Dramaturgie du distribué : Facebook Open Graph

La conférence :

Le 21 avril 2010, à la conférence organisée par Facebook, F8 Conference, à San Francisco, Mark Zuckerberg et Bret Taylor, qui est le directeur produit de Facebook (et ancien CEO de Friendfeed, agrégateur de réseaux sociaux) présentaient leur nouvelle API : Open Graph. Les propriétés techniques sont intéressantes mais surtout l’expression symbolique de ces propriétés technique : la représentation du réseau est fondée sur une vue à plat de noeuds tous connectés sans distinction, ni hiérarchie. Facebook use de la dramaturgie du distribué. https://www.facebook.com/f8

Le nom : “open graph” :

On peut lire l’article sur la théorie des graphes en français dans wikipedia, mais celui en anglais est plus simple pour les non-mathématiciens : http://en.wikipedia.org/wiki/Graph_theory.

Bien sûr le titre fait appel à la culture à la fois des mathématiciens mais aussi est sans doute surtout dans ce contexte, celle des programmeurs et spécialistes des réseaux. La théorie des graphes est en effet indispensable à la représentation des réseaux de communication et à l’organisation des données. En associant “open” avec “graph” FaceBook donne à penser que l’on peut connecter tout avec tout et que le protocole est suffisamment robuste pour être extensible ad infinitum.

Variation sur un thème : comment représenter une “sphère infinie, dont le centre est partout et la circonférence nulle part  ? (Blaise Pascal, Les Pensées, 1669)

L’idée de l’infini introduite par l'”open” est sans doute peu représentable. Les responsables de la communication de FaceBook ont imaginé de re-figurer le réseau en jouant sur les couleurs des noeuds et des liens : figure du couple, figure des Etats-Unis, figure du dialogue (assez ambivalente : qui mange qui ?)

Creative Commons, le “pouvoir de l’ouvert”

Le mercredi 6 juillet, au Lieu du Design (12ème arrondissement de Paris), Creative Commons et Cap Digital ont présenté un événement célébrant le “pouvoir de l’ouvert” à l’occasion du lancement mondial du livre The Power of Open, dans un contexte de célébration de l’innovation et de la créativité en ligne.

L’équipe Creative Commons, comprenant les membres du projet ADAM Danièle Bourcier et Mélanie Dulong de Rosnay, a tout d’abord introduit à l’audience ce projet de licences novateur. Dans une démarche d’ouverture et de décentralisation, Creative Commons propose des contrats-type pour la mise à disposition d’œuvres en ligne. Inspirés par les licences libres, les mouvements open source et open access, ces contrats facilitent l’utilisation d’œuvres (textes, photos, musique, sites web…). En facilitant ou éliminant les intermédiations dans le cycle de production, distribution et consommation des œuvre, les licences Creative Commons contribuent à diminuer les coûts de transaction : distribution, recherche automatique d’oeuvres, information sur le régime des droits, négociation en cas d’utilisation commerciale, rédaction d’autorisations d’utilisation ou de remix. Plus de détails sur Creative Commons appliqué au contexte français sont disponibles sur le site de Creative Commons France.

Le reste de la soirée a mis à l’honneur deux projets créatifs et novateurs présentés dans le livre The Power of Open, une sélection d’histoires célébrant l’élément “humain” de partage et d’ouverture sous-tendant le projet CC. Le livre peut être téléchargé gratuitement, ou commandé en format papier, sur le site de The Power of Open.

Il y a eu tout d’abord la projection de deux court-métrages de Vincent Moon, réalisateur primé de Paris connu pour ses vidéos de musique qui présentent des artistes indépendants aussi bien que les musiciens célèbres, y compris Tom Jones, R.E.M et Arcade Fire. Il fait également des films et des documentaires qui lui ont valu une réputation internationale. A ses propres dires, Vincent Moon “vit un peu sa vie sous licence Creative Commons”: ses œuvres, présentées dans le livre, sont diffusées sous une License Creative Commons. Le site du réalisateur, véritable vidéothèque en libre, témoigne des valeurs de partage et d’échange qui guident sa démarche.

Ensuite, Pierre Gérard, co-fondateur de Jamendo, a présenté sa start-up: la première plateforme de promotion, de diffusion et de commercialisation de musique « libre », au sens où les artistes décident eux-même de la distribution et de la gestion de leur création. Au moment de leur inscription, ils choisissent une licence Creative Commons. Sur Jamendo, les internautes peuvent librement écouter, télécharger et partager 300 000 titres, de façon légale et gratuite – tandis qu’une diversification des offres de base, pro et pour des usages spécifiques (comme la publicité) assurent un modèle économique durable et des revenus pour les artistes qui souhaitent vendre leurs licences. Plus de détails sur la plateforme sont disponibles sur le site de l’entreprise.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

“Private Yet Connected” sur ParisTech Review et Agora

L’article “Private Yet Connected? Yes, We Can: The Challenge of Decentralized Social Networks”, publié en février 2011 par ParisTech Review, est repris par le magazine canadien Agora dans le numéro de juin 2011. A l’honneur: les médias sociaux décentralisés.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Compte rendu de l’événement du Forum ATENA “Où va la cybersociété, champ de mines ou bateau ivre?”

Compte rendu de l’événement du Forum ATENA “Où va la cybersociété, champ de mines ou bateau ivre?”

par Francesca Musiani

Le 8 juin 2011, le Forum ATENA a présenté le troisième volet de son triptyque de colloques sur le futur de l’Internet. D’après le poème d’Arthur Rimbaud “Le Bateau Ivre”, révisité en clé hacker, l’événement s’intitulait “Où va la cybersociété, champ de mines ou bateau ivre?”

Plus de détails sur l’événement sont disponibles sur le site du forum ATENA.

Louis Pouzin, créateur du datagramme dans le cadre du projet Cyclades, dans les années 70, à l’origine des protocoles TCP/IP et de l’Internet et actuellement coordinateur de projets de l’association Eurolinc, a introduit la séance au moyen de sa présentation sur le thème “Où va l’Internet? Mondialisation et Balkanisation”.
La mondialisation des activités humaines, a-t-il souligné,  est le plus souvent présentée comme une évolution  inéluctable dissolvant frontières et distances. Est-ce bien sérieux ? En réalité le monde est très divisé: pays souverains, lois spécifiques, langues multiples, économies disparates, etc. Pourtant l’internet est perçu comme un système global, homogène, offrant une plateforme universelle de communications multi-media. Ce serait donc une exception paradoxale, si ce n’était pas un mythe.
Un épouvantail agité fréquemment par les “gardiens du temple”, dit M. Pouzin, est la balkanisation ou fragmentation du réseau, avec son cortège de calamités, discontinuité des communications, confusion des noms et adresses, instabilité,
insécurité, perte de fiabilité. En conclusion il faudrait s’efforcer de maintenir au maximum un système de contrôle historique dont les éléments critiques sont verrouillés par le gouvernement des États Unis.
On oublie au passage que la Chine a construit son propre internet, qu’il existe des milliers d’intranets, et que les gouvernements de l’Égypte et de la Lybie n’ont pas eu besoin d’aide pour interrompre le fonctionnement dans leur propre pays. Il arrive aussi que des ruptures de câbles sous-marins isolent un groupe de régions pendant une à plusieurs semaines. L’internet est un réseau de réseaux autonomes depuis son ouverture commerciale au début des années 80. Il est fragmenté par construction, et il le restera.  Il en va de même du réseau téléphonique mondial, ce qui n’empêche nullement d’appeler un correspondant dans n’importe quel pays. Toute évolution majeure de l’internet est en fait conditionnée par le niveau de consensus entre les principaux acteurs, opérateurs, industriels télécom, fournisseurs de contenus, lobbies transnationaux, et quelques gouvernements.
Il fut certes un temps où l’ICANN, mandataire du  gouvernement US, faisait la loi. On observe maintenant, selon M. Pouzin, un réveil des gouvernements dits du sud, tout en déplorant le peu d’implication des acteurs de l’industrie. Le tropisme de fragmentation se renforce à mesure que les enjeux techniques deviennent minoritaires au regard d’autres domaines comme la propriété intellectuelle, le filtrage des informations, les investissements en infrastructure, la législation, la criminalité, ou les facteurs culturels et religieux.

Philippe Wolf, docteur en Informatique, ingénieur général de l’Armement, et Conseiller du Directeur général de l’ANSSI, a intitulé sa présentation avec deux questions: “La Cybersociété, société de l’information ou société de la désinformation?” et “Les Cyberconflits, où va la sécurité des systèmes d’information?”
Internet, souvent présenté comme un espace de non-droit, se structure en zones plus homogènes avec, au mieux, des accords bilatéraux généraux et faiblement opérants. Ces zones seront le reflet d’un affrontement très clair entre plusieurs modèles de cybersociété ayant chacune leurs valeurs portées dans leurs modèles de protection des systèmes d’information.  M. Wolf a distingué, entre autres, le modèle libéral nord-américain (la liberté fonde la démocratie), le modèle chinois (l’organisation fonde la démocratie), le modèle européen où la protection du faible est plus prise en charge par l’État (la dignité fonde la démocratie). 
Dans le registre de la souveraineté, des jeux étranges, parfois pusillanimes, se jouent déjà et se joueront : émancipation du contrôle américain de l’Internet de la Chine et bientôt de l’Inde, déclarations tonitruantes de capacités offensives en la matière (USA, …), volonté de désarmement (Russie qui n’a, par contre, pas signé la convention de Budapest sur le cyber-crime), affrontements asymétriques sourds, paradis numériques. M. Wolf en est donc venu à la conclusion que les cyber-conflits vont assurément se multiplier.
Il est ensuite passé à souligner quelques défis futurs en matière de sécurité des systèmes d’information. Il nous faudra, selon M. Wolf, prendre mieux conscience des désinformations qui s’expriment ici encore plus qu’ailleurs. Par exemple, la prise en compte des limites des protections antivirales est récente alors que le théorème d’indécidabilité du virus date de 1984. Il nous faudra mieux comprendre l’articulation entre technologies et sens ou valeur des informations manipulées en repensant le secret. Il nous faudra lutter contre les manipulations, aiguiser notre esprit critique, concevoir de nouveaux mécanismes de régulations. Il devient également urgent de revoir le modèle de protection des systèmes d’information autour d’offres de services complètement intégrés, au niveau de sécurité adéquat, sans que l’utilisateur n’ait à s’en préoccuper. Il nous faudra enfin revisiter le concept de défense en profondeur. La défense de nos systèmes d’information futurs passe assurément par une revalorisation de l’humain qui en sera, contrairement aux clichés, le maillon fort.

Robert Erra, docteur en Informatique, directeur Scientifique des Mastères Spécialisés en Sécurité à l’ESIEA, chercheur en algorithmique pour la sécurité, a centré son exposé sur le Malicious Flash Crash Attack du 6 mai 2010: selon M. Erra, ce cas est un clair signe du fait que “il faudra peut être ralentir les transactions électroniques”.
Peu après 14h, le 6 mai 2010, l’indice S&P du NYSE perd en quelques minutes 10%, plusieurs actions voient leur cours proposés à un penny (Accenture, Procter and Gamble), une action grimpe à 100 000, la SEC décide en fin de journée d’effacer purement et simplement environ 25 mn de transactions : c’est ce qu’on appelle le Flash Crash ou le Crash Éclair. Selon M. Erra, cela a été possible à cause de trois phénomènes : l’apparition des algorithmes de High Frequency Trading  (HTF); plus de 50% des transactions au NYSE et de programmes qui les implémentent; l’ utilisation de faux ordres de vente (ou d’achats) d’actions pour « pourrir » les données des concurrents, généralement annulés après quelques millisecondes… ce qui est à l’heure actuelle totalement légal.  Cela s’appelle le Quote Stuffing (ou Stub Quote), le “bourrage” de cotations, interdit maintenant au NYSE. Enfin, l’utilisation intensive des réseaux pour réaliser massivement et rapidement le Quote Stuffing.
Les connaisseurs en sécurité informatique auront reconnu dans le Quote Stuffing une forme nouvelle de DoS, un Déni de Service d’un type nouveau :  le Déni de Service Financier (FDoS) légal dans de nombreuses places boursières.
Serait-il possible, s’est demandé et a demandé M. Erra, de voir peut-être bientôt apparaître une nouvelle attaque: totalement légale cette fois-ci, le « Crash Éclair Malicieux », involontaire ou volontaire ? La réponse est affirmative, d’où le titre de la présentation, The Malicious Flash Crash Attack. M. Erra a présenté les deux variantes de cette attaque, une totalement légale et une totalement illégale.
Peut-on se protéger conter ce type d’attaques, a demandé enfin M. Erra? A moins de ralentir les réseaux utilisés pour ces transactions bancaires et d’interdire purement et simplement la pratique du Quote Stuffing, et en espérant que les algorithmes de HTF ne soient pas trop mal programmés, il semble difficile d’éliminer à 100% le risque de voir le NYSE s’écrouler en quelques minutes suite à un Crash Éclair Malicieux.

Michel Riguidel, professeur émérite à Telecom ParisTech, enseignant de sécurité numérique et réseaux de nouvelles générations, controversé opposant de la neutralité du net, a abordé les deux thèmes suivants dans sa présentation: la personnalisation de l’infrastructure et la transparence du réseau. Pourra-t-on bientôt construire ou configurer son propre réseau de telle manière qu’on puisse le superviser soi-même ? Est-il possible d’en confier l’exploitation et la supervision en toute transparence à un tiers ? Et qu’en est-il de ses propres calculs ? Qu’en est-il de la conservation de ses propres données ? Les propriétés (interopérabilité, neutralité, sécurité, etc.) que l’on exige du réseau ne doivent-elles pas s’appliquer
aussi au calcul et au stockage ? Le monde numérique qui se veut ouvert, interopérable, neutre ne devient-il pas opaque, fermé, discriminant et fragmenté ? La souveraineté numérique et la dignité numérique sont-elles des cibles inaccessibles ? Autant de questions auxquelles M. Riguidel a répondu en mettant en avant les “mutations inexorables” du réseau des réseaux.
Les réseaux s’immiscent toujours plus dans les secteurs d’activité des entreprises ou de la vie quotidienne en bousculant les architectures et les procédures des métiers et des activités. Cette conquête de nouveaux territoires s’accompagne de nouvelles exigences en termes de propriétés des communications (interfaces avec les standards du secteur électrique pour les smart grids, contraintes des secteurs santé, du transport, des finances). Certains voudraient tout changer (l’approche de la page blanche) et contraindre l’industrie à progresser plus vite, d’autres voudraient conserver les modèles actuels sous cloche et laisser faire les usages, a souligné M. Riguidel. L’histoire des sciences et des technologies nous a montré que le progrès technologique ne s’accélère pas ou ne s’arrête pas par décret et qu’il obéit à des lois, en fonction de l’idéologie et du contexte du moment.
M. Riguidel a présenté le règne numérique comme un écosystème dynamique, darwinien, et présenté l’informatique comme une fleur à trois pétales : calculer, communiquer et conserver/stocker. Ces trois fonctions ont des valences techniques, économiques, sociales et politiques qui s’entrecroisent et s’agrègent de plus en plus avec interdépendances. “On ne peut dissocier l’usage des réseaux et leur structure: il en va de même de l’informatique”: ce que M. Riguidel préconise n’est pas une neutralité du réseau, mais une neutralité de l’informatique.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Rendre visible l’invisible, l’exemple de Nearfield.org

 

Ingerborg talking about The Bubbles of radio - Crédits photos: Amanda Steggell (http://www.testingtesting.org/)
Ingerborg talking about The Bubbles of radio - amanda steggell testing testing - http://www.testingtesting.org

 

 

Comme le remarque Nicolas Nova[1] dans son article intitulé “Visualiser le “Ghost in the field” de l’urbanité numérique” et publié sur OWNI le 23 mai 2011:

 

Ce qui frappe dans “l’urbanité numérique”, c’est son invisibilité. Or cette couche informationnelle omniprésente existe bien. Comme le soulignait le géographe Boris Beaude dans un colloque sur ce thème, “il serait dangereux et anachronique de considérer les technologies de communication numériques comme irréelles“.

 

Mais de quelle manière et par quels artefact ces technologies sont en mesure de se manifester? Comment illustrer leurs présences? Comment les matérialiser, les rendre “visibles”? Un des enjeux de ce projet est effectivement de donner des outils de design pour aider à constituer un référentiel utile pour le développement ultérieur de services s’appuyant sur des technologies peer to peer. Proposer des formes de visualisation de technologies d’intelligence ambiante doit permettre de soumettre ces dernières à la lecture et aux commentaires des acteurs intéressés (voir billet ” Pourquoi un abécédaire des AD?” par Cécile Méadel le 7 juin 2011).

Les extraits suivants proposent des pistes de réflexion sur le fait de “rendre visible l’invisible”. Nous nous reporterons également à l’article de Nicolas Nova cité précédemment.

NEARFIELD.ORG

Ce projet mené par Timo Arnall et développé avec des élèves de l’école de d’architecture et de design d’Oslo interroge la diversité des ondes qui s’entremêlent dans l’espace urbain. Un projet de ce module d’étude intitulé “The bubbles of radio” et mené par Ingeborg Marie Dehs Thomas (élève en Master de Design) se concentre plus précisément sur la représentation des ondes existantes: GSM, Wifi, RFID, ZigBee, DMB, Bluetooth. Dehs Thomas construit un véritable bestiaires des ondes censées nous envelopper et pénétrer totalement nos environnements.

 

Plus d’informations sur le Touch Project et sur le projet de Ingeborg Marie Dehs Thomas “Fictionnal radio spaces“.

 

Le projet Light painting wifi explore quant à lui  la présence des réseaux wifi dans nos environnements. La vidéo réalisée pour ce projet explique très bien le concept.

 

Immaterials: Light painting WiFi from Timo on Vimeo.

 

 


[1] Chercheur et consultant à Lift Lab spécialisé en design d’interaction. Il réalise des études sur les usages et les pratiques pour nourrir la conception de produits numériques (jeu vidéo, téléphonie mobile, web, robotique et objets communicants) pour des clients tels que Nokia Design, SEB, Swisscom ou Orange. Il enseigne également à l’ENSCI (Paris), à la HEAD (Genève) et est enfin responsable éditorial de Lift, conférence internationale sur l’innovation et les usages des technologies. Il est l’auteur de “Les Médias Géolocalisés : les nouveaux paysages numériques” et “Les Flops technologiques- Comprendre les échecs pour innover” (FYP Editions).

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Pourquoi un “abécédaire” des AD ?

Les réseaux pair à pair n’existent pas sans imaginaire au sens propre : schémas, graphiques, photos, mises en situations, vidéo. Le portail de recherche centralisera une base de ressources visuelles sur les dimensions, techniques, sociales et culturelles des réseaux pair à pair. Il s’agit de récolter, d’analyser et d’exposer les différentes représentations graphiques qui permettront de constituer un abécédaire (à la manière d’un what’s what) de ces architectures et de leurs services dévoilant à la fois les techniques et les valeurs sous-jacentes ainsi que les usages pressentis par les auteurs de ces représentations.

L’objectif de ce dispositif expérimental est triple:

  • rendre compte de la complexité d’une technique qui peine à faire comprendre sa spécificité par rapport aux architectures réseaux centralisés ;
  • donner des outils de design et d’ingénierie des connaissances dans ce domaine technique, aider à constituer un référentiel utile pour le développement ultérieur de services s’appuyant sur ces technologies ;
  • l’interprétation de cette visualisation comme son utilisation ne sont pas données et sont à construire avec les acteurs. La mise en ligne permettra de les soumettre à la lecture et aux commentaires des acteurs intéressés.

Journée d’étude ISCC “Internet et Frontières”

Journée d’étude Internet et Frontières
Lundi 20 juin 2011, 9 h 30 – 18 h30
Institut des sciences de la communication du CNRS

Le rêve du « village global » et de la communication comme source de fraternité a traversé les siècles.
Or en dépit des promesses que cristallisent les réseaux sociaux numériques et le Web 2.0, le social et
ses tensions ne s’effacent nullement devant la communication virtuelle. Une forme d’endogamie
persiste dans la vie virtuelle comme réelle, les frontières étatiques et culturelles ne sont pas abolies.

Autour de la thématique Internet et Frontières, cette journée, organisée par le groupe Gouvernance et
usages de l’Internet de l’ISCC, a une vocation interdisciplinaire et invite à penser les frontières à
plusieurs échelles (du micro à macro), de l’individu à la société, permettant d’analyser les
infrastructures et les contenus en termes de ruptures et de continuité, de glissement, de déplacement
plus que de révolution, même si la radicalité du phénomène se doit aussi d’être interrogée.

La notion de « frontière » est polysémique et ouverte, mais renvoie à une interrogation déterminante :
Internet, quelles (r)évolutions ? La frontière peut être entendue selon plusieurs acceptions. Elle est une
interface, non seulement au sens informatique, entre réel et virtuel, entre hommes et machines, mais
aussi au sens géographique d’échange entre régions : si Internet rapproche, n’éloigne-t-il pas aussi en
mettant en visibilité l’altérité de manière forte ? La frontière peut être passerelle, espace de transfert,
outil de médiation pour le partage et la co-construction des savoirs, ou au contraire barrière,
linguistique et culturelle par exemple. La frontière est une zone de tensions et de négociations: se pose
alors la question d’acteurs aux logiques contradictoires, de la fracture numérique, de l’aspiration à une
gouvernance moins unilatérale d’Internet. La frontière comme limite territoriale, étatique, soulève la
question du droit, des logiques nationales, des risques de balkanisation d’Internet, des cyberconflits et
de la sécurité. Mais, ce sont aussi les frontières de l’identité ou encore celles de l’acceptabilité qui
peuvent être interrogées par celui qui étudie le déplacement des notions de  privacy ou d’extimité.

La matinée sera l’occasion d’éclairer la  Géopolitique de l’Internet, l’après-midi « les autres
frontières », celles de l’identité, de la connaissance, de la communication, qui questionnent la place
d’Internet comme interface et passerelle. Internet abolisseur ou/et créateur de frontières, Internet à la
rencontre des territoires matériels, virtuels et intellectuels : « le réseau des réseaux » produit-il et
révèle-t-il un autre partage du monde en cours ?

Pour assister à cette journée d’étude, vous pouvez vous inscrire auprès de
Valérie Schafer – valerie.schafer@iscc.cnrs.fr
Mélanie Dulong de Rosnay – melanie.dulong-de-rosnay@iscc.cnrs.fr

Site web : http://www.iscc.cnrs.fr

Programme

MATIN

Accueil à partir de 9h00

9h30 > 9h55

Ouverture de la journée
Communication et frontières
Dominique Wolton, Directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC)

Géopolitique de l’Internet

9h55 > 10h20

La société, Internet et ses frontières
J. Perriault, Professeur émérite en information & communication, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Conseiller, Institut des sciences de la communication du CNRS

10h20 > 11h20

Table ronde. Sécurité et cyberconflits

animée par Léonard Laborie, Chargé de recherche au CNRS, UMR 8138, Laboratoire IRICE

Le combat cyberélectronique : des débuts au commandement du cyber américain
Stéphane Dossé, Lieutenant-colonel de l’arme des Transmissions, Enseignement militaire supérieur
scientifique et technique (EMSST)

Les frontières des cyberconflits
François-Bernard Huyghe, chercheur à l’Iris

Les risques du Web
Michel Arnaud, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

11h20 > 11h40
Cartographie et souveraineté à l’ère du satellite et des réseaux numériques
Henri Desbois, Maître de conférence en géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense,
Laboratoire GECKO, “Équipe Réseaux, Savoirs & Territoires”

11h55 > 12h50  
Table ronde. Gouvernance et société civile

animée par Valérie Schafer, Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du
CNRS

L’internet : de la Déclaration d’indépendance du cyberespace à l’introuvable gouvernance
mondiale
Françoise Massit-Folléa, chercheur-consultant, FMSH, Paris

Les nouvelles frontières que dessinent les acteurs de la gouvernance de l’internet
Hervé Le Crosnier, Enseignant-chercheur, délégué auprès de l’ISCC

Ai Weiwei, artiste et cyberdissident chinois
Séverine Arsène, Docteur en science politique et ATER à l’Université Lille 3

12h50 > 13h10 
Perspectives et nouveaux enjeux internationaux de la régulation de l’Internet
Bernard Benhamou, Délégué aux usages de l’Internet

Pause déjeuner

APRES­MIDI

Internet, interface et passerelle

14h30 > 14h40 
Présentation de l’après-midi 
Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC)

14h40 > 15h00 
Entre l’écran et la chaise : les frontières de la communication homme-machine grand public
Benjamin Thierry, PRCE à l’Université Paris-Sorbonne, Doctorant au Centre de Recherche en
histoire de l’innovation

15h00 > 15h20 
Aux marges du réseau: le P2P et les services Internet
Francesca Musiani, Attachée de recherche et doctorante, CSI MINES ParisTech

15h20 > 16h20 
Table ronde. Internet et Médiation culturelle
animée par Fanny Georges, Postdoctorante à Télécom ParisTech

Jouer avec les frontières cognitives, technologiques et psychologiques
Dominique Stutzmann, Chargé de recherche au CNRS

Reconfigurations des médiations et des productions dans certaines pratiques créatives sur
Internet
Brigitte Chapelain, Maître de conférence en SIC à l’Université Paris 13, Laboratoire Communication
et Politique (LCP)

Médiation et organisation
Jean-Luc Bouillon, Maître de conférences en SIC à l’université de Versailles-Saint-Quentin

16h40 > 17h00 
Frontières et intermédiation des savoirs 
Morgan Meyer, Postdoctorant à Mines-ParisTech

17h00 > 18h00 
Table ronde. Partage des savoirs 
animée par Benoit Le Blanc, Maître de Conférences en Informatique à l’Institut Polytechnique de
Bordeaux, Chargé de mission à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS

Détecter les frontières dans le domaine biomédical et les dépasser 
Natalia Grabar, Chargée de recherche, STL CNRS UMR8163, Université Lille 3

Mise en évidence automatique de frontières dans les grandes masses de données du Web et des
bases d’informations : questions scientifiques et de société.
Alain Lelu, Enseignant-chercheur en sciences de l’information, délégué auprès de l’ISCC

Accès à la connaissance et agenda pour le développement : la propriété intellectuelle vue par les
pays du Sud et la société civile
Mélanie Dulong de Rosnay, Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du
CNRS

De l’amateur à l’expert, remise en cause des frontières de la connaissance sur le Web
collaboratif
Lionel Barbe, Maître de conférence à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

18h00 > 18h20 
Les frontières de l’identité numérique : le ménagement de l’interface
Alexandre Coutant, Maître de conférences à l’université de Franche-Comté, laboratoire LASELDI,
associé à l’ISCC  & Thomas Stenger, Maitre de Conférences à l’université de Poitiers, IAE, laboratoire CEREGE (EA
1722), chercheur associé à l’ISCC.

18h20 > 18h30 
Conclusion 
Valérie Schafer et Mélanie Dulong de Rosnay (ISCC)

 

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Revue de projet: SAFARI (2002) – Services Ad hoc/Filaires : Développement d’une Architecture de Réseau intégré

Le projet ANR SAFARI proposait l’étude, la réalisation et l’expérimentation d’une architecture de réseau intégrée pour la conception, le déploiement et l’exploitation optimale de services dynamiques sur un réseau IPv6 hybride ad hoc / filaire. Son principal objectif était de mettre à disposition des fournisseurs de services un environnement logiciel dédié aux services à valeur ajoutée capables d’être exploités sur des infrastructures à forte dynamique couplant les réseaux ad hoc et les réseaux fixes au travers d’une couche de convergence Ipv6 étendue.

 


Partenaires: France Telecom, Alcatel, Telecom Paris Tech, INRIA, LIP 6, LRI, SNCF, LSR IMAG




Les recherches menées dans le domaine des Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication doivent s’orienter vers de nouveaux horizons qui ne doivent pas seulement étendre la portée, les fonctionnalités et l’efficacité des applications et des services mais elles doivent tenter de les rendre disponibles de la façon la plus naturelle et la plus sûre à tout citoyen. Ce nouveau concept de disponibilité à tout moment en tout endroit, que l’on nomme souvent « Ambient Intelligence » doit mettre la personne au centre du développement des STIC afin de « concevoir des technologies pour la personne et non pas faire que la personne s’adapte aux technologies ». Ceci doit être là la base de technologies « invisibles », i.e., qui se fondent dans notre environnement quotidien et qui sont présentes au moment où nous en avons besoin tout en offrant une interaction simple et conviviale.


La convergence des services et le support multi-technologies représentent des enjeux majeurs pour les  architectures des futures générations de réseaux. L’exploitation de ces supports multiples permet d’envisager l’ubiquité des services. Elle est à la base des réseaux de 4ème génération. Le modèle ad hoc permet d’étendre la couverture des réseaux d’accès sans fil (802.11b/a) en mode base et l’utilisation conjointe de ces modes permet outre l’extension de la connectivité, la création de services novateurs dont les domaines d’application vont des réseaux embarqués aux réseaux domestiques en passant par les espaces intelligents. En raison de leur potentiel important, les technologies ad hoc deviennent candidates à l’intégration dans le réseau de services que devra être l’Internet du futur. Dans cette évolution, le protocole IPv6 joue également un rôle majeur, d’une part en raison de ses capacités d’adressage quasi infinies mais surtout par la prise en compte et la disponibilité de composants pour la qualité de service et la mobilité. Finalement, la configuration, la sécurité des services, le contrôle et la supervision de la qualité des services délivrés aux usagers dans cet espace de communication universel deviennent vitaux au succès des services qui seront offerts sur ces infrastructures [1].

L’aboutissement de cette convergence requiert aujourd’hui des innovations technologiques dans plusieurs couches protocolaires et apporte de nombreux défis envers les plates-formes de services qui auront la charge d’opérer une multitude de services hétérogènes sur des infrastructures qui ne le sont pas moins.

La viabilisation tant technologique qu’économique requiert aujourd’hui des travaux dans les différents niveaux des couches qui interviennent dans la livraison des services (réseaux, multicast, sécurité, passerelle applicative, supervision, …). Cependant, seule une approche transversale faisant intervenir la coopération entre ces différents niveaux permettra de lever les verrous qui restent sur le chemin d’une offre de services basée sur l’intégration ad hoc / filaire. Ces études au niveau protocoles mais également et surtout au niveau transversal faisaient l’objet des travaux de SAFARI.

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Revue de projet: P.L.U.G – Play Ubiquitous Game (2008 – 2010)


 

 

 

 

Le projet PLUG visait à favoriser l’émergence de jeux pervasifs. Il étudiait l’ensemble des technologies de l’informatique diffuse (réseaux, systèmes embarqués, middleware, logiciels…) pour les jeux ubiquitaires/pervasifs/ambiants à travers un jeu de rôle en réalité augmentée.

Il s’accompagnait d’une étude d’acceptabilité qui devait identifier les verrous sociologiques, culturels, économiques, éditoriaux et techniques susceptibles de faire obstacle à l’émergence de jeux ubiquitaires pour le grand public. Le projet PLUG visait à concurrencer des projets de internationaux comme IPerG (Europe), ou Human Pacman (Asie). Les résultats obtenus firent émerger de nouveaux modes d’interactivité pour tout endroit où l’ubiquité associée à la réalité augmentée peut enrichir une activité ludique ou éducative (musées, parcs d’attraction à thèmes, lieux touristiques, quartier d’une ville…).

 

En savoir plus: rapport PLUG expérimentation 2008

 


View more presentations from CoDesign Lab & Media Studies

 

 


 





François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Revue de projet: Transhumance / P2P en mobilité (2006-2008)

Présentation du Projet Transhumance: Plate-forme pour les Applications Pair à Pair sur Réseaux Mobiles ad-hoc

Projet ANR // 2006-2008 / TELECOM ParisTech / Thalès / Orange / 3IE




Team exploration game






 

 

Le projet Transhumance correspond à l’étude, la conception, la réalisation et l’expérimentation d’une plate-forme logicielle permettant la réalisation et l’exécution de services de partage collaboratif sur réseaux mobiles spontanés sans infrastructure fixe. Son principal objectif était de mettre à disposition des fournisseurs de services et des développeurs d’applications un environnement logiciel, dédié aux services à valeur ajoutée pouvant être déployés sur des réseaux à forte dynamique tels que les réseaux mobiles ad hoc.

Les applications réalisées à l’aide de la plate-forme ont permis de travailler de façon autonome et décentralisée sans nécessiter l’accès à des serveurs. Des situations dans lesquelles les membres d’un groupe à taille humaine (moins de 100 personnes) sont appelés à interagir et partager des données multimédia dans une situation de jeu d’équipe, de réunion spontanée ou de résolution de crise. Il s’agit également de situations pour lesquelles des sessions d’activités collaboratives ayant une durée de vie limitée dans le temps peuvent être définies. Un exemple d’activité ponctuelle est une réunion d’édition coopérative de documents dans un aéroport, débutant à la formation de la réunion et se terminant au départ du dernier participant. Afin d’illustrer les fonctionnalités de la plate-forme et d’évaluer la performance des mécanismes proposés, une application a été réalisée par Transhumance et expérimentée dans un environnement réel, le jeu Team Exploration.



« TEAM EXPLORATION »

Ils ont laissé des marques sur la Butte aux Cailles, des indices de leur passage mais aussi de leur prochaine arrivée. Retrouvez leurs traces et le lieu de leur prochain débarquement vous sera révélé. Puis rendez-vous sur ce lieu pour la révélation finale : Qui sont-ils ? Pourquoi viennent-ils à cet endroit précis ?

Vous devez faire vite, vous n’êtes pas les seuls sur la piste et vous devez arriver avant l’autre équipe.

Les indices sont dispersés sur toute la Butte aux Cailles et n’ont de valeur que si vous les partagez pas avec le reste de votre équipe.

Toutes les stratégies sont permises : rester en contact par wifi adhoc pour valider instantanément vos indices avec votre équipe ou vous éparpiller et perdre le contact pour trouver plus rapidement possible les images.

Bonne chance !


Les participants du jeu étaient équipés de terminaux mobiles (qui pouvaient être de capacité limitée), comme par exemple un assistant personnel. Ces terminaux pouvaient donc avoir une taille de mémoire restreinte, une puissance de traitement moyenne et, bien sûr, une autonomie d’énergie limitée. Ces terminaux étaient équipés de cartes WiFi utilisables en mode « ad hoc » c’est à dire sans qu’il y ait besoin de présence de bornes d’accès WiFi pour communiquer. Les résultats obtenus par Transhumance dans ce contexte de mobilité totale pouvaient néanmoins être utilisés sur un réseau moins contraint qui comportait par exemple une infrastructure fixe.

Les participants pouvaient être appelés à se déplacer durant une session et la plate-forme devait gérer cette mobilité. Les déplacements se faisaient toutefois dans un périmètre géographique limité. La plate-forme développée offrait des services totalement décentralisés ne réclamant pas l’accès à des serveurs. Ces services utilisaient donc le modèle de communication pair à pair (ou P2P pour Peer to Peer). La plate-forme devait prendre en compte les capacités mémoires potentiellement limitées des terminaux  qui ne permettaient pas la réplication systématique de toutes les informations partagées par les utilisateurs. Des stratégies de partage basées sur la réplication partielle et prenant en compte les entrées et sorties dynamiques des participants furent donc élaborées.

L’un des objectifs de Transhumance était de concevoir et de développer un système de partage de documents ou fichiers, activé durant une session. Chaque participant était susceptible de proposer ses documents en partage. Le système devait donc permettre, grâce à des règles de sémantique de partage, de créer des vues sur les documents dépendant, en particulier, des paramètres de sécurité et des droits des participants.

Les documents pouvaient évoluer au cours de la session. Le système pouvait proposer différents types  de cohérence applicables suivant les documents et les applications. Il proposait également des protocoles de partage permettant des écrivains multiples simultanés avec des modèles de cohérence associés.

Par ailleurs, dans la mesure où les participants pouvaient entrer et sortir dynamiquement de la session, le système devaient utiliser la réplication de façon à garantir la disponibilité de certains documents tout au long de la session. Le système proposait des mécanismes permettant le fractionnement de données pour les stocker sur plusieurs machines, ce afin, d’une part de permettre de partager des documents volumineux qui ne pourraient pas être stockés sur une seule machine et d’autre part pour permettre des répliques multiples de certains documents à des fins de tolérance aux fautes. Des mécanismes permettant de reconstituer des données à partir de fragments distribués sur plusieurs machines étaient recherchés.

Par ailleurs, la plate-forme était sensible à la consommation d’énergie. Lorsque cela s’avérait possible, le coût énergétique des services était évalué et des solutions alternatives correspondant à des niveaux de fonctionnalité étaient proposées. Par exemple, le partage d’une donnée avec réplication totale et cohérence forte avait un coût énergétique plus élevé que le partage avec réplication partielle et cohérence faible. La plate-forme permettait ainsi aux applications d’adapter leur comportement au niveau d’énergie disponible sur le terminal lui-même mais également aux niveaux d’énergie des terminaux présents sur le réseau.

Enfin, du point de vue de la sécurité,  la plate-forme devait permettre d’établir des rapports de confiance sans compter sur une infrastructure fixe accessible en permanence. Une architecture de sécurité tenant compte de cette exigence spécifique fût élaborée. La gestion des éléments secrets proposée permettait de remplir les objectifs de confidentialité et d’intégrité nécessaires aux applications professionnelles et autorisait le choix du niveau d’intimité numérique dans les applications grand public.

La plate-forme logicielle permit de fournir une abstraction de la complexité des réseaux mobiles ad hoc aux applications s’exécutant sur les équipements mobiles ainsi qu’une gestion optimisée des ressources disponibles.  Une étude approfondie du caractère naturellement spontané des systèmes pairs à pairs permit également de contribuer à la compréhension de ce qui pourra faire le succès de nouveaux usages en mobilité et à la définition de services innovants pouvant être déployés et permettant de générer de nouveaux revenus.


François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech. Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

Wiki Search, moteur de recherche

Wikia Search, moteur de recherche Web libre et open-source, lancé par Wikia, une société créée à la fin de 2004 par le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales, et par Angela Beesley. Wikia Search a été lancé officiellement en tant dans sa version alpha le 7 janvier 2008. La première version de l’interface de recherche a été largement critiquée par les commentateurs. Après avoir échoué dans l’effort d’attirer un public important, le site a fermé en 2009.

« Le peer-to-peer alternatif, entre histoire et bruit médiatique »

Vidéo de l’intervention de Francesca Musiani au séminaire HITI (Histoire de l’Innovation et des Technologies de l’Information) du 5 avril 2011, sur le thème \”Le peer-to-peer alternatif, entre histoire et bruit médiatique\”

(Merci aux étudiants du Master HCEAI/Histoire, Communication, Entreprises et Affaires Internationales de la Sorbonne!)


Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

« Privacy as invisibility »

Musiani, F. (2011). Privacy as Invisibility: Pervasive Surveillance and the Privatization of Peer-to-Peer Systems. CSI Working Papers Series, N° 21.

This article addresses the ongoing, increasing privatization of peer-to-peer (P2P) file sharing systems – the emergence of systems that users may only join by personal, friend-to-friend invitation. It argues that, within P2P systems, privacy is increasingly coinciding with “mere” invisibility vis-à-vis the rest of the Internet ecosystem, because of a trend that has shaped the recent history of P2P technology: the alternation between forms of pervasive surveillance of such systems, and reactions by developers and users to such restrictive measures. Yet, it also suggests that the richness of today’s landscape of P2P technology development and use, mainly in the field of Internet-based services, opens up new dimensions to the conceptualization of privacy, and may give room to a more articulate definition of it; one that includes not only the need of protection from external attacks, and the temporary outcomes of the competition between surveillance and counter-surveillance measures, but also issues such as user empowerment through better control over personal information, reconfiguration of data management practices, and removal of intermediaries in sharing and communication activities.

The paper is available for download here. Work in progress – please do not quote.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

« Les débuts des réseaux sociaux en pair-à-pair »

Musiani, F. (2010). Ménager le droit à la vie privée, entre anonymat et connaissance de l’identité: les débuts des réseaux sociaux en pair-à-pair. Terminal, 105: 107-116, dossier Technologies (et usages) de l’anonymat à l’heure de l’Internet.

Malgré leur succès auprès des internautes d’aujourd’hui, les outils de réseautage social font l’objet de plusieurs controverses quant aux usages que leurs administrateurs font des données privées des utilisateurs. De nombreux projets et applications proposent aujourd’hui des alternatives décentralisées à ces services, notamment par moyen de la technologie pair-à-pair (P2P). On retrace et analyse ici les débuts des applications au croisement entre réseaux P2P et réseaux sociaux, en discutant plus particulièrement des manières dont elles préfigurent des modifications dans la gestion du droit à la vie privée des utilisateurs, en se servant à la fois de l’anonymat et de la connaissance de l’identité – aspects qui sont généralement reconduits au P2P et au réseau social, respectivement – selon les différentes fonctionnalités et couches de l’application.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search