu ludique, qui rejoint toutefois notre intérêt pour les représentations figuratives, voire artistiques, des réseaux :-)

“Flux et reflux, la caverne de l’Internet” est un projet de l'”artiste sociologue” Fred Forest. Du site officiel du projet:

“Pionnier de l’art vidéo, de l’art des médias et des réseaux, Fred Forest, né en 1933, initie dans les années 70 le concept d’art sociologique, puis dans les années 80 celui d’esthétique de la communication. L’ensemble des dispositifs ou des méthodes d’intervention sur le social constitue son terrain de recherches. La dimension éthique et esthétique se rejoignent pour placer l’humain au cœur de sa démarche notamment par l’implication de divers publics dans ses actions. Sa pratique est celle d’actions interférant dans les systèmes de communication. La question de la mémoire est omniprésente. (…)

Son projet pour les Moulins interroge la caverne de Platon à l’heure d’Internet. Les ombres que les hommes de la caverne prennent pour la réalité dans l’allégorie de Platon, sont transposées sous des formes contemporaines, par une mise en scène de la déambulation du public et de leurs ombres, de textes et de projections vidéos fonctionnant alternativement. D’autres ombres et participations arrivent par le réseau de connexions internet dans le monde. En effet un kit de connexion, sous la forme d’un studio d’enregistrement minimal et d’un mode d’emploi, est proposé aux 120 Instituts Français dans le monde, en collaboration avec l’Institut Français à Paris, ainsi qu’à d’autres lieux, comme les expositions en cours de Fred Forest à New York et Sao Paolo. Un double réseau est ainsi activé, par la présence physique des visiteurs dans l’exposition aux Moulins et par celui, virtuel, des publics connectés.

Fred Forest élabore un gigantesque réseau mondial, dont les participants virtuels et réels donnent forme à l’exposition, connexion par connexion. L’artiste a pensé son projet comme un scénario dont les acteurs participants réalisent le film en le renouvelant constamment. Cette création collective est une métaphore d’une dynamique démocratique. Un cheminement à l’image d’une plongée initiatique dans le ventre d’une société caractérisée par l’information.”

L’exposition se déroule aux Moulins Albigeois – 41 rue Porta – 81000 Albi, et sur le site web http://www.flux-et-reflux.org. Elle est ouverte du mercredi au dimanche de 14h à 19h, et fermée les lundi, mardi et jours fériés.

Bonne découverte!

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Le protocole Peer-to-peer

Dans un article du 11 mars 2011 publié sur Le Monde.fr, Laurent Checola se penche sur les enjeux relatifs au peer to peer à l’heure actuelle.

Il interroge notamment Patrick Waelbroeck, enseignant chercheur à Telecom ParisTech et propose une infographie intitulée “Que sont devenus les services de téléchargement ?” assez claire et bien réalisées.

 

Liens: article du 11 mars 2011 publié sur Le Monde.fr

InfographieQue sont devenus les services de téléchargement ?

 

A propos d’infographie, celle réalisée par Cisco IBSG (ci dessous) est assez éclairante sur les enjeux de l’Internet des objets.

 

 

 

 

 

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Creative Commons, le “pouvoir de l’ouvert”

Le mercredi 6 juillet, au Lieu du Design (12ème arrondissement de Paris), Creative Commons et Cap Digital ont présenté un événement célébrant le “pouvoir de l’ouvert” à l’occasion du lancement mondial du livre The Power of Open, dans un contexte de célébration de l’innovation et de la créativité en ligne.

L’équipe Creative Commons, comprenant les membres du projet ADAM Danièle Bourcier et Mélanie Dulong de Rosnay, a tout d’abord introduit à l’audience ce projet de licences novateur. Dans une démarche d’ouverture et de décentralisation, Creative Commons propose des contrats-type pour la mise à disposition d’œuvres en ligne. Inspirés par les licences libres, les mouvements open source et open access, ces contrats facilitent l’utilisation d’œuvres (textes, photos, musique, sites web…). En facilitant ou éliminant les intermédiations dans le cycle de production, distribution et consommation des œuvre, les licences Creative Commons contribuent à diminuer les coûts de transaction : distribution, recherche automatique d’oeuvres, information sur le régime des droits, négociation en cas d’utilisation commerciale, rédaction d’autorisations d’utilisation ou de remix. Plus de détails sur Creative Commons appliqué au contexte français sont disponibles sur le site de Creative Commons France.

Le reste de la soirée a mis à l’honneur deux projets créatifs et novateurs présentés dans le livre The Power of Open, une sélection d’histoires célébrant l’élément “humain” de partage et d’ouverture sous-tendant le projet CC. Le livre peut être téléchargé gratuitement, ou commandé en format papier, sur le site de The Power of Open.

Il y a eu tout d’abord la projection de deux court-métrages de Vincent Moon, réalisateur primé de Paris connu pour ses vidéos de musique qui présentent des artistes indépendants aussi bien que les musiciens célèbres, y compris Tom Jones, R.E.M et Arcade Fire. Il fait également des films et des documentaires qui lui ont valu une réputation internationale. A ses propres dires, Vincent Moon “vit un peu sa vie sous licence Creative Commons”: ses œuvres, présentées dans le livre, sont diffusées sous une License Creative Commons. Le site du réalisateur, véritable vidéothèque en libre, témoigne des valeurs de partage et d’échange qui guident sa démarche.

Ensuite, Pierre Gérard, co-fondateur de Jamendo, a présenté sa start-up: la première plateforme de promotion, de diffusion et de commercialisation de musique « libre », au sens où les artistes décident eux-même de la distribution et de la gestion de leur création. Au moment de leur inscription, ils choisissent une licence Creative Commons. Sur Jamendo, les internautes peuvent librement écouter, télécharger et partager 300 000 titres, de façon légale et gratuite – tandis qu’une diversification des offres de base, pro et pour des usages spécifiques (comme la publicité) assurent un modèle économique durable et des revenus pour les artistes qui souhaitent vendre leurs licences. Plus de détails sur la plateforme sont disponibles sur le site de l’entreprise.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website