« La mission de DÉ-centraliser l’Internet » – The New Yorker

http://www.newyorker.com/online/blogs/elements/internet-290.jpg / Illustration by Maximilian Bode

 Un article très intéressant paru en décembre dernier sur le blog « Elements » du magazine bi-hebdomadaire américain The New Yorker (le 13 décembre 2013, en anglais seulement), revient sur le « projet », qu’ils qualifient de « mission » dans le titre, de décentraliser l’Internet… Vaste programme s’il en est…

The Mission to Decentralize the Internet

L’article rédigé par Joshua Kopstein présente à la fois un historique de la décentralisation (ou plutôt de la non-décentralisation) de l’Internet mais également une histoire des non succès de plusieurs services décentralisés qui portaient ou portent toujours en eux de façon intrinsèque, à l’intérieur de leurs codes et de leurs design les, les « valeurs » d’un Internet décentralisé.

L’auteur s’attarde plus longuement sur l’intérêt de trois services innovants et décentralisés: Bitmessage, Bitcoin, Mailpile et ArkOS. Il revient aussi sur les relatifs échecs d’autres services web innovants et décentralisés (Freedom box et le réseau social Diaspora).

La lecture est édifiante et aisée pour les nons-spécialistes, elle présente rapidement certains éléments qui nous occupent au sein de ce projet de recherche. Bonne lecture:

http://www.newyorker.com/online/blogs/elements/2013/12/the-mission-to-decentralize-the-internet.html

extraits:

[…] Solutions like these follow a path different from Mailpile and ArkOS. Their peer-to-peer architecture holds the potential for greatly improved privacy and security on the Internet. But existing apart from commonly used protocols and standards can also preclude any possibility of widespread adoption. Still, Novak said, the transition to an Internet that relies more extensively on decentralized, P2P technology is “an absolutely essential development,” since it would make many attacks by malicious actors—criminals and intelligence agencies alike—impractical.

Though Snowden has raised the profile of privacy technology, it will be up to engineers and their allies to make that technology viable for the masses. “Decentralization must become a viable alternative,” said Cook, the ArkOS developer, “not just to give options to users that can self-host, but also to put pressure on the political and corporate institutions.”

“Discussions about innovation, resilience, open protocols, data ownership and the numerous surrounding issues,” said Redecentralize’s Bolychevsky, “need to become mainstream if we want the Internet to stay free, democratic, and engaging.”

François Huguet

PhD student in Communication Studies at the Codesign Lab & Media Studies at Telecom ParisTech.

Supervisor: Annie Gentès / Co-supervisor: Jérôme Denis

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterDelicious

« Le peer-to-peer alternatif, entre histoire et bruit médiatique »

Vidéo de l’intervention de Francesca Musiani au séminaire HITI (Histoire de l’Innovation et des Technologies de l’Information) du 5 avril 2011, sur le thème \ »Le peer-to-peer alternatif, entre histoire et bruit médiatique\ »

(Merci aux étudiants du Master HCEAI/Histoire, Communication, Entreprises et Affaires Internationales de la Sorbonne!)


Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech
Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website

« Les débuts des réseaux sociaux en pair-à-pair »

Musiani, F. (2010). Ménager le droit à la vie privée, entre anonymat et connaissance de l’identité: les débuts des réseaux sociaux en pair-à-pair. Terminal, 105: 107-116, dossier Technologies (et usages) de l’anonymat à l’heure de l’Internet.

Malgré leur succès auprès des internautes d’aujourd’hui, les outils de réseautage social font l’objet de plusieurs controverses quant aux usages que leurs administrateurs font des données privées des utilisateurs. De nombreux projets et applications proposent aujourd’hui des alternatives décentralisées à ces services, notamment par moyen de la technologie pair-à-pair (P2P). On retrace et analyse ici les débuts des applications au croisement entre réseaux P2P et réseaux sociaux, en discutant plus particulièrement des manières dont elles préfigurent des modifications dans la gestion du droit à la vie privée des utilisateurs, en se servant à la fois de l’anonymat et de la connaissance de l’identité – aspects qui sont généralement reconduits au P2P et au réseau social, respectivement – selon les différentes fonctionnalités et couches de l’application.

Francesca Musiani

Chercheuse postdoctorale, MINES ParisTech
Yahoo! Fellow in Residence, Georgetown University

More Posts - Website