architecture des réseaux distribués : enjeux des architectures adhoc, mesh et cie

T. A. Ramrekha, E.A. Panaousis and C. Politis Routing challenges and directions for smart objects in future internet of things in Interconnecting Smart Objects with the Internet Workshop, IETF, Mar 25, Prague, Czech Republic, DOI http://www.iab.org/about/workshops/smartobjects/papers/Ramrekha.pdf (2011)

Position paper qui aborde les enjeux des réseaux distribués.

Pour les auteurs, les réseaux adhoc ne sont pas seulement des réseaux intéressants dans le cadre de situations d’extrême urgence (scénario « classique » notamment pour les réseaux adhoc en mobilité). Ils représentent le seul moyen de dépasser les limites du réseau IP dont les auteurs prédisent qu’avec le développement des objets connectés elles seront vite atteintes.

« Currently, applications such as email, instant messaging and social networks use the core Internet infrastructure to exchange data. However, with the proliferation of wireless communication enabled smart objects, there is an emerging trend to exchange information pervasively and in a distributed manner among users and devices. Therefore, future Internet applications and services will entail smart objects to be able to communicate using ad hoc networks i.e. in an autonomous and distributed fashion ».

Plusieurs traits sont à relever :

– l’autonomie des devices

– la nature distribuée des réseaux

– l’internet des objets lie des personnes et des objets

La recherche sur le pair à pair en mobilité doit prendre en considération non seulement des personnes mais aussi des objets et leurs configurations et leurs reconfigurations dynamiques.

Dramaturgie du distribué : Facebook Open Graph

La conférence :

Le 21 avril 2010, à la conférence organisée par Facebook, F8 Conference, à San Francisco, Mark Zuckerberg et Bret Taylor, qui est le directeur produit de Facebook (et ancien CEO de Friendfeed, agrégateur de réseaux sociaux) présentaient leur nouvelle API : Open Graph. Les propriétés techniques sont intéressantes mais surtout l’expression symbolique de ces propriétés technique : la représentation du réseau est fondée sur une vue à plat de noeuds tous connectés sans distinction, ni hiérarchie. Facebook use de la dramaturgie du distribué. https://www.facebook.com/f8

Le nom : « open graph » :

On peut lire l’article sur la théorie des graphes en français dans wikipedia, mais celui en anglais est plus simple pour les non-mathématiciens : http://en.wikipedia.org/wiki/Graph_theory.

Bien sûr le titre fait appel à la culture à la fois des mathématiciens mais aussi est sans doute surtout dans ce contexte, celle des programmeurs et spécialistes des réseaux. La théorie des graphes est en effet indispensable à la représentation des réseaux de communication et à l’organisation des données. En associant « open » avec « graph » FaceBook donne à penser que l’on peut connecter tout avec tout et que le protocole est suffisamment robuste pour être extensible ad infinitum.

Variation sur un thème : comment représenter une « sphère infinie, dont le centre est partout et la circonférence nulle part«   ? (Blaise Pascal, Les Pensées, 1669)

L’idée de l’infini introduite par l' »open » est sans doute peu représentable. Les responsables de la communication de FaceBook ont imaginé de re-figurer le réseau en jouant sur les couleurs des noeuds et des liens : figure du couple, figure des Etats-Unis, figure du dialogue (assez ambivalente : qui mange qui ?)

Creative Commons, le « pouvoir de l’ouvert »

Le mercredi 6 juillet, au Lieu du Design (12ème arrondissement de Paris), Creative Commons et Cap Digital ont présenté un événement célébrant le « pouvoir de l’ouvert » à l’occasion du lancement mondial du livre The Power of Open, dans un contexte de célébration de l’innovation et de la créativité en ligne.

L’équipe Creative Commons, comprenant les membres du projet ADAM Danièle Bourcier et Mélanie Dulong de Rosnay, a tout d’abord introduit à l’audience ce projet de licences novateur. Dans une démarche d’ouverture et de décentralisation, Creative Commons propose des contrats-type pour la mise à disposition d’œuvres en ligne. Inspirés par les licences libres, les mouvements open source et open access, ces contrats facilitent l’utilisation d’œuvres (textes, photos, musique, sites web…). En facilitant ou éliminant les intermédiations dans le cycle de production, distribution et consommation des œuvre, les licences Creative Commons contribuent à diminuer les coûts de transaction : distribution, recherche automatique d’oeuvres, information sur le régime des droits, négociation en cas d’utilisation commerciale, rédaction d’autorisations d’utilisation ou de remix. Plus de détails sur Creative Commons appliqué au contexte français sont disponibles sur le site de Creative Commons France.

Le reste de la soirée a mis à l’honneur deux projets créatifs et novateurs présentés dans le livre The Power of Open, une sélection d’histoires célébrant l’élément « humain » de partage et d’ouverture sous-tendant le projet CC. Le livre peut être téléchargé gratuitement, ou commandé en format papier, sur le site de The Power of Open.

Il y a eu tout d’abord la projection de deux court-métrages de Vincent Moon, réalisateur primé de Paris connu pour ses vidéos de musique qui présentent des artistes indépendants aussi bien que les musiciens célèbres, y compris Tom Jones, R.E.M et Arcade Fire. Il fait également des films et des documentaires qui lui ont valu une réputation internationale. A ses propres dires, Vincent Moon « vit un peu sa vie sous licence Creative Commons »: ses œuvres, présentées dans le livre, sont diffusées sous une License Creative Commons. Le site du réalisateur, véritable vidéothèque en libre, témoigne des valeurs de partage et d’échange qui guident sa démarche.

Ensuite, Pierre Gérard, co-fondateur de Jamendo, a présenté sa start-up: la première plateforme de promotion, de diffusion et de commercialisation de musique « libre », au sens où les artistes décident eux-même de la distribution et de la gestion de leur création. Au moment de leur inscription, ils choisissent une licence Creative Commons. Sur Jamendo, les internautes peuvent librement écouter, télécharger et partager 300 000 titres, de façon légale et gratuite – tandis qu’une diversification des offres de base, pro et pour des usages spécifiques (comme la publicité) assurent un modèle économique durable et des revenus pour les artistes qui souhaitent vendre leurs licences. Plus de détails sur la plateforme sont disponibles sur le site de l’entreprise.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech
Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

« Private Yet Connected » sur ParisTech Review et Agora

L’article « Private Yet Connected? Yes, We Can: The Challenge of Decentralized Social Networks », publié en février 2011 par ParisTech Review, est repris par le magazine canadien Agora dans le numéro de juin 2011. A l’honneur: les médias sociaux décentralisés.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech
Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website